Archives par mot-clé : Banteay Srei

Histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne (EHESS-Inalco)

[ndlr] Annonce d’un séminaire de recherche consacré au Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

Année 2018-2019 (premier semestre 2019)

Séminaire commun EHESS-INALCO, du 15 mars au 21 juin 2019

les vendredis de 10 h à 12 h, à l’INALCO (salle 6.11, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris)

Éric Bourdonneau (maître de conférences à l’EFEO, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS)

Grégory Mikaelian (chargé de recherches au CNRS, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS)

Joseph Thach (maître de conférences à l’INaLCO)

Cette année, nous poursuivrons l’étude du corpus de Banteay Srei en prenant la suite de la traduction de K.569, datée du début XIVe siècle. On se penchera en particulier sur la nature et les implications historiques du litige dont les lapicides de l’époque moyenne ont jugé pertinent de remémorer l’existence, plus d’un siècle après qu’il soit advenu sous le règne de Jayavarman VII.

En effet, entre autres choses mais avant toute chose, K. 569 donne le récit singulier d’un dol occasionné par un échange entre du « cuivre » et du « bois à brûler ». La singularité d’un tel récit du temps jadis tient à la mise en scène d’un échange marchand comme étant intégré aux institutions royales, à travers l’action d’officiers ou de dépendants préposés à diverses activités essentielles à la marche de l’économie cultuelle (collecteurs de bois à brûler, négociant du Trésor royal), tout en donnant à penser l’avènement d’une relative autonomie de l’échange marchand, en raison, peut-être, d’une rareté inédite des ressources premières comme le bois de forêt.

C’est en effet tout un contexte historique de temps long qui se laisserait saisir ici au couchant du ‘moment impérial’ angkorien lorsque, après une phase d’expansion séculaire dont l’apex se situe au XIIe siècle, la grande forêt profonde se raréfie des suites de l’extension de l’habitat, des cultures, et de l’intensification du défrichement. De ressource inépuisable soumise au régime juridique du bien commun, la forêt deviendrait alors l’objet de convoitises et de contrôles accrus, entraînant d’une part une mise en cause des droits d’usage, et d’autre part la monétisation de ses ressources. C’est par ailleurs au sein de la même séquence historique (XIIe-XIVe siècles) qu’interviennent les prémisses d’un littoralisation de la région sud-est asiatique, durant laquelle la culture étatique ‘potamique’ du Cambodge ancien va progressivement s’infléchir pour revêtir une dimension ‘thalassique’ accusée, à la faveur du développement du commerce maritime ; par la suite, naîtront en synchronie les corpus juridiques des royautés de l’époque moderne, réglementant non seulement le négoce mais aussi l’accès aux ressources et le feuilletage de droits étatique et coutumier dont elles relèvent.

En quelque sorte symptomatique d’une situation juridique liminaire, aux prises avec l’expansion économique et la raréfaction consécutive de ses ressources, le premier XIVe siècle cambodgien connaîtrait ainsi, en amont de l’avènement du droit codifié du XVIIe siècle, un de ces aggiornamento de la souveraineté royale dont la maîtrise renouvelée de la « surface d’en-bas (pdai krom) », au premier chef de laquelle figure les espaces communs du royaume, constitue une condition impérieuse depuis au moins le Xe siècle.

Telle est à tout le moins l’hypothèse que nous explorerons non sans convoquer quelques points de comparaison, proches ou lointains. Plusieurs intervenants extérieurs viendront exposer le rapport de communautés agraires aux espaces communs, en particulier celui de la forêt, à la fois ressource quotidienne du pauvre et moteur des échanges au long cours par l’usage varié qui peut en être fait (collecte, chasse, cueillette). Seront aussi envisagées les manières dont s’organise juridiquement, pour l’État royal et les maisons aristocratiques qui le servent, le partage (et l’éventuel recoupement) entre ce qui est perçu comme bien commun immédiat – le terroir, sa communauté villageoise et ses solidarités, soit ‘l’alvéole rizicole’ chère à Paul Mus – ce qui relève d’un espace appropriable au-delà du bien commun – ‘l’aréole forestière’– et ce qui relève enfin d’une appropriation des ressources et des hommes par des forces ‘privées’ – émanation du ‘noyau’ qu’incarne, dans cette métaphore spatiale, la cité royale.

Calendrier des interventions extérieures :

  • Vanina Bouté (Université de Picardie/CASE) : 10 mai 2019
  • Marie Aberdam (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/SIRICE) : 17 mai 2019
  • Mathieu Guérin (INALCO/CASE) : 24 mai 2019
  • Catherine Sheer (EFEO/CASE) : 14 juin 2019

Source : CASE

Image « à la une » : Banteay Srei Temple sur Cambodia Tourism

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire sur le Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

 
Éric Bourdonneau, maître de conférences à l’EFEO
Grégory Mikaelian, chargé de recherches au CNRS
Joseph Thach, maître de conférences à l’INALCO
 
Vendredi de 10 h à 12 h (INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11), du 10 mars 2017 au 16 juin 2017
 
Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes (inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, décrets royaux et inscriptions modernes ou encore recueils de contes) en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.


Le second semestre de l’année 2016-2017 sera consacré au corpus épigraphique en vieux khmer du temple de Banteay Srei. Construit dans le troisième quart du Xe siècle par le guru du souverain Jayavarman V (r. 968-1000/1001), le sanctuaire eut une période d’activité exceptionnellement longue, qui se prolonge sur plus de trois siècles, jusqu’au début du XIVe siècle. De cette longévité témoigne en particulier le petit groupe d’inscriptions du temple. Une telle continuité de la pratique épigraphique en un même lieu, par-delà les générations (les auteurs du XIVe siècle célébrant ceux du Xe siècle) et les grandes périodes définies par l’historiographie (l’âge « classique » du Cambodge ancien et les prémices de l’époque « moyenne » faisant suite), en fait un objet d’étude privilégiée dans le cadre de ce séminaire, entre examen de la langue et histoire culturelle du Cambodge sur le temps long.

Nota bene : cette année le séminaire se déroulera à l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11
Image « à la une » : Inscription à Angkor Borei (AD 611)