Archives par mot-clé : bouddhisme

Lou Vargas : La donation religieuse dans la province de Bắc-Ninh au XVIIIe siècle – étude historique et philologique d’un corpus d’inscriptions gravées sur stèles (Thèse)

Lou Vargas, chercheuse membre de l’équipe Vietnamica et du CRCAO (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale), a soutenu sa thèse le vendredi 15 décembre 2023. Résumé ci-après.

Lou Vargas, membre du CRCAO, soutiendra sa thèse de doctorat préparée à l’EPHE-PSL sous la direction de Philippe Papin, vendredi 15 décembre 2023 à partir de 9h00, à la Maison de l’Asie, au 22 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris (1er étage, grand salon).

Résumé :

Fondée sur un corpus de 571 inscriptions gravées en caractères chinois et vietnamiens au XVIIIe siècle dans la province de Bắc-Ninh (nord du Vietnam), cette thèse se consacre à l’étude d’une forme de donation à la fois majoritaire (80 % du corpus) et très particulière puisqu’elle permet à un donateur ayant offert de l’argent et des terres de recevoir, pour lui-même en tant que futur mort ou pour un membre défunt de sa famille, un culte funéraire personnel et un titre honorifique et religieux appelé : le « Hậu 後 ». Ce titre, typiquement vietnamien, et attesté pour la première fois dans les sources épigraphiques en 1628, se déploie sous deux formes principales : Hậu Phật 後佛 et Hậu Thần 後神, qui désignent la personne dont le culte funéraire personnel est célébré après le culte du Bouddha ou de la Divinité. À travers une étude monographique, philologique et quantitative des inscriptions du XVIIIe siècle de Bắc-Ninh, menée pour la première fois de manière systématique et s’inscrivant dans un projet plus large de recherche sur les stèles du Vietnam, cette thèse tente de cerner les caractéristiques, les modalités et l’évolution de la donation aboutissant à une institution au rang de Hậu, mais également d’en tirer une certaine connaissance de la société et de l’économie villageoise, de la religion et des préoccupations des gens ordinaires dans le Vietnam ancien.

Le jury est composé de :

  • Mme Marianne Bujard. Présidente. Directeur d’études, EPHE
  • M. Luca Gabbiani. Rapporteur. Directeur d’études, EFEO
  • M. Philippe Le Failler. Rapporteur. Maître de conférences, EFEO
  • M. Keith Taylor. Examinateur. Professeur émérite, Cornell University
  • M. Nguyễn Tuấn Cường. Examinateur. Maître de conférences, Institut Hán-Nôm. Académie des Sciences Sociales du Vietnam
  • M. Philippe Papin. Directeur de thèse. Directeur d’études, EPHE

Source : CRCAO – https://www.crcao.fr/2023/11/27/soutenance-de-lou-vargas/

Louise Roche : Une histoire du temple de Banteay Samrae – soutenance de thèse – jeudi 12 octobre 2023

Message de Louise Roche, doctorante à l’École Pratique des Hautes Études.

Cher.e.s professeur.e.s, collègues et ami.e.s, 

J’ai l’honneur et le plaisir de vous convier à assister à la soutenance de ma thèse de doctorat en histoire et histoire de l’art préparée à l’École Pratique des Hautes Études (Paris Sciences & Lettres) sous la direction de Dominic Goodall avec le co-encadrement d’Éric Bourdonneau. 

Ma thèse a pour titre :

Une histoire du temple de Banteay Samrae.  

Introduction à l’étude du renouvellement des pratiques iconographiques dans le Cambodge de la dynastie dite « de Mahīdharapura » 

