Archives par mot-clé : bande dessinée

Séra : Concombres amers

[ndlr] Parution le 19 septembre 2018 du nouveau roman graphique du dessinateur Séra. Présentation de l’éditeur : Concombres amers. Les racines d’une tragédie. Cambodge 1967-1975. Nous remercions Sylvain Boulouque pour le signalement.

Collection : Marabulles – Biopic et roman graphique

Ce récit graphique raconte, depuis les années 60, la montée tragique qui va conduire au génocide Khmer, depuis la fuite du prince Sihanouk en 1969 jusqu’à la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975.

Un gamin emprunte un sentier interdit. Il s’enfonce dans la végétation et il voit les pendus dans les arbres. Ce gamin, c’est Séra, il a neuf ans. En 1975, ses parents et leurs trois enfants sont expulsés par les Khmers rouges. Phnom Penh est tombé, Pol Pot arrive. Son père khmer, est expulsé de l’enceinte de l’Ambassade de France où la famille a trouvé refuge ! Séra est alors âgé de quatorze ans. Il est encore trop tôt pour qu’il puisse raconter la vie « d’avant ».

Séra sait parfaitement que les mots seuls sont bien faibles pour dénoncer cette violence, cette barbarie. De plus, les mots laissent la place à une zone floue où le « sacro-saint » imaginaire du lecteur risque de s’engouffrer et de l’emmener bien loin de la réalité… Il n’en est pas question ! C’est pourquoi l’image s’impose.

Préface par Tardi.

Source : Marabout

Art et mémoire au Cambodge : une illustration en bande dessinée – par Mathilde Cambournac

Tian_Enfant&BuffleLa bande dessinée L’année du lièvre, composée pour l’instant de deux tomes parus en 2011 et 2013, narre l’histoire familiale du dessinateur Tian sous le régime des Khmers Rouges. L’auteur est né au Cambodge trois jours après l’évacuation forcée de Phnom Penh, le 17 avril 1975. Sa famille s’organise pour survivre dans le Kampuchéa Démocratique sous le contrôle de l’Angkar, avant de réussir à s’exiler en Thaïlande en 1979, puis en France en 1980.

Que nous apprend Tian sur le Cambodge de Pol Pot ?

Le premier tome, « Au revoir Phnom Penh », retrace les péripéties de la famille de Tian lors des premiers mois du régime des Khmers Rouges, notamment pendant l’évacuation forcée de la capitale. Les événements sont présentés à travers les yeux de la famille, ce qui aide le lecteur à se mettre dans la peau des personnages et l’amène à découvrir peu à peu le fonctionnement du régime des Khmers Rouges. Le parti pris de Tian est ainsi « d’amener le lecteur à penser comme une famille, à douter, à avancer dans une certaine ignorance de l’information » (Broué). Le second tome, « Ne vous inquiétez pas », se centre sur la déportation et la vie quotidienne de la famille de Tian à Roneam, village au Nord du Cambodge. Le lecteur est ainsi plongé au cœur du régime Khmer Rouge, et suit les différentes trajectoires des membres de la famille : travaux forcés, quotidien au sein d’une brigade mobile, prison, incarcération.

Le dessin de Tian, est simple, presque naïf, ce qui lui permet « d’éviter une redondance avec un récit tragique et très réaliste » (Broué). Les illustrations sont sobres, avec l’utilisation de tons de couleur discrets pour évoquer une époque passée. Malgré tout, de nombreux détails graphiques permettent de documenter avec précision le quotidien de la famille de Tian : cartes simplifiées, vignettes explicatives. Deux visions se superposent donc : une objective, proche du documentaire historique, et l’autre subjective, ayant valeur autobiographique.

lannée-du-lièvreL’année du lièvre illustre par ailleurs la politique de destruction de la structure familiale entreprise sous le Kampuchéa Démocratique (Mam). Les Khmers Rouges visent en effet la transformation complète et rapide de toute la société cambodgienne afin qu’elle devienne autosuffisante, homogène et égalitaire. Un travail constant d’élimination des « ennemis de la révolution », qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, engendre la division des Cambodgiens en deux groupes ; le peuple ancien, celui des paysans et populations rurales, et le peuple nouveau dont fait partie la famille de Tian, c’est à dire les cadres, anciens officiels du gouvernement, et citadins (Olvajo). Une destruction progressive de tous les liens affectifs se met en place, avec la volonté de substituer Angkar à la structure familiale traditionnelle cambodgienne. L’individu est dissout dans l’organisation totalitaire, il est asservi, affamé, endoctriné. Différentes mesures visent à détruire l’institution familiale, alors centre économique et culturel des Cambodgiens : séparation physique des individus, attaque sur la propriété privée et les institutions quotidiennes familiales, ainsi que sur les institutions culturelle et religieuse. La bande dessinée constitue ainsi un bon exemple des relations complexes entre loyautés familiales et celles imposées par les Khmers Rouges. Ainsi, il ne faut pas minimiser les capacités d’action des individus (agency) dans les récits de trajectoires familiales cambodgiennes, grâce à plusieurs types de stratégies allant de la résistance à la coopération (Mam). L’année du lièvre montre comment les Cambodgiens, malgré le contexte d’insécurité dans lequel ils sont plongés et les risques encourus, continuent de protéger et de préserver cette unité sociale.

