Archives par mot-clé : Can Vuong

Trinh Van Thao : La Résistance du Cần Vương revisitée (3)

 

La Résistance du Cần Vương revisitée [3]

Figures de Lettrés dans le récit historique du Can Vuong.

Un portrait de groupe

*

 Trinh Van Thao

 

Relire Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989) de Charles Fourniau vingt ans après. En hommage à mes vieux vietnamisants disparus : Charles Fourniau (IRSEA-CNRS) et Philippe Langlet (Paris 7).

 

La Bataille de Huong Son (1885-1895)

BanDoCanVuong2Avec la capture de Ham Nghi et le retrait des Chinois, il est clair qu’ « à partir de 1889-1890, la résistance vietnamienne sait, par expérience, qu’elle n’a rien à attendre de l’extérieur, qu’elle doit seulement « compter sur ses propres forces » (…) Par là-même elle est amenée à mobiliser toutes les forces populaires qui affluent du fait de la dégradation économique et étatique » (p. 181). La réalité des combats révèle le renouvellement du commandement Cân Vuong désormais formé presque tous des paysans au Tonkin.

Le « gouvernement insurrectionnel » (selon le Gouverneur Armand Rousseau) formé par  Phan Dinh Phung est organisé, véritable innovation, comme un Etat en lutte pour l’indépendance en amorçant la transition et le passage du pouvoir entre paysans et lettrés. Ainsi, au lieu de se disperser en petits groupes capables d’accomplir des attaques par surprise avant de se fondre dans le peuple comme à Bai Sây (delta du fleuve Rouge), Huong Son s’installe solidement sur une vaste base révolutionnaire constituée autour des trois provinces Thanh-Nghê-Tinh. Dans cette région acquise à la cause patriotique, berceau des rois Lê, Nguyen et des Seigneurs Trinh, vivier des grands lauréats des concours triennaux du XV au XIXe siècle sont créés de toutes pièces, grâce à trois années de préparation (1885-1888), des ateliers d’armement avec des artisans qualifiés disposant des matériaux collectés à travers le pays et importés de l’étranger, des relais de ravitaillement qui ne s’expliquent que par l’adhésion populaire, des agents chargés de lever les impôts et à dissimuler les réserves.

La présence de Phan Dinh Phung à la tête de Huong Son avait une grande portée symbolique au regard de la confrérie lettrée : brillantes études, vertus politiques et morales reconnues par tous y compris par ses ennemis du moment (Tôn Thât Thuyêt qui l’a chassé de la Cour pour avoir protesté publiquement contre la déposition de l’héritier désigné Duc Duc ; son ennemi Hoang Cao Khai le craignait et le respectait), parfaite connaissance du terrain et de sa population. Par ses titres académiques, il est assuré du soutien  de toute la classe lettrée de l’Annam et du Tonkin. Mais l’homme, l’intellectuel savait aussi s’ouvrir à d’autres forces vives de la nation en s’adjoignant des hommes talentueux du peuple comme Cao Thang, un des meilleurs chefs de guerre du Cân Vuong. Le gouvernement de Huong Son fut une parfaite synthèse entre l’élite classique soutenue par des grands lauréats comme Nguyen Duc Dat, Dinh Van Chat, Nguyen Quy… et l’élite populaire groupée derrière Cao Thang.

Imagerie populaire actuelle : Phan Đình Phùng et Cao Thắng © Viettoon.net
Imagerie populaire actuelle : Phan Đình Phùng et Cao Thắng © Viettoon.net

Après une longue préparation, le mouvement Huong Son prend de l’ampleur, réussissait des coups de main spectaculaires (comme l’attaque de la prison de Ha Tinh pour libérer 70 prisonniers) mais enregistrait aussi des graves revers dont la mort de Cao Thang (1892). L’arrivée de Lanessan permet à la France de temporiser en espérant obtenir en douceur la soumission de son chef par l’entremise de son compatriote de Ha Tinh (Hoang Cao Khai). L’échec de l’entreprise relança la répression confiée cette fois-ci à Nguyen Thân, un jeune collaborateur décidé à « doubler » son rival Hoang Cao Khai dans la course au pouvoir [1]. Pour mater la rebellion, une colonne forte de cinq mille hommes dont un millier de supplétifs placés sous le commandement du nouveau « Tiêu Phu Su » :

« La stratégie de Nguyen Than (mise au point au conseil de la Régence du 10 Juin 1895,TVT) fut de détruire systématiquement l’infrastructure politico-militaire de Phan Dinh Phung, avant de s’attaquer (via l’armée le corps expétionnaire français, TVT) à ceui-ci directement » (p. 251).

En somme, la division interne des tâches de pacification revient à confier aux Vietnamiens le soin de faire fuir les populations avant de réduire les nids de résistance de Phan Dinh Phung. L’acte de vengeance du « petit pacificateur » sur le cadavre du chef de Huong Son (déjà mort et enterré) que ce partisan zélé de la collaboration a fait exhumer avant de disperser ses cendres montre l’autre face des « bienfaits » de la mission civilisatrice !

 

La séquence finale : Lanessan et le Dê Tham (1896-1913)

VietNamDeThamEffrayée par les retombées de la répression et les crimes commis en son nom, et en même temps soucieuse de mener la pacification à son terme et la mise en valeur de la colonie, la France envoya un nouveau proconsul de valeur muni des pouvoirs accrus surtout face au pouvoir militaire rendu responsable des nombreux dégâts collatéraux provoqués par les colonnes de pacification et les excès des partisans vietnamiens. A l’exemple de son prédécesseur Paul Bert, Lanessan combine des figures multiples de savant (professeur de médecine), de républicain (et maçonnique) et de colonial maîtrisant le chinois dont il traduit les textes canoniques et de l’auteur d’un rapport long de 756 pages intitulé Indochine française au terme de plusieurs missions en Asie.

Jean-Marie de Lanessan (1843-1919)
Jean-Marie de Lanessan (1843-1919)

Contrairement à ses prédécesseurs et sans doute mieux informé aussi, Lanessan séparait l’action de guerre relevant des régions militaires réorganisées contre des bandes chinoises qui écumèrent les régions frontalières de la simple police relevant du pouvoir civil qui est chargé de réduire des foyers plus ou moins liés au Cân Vuong. De même, il fit la part des choses en distinguant dans la confrérie lettrée le mandarinat plus ou acquis à la cause de la monarchie et la caste des lettrés foncièrement hostile à la cour de Huê. Il se défiait des individus corrompus et discrédités qui font et défont au gré des coteries les conseils de Régence en s’attachant le service efficace de Nguyen Trong Hiêp, un des rares mandarins respectés de Huê. Le duo Lanessan-N.T.Hiêp constitue au cours de cette phase de lutte contre le Cân Vuong la clef de son succès dans la mesure où l’alliance entre le Gouverneur Général (débarrassé lui aussi des éléments douteux qui gangrènent les Résidences du protectorat) et la Cour offre à la majorité des mandarins une porte de sortie honorable en conciliant le devoir de « loyauté envers le roi » et de collaboration sans état d’âme avec l’administration coloniale. La consécration de l’administration directe du protectorat (Tonkin-Annam) va désormais de pair avec la formation et l’organisation d’une armée indigène de tirailleurs de Linh Co chargée de la police sous la responsabilité des administrateurs. En un mot, sa politique d’apaisement et de négociation a préparé les condition de succès face au Cân Vuong :

  • A l’Est avec la réduction des bandes d’irréguliers chinois commandés par Ba Ky et Luu Ky et l’entente avec Luong Tam Ky,
  • Dans le réduit de Yên Thê qui marque la transformation du Can Vuong dans sa phase finale en mouvement essentiellement paysan formé de Kinh et de groupes ethniques (qui composent l’essentiel de l’état-major de Hoang Hoa Tham) des Moyens et Hauts Plateaux du Nord,
  • A la région frontalière avec la Chine, poursuite des négociations franco-chinoises et signature de la Convention Girard (20 Juin 1895) marquant le commencement des visées françaises en direction de la Chine du Sud.

