Archives par mot-clé : Bui Xuan Quang

Viêt-Nam, musique traditionnelle avec Tran Quang Hai et Bach Yen [film de Bui Xuân Quang]

Pour bien terminer l’année 2016 : « En 2009, Bui Xuan Quang a réalisé pour Paris Vietnam Productions des Variations sur la musique vietnamienne par le musicologue TRAN QUANG HAI avec la voix de BACH YEN. Nguyen Van Dong est à la caméra, Blandine Brière a assuré le son ». Vidéo mise en ligne le 19 décembre 2016.

 

Huynh Kim Khanh (1936-1990): Vietnamese Communism, 1925-1945

En confrontant archives coloniales françaises et documents internes du parti, Huynh Kim Khanh ne raconte pas seulement les premiers cheminements du communisme vietnamien jusqu’à la victoire d’août 1945, il éclaire aussi plusieurs mythes. D’abord Hô Chi Minh. Toute la problématique et les dilemmes du parti se retrouvent dans les deux noms de guerre choisis par son fondateur. Le parti est patriotique et national quand son chef, Nguyên Ai Quôc (Nguyên le Patriote), cherche voies et moyens pour libérer le pays du joug colonial. Il est internationaliste prolétarien quand Hô Chi Minh (Hô, qui va au bout de sa lumière marxiste-léniniste) révèle l’autre face du personnage, propagandiste zélé du Komintern. Les pages consacrées au nationalisme (réservé aux élites) et au patriotisme (fierté et mobilisation de tout un peuple) sont uniques. Sont parfaitement explicitées la trajectoire et les ruptures de ligne du communisme vietnamien entre 1928 et 1941. De même, le fonctionnement du parti et son habileté à noyauter et à manipuler (technique du Front uni national) les organisations patriotiques.

La parabole la plus forte du livre est celle de la greffe. Elle pose un problème fondamental, jusqu’ici éludé. Celui de la réussite de l’implantation d’une idéologie importée et minoritaire, le communisme, sur une souche vietnamienne, traditionnellement communaliste et confucéenne. La greffe peut prendre à certaines périodes et sous certaines conditions. Il faut que le pays se sente en danger. Il faut aussi, comme en botanique, un même processus de croissance, des affinités biochimiques et un environnement favorable. Dans les moments difficiles, le PCVN a su opportunément saisir l’occasion unique, le « thoi co », s’identifier au mouvement patriotique, en payant le prix pour se faire accepter. Depuis les années 20, il a souvent incarné aux yeux de tous la véritable résistance. Il peut y avoir aussi rejet de la greffe, surtout quand le parti, oubliant la tradition patriotique et nationale, affirme une vocation internationaliste dans laquelle le pays ne se reconnaît pas (1).

(1) Cet ouvrage est à paraître en français. L’auteur en prépare une suite, couvrant la période 1945-1954. [L’auteur étant décédé en 1990, ces projets n’ont pu voir le jour].

Bui Xuan Quang, Le Monde diplomatique, Novembre 1984

  • Sur l’auteur de cet ouvrage, lire l’hommage de Keith W. Taylor et de Cornell University  : « Huynh Kim Khanh 1936-1990« .

 

* * *

From a cell of nine men in 1925, the Vietnamese Communists grew by December 1976 into a massive party with over 1.5 million members and the organizational and military capabilities to defeat the United States. What factors account for the outstanding success of the Indochinese Communist Party? In this book, Huynh Kim Khánh traces the Vietnamese Communist movement from its inception as a radical youth group founded by Ho Chi Minh (then Nguyen Ai Quoc) to its half-planned, half-accidental victory in 1945.