Archives par mot-clé : biographie

Souverains et notabilités d’Indochine – aperçu sur une élite oubliée

Dragond'AnnamEn 1943, le Gouvernement Général de l’Indochine publiait aux presses de l’IDEO (Imprimerie d’Extrême-Orient) le premier “Who’s Who” des personnalités d’Indochine. Il s’en expliquait dans l’avertissement reproduit ci-dessous. Pour contribuer à l’étude de ce corpus et apporter des informations complémentaires sur ces notabilités, Mémoires d’Indochine, mettra en ligne chaque notice séparément à partir du mois d’août 2013. L’ensemble des notices pourra être interrogé par un onglet spécifique “Notabilités d’Indochine” intégré dans la rubrique “Ressources”.

Outre son objectif affiché de mettre en avant l’élite indochinoise de la Fédération indochinoise de l’amiral Jean Decoux (régime de Vichy), l’annuaire se présente comme une édition provisoire élaborée à partir des informations délivrées par les membres de cette élite. Chaque notice est accompagnée d’une photographie nominative de l’intéressé. Sont rappelés sa fonction en 1943, sa date de naissance, son lieu de naissance, ses parcours académique et/ou professionnel, ses distinctions honorifiques. Ce recueil biographique reste un instrument de travail précieux pour l’étude d’une élite en fonction pendant les années 1940 sous le régime de Vichy en Indochine mais également au-delà. En effet, on y retrouve les fiches biographiques de quelques ministres du gouvernement de l’Empire du Viêt-Nam dirigé par Tran Trong Kim à partir d’avril 1945 (outre Tran Trong Kim : Tran Van Chuong, Hoang Xuan Han, Nguyen Huu Thi, Vu Ngoc Anh), les notices des personnalités importantes de l’Etat associé du Viêt-Nam présidé par l’ex-empereur Bao Dai (1948-1954), d’autres de l’entourage direct de Ngo Dinh Diem (Ngo Dinh Khoi, Ngo Dinh Luyen, Ngo Dinh Nhu), des intellectuels (comme l’avocat Nguyen Manh Tuong) et artistes renommés et même un ministre de Ho Chi Minh en la personne de Nguyen Van Huyen (ministre de l’Education nationale de la RDVN pendant presque 29 ans). L’élite politique et administrative de la cour d’Annam est bien représentée (voir le nombre de SE – Son Excellence, 114 occurrences) mais aussi l’élite religieuse cambodgienne ou la famille royale du Laos (Luang Prabang). Bien qu’incomplet, le recueil offre une photographie intéressante des élites d’une société indochinoise en mutation.

L’ouvrage rassemble quelques 452 notices biographiques [1] classées par ordre alphabétique du prénom et est composé de deux parties. La première, intitulée “Familles régnantes d’Annam, du Cambodge et de Luang-Prabang”, comprend huit notices. Pour l’Annam, on retrouve : S.M. Bao Dai, S.M. Nam Phuong, S.M. la Reine Grand’Mère Khon-Nghi Xuong-Duc Thai-Hoang Thai-Hau, S.M. la Rène Mère Doan-Huy Hoang-Thai-Hau, S.A.I. le prince héritier Bao-Long ; pour le Cambodge, S.M. Norodom Sihanouk Varman ; pour Luang-Prabang, S.M. Sisavang Vong et S.A.R. Tiao Savang. La seconde partie, intitulée “Notabilités d’Indochine” est consacrée à l’élite indochinoise des années 1940 et regroupe 444 entrées classées par ordre alphabétique du prénom :

Prénom débutant par la lettre A (suivi de l’année de naissance) : 6 notices (pp. 1-2)

Duong Sam An (1915) ; Denis Le Phat An (1868) ; Le Van  An (1881) ; Vu Van An (1890) ; Deo Van An (1881) ; Vu Ngoc Anh (1901).

Prénom débutant par la lettre B : 18 notices (pp. 2-6)

Jean-Baptiste Ba (1875) ; SE Nguyen Van Ban (1868) ; Ton That Bang (1889) ; SE Ung Bang (1881) ; Tran Dinh Bao (1871) ; Truong Van Ben (1883) ; Trinh Ba Bich (1886) ; SE Duong Quy Bien (1893) ; Ha Quang Bien (1892) ; Nguyen Van Bien (1888) ; SE Do Van Binh (1891) ; Huynh Ngoc Binh (1873) ; Hoang Co Binh (1909) ; SE Ung Binh (1877) ; Pham Le Bong (1905) ; Vénérable Phra Boun Than (Dhammayano) (1896) ; Ha Van But (1873) ; Thomas Vo Van Buu (1878).

Prénom débutant par la lettre C : 38 notices (6-15)

Nguyen Hao Ca (1902) ; Nguyen Van Ca (1875) ; Truong Van Cam (1901) ; Dr Cao Xuan Cam (1906) ; SE Bui Thien Can (1885) ; Kha Van Can (1908) ; Nguyen Khac Can (1881) ; Phung Duy Can (1890) ; Mgr Ho Ngoc Can (1876) ; SA le Prince Vinh Can (1914) ; Nguyen Van Canh (1888) ; Vu Tu Cau (1896) ; Mme Diep Thi Chac (1857) ; Dang Ngoc Chan (1894) ; Etienne Thai Van Chanh (1874) ; Melle Nguyen Thi Chau (1912) ; Truong Van Chay (1887) ; Dam Chen (1893) ; Phan Van Chi (1894) ; Bui Quang Chieu (1873) ; Me Bui Tuong Chieu (1904) ; Dinh Quang Chieu (1911) ; Nguyen Minh Chieu (1889) ; Nguyen Van Chim (1885) ; Dr Le Van Chinh (1879) ; Nguyen Ba Chinh (1887) ; Nguyen Ngoc Chon (1879) ; SE Pou Chreng (1899) ; SE Vu Chuan (1896) ; Men Chuk (1883) ; Doan Huu Chung (1877) ; Me Tran Van Chuong (1898) ; SE Chau Sen Cocsal dit Chhoum (1905) ; SE Bui Thien Co (1889) ; SE Ton That Con (1888) ; Trinh Van Cu (1892) ; Hoang Cung (1891) ; Phung Nhu Cuong (?).

Prénom débutant par la lettre D ou Đ : 36 notices (pp. 15-24)

SE Phan Van Dai (1880) ; SE Tran Van Dai (1876) ; SE Le Thanh Dam (1883) ; Nguyen Van Dan (1884) ; Nguyen Van Danh (1902) ; SE Tran Thanh Dat (1891) ; Huynh Van Dau (1870) ; Pham Gia De (1890) ; Nguyen De (1900) ; SE Ho Dac De (1875) ; SE Huong De (1885) ; Dr Tran Quang De (1905) ; Vo Hieu De (1877) ; Dr Ho Dac Di (1901) ; SE Hong Quang Dich (1888) ; Nguyen Ngoc Diem (1891) ; SE Ho Dac Diem (1899) ; Gaston Do Van Diem (1879) ; SE Nguyen Thuc Dinh (1876) ; SE Vi Van Dinh (1878) ; SE Truong Nhu Dinh (1892) ; SE Ung Dinh (1870) ; SE Bui Bang Doan (18??) ; SE Dang Thanh Don (1885) ; SE Ung Dong (1872) ; Dong Thanh (1881) ; SE Ha Thuc Du (1881) ; Ung Du (1882) ; Nguyen Tuong Du (1879) ; SE Dao Phan Duan (1864) ; Jacques Le Van Duc (1887) ; Pham Huu Duc (1865) ; Vo Dinh Dung (1902) ; Nguyen Tan Duoc (1884) ; Nguyen Tan Duon (1868) ; To Ngoc Duong (1880).

