Archives par mot-clé : bombardements aériens

Merrill A. McPeak : Bombing the Ho Chi Minh Trail

[ndlr] Article paru dans le New York Times le 26 décembre 2017, descente aux enfers sur la Piste Hô Chi Minh.

I spent 1967 flying air shows with the Thunderbirds, the Air Force aerobatic team, and worrying the war in Vietnam would be over before I got there. All my fighter pilot buddies were in the thick of it, and here I was in front of friendly crowds instead of enemy troops — recruiting duty instead of combat — and in an assignment I couldn’t leave before completing a two-year tour.

I needn’t have worried; the war would wait for me. When my turn came, I logged 269 sorties, many of them highly classified because we weren’t supposed to be flying over Laos. But we were, and my outfit’s job was to stop traffic down the Ho Chi Minh Trail.

Interestingly, the North Vietnamese didn’t call it the Ho Chi Minh Trail. It twisted through the Truong Son Mountains of the Central Highlands, which run nearly the length of Vietnam along its border with Laos and Cambodia. For the North, the trail was either the Truong Son Strategic Supply Route, or Highway 559, numerals that memorialized the month (May) and year (1959) the government of North Vietnam reached a formal decision to provide active support to the insurrection in the South.

Hanoi could never have sustained military operations in the South without a way to send men and supplies into the region. Of course, neither could we. We built an impressive, modern infrastructure — air bases, port facilities, pipelines, the huge supply depot at Long Binh.

Meanwhile, starting in the late 1950s, North Vietnam appropriated a piece of Laotian real estate the size of Massachusetts and constructed an infrastructure that in many ways mirrored ours: hundreds of miles of road, communications centers, ammo dumps, stockpiles of food and fuel, truck parks, troop bivouacs. The North Vietnamese did this in a much more difficult environment: a sparsely populated region of rugged mountains, triple-canopy jungle and dense primeval rain forest. It was one of history’s great achievements in military engineering, and all of it hidden from sight except for the trace of the road itself.

Lire la suite : New York Times

Illustration “à la une” : Merrill McPeak in Vietnam © NYT

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série “Vietnam ’67”, un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

Continuer la lecture de Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 5

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 5 : mardi 3 novembre 2015

Femmes et guerres d’Indochine : actrices et victimes

Le rôle des femmes pendant les guerres d’Indochine a souvent été minoré et reste largement absent des histoires de ces conflits. A travers le témoignage de Tran Thi Truyen, infirmière de guerre, les conditions de vie des jeunes filles engagées sur la Piste Ho Chi Minh seront évoquées. Nous verrons avec Duong Thi My Trung, paysanne de Soc Trang, les questions du déplacement de population et de la prostitution pendant la guerre du Viêt-Nam. A travers ces deux témoignages, seront abordés les stratégies de survie en contexte de guerre, les questions de santé, le rôle des héroïnes officielles… Nous nous interrogerons sur les possibilités d’action des femmes, le difficile partage entre victimes et actrices. Les trois exposés de la seconde partie du séminaire nous permettrons de poursuivre cette investigation sur le genre.

Sources orales à discuter :

Interview with Tran Thi Truyen, 1981

TranThiTruyen[date : 11 février 1981, durée : 18:01, trad. en anglais en regard]

Interview with Duong Thi My Trung, 1981

DuongThiMyTrung[date : 17 mars 1981, durée : 06:37, traduction en anglais en regard]

Exposés oraux

  • LySanMaes_MonCambodge3Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris : L’Harmattan, coll. Graveurs de mémoire, 2012.

CR de lecture de Stella Ramamonjisoa

Présentation de l’éditeur : L’Harmattan

 

  • Bayly_AsianVoicesInAPostColonialAgeBayly, Susan, Asian voices in the postcolonial age: Vietnam, India and beyond, New York: Cambridge University Press, 2007.

CR de lecture de Béatrice Zani

Présentation de l’éditeur : Cambridge UP

 

  • “Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique”.