Rappelé à Paris sous la pression du lobby colonial, Lanessan a laissé à ses successeurs (Armand Rousseau et Paul Doumer) le soin d’achever l’agonie de De Tham pour parvenir à la fin de toute entreprise de conquête : engranger les fruits de la colonisation et la mettre en coupe réglée. La colonisation du Viêt Nam, pour Charles Fourniau, est loin d’être une aventure exotique et ambiguë…

Compagnons d'armes du De Tham © photo du lieutenant Romain-Desfossés
Compagnons d’armes du De Tham © photo du lieutenant Romain-Desfossés

Toutefois, il est significatif de noter un infléchissement du récit historique à partir de la mise hors de combat de Ham Nghi, l’exil en Chine du chef (nominal) du Cân Vuong (Tôn Thât Thuyêt), Tan Thuât et la disparition des grands lettrés comme Tông Duy Tân, Nguyen Quang Bich, Pham Banh… Il prend distance avec une dramaturgie répétitive,[2]  – malgré l’héroïsme de ses combattants et ses brillantes victoires du début, le Cân Vuong finit par perdre des batailles décisives car les mêmes causes (infériorité logistique et militaire, absence de commandement unifié, préjugés ethniques et religieux, localisme…) provoquent les mêmes effets (dissensions internes, déficience chronique des  réseaux de communication, etc.) – pour se tourner vers le camp des vainqueurs, notamment des deux principaux artisans de la pacification, Paul Bert et ses successeurs (1886-1891) et Lanessan (1891-1892). En dépit des divergences tactiques et stratégiques perceptibles entre les deux hommes, il reste une certaine continuité politique dans la volonté commune de jeter les bases d’une pax gallica en faveur d’une IIIe République encore fragile et dont la grandeur repose sur l’existence d’un vaste empire colonial d’Afrique et d’Asie. En soulignant l’intelligence politique de Lanessan dont l’œuvre est sous-estimée par l’historiographie coloniale, l’auteur adresse aux héros du Can Vuong une sorte d’hommage biaisé, celui d’avoir perdu la partie face à un adversaire de valeur.

 

BaBieuEn guise de conclusion :

Des premières escarmouches de Khanh Hoa et Binh Thuan à l’épopée tragique de Huong Son et Yên The, le chemin parcouru est amer et les leçons de l’histoire dures à digérer pour l’ancienne élite dirigeante vietnamienne : le détachement du Sud et la présence des mercenaires cochinchinois de Tran Ba Lôc, la fracture catholique dans le Centre, les dissensions entre Kinh et minorités ethniques entre le Delta et les Hauts Plateaux, le déclin de l’ancienne élite et les impatiences de la nouvelle, en un mot, les défis à surmonter pour assoir la libération nationale sur des nouvelles bases.

Enfin, et pour donner sens au titre de cette étude, un regard aigu sur le portrait de groupe d’ acteurs vietnamiens du Cân Vuong. Charles Fourniau joint ici à ses qualités d’historien l’art des portraits d’homme esquissés, loin des figures de cire et d’icones destinées au musée, en pleine action, sous les feux de l’actualité. En l’occurrence, des lettrés, grands lauréats ou simples « candidats » de concours – projettés à l’avant scène du drame national : si les biographies des héros de la Bataille de Ba Dinh sont discrètes [3], celles de la campagne de Bai Sây ont brillé avec la figure noble, loyale et pathétique du Hoang Giap Nguyen Quang Bich et de son adjoint Nguyen Thiên Thuât. Enfin, le portrait du chef de Huong Son Phan Dinh Phung résume à lui seul toutes les vertus que les confucéens attendaient du héros confucéen. Après Phung et malgré ses qualités guerrières et politiques, le chef Hoang Hoa Tham qui a tenu le maquis de Yên Thê pendant presque deux décennies face à l’armée française reste l’homme du peuple et un héros paysan (d’origine minoritaire).

A contrario, les variantes sur les mandarins compromis dans la collaboration avec l’occupant se retrouvent dans les portraits toujours nuancés et subtils des Régents acquis à l’ordre colonial en s’abritant habilement derrièrre des nouveaux rois intronisés par la grâce de la paix française : Hoang Cao Khai, Nguyen Huu Dô, Nguyen Thân, Trân Luu Huê… pour ne citer que quelques individus représentatifs du haut mandarinat. De cette morne galerie surgissent toutefois quelques personnalités qui jouaient un rôle ambigu entre la soumission pure et simple à l’étranger et la volonté de défendre l’autonomie de la Cour comme Nguyen Trong Hiêp ou Cao Xuân Duc…

Quant aux rois Dông Khanh et son successeur Thanh Thai, sans vouloir les accabler – après tout, eux aussi sont victimes des circonstances ! –, l’appréciation de leur rôle politique comme instruments de la répression Cân Vuong est sans complaisance dans la mesure où la Cour cautionne en leur nom, à partir de 1886, la démission morale et politique du corps de mandarins et d’auxiliaires (quan lai) et ouvre ainsi largement la voie à sa soumission collective. En deçà du personnage politique, Dông Khanh laisse au terme de son règne écourté (1885-1888) l’image d’un homme brutal, vaniteux, débauché et fétichiste. Son successeur Thanh Thai (1889-1907) reproduit à son tour les mêmes stigmates de la dégénérescence au point d’inspirer à Victor Ségalen son hallucinant  Fils du Ciel  dans la biographie à peine fictive du roi Quang Tu (1875-1907) en Chine [4].

 

Trinh Van Thao, juillet 2013.


Notes

[1] L’analyse par Charles Fourniau du comportement du petit monde des opportunistes qui se sont disputés des restes de la monarchie de Huê est un chef d’œuvre du genre.

[2] En ce sens, il tranche avec l’histoire officielle vietnamienne dans les années 1960 qui confond un peu l’écriture historique avec la chronologie événementielle en surchargeant le récit historique des événements des détails fastidieux au risque de détourner le lecteur de leur signification.