Dans le courant du XIIe siècle, alors que le Cambodge se trouve sous la domination politique de la dynastie dite « de Mahīdharapura » (1080/1081-ca. 1220), on assiste à un renouvellement des pratiques iconographiques qui se manifeste à travers l’apparition d’une iconographie narrative bouddhique, inexistante dans les images khmères auparavant. Lorsqu’elles sont mobilisées, ces images se trouvent sculptées dans des sanctuaires dont le système de représentation est hybride, c’est-à-dire qu’il mêle, dans des ensembles contemporains, d’une part, des sujets issus des sources scripturaires brahmaniques et, d’autre part, des thèmes proprement bouddhiques. Témoin de ce phénomène, le temple de Banteay Samrae compte à bien des égards parmi les grandes fondations de la plaine d’Angkor à cette période. Mais, l’absence d’étude monographique avait jusqu’ici fait obstacle à la compréhension de la place qu’il occupe dans l’histoire ancienne du Cambodge. La première partie de cette thèse offre une relecture du contexte historique qui commande à la fondation de Banteay Samrae. L’étude du monument nous permet ensuite de le définir, dans une deuxième partie, comme une fondation bouddhique rattachable au règne de Tribhuvanādityavarman (1149/1150-ca. 1177) et dédiée à une forme de Buddha suprême prenant les traits d’un Buddha sur le nāga. Dans la troisième partie, mettant en regard les thèmes iconographiques choisis, leur agencement dans le sanctuaire et la particularité de la situation géographique de ce dernier, à l’est du Yaśodharataṭāka, nous démontrons que ce lieu rituel se trouve possiblement engagé dans des représentations et des pratiques rituelles funéraires. Cette thèse donne ainsi à lire une histoire de Banteay Samrae, en son siècle. 


La soutenance aura lieu le jeudi 12 octobre à 14h (heure de Paris) dans le grand salon de la Maison de l’Asie, au 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris. 

Le jury sera composé de :  

  • Dominic Goodall, Directeur d’études, EFEO (directeur de thèse) 
  • Éric Bourdonneau, Maître de conférences, EFEO (co-encadrant) 
  • Charlotte Schmid, Directrice d’études, EFEO (rapportrice) 
  • Ashley Thompson, Professeure, SOAS-University of London (rapportrice) 
  • Karine Ladrech, Maîtresse de conférence habilitée à diriger des recherches, Lettres Sorbonne Université (examinatrice) 
  • Grégory Mikaelian, Chargé de recherche, CNRS (examinateur) 


 
———- Dear professors, colleagues, and friends, 

It is my honour and pleasure to invite you to the defence of my PhD thesis in History and Art history completed at the École Pratique des Hautes Études (Paris Sciences & Lettres) under the supervision of Dominic Goodall with Éric Bourdonneau as my co-advisor. 

Written in French, my PhD thesis is entitled: 


A history of the temple of Banteay Samrae.  

Introduction to the study of the renewal of iconographic practices in Cambodia under the so-called “Mahīdharapura” dynasty 

Through the 12th century, when Cambodia is under the political domination of the so-called “Mahīdharapura” dynasty (1080/1081-ca. 1220), a renewal of iconographic practices takes place through the appearance of Buddhist narrative iconography, which had previously been absent from Khmer images. These images appear in sanctuaries in which the system of representation is hybrid: in contemporary ensembles, we find subjects from Brahmanical scriptural sources together with Buddhist themes. The temple of Banteay Samrae, which is a witness of this phenomenon, is in many respects one of the great foundations of the Angkor area during this period. However, the lack of any monographic study has hitherto hindered our understanding of its place in the ancient history of Cambodia. The first part of this thesis offers a revision of the historical context that commands the foundation of Banteay Samrae. The study of the monument then allows us to identify it, in the second part, as a Buddhist foundation contemporaneous of the reign of Tribhuvanādityavarman (1149/1150-ca. 1177) and dedicated to a form of supreme Buddha taking on the features of a Buddha on the nāga. In the third part, by comparing the iconographic themes chosen, as well as their arrangement in the sanctuary and the particularity of geographical location of the temple, to the east of the Yaśodharataṭāka, we demonstrate that this ritual place may be involved in funerary representations and ritual practices. This thesis thus proposes a history of Banteay Samrae, in its century. 


The defence will be held on Thursday the 12th of October at 2PM (UTC+1) in the ‘grand salon’ of the Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris.  

Louise Roche
Doctorante EFEO-EPHE / PSL ED 472 – Mention Religions et systèmes de pensée CASE / UMR 8170 ; AEFEK +336 32 86 56 97

The Intellectual History of Buddhism in the Republic of Viet Nam (1955-1975)

Parution d’un important numéro spécial multilingue sur le mouvement bouddhiste sous la République du Viêt-Nam (1955-1975) sous la direction de Olga Dror (Texas A&M University) et de Wynn Gadkar-Wilcox (Western Connecticut State University). N° 35 de la Kyoto Review of Southeast Asia, accès en ligne.

