Archives par mot-clé : Cambodge

Projection du film Untold memories of Cambodia de Anne Yvonne Guillou – 20 mai 2022

A ne pas manquer.

Dans le cadre des Rencontres cinéma documentaire et sciences humaines de la MSH Mondes

Vendredi 20 mai 2022 de 13h à 15h

salle des conférences, Rdc, bâtiment Weber

Université de Paris-Nanterre

Projection du film 

Untold memories of Cambodia 

de Anne Yvonne Guillou

Documentaire de 49 min en khmer et en anglais, sous-titré en français, 2018.

Résumé

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.


La projection sera suivie d’une rencontre avec Anne Yvonne Guillou, anthropologue, chargée de recherche au CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, LESC) et Alicia Landbeck, docteure en psychologie clinique et psychopathologie, chercheure associée au Laboratoire Psy-DREPI (Dynamiques relationnelles et processus identitaires), Université de Bourgogne Franche Comté. 

Source : https://www.mshmondes.cnrs.fr/evenements/untold-memories-cambodia

Geoffrey C. Gunn, Monarchical Manipulation in Cambodia – CR de lecture de Anatole Bernet

Geoffrey C. GUNN, professeur émérite à l’université de Nagasaki et professeur adjoint à l’université de Macau, fait don dans Monarchical Manipulation in Cambodia d’une synthèse fort utile à l’étude de la monarchie cambodgienne. Diplômé de l’université de Melbourne et de l’université Monash en Asian Studies, il couvre par ses travaux une grande variété d’aires culturelles asiatiques, du monde malais aux ports japonais. Geoffrey C. Gunn porte une attention particulière à la world history, se conformant à l’adage selon lequel cette histoire globale n’est en aucun cas une histoire du globe tout entier : Gunn peut ainsi se targuer d’être tant auteur d’une histoire de la « première mondialisation » eurasienne1 que de ce qu’il identifie comme des « regional world histories »2 ; histoires globales de Macao3 et du Timor4 y côtoient une étude de la place de Nagasaki dans le commerce asiatique des lingots sur deux siècles5. L’histoire globale de l’Asie tend – en toute logique – à se focaliser sur les espaces de mobilité fréquente et d’échanges nombreux que furent les ports, villes et autres comptoirs commerciaux. Aussi est-il bienvenu de constater que Geoffrey C. Gunn met à profit son expérience de l’histoire globale dans l’étude d’un pays – le Cambodge – dont la période coloniale française est caractérisée, contrairement au Viêt Nam, par le nombre limité d’interactions d’une population clairsemée avec le monde extérieur.

Paru en juin 2018, Monarchical Manipulation, dont le sous-titre est « France, Japan, and the Sihanouk Crusade for Independence », s’inscrit dans la continuité logique de deux ouvrages aux thématiques similaires que Gunn a consacré à l’Indochine française : un sur le Laos, paru en 1990 et réédité en 20196, et un sur le Viêt Nam, paru en 20147. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de caractériser les formes de contestations politiques et de révoltes qui émergent en contexte colonial. Toutefois, là où le Laos comme le Viêt Nam sont appréhendés par Gunn dans une perspective agraire – la révolte partant des campagnes pour atteindre en instance finale le siège urbain du pouvoir colonial, c’est une problématique monarchique qui constitue le fil rouge de cet ouvrage. Le propos de Gunn est de considérer le paysage politique à la sortie du régime colonial comme le fruit d’un continuum amorcé sous la période française, dans lequel les personnalités monarchiques en général et Norodom Sihanouk en particulier jouent un rôle décisif, qu’il soit actif ou passif. Divisé en dix-neuf chapitres répartis dans neuf parties, le contenu du livre mérite d’être développé, car le titre et le sous-titre de l’ouvrage peuvent prêter à confusion. D’une part, il ne s’agit pas uniquement d’une étude de la monarchie dans le cadre de l’intervention japonaise puis de l’accession progressive à l’indépendance, mais bien d’un ouvrage de synthèse sur l’ensemble de la période coloniale. Geoffrey Gunn met d’ailleurs tant à profit ses propres recherches aux archives que celles d’innombrables autres travaux sur le protectorat français du Cambodge, ce dont résulte un travail à l’exhaustivité notable. D’autre part, il ne s’agit certainement pas uniquement d’une histoire « par le haut » de la contestation politique au Cambodge mais bien aussi d’une histoire « par le bas ». Gunn fait grand cas des communautés migrantes et rurales, leur allouant des chapitres dédiés en amont de son propos, chapitres qui permettent par la suite de mieux souligner le rôle de ces communautés dans le contexte général. Fort de cette attention à une histoire du Cambodge « par le bas », le propos de l’ouvrage met en évidence plusieurs usages de la figure monarchique dans le Cambodge colonial : d’abord instrumentalisée par le pouvoir colonial dans le cadre du protectorat, elle devient source et support de revendications politiques dans les périodes d’instabilité politique, plaçant Norodom Sihanouk dans une position inédite lorsque l’occupant japonais s’empare du Kampuchéa vichyste. Elle se fait enfin actrice et étendard de l’indépendance dans le cadre de la « croisade » décrétée par Sihanouk.