[3] L’auteur se contente d’expliquer l’échec de Ba Dinh par l’absence de coordination entre le commandant de l’intérieur (le chef paysan Dinh Công Trang) et le général aristocrate (Tran Xuân Soan)

[4] Annexe pour une rectification (page, éventuellement §, Ligne) :

p. 47 §1 L1 : prince TUY LY ;

p. 47 §2 L2 : NGUYEN DUY HIÊU ou « le roi HIÊU »

p. 62 L2 : HON KHOI (et non Hon Cohe).

p. 66 L5 : NGUYEN XUÂN (et non Nguyen Xuông).

p. 70 : notons la différence entre Charles Fourniau et le « Lich su cân dai Viêt Nam » (Hanoi, 1961) de Tran Van Giau et alli (vol.II) sur la date d’exécution de Mai Xuân Thuong (1887 selon CF/1888 selon TVG) et le nombre des victimes (27 selon CF et11 selon TVG).

p. 73 §3 L6 : CAO DIÊN (et non Kao Don).

p. 77 L1 : NGUYÊN PHAM TUÂN (et non Thuân).

p. 84 L3 : Tan THUÂT ou NGUYÊN THIÊN THUÂT

p. 99 note 8 L1 : PHAM THÂN DUÂT

p. 157 §2 L12 : QUI DAT (et non Tac Dai).

p. 157 §4 L1 : Vè (et non Vê)

p. 162 L2 : DÔNG CA

p. 162 §3 L5 : DIÊP VAN CUONG

p. 172 L7 : Dôc TIT (et non Tich).

p. 178 L7 : Bô’

p. 205 §3 L2 : THAN MAI (et non Thanh Mai).

p. 206 note 35 : SHI NAI AN (et non Luo Guan-zhong).

Nous remercions le professeur Trinh Van Thao pour cette contribution à Mémoires d’Indochine.

Trinh Van Thao : La résistance du Cần Vương revisitée (2)

 

La Résistance du Cần Vương revisitée [2]

Figures de Lettrés dans le récit historique du Can Vuong.

Un portrait de groupe

*

 Trinh Van Thao

 

Relire Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989) de Charles Fourniau vingt ans après. En hommage à mes vieux vietnamisants disparus : Charles Fourniau (IRSEA-CNRS) et Philippe Langlet (Paris 7).

La scène vietnamienne au début du Can Vuong

BanDoCanVuongToute histoire, même une histoire sans fin, comporte toujours un commencement et celle du Can Vuong ne fait pas exception. Elle s’inscrit dans la logique des événements qui laissaient peu de doute sur l’intention de  la France, ou du moins de ses représentants auprès de la Cour de Huê, de s’emparer de l’ensemble du territoire vietnamien une fois que la pacification du Sud paraît acquise.

A partir de 1883, le parti de la résistance a tendance à l’emporter surtout après la mort de Tu Duc. Il est dominé par deux frères ennemis qui sont appelés à remplir la fonction de co-Régents après la mort de Tu Duc, le politique (Nguyen Van Tuong) et le militaire (Tôn Thât Thuyêt). A ce tandem improbable, Charles Founiau adjoint un troisième personnage plus discret, le maréchal  Hoang Kê Viêm, allié par mariage à la famille royale, et qui avait commandé les troupes vietnamiennes contre les Français au Tonkin. Le portrait psychologique et politique du féal est un modèle du genre :

« Par orgueil de classe, par goût confucéen de l’ordre, il ne pouvait accepter de se compromettre avec un soulèvement et qui pis est, aller vivre au milieu des forêts de la Haute Région. Par mépris des Français il crut que l’on pouvait composer avec eux en attendant l’occasion de les chasser. Il représente donc avec quelques autres mandarins, proches le plus souvent de la vieille Reine-Mère Tu Du, un parti, qui, tout en s’efforçant de garder une réalité nationale, accepte de traiter avec les Français (…) » (p.75).

Ce n’est pas un hasard s’il ne se rangea pas en Juillet 1885 aux côtés de Tôn Thât Thuyêt et qu’il fit allégeance à Dông Khanh l’été 1886. Au trio de la génération de la défaite succède durant l’inter-règne sanglant des révolutions de palais l’émergence d’une alliance d’intérêt entre un « roturier souple et habile » (Tuong) et « le militaire aristocrate, brutal et fidèle » (Thuyet) (p.27). La suite des événements ne tardera pas de mettre en lumière le fossé entre le jeu personnel de Tuong et de Thuyet, et la pratique du double jeu de l’ancienne classe dirigeante.

Après la proclamation de Ham Nghi, l’enjeu se déplace du terrain du politique à celui de la lutte armée. Préparée de longue date, l’offensive royale menée avec l’énergie du désespoir par Tôn Thât Thuyêt qui liait désormais son sort à l’issue de la résistance armée « parvint certes à mettre le roi de la dynastie régnante à la tête de la lutte nationale six siècles après le général Tran Hung Dao » mais non de bouter l’envahisseur hors de Huê encore moins de préserver la Cité Interdite des scènes de pillage auxquelles se sont livrées les troupes françaises ! Contraint au repli stratégique, le Cortège devait rejoindre la province de Thanh Hoa, terre ancestrale et plaque tournante stratégique d’où le Cân Vuong pouvait relier le Tonkin et le Sud, communiquer avec l’extérieur jusqu’à la frontière chinoise et soutenir, à la manière de Le Loi et Nguyen Trai, une longue guerre de résistance victorieuse face aux Minh (XVe siècle).

 

La « drôle de guerre » du Sud de l’Annam

Tôn Thất Thuyết (1839-1913) © Tamhoc.com
Tôn Thất Thuyết (1839-1913)
© Tamhoc.com

Selon Charles Fourniau, la campagne du Cân Vuong dans cette région-tampon entre le protectorat d’Annam et la colonie cochinchinoise ressemble à « une étrange comédie » (…) à double ou triple niveau, (et) se joua, jusqu’au moment où tout bouscula dans l’horreur d’une répression que les autorités françaises n’osèrent pas regarder en face » (p.61).

Entre les manœuvres dilatoires et gesticulations destinées à masquer le désarroi et l’expectative des agents de l’Etat traditionnel face au Cân Vuong et l’engagement total dans la guerre patriotique, il est difficile, en l’absence de témoignages fiables et l’indigence de sources locales, de démonter l’imbroglio mettant aux prises un représentant local du Cân Vuong (Hô Bui Dang ou Bui Dang) et un Dinh Dien Su (chargé des affaires agricoles) de Huê nommé Tra Quy Binh [1].