Exposé de Marjolaine Fourton

 

Pour en savoir plus :

  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Memory is another country. Women of the Vietnamese Diaspora, Santa Barbara, California: Praeger, 2009. (traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013). CR de lecture par François Guillemot (Carnet de recherche “Femmes et guerres au Viêt-Nam“).
  • Phan Thanh Hao & Karen G. Turner, Even the Women Must Fight. Memories of War from North Vietnam, New York: John Wiley & Sons, 1998.
  • Taylor, Sandra C., Vietnamese Women at war. Fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence: University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Weaver, Gina Marie, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York: State University of New York Press, 2010.

Ressources en ligne :

Carnet de recherche Femmes & Guerres au Viêt-Nam

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 4

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 4 : mardi 20 octobre 2015

Les civils dans les guerres d’Indochine (1945-1993)

La péninsule indochinoise a été le théâtre de plusieurs guerres entre 1945, départ de la guerre d’Indochine dans le sud du Viêt-Nam (ex-Cochinchine) et 1993, date des élections générales au Cambodge sous l’égide de l’ONU. L’impact de ces guerres successives sur les civils fut considérable. On estime qu’environ 8 millions de tonnes de bombes (Turley, 2009, p. 123) furent lancées sur les trois pays de la péninsule indochinoise pendant la Seconde guerre d’Indochine soit deux fois plus que sur l’Europe pendant toute la Seconde guerre mondiale. Si ces chiffres sont discutés encore aujourd’hui, ils donnent une idée du désastre humain, social et écologique de cette guerre sur cet espace.

A travers les témoignages de Le Van Tri, médecin Viet Cong, Ngo Thi Hien, paysanne et Mme Nguyen Cong Minh, habitante de Hue, cette séance abordera la question des atrocités commises pendant la guerre du Viêt-Nam. Seront évoqués le massacre de Hue pendant l’offensive du Têt (1968), celui de My Lai, les opérations dite de “recherche et destruction” (“search and destroy”) de l’ennemi menées par l’armée américaine et la question des bombardements, notamment celle des épandages chimiques aériens. Violences humaines et violences du ciel seront tour à tour abordées. Le nombre des victimes de la guerre accusent des différences et des écarts importants selon les techniques de comptage, oscillant entre 1,6 à plus de 4 millions de morts (soldats et civils) pour l’ensemble de la péninsule (sans inclure le génocide cambodgien perpétré par les Khmers rouges après 1975).

Sources orales à discuter :

Interview with Le Van Tri, 1981

LeVanTri[date : 02 février 1981, durée : 11:00, texte en anglais en regard]

Interview with Ngo Thi Hien, 1981

NgoThiHien[date : 03 mars 1981, durée : 09:53, traduction en anglais en regard]

Interview with Mrs. Nguyen Cong Minh

NguyenCongMinh[date : s.d., durée : 20:19, traduction en anglais en regard]

US_AerialMunitions_Tons
Extrait de William S. Turley, The Second Indochina War. A concise political and military history (Rowman & Littlefield Publ., 2009, p. 124).

 Exposés oraux

  • MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerreTruong, Marcelino, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2012.

CR de lecture d’Alexandre Brochard

Présentation de l’éditeur : Denoël

  • DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoPham, David Lan, Two Hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC) : McFarland, 2008, 2e éd.

CR de lecture de Camille Le Guilloux

Présentation de l’éditeur : McFarland
  • GrantEvans_ThePoliticsOfRitualAndRemembranceLaosGrant, Evans, The Politics of Ritual and Remembrance. Laos Since 1975, Honolulu: University of Hawaii Press, 1998 (reed. 2009).

CR de lecture d’Annabelle Auger

Présentation de l’éditeur sur : Amazon

* * *

Pour en savoir plus :

  • Grosscup, Beau, Strategic Terror: the politics and ethics of aerial bombardment, London  & New York, Zed Books, 2006. (Cf. chapitre 5 : “Cold War Strategic Bombing: From Korea to Vietnam”).
  • Clodfelter, Micheal, Vietnam in military statistics : a history of the Indochina wars, 1772-1991, Jefferson, N.C. : McFarland & Co., 1995.
  • Hosmer, Stephen T., Viet Cong repression and its implications for the future, Lexington, Mass., Heath Lexington Books [1970].
  • Kalyvas, Stathis N., The logic of violence in civil war, Cambridge ; New York : Cambridge University Press, 2006.
  • Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An account of the Battle for Hue Vietnam 1968,  Bloomington, IN : Indiana University Press, 2014. Translated with an Introduction by Olga Dror.
  • Turley, William S., The Second Indochina War. A concise political and military history, Lanham, Md.: Rowman & Littlefield Publishers, 2009.