Prénom débutant par la lettre E : 5 notices (pp. 24-25)

SE Chau Em (1893) ; Lam Em (1878) ; Vénérable Lui Em (1879) ; Prak Em (1869) ; SAR le prince Sisowath Entaravong (1908).

Prénom débutant par la lettre G : 9 notices (pp. 25-27)

Hoang Van Gia (1888) ; Tran Van Giang (1874) ; Phan Van Giao (1901) ; Le Van Giap (1885) ; Tran Van Giap (1902) ; Nguyen Van Giu (1890) ; Ngo Van Giuc (1887) ; Henri Nguyen Thanh Giung (1894) ; Paul Le Van Gong (1896).

Prénom débutant par la lettre H : 42 notices (pp. 28-38)

Ngo Tu Ha (1882) ; Nguyen Son Ha (1893) ; SE Ho Dac Ham (1879) ; Hoang Xuan Han (1909) ; SE le Régent Ton That Han (1854) ; Sok Hang (1871) ; Huynh Huu Hanh (1885) ; Tran Van Hanh (1892) ; Mme Pierre Nguyen Huu Hao (1879) ; Nguyen Van Hao (1890) ; Dy Hath (1897) ; Luong Van Hau (1897) ; Pham Quang Hau (1904) ; SE Nguyen Van Hien (1877) ; SE Nguyen Dinh Hien (1872) ; Dinh Quang Hien (1885) ; SE Sum Hieng (1898) ; Vénérable Prak Hin (1868) ; Tran Van Ho (1870) ; Tran Van Ho dit Dau (1881) ; Vo Cong Hoa (1895) ; Dang Van Hoai (1881) ; Melle Le Thi Hoang (1910) ; SE Vu Ngoc Hoanh (1876) ; SE Nguyen Van Hoanh (1879) ; SE Nguyen Dinh Hoe (1866) ; SE Phan Dinh Hoe (1875) ; SE le Néak Oknha Thiounn Hol (1892) ; Dinh Van Hon (1907) ; Hum Nhaing (1889) ; Cao Trieu Hung (1892) ; SE Dang Van Huong (1888) ; Huynh Long Huong (1872) ; Lam Van Huong (1892) ; Nguyen Van Huyen (1908) ; Ha Ngoc Huyen (1904) ; Pham Van Huyen (1886) ; SE Nguyen Hy (1892) ; SE Ung Hy (1882) ; Ung Chong Hy (1907).

Prénom débutant par la lettre I : 2 notices (p. 38)

Vénérable Y Im (1876) ; Ahmad Haji Ismael (1889).

Prénom débutant par la lettre K : 31 notices (pp. 38-46)

SE Var Kamel (1898) ; SE Chao Kanya (1885) ; Vénérable Phra Khou Lachkham Leo (1886) ; Tran Van Kha (1894) ; SE Ho Dac Khai (1894) ; Nguyen Van Khai (1890) ; Hoang Van Khai (1877) ; Bui The Kham (1878) ; Vénérable Phra Kham Fan (Silasangvaro) (1901) ; SA le Prince Tiao Khammao (1911) ; Georges Khanh (1905) ; Pham Duy Khiem (1908) ; Vénérable My Khim (1887) ; SE Dao Huu Khoi (?) ; SE Ngo Dinh Khoi (?) ; Vénérable Phra Khrou Khoun (1898) ; SE Nguyen Van Khuc (1882) ; Nguyen Van Kien (1878) ; Tran Trong Kim (1887) ; SE Nong Kimmy (1910) ; Ho Van Kinh (1865) ; Trinh Dinh Kinh dit Thanh Duc (1886) ; Nguy Nhu Kontum (1913) ; Kosal (1904) ; SE Thao Kou (1892) ; Heng Kousch (1901) ; Koy Top (1878) ; Bui Ky (1887) ; Dr Mme Ho Vinh Ky née Nguyen Thi Suong (1910) ; SE Nguyen Khoa Ky (1879) ; Phan Thanh Ky (1893).

Prénom débutant par la lettre L : 22 notices (pp. 46-51)

Dr Dang Vu Lac (1902) ; Me Nguyen Huy Lai (1908) ; Nguyen Van Lai dit Kone Nicolas (?) ; Y. Thai Xuan Lai (1875) ; SE Le Nhu Lam (1881) ; SE Ha Van Lan (1901) ; Dr Tran Nhu Lan (1896) ; Nguyen Tien Lang (1909) ; Ouk Leoung (1874) ; Le Quang Liem dit Bay (1881) ; Nai Liem (1891) ; Nguyen Thanh Liem (1887) ; Ho Dac Lien (1904) ; Huynh Thien Loc (1908) ; Le Thanh Long (1882) ; le Préas Sirey Vongsa Ros Long (1855) ; Nguyen Van Luan (1886) ; Tran Nguyen Luong (1877) ; Le Van Luu (1870) ; Ngo Dinh Luyen (1914) ; Tea Chieu Ly (1896) ; SE Tran Van Ly (1901).

Prénom débutant par la lettre M : 20 notices (pp. 51-56)

Ma de Monteiro (1880) ; Nguyen Mai (1875) ; Nguyen Van Mai (1870) ; SE Truong Xuan Mai (1900) ; SE Nguyen Van Mai (1858) ; Man de Monteiro (1874) ; Yoeu Man (1870) ; Tran Van Mang (1899) ; Pierre-Gabriel Nguyen Van Manh dit Thom (1889) ; Xieng Mao (1892) ; Tan Mau (1879) ; Alphonse Mathieu Pierre Le Van Mau (1867) ; Tran Van Mi (1886) ; Bui Khac Minh (1881) ; Nguyen Can Mong (1885) ; SAR le Prince Sisowath Monipong (1912) ; SAR le Prince Sisowath Monireth (1909) ; Huynh Van Moi (1870) ; SA le Vicomte Norodom Montana (1902) ; SA la Princesse My Luong (1872).

Prénom débutant par la lettre N : 36 notices (pp. 56-64)

SE Chan Nak (1892) ; SE Meas Nal (1894) ; Bui Quang Nam (1875) ; Le Tan Nam (1899) ; Nguyen Hien Nang (1868) ; Vénérable Chuon Nath (1883) ; Keuth Neth (1892) ; Ros Neth (1890) ; Tran Trong Ngat (1877) ; Nguyen Van Nghi (1894) ; Do Dinh Nghiem (1891) ; Poy Nginn (1884) ; Ha Van Ngoan (1886) ; Hoang Van Ngoc (1894) ; Mme Veuve Le Trung Ngoc née Nguyen Thi Truong (1863) ; Phan Van Ngon (1887) ; Nguyen Van Nguyen (1880) ; Tran Thai Nguyen (1890) ; Pham Tho Nham (1871) ; Le Chau Athicar Nhem (1879) ; Chum Nheng (1882) ; SE Le Nhiep (1878) ; L’Oknha Solum Sèna Touch Nhim (1892) ; SE Nhiek Tioulong (1910) ; Mme Huynh Huu Nho née Huynh Thi Chanh (1896) ; Le Quang Nhon (1883) ; Nguyen Thanh Nhon (1888) ; Thao Nhouy (1909) ; Ngo Dinh Nhu (1910) ; Huynh Ngoc Nhuan (1896) ; Mme Nguyen Van Nhung (1894) ; Nguyen Van Nhung (1905) ; Vuong Quang Nhuong (1902) ; SE Nguyen Khac Niem (1886) ; Luong Khac Ninh (1862) ; Le Van Nuoi dit Nguyen Van Nuoi (1862).

Prénom débutant par la lettre O : 1 notice (p. 64)

Vénérable Ou (1890).