Retrouver la mémoire des génocides grâce à la bande dessinée et l’art

Rithy Panh, cinéaste cambodgien, a qualifié les Khmers Rouges, de « machine à effacer la mémoire », via un travail d’effacement de la mémoire des populations (Panh). C’est un culte du secret, du non-dit, qui permet de laisser constamment planer une atmosphère d’insécurité et de terreur ; une « machine totalitaire délirante » qui détruit mémoire collective et mémoires individuelles. L’année du lièvre illustre ainsi de nombreuses scènes où les personnages doivent renoncer à leur identité afin de survivre : séances d’autocritique, impossibilité de révéler son métier. Un second exemple de cette politique d’annihilation de la mémoire est celui de l’usage des mots et de la parole, qui a été complètement changé et dénaturé sous le régime des Khmers Rouges (Olvajo). Certains mots sont donc interdits, d’autres promus pour porter l’idéologie du régime, comme le proverbe « si on te laisse on ne gagne rien, si on te supprime on ne perd rien ».

Couv_Annee_lievre2-3L’année du lièvre est avant tout un projet d’exhumation d’une mémoire familiale. Il s’agit pour l’auteur de se ré-approprier son histoire, ainsi que ses souvenirs d’enfance. Il explique l’importance de la transmission de la mémoire dans un contexte où personne n’évoque cette période tragique de l’histoire cambodgienne (Proust). La trame narrative des albums est ainsi inspirée du témoignage de son père, alors médecin. Les bandes dessinées sont également le résultat de plusieurs années de recherches, de documentation et de voyages au Cambodge, pour nourrir le récit de faits historiques et pédagogiques. Ces dernières années, d’autres auteurs d’origine cambodgienne ont également publié des bandes dessinées, fortement inspirées de leur vie ou de celle de leur famille. L’œuvre la plus connue est la trilogie de Séra, qui traite respectivement de la guerre civile, du génocide et enfin de l’après-génocide au Cambodge. Loo-Hui Phang a également publié en 2011 et 2012 les deux premiers tomes de Cent mille journées de prières, qui retracent la recherche d’un petit garçon français sur l’identité et le sort de son père cambodgien, disparu sous le régime des Khmers Rouges. Elle évoque la même volonté que Tian de fouiller dans ce passé familial : « faire un livre est une manière pour moi de digérer les choses », ainsi que « de donner une sépulture aux membres de ma famille qui n’en ont pas eue». Tian quant à lui insiste sur le travail voire le devoir de mémoire de la part des artistes cambodgiens (Broué).

Spiegelman_MausArtL’art en général, et la bande dessinée en particulier, ont donc un rôle à jouer dans la construction de la mémoire des guerres et génocides. La première bande dessinée de référence est Maus d’Art Spiegelman – deux albums publiés en 1987 et 1992-, sur le génocide des Juifs pendant la seconde Guerre Mondiale. Elle est rédigée grâce au témoignage du père de l’auteur, ancien déporté à Auschwitz-Birkenau. La bande dessinée a pendant longtemps été considérée comme illégitime pour traiter le sujet des guerres et génocides, car souvent associée à l’enfance ou au rire, et considérée comme incapable de rendre une réalité autre que stéréotypée et caricaturée. Cependant, elle semble être un outil artistique adéquat pour narrer l’histoire d’une vie et rendre compte de souvenir, parce qu’elle prend la forme de la mémoire : « des images s’organisant en récit » (Robert). Tian exprime ainsi la volonté de « donner des images du génocide » (Broué). Au Cambodge, deux artistes ont également mis en avant l’importance de l’art en tant que « traitement de l’indicible, de l’irreprésentable », Rithy Panh et Vann Nath (Panh). Il s’agit pour eux d’extérioriser leur vécu via l’art, principalement le cinéma et la peinture.

Penser au-delà du génocide : politique de mémoire officielle contre mémoires individuelles plurielles

Si tous les artistes évoqués précédemment montrent la nécessité de retrouver la mémoire sur le génocide des Khmers Rouges, il apparaît que la société cambodgienne actuelle n’est que partiellement informée et sensibilisée sur cette période. Rithy Panh déplore ainsi une « amnésie nationale » autour du génocide (Panh). Ceci s’explique en partie par la volonté pour les survivants de ne pas rouvrir des blessures trop vives, et d’aller de l’avant.