Les choses deviennent sérieuses et les enjeux autrement plus graves lorsque les autorités de Saïgon sollicitées par le Résident Général Paul Bert font irruption dans le protectorat d’Annam en débarquant dans les provinces côtières de Khanh Thuan et participent activement aux opérations guerrières en passant par-dessus la tête de Huê. Au fur et à mesure, la guerre – la « sale guerre » avec massacres sans discrimination des civils et destructions massives des villages, terreurs et représailles, – se déplace du Sud vers les provinces du Nord comme Phu Yên, Binh Dinh (terroir familial des Tây Son) puis se rapproche du foyer du radicalisme Cân Vuong solidement implanté dans les provinces septentrionales d’Annam (entre Quang Binh et Nghê An). Au théâtre d’ombres de Binh Khanh succède le vrai visage de la Pacification avec la mise au point d’une nouvelle tactique – érigée en stratégie polico-militaire à l’usage des futures campagnes de répression – visant à « vietnamiser la guerre » en utilisant les supplétifs venant du Sud et commandés par le Phu Tran Ba Lôc, un homme sorti du rang, catholique converti, ambitieux et sanguinaire. Promu officier dans la Milice indigène, il s’est montré digne de ses maîtres dans l’éradication impitoyable et collective des villages soupçonnés de connivence active et passive avec l’ennemi. Utilisant la même méthode expéditive sous le couvert de la nouvelle légitimité (celle de Dông Khanh), Nguyen Thân renouvela l’exploit en écrasant dans le sang peu de temps après les forces du Cân Vuong implantées à Binh Dinh et Phu Yên.

Artefacts de la résistance armée Can Vuong. Musée du Nghe Tinh © Btxvnt.org
Artefacts de la résistance armée Can Vuong. Musée du Nghe Tinh © Btxvnt.org

En dépit des difficultés signalées dans l’identification des acteurs vietnamiens impliqués dans les incidents locaux, l’Annam-Tonkin l’emporte de loin sur l’historiographie post-révolutionnaire vietnamienne dans l’analyse et l’interprétation des faits intervenus au cours de cet épisode :

  • Au-delà des ratages circonstanciés du Cân Vuong à Binh Thuan et Khanh Hoà (absence de chefs charismatiques, ralliement mou et opportuniste des mandarins, le comportement équivoque et pusillanime du prince Tuy Ly…), Charles Fourniau reconnaît la réalité du massacre de quelques quarante mille catholiques pris en otages par les chefs Cân Vuong et met en garde contre toute généralisation abusive face à la complexité du problème posés par des convertis au christianisme, exécuteurs de basse besogne certes mais aussi victimes de la corruption et de la discrimination mandarinale, de leur situation sociale et de la « complicité obligée » avec l’occupant. Tout cela en fait « une minorité vigoureuse mais coupée de la nation ».
  • L’expédition Aymonnier-Delorme et Phu Lôc à Binh Khanh suivie de la campagne de Phu Yên, Binh Dinh dévoile, au-delà du rôle actif des ralliés indigènes dans la répression, les contradictions propres du camp adverse à savoir son incapacité de rassembler derrière ses bannières les chrétiens [2], les minorités Chàm, voire les anciens partisans du Tây Son (la défection de Bui Giang a été fatale à Mai Xuan Thuong). Aussi en enfermant à leur tour l’ensemble des ralliés sous l’appellation vertueuse et confucéenne de « Nguy (fantoche) », les auteurs vietnamiens, à l’instar de Tran Van Giau, se rendent-ils incapables de distinguer les motivations et actions des composantes disparates du front de ralliés : les « confucéens » (Luong) des catholiques (Giao), les Kinh (Viêt) des Chàm qu’Aymonnier (officier de la marine converti à l’ethnologie) essaya avec succès de détourner du Cân Vuong et d’en mesurer leur terrible efficacité dans le succès de la pacification.
  • Son attention à la souffrance de la population vietnamienne dont « la comptabilité échappe à l’hisoire » (p.74) conduit l’auteur à analyser en finesse et à « comprendre les sentiments contradictoires qui agitent la population » (p.74), son « l’hostilité  évidente vis-à-vis de l’envahisseur, le respect et l’admiration pour les grands Lettrés qui ont pris la tête du mouvement de résistance (…) » exprimés dans les chants populaires. Mais Charles Fourniau ne se contente pas de faire de la guerre matière d’épopée pour le besoin de glorification de l’Etat quand il écrit :

« Mais en même temps, on voit percer, dans d’autres chants, le désir de ne pas être plongé dans la guerre, puis la lassitude devant tant de malheurs » (id.) des paysans  de Nghê Tinh enrôlés de force par Lê Ninh. L’éthique historienne fleurit là où l’on pouvait s’attendre au pire déferlement des passions partisanes.

 

La Bataille de Ba Dinh (Décembre 1886 – Janvier 1887)

Fortification de Ba Dinh © Đoàn thị Hồng Điệp
Fortification de Ba Dinh © Đoàn thị Hồng Điệp

Pour ne pas reproduire les gesticulations tragi-comiques du Sud d’Annam, la résistance Cân Vuong a besoin de s’installer durablement en un lieu névralgique où elle puisse reprendre contact avec la Chine ou, à défaut, ses troupes régulières ou dissidentes implantées dans le Tonkin, et les pays voisins de l’ensemble indochinois et organiser la lutte à l’échelle nationale.

L’ « art vietnamien de la guerre » est d’essence géopolitique. Les souvenirs historiques pèsent toujours dans l’imaginaire du peuple et de ses chefs : le soulèvement victorieux de Lê Loi (XVe s.) contre les Minh à Lam Son, la résistance de Nguyen Hoang contre les Trinh (XVIIe s.). Les descendants du Seigneur dissident et fondateur de la dynastie des Nguyen se souviennent toujours de la prophétie de Dao Duy Tu lui conseillant de s’abriter derrière les murailles de Dong Hoi pour résister à leurs impétueux cousins Trinh.

Ce n’est pas par hasard qu’en décembre 1886 et janvier 1887, la lutte se concentra à Ba Dinh à mi-chemin entre les villes de Thanh Hoa et Ninh Binh. Elle oppose pour la première fois dans l’histoire du Cân Vuong près de trois mille hommes solidement retranchés derrière des fortifications formées autour des trois villages (d’où son nom) et commandés par un chef paysan Dinh Công Trang tandis qu’à l’extérieur des forces placées sous le Dê Dôc Trân Xuân Soan devaient coordonner leur action avec celles de l’intérieur.

Pour l’avoir ignoré, les premiers assauts français avec des petits effectifs et dirigés par des officiers inexpérimentés échouent avec fortes pertes en hommes et en matériel. Il fallait recourir aux opérations d’un siège classique avec l’intervention de l’artillerie et le concours des cinq mille catholiques mis à la disposition du Capitaine (et futur Maréchal de France) Joffre commandant le génie. Ba Dinh fut soumis à un bombardement incessant et meurtrier avant de subir l’assaut final de plus de trois mille hommes. Privée du soutien escompté de Trân Xuân Soan, la forteresse fut rasée et les villages effacés de la carte, le Lanh Binh Dinh Công Trang fut tué par l’ennemi, son adjoint Pham Banh éliminé [3], nombre de chefs Cân Vuong se sont donnés la mort, d’autres comme Tông Duy Tân, Cao Diên… se fondirent dans l’anonymat pour reprendre la lutte plus tard. Encore une fois, le Cân Vuong paie chèrement le prix de la mésentente ou du manque de coordination au sein du commandement.

 

PiratesBaDinh1887

La Bataille du Delta du Fleuve Rouge (1883-1885)

Si Ba Dinh fut perçu par le Mouvement national vietnamien comme le point culminant de la lutte contre l’occupation française (p. 78), la bataille du Delta pour le contrôle de la vaste plaine du Fleuve Rouge présente un autre enjeu dans la conquête symbolique, politique, économique d’une des régions les plus peuplées de l’Annam-Tonkin, par ailleurs presque entièrement contrôlée par le Cân Vuong.