Prénom débutant par la lettre P : 24 notices (pp. 65-70)

L’Oknha Sèna Vichit Néou Pal (1887) ; Le Chau Athicar Kong Pang (1880) ; SE Hing Penn (1879) ; Le Trong Phan (1881) ; Hang Phann (1909) ; SE Bui Bang Phan (1882) ; SE Thao Phao (1895) ; SAR Tiao Phetsarath (1890) ; Melle Le Thi Phi dite Nam Phi (1910) ; Phouy (1895) ; SE Hoang Trong Phu (?) ; Ngo Van Phu (1890) ; SE Luong Van Phuoc (1881) ; Mgr Phan Dinh Phung (1891) ; Huynh Van Phuoc (1883) ; Tran Trong Phuoc (1903) ; Tran Van Phuoc (1893) ; SAI les Princesses Phuong Mai (1937), Phuong Lien (1938), Phuong Dung (1942) ; SE Cam Ngoc Phuong (1887) ; Vu Duc Phuong (1888) ; SE Pro Proeung (1903) ; Vénérable Tieng Prom (1881).

Prénom débutant par la lettre Q : 8 notices (pp. 70-72)

Nguyen Duy Quan (1906) ; Trinh Quang (1901) ; SE Nghiem Xuan Quang (1873) ; Pham Van Quang (1893) ; SE Ton That Quang (1882) ; Nguyen Van Qui (1894) ; SE Nguyen Nang Quoc (1870) ; SE Pham Quynh (1892).

Prénom débutant par la lettre S : 26 notices (pp. 72-77)

Ouch Saly (1888) ; SE Tea San (1893) ; Tran Van Sang (1889) ; Kim San (1903) ; Chau Sapean (1859) ; SE Prak Sarinn (1904) ; Koeut Sau (1874) ; Nguyen Chanh Sat (1869) ; Vénérable Srey Sath (1867) ; Ith Seam (1910) ; Penn Seng (1914) ; Vénérable Prom Seng (1896) ; Thao Sing (1879) ; SE Chao Sisaleumsak (1885) ; Vénérable Am Som (1861) ; SAR Sophon Norodom (1898) ; SE Thao Souk (1887) ; Vénérable Mau Soum (1886) ; Men Soum (1894) ; SE Chao Souvannarath (1893) ; Dit Sronn (1894) ; SAR le Prince Norodom Suramarit (1896) ; SAR la Princesse Suramarit (Kossaman Nearirak) (1904) ; SAR Norodom Sutharot (1872) ; SAR Norodom Sutharot (1874) ; Nguyen Van Sy (1899).

Prénom débutant par la lettre T : 96 notices (pp. 77-100)

Pham Ta (1901) ; Bui Dinh Ta (1872) ; Duong Tan Tai (1896) ; Tai Co (1868) ; Chau Tam (1910) ; Nguyen Van Tam (1895) ; SE Nguyen Trong Tan (1899) ; Nguyen Van Tan (1883) ; SA la Princesse Tan Phong (1883) ; Hoang Dinh Tao (1890) ; Vénérable Huot Tath (1891) ; Yu Tauch (1861) ; SE Nguyen Tat Te (1873) ; SE Ton That Te (1872) ; SE Kim Teng (1884) ; Mar Tes (1883) ; SE Buu Thach (1875) ; Le Dinh Tham (1897) ; Nguyen Van Tham (1882) ; Trinh Huu Thang (1876) ; René Le Van Thanh (1895) ; Vo Ha Thanh (1875) ; Pho Duc Thanh (1894) ; SE Thao Bouakham (1902) ; SE Buu Thao (1886) ; Le Ngoc Thap (1899) ; Nguyen Huu Thi (1899) ; SE Cao Xuan Thien (1890) ; Poc Thienn (1907) ; Vu Thiet (1884) ; Vu Do Thin (1904) ; Do Huu Thinh (1881) ; Dr Nguyen Van Thinh (1888) ; Huynh Van Thinh (1880) ; SE le Samdach Thiounn (18??) ; Thit Fan (1889) ; Khuong Kim Tho (1874) ; SE Nguyen Van Tho (1894) ; Nguyen Van Tho dit Nam Son (1899) ; Le Van Thom (1873) ; Vo Van Thom (1868) ; SE Tran Van Thong (1875) ; SE Ung Thong (1882) ; SE Boun Chan Koun Thonn (1884) ; Pham Van Thuan (1891) ; SE Bui Bang Thuan (1883) ; Thuong Cong Thuan (1897) ; Tran Quang Thuan (1863) ; Ngo Dinh Thuc (?) ; Nguyen Huu Thu (1884) ; Nguyen Huu Thuong (1868) ; SE Pham Gia Thuy (1885) ; Le Minh Tien (1881) ; Pham Van Tien (1873) ; Nguyen Huu Tien (1884) ; Tien Kong (1893) ; SE Nguyen Ba Tiep (1879) ; Ta Van Tiep (1891) ; Nguyen Huu Tiep (1881) ; Nguyen Cong Tieu (1892) ; Vénérable Prin Tim (?) ; Bui Huy Tin (1875) ; SE Ha Luong Tin (1885) ; SE Khim Tit (1896) ; Nguyen Van To (1889) ; SE Phan Ke Toai (1892) ; SE Ton That Toai (1894) ; Cao Thien Toan (1889) ; SE Thai Van Toan (1885) ; Mgr Jean-Baptiste Nguyen Ba Tong (1868) ; Nguyen Nhac Tong (1874) ; Truong Vinh Tong (1884) ; Mme Truong Vinh Tong (1890) ; Vo Ha Tri (1899) ; Dr Le Quang Trinh (1883) ; SE Nguyen Van Trinh (1872) ; SE Ung Trinh (1882) ; Lucien Lam Quang Tru (1893) ; SE Buu Trung (1893) ; Ho Van Trung (1885) ; SE Hoang Huan Trung (1879) ; Lai Van Trung (1865) ; Do Huu Try (1877) ; SE Ha Thuc Tuan (1880) ; Truong Van Tuan (1894) ; SE Bui Phat Tuong (1874) ; SE Duong Thieu Tuong (1895) ; SE Nguyen Huy Tuong (1877) ; Pham Van Tuong (?) ; Nguyen Manh Tuong (1909) ; Nguyen Van Tung (1897) ; SE Tran Dinh Tung (1895) ; Dr Vu Dinh Tung (1895) ; SE Nguyen Huu Ty (1885) ; Tran Van Ty (1888) ; L’Oknha Tbès Sangkréam Vy Ty (1889).

Prénom débutant par la lettre U et Ư : 3 notices (p. 101)

SE Ho Dac Ung (1895) ; SE Ung Uy (1889) ; Mme Nguyen Huu Vi (Hoang Thi Uyen dite Ca Moc) (1870).

Prénom débutant par la lettre V : 13 notices (pp. 101-105)

SE Cung Dinh Van (1897) ; To Ngoc Van (1909) ; Srey Var (1888) ; Nguyen Khac Ve (1896) ; Pham Van Vi (54 ans) ; Truong Tan Vi (1871) ; Michel Nguyen Van Vi (1895) ; SE Ho Phu Vien (1868) ; Nguyen Dinh Vien (1892) ; Ton That Vien De dit Vien De (1902) ; Phan Trong Vinh (1898) ; Tran Ba Vinh (1889) ; SE Linh Quang Vong (1895).

Prénom débutant par la lettre X : 1 notice (p. 105)

Lieutenant-Colonel Nguyen Van Xuan (1892).