Sitographie : Statistics Of Vietnamese Democide. Estimates, Calculations, And Sources by R.J. Rummel.

 

Jeremy Kuzmarov: Celebrating the Life of Peace Hero Fred Branfman

fred-branfman[ndlr] Nouvelle du décès de Fred Branfman publiée sur la liste du Vietnam Studies Group. A propos de cette disparition, hommage de Jeremy Kuzmarov à lire sur Counter Punch. Nous remercions Tran T. Nhu pour le signalement de cet article.

 

A Voice of Conscience Celebrating the Life of Peace Hero Fred Branfman

FredBranfman_Laos
Ban Pha Khao: Fred Branfman – Digital Collections – UW-Madison

The noted peace activist Fred Branfman passed away this past week after suffering the effects of ALS (Lou Gherig’s disease). In 2002, while researching the history of the Vietnam War, I came across Fred’s slim volume, Voices from the Plain of Jars: Life Under an Air War in the Brandeis library and the book had an immediate effect on me. It was one of the few books written from the vantage point of the victims of the US air war in Indochina, or of US bombing and covert intervention carried out anywhere in the world. As a means of evading the Vietnam-era draft, Fred had signed on to work as a volunteer in Laos with the International Voluntary Service (IVS) and developed a deep attachment for the country’s people. Unlike many of his peers, he did not subscribe to the dominant US cold war ideology or to a paternalistic attitude towards the Lao, but loved and respected them. He struck a particularly close friendship with a village elder where he stayed, Paw Thou Douang, a devout Buddhist, farmer and medic whom he later found out was a local leader of the pro-communist Pathet Lao (the organization which had led Laos’ liberation struggle against the French and had sunk deep popular roots as a result of their commitment to nationalist principles and land reform).

Branfman_VoicesFromThePlainOfJarsAfter traveling into northern Laos, Fred was horrified to discover that the US government was carrying out a massive bombing campaign that had resulted in the killing and displacement of thousands of rice farmers. Fred interviewed many of the refugees who told him horror stories about having to live underground in caves for months and even years, and being only able to field their farms at night. Many suffered from malnutrition and disease, with a majority having lost loved ones. Pathet Lao soldiers were able to escape into the forests, so the main victims of the bombing were civilians, some of whom had never even heard of the United States before. The US strategy, Fred later discovered, was to “destroy the social and economic infrastructure of the civilian society” in northern Laos, which had emerged as a stronghold of the revolutionary Pathet Lao. The US government deployed its most sophisticated weaponry in the attempt to achieve this end, including computer censor devices and cluster munitions designed to penetrate the flesh. The US at the same time mobilized Hmong soldiers to serve essentially as cannon fodder in the war, with General Heine Aderholt noting: “it’s easier to lose your Hmong people than to lose Americans. It doesn’t make for bad publicity at home.”

Read more : Counter Punch, 01/10/2014.

[Parution] Vatthana Pholsena & Oliver Tappe (eds), Interactions with a Violent Past. Reading Post-Conflict Landscapes in Cambodia, Laos and Vietnam

InteractionsViolentPastThe Second and Third Indochina Wars are the subject of important ongoing scholarship, but there has been little research on the lasting impact of wartime violence on local societies and populations, in Vietnam as well as in Laos and Cambodia. Today’s Lao, Vietnamese and Cambodian landscapes bear the imprint of competing violent ideologies and their perilous material manifestations. From battlefields and massively bombed terrain to reeducation camps and resettled villages, the past lingers on in the physical environment.

The nine essays in this volume discuss post-conflict landscapes as contested spaces imbued with memory-work conveying differing interpretations of the recent past, expressed through material (even, monumental) objects, ritual performances, and oral narratives (or silences).

While Cambodian, Lao and Vietnamese landscapes are filled with tenacious traces of a violent past, created an unsolicited and malevolent sense of place among their inhabitants, they can in turn be transformed by actions of resilient and resourceful local communities.

