Archives par mot-clé : Bao Dai

Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Dans le cadre de notre série Clés du Viêt-Nam contemporain, voici un premier aperçu des différents gouvernements vietnamiens entre 1945 et 1954. Les données seront complétés.

★ ★ ★

Les gouvernements de l’empereur Bao Dai en 1945 avant la révolution d’août

 

Date Appellation et direction
Mars 1945 Gouvernement impérial dirigé par le lettré Pham Quynh
17 avril 1945

Gouvernement de l’Empire du Viêt-Nam, dirigé par Trân Trong Kim

★ ★ ★

Les gouvernements cochinchinois de 1946-1947

 

Date Appellation et présidence
3 juin 1946

Gouvernement de la République autonome de Cochinchine présidé par le docteur Nguyên Van Thinh (se suicide le 9 novembre)
4 décembre 1946 Gouvernement présidé par Lê Van Hoach
Octobre 1947 Gouvernement Provisoire du Sud Viêt-Nam, présidé par Nguyên Van Xuân (1er octobre)

★ ★ ★

Les gouvernements de l’État du Viêt-Nam (1948-1954)

 

Date Appellation et présidence du Conseil
20 mai 1948

Gouvernement Central Provisoire présidé par le général Nguyên Van Xuân
2 juillet 1949 Gouvernement national de l’Etat associé du Viêt-Nam, présidé par Bao Dai / Nguyên Van Xuân

S. M. Bao Dai : cumule les fonctions de chef d’État et de Président du Conseil, juillet-décembre 1949.

18 janvier 1950 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyen Phan Long
6 mai 1950 Gouvernement national, cabinet présidé par Tran Van Huu (1)
20 février 1951 Gouvernement national, cabinet présidé par Tran Van Huu (2) : remaniement
8 mars 1952 Gouvernement national, cabinet présidé par Tran Van Huu (3) : remaniement

Source : Viêt Nam, n° 22, 15 mars 1952, p. 8.

6 juin 1952 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyen Van Tam (1) = 11 Ministres, 4 Secrétaires d’État

« Un gouvernement d’union et d’action »

  • Nguyen Van Tam : Président du Conseil, Ministre de l’Intérieur ;
  • Phan Van Giao : Vice-Président du Conseil, Ministre de l’Information et de la propagande
  • Ngo Thuc Dich : Vice-Président du Conseil, Ministre des Anciens combattants et invalides de guerre
  • Nghiem Van Tri : Ministre de la Défense nationale
  • Nguyen Huy Lai : Ministre des Finances et de l’économie nationale
  • Truong Vinh Tong : Ministre des Affaires étrangères
  • Le Tan Nam : Ministre de la Justice
  • Nguyen Thanh Giung : Ministre de l’Éducation nationale
  • Le Quang Huy : Ministre des Travaux publics, des transports et des télécommunications
  • Le Van Hoach : Ministre de la Santé
  • Cung Dinh Quy : Secrétaire d’État à l’Agriculture
  • Hoang Nam Hung : Secrétaire d’État aux Ralliements et à la pacification
  • Vu Hong Khanh : Secrétaire d’État aux Sports et à la Jeunesse
  • Nguyen De : Directeur de Cabinet de S.M. Bao Dai et délégué impérial pour les domaines de la Couronne, siège de plein droit en conseil de Ministres avec rang et prérogatives de Ministre d’État.

Source : Viêt Nam, n° 28, 15 juin 1952, p. 4.

9 janvier 1953 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyên Van Tâm (2) : remaniement = 12 Ministres (1 non pourvu), 3 Secrétaires d’État

Nouveaux ministres et secrétaires d’État :

  • Le Van Hoach : Vice-Président du Conseil, Ministre de l’Information, la Propagande et l’Action psychologique ;
  • Nguyen Van Nhung : Ministre des Affaires économiques ;
  • Tan Ham Nghiep : Ministre de la Santé publique ;
  • Phan Van Huy : Ministre des Anciens combattants ;
  • Dao Dang Vy : Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil ;
  • Le Quang Ho : Secrétaire d’État à l’Intérieur et intérim du Ministère de la Défense nationale (après démission de Nghiem Van Tri) ;

Source : Viêt Nam, n° 43, 15 juillet 1953, p. 3.

6 juin 1953 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyên Van Tâm (3) : Phan Huy Quat à la Défense

 

12 janvier 1954 Gouvernement national, cabinet présidé par Buu Lôc = 14 Ministres, 1 Secrétaire d’État

  • Prince Buu Loc : Président du Conseil et Ministre de l’intérieur ;
  • Nguyen Trung Vinh : Vice-Président, Ministre de l’Agriculture et de la Réforme agraire ;
  • Nguyen De : Ministre d’État et Délégué impérial pour les Pays montagnards du Nord et les Pays montagnards du Sud ;
  • Nguyen Dac Khe : Ministre attaché à la Présidence du Conseil, chargé de la démocratisation nationale ;
  • Phan Huy Quat : Ministre de la défense nationale ;
  • Nguyen Quoc Dinh : Ministre des Affaires étrangères ;
  • Duong Tan Tai : Ministre des Finances ;
  • Nguyen Van Ty : Ministre de l’Économie nationale et du Plan ;
  • Nguyen Van Dam : Ministre de la Justice ;
  • Le Thang : Ministre de l’Information ;
  • Le Quang Huy : Ministre des Travaux publics
  • Tan Ham Nghiep : Ministre de la Santé publique, des Anciens combattants et Victimes de la guerre ;
  • Pham Van Huyen : Ministre de l’Assistance sociale et du travail ;
  • Dinh Xuan Quang : Ministre de l’Intérieur adjoint ;
  • Vu Quoc Thuc : Secrétaire d’État à l’Éducation nationale, assurant intérim de ce ministère.

Source : Viêt Nam, n° 67, 18 janvier 1954, p. 3.

7 juillet 1954 Gouvernement national, cabinet présidé par Ngô Dinh Diêm (1) = 9 Ministres, 8 Secrétaires d’État

  • Ngo Dinh Diem : Président du Conseil des ministres, Ministre de l’intérieur et Ministre de la Défense nationale ;
  • Tran Van Chuong : Ministre d’État
  • Tran Van Do : Ministre des Affaires étrangères ;
  • Tran Van Cua : Ministre des Finances et de l’Économie nationale ;
  • Phan Khac Suu : Ministre de l’Agriculture ;
  • Nguyen Tan Nguyen : Ministre du Travail et de la Jeunesse ;
  • Tran Van Bach : Ministre des Travaux publics ;
  • Nguyen Duong Don : Ministre de l’Éducation nationale ;
  • Dr Pham Huu Chuong : Ministre de la Santé et de l’Action sociale ;
  • Tran Chanh Thanh : Secrétaire d’État à la Présidence ;
  • Le Quang Luat : Secrétaire d’État, chargé de l’Information ;
  • Pham Duy Khiem : Secrétaire d’État, chargé de mission à la Présidence ;
  • Nguyen Ngoc Tho : Secrétaire d’État à l’Intérieur ;
  • Le Ngoc Chan : Secrétaire d’État à la Défense nationale ;
  • Bui Van Thinh : Secrétaire d’État à la Justice ;
  • Nguyen Van Thoai : Secrétaire d’État à l’Économie ;
  • Tran Huu Phuong : Secrétaire d’État aux Finances.

