Archives par mot-clé : Cambodge

Alain Escabasse : “Une histoire de la monnaie au Cambodge” (Conférence AEFEK)

[ndlr] Annonce de la prochaine conférence de l’AEFEK (Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères)

“Une histoire de la monnaie au Cambodge” 

par Alain  ESCABASSE 

(Secrétaire général de la Société de Numismatique Asiatique)

Vendredi 12 octobre 2018 de 18 h 30 à 20 h 

INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris. Amphithéâtre 5.

Image “à la une” : Monnaie en or du Tchen-la avec une inscription en référence au roi Īśānavarman Ier (c. 611-635).

Séra : Concombres amers

[ndlr] Parution le 19 septembre 2018 du nouveau roman graphique du dessinateur Séra. Présentation de l’éditeur : Concombres amers. Les racines d’une tragédie. Cambodge 1967-1975. Nous remercions Sylvain Boulouque pour le signalement.

Collection : Marabulles – Biopic et roman graphique

Ce récit graphique raconte, depuis les années 60, la montée tragique qui va conduire au génocide Khmer, depuis la fuite du prince Sihanouk en 1969 jusqu’à la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975.

Un gamin emprunte un sentier interdit. Il s’enfonce dans la végétation et il voit les pendus dans les arbres. Ce gamin, c’est Séra, il a neuf ans. En 1975, ses parents et leurs trois enfants sont expulsés par les Khmers rouges. Phnom Penh est tombé, Pol Pot arrive. Son père khmer, est expulsé de l’enceinte de l’Ambassade de France où la famille a trouvé refuge ! Séra est alors âgé de quatorze ans. Il est encore trop tôt pour qu’il puisse raconter la vie « d’avant ».

Séra sait parfaitement que les mots seuls sont bien faibles pour dénoncer cette violence, cette barbarie. De plus, les mots laissent la place à une zone floue où le « sacro-saint » imaginaire du lecteur risque de s’engouffrer et de l’emmener bien loin de la réalité… Il n’en est pas question ! C’est pourquoi l’image s’impose.

Préface par Tardi.

Source : Marabout

Cambodia : CKS Research Fellowships 2019 [Appel à propositions]

[ndlr] Annonce du Center for Khmer Studies pour une bourse de recherche au Cambodge.

CAMBODIA

CKS Research Fellowships 2019:

Call for proposals: Deadline: 15 November 2018

The Center for Khmer Studies (CKS) provides in-country research fellowships for U.S., Cambodian, and French scholars (or EU citizens holding a French degree) and doctoral students on a yearly basis.

CKS Senior Research Fellows are given direct funding for their research, access to CKS resources, and are provided with logistical support and contacts while in Cambodia.

Senior fellowships are open to scholars in all disciplines in the social sciences and the humanities to pursue further research focusing on Cambodia only or Cambodia within a regional context.

Ph.D. fellowships are available for a maximum of 11 months for doctoral dissertation research. Senior long-term (6 to 9 months) and short-term (4 to 6 months or less) fellowships are available for scholars who already hold a Ph.D.

This year, we would like to encourage research proposals related to the following themes. These are not restrictive, and please do feel free to submit proposals addressing any other themes too.

  • Urban sustainability (urban mobility, smart cities, gentrification, cultural preservation, demography and migration, etc.)
  • Environmental protection/environmental sustainability/circular economy/inequalities
  • Mine action and social impact in the ASEAN region
  • Role of youth and arts in Cambodia’s social development
  • Intangible cultural heritage of Cambodia
  • China’s social, economic and/or cultural role/influence in Cambodia
  • Application of behavioral sciences research or technology/social innovation to any of the above topics

For more information, please contact the CKS Director, Mr. Natharoun Ngo, at natharoun.ngo@khmerstudies.org

Source : CKS website http://www.khmerstudies.org/fellowships/overview

Bruno Philip : Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge [Le Monde]

[ndlr] Dimanche 29 juillet 2018 : élections législatives au Cambodge. La démocratie verrouillée. Articles de Bruno Philip, envoyé spécial du Monde à Phnom Penh.

Cambodge : forte participation aux législatives, le parti au pouvoir revendique la victoire

La participation est de 82 %. Le premier ministre, Hun Sen, au pouvoir depuis trente-trois ans, a annoncé sur Facebook une « victoire écrasante ». Le nombre de bulletins blancs ou nuls sera à scruter.

Lire la suite : Le Monde, 29/07/2018.

Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge

Le principal parti d’opposition et la presse libre ont été interdits pour garantir une nouvelle victoire électorale du premier ministre.

Après trente-trois ans au pouvoir, le premier ministre cambodgien, Hun Sen, semble indéboulonnable. Ce qui ne l’empêche pas de serrer la vis de ses concitoyens : à l’approche des élections législatives du dimanche 29 juillet, le maître du pays a en effet pris toutes les précautions pour assurer la victoire de sa formation, le Parti du peuple cambodgien.

Fin 2017, il a fait dissoudre, par le biais d’un jugement de la Cour suprême, le plus grand parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), sous prétexte qu’un de ses chefs, Kem Sokha, était en train de préparer un « complot » contre le gouvernement avec l’aide des États-Unis. M. Kem est en prison depuis septembre 2017 et risque une très lourde peine de prison. Le cofondateur du PSNC, le franco-cambodgien Sam Rainsy, a dû se résoudre à l’exil en France.

Lire la suite : Le Monde, 28/07/2018.