Portrait_Tian
Le dessinateur Tian

D’autres facteurs permettent également d’expliquer un « oubli » national, et international, de ces événements. Des obstacles de nature politique ont pu empêcher l’exhumation de cette histoire traumatique, notamment une politique de réconciliation nationale contradictoire et ambiguë. En 1998, le premier ministre Hun Sen appelle par exemple les Cambodgiens à « creuser un trou et enterrer le passé » (Tyner). Le second facteur d’oubli renvoie au manque de preuves matérielles du régime, puisque peu d’infrastructures ont été construites sous les Khmers Rouges (Margolin). Il existe seulement deux lieux centraux connus mondialement qui commémorent le génocide, presque devenus des attractions touristiques : Tuol Sleng et son musée du génocide (S-21) et Choeung Ek, ancien camp d’exécution. Ces sites continueraient de représenter « l’effacement historique » du génocide, en limitant temporellement et spatialement la violence des Khmers Rouges, qui semble uniquement confinée à ces lieux (Tyner). Ces quelques lieux de commémoration du génocide sont par ailleurs peu visités par les Cambodgiens, et surtout connus par les touristes occidentaux, qui viennent «  s’ébaubir à Angkor et frémir à Tuol Sleng » (Margolin).

Après une inertie internationale pendant et après le génocide, les Nations Unies sont intervenues depuis une dizaine d’années en faveur de procès pour juger les principaux responsables du régime Khmer Rouge, via les Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC), établies en 2003. Si ces tribunaux ont libéré la parole de nombreux Cambodgiens, notamment les parties civiles, ils ont également déclenché des frustrations et critiques. Ils posent en effet des limites juridictionnelles très restreintes, avec un nombre d’accusés et une période de jugement limités. D’autres problèmes ont émaillé le bon déroulement de ce travail de justice, notamment le manque de financements ainsi que l’âge avancé des participants. Tyner dénonce ainsi, à travers ces CETC, la création d’une « justice illusoire qui opère à travers simultanément la vente et la mise sous silence du génocide ».

Ces éclaircissements sur le contexte national et international actuel permettent donc de mieux comprendre les enjeux liés à la mémoire du génocide cambodgien. Les initiatives individuelles ou de la société civile apparaissent ainsi primordiales pour promouvoir d’autres formes d’expression que celles permises au niveau officiel, qu’il soit national ou international. L’art devient ainsi une ressource symbolique permettant de renouer avec le passé, et de « restituer aux morts leur histoire, leur identité, leur dignité » (Panh). Dans ce contexte, la génération des Cambodgiens n’ayant pas connu le génocide a donc un rôle important à jouer pour tenter de comprendre et de se réapproprier cette histoire. Comme l’explique Tian, c’est ainsi une « nouvelle génération qui s’empare de cette histoire, celle des enfants des victimes du génocide » (Broué).

Mathilde Cambournac, promotion ASIOC 2013-2014

 

Références :

Tian, 2011. Au revoir Phnom Penh (Tome 1), L’année du lièvre, collection Bayou, Éditions Gallimard.

Tian, 2013. Ne vous inquiétez pas  (Tome 2), L’année du lièvre, collection Bayou, Éditions Gallimard.

Blog de Tian : L’année du lièvre

Bibliographie indicative :

  • Broué Caroline, Gardette Hervé, 2011. Cambodge, Interview de Tian et de Loo-Hui Phang, Émission La Grande Table du 14/07/2011, France Culture. Consulté le 4/11/2013, https://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-cambodge-2011-07-14.html
  • Mam Kalyanee E., 1999. « An Oral History of Family Life under the Khmer Rouge », New Haven, Yale Genocide Studies Program Working Paper no. 10, 1999, 40 pp.
  • Margolin Jean-Louis, 2007. « L’Histoire brouillée », Gradhiva [En ligne], 5 | 2007, mis en ligne le 12 juillet 2010, consulté le 14 octobre 2013.
  • Ojalvo Catherine, 2011. « Séra face à la mémoire cambodgienne, le noir de la mémoire », Témoigner entre histoire et mémoire, mars 2011, n°109.
  • Panh Rithy, 2001. « La parole filmée. Pour vaincre la terreur », Communications, 71, pp. 373-394.
  • Phang Loo Hui, Sterckeman Michaël, 2011 et 2012. Cent mille journées de prière (deux tomes), Futuropolis.
  • Proust Jean-Marc, 2011. « Cambodge: les enfants retrouvent la mémoire », Slate, 25/07/2011. Consulté le 4/11/2013, http://www.slate.fr/story/41655/cambodge-memoire-enfants
  • Robert Martine, 2003. « Connaissance historique et bande dessinée » Propositions pour un savoir en images, Le philosophoire, 2003/2 n° 20, p. 215-236.
  • Sera, 2007. Lendemain de cendres, Éditions Delcourt, collection Mirages.
  • Sera, 2005. L’eau et la terre, Éditions Delcourt, collection Mirages.
  • Sera, 1995. Impasse et rouge, Editions Rackam.
  • Spiegelman Art, 1987 et 1992. Maus (deux tomes), Flammarion.
  • Tyner James A., Brindis Alvarez Gabriela, Colucci Alex R., 2012. « Memory and the everyday landscape of violence in post-genocide Cambodia », Social & Cultural Geography, 13:8, 853-871.