Prénom débutant par la lettre Y : 7 notices (p. 105-106)

Le Thanh Y (1893) ; Young Ya (1902) ; Ou Yeim (1883) ; SE Hoang Yen (1889) ; Nguyen Van Yen (1878) ; Vu Danh Yet (1900) ; Pann Yung (1880).

 

François Guillemot, 02/08/2013.

[1] L’index (pp. 107-112) en rapporte 451, fusionnant la notice de l’épouse de SAR Norodom Sutharot née en 1874 avec celle de son époux.

Illustration en haut à gauche : Plaque de grand-croix du Dragon d’Annam (Les carnets de Philippe Truong).

* * *

Exemplaire du Fonds Boudarel (IAO).
Exemplaire du Fonds Boudarel (IAO).

 

Souverains et Notabilités d’Indochine

Notices par ordre alphabétique

Editions du Gouvernement Général de l’Indochine

IDEO – 1943

Publié par le Service Information-Propagande-Presse du Gouvernement Général, 6, rue Pierre-Pasquier à Hanoi.

[xix-112 p.]

 

Avertissement

Alors que la plupart des pays modernes possèdent depuis longtemps des recueils biographiques où chacun peut se documenter sur les notabilités contemporaines, l’Indochine, presque seule en Asie, ne possédait aucun ouvrage analogue aux “Who’s who”. Bien souvent, nous avions entendu déplorer, par ceux qui cherchent à connaître les choses et les gens d’Indochine, cette lacune que le présent ouvrage vient essayer de combler.

Nous ne dissimulons pas qu’il ne la comblera qu’imparfaitement. Dans le considérable travail d’exploration auquel nous avons dû nous livrer, l’abondance et la complexité des matières sont des obstacles importants à la perfection. Nous nous sommes souvent heurtés à des préventions qui nous ont privés d’une documentation complète. Nous remercions ici les personnalités qui ont eu l’obligeance de nous renseigner sur elles-mêmes, et la modestie de ne pas se juger au-dessus de pareil souci. Nous espérons que leur exemple décidera les autres, lors d’une seconde édition.

En vue de réunir peu à peu les matériaux de celle-ci, nous serions reconnaissants aux personnes qui constateraient des inexactitudes, des omissions ou des changements ou qui désireraient voir intégrer des biographies nouvelles, de vouloir bien les signaler, avec référence, aux noms et pages du présent ouvrage, au Service Information-Propagande-Presse du Gouvernement général, 6, rue Pierre-Pasquier à Hanoi.

Legacy Lost: The Political Life and Tragic Death of Tran Van Van – by Ryan Nelson

The Southeast Asian Research Group presents:

Legacy Lost:

The Political Life and Tragic Death of  Tran Van Van

* * *

Ryan August Lawrence Nelson

Trần Văn Văn (1908-1966) © 1966 AP Wire photo
Trần Văn Văn (1908-1966) © 1966 AP Wire photo

Masters Student

Southeast Asian Studies

 

UW – Madison

 6:00 PM, Thursday, April 4, 2013

 

Location: TBD

Free and open to the public

* * *

The chaotic political environment of the post-Ngo Dinh Diem assassination period of the Republic of Vietnam (RVN) remains an untapped resource for research, analysis, and interpretation. Between the time of Diem’s death in late-1963 and the country’s first open presidential election in 1967, various high-ranking generals in the RVN’s army orchestrated several coups and counter-coups against different civilian and military regimes. During this period of instability and democratic disruption a furious and complex political battle raged behind the scenes between the country’s leading civilian and military leaders over who would lead the nation and under what form of government. This contentious civilian-military dynamic, especially the defiant civilian politicians who opposed military rule, have been largely ignored by scholars, both Western and Vietnamese.

This paper remedies some of the deficiencies in the existing scholarly literature on the civilian-military divide and the more democratically-inclined civilian perspective by treating the political life and tragic death of the nation’s leading civilian political leader and military critic Tran Van Van. From 1965 until his tragic assassination in late-1966, Tran Van Van emerged as the main rival of Gen. Nguyen Cao Ky, the country’s flamboyant and authoritarian Prime Minister. This dichotomy between Van and Ky, perhaps more than any other political antagonism in the nation’s brief but complex history, best exemplifies the state of contentious differentiation among the RVN’s politically engaged leaders during the 1960s. First, this state of differentiation is dissected by comparing some of the major differences and sources of tension between Van and Ky and their inner circles. This will be followed by a chronological account of Van’s political life (1954 to 1966) which includes an analysis of the evidence relating to his assassination and its social and political consequences.

See SEARG – Tran Van Van (thanks for Ryan to inform us of his presentation).

Phnom Penh : Disparition de Ieng Sary, ancien co-fondateur des Khmer rouges, à l’âge de 87 ans

[ndlr] Articles de presse relatant la disparition de Ieng Sary, un des derniers chefs khmers rouges. “Il disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l’appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l’éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa”, rappelle l’AFP dans l’article du 14 mars 2013. Ce co-fondateur avec Pol Pot du mouvement Khmer Rouge s’est éteint sans avoir répondu de ses actes alors que le Tribunal international de Phnom Penh traverse une crise financière sans précédent. Portraits.

IengSary
Ieng Sary lors de son procès à Phnom Penh le 10 janvier 2012.
(Photo handout ECCC Nhet Sokheng. Reuters)

Mort de Ieng Sary, ancien ministre khmer rouge

Ieng Sary, l’ex-ministre des affaires étrangères du régime cambodgien des Khmers rouges, est mort jeudi 14 mars, à l’âge de 87 ans. Ancien visage public du régime marxiste totalitaire, responsable de la mort de près de 2 millions de personnes, il était jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est mort “après avoir été hospitalisé le 4 mars”, a déclaré Lars Olsen, porte-parole du tribunal.

Comme chef de la diplomatie, cet intellectuel, formé en France dans la mythologie de la révolution de 1789, était bien souvent le seul point de contact entre la direction particulièrement secrète du “Kampuchéa démocratique” et ses rares alliés dans le monde, notamment la Chine. Plus de trente ans après la chute du régime, il disparaît sans avoir donné la moindre explication, ni sur ses responsabilités ni sur le fonctionnement d’un appareil qu’il a servi quasiment jusqu’au bout.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique avec AFP, 14/03/2013.

Cambodge : mort de Ieng Sary, le “frère numéro trois” du Kampuchéa démocratique

Ieng Sary, l’homme le plus célèbre aux côtés de Pol Pot à la tête des Khmers rouges pendant et après leur meurtrier passage au pouvoir au Cambodge (1975-1979), est mort le 14 mars 2013 à Phnom Penh, après avoir souffert de problèmes de santé divers et de troubles cardiaques. Il était inculpé pour “crimes contre l’humanité” par le Tribunal spécial Khmers rouges à composante internationale en charge de l’instruction des responsables encore en vie du génocide cambodgien.

Son âge se situait entre 87 et 93 ans, les incertitudes d’état-civil ne permettant pas d’être plus précis.

Ieng Sary était le beau-frère de Pol Pot, mort en 1998, et, lors du drame cambodgien, fut le chef de la “diplomatie” du Kampuchéa démocratique, à la tête du ministère des affaires étrangères d’un régime coupé de la quasi-totalité du reste du monde. Il était alors surtout l’homme de Pékin et le fidèle rouage de la politique étrangère chinoise auprès de ses chefs.

Il fut en particulier responsable de l’appel lancé aux Cambodgiens de la diaspora, réfugiés en Occident et en Chine après avoir fui les bombardements américains sur leur pays, pour qu’ils rentrent dans un Cambodge “libéré” après la victoire communiste d’avril 1975. La plupart de ces personnes de “retour de l’étranger” finirent assassinées dans des camps de travaux forcés ou sous la torture.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique, par Francis Deron (1953-2009) avec Bruno Philip, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary meurt pendant son procès

Il avait 87 ans et il est mort brutalement, alors même qu’il était jugé pour son rôle dans la terreur Khmer rouge. En moins de quatre ans, entre 1975 et 1979, un quart de la population du Cambodge a été décimé par ce régime dont Ieng Sary était l’un des piliers.

