Archives par mot-clé : bouddhisme

Thich Nhat Hanh (1926-2022)

Nous avons appris le décès du Vénérable Nhât Hanh dans la pagode Tu Hiêu à Huê où il s’était retiré. Fidèle à son idéal de pleine conscience et de moine bouddhiste engagé, il reste une figure centrale du bouddhisme vietnamien contemporain. Nous reproduisons ci-dessous le message de Florence Tran avec son autorisation.

Thich Nhat Hanh © Village des Pruniers

Thich Nhât Hanh est parti, libre, de son pays natal, comme il l’avait souhaité. Lui qui avait dû se résigner à l’exil alors qu’il tentait avec ses disciples de trouver une 3ème voie pacifiste en pleine guerre du Vietnam. Il avait dérogé à la doxa du non-agir bouddhiste. Et on peut le comprendre, comment ne rien faire quand votre pays est déchiré de toutes parts ? Il a essayé de mettre en pratique dans la pire des situations l’entraide et la compassion. Beaucoup de ses fidèles ont été attaqués, mutilés, voire pire, lors de manifestations pacifistes à Saïgon. Même si certains diront qu’ils ont été noyautés ou manipulés par les communistes, ils ont essayé quelque chose pour que cette guerre fratricide cesse. Immense respect pour lui et ces bouddhistes engagés. On est loin des considérations parfois très égoïstes de certains aspects du développement personnel new age d’aujourd’hui. Il a inspiré et va continuer à inspirer beaucoup de personnes, au-delà de cet ultime voyage ! Un grand merci à lui.

Florence Tran, documentariste.

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire “Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est”, coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration “à la une” : Sourire khmer par Sera © Dargaud

Marie Gamonet : Laos – Les peintures murales des monastères

Annonce d’une conférence de Marie Gamonet. Information transmise par Hélène Poitevin (CASE).

Laos – Les peintures murales des monastères

Clefs pour lire les Jatakas et le Kalaket dans les versions propres à Luang Phrabang

Date : Jeudi 14 mars 2019 – 18:30

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands moulins 75013 Paris – Amphi 1 .
Métro « Bibliothèque François Mitterrand »

Marie Gamonet est historienne d’art et ancienne élève de l’Inalco. Elle a soutenu un mémoire à Paris IV sur les peintures murales du Reamker au palais royal de Phnom Penh. Ses recherches ont été publiées dans la Revue Péninsule.

Source : INALCO

RTSreligion – Un maître zen de retour au Vietnam

[ndlr] Retour du vénérable Nhat Hanh sur la terre de ces ancêtres dans la pagode Tu Hiêu à Huê.

Thich Nhat Hanh, 92 ans, est une figure emblématique dans le monde bouddhiste, connu en Occident pour sa pratique de la méditation de pleine conscience, le “mindfulness”. Son retour au pays ne semble pourtant pas convenir aux autorités vietnamiennes. A écouter sur RTS (Radio télévision Suisse).

Voir aussi :

Thich Nhat Hanh, figure du bouddhisme engagé, de retour au Vietnam, mais sous surveillance, France Soir, 20/11/2012. Aux abords de la pagode où Thich Nhat Hanh, maître zen aux centaines de milliers d’adeptes à travers le monde, s’est retiré pour finir ses jours, la police secrète vietnamienne veille.

Thây est de retour au Vietnam, Village des Pruniers, 02/11/2018. Les moines et les moniales de la communauté internationale de Bouddhisme engagé du Village des Pruniers se tiennent aux côtés de leur enseignant bien-aimé, le maître zen, leader spirituel mondial, artisan de paix et poète Thich Nhat Hanh, alors qu’il retourne dans son pays natal. Depuis qu’il a célébré son 92e anniversaire le mois dernier, il a exprimé le vif désir de retourner dans son «temple racine», le temple Tu Hieu de Hué au Vietnam, pour y vivre ses derniers jours. Thich Nhat Hanh a transformé un formidable défi physique résultant de l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime il y a quatre ans en un enseignement puissant en continuant de vivre chaque instant de manière paisible et joyeuse, en donnant à sa présence un sens profond.

360 jeunes bouddhistes déjouent la répression policière contre le Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse [Quê Me]

[ndlr] Article sur le Mouvement laïc Famille Bouddhique du Viêt-Nam (Gia Đình Phật tử Việt Nam), une organisation éducative non-reconnue par la RSVN. Fondé sur le modèle scout en 1943 et affilié à l’Eglise bouddhique unifiée du Viêt-Nam (interdite en 1980 par les autorités communistes), le mouvement compte 300.000 membres dans tout le pays. Sa devise est « Bi – Trí – Dũng » (Compassion, Sagesse, Courage).