 

Mathilde Cambournac est étudiante à l’ENS de Lyon, en Master 2 « Asie Orientale Contemporaine ». Issue d’un cursus à Sciences Po Toulouse, elle est également titulaire d’un diplôme de chinois de l’université Toulouse-II. Elle a travaillé au Consulat de France de Shanghai, et étudié au Dickinson College (Etats Unis). Ses recherches actuelles portent sur les enjeux de l’immigration africaine en Chine, pour lesquelles elle mène un travail de terrain à Pékin, dans le cadre d’un séjour académique à Peking University (北京大学).

Violence et Bande dessinée – ENS de Lyon (6 novembre 2013)

Le mercredi 6 novembre 2013, le laboratoire junior Sciences Dessinées vous propose sa troisième journée d’études : après la science et la ville, nous vous invitons à partager avec nos intervenants une réflexion sur “Violence et bande dessinée“, à l’ENS de Lyon (amphithéâtre Descartes, métro Debourg, entrée libre, 9h30-17h30).

Affiche_BD&Violence

L’hyperviolence, du choc à la suggestion

 

9h30 – 9h50 : Introduction par Aymeric Landot (ENS de Lyon): « L’hyperviolence, un concept pertinent pour évoquer la violence dans la BD ? »

9h50 – 10h35 : Adrien Genoudet (EHESS) : « Suggestion et monstration de l’hyperviolence au sein du corps bédéistique ».

 

Pause

 

10h45 – 11h35 : Isabelle Delorme (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « Codes et représentations de la violence dans les récits mémoriels historiques en bande dessinée ».

11h45 – 12h30 : Isabelle Guillaume (ENS de Lyon) : « A History of Violence : perceptions et représentations de la violence dans les comics depuis les années 1950 ».

 

 

« Du sang dans les cases :
dire et voir la violence en BD »
Table ronde avec KRIS

 

14h – 17h30 : Table ronde avec Kris, scénariste, notamment, de Notre Mère la GuerreUn Homme est mortCoupures irlandaises ou Svoboda !

Source : Sciences Dessinées

Tian : L’année du lièvre 2. Ne vous inquiétez pas [bande annonce du tome 2]

Couv_Annee_lievre2-3[ndlr] Le jeudi 6 juin 2013, Tian annonçait sur son blog la sortie du tome 2 de L’année du lièvre, un témoignage graphique fort sur le Kampuchéa Démocratique des Khmers rouges.

Phnom Penh, 1975. Après la prise du pouvoir par les Khmers rouges, Khim, Lina et leur famille sont obligés de quitter la ville sans savoir où aller. Pour avoir tenté de passer la frontière, ils sont arrêtés et transférés dans un village. Ils vont y subir de plein fouet la violence du nouveau régime : les adultes travaillent dans les champs sans relâche tandis que les enfants apprennent à devenir des espions et à se méfier de leurs parents…

Suite du récit d’un destin tragique, celui de la propre famille de Tian, où l’on découvre l’horreur de la dictature khmère rouge. Un document tout en finesse pour un sujet effrayant.

Réf. : Tian, L’année du lièvre. 2: Ne vous inquiétez pas, Paris, Gallimard BD, 2013, 128 p.

Source : Gallimard

Réalisation : Matthieu Labbé & Tian
Témoignage : Khim
Musiques : Benoit Garelli + Chant Révolutionnaire Khmer Rouge
+ : matthieulabbe.ultra-book.com

Voir aussi :

Exposition : Indochine-France-Vietnam – 15 mai 2013 — 14 juillet 2014

IndochineFranceVietnam[ndlr] Pierre Brocheux que nous remercions nous informe du programme provisoire de l’importante exposition consacrée au Viêt-Nam à Montreuil à l’occasion du 40ème anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques entre la France et le Viêt-Nam.

Indochine-France-Vietnam

Des Français au Vietnam, des Vietnamiens en France, à différentes époques, à différentes périodes de notre histoire commune. Des années 1925-1929 avec les photographies anciennes d’une famille française, celles d’un ingénieur des Ponts-et-Chaussée et celles de Paul Monet, officier de l’armée française, puis les photographies d’un correspondant pour l’Humanité en 1978-1980 et enfin celles toutes récentes d’un père et sa fille partis découvrir le Vietnam : 5 regards portés sur un pays.

Puis en seconde partie, documents et archives montreront la vie et le rôle de Vietnamiens en France, intellectuels, révolutionnaires, soldats dans l’armée française.