Images of Buddhist protest are an enduring part of the collective memory of the Second Indochina War. Along with the most iconic image of Thích Quảng Đức’s June 1963 self-immolation in protest of Ngô Đình Diệm’s Buddhist policy, images of marches and protest meditations in Saigon abound. On the surface, the proximate reasons for these protests have been well understood since they began: in 1963, groups of politically active Buddhist monks, led by a faction from Huế were upset over the Diệm administrations heavy-handed enforcement of a restriction on sectarian flags, and over Diệm’s insensitivity to Buddhist concerns. In 1965-66, Buddhists, again led from Huế and now politically engaged on an even broader level, were calling for a swift end to military dictatorship; some went further and called for a withdrawal of US troops and a negotiated settlement to end the war.

[…]

This volume presents an exploration of this intellectual context for Buddhist political actions in Vietnam in the 1960s. Each essay focuses on exploring the motivations of key Buddhist actors. They attempt to delve into key Buddhist journals and texts to discover the connections between political actions of the 1960s and Buddhist experiences from the 1930s to 1950s. 

Lire la suite : The Intellectual History of Buddhism in the Republic of Viet Nam (1955-1975) – Kyoto Review of Southeast Asia

Sommaire :

Article 1


Article 2


Article 3


Article 4


Article 5

La mort de Vo Van Ai, militant des droits de l’homme et de la liberté religieuse au Vietnam [Le Monde]

Annonce du décès de Vo Van Ai, grand défenseur des droits humains. Article de Brice Pedroletti dans Le Monde du 31 janvier 2023 (accès reservé).

Connu pour avoir lancé, à la fin des années 1970, la campagne « Un bateau pour le Vietnam » en faveur des boat people fuyant le nouveau régime communiste, il déposa en 1985 la toute première plainte pour violations des droits de l’homme à l’ONU, contre le gouvernement vietnamien. Il est décédé le 26 janvier, à l’âge de 87 ans.

URL : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2023/01/31/la-mort-de-vo-van-ai-militant-des-droits-de-l-homme-et-de-la-liberte-religieuse-au-vietnam_6159984_3382.html


Voir également :

“R.I.P. Vo Van Ai – Vietnam’s tireless rights defender”, Democracy Digest, 31/01/2023. URL : https://www.demdigest.org/r-i-p-vietnams-tireless-rights-defender-vo-van-ai/

“Nhà Thơ, Nhà Đấu tranh Thi Vũ Võ Văn Ái qua đời tại Paris”, Nhân Quyền, 29/01/2023. URL : https://nhanquyen.co/nha-tho-nha-dau-tranh-thi-vu-vo-van-ai-qua-doi-tai-paris/

“Nhà tranh đấu Võ Văn Ái qua đời ở Pháp”, VOA Tiếng Việt, 30/01/2023. URL : https://www.voatiengviet.com/a/nha-tranh-dau-vo-van-ai-qua-doi-o-phap/6939834.html


Sa biographie sur le site de la FIDH (Fédération Internationale pour les Droits Humains).

Thich Nhat Hanh (1926-2022)

Nous avons appris le décès du Vénérable Nhât Hanh dans la pagode Tu Hiêu à Huê où il s’était retiré. Fidèle à son idéal de pleine conscience et de moine bouddhiste engagé, il reste une figure centrale du bouddhisme vietnamien contemporain. Nous reproduisons ci-dessous le message de Florence Tran avec son autorisation.

Thich Nhat Hanh © Village des Pruniers

Thich Nhât Hanh est parti, libre, de son pays natal, comme il l’avait souhaité. Lui qui avait dû se résigner à l’exil alors qu’il tentait avec ses disciples de trouver une 3ème voie pacifiste en pleine guerre du Vietnam. Il avait dérogé à la doxa du non-agir bouddhiste. Et on peut le comprendre, comment ne rien faire quand votre pays est déchiré de toutes parts ? Il a essayé de mettre en pratique dans la pire des situations l’entraide et la compassion. Beaucoup de ses fidèles ont été attaqués, mutilés, voire pire, lors de manifestations pacifistes à Saïgon. Même si certains diront qu’ils ont été noyautés ou manipulés par les communistes, ils ont essayé quelque chose pour que cette guerre fratricide cesse. Immense respect pour lui et ces bouddhistes engagés. On est loin des considérations parfois très égoïstes de certains aspects du développement personnel new age d’aujourd’hui. Il a inspiré et va continuer à inspirer beaucoup de personnes, au-delà de cet ultime voyage ! Un grand merci à lui.

Florence Tran, documentariste.

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire “Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est”, coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration “à la une” : Sourire khmer par Sera © Dargaud