Il ne reste désormais que deux dirigeants à juger aujourd’hui, l’un âgé de 81 ans, l’autre de 86 ans.

Ieng Sary souffrait d’une maladie du cœur et avait été hospitalisé il y a dix jours.

Source : Rue 89, 14/03/2013 (lire la suite sur Libération.fr).

Ieng Sary, le « frère numéro 3 » des Khmers rouges, est mort

Portrait – La disparition à 87 ans de ce pilier de la dictature cambodgienne met fin abruptement à son procès pour génocide et crimes contre l’humanité.

Etudiant à Paris dans les années 50, il avait fait la leçon à l’un de ses camarades : «Tu es trop sensible. Pour faire de la politique, il faut être dur.» Nul doute que Ieng Sary, décédé hier à Phnom Penh à l’âge de 87 ans, fut dur. C’était l’un des plus puissants dirigeants Khmers rouges et l’un des plus retors. Dans la galaxie sanguinaire du régime qui a dirigé le Cambodge entre avril 1975 et janvier 1979, Ieng Sary occupait le poste de vice-premier ministre des Affaires étrangères. Tour à tour frère numéro 2 ou 3, il était le l’homme le plus visible de la secrète «Angkar», l’organisation qui a fait régner la terreur en exécutant au moins 1,7 million de personnes en moins de quatre ans. Aux côtés de Pol Pot, l’obscur frère numéro un, de son adjoint Nuon Chea, l’idéologue exterminateur, de Ta Mok, le «boucher» de l’ouest cambodgien, ou de Son Sen, le patron de la police secrète, Ieng Sary affichait le visage en apparence lisse de la diplomatie khmère rouge.

Cet homme grand et replet – même aux pires moments des privations imposées par l’utopie polpotiste – jouissait d’un pouvoir considérable dans le Kampuchéa démocratique des Khmers rouges. Ieng Sary s’en est toujours défendu, comme il a toujours nié toute part dans les atrocités commises par le régime marxiste totalitaire. Il disparaît sans avoir livré la moindre explication sur son rôle et sa fonction passés devant les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens qui le jugeaient avec Nuon Chea et Khieu Samphan, l’ex-chef de l’Etat, pour génocide et crimes contre l’humanité. Depuis une quinzaine d’années, Ieng Sary rejetait la responsabilité de la terreur sur Pol Pot, «l’unique et suprême architecte de la ligne, de la stratégie et de la tactique du parti», et sur Nuon Chea qui a «mis en œuvre toutes les décisions de Pol Pot pour torturer et exécuter ceux qui ont exprimé des opposées et ceux qu’ils haïssaient comme les intellectuels».

Lire la suite : Libération, par Arnaud Vaulerin à Kyoto, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary décède avant la fin de son procès

Au Cambodge, l’ancien ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges, Ieng Sary, est décédé ce jeudi matin à l’âge de 87 ans. Ieng Sary était l’un des anciens dirigeants Khmers rouges à être jugés dans le procès qui leur est intenté pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il ne reste aujourd’hui plus que deux accusés.

Pour les anciennes victimes, la mort d’un des anciens responsables Khmers rouges, avant même la fin de son procès, est une terrible nouvelle. Ieng Sary comparaissait en même temps que trois autres leaders de ce régime sanguinaire, dont son épouse, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales, finalement déclarée folle et inapte à passer en justice.

Lire la suite : RFI, 14/04/2013.

Khmer Rouge’s Ieng Sary dies during genocide trial

PHNOM PENH, Cambodia (AP) — Ieng Sary, who co-founded the brutal Khmer Rouge movement in 1970s, was its public face abroad and decades later became one of its few leaders to be put on trial for the deaths of an estimated 1.7 million Cambodians, died Thursday morning before the case could be finished. He was 87.

His death before any verdict was reached in the lengthy case dashed hopes among survivors and court prosecutors that he would ever be punished for his alleged war crimes stemming from the darkest chapter in the country’s history.

Ieng Sary was being tried by a joint Cambodian-international tribunal along with two other former Khmer Rouge leaders, both in their 80s, and there are fears that they, too, could also die before justice is served. Ieng Sary’s wife, former Social Affairs Minister Ieng Thirith, had also been charged but was ruled unfit to stand trial last year because she suffered from a degenerative mental illness, probably Alzheimer’s disease.

Lars Olsen, a spokesman for the tribunal, confirmed Ieng Sary’s death. The cause was not immediately known, but he had suffered from high blood pressure and heart problems and had been admitted to a Phnom Penh hospital March 4 with weakness and severe fatigue.

“We are disappointed that we could not complete the proceeding against Ieng Sary,” Olsen said, adding the case against his colleagues Nuon Chea, the Khmer Rouge’s chief ideologist, and Khieu Samphan, an ex-head of state, will continue and will not be affected.

Ieng Sary founded the Khmer Rouge with leader Pol Pot, his brother-in-law. The communist regime, which ruled Cambodia from 1975 to 1979, claimed it was building a pure socialist society by evicting people from cities to work in labor camps in the countryside. Its radical policies led to the deaths of an estimated 1.7 million people from starvation, disease, overwork and execution.

Read more / Lire la suite : Associated Press, by Sopheng Cheang, 14/03/2013.

Les voies de la mémoire [2011] – par Jean-Michel Filippi

A quelques mois d’écart deux nouveaux textes sont parus sur le régime des Khmers Rouges : « Bophana » de Elisabeth Becker et « Breaking the silence » de Annemarie Prins.

Une histoire d’amour au temps des Khmers Rouges.
A droite des photos extraites du livre

Ces ouvrages n’affichent pas l’ambition de dire l’histoire. On ressort au contraire de la lecture de chacun d’eux avec le sentiment que, pour l’essentiel, l’histoire de la période khmère Rouge est dite et qu’il faut désormais la traduire en mémoire. Il s’agira donc de proposer aux générations futures une vision d’un passé et de l’institutionnaliser dans des formes pérennes, éducatives par exemple, pour le soustraire à l’oubli.

Une lecture conjointe de ces deux ouvrages fait nettement apparaître que la notion de mémoire se décline : une mémoire au marteau, toute de vociférations et de répétitions ad nauseam, pour un passage en force de souvenirs que les Khmers veulent oublier ; mais aussi une mémoire faite d’émotions, d’indicible et de silences qui se passera, elle, de discours d’appoint.

L’histoire de Bophana

Elisabeth Becker, correspondante de guerre au Cambodge en 1972, a fait partie de ces très rares étrangers non sympathisants à obtenir un visa pour visiter le Kampuchéa Démocratique en 1978. Elle y fera un nouveau voyage après la chute du régime de Pol Pot et commencera en 1982 un travail dans les archives de Tuol Slaeng dans l’intention de préparer un livre.

E. Becker est une des premières à faire des recherches dans les 20000 dossiers de Tuol Slaeng « compilations de centaines de milliers de pages de confessions, de photographies, d’instructions pour torturer ».

Elle est à la recherche d’une personnalité qui offre une clé pour comprendre la terreur de masse exercée par le régime khmer rouge :

« quelque part dans la catégorie 8, je voulais trouver une de ces personnes, surtout une femme. Les femmes cambodgiennes ont été les plus pénétrantes pour observer la guerre, regardant la montée des prix  au marché, sentant la trop grande proximité de la ligne de front et se démenant pour sauver leur famille. Leur voix ont largement été ignorées par l’histoire ».