Réf. : Vatthana Pholsena and Oliver Tappe (eds), Interactions with a Violent Past. Reading Post-Conflict Landscapes in Cambodia, Laos and Vietnam, Singapore: NUS Press, 312 p.

  • Vatthana PHOLSENA is a Research Fellow at the French National Center for Scientific Research (CNRS) and the Singapore representative for the Institute of Research on Contemporary Southeast Asia (IRASEC).
  • Oliver TAPPE is a Research Fellow at the Max Planck Institute for Social Anthropology in Halle, Germany.

 

Date de parution : 8 juillet 2013. [autre date annoncée : 31 octobre 2013]

Lectures croisées : Femmes, guerre, décolonisation – Stéphane Verdeille

Xuan PhuongCe compte rendu de lecture succinct se base sur les deux ouvrages suivants :

– Ao Dai : Du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh : biographie de Xuan Phuong, rédigée avec la collaboration de Danièle Mazingarbe, journaliste et traductrice. Elle a rencontré Xuan Phuong dans sa « Galerie Lotus » à Hô Chi Minh-Ville. C’est là qu’elles ont décidé de retranscrire par écrit la vie de Xuan Phuong qui, née en 1929, fut tour à tour pendant la guerre du Vietnam, médecin, chimiste, journaliste, réalisatrice… avant de devenir galeriste.

– La jeune fille et la guerre est une autobiographie romancée de Tran Thi Hao qui, née en 1957, est aujourd’hui professeur de littérature vietnamienne à Paris. Ce livre réunit également nombre de contes, poèmes et correspondance épistolaires.

Les deux livres présentent un Viêt-Nam tout à fait différent. Le premier raconte l’histoire d’une femme née avant la guerre, dans la grande bourgeoisie vietnamienne, dont la mère est issue de la famille royale de Huê et qui décide cependant de s’engager dans la résistance anticolonialiste. Le second, quant à lui, est le récit de la vie d’une jeune fille de Hanoï, née pendant la guerre, d’une famille issue de la classe moyenne, et qui continuera à vivre et à étudier malgré les bombardements et les crapauds qui, omniprésents dans le livre, lui font peur à chaque fois qu’elle doit aller se cacher dans un abri.

Si la lecture du livre Ao Dai est clairement la plus passionnante et prenante des deux, il n’en reste pas moins que les deux témoignages ont un intérêt complémentaire, l’un en présentant la vie d’une femme engagée, l’autre la vie d’une jeune citadine durant ces longues années de guerre que le Viêt-Nam a subi.

Pour ces raisons, la présentation des textes se basera majoritairement sur l’œuvre de Xuan Phuong et Danièle Mazingarbe. Quant à celle de Tran Thi Hao, elle viendra compléter voir nuancer cette présentation.

DonViTNXP
Jeunes filles d’une brigade de choc (TNXP)

Enfin nous allons pouvoir nous délivrer de notre sentiment d’infériorité

Le sentiment d’infériorité vécu par les Vietnamiennes avant et pendant la guerre est multiple. C’est le regard que certains colons français portent sur les Annamites, c’est l’exploitation d’une classe par une autre et c’est aussi l’infériorité de la femme par rapport à l’homme dans la « tradition » confucéenne.

Le titre du livre de Xuan Phuong fait référence à la robe traditionnelle des femmes vietnamiennes, l’Ao Dai. Au fil de la lecture, à travers l’importance que revêt cette robe pour l’auteur, on ressent une part de nostalgie de la tradition mais en même temps celle-ci n’est nullement idéalisée. En effet, Xuan Phuong la rejette dans certains cas et en particulier au niveau des rapports hommes femmes :

« Dans ce village-là, on marie les filles contre de l’argent. Elles, en échange, servent de domestique à la famille du mari.

Un soir, j’entends des hurlements épouvantables dans la cour. Quatre personnes sont en train d’attacher la jeune fille sur un tronc de bambou en lui liant les pieds et les mains. Ses cheveux traînent par terre. Du seuil de la maison, ses parents la regardent sans rien dire, en compagnie du fiancé, un petit garçon venu prendre possession de la marié » [1].