Source : Viêt Nam, n° 79, 15 juillet 1954, p. 3.

25 septembre 1954 Gouvernement national, cabinet présidé par Ngô Dinh Diêm (2) : remaniement = 17 Ministres, 4 Secrétaires d’État et un Sous-secrétaires d’État

  • Ngo Dinh Diem : Président du Conseil des ministres, Ministre de l’intérieur et Ministre de la Défense nationale ;
  • Général Tran Van Soai : Ministre d’État et membre du Comité de Défense nationale ;
  • Général Nguyen Thanh Phuong : Ministre d’État et membre du Comité de Défense nationale ;
  • Tran Van Do : Ministre des Affaires étrangères ;
  • Bui Van Thinh : Ministre de la Justice ;
  • Pham Xuan Thai : Ministre de l’Information et de la Guerre psychologique ;
  • Tran Huu Phuong : Ministre des Finances ;
  • Luong Trong Tuong : Ministre de l’Économie nationale ;
  • Nguyen Cong Hau : Ministre de l’Agriculture ;
  • Tran Van Bach : Ministre des Travaux publics ;
  • Nguyen Van Thoai : Ministre du Plan et de la reconstruction ;
  • Huynh Kim Huu : Ministre de la Santé ;
  • Nguyen Duong Don : Ministre de l’Éducation nationale ;
  • Nguyen Manh Bao : Ministre de l’Action sociale ;
  • Nguyen Tan Nguyen : Ministre du Travail et de la Jeunesse ;
  • Nguyen Duc Thuan : Ministre de la Réforme ;
  • Ho Thong Minh : Ministre adjoint à la Défense nationale ;
  • Tran Ngoc Lien : Secrétaire d’État à la Présidence, chargé de la Fonction publique ;
  • Pham Duy Khiem : Secrétaire d’État, chargé de mission à la Présidence ;
  • Bui Kien Tin : Secrétaire d’État, chargé de mission à la Présidence ;
  • Huynh Van Nhiem : Secrétaire d’État à l’Intérieur ;
  • Nguyen Van Cat : Sous-secrétaire d’État à l’Intérieur.

Source : Viêt Nam, n° 83, 1er octobre 1954, p. 3.

★ ★ ★

Les gouvernements de la RDVN (1945-1955)

 

Date Appellation, Président de la RDVN : Hô Chi Minh
23 août 1945

Gouvernement Révolutionnaire Provisoire contrôlé par le Viêt-Minh/PCI
1er janvier 1946 Gouvernement Provisoire d’Union Nationale (VNQDD-DMH / VM-PCI)
2 mars 1946 Gouvernement d’Union et de Résistance (VNQDD-DMH / VM-PCI)
3 novembre 1946 Gouvernement de Coalition Nationale (VM-PCI)
20 juillet 1947 Gouvernement Hô Chi Minh : remaniement (jusqu’en 1955)

 

Sources :

Devillers, Philippe, Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952, Paris, Editions du Seuil, 1952, troisième édition revue et corrigée.

Thông Tân Xa Viêt Nam, Van Phong Chinh Phu, Chinh Phu Viêt Nam 1945-1998 (tu liêu) [Les gouvernements du Viêt-Nam 1945-1998 (documents)], NXB Chinh Tri Quôc Gia, 1999.

[Revue] Viêt-Nam, bulletin bimensuel d’information publié par le Cabinet de SM. Bao Dai puis par le service de presse et d’information du Haut-Commissariat du Viêt-Nam en France (1951-1954).

Playboy, bon vivant and the last emperor of Vietnam, Bao Dai chafed at his role as France’s puppet

[ndlr] Un article sur le destin de Bao Dai, le dernier empereur du Viêt-Nam décédé il y a vingt ans à Paris.

While Bao Dai, who died 20 years ago this week, enjoyed the high life in Hong Kong and elsewhere, he did try to play his part during Vietnam’s most violent and troubled years amid the two Indochina wars.

Twenty years ago tomorrow, the last emperor of Vietnam died peacefully and without ceremony in a military hospital in Paris, aged 83.

Bao Dai, or the “keeper of greatness”, was the 13th and last monarch of the Nguyen dynasty, and more famous for his lurid and extra­vagant lifestyle – he was exiled in Hong Kong for several years – than for his statesmanship during some of the most turbulent and bloody years in his nation’s history, the years of the liberation war against the French and civil war between north and south.

“He became far better known for his leisure activities,” is how the New York Times put it in his obituary.

Born in 1913, within the walls of the magnificent Imperial Palace in the city of Hue, on the banks of the Perfume River, Bao Dai was educated in France and quickly developed a reputation as an adventurer, philanderer, hunter, movie fan, gambler and playboy.

[…]

“I’m not so sure the ‘playboy’ angle is the best one for Bao Dai,” says historian Dr Christopher Goscha, author of The Penguin History of Modern Vietnam, published last year, pointing out that Bao Dai had a central role in the develop­ment of Vietnam during the faltering days of colonial rule.

Lire la suite : South China Morning Post, 30/07/2017.

Image « à la une » : Manifestation en faveur de Bao Dai en 1947.

The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism – Coord. Dieu Nguyen

[ndlr] Programme du panel sur la Première République du Viêt-Nam.

Panel presentation :

The Republic of Vietnam, founded in 1955, has attracted an intense scholarly scrutiny dominated by North American works which focus on the question of the Vietnam War. Our panel, though addressing the same political phenomenon, stresses the socio-cultural and individual angle. Ninh Xuan Thao takes us to the final year of the State of Vietnam. Nguyen Thi Dieu opens a window into the Diệm-imposed rituals of commemoration of the Republic’s first anniversary that reflected a certain conception of the Vietnamese nation. Pascal Bourdeaux introduces the Vietnamese sculptor, Paul Nguyen Van The, author of the Trung Queens statue, and discusses the artist’s familial archives. François Guillemot addresses the suicide of the novelist, Nhat Linh, contextualizing it within the framework of non-Communist nationalism. Nguyen Phuc Anh presents the Vietnamese priest-philosopher, Luong Kim Dinh, who articulated a much contested and largely forgotten civilizational formulation.  

★ ★ ★

 

Résumé du panel :

La République du Vietnam fondée en 1955 a fait l’objet d’une intense recherche dominée par les spécialistes Nord-Américains qui ont examiné ce phénomène politique principalement sous l’angle du conflit américain. Notre panel traite du même phénomène politique mais adopte une approche qui privilège le socio-culturel et le singulier. Ninh Xuan Thao nous fait revenir à la période charnière de « la dernière année d’existence de l’Etat du Vietnam (1954-1955).» Nguyen Thi Dieu montre comment les rites imposés par le régime Ngô lors de la célébration du premier anniversaire de la République reflètent une certaine vision de la nation vietnamienne. Pascal Bourdeaux nous parle du sculpteur Nguyen Van The, auteur de la statue des Reines Trung et présente les archives familiales ; François Guillemot revisite la question du suicide de l’écrivain Nhat Linh dans le contexte d’“un nationalisme non-communiste.” Nguyen Phuc Anh évoque Luong Kim Dinh, prêtre-philosophe vietnamien, auteur d’une formulation civilisationnelle originale aujourd’hui méconnue et oubliée.