Un espace du musée accueillera l’exposition « Les travailleurs indochinois en France 1939-1952 » réalisée par l’association Histoires vietnamiennes et Pierre Daum. Les couvertures des magazines Regards et Paris-Match seront confrontées les unes aux autres sur la guerre d’Indochine, tandis que Paris-Match poursuivra seul sa couverture de la guerre du Vienam (1965-1975). Enfin, un espace sera alloué à une exposition d’affiches françaises, vietnamiennes et chinoises relatives à la guerre du Vietnam.

* * *

Cycles de conférences et tables rondes

 

Programme provisoire

Durée du 15 mai 2013 au 14 juillet 2014

 Samedi 25 mai 2013 : Inauguration de l’exposition à 18h30

au Musée de l’Histoire vivante

 

 

 Samedi 15 juin ou 22 juin (fête de la ville)

  • Conférence : « Les mobilisations contre la guerre du Vietnam, 1965-1975 » par Alain Ruscio et Pierre Rousset.

Samedi en septembre 2013 ou décembre 2013

  • Conférence : « Le Vietnam et la bande dessinée ». Avec Clément Baloup, Marcelino Truong, Maximilien Le Roy. (En partenariat avec la Librairie Folie d’encre et la Bibliothèque Desnos). Au musée ou à la Bibliothèque Desnos.

Samedi en octobre 2013

  • Table ronde « 150ème anniversaire de la naissance de Alexandre Yersin » avec Annick Perrot, Patrick Deville et Alain Tyr. Annick Perrot de l’association Adaly et ancienne directrice de l’Institut Pasteur à Paris. Patrick Deville, romancier auteur de « La peste et le choléra », prix Femina 2012. Alain Tyr, documentariste, auteur du film « A la rencontre du dragon et des nuages », 2004. Au studio Berthelot à Montreuil.

Samedi en novembre 2013

  • Conférences et présentation de l’exposition « Immigrés de force » avec Pierre Daum, Gilles Manceron, Benjamin Stora.

Samedi 18 mai 2014, Nuit des musées

  • « 1954-2014 » 60 ans après Dien Bien Phu avec Eric Deroo, Alain Ruscio, Gilles Manceron. Mémoire et histoire  d’une défaite/d’une victoire. Spectacle de marionnettes (association marionnettiste, 93, à Pantin). Démonstration de Viet-Vo-Dao.

Date à fixer (participation d’intervenants vietnamiens proposés par le musée HCM et/ou les « autorités » vietnamiennes.

  • Table ronde « Ho Chi Minh du nationalisme au communisme » MHV, Musée HCM d’Hanoï et Théâtre Berthelot (Montreuil). Avec Pierre Brocheux, Céline Marangé (sous réserve), Alain Ruscio, François Trieu.

Voir aussi :

 

Une si jolie petite guerre: Saigon 1961-63 – Reviews on diaCRITICS

[ndlr] Signalement de deux recensions du roman graphique de Marcelino Truong. Première recension par Jade Hidle et seconde par Ly Lan Dill (en deux parties), publiées sur diaCRITICS.

Marcelino Truong's identification photo, age four © 2013 Diacritics
Marcelino Truong’s identification photo, age four © 2013 Diacritics

Jade Hidle Reviews Marcelino Truong’s Une Si Jolie Petite Guerre

Truong does well to show the ambivalent relations between the U.S. and Việt Nam in these pivotal years in the countries’ interconnected histories. While the two nations both bear spirits of decolonial revolution, the election of John F. Kennedy further polarized the two countries as Cold War adversaries—the U.S. cast as a self-proclaimed paragon of democratic liberty and Việt Nam as a Communist threat to that freedom. Truong situates his family as one of innumerable who were caught in this contracting relationship.

The Truong family in particular occupies a tenuous position in this shifting space of the U.S. in 1961. They are, to put it simply, too American to be French, and too French to be Vietnamese. Truong illustrates how his family’s occupation of this liminal position is charged with racial and political danger. What is compelling is how Truong focalizes these large-scale conflicts through the lens of his childhood self. For instance, within the span of just the first few panels of the book, the idyllic American setting—represented by the White House, “Cherry pie, corner-shop et Coca-cola” (9)—is always already punctuated by conflict.

Truong shows how while engaging in grade school play in the U.S. he and his mixed-race siblings are racialized as Mexican and Native American, as well as the pan-Asian Communist targeted with the refrain of “Gook!” (16, 20-1). Regardless of the imposed racial identity, Truong and his family are cast into the role of enemy and thus subjected to violence, even if in backyard games of “playing war” with white neighbor boys, pantomiming national conflicts within seemingly safe domestic space. (The high school boy whose arm I drove a pen into for calling my mother a “gook” can certainly testify to the real violence underlying mere “play.” That’s right, when you, as the awesome Bao Phi would say, “bring out the Vietnamese in me,” I am a bonafide, pen-wielding badass.)

