Archives par mot-clé : boat people

Truong Nhu Tang: Mémoires d’un Vietcong [1985]

Parmi les centaines de milliers de boat people anonymes ayant fui le Vietnam depuis la chute de Saïgon, se trouvait en 1978 un témoin très particulier : Truong Nhu Tang, membre fondateur du Front National de Libération, ministre de la Justice du Gouvernement révolutionnaire Vietcong et adversaire déterminé du régime saïgonnais pro-américain.

Ce livre est tout d’abord l’histoire personnelle d’un homme devant sa formation intellectuelle à la France, qui a lutté durant plus de dix ans pour la libération de son pays et qui a fini par le quitter, constatant que le remède était pire que le mal. Mémoires d’un Vietcong est surtout l’histoire du conflit vietnamien racontée pour la première fois par un acteur important de l’autre bord. Principal responsable vietcong en exil, Truong Nhu Tang est particulièrement bien placé pour présenter l’autre version du plus tragique conflit néo-colonial: “Je crois que l’Occident ne sait presque rien du Vietcong, de ses projets, de ses difficultés, de ses conflits internes surtout. Les circonstances propres à la guerre, et le grand soin que la révolution a apporté à camoufler son propre fonctionnement ont contribué à la marquer du sceau du secret. Mais le Vietcong n’était pas monolithique…”

Truong Nhu Tang, né en 1923 à Saigon, est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, licencié en droit, ancien élève de l’Ecole du commissariat de la Mariné de Toulon. Il a été directeur général de la Société Sucrière Nationale du Vietnam membre fondateur du FNL, ministre de la Justice du GRP, et du Sud Vietnam “libéré” pendant l’année qui a suivi la chute de Saïgon. II est réfugié en France depuis 1978. David Chanoff est assistant professeur de sciences politiques à Hancard. Doan Van Toai, auteur de Le goulag vietnamien (Robert Laffont), est à l’Institut d’Etudes Asiatiques de Berkeley.

Réf. : Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, 347 p. (trad. de l’américain par Amal Naccache)

 

  • CR de lecture par Bui Xuan Quang dans Politique Etrangère, 1985, Vol. 50, n° 4, pp. 1047-1048 à lire sur Persée
  • CR de lecture par Pierre Brocheux dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1986, Vol. 11, n° 11, p. 139 à lire sur Persée
  • CR de lecture en vietnamien par Minh Võ, “Hồi ký của một tên Việt Cộng” en ligne sur Giao Cam, Saigon Online (pdf)

* * *

 A Viecong Memoir (édition en langue anglaise)

This is a moving if rather naive account of life as a Vietnamese revolutionary, written by one of the Vietcong’s highest-ranking leaders who is now in exile in the West. Thoroughly disillusioned, the author describes how Hanoi used Southern “bourgeois” revolutionaries to overthrow the Saigon government and then quickly shunted them aside after victory. It is unfortunate that Southern patriots such as this one did not understand earlier the nature of the Hanoi regime they served so well. To this day the author, while critical of all the key actors in the Vietnam drama-the North, the Thieu government and the United States-does not devote much space to self-criticism. Yet as one of Saigon’s privileged elite, he cooperated directly or indirectly with Hanoi for 20 years.

Source : Foreign Affairs, Reviewed by Donald S. Zagoria. Fall 1985.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 7

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 7 – vendredi 16 novembre 2012

« Désenchantements postcoloniaux et fuite des populations »

* * *

Comme le titre l’indique, cette dernière séance se penchera sur les conséquences sociales et politiques des victoires communistes en péninsule indochinoise. Les extraits de textes interrogeront le devenir du Viêt Nam après la chute de Saigon (30 avril 1975). Seront évoqués le sort réservé aux militaires de l’ancienne République du Viêt Nam, la disparition du FNL-Sud Viêt Nam avec la réunification du pays en 1976 sous la nouvelle appellation de République socialiste du Viêt Nam (RSVN) et les stratégies développées par la population pour échapper au totalitarisme et à la misère. En particulier, le phénomène des Boat people et des Land people sera abordé à l’échelle de la péninsule indochinoise dans son contexte géopolitique.