Subject : : Panel
Language of text : English
For presentations in a panel: name of the coordinator : Coordinator : Nguyễn Thị Điểu (Department of History, Temple University, Philadelphia, PA, USA)
Topics : H – The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism
Keywords : Bảo Đại ; Lương Kim Định ; Ngô Đình Diệm ; Nguyễn Văn Thế ; Nhất Linh ; State of Vietnam ; Republic ; Việt ; Hòa Hảo ; Cao Đài ; Bình Xuyên ; nationalism ; identity ; arts ; literature ; philosophy ; rites ; commemoration

Programme

 

Source : Congrès Asie 2017

Image « à la une » : Cảnh sát và dân chúng biểu tình ủng hộ chính phủ Ngô Đình Diệm 9-1963. © 1963 Life sur Blog : Một số hình ảnh cũ đảo chánh năm 1963

 

Viêt-Nam, le drapeau national (1948-1975)

[ndlr] Suite des documents visuels.

Documents sur le drapeau national en vigueur sous l’État national du Viêt-Nam (Quốc gia Việt-Nam) de 1948 à 1954 puis sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975.

Apparu officiellement en juin 1948, la signification du drapeau national vietnamien est présentée dans une brochure éditée à l’occasion de la sixième session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (décembre 1951) et publiée au cours du premier trimestre 19521 :

vietnam_ledrapeaunational

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

L’accent est mis sur la signification des deux couleurs : le fond jaune d’or pour le passé impérial et l’indépendance, les trois bandes rouges pour la réunification des trois régions (Ky, Nord, Centre et Sud) et l’unité nationale.

Après une longue période coloniale et l’établissement d’une République autonome (1946-1948), la Cochinchine réintègre le Viêt-Nam en juillet 1949.

En 1969, sous la Seconde République (1967-1975) établie au Sud du 17e Parallèle, un ouvrage édité par le Gouvernement sud-vietnamien donnait les dimensions du pavillon national et complétait la signification des couleurs :

Le Drapeau national du Viêt-Nam a été créé par ordonnance n° 5 du 14 juin 1948 du Gouvernement Central provisoire du Viêt-Nam, publiée au n° 2 du Journal Officiel du Viêt-Nam (18 juin 1948), les caractéristiques de ce drapeau sont les suivantes :

« L’emblème national est un drapeau sur fond jaune dont la hauteur est égale aux deux tiers de la largeur, comportant dans sa partie médiane, sur toute sa largeur, trois bandes rouges horizontales ayant chacune une hauteur égale au quinzième de la hauteur totale et séparées les unes des autres par des espaces d’égales dimensions »2.

Ce drapeau fut aboré pour la première fois le 5 juin 1948 sur le bateau Dumont d’Urville, amarré en baie d’Along, au moment de la signature des accords franco-vietnamiens par Emile Bollaert, Haut-Commissaire de France et le Général Nguyên-van-Xuân, Chef du Gouvernement provisoire du Viêt-Nam, consacrant en principe l’unité et l’indépendance du Viêt-Nam.

Le fond jaune est la couleur traditionnelle de la terre ancestrale, des épis d’or des rizières, et du métal considéré comme le plus précieux par l’humanité.

La triple bande rouge représente les trois grandes régions du Viêt-Nam (Nord, centre, Sud) désormais réunies dans la communauté nationale. Le rouge, couleur faste, symbolise le succès.

Malgré le partage du Viêt-Nam, consécutif à la signature des accords de Genève en juillet 1954, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis lors ont décidé de maintenir ce drapeau, pour maintenir la continuité de la lutte du peuple vietnamien pour son intégrité territoriale et son indépendance nationale3

Après 1975, ce drapeau symbolise la communauté des réfugiés vietnamiens anti-communistes. Il a été reconnu officiellement par certains États des États-Unis, par certaines localités du Canada et de l’Australie comme étant représentatif de la communauté vietnamienne exilée.

DieuHanh_CoVangBaSocDoDéfilé annuel à Little Saigon (Californie) lors de la fête du nouvel an.

Il est utilisé lors des commémorations de la chute de Saigon (30 avril 1975, jour de ressentiment national ou Ngày Quốc hận) et lors de la Journée de commémoration le 19 juin dédiée aux Forces armées de la République du Viêt-Nam.
quanky_vnchDrapeau des forces armées de la République du Viêt-Nam (Quân kỳ QLVNCH).

En juillet 2008, des associations vietnamiennes organisèrent le « 60e anniversaire du drapeau du Viêt-Nam libre » :

 

Image « à la une » : « Drapeau national du Viêt-Nam », extrait de Réalités vietnamiennes (Les réalités permanentes), Saigon, 1969, 3e édition revue et corrigée, (illustration non paginée en ouverture du ch. IV sur « Les emblèmes nationaux »).

Notes

  1. Extrait de : Viêt-Nam, Vieille nation, État jeune, Paris, 1952, non paginée. []
  2. Cette partie en italiques correspond à l’article 3 de l’Ordonnance n°3 du 2 juin 1948 fixant le statut provisoire du Viêt-Nam annulée par l’Ordonnance n° 4 du 8 juin 1948 et reprise à l’identique dans l’Ordonnance n° 5 du 14 juin 1948 portant sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics du Viêt-Nam, Cf. État du Viêt-Nam, Code administratif (Tome 1), Saigon, Impr. des J.O. 1953, bilingue, voir pp. 32 et 58 (pour le texte en vietnamien), pp. 352 et 378 (texte en français) []
  3. Extrait de Réalités vietnamiennes (Les réalités permanentes), Saigon, 1969, p. 52. []

Nguyen Van Thieu, Président de la République du Viêt-Nam, extraits d’entretiens en 1973

Extraits d’entretiens avec Nguyen Van Thieu en 1973 : extraits tirés de « Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam », film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source : INA.

La mer et le legs familial

[04:04 – 06:15]

Nguyen Van Thieu : J’aime la solitude, je suis comme un solitaire, dans ce sens que je… euh, enfin, pour les moments de repos, euh, de détente, j’aime être seul devant… un grand paysage comme la mer avec un horizon… très lointain d’ailleurs, une vue très large. C’est pour moi une source de méditation parce que j’ai passé toute mon enfance dans mon village, et puis fait… ma maison est tournée vers la mer et puis partout je vois la mer, les lagunes et les montagnes… Faut pas perdre cette habitude là, c’est pourquoi j’ai passé presque tous mes week-end, là où il y a un peu de mer, ou dans mon village natal ou dans une île quelconque ou au Cap Saint Jacques.

J’aime la mer avant tout, je voudrai continuer la carrière de mon grand père, de mon père. J’aimais voyager, j’aimais la mer. J’ai fait la marine marchande. Mon grand père était un amateur de jonques, alors il commandait une flotte de dix jonques, de douze jonques, pour transporter du nuoc mam de Phan Rang jusqu’à Saigon, et dans tous les… dans toutes les provinces du Sud de Saigon et des fois il est allez jusqu’à Singapour pour acheter des tissus, des étoffes, des dattiers [?] puis il est allé parfois jusqu’au, plus au nord, au nord de Hue, de Tourane, c’est comme ça. Dans le temps, c’était des jonques…, des grosses jonques et il est plus fort en navigation que moi. Et, j’ai dû lui demander des fois des conseils sur la navigation astronomique, même avec les livres que j’ai appris. C’est la pratique qui compte, il pouvait prédire les orages…

La pratique du pouvoir

[06:27 – 07:35]

NVT : Je ne m’assoie jamais dans mon bureau pour plus d’une heure. Je marche tout le temps et puis je m’assoie là, m’assoie là, m’assoie là, voyez-vous, bon ben… on ne peut pas me tenir pendant une ou deux heures exception faite pour des réunions, des conseils de ministres. Si j’avais la liberté de travailler comme eux… j’ai plusieurs bureaux dans ce palais, j’ai plusieurs bureaux.