PARIS, 12 août 2018 (VCHR & BIIB) – La police et les autorités locales de Hué ont harcelé, intimidé et intercepté les membres du Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse (MBJ, Gia Đình Phật từ Việt Nam) qui organisaient leur Camp d’été annuel à Huế. Cette nouvelle vague de répression contre le MBJ confirme les sérieux doutes qui existaient sur les droits des groupes religieux non-enregistrés, comme l’Église Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) et son organisation pour la jeunesse, le MBJ, d’avoir des activités religieuses sous l’empire de la Loi sur les Croyances et la Religion.

Comme on le craignait, depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur les Croyances et la Religion en janvier 2018, les groupes religieux non-enregistrés sont devenus de plus en plus vulnérables. La loi ne considère que les groupes qui se sont enregistrés et ont obtenu la reconnaissance de l’État. Elle n’offre aucun cadre légal pour les activités des groupes religieux non-reconnus. Elle reprend par ailleurs le vocabulaire vague du Code pénal pour criminaliser les activités religieuses arbitrairement perçues comme « sapant la sécurité nationale »« nuisant à l’éthique sociale »« divisant les personnes suivant des croyances et des religions différentes », etc.. Selon de nouveaux décrets administratifs, les groupes religieux qui ont des activités sans avoir obtenu le certificat d’enregistrement prévu par la loi sont passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 30 millions de dongs (1130€) et des cadres chargés des questions religieuses ont été déployés dans tout le pays pour contrôler et punir ceux qui « violent la réglementation sur la religion ou les croyances ».

Lire la suite : Quê Me

360 young Buddhists escape Police repression to attend Summer Camp in Hue

PARIS, 12 August 2018 (VCHR – IBIB) – Police and local authorities in Hue harassed, intimidated and intercepted members of the Buddhist Youth Movement (BYM – Gia Đình Phật tử Việt Nam) as they organized the movement’s annual Summer Camp in Huế. This new crackdown on the BYM raises serious concerns about the rights of non-registered groups such as the Unified Buddhist Church of Vietnam (UBCV) and its member, the BYM, to conduct religious activities under Vietnam’s new Law on Belief and Religion.

Read more : Que Me

Dù bị Công an ngăn cấm, hăm doạ, đàn áp, 360 trại sinh Dũng-Hiếu-Hạnh Gia Đình Phật tử Thừa Thiên – Huế đã về Đất Trại Long Quang — HT. Thích Chí Viên cùng hơn 40 Huynh trưởng và Đoàn sinh Gia Đình Phật tử Khánh Hoà bái kiến Đức Tăng Thống Thích Quảng Độ

PARIS, ngày 12 tháng 8 năm 2018 (PTTPGQT) — Văn phòng Viện Hoá Đạo vừa chuyển đến Phòng Thông tin Phật giáo Quốc tế bài tường thuật của Gia Đình Phật tử Vụ về Trại Dũng – Hiếu – Hạnh tại Tu viện Long Quang, Huế, cùng cuộc bái kiến Đức Tăng Thống Thích Quảng Độ của Hoà thượng Thích Chí Viên, Chánh Đại diện Giáo hội Phật giáo Việt Nam Thống nhất (GHPGVNTN) tỉnh Khánh Hoà và hơn 40 Huynh trưởng, Đoàn sinh Gia Đình Phật tử Việt Nam (GĐPTVN) tại Thanh Minh Thiền Viện, Saigon.

Doc thêm : Quê Me (reportage photographique complet)

Image “à la une” : © 2018 IBIB

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers [Irasec – 26 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une conférence organisée par Anne Guillou (anthropologue CNRS) à l’IRASEC à Bangkok dans le cadre du cycle “Bouddhisme et société”.

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers

par Leng Kok-An, chercheur principal, Directeur de la conservation des manuscrits au Fonds d’Edition des Manuscrits du Cambodge – FEMC

Mardi 26 juin 2018 à 18h30

Conférence en khmer, traduite en français et en anglais.

Les manuscrits gravés sur feuilles de latanier, recopiés de génération en génération depuis des siècles, étaient conservés dans les bibliothèques des monastères du Cambodge. La guerre, le régime des Khmers rouges et la négligence en ont provoqué la disparition presque complète. La lecture de ceux qui restent permet néanmoins de pénétrer le sens et de mieux comprendre l’organisation des rituels bouddhiques les plus familiers des Khmers.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Source : AFRASE, GIS Asie et Institut Français du Cambodge