 

Extraits de textes à discuter :

  • Ngo Van, Viêt-Nam 1920-1945. Révolution et contre-révolution sous la domination coloniale, Paris, Editions Nautilus, 2000, pp. 373-381 [+ couverture].
  • Phan Minh Hien & Nguyen Van Huy, Loques de vie, Paris, Editions l’Harmattan, 2000, pp. 13-21 [+ couverture]. Traduction succincte du vietnamien, revue par Phan Minh Hien.
  • Truong Nhu Tang, avec l’aide de David Chanoff et Doan Van Toai, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, pp. 271-322 [+ couverture]. Traduit de l’américain par Amal Naccache.

 

Exposés de :

 

Pour aller plus loin :

  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987, 368 p. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Duiker, William J., Vietnam since the fall of Saigon, Athens, Ohio University, Monographs in International Studies, Southeast Asia Series no. 56, 1985 (revised ed.), 261 p.
  • Hy V. Luong (ed.), Postwar Vietnam. Dynamics of a transforming society, Singapore & Lanham, MA, ISEAS / Rowman & Littlkefield publishers, 2003, 336 p.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006, 208 p.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983, 312 p.

Lucien Trọng : Enfer rouge, mon amour [1980]

[ndlr] Pour témoigner de son vécu en camp de rééducation, notre ami et collègue Lucien Trong a rédigé un texte fort publié en 1980 aux éditions Seuil. Depuis quelques années, il a créé le site Enfer rouge mon amour pour diffuser à titre gracieux son histoire inédite. L’ouvrage peut être ainsi téléchargé en français comme en vietnamien.

Le 30 Avril 1975, Saigon est devenu Hô-Chi-Minh Ville. La mainmise du régime communiste sur le Sud Vietnam a entraîné la création des camps de rééducation, et provoqué massivement la disparition en mer de Chine de centaines de milliers de Vietnamiens qui ont fui le régime mis en place.

Le livre « Enfer Rouge mon Amour » édité par les Editions du Seuil en 1980 est un témoignage de cette époque tragique du Vietnam, destiné à faire la lumière sur le drame derrière le rideau de bambou. La version en vietnamien « Hôi ky trai cai tao » est parue en 1983. Trente ans ont passé, mais ces drames ne sont toujours pas reconnus. Nous pouvons pardonner les erreurs, mais nous ne pouvons pas oublier.

Il nous paraît important de rétablir une vérité historique sur cette période, face à la désinformation du régime en place. Nous avons également un devoir de mémoire envers ceux qui sont morts dans les camps, à ceux qui ont péri en mer, les « boat people » sacrifiés pour que les jeunes des nouvelles générations de la diaspora vietnamienne puissent connaître la liberté. Au-delà de la guerre des idéologies, il reste la dimension humaine, et la réconciliation ne pourrait être possible que si chacun reconnaît ses torts. Pour ces raisons, nous avons décidé de mettre en ligne les deux versions de ce livre.

Nous remercions les Editions du Seuil d’avoir permis la diffusion sur Internet dans des conditions non commerciales.

Lucien Trọng

Lucien Trọng : Né en 1947 à Bentre. Assistant en agronomie à l’université de Saigon. Actuellement assistant en France au Centre technique forestier tropical.

* * *

Résumé du livre

En 1975, quand Hô-Chi-Minh-Ville remplace Saigon, Lucien Trong est, à 28 ans, assistant à l’Université. Après un mois d’hésitation, il tente de fuir. Repris, on l’envoie dans un camp de rééducation. Pendant trois ans et demi, il connaît l’enfer quotidien des bagnards, l’amour d’une petite putain, les succès d’une troupe de théâtre de prisonniers et surtout l’amitié de Ly, un détenu qui l’aide à vivre où tant de gens meurent, qui le fait rire quand tant de gens pleurent, qui l’aime dans ce camp de haine.

Ils sont tous les deux libérés, mais plus séparés que jamais. Trong décide encore une fois de fuir. Boat-people embarqué sur un bateau qui subit les tempêtes, les typhons, les pirates, il est chassé d’île en île, ballotté de camp de réfugiés en camp de transit.

Après trois mois d’errance, il parvient à Paris. Rongé par le remords d’avoir perdu son seul ami, le seul cadeau qu’il ait reçu du goulag vietnamien. Enfer rouge, mon amour.