Dès l’été 1883, le Tonkin entre à son tour dans sa phase active de la résistance sur le fond d’une unité nationale retrouvée malgré la persistance des sentiments ambivalents des populations fidèles au souvenir des dynasties passées (Lê, Mac) face à la monarchie des Nguyen. Le patriotisme local entretenu par les lettrés concentrés autour de l’ancienne capitale Hà Nôi dont l’allégeance à la nouvelle dynastie n’est pas totalement acquise et la misère sociale dans une campagne surpeuplée et affamée alimentent la guerre plus paysanne que loyaliste comme ce fut le cas dans le Centre.

Pour le Cân Vuong, la Bataille du Delta constitue un test décisif dans le contrôle de la région la plus peuplée du royaume. Elle intervient au moment où la France amorce une politique de « coopération » apparente avec Huê avec en contrepartie la mainmise totale de la colonie sur l’administration du Tonkin. C’est aussi l’heure de la relève avec du côté français l’arrivée d’un Résident Général prestigieux (Paul Bert) doté de pleins pouvoirs et l’intronisation en Annam du roi Dông Khanh qui inaugure la série des « rois-fantoche » privés de souveraineté réelle et dépourvus de charisme et entourés des Régents acquis à la cause de l’occupant. Pour l’auteur, on a brisé l’Etat traditionnel vietnamien pour n’en laisser qu’une apparence de pouvoir.

Nguyễn Thiện Thuật (1844-1926)
Nguyễn Thiện Thuật (1844-1926)

Alors que le Cortège Royal et le roi légitime (Ham Nghi) continuent la lutte, le Cân Vuong lance un double mouvement sur les deux rives du Fleuve Rouge en prenant Ha Noi et sa périphérie en tenailles. A l’est du delta c’est un chef militaire Nguyên Thiên Thuât (Tan Thuât) qui a sous son obédience tous les chefs qui agissaient dans les provinces de Bac Ninh, Hai Duong et Hung Yên  avec le maquis de Bai Sây [4]. Quant au Hoàng Giap (Docteur du second degré des concours de Palais) Nguyen Quang Bich, il commande, dès avant le déclenchement du Cân Vuong, à l’ouest du Delta en qualité de « Coordinateur des Armées du Bac Ky » avec sous ses ordres directs le Bô Chanh (vice gouverneur) Nguyen Van Giap chargé de l’action militaire. Il apparaît évident que le mouvement qui soulève le Tonkin en 1885 est bien de caractère politique et national même si l’appel du Cân Vuong n’avait pas fait naître la résistance au Tonkin, il « a (néanmoins) contribué à la structurer par la participation désormais très large des Lettrés (…) » (p.85).

Quoi qu’il en soit, la guerre du Delta porte toutes les marques du Cân Vuong en combinant une formidable capacité de mobilisation des masses paysannes, de coordination de nombreuses unités combattantes, de fusion entre les lettrés et le reste de la population. En contrepartie, il souffre là comme ailleurs d’un armement souvent archaïque, d’un encadrement quantitativement et qualitativement insuffisant et surtout d’un commandement trop dispersé, des liaisons souvent déficientes entre les groupes coupés les uns des autres. A cela s’ajoute un rassemblement toujours problématique entre Kinh et minoritaires, Luong et Giao [5]… Par ailleurs, si la plaine de Bai Sây se prêtait bien à la guérilla et à la guerre de mouvement, elle ne pouvait résister longtemps à l’encerclement d’un corps expéditionnaire fort de plusieurs milliers hommes dotés de l’artillerie et efficacement secondé par les supplétifs placés sous la responsabilité du Chargé de la Pacification (Tiêu Phu Su) Hoang Cao Khai et ses lieutenants moins mauvais qu’on le pense (Cao Xuân Duc, Nguyen Huu Vinh, Dao Trong Ky…).

La défection des Pavillons Noirs du chef chinois Luu Vinh Phuc repliés en Chine modifia le rapport des forces et poussa les forces françaises à en découdre avec le Cân Vuong au terme d’une longue préparation logistique destinée à encercler l’adversaire.

La guerre du Tonkin (image d'Epinal, 1884).
La guerre du Tonkin (image d’Epinal, 1884).

Malgré des brillantes victoires remportées à Than Mai, Tuân Quan, Tiêu Dông, Nghia Lô…, celui-ci finit par succomber sous le nombre et l’armement de l’ennemi :

« Courcy et Warnet avaient multiplié les routes à travers le Delta qui n’en avait guère jusqu’alors. Leur résultat économique fut souvent désastreux, leur solidité fut médiocre. Néanmoins, les déplacements des forces d’occupation en étaient facilités, au détriment des forces de résistance. Enfin les Français utilisaient de plus en plus des auxiliaires vietnamiens dont la pénétration dans le pays pouvait être plus profonde (…) » (p.92).

A la stratégie « du poisson dans l’eau » pratiquée par le Cân Vuong, la parade française oppose la « politique de races » du Colonel Pennequin ouvrant des larges brèches en direction des minorités catholiques et ethniques (Thai, Hmong et Muong)… bien avant l’invention du concept « tache d’huile » théorisée par le général Galliéni. L’échec de Bai Sây soldé par l’exil en Chine de Tan Thuat et la mort prématurée de Nguyen Quang Bich marque le commencement d’ une période de reflux et d’incertitude du Cân Vuong au Tonkin et annonce le retour à Hung Linh (Thanh Hoa) où les anciens de Ba Dinh (Tông Duy Tân, Câm Ba Thuoc et Cao Dien) reprirent les combats d’arrière garde.

[à suivre]
  • Trinh Van Thao : La résistance du Cần Vương revisitée [3]

Notes

[1] Si Tra Quy Binh est identifié plus tard comme un sympathisant du Cân Vuong proche de Nguyen Thông (voir mon livre précité), le nommé Ho Bui Dang ( ?) ou Bui Dang est introuvable dans les archives vietanmiennes. Il en est de même d’un certain Bui Giang (pourquoi le changement de Dz en Gi ?) un chef Cân Vuong rallié au Phu Lôc (ou Tran Ba Lôc) avec ses 500 hommes et qui a participé activement à la capture et l’exécution du chef du Cân Vuong à Binh Dinh Phu Yen (Mai Xuân Thuong).

[2] Dinh Công Trang à Ba Dinh, Phan Dinh Phung à Huong Son s’en souviendront plus tard.

[3] Il s’est pendu à Huê après s’être rendu aux vainqueurs pour délivrer sa mère prise en otage.

[4] Selon Tran Van Giau et alii, op.cit., il sera appuyé durant la campagne de 1885-1886 par les actions de Ta Hiên, La Xuân Uy… et de Dèo Van Tri un chef de minorité Thai qui s’est révélé comme un redoutable chef de guerre avant son ralliement aux Français.