Imposer et fortifier le protectorat (ch. 1-7)

Norodom 1er (extrait de Die katholischen Missionen, side 48, 1903).

Au milieu du XIXème siècle, le Cambodge se trouve dans une position de double vassalité entre le royaume du Siam et du Viêt Nam. Le pouvoir du roi khmer, fondé sur l’idée d’un deva-raja (« dieu-roi »), tend à décliner depuis le XVème siècle au profit des intermédiaires politiques et des membres de la famille royale. Le statut du pays reste néanmoins incertain selon des conceptions occidentales. C’est dans ce contexte que les Français imposent le protectorat au roi Norodom Ier par le traité d’Oudong le 5 juillet 1863. En décembre de la même année, le roi Norodom promet néanmoins des droits semblables au royaume de Siam suite à des pressions similaires. C’est donc une convention franco-thaï qui définit en 1867 le statut du Cambodge en tant que protectorat sans autonomie internationale, ce en échange des provinces d’Angkor et de Battambang, tenues par le Siam jusqu’en 1907, puis de nouveau brièvement pendant la Seconde Guerre mondiale. La monarchie cambodgienne devient à cette occasion l’auxiliaire de l’administration coloniale française : en 1866, Norodom fait de Phnom Penh, base d’opérations française, la nouvelle capitale du royaume, tandis que l’impôt colonial et les régimes de corvées qui l’accompagnent sont centralisés par le même pouvoir royal.

Le royaume du Cambodge ne dispose pas de règles de succession écrites : ce sont des dignitaires qui proclament le successeur dans la famille royale sur demande du roi. L’administration coloniale française s’immisce rapidement dans ce processus, choisissant indirectement le souverain en influant sur ses dignitaires : Norodom Yukanthor, anti-français, est écarté au profit de Sisowath (1904-1927), tandis que son successeur Monivong (1927-1941) est envisagé comme tel dans les rapports français dès 1913. La présence française contribue aussi à affirmer – pour mieux la manipuler – l’identité cambodgienne. L’École Française d’Extrême-Orient (implantée en 1907) tente de préserver le clergé bouddhiste Mana Nikaya majoritaire pour éviter au clergé Dhammayuttika Nikaya minoritaire sous influence siamoise d’acquérir un pouvoir jugé menaçant. Ces actions contribuent aussi à l’affirmation nationaliste khmère. En 1930, la khmerphile et directrice de la bibliothèque royale Suzanne Karpelès fonde aussi l’Institut Bouddhique ainsi qu’une Commission des Mœurs et Coutumes du Cambodge, institutions qui contribuent à l’affirmation d’une identité khmère.