La discrimination raciale, quant à elle, commence à révolter Xuan Phuong, alors qu’elle n’est encore qu’une élève au Couvent des oiseaux, où son père, très francisé, l’a inscrite :

« Mais bientôt c’est l’attitude des Français envers les Vietnamiens qui commence à m’inquiéter. Tous les lundis, nous avons le salut aux drapeaux. D’abord le drapeau français, puis le drapeau vietnamien. Après quoi, nous entonnons en chœur : “Maréchal, nous voilà !” […] Un matin, pendant que nous chantons, je vois mon amie Juliette sortir du rang. La voilà qui saute à pieds joints sur l’ombre du drapeau vietnamien : “Sale Annam, sale Annam !” répète-t-elle. J’ai l’impression que c’est dirigé contre moi. Comment ose-t-elle dire cela alors qu’elle vit sur notre sol ? » [2].

La conscience de l’exploitation d’une classe par une autre naîtra chez Xuan Phuong, bien qu’elle-même refusa toujours d’adhérer au parti (Parti communiste indochinois). Elle se développa également grâce à ses rencontres avec son oncle Hien, un militant communiste recherché par la Sûreté coloniale et que ses parents cachèrent pendant un temps chez eux puis dans leurs plantations de café :

« Hien refuse de vivre dans notre maison. Il préfère demeurer avec les domestiques. Si bien que personne n’aurait pu supposer qu’il se cachait chez nous. Un matin dans la cour, Hien me prend à part : “Phuong, regarde ces gens qui travaillent pour ta famille. Cette situation ne peut plus durer. Eux aussi ont le droit d’être heureux et d’aller à l’école. Nous allons changer tout ça”. Je ne comprends pas très bien ce qu’il veut me dire, mais je me sent très fière de sa confiance, et ses paroles restent gravées dans mon cœur » [3].

La discrimination que les filles subissent dans la tradition vietnamienne s’exprime dès la naissance :

« Selon un proverbe vietnamien, “dix filles ne valent pas un garçon”. Autrement dit, dix filles égalent zéro. Mon père est très déçu d’avoir une fille. Pour le consoler, ma mère lui a assuré que le second enfant serait certainement un fils. L’année suivante naîtra mon frère Phat » [4].

Si Xuan Phuong décide le 10 mars 1946, alors qu’elle n’a que 16 ans, de quitter sa famille pour s’engager dans la résistance, c’est sans doute en grande partie à cause de ces discriminations et de l’effervescence révolutionnaire que connaît Hanoï au mois d’août 1945, peu de temps avant l’abdication de l’empereur Bao Dai. Bien qu’elle s’y trouve pour des études de médecine, des raisons plus personnelles sont aussi en jeu :

« Nous sommes enivrés par ce mouvement général d’indépendance. Toutes les humiliations que j’avais subies au couvent des oiseaux me reviennent. Enfin nous allons pouvoir nous délivrer de notre sentiment d’infériorité. Bientôt l’école est désertée. Les malheureux qui veulent continuer à travailler sont considérés avec mépris : “Comment oses-tu continuer à étudier, alors que nous n’avons même pas encore l’indépendance ?” Je partage cette opinion, bien sûr. D’autant plus exaltée que parmi les disciples de Quang, j’ai rencontré un garçon dont je suis amoureuse » [5].

TranThiHao_LaJeuneFille&LaGuerreMalgré les bombardements, nous continuions à vivre notre vie de tous les jours

Les deux livres montrent bien que si la guerre faisait partie intégrante du quotidien du Viêt-Nam à l’époque, la vie ne s’est pas arrêtée pour autant. Ainsi, le conflit armé n’empêcha pas à Xuan Phuong de se marier et d’avoir trois enfants. Il n’interdit pas non plus aux enfants d’aller à l’école et aux femmes de travailler. On remarque également l’existence de distractions, certes à visée propagandiste mais tout de même vécues comme des moments de fête à travers, par exemple, les équipes mobiles de théâtre ou de projectionnistes.