Vous êtes comme Napoléon qui ne pouvait pas rester en place ?

NVT : (rires) Excusez-moi mais le moment où je donne le plus d’ordres c’est le matin quand je fais ma toilette alors j’ai un interphone, alors là, c’est, c’est… Oui, quand je me peigne, quand je me rase, quand je… ça c’est, c’est ça… Je m’en fous là où est le Premier ministre, où est mon chef de Cabinet, où est Nha [Hoang Duc Nha, son neveu], il peut être dans sa maison, en voiture, en déplacement mais… il faut que je puisse parler ou bien donner des ordres à travers l’officier de permanence pour qu’il puisse transmettre mais c’est là, où, à ce moment là que viennent les idées. Les ordres, les ordres viennent comme ça.

[Passage sur le petit dejeuner au Palais présidentiel, Nguyen Van Thieu aborde la question des prisonniers de guerre avec son chef de Cabinet et neveu Hoang Duc Nha]

NVT : J’ai mis beaucoup de temps pour euh… lire les dossiers, pour écouter mes collaborateurs exposer le problème. Mais quand à prendre une décision, j’ai pris une décision très vite, après avoir, si je peux employer le mot « pigé », et surtout après une nuit de réflexion.

[Passage sur une cérémonie présidée par Mme Thieu dédiée aux prisonniers militaires libérés des prisons communistes]

[Passage sur l’organisation par Mme Thieu de la fête des soeurs Trung, héroïnes nationales]

[Entretien privé avec Mme Thieu, elle raconte sa rencontre avec son futur époux, ses études, le contexte familial]

[Passage sur Mme Thieu qui rend visite à l’hôpital aux prisonniers libérés]

[16:10 – 16:37]

NVT : Je vais discuter avec le Président Nixon des… des relations d’après-guerre. C’est-à-dire, on ne parlera plus de guerre mais on parlera de paix et surtout entre les Etats-Unis et le Sud Viêt-Nam certainement des questions d’aide économique, d’investissements, euh, pour la reconstruction, pour le développement de long terme du Sud Viêt-Nam.

[Second passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans le cadre d’une réunion sur la pacification]

[Troisième passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

Une réunification pacifique ?

  • [18:46 – 19 :44]

NVT : Si les communistes respectaient le cessez-le-feu, il y a une solution politique très rapide, des élections, euH… qui devraient [se] dérouler le plus vite possible… alors la réunification ne pourrait se faire que par un choix libre et démocratique alors… on ne peut pas espérer avoir la liberté, la démocratie sous les communistes. Donc, personne ne peut prédire quand et comment les vingt millions d’habitants du Nord Viêt-Nam pourraient avoir une opportunité… d’exprimer leur volonté librement et démocratiquement. On écarte une guerre de réunification (rires). Moi, j’écarte une guerre de réunification, moi je préconise une réunification pacifique. Avec ça, c’est très difficile de prédire parce que… tant que les communistes sont là. C’est presque non faisable.

[Passage sur le catholicisme et la conversion de Nguyen Van Thieu, messe privée au Palais présidentiel suivie du rappel de la destruction de la cathédrale de La Vang à Quang Tri]

[Passage sur la cérémonie funéraire du vénérable bouddhiste Thich Tinh Khiet de la pagode An Quang et hommage de Nguyen Van Thieu]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans l’avion « Peaceful Cooperation » le menant à Washington]

[Passage sur le Palais de l’Indépendance, son histoire, le jardin et le bureau présidentiel]

Bao Dai, le Viêt-Minh et l’indépendance de 1945

  • [32:24 – 35:11]

NVT : Moi, j’étais né à Phan Rang qui était en… en Annam. Il y a ma sœur, mon beau-frère, ils surveillent la maison. Ca reste comme un… lié à un souvenir… une maison. Et je fais le marché, je faisais le marché dans ces villages, deux fois par jour pour ma sœur, voyez-vous et puis comme ça là… Et le pont… existait seulement depuis quatre années, cinq années depuis le programme de pacification. C’est pourquoi on l’appelait le pont de… de M. Thieu. Mais d’ici de cette montagne, j’ai surveillé les batailles navales entre Américains et Japonais dans la mer qui est à peu près à… cinq ou six kilomètres un peu plus loin. Et mon village a été bombardé le premier par l’aviation américaine en 1945. Parce que c’est tout près de Cam Ranh alors la chasse japonaise, la chasse américaine, engageaient une bataille dans le ciel et puis quand ils veulent décharger les bombes, ils le font ici.

En 1945, tout le monde était dans la jeunesse, dans la jeunesse de… sous… Bao Dai et après sous les… Viet Công, les Viêt Minh. Enfin, je peux dire que l’empereur Bao Dai… il a laissé passer l’occasion. Si vraiment, il était un empereur qui voulait lutter pour l’indépendance du pays, il n’aurait jamais permis aux… aux Viêt Công à ce moment de prendre le pouvoir. Moi, je me rappelle bien quand ils prenaient le pouvoir à Phan Rang où j’étais un des leaders du mouvement de jeunesse, ils avaient seulement des fusils. Nous en avons une cinquantaine mais parce qu’il manquait de leadership alors l’empereur Bao Dai, peut-être a été trompé, disant « je voudrais être un citoyen d’un pays indépendant que d’être un empereur d’un état colonisé », c’est trop beau comme… déclaration mais ce n’est pas pratique d’un point de vue politique.

Je travaillais en même temps… que j’étudiais. A ce moment là, j’étais dans une situation pécuniaire assez difficile, alors je m’engageais à travailler dans la direction du lycée Yersin en même temps je préparais mon baccalauréat.

[Passage sur la distribution des prix par Nguyen Van Thieu aux Championnats nationaux du Viêt-Nam]

[Passage sur Nguyen Van Thieu sur un petit bateau de pêche au large de Con Son, Thieu raconte un souvenir de jeunesse sur le chant des pêcheurs]

L’Armée nationale vietnamienne

  • [39:36 – 43:40]

Qu’est-ce qui vous a amené à vous engager dans l’armée ?

NVT : Ah, c’est la situation au Sud Viêt-Nam. J’étais dans la première promotion des officiers de l’Armée nationale vietnamienne, nous étions treize. Nous étions des sous-lieutenants élèves, c’est-à-dire la troisième née de Saint Cyr. Or, j’avais de très bons amis, il y avait toute une promotion qui venait ici se battre, c’est la promotion Général Frère, qui venait ici se battre. Alors, j’ai des amis très… très intimes, des très bons amis de promotion, qui ont été tué au Viêt-Nam… Le mal… Un de mes meilleurs amis qui a été tué sept après son arrivée au Viêt-Nam… dans le Nord.