Le fait colonial français se manifeste concrètement par une nouvelle organisation des zones rurales dans l’optique de collecter l’impôt. Les communautés villageoises (srok) choisissent à partir de 1901 un mesrok qui est responsable de la collecte des taxes. Elles sont remplacées en 1908 par des communes (khum) dirigées par un mekhum. Le système colonial de taxe et de corvée pèse lourd sur les plus défavorisés, et l’agriculture stagne : des épisodes de disette surgissent en 1906, 1911 et 1919, au point que l’administration coloniale interrompt temporairement les exportations vers la métropole. Dans ce contexte, les révoltes sont surtout paysannes et s’opposent au poids de l’impôt : les paysans se rassemblent en 1916 à Phnom Penh pour réclamer une réforme de la taxe, et en 1925 le collecteur d’impôt Félix Louis Bardez est lynché par une foule en colère. À ces prémisses cambodgiennes de la révolte se greffent des leaders qui tendent à être prétendants au trône : le prince Si Votha mène ainsi plusieurs rébellions entre 1876 et 1889. S’y ajoutent les ethnies « montagnardes », comme les Phnong, qui se rebellent en 1912-1914 et en 1931-1935 face à une administration coloniale pour qui ils sont les sauvages par excellence à soumettre au pouvoir de la puissance française.

Les revendications politiques et le rôle de l’intermède japonais (ch. 8-13)

Deux communautés non-khmères majeures sont installées au Cambodge colonial : les Chinois et les Vietnamiens. Les Chinois, pour la plupart originaires de Hainan, sont historiquement présents au Cambodge comme commerçants du poivre. Concentrés autour de Kampot, ils forment des huiguan [会馆] (« congrégations ») qui disposent de leurs institutions et de leurs structures propres. Les Vietnamiens sont eux nombreux dans la région agricole de Prey Veng et dans celle, productrice de caoutchouc, de Chup. Ils constituent une force de travail privilégiée par les Français, car souvent moins onéreux. Ces communautés sont aussi une source d’inquiétude pour les autorités coloniales : les Vietnamiens sont considérés comme un danger car possibles agents de propagation du caodaïsme, tandis que les Chinois sont la cible de l’influence du Parti Communiste chinois et de l’aile gauche du Kuomintang dès les années 1920. Par la suite, c’est le Parti communiste indochinois de Ho Chi Minh qui exercent son influence idéologique sur le Cambodge. Dès 1936, Son Ngoc Thanh et Pach Chhoeun émergent comme figures précoces de la lutte khmère pour l’indépendance.

Le journal Nagara vatta, premier magazine en langue khmère.

Lorsque Norodom Sihanouk devient roi du Cambodge en 1941, le régime de Vichy incarné par Decoux tente d’appliquer au Cambodge la logique de « rénovation nationale » pétainiste. Ce « créationnisme culturel » voit notamment le passage du khmer à l’écriture romaine, et la création des Yuvan Kampuchearath (« Jeunes du Cambodge ») pour mobiliser la jeunesse. Une attaque du Siam en 1941 donne lieu à des défaites terrestres françaises mais aussi à une victoire navale qui pousse les Japonais à arbitrer le conflit en faveur du Siam. La perte subséquente d’un tiers du territoire cambodgien donne lieu à un immédiat mécontentement de la population. Le 20 juillet 1942, la « guerre des parapluies », révolte de moines après la suppression du journal Nagara vatta (កាសែតនគរវត្), donne lieu à l’arrestation de Pach Chhoeun et d’autres patriotes. Le coup de force japonais du 9 mars 1945 et l’instauration du royaume du Kampuchéa voient l’abrogation des traités de 1863 et 1884 par Sihanouk, ce qui en fait un état indépendant sous contrôle japonais. Le 9 août 1945, un de coup d’État par Son Ngoc Thanh et la création d’un Corps de Volontaires cambodgiens met en évidence la présence d’un mouvement d’indépendance radical républicain.

La conférence de Postdam (juillet-août 1945) prévoit une reddition japonaise au sud du 16ème parallèle aux forces du South East Asian Command (SEAC) basé à Singapour. Ce sont donc les Britanniques qui déposent Son Ngoc Thanh, lequel les pensait pro-indépendance. Ce sont aussi les Britanniques qui implémentent le 25 novembre 1945 les mesures de reddition alliées. Le 7 janvier 1946, le nouveau modus vivendi franco-cambodgien fait du Cambodge un royaume autonome de l’Union française, consacrant un retour au protectorat. Le statut de royaume autonome engendre néanmoins un nouveau paysage politique : les élections de 1946 (Convention constitutionnelle) et 1950 (Assemblée nationale) sont toutes les deux remportées par le Parti démocrate, anti-Sihanouk et anti-français. S’y oppose le timide Parti libéral mené par le prince Norindeth qui souffre d’être pro-français. Une constitution sur le modèle de la IVème République est proclamée le 7 mai 1947, mais l’opposition entre une Assemblée nationale démocrate et Norodom Sihanouk bloque le processus décisionnel. En juin 1952, Sihanouk dissout l’Assemblée et décide d’assumer directement le pouvoir jusqu’en 1955.