Le mariage de Phuong semble ainsi exceptionnel au milieu de cette guerre, mais si tout le monde est heureux d’y participer, personne ne semble le trouver incongru, compte tenu de la situation :

« Il a répété : “Marions-nous. Nous vivrons sous le même toit et tu n’auras plus peur”. A peine avais-je dit oui que Hoang allait voir le directeur pour lui faire part de notre décision. Dès le lendemain, après le travail, nos amis entreprennent de nous construire une maison près du terrain de jeux, un nid pour nos enfants, comme ils l’appellent en plaisantant.

Le 28 février 1949, la maison est terminée, ce sera le jour du mariage, le premier célébré dans la jungle. La journée a été décrétée jour de fête » [6].

La vie continue aussi à travers la naissance. Malgré des conditions de vie rudes, Xuan Phuong accoucha de son premier enfant dans une barque l’amenant à l’hôpital :

« Il ne fait pas encore jour quand la naissance commence. La femme m’exhorte : “La tête est là. Fais un effort”. Je me mets à pousser comme on me l’a enseigné à l’hôpital, et tout à coup j’entends pleurer. La femme a achevé de délivrer l’enfant qui reste attaché par le cordon ombilical. C’est un garçon. En entendant le premier cri de mon fils, je suis envahie par un immense sentiment d’amour et je le serre contre mon cœur en l’implorant : “Ne meurs pas, s’il te plaît, ne meurs pas”. Alors, la femme détache un morceau de bambou de la tonnelle de la barque. Elle en enlève l’écorce pour qu’il soit plus tranchant, et me le tend pour que je coupe le cordon ombilical » [7].

La vie d’une femme qui n’est pas dans la résistance, c’est aussi, comme nous le montre Tran Thi Hao, de gérer seule le quotidien sans l’aide des hommes qui ont été mobilisés sur le front :

« Ma mère se levait chaque matin de bonne heure, balayait la cour et aidait Mme Liem à donner à manger à la volaille ou au porc. Avec ses élèves, elle creusait des abris, allait chercher du riz, du charbon pour leur cuisine, aidait le village à moissonner ou a creuser des canaux, à renforcer une digue. Les classes continuaient. Nous nous entraidions dans la vie quotidienne. Malgré les bombardements, nous continuions à vivre notre vie de tous les jours » [8].

1955 Vietnam du Nord. Un tribunal spécial pendant la réforme agraire
1955 Vietnam du Nord. Un tribunal spécial pendant la réforme agraire

Vous ne croyez pas que le sang a déjà assez coulé

Les scènes de guerre, de bombardements, de mort, d’agressions et d’exécutions qui sont retranscrites dans ces livres sont souvent exposées avec pudeur par Xuan Phuong, ce qui n’est pas le cas de celles, présentées avec plus d’émotions, sous la plume de Tran Thi Hao :

« Ma tante dit en haletant :

Je n’ai pas pu me retenir de pleurer en voyant les enfants entièrement brûlés : un garçon de neuf ans, le corps entier comme un plaie, avec un visage ressemblant à une tête de lapin écorché, avec les mêmes gros yeux noirs, mais vivant, pleins de terreur et d’angoisse, un autre de quatre ou cinq ans, toute la poitrine brûlée jusqu’au menton comme un immense bavoir sanglant, au visage pétrifié… » [9].

Cependant, Xuan Phuong, qui n’a jamais adhéré au parti communiste, nous raconte aussi les horreurs commises par celui-ci, en particulier au moment de la réforme agraire :

« J’ai assisté cinq ou six fois à ce genre de procès et jamais je n’oublierai le regard terrifié des accusés. “Toi, crie la doi à l’un d’eux, raconte nous les horreurs que tu as commises durant tout ce temps où tu étais propriétaire foncier ! – Mais je ne suis pas propriétaire foncier proteste l’homme. – A bas ! A bas !” reprend elle de plus belle. Et la foule hurle avec elle. “C’est un réfractaire, un révolutionnaire, il ne veut pas dire la vérité, comment il a exploité les gens. Puisque c’est ainsi, il va être attaché en plein soleil”.

A ce moment la pression devient vraiment trop terrifiante. Le malheureux se met à raconter n’importe quoi. “Oui j’ai eu une vie privilégiée. J’ai loué de la main-d’œuvre que j’ai exploitée en la payant très mal”. Et voilà qu’une jeune paysanne se lève : “Tu te souviens de moi ? Un jour, tu es rentré et tu m’as violée”. L’homme n’a pas le temps de protester que les hurlements reprennent : “Réactionnaire ! Réactionnaire !” » [10].