Cambodge : fausse démocratie, vraie tyrannie

Le premier ministre à poigne et ancien Khmer rouge Hun Sen, devenu le meilleur « client » de Pékin dans la région, garde le champ libre pour les élections législatives du 29 juillet.

Lire la suite : Le Monde, 29/06/2018.

Voir aussi :

Illustration “à la une” : Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, lors d’un discours aux ouvriers d’une manufacture de textile, dans la province de Kandal, le 30 mai 2018 © Samrang Pring / Reuters

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers [Irasec – 26 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une conférence organisée par Anne Guillou (anthropologue CNRS) à l’IRASEC à Bangkok dans le cadre du cycle “Bouddhisme et société”.

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers

par Leng Kok-An, chercheur principal, Directeur de la conservation des manuscrits au Fonds d’Edition des Manuscrits du Cambodge – FEMC

Mardi 26 juin 2018 à 18h30

Conférence en khmer, traduite en français et en anglais.

Les manuscrits gravés sur feuilles de latanier, recopiés de génération en génération depuis des siècles, étaient conservés dans les bibliothèques des monastères du Cambodge. La guerre, le régime des Khmers rouges et la négligence en ont provoqué la disparition presque complète. La lecture de ceux qui restent permet néanmoins de pénétrer le sens et de mieux comprendre l’organisation des rituels bouddhiques les plus familiers des Khmers.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Source : AFRASE, GIS Asie et Institut Français du Cambodge

Nous étions ennemis [Présence protestante]

[ndlr] Une belle émission, en replay sur France TV pendant 6 jours. Présentation.

Cambodge, années 1970. L’arrivée au pouvoir de Pol Pot et des khmers rouges plonge le pays dans une terrible guerre civile, causant des millions de victimes. Les partisans du nouveau régime se livrent à un combat sans merci, pour écraser l’opposition. Deux hommes que tout opposait à l’époque reviennent aujourd’hui sur cette sanglante histoire.

Lien : https://www.france.tv/france-2/presence-protestante/527431-nous-etions-ennemis.html

Séra : Membres fantômes [exposition 10 mai – 30 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une exposition de peinture de Séra.

SÉRA, le créateur de la figure de la place mémorielle À ceux qui ne sont plus là, présente une œuvre polymorphe, à la fois mémorielle et sensuelle, composée de peintures aux techniques mixtes, de dessins et de sculptures qui trouvent inspiration et racine dans la statuaire khmère ancienne et dans sa mémoire vive.

Une œuvre en hommage à l’histoire.

Une œuvre dédiée à la méditation.

Le festival Cambodge, d’hier à aujourd’hui propose de faire découvrir le Cambodge par sa création artistique contemporaine avec une programmation ponctuée de spectacles, projections, expositions, cérémonies, conférences dans 15 lieux différents de Paris et ses alentours.

Ce festival trouvera une résonance particulière chez les Cambodgiens de France dont la présence sur le territoire a souvent été la conséquence d’une histoire mouvementée, et leur permettra de porter un regard contemporain sur leur terre d’origine.

Cambodge, d’hier à aujourd’hui s’adresse à tous les passionnés et curieux d’Asie et des scènes artistiques et culturelles internationales. 15 Martel curiosity + experiences est un nouveau concept de galerie immersive.

Trop d’auteurs et d’artistes voient leurs créations refusées ou censurées en raison des conventions. Lieu de création, la galerie programme des expositions, des installations, des performances, dans un espace de liberté, au cœur de Paris, en étage, sur-rendez-vous. Rachel Hardouin, fondatrice et commissaire des événements, initie le public à ressentir, réagir, participer aux projets artistiques avec la complicité des artistes. 15 Martel accueille et donne la parole aux auteurs et aux créations.

Un lieu pour dépasser les frontières du refus.
+
15, rue martel BAT.1 #4
interphone 15MARTEL
75010 Paris – France
Mercredi au samedi de 14H à 19H
+ 33 (0)6 60 22 50 14
contact@15martel.com
www.15martel.com #15martel @15martel

 

A l’occasion du festival Cambodge, d’hier à aujourd’hui Rachel Hardouin est heureuse de vous inviter au vernissage de l’exposition qu’elle consacre à SÉRA Membres fantômes présente ses dernières créations, peintures aux techniques mixtes, sculptures et dessins.

Vernissage

Samedi 12 mai 2018 à partir de 16H00

Exposition

du jeudi 10 mai au samedi 30 juin 2018

Les dernières créations picturales et graphiques de SÉRA interrogent le corps humain en dialogue avec la statuaire khmère ancienne. Cette œuvre établit un lien entre passé et présent khmer.

Ce qui est prégnant dans l’ensemble de l’œuvre de SÉRA, c’est la présence très spéciale d’une rage maitrisée signifiée par le geste. D’un trait vif, saillant, presque cinglant, SÉRA affirme et agite. La main porte le pinceau, l’encre, la terre, le métal… loin devant pour aiguiser nos consciences et notre arbitrage.

L’homme qui dessine, l’homme qui sculpte ou l’homme qui peint, nous invite à un voyage plus profond, plus lointain, plus déchiré aussi.

« Il faut voir travailler SÉRA. Il faudrait toujours voir, s’approcher pour mieux cerner les mains qui parlent d’elle-même, d’une même voix contrariée, entre murmures de l’enfance et cris des souvenirs coincés plus haut, dans la mémoire ; il faut voir travailler SÉRA de tout son corps, pour comprendre que c’est en suivant les gestes que l’on peut suivre la courbe d’une réminiscence, et que quoi qu’on en dise, tout part de là. »

Adrien Genoudet, enseignant, chercheur, écrivain, cinéaste.