C’est quasiment par hasard qu’elle découvre le dossier de Bophana : « lorsque j’ai demandé son dossier, les archivistes ont agi comme si j’avais trouvé le numéro gagnant à la loterie ».

Le dossier allait révéler une incroyable histoire d’amour sous le régime khmer rouge. L’histoire de Bophana sera d’abord ignorée lors de la parution aux Etats-Unis du livre de Elisabeth Becker « When the war was over » et « sa légende prendra racine en France lorsqu’un jeune réalisateur cambodgien, Rithy Panh, décida de faire un film sur elle ».

Pourquoi Bophana

Jeune fille éduquée de province, Bophana a 18 ans lorsqu’elle doit fuir le district de Baray dans la province de Kompong Thom en proie à la guerre, perdant en route une partie de sa famille et son fiancé Ly Sitha.

Lors de la chute de la capitale, elle fera partie des très nombreux réfugiés de province à quitter Phnom Penh pour rejoindre leur village natal.

Le district de Baray avait été aux mains des communistes, vietnamiens puis khmers rouges, depuis 1970 et Bophana, considérée à son retour comme une privilégiée, sera l’objet de brimades et de privations.

C’est à  ce moment que réapparaît son fiancé, Ly Sitha, que Bophana croyait mort. Devenu entre-temps un cadre important du ministère de l’économie sous le nom de guerre de « Camarade Deth », il parvient à retrouver Bophana dans son village natal. Dans le but de l’emmener avec lui à Phnom Penh où il a été nommé, il déclare aux autorités qu’ils étaient mariés avant 1970 ; mensonge dangereux, car Bophana n’avait jamais mentionné de mariage dans la biographie qu’elle avait due rédiger.

En poste à Phnom Penh, Deth s’emploie désespérément et vainement à trouver un stratagème pour que Bophana puisse le rejoindre.

Séparés, les deux amants se font parvenir des lettres d’amour, un jeu interdit dans le Cambodge des Khmers Rouges et qui peut conduire à la mort : « Une amertume a accru mes souffrances jusqu’à aujourd’hui car je sais que j’ai de nouveau Deth, physiquement et mentalement ». Au fil des mois, l’absence d’issue provoque un désespoir dont témoigne la correspondance : « Nous avons tous deux le karma de la souffrance… Je suis Paul à jamais pour Virginie. Je pense à toi sans cesse et je souffre ».

Bophana adopte dans la correspondance le nom de Sita, l’héroïne du Ramayana : « Ils espionnent Sita, même quand elle va aux toilettes, ils la suivent. Il semble que je sois prisonnière pour la vie… ».

Alors que  Deth parvient à arracher un permis pour emmener Bophana à Phnom Penh, le ministre du Commerce Koy Thoun, qui a été arrêté et emmené à Tuol Slaeng, a donné des noms dont celui d’un collègue de Deth. A la suite d’une perquisition de la chambre de Deth on découvre sa correspondance ; s’ensuivent arrestation, transfert à Tuol Slaeng et exécution. Le crime est évident : « mettre l’amour d’une femme au dessus de l’amour et de la loyauté pour la révolution ».

C’est au tour de Bophana d’être  arrêtée et transférée à Tuol Slaeng le 10 octobre 1976. Elle y passera plus de 5 mois avant d’être « détruite », selon le terme consacré, et subira toute la gamme des interrogatoires et des tortures ; selon Elisabeth Becker, son dossier est un des plus volumineux de toutes les archives de Tuol Slaeng.

De toute façon, il n’y a pas à rechercher les preuves, elles sont là : « Dans ses lettres à Deth, elle avait critiqué la révolution qui la faisait travailler et avait affirmé son dévouement à Deth et non à l’Angka [ou Angkar]… Le bourreau en chef avait rarement eu des preuves aussi fortes ».

Au fil des séances de torture, Bophana avoue des crimes que 10 vies bien remplies n’auraient pu permettre de commettre, entre autres : « on lui fit écrire qu’elle n’avait jamais aimé Deth, qu’elle avait feint de l’amour pour lui dans le but unique de gagner de l’influence et de saboter le transport des semences de riz dans tout le pays ».

Bophana est source d’une subversion que Elisabeth Becker met bien en évidence :

« Bophana avait défié la règle de base sous-jacente à une structure qui mettait hors la loi toute expression de tendresse, même entre parents et enfants, amis et collègues. Elle avait montré son amour pour Deth. Elle avait refusé une vie sans amour, aride et privée de sens. C’était là son véritable crime, pas les phantasmes de la CIA, pour lequel elle a été torturée ».

Bophana permet une lecture de ce qui sous-tend le système carcéral khmer rouge. A l’instar de tous les systèmes totalitaires, le régime khmer rouge a besoin de fabriquer des ennemis intérieurs. Une différence cependant : peu de systèmes sont allés aussi loin en matière de privation et de contrôle de la vie intime de l’individu et comme dans le Kampuchéa Démocratique, il n’y a pas de faute bénigne, S 21 est là pour mettre à jour la nécessaire mécanique de trahison sous-jacente à une lettre d’amour. La dialectique carcérale – judiciaire des Khmers rouges peut se lire en l’occurrence de la façon suivante : l’Angka est seul objet d’amour, manifester de l’amour pour quelqu’un témoigne d’un manque criminel de dévotion à la révolution et il s’agit donc d’en révéler les racines et manifestations.

Le message de Bophana est universel : une manifestation d’humanité face à une terreur de masse inédite et à l’arbitraire absolu.

Il s’agit d’un message que tous les Cambodgiens s’approprient naturellement sans passer par les injonctions d’un devoir de mémoire.

Silence et traumatisme

Le deuxième texte est une pièce de théâtre intitulée « Breaking the silence » que nous nous permettrons de traduire par « Brisons le silence » plutôt que par l’impersonnel « briser », car forme et contenu de la pièce tendent très fortement à l’injonction.

Nous sommes immédiatement surpris par le sous-titre « A new Cambodian play » en apprenant que l’auteur est une réalisatrice hollandaise et que le texte, écrit originellement en anglais, vient juste d’être traduit en Khmer. Après tout, pourquoi pas ? On a assez débattu de l’universalité de l’art pour accepter des chassés-croisés de ce genre.

Tout commence très bien car l’auteur nous explique en toute modestie qu’elle avait « toujours voulu comprendre ce pays de merveilles et ce peuple merveilleux ». Il ressortira d’un premier séjour au Cambodge une pièce au titre suggestif de « 3 ans, 6 mois, 20 jours ».

On ne s’arrête pas en si bon chemin et voilà madame Prins de retour au Cambodge en 2008. Le mois de janvier 2008 sera consacré à un voyage d’étude avec au menu : « beaucoup d’entretiens, plusieurs rencontres avec Youk Chhang, directeur du DC-Cam, le visionnage d’heures de séquences filmées et la lecture de tous les livres sur le sujet ».  Que voilà des vacances studieuses au terme desquelles on a fait de grandes découvertes : « le but principal de cette production est de trouver une porte de sortie au traumatisme engendré par le silence et contribuer ainsi à ouvrir le dialogue comme partie prenante du processus de réconciliation ». Nous voilà fixés ! C’est bien de la rhétorique du DC-Cam qu’il s’agit, même si à ce stade on espère encore qu’il ne s’agit pas que d’un simple travail de commande.

En tout état de cause, il faut désormais admettre en préalable à toute discussion que le peuple khmer vit un traumatisme profond dont témoigne évidemment son silence qu’on interprète comme le signe d’une tentation redoutable de l’oubli. C’est cette tentation que la pièce entend combattre.