Réforme agraire qui fut corrigée quelques mois plus tard :

« Fin 1956, le parti communiste aura le courage de reconnaître ses erreurs : il engage un travail appelé “réparation des torts” pour corriger les excès de la réforme agraire. Je dois revenir à Bac Ninh avec le même groupe pour y réparer les terribles méfaits commis l’année précédente.

Il faut imaginer la haine des paysans lorsque nous arrivons au village. “Que revenez-vous faire ici ? Vous ne croyez pas que le sang a déjà assez coulé ?” » [11].

* * *

De nombreux autres passages des livres auraient été intéressants à mettre en avant pour présenter l’expérience de guerre de ces femmes. Entre autres, le passage de Ao Dai où Xuan Phuong raconte avec réalisme qu’elle utilise un morceau de tissu qu’elle va laver discrètement dans l’eau froide en pleine nuit et qu’elle remet, encore mouillé, pendant sa période de menstrues.

On comprend bien, à la lecture de ces livres, toute l’importance d’écrire et de transmettre cette mémoire qui, bien au-delà de nous dire « plus jamais ça », permet de comprendre ce qu’était la guerre et montre la présence d’acteurs très humains au milieu d’un conflit qui est, lui, inhumain. La transmission est probablement aussi nécessaire pour la reconstruction personnelle des acteurs mais aussi pour la reconstruction collective du pays. Les deux témoignages révèlent à quel point les problèmes que vivait le Viêt-Nam à l’époque provenaient autant de l’extérieur que de l’intérieur comme de démontre la période de la brutale réforme agraire ou la révolution d’Août. En outre, la folie idéologique qui s’empare de la RDVN dans les années cinquante provoqua le regard suspicieux et même de la peur chez les Vietnamiens du sud vis-à-vis de leurs compatriotes du nord venus les « libérer ».

Les deux textes soulignent le rôle majeur des femmes pendant la guerre, que ce soit celui des combattantes ou celui de celles qui n’ont pas pris part directement au combat. Ces dernières se sont mis au service du pays en continuant à éduquer les enfants et en travaillant la terre, ou sur le terrain, comme Ao Dai le souligne. A l’instar de Xuan Phuong, les femmes servirent tour à tour la propagande par des pièces de théâtre, l’hôpital en tant que médecin, les armureries en préparant la poudre, la presse en imprimant des journaux et finalement contribuèrent la mémoire de guerre à travers les reportages. Ainsi, les deux ouvrages questionnent l’impact du conflit sur le statut de la femme, à travers cette citation très marquante de La jeune fille et la guerre sur laquelle nous conclurons :

« Une partie de la main-d’œuvre masculine avait été mobilisée. Ce fait avait accéléré la promotion des femmes. “Cent filles ne valent pas même un testicule de garçon”, dit un proverbe vietnamien. Le nouveau régime à lutté contre les mariages forcés, la polygamie, instruit les filles comme les garçons, mais les pressions de la guerre ont peut-être fait plus en faveur de la promotion des femmes que les années de paix » [12].

Stéphane Verdeille, promotion ASIOC 2013.

Notes

[1] Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao Dai : Du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001, p. 80.

[2] Xuan Phuong, op. cit., p. 38.

[3] Xuan Phuong, op. cit., p. 21.

[4] Xuan Phuong, op. cit., p. 12.

[5] Xuan Phuong, op. cit., p. 51.

[6] Xuan Phuong, op. cit., p. 109.

[7] Xuan Phuong, op. cit., p. 116.

[8] Tran Thi Hao, La jeune fille et la guerre, Paris, L’Harmattan, Lettres asiatiques, 2007, p. 63.

[9] Tran Thi Hao, op. cit., p. 67.

[10] Xuan Phuong, op. cit., p. 167.

[11] Xuan Phuong, op. cit., p. 175.

[12] Tran Thi Hao, op. cit.,p. 67.

Pour en savoir plus sur les deux auteures : Mémoires d’Indochine. Mémento Auteurs – Séance 5