[5] Ainsi la tactique de Pennequin visant à obtenir la reddition de Deo Van Tri a été fatale au Cân Vuong. Il en est de même de la trahison de Truong Quang Ngoc dans la capture du roi Ham Nghi.

Trinh Van Thao : La résistance du Cần Vương revisitée (1)

 

La Résistance du Cần Vương revisitée [1]

Figures de Lettrés dans le récit historique du Can Vuong.

Un portrait de groupe

*

 Trinh Van Thao

 

Relire Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989) de Charles Fourniau vingt ans après. En hommage à mes vieux vietnamisants disparus : Charles Fourniau (IRSEA-CNRS) et Philippe Langlet (Paris 7).

 

Statue_PhanDinhPhung
Statue de Phan Dinh Phung à Saigon

Il faut se méfier de l’habitus universitaire et du ritualisme commémoratif combinant subtilement l’affectation et la condescendance en masquant le jeu de miroir entre gens cultivés. Se garder de tomber dans la trivialité faite du mélange de complaisance et de confraternité, d’éloge sans objet et regret sans enjeux.

Pour moi, le meilleur hommage que l’on puisse rendre à un historien du Viêt Nam comme Charles Fourniau, c’est d’aborder avec respect et tout le sérieux requis l’œuvre dont il était l’auteur et le parcours de chercheur en relation avec son métier d’historien.

 Cela dit, l’exercice n’est pas sans danger car le devoir de mémoire historique est tout aussi exigeant et délicat que le travail de critique littéraire. En l’occurrence, il s’agit de délimiter le champ disciplinaire, situer l’œuvre majeure et son auteur dans l’historiographie, apprécier sa place dans l’histoire actuelle de la colonisation de l’Indochine. Pour ce faire, le lecteur ne peut faire l’économie d’un « retour » aux sources bibliographiques, porter un regard critique du savoir historique légué par les fonds documentaires et archivistiques de la seconde moitié du XIXe siècle avec ses lumières et ses zones d’ombre.

Un simple coup d’œil sur la bibliographie française contenue dans l’ouvrage cité de Charles Fourniau (édité en 1989) et surtout dans sa thèse de doctorat (soutenue à l’université d’Aix-Marseille en 1983) permet de voir la discrétion relative de cet épisode pourtant riche en événements dans le face à face entre la France et du Viet Nam : guerres de conquête, naissance d’un empire de l’Occident au détriment d’un autre empire d’Asie (le Dai Nam des rois Nguyen), triomphe de la civilisation fondée sur la force mécanique (selon Phan Boi Chau) face à une monarchie « crépusculaire » (Nguyen The Anh) de type confucéen.

Pourtant de ces fonds historiographiques d’une richesse inouïe [1], il n’en ressort que peu de publications de synthèse majeures [2] portant sur la guerre de résistance des lettrés (1885-1896) à la fin du XIX e siècle, entre le départ du Cortège Royal de Ham Nghi vers Tân So, l’appel à l’insurrection générale (1885) et la fin annoncée d’une figure légendaire de la résistance lettrée, Phan Dinh Phung (1896) sans oublier les ultimes combats du De Tham en 1913. Au milieu de cette étrange discrétion, le livre de Charles Fourniau publié en 1989 chez L’Harmattan constitue en soi un événement littéraire dédié à la lutte des lettrés et paysans vietnamiens contre les forces d’occupation étrangères.

DynastieNguyen1802-1883
Généalogie des empereurs du Việt Nam (dynastie des Nguyễn) jusqu’au 30/11/1883 © PUP

Osons une hypothèse qui pourrait choquer la communauté historienne sur les raisons de l’amnésie partielle de l’historiographie coloniale (surtout pour le Viêt Nam). Et nous interroger sur le phénomène de fracture de la mémoire historique (selon la terminologie de Maurice Halbswach) en rapport avec la perte de la souveraineté politique de l’Etat des Nguyen au lendemain du départ de Ham Nghi (1885-1886) pour prendre la tête de la résistance Can Vuong, son combat désespéré, sa capture et l’exil. Les circonstances confuses et complexes qui ont marqué l’avénement de son cousin Dông Khanh – qui rappellent, en résonance, la destitution de l’empereur Quang Tu (Guangxu) de Victor Segalen (Le Fils du Ciel)- ouvrent l’ère des « rois potiches » dans le long procès de dépossession politique et symbolique du Viêt Nam par le pays de tutelle. Tout s’est passé désormais comme si avec l’élimination du roi « légitime » [3] et la subversion de l’Etat vietnamien sous les effets de l’administration directe (colonat) ou indirecte (protectorat) par les fonctionnaires français relevant du Gouvernement général de l’Indochine, le fil symbolique de la mémoire historique a rompu son cours en attendant la renaissance de l’Etat indépendant proclamé en Août 1945 [4]. Pour être « ambiguë » (Brocheux et Hémery), la colonisation du Viêt Nam ne procédait pas moins d’une réalité irréfutable, celle de la capture de tous ses attributs de la souveraineté vietnamienne par un pays étranger. En ce sens, le Testament de Khai Dinh de 1922 dans lequel le roi ne revendiquait plus que l’exercice du culte officiel de ses ancêtres avait au moins le mérite de lever l’équivoque « protectorat » en révélant la réalité d’une fiction.

Généalogie des empereurs du Việt Nam (dynastie des Nguyễn) de la mort de Tự Ðức jusqu’au 13/5/1916 © PUP
Généalogie des empereurs du Việt Nam
(dynastie des Nguyễn) de la mort de Tự Ðức jusqu’au 13/5/1916 © PUP

La preuve la plus éclatante de cette perte de souveraineté, et celle de mémoire historique, est attestée en creux par le silence de l’histoire officielle sur des guerres de « pacification » menées par les Français et leurs alliés locaux contre les « rebelles, bandits et pirates annamites » toutes catégories confondues. Durant cette durée quasi séculaire (1858-1954), face à l’abondance documentaire venant des fonds d’archives – archives d’Etat, rapports ministériels, service historique des armées, presse, publications scientifiques, mémoires d’acteurs, cartographies et photos, iconographie consignées et soigneusement répertoriés dans les centres spécialisés sans parler les fonds privés – , il ne subsiste chez les peuples vaincus (le Viêt Nam ne fait pas l’exception parmi les anciens colonies et protectorats) que les fragments émiettés de la mémoire collective (M. Halbwachs) issus d’individus, de lignées ou de groupes, sources privées ou privatisées mêmes si elles émanaient des agents de l’Etat traditionnel. Dans sa remarquable «Historiographie d’Etat au siècle des Nguyen », notre regretté collègue Philippe Langlet a dressé un état des lieux implacable pour constater in fine son ultime implosion :

«  A partir de 1865, Tu Duc n’osa même plus célébrer lui-même le sacrifice au Ciel, rite essentiel de l’Etat. Dès lors comment publier la version impériale de l’histoire et l’encyclopédie de l’empire sans attirer l’attention sur l’échec nationale des Nguyen ? (…) la deuxième invasion du Nord en 1882, et la crise de succession au décès de Tu Duc (1883) imposèrent un nouveau délai pour les dernières révisions. Puis l’ordre d’imprimer venait d’être donné quand la bataille de Huê (1885) fit tout remettre à plus tard. (…) les ébauches ont été complétées, achevées, et pour la plupart imprimées sous les règnes de Thanh Thai, Duy Tân, pendant lesquels de nouveaux projets ont encore été réalisés. Par contre, l’histoire viêt abrégée versifiée en langue nationale, abandonnée à l’initiative privée, put être publiée à Hanoi dès 1870.» [5]

Quant à leur contenu, « on est facilement dégoûté par leur caractère d’hagiographie, de panégirique dynastique autant ou plus que de morale confucéenne, de surabondance de détails administratifs et de pauvreté en récits concrets sur la vie du peuple, de rigueur chronologique et objective insinuant en fait l’idée d’une causalité et cachant un choix partial dans les données historiques. Mais la thèse historique des Nguyen ne pouvait être convaincante que cachée derrière la multitude des faits » (ibid.).