Lire la suite :  diaCritics, 08/04/2013.

* * *

Marcelino Truong’s “Une Si Jolie Petite Guerre” — Part One by Ly Lan Dill

diaCRITICS is thrilled to announce the publication of Une si jolie petite guerre—Saigon 1961-63 (Such a nice little warSaigon 1961-63), the spectacular new graphic novel by Marcelino Truong. It opens with a family portrait on a suburban lawn under a cherry tree. 1961 – Trương Bửu Khánh, a diplomat for the Republic of Vietnam (South Vietnam), has been appointed to the embassy in Washington, D.C., accompanied by his French wife, Yvette, and their three children, Mireille, Dominique, and Marcelino. The family is called back to Sài Gòn where he becomes head of Vietnam Press and Ngô Đình Diệm’s personal interpreter. Newly elected John F. Kennedy’s distant war intensifies and the family implodes as the mother’s bipolar episodes worsen.

In 1963, with the Buddhist revolt in Huế and Thích Quảng Đức’s immolation, the situation nationally and privately becomes unbearable. Marcelino’s father is named counselor to the embassy in London and the Truong family leaves Sài Gòn. They would watch the assassinations of Diệm and Kennedy from London.

The novel focuses on the three years of the Vietnamese-American war under Kennedy. The 50 years since speed by in a succession of panels of iconic scenes in an epilogue that finishes with Marcelino adult with his parents on the beach in St Malo. Through trilingual dialogue and crisp narrative, Marcelino Truong tells a story the French readership has yet to hear, that of the Republic of Vietnam (1955-75). In the forthcoming part 2, Ly Lan Dill meets with Marcelino Truong and discusses his groundbreaking graphic novel.

Lire la suite : diaCritics, 17/12/2012.

* * *

Marcelino Truong’s “Une Si Jolie Petite Guerre” — Part Two by Ly Lan Dill

I met Marcelino Truong in Belleville over a bowl of phở. The ubiquitous scene of phở with its exotic scent of cinnamon and ginger is the cultural marker of an “ethnic” Vietnamese work in the landscape of American literature on diasporas and refugees. A hallmark of Vietnamese-American autobiography, the bowl of soup is often the fulcrum between the personal story set inside and yet apart from the larger national story. The irony of interviewing one of the very few francophone authors of a Vietnamese autobiography over a bowl of phở was perceptible.

The bowls arrived as we talked of his trilingual childhood in D.C., Sài Gòn, London, of heads of state, diplomats, war, blood, and art. His conversation ranged from his personal work as an illustrator to the TPHCM based Dogma collection of Vietnamese communist war propaganda art. Marcelino talked about his family, his sisters and brother, his parents, his mother. “Some people have said that I was harsh with my mother. This was not my intention. When we were younger, we didn’t have a name for what was going on [her bipolar condition]. We tiptoed around and still things would get out of control. It’s better to say things straight, to call things by their name. It’s easier to bear a situation when you know there was a reason.”

Lire la suite : diaCritics, 20/12/2012.

 

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre

Marcelino Truong was born in 1957 in the Philippines to a Vietnamese father and French mother. He grew up in Washington, D.C., Saigon, and London, where Marcelino attended the French Lycée. Marcelino moved to Paris for his studies and earned degrees in law at Sciences Po and English literature at the Sorbonne, before deciding to become an artist at the late age of 25. He has published in various print media, authored books for all ages, and exhibited his paintings in galleries throughout Europe. The majority of Marcelino’s work deals with Asia, especially Viet Nam.

La bande dessinée khmère à l’épreuve de la mémoire : à travers les oeuvres de Séra et de Tian – par Clémence Oliviero

Tian_LannéeDuLièvre_extrait

Tian, L’année du lièvre, extrait de la couverture © Gallimard

XLV – Même coupables de délits répétés, les habitants de ce lieu ne doivent pas être punis ; mais il faut punir sans merci ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants.

Extrait des Edits des Hôpitaux de Jayavarman VII – Stèle de Say Fong [1].

Cette citation, qui date du XIIème siècle, pose clairement les enjeux de la catharsis pour le peuple khmer : les bourreaux d’un jour sont devenus les victimes du lendemain, les familles se sont retrouvées divisées. Ceux qu’il faut punir ce ne sont pas les Cambodgiens, mais ceux qui, sciemment, ont voulu annihiler leurs semblables. Le choc, le besoin d’oublier, l’impossibilité de parler ont entraîné le silence de ceux qui ont survécu.

Mais aujourd’hui, le temps a passé, les jeunes générations cherchent à savoir, à comprendre, et à transmettre. Transmettre pour recommencer la vie ensemble. Mais comment transmettre sans raviver la haine ? Les témoignages sont durs, les mots difficiles à trouver. La bande dessinée se pose alors comme un médium permettant à la fois de montrer et de raconter, avec peu de mots. De transmettre le fait que les Cambodgiens, quel qu’ait été leur camp, ont tous été les victimes de « ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants ».