Le pardon

La pièce se compose de 6 scènes où apparaissent, 30 ans après la chute du Kampuchéa Démocratique, bourreaux, victimes, dénonciateurs, lâches, menteurs… Le but du jeu est idéalement d’amener le méchant à avouer et à se repentir devant sa victime qui devra surmonter sa répulsion et le pardonner.

Un exemple pris dans la scène 2 donnera une idée de la teneur de la pièce. Il s’agit de la rencontre de deux femmes, Sina et Sovanna, aujourd’hui respectivement âgées de 43 et 48 ans. Il se trouve qu’en 1976 Sovanna, jeune infirmière khmère rouge, avait donné l’ordre de se taire au père de Sina qui hurlait de douleur avant de lui faire une injection qui l’avait fait passer de vie à trépas.

Le dialogue est intéressant en ce qu’il pose idéalement excuses et regrets en refusant d’y associer un contexte ; à Sokly qui lui demande de présenter ses excuses à Sina, Sovanna répond : « Que pouvais-je faire ? J’étais comme un oiseau en cage ». A l’insistance de Sokly : « S’il te plaît, fais lui des excuses », Sovanna fini par répondre : « Je suis vraiment désolée mais nous n’avions pas de médicaments, je ne pouvais rien faire ». Le jeu continue et c’est au tour de Sina  d’accepter les excuses de Sovanna avec les réserves de circonstances. Le dénouement attendu se produit car voilà Sovanna qui déclare : « Je n’ai jamais cessé d’avoir honte. C’est la première fois que je raconte mon histoire. Merci. Vous avez brisé mon silence. J’ai de l’espoir, un petit espoir que je serai pardonnée ».

On mettra de côté l’irréalisme total de la situation tout en souhaitant bonne chance au DC-Cam qui entend traduire tout cela dans la réalité.

En guise de « A new Cambodian play », nous voilà ici avec un réchauffé de toutes les recettes occidentales du mieux être.

Tout d’abord, le nécessaire recours à la verbalisation ; cette nécessité de parler pour se libérer n’est ni asiatique, ni encore moins cambodgienne : on n’aborde pas de front les problèmes et la parole n’est en aucun cas libératrice.

Ensuite, l’impératif absolu de vérité ; on s’en est suffisamment convaincu en Occident comme le montre d’ailleurs l’opposition vérité / mensonge qui ne fonctionne pas en Asie, en tout cas pas de la même manière. Il serait peut être temps d’arrêter de se regarder le nombril et de comprendre que derrière des traductions commodes, les concepts ne se recoupent pas. Dans la tradition bouddhiste, il y a au contraire un déni complet de la stabilité requise pour une élévation de la vérité au niveau d’un absolu.

Enfin, la question du pardon ; « je serai pardonnée » se réjouit Sovanna et nous en sommes très heureux pour elle, mais comment et par qui ? Cette idée de pardon est purement judéo-chrétienne, pour ne pas parler de la valeur nulle du pardon accordé par un autre être humain. Là encore la solution bouddhique est tout autre.

Il n’est pas indispensable de multiplier des exemples qui sont au fond de la même veine en ce qu’ils obéissent au même schéma salvateur.

Un petit détail vaudra quand même son pesant d’or en ce qu’il illustre une ultime plongée dans le ridicule ; des chœurs rythment les scènes et les paroles du chœur final ne sont  autres que celles de la devise du DC-Cam : « transformez la rivière de sang en une rivière de réconciliation, une rivière de responsabilité ».

La mémoire comme devoir

Ces dernières années, on s’est beaucoup interrogé sur la catégorie psycho-historique de la mémoire fraîchement issue d’universités anglo-saxonnes et pas des moindres.  La critique de cette notion peut se résumer ainsi : écrire l’histoire en vue de sa traduction en mémoire conduira à terme à une falsification même involontaire de l’histoire. L’histoire n’offre pas un bloc stable de factualités car elle est par nature révisionniste et là réside sa pertinence : un fait historique n’existe pas en tant que tel et ne trouve sa légitimité que dans la dynamique d’un débat contradictoire ; en d’autres termes, l’histoire n’aurait pas pour mission première d’établir la vérité.

L’exercice de la mémoire n’est pas vain à la condition qu’il ne soit pas forcé par les artéfacts dont le DC-Cam use et abuse.

La comparaison entre les deux textes tire sa pertinence du fait que Bophana peut naturellement engendrer chez les lecteurs cambodgiens une réflexion fructueuse sur le pourquoi de la répression exercée par les Khmers rouges et il est heureux qu’après le chef d’œuvre de Panh Rithy, on ait réédité le texte.

Jean-Michel Filippi, 26/11/2011.

Source : Kampot Museum

Article reproduit du blog de Jean-Michel Filippi avec son aimable autorisation.

Norodom Sihanouk, la clef politique de l’émergence des Khmers rouges

[ndlr] Le documentaire de Gilles Cayatte réalisé en 2008 intitulé “Les 9 vies de Norodom Sihanouk” retrace le parcours politique du roi du Cambodge à travers un portrait sans concession. Ce documentaire permet de mieux comprendre les causes politiques qui ont permis l’émergence des Khmers rouges. A voir sur la chaîne You Tube de Gabriel Valmont.

Avec les commentaires de :
Jacques Bekaert, David Chandler, Alain Daniel, Princesse Buppha Devi (fille de Sihanouk), Kek Galabru, John Gunther Dean, Julio Jeldres, Suon Kaset, Jean Lacouture, François Ponchaud, Sam Rainsy, Chak Sarik, Norodom Sihanouk, Son Soubert, Saumura Tioulong…

* * *

Documentaire
Durée : 52′
Auteur-réalisateur : Gilles Cayatte
Production : France 5 / Alegria / INA
Année : 2008

Lundi 23 février 2009 à 20.35 (première diffusion sur France 5)

Alors que le 17 février s’ouvre au Cambodge le procès tant attendu de Douch, ex-responsable du centre de torture S-21 poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, ce documentaire retrace la vie de Norodom Sihanouk, qui a épousé la destinée du Cambodge.

Roi, demi-dieu, père de l’indépendance, simple citoyen devenu prince, chef d’Etat, Premier ministre, exilé, prisonnier… au cours de sa très longue vie politique, Norodom Sihanouk a endossé tous ces costumes. Au total, neuf vies que Gilles Cayatte a choisi de raconter, qui correspondent à autant d’époques, de ruptures, de choix, de stratégies, subis ou adoptés par Sihanouk et qui ont écrit l’histoire de son pays. Cet homme est aujourd’hui le dernier survivant d’une époque, celle de la fin du colonialisme. Il a traversé toutes les épreuves, tous les courants.

Un parcours fait d’ombre et de lumière

Pour raconter ce parcours hors du commun, fait d’ombre et de lumière, le réalisateur a recueilli de nombreux témoignages de proches, de conseillers, de journalistes. Il donne à nouveau la parole à Norodom Sihanouk à travers de multiples extraits d’interviews. Parmi les archives utilisées apparaissent pour la première fois des archives cambodgiennes longtemps conservées à Phnom Penh. Le film montre comment il n’a jamais abandonné et combien il a toujours été adoré par le peuple cambodgien. En pleine guerre d’Indochine, ce « roi d’opérette », sous la tutelle des Français, négocie l’indépendance du Cambodge sans qu’une goutte de sang ne soit versée.