Lucien Trong © 1980 éditions du Seuil

Source : Enfer Rouge Mon Amour

  • Télécharger l’ouvrage en français (pdf)

* * *

Extraits sur les conditions de vie des prisonniers

Mes compagnons couvraient un éventail social très large et constituaient un véritable échantillonnage des délits possibles et imaginables : des petits fonctionnaires, sous-officiers, officiers, ces derniers ayant évité par miracle ou par corruption les camps du Nord, des civils appréhendés en mer au cours de leur tentative d’évasion, catégorie dont je faisais partie, des personnes arrêtées pour vol, ivrognerie, bagarre; des joueurs, des «réactionnaires» pris en flagrant délit de distribution de tracts, des supposés terroristes et d’authentiques poseurs de bombes dans les lieux publics, des quidams ramassés au hasard des rafles, des intellectuels, des dirigeants de sectes bouddhistes, Hoa-Hao ou Cao-Dai, des paysans ignares dénoncés comme agents de la CIA, étiquette commode que le gouvernement populaire collait sur tous ceux contre lesquels il n’avait pas de charges concrètes. En vrac, nous allions tous rester, sans jugement ni condamnation, à moisir dans ce camp, pour une période «indéterminée ». Nos familles allaient déployer des trésors d’ingéniosité pour démontrer notre innocence ou plaider notre cause. En pure perte : leurs lettres servaient à rouler des cigarettes. Seul recours contre l’arbitraire, l’argent ou l’intervention personnelle d’un cadre dirigeant, ou les deux. Bref, la corruption; une justice de riches ! (p. 18)

*

Gare à ceux qui perdent leur outil, ils seront accusés de « destruction volontaire d’instrument de travail du peuple » et donc de « contribution à la dégradation de l’économie du pays », bref de comportement réactionnaire, d’activités contre-révolutionnaires. Tous délits passibles du conex.

Le conex, ce sont ces mystérieux containers alignés dans la cour centrale du camp, des cubes de fer de deux mètres de côté récupérés sur l’armée américaine où l’on enferme les détenus rétifs. Pas de fenêtre, une porte hermétiquement close. Les types deviennent fous de chaleur dans cette ferraille chauffée à blanc. (p. 20)

*

L’humiliation résidait dans le fait que nous étions traités comme des bêtes de somme. C’est sous le régime communiste que nous connaissions l’exploitation de l’homme par l’homme tant reprochée au régime capitaliste. Ce n’était pas le travail manuel qui était en soi dégradant, mais la condition de sous-hommes dans laquelle on nous faisait vivre nous formions une armée de loques humaines, une cohorte de mendiants, un bataillon d’esclaves semblables à ceux qui construisirent la muraille de Chine. Sur les diguettes glissantes, nous allions sans sabots, ni même ces savates découpées dans les pneus. Nous étions pieds nus, nos vêtements partaient en lambeaux. Par dignité autant que par nécessité, nous les raccommodions de notre mieux. (p. 21)

*

On a accusé le régime actuel d’empoisonner ou de fusiller ses prisonniers. C’est faux. D’ailleurs, rien de tel n’était nécessaire, du moins dans mon camp. On se contentait de les laisser mourir de mort naturelle, d’épuisement, de béribéri, de tuberculose, de dysenterie. Les conditions de travail, de ravitaillement et d’hygiène favorisaient le terrain. Pas de médicaments ou presque. Désespérés, humiliés, les malades se laissaient mourir. Leurs camarades de cellule se contentaient de les envelopper dans trois mètres de nylon pour aller les enterrer dans le champ de manioc. Seul l’espoir maintenait les prisonniers en vie. L’espoir de revoir un jour leur famille. Ils étaient prêts à attendre des mois. Les dirigeants ne leur avaient-ils pas promis la clémence? Ils patientaient six mois, un an, deux ans, trois ans, reculaient de semaine en semaine la limite de leur résistance, puis un jour ils ne croyaient plus au mythe de leur libération prochaine ils cessaient de s’agripper aux promesses sans arrêt remises des dirigeants et mouraient. (p. 21)

Mis en ligne avec l’autorisation de l’auteur.