La dernière, on m’a dit que la dernière bataille à laquelle vous avez participé avec l’armée française c’était, euh, l’opération, euh…

NVT : Atlante. Pas avec les Français. Pas avec l’armée français parce que… ça c’est la première fois qu’à l’armée vietnamienne a été donné un secteur et j’étais assigné à Binh Dinh pour commander dix bataillons pour débarquer et comme il n’y a pas dix bataillons au moment voulu alors… je dois débarquer à Song Cau beaucoup plus au Sud et puis remonter jusqu’à Binh Dinh. Mais, tous nous étions des Vietnamiens dans cette opération soutenue par la logistique française… et commandée par des Vietnamiens.

C’était la première fois qu’il y avait un… secteur confié complètement à des Vietnamiens ?

NVT : Non, j’étais au secteur de Hung Yen au Nord Viêt-Nam, au sud de Hanoi, ça c’était le premier secteur vietnamisé. Alors, c’est le morceau le plus dur qui a été passé à nous par la zone Sud, enfin… j’étais… je travaillais avec le Général Cogny. Alors j’ai plusieurs fois rouspété et puis… (rires) même j’ai envoyé un rapport de tonnerre au Général Cogny [René Cogny, 1904-1968]. Il était venu : « Qui a rédigé ce rapport ? » Alors il y avait là un commandant… un commandant français qui est chef d’Etat-Major, un colonel vietnamien qui était commandant de secteur, moi j’étais lieutenant chef du troisième bureau. J’ai rédigé le rapport. Et… Alors il signe comme ça, après avoir lu, il signe. Le commandant mais…, le Général Cogny, il dit que : « C’est formidable ce rapport ». Il ne pensait pas que c’est le commandant français qui avait osé, et puis il a répondu que : « Quel est celui qui a rédigé ce rapport ? ». Je dis que : « Mon général c’est moi ! » Il dit que : « Pourquoi ? », « – Mais je dois dire la vérité ». Alors le général Hinh qui est mon chef d’Etat-Major, il a été signalé par le Général Cogny, le général Hinh était venu, il dit : « Viens ici » : « C’est bon, c’est bien comme officier mais tu n’as pas le droit de faire ça. Tu feras ça quand tu seras général mais pas maintenant. (rires)

Qu’est-ce vous avez ressenti au moment de la chute de Dien Bien Phu ?

NVT : J’étais à ce moment là lieutenant-colonel à Song Cau. Tout le monde, enfin… officiers vietnamiens comme français, on était très triste parce que ça c’est… Mais moi je vous dis franchement, si il n’y avait pas la politique en France, si on est pas battu en politique, on ne… même à Paris, la chute de Dien Dien Phu avec la perte de quinze mille hommes, ça ne justifie pas la perte d’une guerre. Et la chute de Dien Bien Phu en comparaison avec la chute de Quang Tri, de Kontum, de Binh… Binh Dinh, qu’est-ce que c’est ? Et quinze mille hommes par rapport à 180.000 Français, c’est même pas un dixième de l’armée, plus 180… 120.000 Vietnamiens. On peut toujours continuer la guerre si on en avait les moyens. C’est juste qu’on a dit qu’on a perdu la guerre à Paris, pas en Indochine. Dien Bien Phu, mais c’est un coin qu’on ne peut même pas retrouver sur la carte, c’est un nom tout à fait inconnu.

[Passage sur le Conseil des Généraux au Palais de l’Indépendance]

Vo Nguyen Giap et la conduite de la guerre

  • [44:35 – 46:35]

NVT : Dès le début de (19)68, Vo Nguyen Giap a fait une erreur très grave, il a recommencé cette erreur en 1972. Il a sous-estimé l’armée sud-vietnamienne [Passage sur l’ARVN à l’entrainement]. Il a sous-estimé aussi l’armée américaine et il croyait que tout devrait se passer au Viêt-Nam en 1967-68 comme… ça c’était passé au Viêt-Nam en 1953 ou en 1954. Or, tout était différent. L’armée française à ce moment là n’était pas aussi puissante que l’armée américaine et bien doté au point de vue matériel que l’armée américaine… dans cette guerre. De plus, l’armée vietnamienne est considérée comme si elle n’existait pas. Il y a quelques bataillons, régiments séparés sous le commandement vietnamien ou sous le commandement français, il n’y avait presque pas de gouvernement. Les… les leaders… de Hanoi, ils n’ont pas bien compris tout ça. C’est pourquoi il ont commis des erreurs très graves au point de vue politique, psychologique, comme militaire. Et c’est aussi une des causes, euh… de leur défaite parce que, euh… ils ont mal compris et ils s’étaient trompés. Et que la guerre de… de 1965-1972 devraient être comme la guerre de 1950, 1954.

[Passage sur Nguyen Van Thieu examinant les armes prises à l’ennemi à Sa Huynh et inspection du secteur]

[49:03 – 46:35]

NVT : Vo Nguyen Giap, il pensait qu’il pourrait continuer à faire le Napoléon de 1972 comme il était le Napoléon vietnamien de 1953-54.

[Passage sur Nguyen Van Thieu inspectant les troupes et les positions sud-vietnamiennes]

[50:35 – 51:12]

NVT : Alors j’ai dis ça à quelques Américains qui me demandaient ça. Et qu’on s’attendait à ce que pouviez terminer cette guerre en trois mois avec votre massive aviation. Alors c’était, au contraire, le gradualisme qui prévaut dans la politique de la guerre. On ne peut pas faire la guerre avec gradualisme.

La population au Nord Viêt-Nam s’attendait à ce qu’on libérait le Nord Viêt-Nam dès le premier bombardement américain en 1966, alors ils étaient découragés.

  • [51:24 – 51:53]

NVT : Si j’avais tous [eu] les moyens nécessaires, j’aurai cassé le corps de bataille de Giap même au Laos… en 1971.

Vous n’aviez pas suffisamment de moyens à l’époque ?

NVT : Pas suffisamment de moyens, la logistique était très difficile, très longue à suivre et les Américains ne voulaient pas… s’engager totalement dans cette bataille.

Vous connaissez le Général Giap, personnellement ?

NVT : Non, j’ai entendu parler de lui. Et je… J’ai entendu parler de lui comme un professeur d’histoire de… dans un collège… au collège de Gia Long à Hanoi quand j’étais encore collégien.

Retranscription des dialogues et intertitres : FG

La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam [parution]

La_colonisation_des_corps[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dirigé par Agathe-Larcher Goscha et François Guillemot. Il est issu du colloque sur les identités corporelles au Viêt-Nam organisé à l’ENS de Lyon. Présentation de l’éditeur.

Avec les contributions de : Dinh Trong Hieu, Alain Ruscio, Agathe Larcher-Goscha, Christopher E. Goscha, Erica J. Peters, Isabelle Tracol-Huynh, Nora A. Taylor, Doan Cam Thi, Richard Quang-Anh Tran, Eric Jennings, Laurence Monnais, François Guillemot, Heonik Kwon, Francis Gendreau.