Du modus vivendi à la « croisade royale pour l’indépendance » (ch. 14-19)

Plusieurs nouveaux groupes d’action politiques se constituent au lendemain du modus vivendi. Le premier est celui des « moines bouddhistes », par extension toute personne faisant partie d’une école monastique, du clergé ou même de l’Institut Bouddhique. Saloth Sar est par exemple élevé dans un ordre Dhammayuttika Nikaya thaï, dont l’allégeance ne va pas à Norodom Sihanouk mais au souverain thaï. Le futur Pol Pot fait également partie du deuxième groupe majeur d’opposition politique : celui des membres du groupe scolaire du lycée Sisowath de Phnom Penh. S’y forme en 1946 un groupe de « Libération du Cambodge du colonialisme français ». Ces différents cercles subissent des influences étrangères multiples, qu’il s’agisse de la propagande du Viêt Minh ou du journal Vô San (« Prolétariat ») d’obédience trotskiste. Concomitamment, des guérillas rurales se déclarent dans les montagnes. Khmer Issarak est une guérilla khmère soutenue par Bangkok, que rejoint Son Ngoc Thanh en 1952. Le Comité de Libération du Peuple Khmer (CLPK) est actif à l’Ouest du pays, et l’année 1951 voit la création du Parti Révolutionnaire du Peuple Khmer (PRPK) par Son Ngoc Minh, d’autre part à la tête d’un Front Issarak Uni (FIU).

Norodom Sihanouk, monarque et acteur de l’indépendance du Cambodge

Après avoir assumé personnellement le pouvoir politique, Norodom Sihanouk multiplie les missions diplomatiques pour obtenir au plus vite l’indépendance du Cambodge. En 1952, il effectue un voyage au Vatican, au Canada, aux États-Unis puis au Japon pour y établir des relations diplomatiques. Partout, il déclare l’intention à se ranger dans le camp capitaliste si l’indépendance est acquise. En France en 1953, il obtient du président de la République Vincent Auriol le transfert des Forces Armées Khmères au pouvoir royal, tandis que son Premier Ministre Penn Nouth obtient progressivement entre août et octobre 1953 le transfert des prérogatives de l’administration coloniale au Cambodge. Le 9 novembre 1953, Norodom Sihanouk fait une entrée triomphale à Phnom Penh, célébrant la victoire de sa « croisade pour l’indépendance ». Lors des accords de Genève, en 1954, le Cambodge est ainsi le seul pays indochinois représenté par lui-même, la France représentant le Laos et le Viêt Nam. L’indépendance ne règle pas pour autant toute inquiétude politique au Cambodge : abdiquant en 1955 en faveur de son père, Norodom Sihanouk dirige le pays par l’intermédiaire du Sangkum, une assemblée dont il nomme personnellement les membres. Sa répression des mouvements communistes donne lieu à un exil des étudiants vers les guérillas rurales. Le coup d’État de Lon Nol du 18 mars 1970 et la déstabilisation du pays qui s’ensuit constituent un prélude au régime des Khmers Rouges et au régime d’arbitraire total qu’ils imposent.