 Cela dit, ces chroniques royales révèlent tout de même, au-delà de l’habitus historiographique, une « prodigieuse mémoire » même lorsqu’elles se sont révélées plus dynastiques que nationales [6].

Vua_Tu_Duc
L’empereur Tu Duc (1829-1883)

Du côté de l’historiographie française, il faut reconnaître que la production scientifique était loin de rendre justice à la richesse des matériaux dont elle disposait. A l’encontre de l’hagiographie coloniale qui fleurit entre les deux guerres mondiales, leur (sous) traitement varie en fonction des aléas de l’actualité, entre l’assoupissement et les réveils brutaux au lendemain d’un revers militaire ou d’un échec politique voire d’une crise sociale qui agitèrent le conscient et l’inconscient collectif (selon Pierre Kaufman) : Yên Bay (1930), Soviets de Nghe Tinh, le Front Populaire…

Mis à part les rares travaux-phare de Pierre Gourou, Paul Mus, Jean Chesneaux…, un seul ouvrage en langue française et écrit par un universitaire vietnamien (Le Thanh Khoi) Viet Nam. Histoire et civilisation parut presque en catimini aux Editions de Minuit en 1955 [7], la Bibliothèque historique du Viêt Nam Cân Dai (histoire moderne du Viet Nam) [8] hésite entre défense et illustration des temps forts du célèbre Procès de la colonisation en Indochine de Nguyen Ai Quoc et apologie des « effets positifs » de la colonisation [9], entre les réquisitoires sans nuances et les larmes amères du triste repentir de l’homme blanc !

Quoi qu’il en soit, cette séquence de l’histoire parallèle de deux nations aura toutes les peines du monde pour trouver sa juste place dans la mémoire historique des Etats tant en France qu’au Viêt Nam.

Tout ce constat désabusé n’a d’autre intention que pour souligner le travail pionnier de Charles Fourniau dont le projet scientifique, en parfait accord avec ses convictions politiques, s’inscrit de plein droit dans l’histoire coloniale française et l’histoire moderne du Viêt Nam. De sa thèse de doctorat (Les contacts franco-vietnamiens de 1885 à 1896 en Annam et au Tonkin) [10] jusqu’à la publication, sur le tard, d’œuvres majeures comme L’Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989, 294 pages) et surtout Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale 1858-1914 (Paris, Les Indes Savantes, 2002, 845 pages). Dix ans après la parution du Vietnam… et d’autres témoignages et souvenirs liés à la carrière de journaliste de L’Humanité au Viet Nam (C. Fourniau serait le seul journaliste étranger à avoir vécu le début de la guerre américaine au Viêt Nam), force est de constater qu’elles n’ont pas suscité un accueil chaleureux de la part de la communauté historienne comparé au succès médiatique des ouvrages récents d’inspiration plutôt iconographique. Et d’observer sans amertume ni surprise le décalage toujours persistant entre la recherche universitaire et la presse plus ou moins cultivée.

L'empereur Ham Nghi (1871-1943)
L’empereur Ham Nghi (1871-1943)

C’est dans cette conjoncture particulière qu’il semble plus intéressant de renouer post mortem avec l’historien du Can Vuong un dialogue pour l’Histoire en suggérant les repères qui rendent possible, et légitime, la comparaison du livre de Charles Fourniau et Viet Nam du confucianisme au communisme. Essai d’itinéraire intellectuel de Trinh Van Thao (l’auteur de cet article) parus presque simultanément dans la même collection de L’Harmattan « Recherches Asiatiques » [11]. Le double éclairage qu’apportent les travaux en langue française portant sur les mêmes Acteurs agissant dans le même contexte historique permet de comprendre le comportement et l’action des lettrés (l’objet de L’Annam et le Tonkin) à l’éclairage de leur écrits et prises de position qui constituent grosso modo la substance de mon essai d’itinéraire intellectuel. Et réciproquement. Au-delà des options méthodologiques apparemment contraires (action contre idée) mais combien complémentaires, il n’est pas difficile de constater la réalité d’une convergence sur la signification de cette période d’un demi-siècle vietnamien dans l’histoire de l’Asie [12].

Pour rendre intelligible ma relecture de L’Annam-Tonkin 1885-1896, il me faut recourir, à l’instar de la sociologie historique, au « détour générationnel » pour comprendre la recomposition de la classe dirigeante vietnamienne (les lettrés) à l’épreuve de la conquête coloniale, mettre en rapport « conjoncture politique » et « génération sociale » [13] :

  • Le sommet de l’Etat traditionnel au « crépuscule de la monarchie » (Nguyen The Anh) [14] est formé autour de l’empereur Tu Duc (1848-1883) des personnalités fortes du pouvoir mandarinal vietnamien : Truong Dang Quê (le puissant courtisan et garant de la continuité dynastique), Phan Thanh Gian (l’homme de lettres et le représentant de l’Etat) et Nguyen Tri Phuong (le pouvoir militaire). A eux trois, ils incarnaient la légitimité de l’Etat traditionnel et, d’une certaine manière, sa souveraineté interne et externe. En ce sens et au-delà de leur « virtù » personnelle (Antonio Gramsci), ces acteurs appartiennent dans notre terminologie à la génération de la Défaite [15]. Triple défaite : la Cour dans le processus de renouvellement du personnel politique face à la menace extérieure, la diplomatie dans la volonté de sortir de l’isolement international, la défense dans l’invention d’une stratégie de guerre adaptée au temps moderne.
  •  Le réformisme « rentré » entrepris par le lettré catholique Nguyen Truong Tô à la fin de règne de Tu Duc et le confucéen Nguyen Lô Trach [16] livra la scène politique vietnamienne à la « génération de la Résistance » en instituant un face à face tantôt feutré tantôt violent opposant les lettrés réfractaires représentés par Phan Dinh Phung et les Régents ralliés aux conquérants victorieux tels Hoang Cao Khai, Nguyen Huu Dô ou Nguyen Than… laissant en marge, ou plutôt en position d’attente, le « marais » d’indécis et d’opportunistes formés de « groupes d’opinion » [17] qui agirent en coulisse sur la Cour au gré des circonstances et des coteries [18]. Sur le terrain de la lutte symbolique, la fuite de Ham Nghi suivie de l’intronisation de Dông Khanh (supra) introduisait bel et bien une double légitimité conflictuelle en créant un espace de  contestation et de compromission au sein même de la classe dirigeante et de la bureaucratie mandarinale.
  • La relève de Hoang Hoa Tham (un chef paysan) et la liquidation des dernières poches de résistance indiquent clairement le déclin du leadership lettré et le tranfert du pouvoir à la classe paysanne. En effet, à la différence du Cân Vuong de Phan Dinh Phung, l’entourage du héros de Yen Thê est composé essentiellement de chefs militaires issus du peuple Kinh et des minorités ethniques. Elles amorcent la fin de l’insurrection et sa reconversion à une stratégie de transition qui annonce la démarche politique et culturelle du mouvement Duy Tân en 1908 [19].