Symbolique de la tête, du ventre et des membres, poids de la gestuelle, représentations sexuelles ou anthropométriques tendant à classer cet être étrange qu’est le colonisé, fabrication d’un corps du roi conforme aux souhaits de la République française, perceptions renouvelées de l’environnement et du bien-être à travers les prescriptions de la modernité, enfin terribles effets de la guerre, corps meurtris, âmes sans repos hantant aujourd’hui encore un paysage où la tradition s’épuise à tenter d’absorber la violence du contemporain : telles sont quelques-uns des aspects dont traite ce livre, rapportant à l’Asie la thématique de l’histoire du corps désormais familière à l’Occident. De l’Indochine française au Viet Nam en guerre, plusieurs chercheurs de toutes nationalités ont été réunis pour mener à bien cette entreprise sans précédent.

François Guillemot est ingénieur de recherche à l’Institut d’Asie Orientale (CNRS / ENS de Lyon) ; ses recherches portent sur l’histoire politique et sociale du Viêt Nam contemporain. Agathe Larcher-Goscha est spécialiste de l’histoire coloniale de la péninsule indochinoise et traductrice.

Source : Éditions Vendémiaire

Communiqué de presse Colonisation des corps (PDF)

Réf. Guillemot, François & Larcher-Goscha, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam, Paris : Éditions Vendémiaire, coll. Chroniques, 2014, 443 p.

Table des matières

Remerciements, p. 5-7

François Guillemot & Agathe Larcher-Goscha : Le Viet Nam à fleur de peau, pp. 9-27

Dinh Trong Hieu : La face, le ventre et autres symboliques du corps chez les Viet, pp. 28-60

Alain Ruscio : « Nous avons débarqué au milieu du peuple le plus étrange », pp. 61-81

Agathe Larcher-Goscha : La guerre des représentations anthropométriques, pp. 82-126

Christopher E. Goscha : Bao Dai et Sihanouk : la fabrique indochinoise des rois coloniaux, pp. 127-175

Erica J. Peters : Manger : pratiques vietnamiennes et identités européennes, pp. 176-199

Isabelle Tracol-Huynh : Désir et répulsion : les prostituées du Tonkin, pp. 200-228

Nora A. Taylor : L’autre exotique et le moi féminin, pp. 229-245

Doan Cam Thi : Quand elles écrivent leur corps, pp. 246-263

Richard Quang-Anh Tran : Le corps homosexuel, haut lieu de l’imaginaire, pp. 264-284

Eric Jennings : Dalat ou les Alpes en Indochine, pp. 285-312

Laurence Monnais : Les remèdes du bien-être, pp. 313-342

François Guillemot : Des jeunes filles mutilées, pp. 343-392

Heonik Kwon : Portés disparus, pp. 393-414

Francis Gendreau : Dynamiques démographiques, pp. 415-435

Bibliographie sélective, pp. 436-441

Biographies des auteurs, pp. 442-443

Signalons qu’Isabelle Tracol-Huynh vient de recevoir le Prix Jeune chercheur/se de la Ville de Lyon : « Récompensée pour ses études sur la réglementation de la prostitution et le gouvernement des corps à travers le prisme des mondes extra-européens, notamment l’empire colonial français en Asie au 20ème siècle ». Isabelle Tracol-Huynh, normalienne de Lyon, a soutenu sa thèse de doctorat d’histoire sur la prostitution au Tonkin à l’Université Lumière Lyon 2, dans un laboratoire commun CNRS/ENS de Lyon/Université Lyon2 : l’Institut d’Asie Orientale.

* * *

Tran Thi Hao : Nam Phuong, la dernière impératrice d’Annam [parution]

TranThiHao_NamPhuong[ndlr] Avis de parution d’un récit romancé sur l’impératrice Nam Phuong. Présentation de l’éditeur.

Après avoir obtenu son baccalauréat en France, Nguyên Huu Thi Lan retourne au Vietnam et devient impératrice, sous le nom de Nam Phuong. Splendide, pleine de talents et vertueuse, elle connaît malgré tout un destin tragique. Ayant trop tôt fait confiance à un empereur infidèle, son époux Bao Daï, la solitude la poursuit jusqu’au dernier moment de sa vie : seule à Huê pour élever ses enfants et s’occuper de sa belle-mère, seule pendant les mois et les années de guerre suite au départ de son mari en Chine, seule en France après le retour de ce dernier au Vietnam pour reprendre le pouvoir…

Source : L’Harmattan

Réf. Tran Thi Hao, La dernière impératrice d’Annam : Nam Phuong la sacrifiée. Récit de la première reine vietnamienne, Paris : L’Harmattan, 2014. ISBN : 978-2-343-03749-3

Lê Công Định : Ngày độc lập nào cho Việt Nam?

[ndlr] A lire sur le site de la BBC la tribune offerte à Lê Công Định, l’avocat dissident libéré de prison en février 2013. Il s’interroge sur l’indépendance proclamée par Bao Dai le 11 mars 1945 (deux jours après le coup de force japonais), indépendance qui mena le pays à l’instauration de l’Empire du Viêt-Nam et du gouvernement Tran Trong Kim au mois d’avril. Libéré de la domination française mais sous hypothèque nippone, l’Empire du Viêt-Nam ne survivra pas à l’effondrement du Japon impérial et à l’avènement du Viêt-Minh au mois d’août 1945. Malgré une existence de courte durée (cinq mois), il est intéressant de constater que le gouvernement Tran Trong Kim reste dans la mémoire nationale d’une partie de l’élite intellectuelle auréolé d’une grande crédibilité.

* * *

NoiCacTranTrongKimLe Cabinet Trần Trọng Kim (Trung Bắc Chủ Nhật, 20/5/1945)

De gauche à droite : Hoàng Xuân Hãn, Hồ Tá Khanh, Trịnh Đình Thảo, Trần Trọng Kim (caché par le micro), Vũ Ngọc Anh, Trần Văn Chương, Trần Đình Nam, Vũ Văn Hiền, Phan Anh, Nguyễn Hữu Thi.

Từ lâu tôi luôn tự hỏi phải chăng ngày 2 tháng 9 năm 1945 thật sự là ngày độc lập của nước Việt Nam mới sau gần một thế kỷ làm thuộc địa của Pháp? Trước khi trả lời câu hỏi nghiêm túc này, cần lần giở lại các trang sử hiện đại của nước nhà, để ghi nhận một số sự kiện quan trọng sau đây:

Ngày 9/3/1945, Nhật đảo chính Pháp. Tranh thủ sự ủng hộ của người Việt, cùng những nước Á châu khác đang bị Nhật chiếm đóng, Nhật trao trả độc lập cho Việt Nam.

Ngay sau đó, vào ngày 11/3/1945, vua Bảo Đại ký đạo dụ « Tuyên cáo Việt Nam độc lập », tuyên bố hủy bỏ Hòa ước Patenôtre ký với Pháp năm 1884 cùng các hiệp ước nhận bảo hộ và từ bỏ chủ quyền khác, khôi phục nền độc lập của đất nước, thống nhất Bắc Kỳ, Trung Kỳ và Nam Kỳ. Đây là thời điểm đáng lưu ý.

Ngày 7/4/1945*, vua Bảo Đại chuẩn y thành phần nội các mới, trong đó học giả Trần Trọng Kim trở thành Thủ tướng đầu tiên của một nước Việt Nam độc lập. Tháng 6/1945, chính phủ Trần Trọng Kim đặt quốc hiệu là Đế quốc Việt Nam.