Conclusion

Le rôle de la monarchie dans l’histoire coloniale du Cambodge est premier. La domination coloniale que la France exerce sur le Cambodge est d’abord une domination sur les prérogatives de la monarchie khmère. Les membres de l’opposition politique et de manière générale de la vie politique cambodgienne sont jusque tardivement en priorité des membres de la famille royale. C’est enfin par les manipulations diplomatiques de Norodom Sihanouk que le Cambodge acquiert une indépendance relativement peu violente. L’ouvrage de Geoffrey Gunn a l’avantage de mettre en évidence une continuité entre des contextes politiques qui ne sont pas souvent rapprochés : l’Indochine française et les Khmers Rouges. Les lecteurs et lectrices francophones regretteront que l’ouvrage souffre de coquilles de langue française nombreuses, voire systématiques : le chapitre 6 s’intitule ainsi « Managing the paix français [sic] », faute d’accord reprise dans tout ledit chapitre. L’exhaustivité de Monarchical Manipulation in Cambodia et l’attention de l’auteur aux différentes communautés actrices de la contestation auront tôt fait de les faire pardonner ces quelques fautes d’édition, célébrant la synthèse qu’offre présentement Geoffrey Gunn à l’histoire coloniale du Cambodge.

Anatole Bernet, promotion ASIOC 2021-2022.

Anatole Bernet est agrégé d’Histoire et étudiant en deuxième année du Master Asie Orientale et Contemporaine (ASIOC).


Notes

  1. Geoffrey C. Gunn, First globalization: the Eurasian exchange, 1500-1800 (Rowman & Littlefield Publishers, 2003) []
  2. cf. https://geoffreycgunn.com/publications.php []
  3. Geoffrey C. Gunn, Encountering Macau: A Portuguese city-state on the periphery of China, 1557-1999 (Westview Press, 1996) []
  4. Geoffrey C. Gunn, Timor Loro Sae: 500 Years (Livros do Oriente, 1999) []
  5. Geoffrey C. Gunn, World trade systems of the east and west: Nagasaki and the Asian bullion trade networks (Brill, 2017) []
  6. Geoffrey C. Gunn, Rebellion In Laos: Peasant And Politics In A Colonial Backwater (Routledge, 2019) []
  7. Geoffrey C. Gunn, Rice wars in colonial Vietnam: the Great Famine and the Viet Minh road to power (Rowman & Littlefield, 2014) []

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne – Séminaire du 28 février mars au 27 juin 2022

Séminaire de recherche sur le Cambodge. Présentation.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

Année 2021-2022 (premier semestre 2022)

Séminaire commun EHESS-INALCO, du 28 février mars au 27 juin 2022

les lundis de 16 h 30 à 18 h 30, à l’INALCO (salle 6.06, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris) – Eric Bourdonneau (maître de conférences à l’EFEO, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
Grégory Mikaelian (chargé de recherches au CNRS, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
– Intervenant extérieur pour l’année 2021-2022 : Marie Aberdam, chargée de cours d’histoire de l’Asie du Sud-Est à l’INALCO, membre associée du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO).

Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.

En 2021-2022, les séances consacrées aux textes les plus anciens, ceux du corpus des inscriptions antérieures au XVe siècle, prendront le temps avant tout de revenir sur les méthodes et les choix de traduction priviligiés jusqu’à présent dans la littérature. Le récent développement des traductions « vers le khmer moderne » retiendra particulièrement notre attention. Les séances s’appuieront ici sur une sélection d’inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, datées principalement des Xe et XIe siècles, lors de ce « Moyen-Âge central » qui voit l’affirmation d’un usage narratif du khmer et la multiplication des inscriptions dans lesquelles l’historiographie a pris l’habitude de reconnaître des textes de nature « juridique » ou « administrative » (une qualification qui n’est pas sans poser problème).

Nous reviendrons également à l’étude des matériaux juridiques du XVIIe siècle en abordant le Cpāp’duṃnīm pīy° purā̎n (c. 1691-1704), code traduit approximativement par l’administrateur colonial Adhémard Leclère en 1898, puis étudié en détail par Saveros Pou dans le cadre de ses séminaires de « Philologie khmère moyenne » en 1984. L’enjeu sera d’en donner une lecture ainsi qu’une traduction qui tiennent compte des avancées de la connaissance historique concernant les réformes institutionnelles et juridiques menées par les rois khmers du XVIIe siècle. Partie prenante d’une vaste codification royale, ce texte contraste fortement avec les lois qui lui sont contemporaines aussi bien par sa forme narrative et vivante que par sa visée explicitement « jurisprudentielle » : organisé en une cinquantaine de récits coutumiers, son propos est en effet d’énoncer les dols mémorables du siècle écoulé que le législateur mobilise à la manière d’une « tradition » justifiant une révision des pratiques judiciaires.