Les œuvres de Séra et de Tian sont en ce sens très représentatives de ce travail de mémoire a posteriori, par recomposition d’un passé qu’ils n’ont pas directement vécu. Séra est né au Cambodge en juin 1961 d’un père cambodgien et d’une mère française. Dès 1970, son père l’oblige à faire son passeport français, grâce auquel il sera rapatrié en France en mai 1975, à l’âge de 13 ans. Il est devenu dessinateur, peintre, sculpteur et enseignant. Il est retourné au Cambodge pour la première fois en 1993, partant sur les traces d’un père qui avait souhaité rester dans son pays natal. Tian, quant à lui, est né au Cambodge le 20 avril 1975, soit trois jours après la prise de pouvoir par les Khmers Rouges. Il est arrivé en France en 1980, et est lui aussi devenu dessinateur. Il est retourné pour la première fois au Cambodge en 2001 par le biais d’une ONG. Ces deux auteurs n’étaient donc que des enfants lorsque le Cambodge est entré dans des années de cauchemar, pourtant ils ont ressenti le besoin de raconter et de transmettre : pour leur famille d’abord, mais aussi plus généralement pour leur peuple. A travers des fictions biographiques pour le premier, et une autobiographie de sa petite enfance pour le second, l’enjeu mémoriel des années Khmers Rouges, mais plus largement des années de guerre est présenté.

SceauKRL’Angkar et les Khmers rouges

Ces bandes dessinées sont d’abord un recueil de témoignages sur les années Khmers Rouges au Cambodge, et sur le fonctionnement de l’Angkar.

Dans L’eau et la Terre, Séra ponctue son récit de slogans khmers rouges, expliquant ainsi l’idéologie utopique mise en place, le plan de Pol Pot et les atrocités qu’il recouvre.

« Ce qui est infecté doit être incisé. Ce qui est pourri doit être retranché. Ce qui est trop long doit être raccourci. Couper un mauvais plant ne suffit pas. Il faut le déraciner ».

Et, encore plus explicite : « L’élimination des ennemis n’est pas la conséquence d’une dérive de la révolution. C’est là même son essence. »

La bande dessinée aide également bien à mettre en avant la jeunesse des révolutionnaires : que ce soit dans les dessins de Séra ou dans ceux de Tian, les yothea [2] du Kampuchéa démocratique ne sont que des enfants. Ils sont habillés de noirs, portent le foulard khmer, les sandales Hô Chi Minh, la casquette communiste et une kalachnikov AK 47 [3]. Des soldats en apparence donc. Mais avant tout des enfants, ce qui est très bien mis en avant par l’histoire de Phat [4], jeune yothea du Kampuchéa, qui ne cherche qu’à jouer avec le petit chien qu’il a trouvé.

Enfin les images permettent d’appréhender la vie sous le Kampuchéa démocratique, et particulièrement la violence morale et physique qui s’est abattu sur le peuple khmer à partir de la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975. Ce dessin de Tian illustre la brutalité du nouveau régime :

Tian_extrait

Dessin de Tian [5] © Gallimard

La vie sous les Khmers Rouges pour les Cambodgiens se définit par quelques mots seulement : la faim, le troc, le travail, la peur, la solitude, les déplacements, le désespoir. Pour éviter les ennuis il y a d’abord des objets à ne pas avoir : une arme, une gourde militaire, une photo, une montre, sa carte d’identité, un diplôme, des lunettes, une radio, un habit militaire de l’ancien régime, un passeport, un zippo, ou un livre [6]. Enfin, il y a un leitmotiv à respecter pour rester en vie : « planter le kapokier et le palmier » [7].

Un peuple pris dans le feu des guerres

Impasse et rouge est le titre du premier tome de la trilogie de Séra. Mais c’est aussi un habile jeu de mot évocateur du dilemme laissé par les Khmers Rouges en 1975 et des années communistes au Cambodge : la mort (l’impasse) et le communisme (le rouge) étaient les deux faces d’une même pièce durant ce « passé rouge ». Ce n’est pas l’un ou l’autre, ce sont les deux, il n’y a pas de choix possible. Cette impasse est renforcée par l’abandon international dont font preuve les Cambodgiens à l’époque. « Pourquoi nous ont-ils oublié ? » se demande un des personnages de Séra dans L’eau et la terre [8]. La mort est partout, dans tous les esprits : deux des personnages de L’eau et la terre finissent toujours leur récit par « et je ne suis pas encore mort(e) ». Dans 3 pas dans la pagode bleue [9], les enfants que rencontre l’auteur près de la pagode évoque les « morts crus » : ce sont toutes les personnes mortes de façon violente. Quelle meilleure façon que cette expression khmère pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ?