EmpireOfVietnamLe pavillon national de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam)

Đến khi Nhật đầu hàng phe Đồng minh, Thủ tướng Trần Trọng Kim vào ngày 16/8/1945 khẳng định bảo vệ nền độc lập vừa giành được. Sau đó, vào ngày 18/8/1945, vua Bảo Đại tái xác nhận nền độc lập của Việt Nam đã công bố vào ngày 11/3/1945.

Cần lưu ý, tuy là một chính quyền thực tế và chính danh từ tháng 3/1945, nhưng Đế quốc Việt Nam không đủ lực lượng quân sự để kiểm soát tình hình. Đất nước rơi vào tình trạng hỗn loạn về chính trị.

Lire la suite : BBC tieng Viet, 01/09/2014.

* Selon Tran Trong Kim, son gouvernement est formé le 17 avril 1945 et non le 7 avril (Trần Trọng Kim, Một cơn gió bụi, Sài Gòn, NXB Vĩnh Sơn, 1969, tr. 53). Voir aussi : Chinh Dao, Viet Nam Nien Bieu 1939-1975. Tap 1A 1939-1946 [Chronologie du Viêt-Nam 1939-1975. Vol. 1A 1939-1946], Houston, TX, Van Hoa, 1996, p. 216.

L’abdication de Bao Dai entre au musée de la révolution de Hue

Vu sur le quotidien Phap Luat TP.HCM [Lois HCM-Ville], article et photos de Viết Long :

BaoTangCachMangHue1
Đại diện phái đoàn Chính phủ lâm thời do Phó Chủ tịch Chính phủ kiêm Bộ trưởng Tuyên truyền Trần Huy Liệu làm Trưởng đoàn, cùng với hai thành viên khác là ông Nguyễn Lương Bằng và ông Cù Huy Cận. Ảnh: VLong

Tái hiện cảnh vua Bảo Đại thoái vị

(PLO)- Ngày 26-8, Bảo tàng lịch sử và cách mạng Thừa Thiên – Huế, cho biết vừa mở cửa trưng bày không gian tái hiện cảnh vua Bảo Đại thoái vị, đánh dấu sự chấm dứt của triều đại phong kiến cuối cùng trong lịch sử Việt Nam.

Lire la suite : Phap Luat TP. HCM, 27/08/2014.

 

Légendes des photos :

1 – [Photo du haut] La délégation du Gouvernement provisoire (Viêt-Minh) dirigée par Tran Huy Lieu, lui-même accompagné de Nguyen Luong Bang et Cu Huy Can.

2 – Bao Dai en personne et son secrétaire présentent des attributs de l’Empire (sceau et épée) aux représentants du Gouvernement provisoire. En réalité, les précieux attributs furent portés par deux membres de la Garde officielle de l’Empereur (voir lien plus bas).

3 – Remise des attributs de l’Empire du Viêt-Nam aux représentants du Gouvernement provisoire.

4 – La foule en liesse brandissant une banderole proclamant « Vive la République Démocratique du Viêt-Nam ». Celle-ci n’existe pas encore et ne sera proclamée que quelques jours plus tard le 2 septembre 1945 à Hanoi.

5 – Révolutionnaire enfermé dans un cachot de la prison de Thua Phu (Hue).

6 – Réplique de la fabrique clandestine d’armes dans le maquis de Hoa My (district de Phong Dien).

7 – Gros plan sur un ouvrier de la fabrique d’armes.

Mark Atwood Lawrence : Assuming the Burden – CR de lecture par Olivier Campeau

Lawrence_AssumingTheBurdenDans son ouvrage Assuming the Burden, Mark Atwood Lawrence cherche à répondre à une question en apparence bien simple : comment expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis qui, en 1945, étaient largement indifférents envers le sort du Vietnam, et qui en 1950 considéraient que l’avenir de celui-ci « carried heavy implications for the destiny of Asia »[1] au point d’intervenir dans la guerre d’Indochine, marquant alors le prélude à ce qui deviendra la guerre du Vietnam ? Or, la complexité de la réponse et l’argument original que propose Lawrence, ainsi que le brio avec lequel il mène sa démonstration, sont ce qui fait de cet ouvrage une lecture incontournable pour quiconque désire comprendre l’évolution de la guerre d’Indochine, les origines de la guerre du Vietnam et l’arrivée de la guerre froide dans le tiers-monde.

Comme nous le rappelle Lawrence, trois explications dominent l’historiographie quant aux raisons permettant de comprendre l’intervention américaine en Indochine en mai 1950[2]. D’abord, certains historiens comme Gary Hess et George Herring expliquent le phénomène par le fait que la situation géopolitique en Asie à la fin des années 1940 semblait, aux yeux de l’administration américaine, se conformer de plus en plus à un modèle d’agression soviétique global dirigé contre les intérêts des pays du bloc capitaliste[3]. Avant 1948, le gouvernement américain avait largement porté son attention envers l’Europe de l’Est, au détriment de l’Asie, celle-ci considérée alors comme un théâtre secondaire de la guerre froide. Au lendemain de la victoire de Mao en Chine cependant, en 1949, Washington en était venue à considérer la menace soviétique comme globale, et le Vietnam comme la prochaine cible de Moscou en Asie. Il fallait donc rapidement intervenir en Indochine et bloquer l’avancée de l’idéologie soviétique avant de voir celle-ci triompher ailleurs en Asie. C’est ce qui expliquerait, selon certains historiens, le changement de politique des États-Unis en 1949 et leur décision d’intervenir en Indochine en 1950. Les historiens de l’économie, dont Gabriel Kolko, se sont quant à eux intéressés à une deuxième explication: l’Indochine aurait constitué une région essentielle pour la relance de l’économie ouest-européenne, et donc pour les intérêts américains, et son maintien au sein du bloc capitaliste serait devenu une priorité devant la menace d’une victoire communiste au Vietnam en 1950[4]. Enfin, la troisième explication mise de l’avant par les historiens, entre autres par Robert Blum, tient aux aléas de la scène politique américaine[5]. Le changement de politique de l’administration Truman serait alors à mettre en lien avec les critiques qu’elle essuya de la part de l’opposition républicaine suite à la victoire de Mao en Chine, selon lesquelles le gouvernement américain n’aurait pas été assez fort pour éviter une telle conclusion à la guerre civile chinoise.