Nous étudierons enfin des lettres de requêtes, plaintes et pétitions émanant de collectivités rurales, des années 1920 à 1940, et adressées aux autorités khmères et françaises. Conservées dans les archives de la Résidence supérieure du Cambodge (Archives Nationales du Cambodge) et dans les fonds du Gouvernement général de l’Indochine (Archives Nationales de la France d’Outre-Mer), ces lettres rédigées en khmer et traduites en français donnent notamment à voir la segmentation sociale en milieu rural et les relations qu’entretiennent les habitants avec leur territoire. Ce corpus nous permettra d’étudier l’exercice de la traduction en situation coloniale, mais également de repérer les traces laissées par les pratiques scripturaires de la royauté khmère à l’époque coloniale au sein de cet usage nouveau de l’écrit par les populations.

Image “à la une” :  CC0

Temporalités khmères de près, de loin, entre îles et péninsules [parution]

Avis de parution d’une nouvelle étude collective sur la culture khmère.

Temporalités khmères

de près, de loin, entre îles et péninsules

sous la direction de Nasir Abdoul-Carime, Éric Bourdonneau, Grégory Mikaelian et Joseph Thach

Dans un précédent volume dont ce livre est en partie la continuation, une série d’enquêtes linguistiques, ethnographiques et historiques illustrait certains aspects des représentations du passé chez les Khmers, tandis que des spécialistes d’autres aires culturelles que l’Asie du Sud-Est apportaient un contre-point comparatif pour chacune des disciplines concernées. Ce premier jalon amenait à questionner plus avant la notion de temporalité. Le prisme comparatif retenu à nouveau dans cet ouvrage fait fond sur une double perspective insulaire et péninsulaire, celle de terres encerclées ou bordées par la mer. Aux propos concernant le royaume khmer, lui-même lové au cœur de la péninsule indochinoise, il appose ceux de spécialistes de la péninsule indienne, des îles insulindiennes, japonaises, papoues et malgache. Cette juxtaposition, qui étonnera peut-être, s’inscrit toutefois dans une tradition historiographique, celle des conceptualisations de l’aire culturelle sud-est asiatique, dans laquelle, de Paul Mus à Denys Lombard, l’au-delà des mers tient un rôle décisif dans l’appréhension des civilisations qui s’y nouent, entre océan Indien et mer de Chine.

Source : https://www.peterlang.com/document/1057634

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 5

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

© FX

★ ★ ★

Guerre et mémoires, enjeux mémoriels

Séance 5 : mercredi 27 octobre 2021 (9-12h)

Le « phénomène guerre » en péninsule indochinoise a été particulièrement violent au cours du XXe siècle, illustré par des conflits en poupée de gigogne. Entre la conquête coloniale et l’avènement d’Etats-coloniaux pacifiés, la péninsule a connu un enchevêtrement de conflits d’intensités variées allant de la « small war », petite guerre, à la guerre de dimension internationale impliquant de nombreux pays sur cet Angle de l’Asie transformé en « front chaud de la Guerre froide ». En particulier, les trois pays de la péninsule indochinoise ont subi des guerres civiles cruelles engendrant des massacres, des exactions de tous ordres et des opérations militaires d’envergure. La péninsule a été, en outre, un terrain d’expérimentation pour de nouvelles armes chimiques et technologiques. La péninsule n’a recouvré véritablement la paix qu’à partir du désengagement militaire du Viêt Nam socialiste en 1989 du Cambodge voisin et à l’issue du processus démocratique khmer de 1993 sous l’égide de l’ONU. Ces différentes guerres (coloniales, décoloniales et post-coloniales) ont fortement marqué les consciences et ont laissé des traces profondes autant dans le paysage que dans le fonctionnement politique et social. Cette séance s’intéressera aux commémorations mémorielles officielles ou interdites qui découlent des conflits régionaux entre 1945 et 1990.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec deux investigations sur des problématiques elles aussi issues de la guerre : le parcours de femmes de Saigon actrices de la résistance et une expérience vécue de la censure politique vietnamienne.