Cette mort violente ne se limite pas aux victimes des Khmers Rouges. En effet, la trilogie de Séra montre différents points de vue, à différents moments de l’histoire du Cambodge. Et sa conclusion est que la barbarie est commune à toutes ces années au Cambodge, malgré les changements de régime. En effet les dessins d’Impasse et Rouge rappellent volontairement ceux de Jacques Tardi [10] pour évoquer les horreurs de la guerre. Les cartes dans L’eau et la terre illustrent ce que les Khmers Rouges ont fait à la population : les milliers de kilomètres parcourus à pied, mais surtout les prisons et les charniers. Enfin dans Lendemains de cendres, il est possible de voir encore la violence, même après la chute de Pol Pot, à travers les camps de réfugiés à la frontière avec la Thaïlande servant de zone tampon et les champs de mines antipersonnelles. Le peuple souffre, pris au milieu de guerres, les familles sont divisées, nombreux sont ceux qui sont mutilés, rendant « l’après » difficile à envisager.

Et après ? La mémoire

La solution apportée par Séra comme par Tian au problème de la mémoire pourrait être qualifié comme étant « la chaleur humaine ». Nombreuses sont les fois où ils nous rappellent que le Cambodge est, historiquement, le pays du sourire. Les sourires, un sourire, c’est ce qui permet souvent de faire la différence entre ceux qui survivent et les autres. Le sourire est le symbole de l’âme humaine qui reste existante, malgré tout. Cette âme humaine se manifeste durant toutes ces années, malgré les horreurs, par des actes de solidarité. Ainsi la famille de Tian sera sauvée de la mort à plusieurs reprises par de petits actes provenant de sentiments humains : la sympathie, la pitié, la reconnaissance. Les personnages de Séra aussi font preuve de solidarité, allant jusqu’à sauver la vie d’un autre, comportement héroïque mais insensé sous les Khmers Rouges [11]. Snoul, lui, ordonne à un jeune soldat de quitter le front [12], il veut épargner une vie dans un combat qu’il sait perdu d’avance. Enfin, l’apparition du bonze [13] dans Lendemains de cendres montre l’espoir, et la continuité de la vie : malgré tous leurs efforts, « ceux qui se plaisent à faire du mal aux êtres vivants », quel que soit leur camp, n’ont pas réussi à tout déraciner.

Séra le souligne avec le portrait d’une femme dont un des fils s’est engagé dans l’armée et le second chez les révolutionnaires et qui se demande « Pourquoi ai-je mis au monde de tels monstres ? » [14] : La question « comment recommencer à vivre après tout cela ? » se pose. Le fleuve de la vie continue à couler, et le travail de mémoire est plus important que jamais pour ce peuple ayant tant souffert, et ayant tant à accepter pour pouvoir vivre. Peut-être est-ce pourquoi nos deux auteurs ont choisi d’aider des jeunes Cambodgiens à apprendre à dessiner dans des ateliers : pour témoigner non seulement du passé mais aussi du Cambodge d’aujourd’hui, tel qu’on le voit dans les dessins de Nhek Shokaleap [15] ou d’autres artistes que le Centre Culturel Français a fait connaître par son projet Re [Générations] [16].

SourireKhmer

Sourire khmer par Séra [17] © Delcourt

Clémence Oliviero, promotion ASIOC 2012-2013.

Notes

[1] Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007, p. 124.

[2] Yothea est le terme khmer pour désigner les soldats.

[3] Tous ces éléments sont mis en avant dans Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011, p. 66.

[4] Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005, p. 21.

[5] Tian, L’année du lièvre, op. cit., p. 32.

[6] id., p. 98.

[7] Vieux proverbe khmer se référant au conte des trois singes : « ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire ».

[8] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 94.

[9] Séra, 3 pas dans la pagode bleue, Paris, Le 9ème Monde, 2011, p. 11.

[10] Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995, p. 50.

[11] Séra, Lendemains de cendres, op. cit., p. 85.

[12] Séra, Impasse et Rouge, op. cit., p. 60.

[13 Séra, Lendemains de cendres, op. cit., pp. 60-61.

[14] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 105.

[15] Eric Joly et Dominique Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006, pp. 72-73.

[16] Lorente, Camille, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011, dernière consultation le 24/11/2012.

[17] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 10.

 

Bibliographie

Eric Joly et Dominque Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006.

Camille Lorente, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011.

Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995.

Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005.

Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007.

Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011.

Clémence Oliviero est étudiante à l’ENS de Lyon. Elle est actuellement en Master 2 « Asie Orientale Contemporaine, International Relations and Affairs ». En mobilité au Japon, elle a suivi son cursus de troisième année de Sciences Po Lyon à l’université Kwansei Gakuin, à Nishinomiya et est actuellement à l’Université Meiji à Tokyo. Elle est membre de l’association Handiep, visant à sensibiliser les étudiants aux questions de handicap et adhérente de MUN Lyon (Model United Nations-Lyon).