Le grand mérite de Charles Fourniau fut d’avoir, dans son récit de 1989, restitué avec pertinence et finesse les grandes lignes des moments politico-militaires décisifs qui ont jalonné le mouvement insurrectionnel à « l’appel du roi » Ham Nghi – d’où son nom (Cân Vuong) – des lettrés et paysans qui se sont rangés, durant la décennie 1885-1896, derrière son autorité morale et politique et de la monarchie avant que celle-ci ne sombre devant l’ennemi.

Phan Dinh Phung, le chef militaire du Can Vuong
Phan Dinh Phung (1847-1896), le chef militaire du Can Vuong

Pour le mettre à jour dans le temps et l’espace, déconstruisons le récitatif historique de L’Annam-Tonkin en séquences significatives de la fuite éperdue du Cortège Royal vers le Nord Annam suivie des scènes à vrai dire confuses intervenues dans les provinces méridionales (Khanh Hoa, Binh Thuan puis Phu Yên et Binh Dinh) en remontant vers le cœur de la rebellion (Ba Dinh près de la province de Thanh Hoa et de Ninh Binh), avant de regagner le delta occidental et oriental du Fleuve Rouge (Bai Say), pour revenir, après la capture de Ham Nghi, à son point de départ, aux maquis de Hung Linh et Huong Son où se sont illustrées les troupes de Phan Dinh Phung. Avec, en fin de parcours la prise de Yen The défendu par les partisans du De Tham. Chacune des ces séquences porte collectivement et individuellement la marque de la confrérie lettrée, ses motivations, sa capacité de mobilisation des masses paysannes, en un mot, son charisme comme ses contradictions, ses forces et ses limites. Chacune suppose la mise en place d’un travail de déconstruction destiné à :

1) évaluer les enjeux et les rapports de forces du moment,

2) identifier les acteurs les plus représentatifs,

3) localiser les lieux de lutte afin de rendre visible le déplacement des forces antagonistes,

4) caractériser la nature des campagnes par rapport à l’ensemble du mouvement.

 

[à suivre]


Notes

[1] Aix en Provence et ses annexes françaises et vietnamiennes, le Château de Vincennes et Fréjus, la Nouvelle Bibliothèque François Mitterand voire les hauts lieux de la vietnamologie contemporaine comme Washington, Cornell, Columbia ou Melbourne sans oublier Moscou ou Pékin… Comme quoi l’interminable guerre du Viêt Nam (1945-1975) en cache celle qui la précède presqu’un siècle avant !

[2] L’histoire de la fin de l’empire Viêt Nam attend toujours ses Michelet, Guizot… qu’elle mérite ! Je laisse volontiers à la génération actuelle de chercheur le soin de réévaluer les acquis dans l’historiographie de cette période pourtant cruciale dans la formation de la conscience nationale vietnamienne !

[3] Il s’agit d’une légitimité relative compte tenu des régicides intervenus entre la mort de Tu Duc et l’intronisation de Ham Nghi.

[4] Je reviendrai sur celle de l’Etat-parti qui, de 1945 à nos jours, est doublement et malheureusement tributaire à la fois du récitatif colonial (qu’elle prend à l’envers) et de la phraséologie stalinienne !

[5] Philippe Langlet, « Historiographie d’Etat au siècle des Nguyen » in Viet Nam Sources et Approches, Publications de l’Université de Provence, 1996, p. 357.

[6] P. 356-357 in Viêt Nam. Sources et approches, PUP, 1996, textes d’Euroviet d’Aix réunis par P. Le Failler et J.M. Mancini.

[7] Réédité sous le titre Histoire du Viêt Nam des origines à 1858, Ed. Sud-Est Asie 1982. La date finale de 1858 en dit long sur la séquence muette de la mémoire historique !

[8] Mises à part les publications en langue vietnamienne de Nguyen The Anh et de ses collègues de la République du Sud (1955-1975).

[9] Réplique tardive et réparatrice à la fausse conscience post-coloniale qui avait tant chagriné les nouveaux philosophes des années 70. Tout compte fait, les crimes colonialistes ne font pas le poids face à la Shoah et des Goulags !

[10] Thèse de doctorat d’Etat soutenue à Aix-Marseille I en 1983 (2660 pages). On peut s’étonner que son auteur, agrégé d’histoire, n’ait pas trouvé sa place à l’université alors que le Centre d’archives d’outre-mer pour lequel il s’est tant donné venait de s’ installer à proximité de la faculté des Lettres d’Aix en Provence.

[11] C. Fourniau comme l’auteur de cet article ont bénéficié d’un accueil sympathique et amical de l’éditeur tout en déplorant de nombreuses déficiences éditoriales heureusement rectifiées dans la seconde édition (2007) du moins en ce qui me concerne. Je me proposerai d’apporter en annexe des corrections permettant une réédition que j’appelle de mes vœux !

[12] Voir les traces de notre coopération dans Le contact colonial franco-vietnamien. Le premier demi-siècle (1858-1911), PUP, 1999.

[13] Trinh Van Thao, Viet Nam du confucianisme au communisme, (édition 2007).

[14] Je m’inspire ici des travaux de deux contributions remarquables sur cet épisode de l’histoire vietnamienne parues dans la collection « Recherches Asiatiques » de L’Harmattan : Yoshiharu Tsuboï (L’empire vietnamien face à la France et à la Chine, 1987) et Nguyen The Anh (Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925), 1992).

[15] Celle-ci les conduit à la mort et au suicide : Nguyen Tri Phuong mortellement blessé lors de la prise de la Citadelle de Hanoi en 1873, Phan Thanh Gian s’est suicidé après le coup de force des Français en 1867. Quant à Truong Dang Quê, sa belle carrière de courtisan s’étiole dès le début de l’invasion française.

[16] A l’exception du Duy Tân tardif au début du XXe siècle, le modernisme vietnamien n’a connu une ampleur comparable à celle du Japon et de la Chine à pareille époque. Gilles de Gantès et Nguyen Phuong Ngoc (éditeurs), Viet Nam. Le moment moderniste, Aix en Provence, PUP, 2009.

[17] Y. Tsuboï , op cit.

[18] Voir Nguyen The Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, 1992.

[19] Gilles de Gantès et Nguyen Phuong Ngoc (édit.), Viet Nam. Le moment moderniste, PUP, 2009.