Textes en discussion :

  • Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of a Victim turned Soldier, Bloomongton & Indianiapolis, Indiana University Press, 2012, p. 545-559 et 560-574.
  • Vo Nguyen Giap, Le haut commandement et le Printemps de la victoire, Hanoi, Éditions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2008, p. 301-317.

 

Pour un rapide survol des guerres dans la péninsule sur la longue durée :

Nicolas Regaud et Christian Lechervy, Les guerres d’Indochine, Paris, Presses universitaires de France, coll. “Que sais-je ?”, 1996.

Sur la situation dans le Sud du Viêt-Nam :

Shawn F. McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

Exposés oraux

Sacha Marquet :

Patricia D. Norland, The Saigon Sisters. Privileged Women in the Resistance, DeKalb, Illinois, Northern Illinois University Press, coll. “NIU Southeast Asian Series”, 2020.


Arthur Rochereau :


MàJ 27/10/2021.

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2021

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :
La décolonisation et la guerre vécues par les populations
du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h et 9h-11h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation s’intéressa à la question des altérités et au regard ontologique que les mémoires proposent. Qui sommes-nous et qui est l’autre ? Quelles interactions régissent les rapports colonisés / colonisateurs, quelles dominations se mettent en place ? Comment s’expriment les maintiens des mémoires dans le champ virtuel, interactif et visuel de la toile ? A travers les différentes approches anthropologiques, sociologiques et historiques, du “militaria” au décolonial, du colonial au post-colonial, c’est tout compte fait la question de l’Autre qui se pose à nous et qui bouscule nos propres raisonnements. Cette dernière année du séminaire Mémoires d’Indochine s’attachera donc, entre bilan et perspectives, à revenir sur des enjeux qui traversent les sociétés de la péninsule indochinoise et qui ne peuvent trouver une véritable conclusion académique, voire une finalité ontologique.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire :

Séance introductive (9-11h). Mercredi 22 septembre 2021 : Introduction (notions, modalités, calendrier).

Séance 1 (9-11h). Mercredi 29 septembre 2021 – “Le devoir de mémoire”, France, Indochine, états post-coloniaux

Séance 2 (9-11h). Mercredi 6 octobre 2021 – Archives, sources et mémoires

Séance 3 (9-12h). Mercredi 13 octobre 2021 – Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 4 (9-12h). Mercredi 20 octobre 2021 – Famille et mémoires : récits familiaux et transmission

Séance 5 (9-12h). Mercredi 27 octobre 2021 – Guerre et mémoires : enjeux mémoriels

Séance 6 (9-12h). Mercredi 10 novembre 2021 – Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 7 (9-12h). Mercredi 17 novembre 2021 – Genre et mémoires : mémoires genrées

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BORGHI, Rachele, Décolonialité et privilège. Devenir complice, Villejuif, Éditions Daronnes, 2021. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

NGUYEN Thê Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, “Recherches asiatiques”, 1992. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SEMELIN, Jacques, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Éditions du Seuil, Point Seuil Essais 696, 2005, parution en poche en 2017. Présentation éditeur.

SOUYRI, Pierre-François (textes réunis par), Mémoire et fiction. Décrire le passé dans le Japon du XXe siècle, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010. Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

TRAVERSO, Enzo, Passés singuliers. Le “Je” dans l’écriture de l’histoire, Montréal, Luc éditeur, coll. “Hors collection”, 2020. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

A consulter également :

“CONSTELLATION” : OUTILS POUR L’ÉTUDE DU GENRE ET DES FÉMINISMES. URL : https://guerillera.hypotheses.org/5042

★ ★ ★

Travaux à faire et notation : Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note). Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5, accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note). Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive. Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » : FX, Dévastation, 2021 (détail).

Udaya. Journal of Khmer Studies n°15 [parution]

L’Association des Amis de Yosothor présente : 

Le dernier numéro de la revue Udaya – Udaya. Journal of Khmer Studies n°15, Ang Chouléan & Ashley Thompson (eds.) – est disponible en ligne en cliquant sur le lien suivant :  

https://www.yosothor.org/udaya/No-15-2020.html

Couverture et table des matières :