           Pour Mark Atwood Lawrence, ces trois explications sont toutes valables pour expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis en 1950 envers le Vietnam et elles ne s’excluent en rien, cependant qu’elles oblitèrent toutes une réalité jusqu’ici jamais abordée, et tel est l’argument original de Lawrence : la transformation de la politique américaine envers le Vietnam entre 1945 et 1950 résultat aussi d’un débat transnational entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France pour trouver une solution au conflit indochinois, chacun essayant le plus possible de faire valoir ses impressions et ses intérêts au sein du groupe[6]. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que la défaite japonaise devenait de plus en plus imminente, ces trois pays commencèrent à réfléchir sur l’avenir de l’Indochine. Pour la France Libre de Charles de Gaulle, il ne faisait aucun doute que l’Indochine devait revenir dans le giron français. La France devait retrouver son statut de grande puissance perdu aux mains des Allemands et des Japonais en 1940, et cela passait par la voie impériale. Quant à la Grande-Bretagne, elle se rangeait derrière l’idée d’un retour de la France en Indochine essentiellement, selon Lawrence, parce qu’elle estimait qu’une remise en question du pouvoir colonial français en Indochine risquerait de se retourner contre ses propres intérêts coloniaux ailleurs dans le monde, et parce que la France était maintenant considérée comme un allié important en Europe contre le communisme et s’opposer au retour de la France en Indochine ne ferait qu’envenimer les relations entre les deux pays[7]. Quant aux États-Unis, ils hésitaient à consolider leurs bonnes relations avec Londres et Paris et à reconnaitre les droits de la France en Indochine ou à demeurer ferme sur leurs convictions anticolonialistes et maintenir en vie l’esprit de la Charte de l’Atlantique. Selon Lawrence donc, on ne peut comprendre la réorientation de la politique américaine à l’égard du Vietnam en 1950 si l’on ne tient pas compte des débats entre ces trois gouvernements entre 1945 et 1950 quant à l’avenir du Vietnam.

           Pour le démontrer, Lawrence entreprit de vastes recherches à travers divers fonds d’archives des gouvernements américain, britannique et français. Il reconstitua à la fois les débats et les conflits internes ayant eu lieu au cœur de ces administrations quant à la solution à appliquer au Vietnam, et les négociations internationales menées entre ces différentes administrations. C’est par cela, entre autres, que se démarque cette recherche de l’historiographie actuelle : l’abondante utilisation des sources françaises pour expliquer un pan d’histoire de la politique étrangère américaine et la prise en compte de l’allié britannique. Conduite avec le souci de la nuance, cette entreprise historique nous offre donc à voir une administration américaine influencée par ses alliées, « [as] merely one participant in a complicated, decidedly international dynamics in which other governments usually held the initiative and set the agenda »[8], et donc loin du stéréotype de l’Amérique triomphante et toute puissante d’après-guerre, dictant ses remèdes au reste du monde, tel qu’on nous la présente parfois dans certaines monographies ou dans certains médias.

BaoDai_200Piastres_1954
Bao Dai, enjeu de la Guerre froide.

           Cette dynamique et ces rapports de forces entre les États-Unis et leurs alliés français et britannique, finement analysés par Lawrence, nous permettent, de même, de mieux saisir l’évolution de la guerre d’Indochine et l’intervention américaine au Vietnam en 1950. L’analyse que fait Lawrence de la solution Bao Dai en est un bon exemple. Ayant désespérément besoin de l’aide financière et militaire américaine pour s’imposer face à la République Démocratique du Vietnam (RDV), mais se butant, entre 1946 et 1948, au refus de l’administration américaine d’intervenir au Vietnam et de cautionner un retour du colonialisme dans la péninsule, la France se mit alors en quête d’une solution pour circonvenir la position des États-Unis. En octobre 1947, Paris arrêta son choix sur l’ex-empereur d’Annam, Bao Dai. Au sein du gouvernement français, on croyait que si celui-ci pouvait prendre la tête d’un nouvel État vietnamien non-communiste destiné à faire concurrence, sur la scène politique vietnamienne, à la RDV et à s’imposer dans l’opinion publique vietnamienne, il serait alors plus aisé de nier à Ho Chi Minh sa position de leader du nationalisme vietnamien et de le stigmatiser comme un rebelle et un agent de Moscou. De la sorte, le gouvernement français n’aurait plus à demander à Washington de l’aider à vaincre un gouvernement vietnamien nationaliste et légitime, mais plutôt de l’aider à vaincre une rébellion communiste dirigée par Staline. Si Lawrence analyse cependant la solution Bao Dai davantage sous l’angle de sa thèse, comme étant « designed largely to shatter existing international perceptions of the Indochina conflict »[9], et néglige ainsi par moment la dimension « nationale » bien réelle de la solution Bao Dai (en ce sens où la solution Bao Dai n’avait pas seulement que des objectifs internationaux), il n’en demeure pas moins qu’il démontre très bien dans son ouvrage que la décision des États-Unis de reconnaitre diplomatique le gouvernement de Bao Dai en février 1950, et par la suite d’intervenir en Indochine pour le compte de ce nouvel État vietnamien en mai 1950, résulte bel et bien des conclusions d’un débat multinational. En somme, il démontre que les multiples tentatives de la part du gouvernement français, aidé en cela par son allié britannique, pour réorienter les objectifs de la guerre d’Indochine de manière à les faire correspondre aux valeurs et aux engagements américains ont réussi. Après de longs mois de négociations, l’administration américaine accepta finalement de jouer « the active role in Southeast Asian affairs that they [la France et la Grande-Bretagne] had scripted for it »[10]. Aux yeux des États-Unis, la guerre d’Indochine n’était plus une guerre coloniale, mais plutôt une guerre destinée à défendre le Vietnam et le reste de l’Asie contre une agression soviétique.

           Dans l’introduction de son ouvrage, Lawrence écrit que « this book rests partly on the theoretical insight that « reality » is established through social interaction »[11]. Or, cette phrase est peut-être celle, pour conclure, qui donne toute sa portée à cet ouvrage. En démontrant tout au long de son ouvrage que la « réalité » de la guerre d’Indochine, pour les États-Unis, fut « construite » lors d’un long débat avec ses alliés français et britannique sur l’avenir de la péninsule indochinoise et sur le rôle que devait y jouer l’administration américaine, Lawrence fait intervenir ici les perceptions personnelles des responsables politiques dans l’élaboration de la politique américaine, et démontre ainsi l’incertitude qui entoura, entre 1945 et 1950, le sort politique du Vietnam. « To the extent that Vietnam’s political destiny lay in the hands of the Western powers, it’s future remained highly incertain »[12]. Une lecture indispensable donc pour les historiens travaillant sur l’intervention américaine au Vietnam et sur la construction du prisme à travers lequel Washington vit, pour les années à venir, son rôle politique en Asie du Sud-Est.

Olivier Campeau, UQAM


[1] Mark Atwood Lawrence, Assuming the Burden: Europe and the American Commitment to War in Vietnam, University of California Press, Berkeley, 2005, p. 3.

[2] Ibid., p. 4.

[3] Gary R. Hess, The United States’s Emergence as a Southeast Asian Power, 1940-1950, Columbia University Press, New York, 1987, 448 p. ; George C. Herring, America’s Longest War: The United States and Vietnam, 1950-1975, McGraw-Hill, New York, 1985, 316 p.

[4] Gabriel Kolko, The Roots of American Foreign Policy: An Analysis of Power and Purpose, Beacon Press, Boston, 1969, 166 p.

[5] Voir entre autres Robert M. Blum, Drawing the Line: The Origins of the American Containment Policy in East Asia, Norton, New York, 1982, 273 p.

[6] Lawrence, Op. cit., p. 7.

[7] Ibid., p. 33-45.

[8] Ibid., p. 4

[9] Ibid., p. 187.

[10] Ibid., p. 168.

[11] Ibid., p. 9.

[12] Ibid., p. 8.

 

Olivier Campeau est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal. Son mémoire s’intitule « La perception française de l’Inde durant la guerre d’Indochine, 1947-1954: une étude de cas sur l’émergence du mouvement anticolonial asiatique sur la scène internationale avant Bandung ». Il poursuit présentement des études en pédagogie.