Pour préserver et construire son pays, il joue sur les tensions et les luttes de pouvoir. Selon les époques, les circonstances, il s’appuie sur la Chine, l’Amérique, la France, la Russie. Mais, renversé en mars 1970 par le général pro-américain Lon Nol, il n’est plus maître du jeu. Il s’allie alors aux ennemis communistes d’hier. De 1975 à 1979, l’horreur khmère rouge planifiée par Pol Pot fait environ 1 million et demi de victimes et ne l’épargne pas. Prisonnier puis exilé, il doit attendre la libération du Cambodge par le Vietnam, puis la fin de l’occupation vietnamienne, douze ans plus tard, pour rentrer dans un pays enfin en paix.

Valentine Ponsy (France 5).

Prince Phetsarath (1890-1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos

Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, “Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos”, Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81.

A biography of Prince Phetsarath highlights how a specific idea about Laos and its culture was formed under French colonial rule and nurtured under the Japanese occupation and its aftermath. During these periods, Phetsarath’s understanding of Lao cultural nationalism was transformed into a political and anticolonial nationalism. While ultimately a study of failure, Phetsarath’s activities show that anticolonial nationalism did not always have to be linked to Communist movements to be ‘revolutionary’, and suggests the importance of taking into account non-revolutionary and non-Communist actors – even members of royal blood – in order to better understand the complexity that went into the making of modern postcolonial states.

Article à lire sur le site de Christopher Goscha (pdf)

Phạm Quỳnh : Franc-Maçon francophile et nationaliste

[ndlr] Figure emblématique de l’élite vietnamienne sous la colonisation, Pham Quynh tenta une synthèse du meilleur de la France et du Viêt Nam. Cette prise de position politique inconfortable face au colonialisme brutal et au nouveau radicalisme vietnamien lui coûta la vie en 1945.

Né en 1892, bientôt orphelin, ses études le mènent à l’école des interprètes de Hanoï, dont il sort premier de sa promotion en 1908. Culturellement Pham Quynh est un métis, formé par le système occidental, il se donne une solide culture vietnamienne et chinoise. A la veille de 1914, il fait la découverte du journalisme aux côtés de son aîné Nguyen Van Vinh, directeur de la revue moderniste Dong Duong Tap Chi. En 1917, avec l’appui de Louis Marty, il crée la revue Nam Phong pour vulgariser en vietnamien les éléments fondamentaux de la culture occidentale. Parallèlement, il rédige des articles en français pour le journal France Indochine et devient chargé de cours, en 1924, à l’université de Hanoï. En 1925, Pham Quynh se fait initier. Jusqu’alors les loges indochinoises ont été réticentes à accueillir des autochtones, mais à cette date la loge « Confucius 111 » du DH vient d’être fondée à Hanoï avec des Annamites. (Ainsi pour devenir Franc-Maçon Ho Chi Minh a profité de son séjour à Paris pour se faire initier au GODF). Le Gouverneur Varenne, lui-même Franc-Maçon, se déclarant favorable à cette orientation, Pham Quynh  adhère à la loge puis à « La Fraternité du Tonkin », il sera un temps Franc-Maçon. Presque en même temps il s’inscrit à la Ligue des Droits de l’Homme. En 1932 sept des officiers de la loge DH sont Vietnamiens, l’année suivante le Vénérable est Pham Huy Luc, son ami, directeur de revue et homme politique.

Les préoccupations, que Pham Quynh exprime en loge, portent sur les sentiments anti-français qui se développent et le choc de la révolution chinoise, sur le fait qu’un modéré comme lui devienne suspect. Il se fait l’avocat de la rédaction d’une Constitution pour le pays et devient, dans le Vietnam Nord, le symbole du réformisme. Il attire l’attention sur le phénomène socio-politique qui se développe : des Vietnamiens de retour de France (étudiants, ouvriers, soldats) et de l’école française donnent des idées d’émancipation. En 1932, le jeune Empereur Bao Daï, de retour de ses études en France, fait appel à lui. Il devient, de 1932 à 1945, tour à tour : Ministre de l’Instruction Publique, Ministre de l’Intérieur et Premier Ministre. En tant que principal personnage du gouvernement impérial et son idéologue, il défend la monarchie, l’indépendance et le dialogue avec la France. Il dénonce les dangers de l’acculturation et voit la renaissance vietnamienne grâce à une culture nationale rénovée.

Le 11 mars 1945 il paraphe, avec Bao Daï, l’Indépendance du Vietnam puis, trop lié à l’ancien système, il laisse sa place à Tran Trong Kim, ancien de l’école des interprètes, enseignant et lui aussi un temps Franc-Maçon. Le 23 août 1945 Pham Quynh est arrêté et sa famille apprendra des semaines plus tard sa mort sans que les circonstances de son assassinat soient élucidées. Il avait écrit de lui-même : « Je suis un homme de transition. Sincère ami de la France, on me reproche de cacher sous ma francophilie de façade un nationalisme exacerbé. Patriote Vietnamien, on m’accuse de trahir ma patrie en pactisant avec le conquérant

Extrait de : Georges Odo, La franc-maçonnerie dans les colonies, 1738-1960, Paris, Editions maçonniques de France, Encyclopédie maçonnique, coll. Histoire, 2001.

Source : Franc-Maçonnerie / Francs-Maçons célèbres

* * *

Phạm Quỳnh (ca. 1894-1945) was a scholar, critic and translator.

He was born in Hanoi and died in Huế. One of the defining figures of Vietnamese literature, a towering model for later generations of scholars and writers, he helped to modernize the language, encouraged the writing of short stories and novels, and the anthologizing of folk poetry. He was the editor of the hugely influential journal Nam Phong, which lasted for 210 issues from 1917 until 1932.

He wrote about ca dao in 1922: “Even though our oral literature has not been recorded in any book, I will insist that it is a very rich one, richer, perhaps, than any other country. Although it is not without its crudeness, this oral literature is also profoundly resonant; one can say that the wisdom, morals, and aesthetics of our common folks are all contained within these idioms.” Warning Vietnamese writers against composing in French, he wrote: “In borrowing someone’s language, you are also borrowing his ideas, literary techniques–even his emotions and customs.” After centuries of writing in Chinese, the Vietnamese had produced no Li Po, he pointed out, and writing in French, it is unlikely that they will ever produce a Victor Hugo or a Anatole France. After reading a story in French, Phạm Quỳnh suggested, as an exercise, to try retelling it to one’s wife in Vietnamese.

He translated tirelessly, from Maupassant, Pierre Loti, and Alfred de Vigny, among many others, wrote travel pieces, scholarly articles and books about everyone from Voltaire, Jean Jacques Rousseau, Descartes, to Confucius. His principle books include Văn minh luận, Ba tháng ở Paris, Văn học nước Pháp, Chính trị nước Pháp, Khảo về tiểu thuyết, Lịch sử thế giới, Lịch sử và học thuyết Voltaire, Phật giáo đại quan, Cái quan niệm của người quân tử trong Đạo Khổng and the five-volume Thượng Chi Văn tập.

He was also active politically, advocating gradual Vietnamese independence within the French union. From 1932 onward, he worked with emperor Bảo Đại, a weak figure tolerated by the French. Phạm Quỳnh’s compromised stance towards the French, his lack of militancy, is revealed in this famous saying: “As long as [Nguyễn Du’s epic poem] Kim Van Kieu remains, our language remains, our nation remains.” On August 23, 1945, he was captured by the Việt Minh, along with Ngô Đình Khôi (brother of Ngô Đình Diệm, future president of South Vietnam) and his son. All three were killed on September 6, 1945. Phạm Quỳnh’s body was only found 11 years later, in Hắc Thú [Black Beast] forest, near Huế.

On the centenary of his death, the publisher An Tiêm (Paris) released a collection of his writing, Kỷ niệm 100 năm ngày sinh Phạm Quỳnh (1892~1992), edited by Phạm Thị Hoàn.

Linh Dinh started this entry.

Source : Viet Nam Literature Project