Archives par mot-clé : avocat

Trinh Dinh Khai : Décolonisation du Viêt Nam, un avocat témoigne – CR de lecture par Louise Gatinot

CR de lecture de Louise Gatinot : Trinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt-Nam, un avocat témoigne. Me Trinh Dinh Thao, Paris, L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994, 207 p.

TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamL’ouvrage présenté ici est une biographie de Me Trinh Dinh Thao, juriste saigonnais né le 20 juillet 1901 et mort le 31 mars 1986, rédigée en 1992 par son fils Trinh Dinh Khai. Ce dernier était lui-même professeur de droit installé en France depuis 1975. Il s’agit d’un récit à la première personne, ce qui renforce sans doute l’effet de vraisemblance que l’auteur a voulu produire en faisant parler son père. Cela constitue donc le témoignage d’un intellectuel à l’itinéraire remarquable par son engagement nationaliste tout au long de sa vie, qui illustre ainsi les modalités de la participation d’un avocat à la cause de son pays.

Dès la période coloniale, celui-ci consacre en effet sa vie de militant nationaliste à la défense des révolutionnaires vietnamiens. Emprisonné à plusieurs reprises par les différents régimes, tracassé, menacé, il rejoint finalement le maquis à la fin des années 1960. Sa trajectoire traverse toute l’histoire agitée du Vietnam, ce qui lui permet de faire le récit de son long combat contre l’oppression des pouvoirs en place depuis l’époque coloniale française jusqu’à l’intervention américaine dans la défense ds droits de ses compatriotes à vivre dans la liberté et la dignité. Son fils écrit dans la préface : « Puisse le récit de sa Vie, vouée à la cause de la Justice et de la Paix contribuer à éclairer les zones d’ombre de la tragédie vietnamienne de 1930 à nos jours. » (p. 12). Lire cet ouvrage, c’est connaître le point de vue d’un intellectuel du Sud de culture française sur la décolonisation du Vietnam, en un témoignage intéressant parce qu’il croise l’itinéraire singulier d’un homme et les grands évènements de l’histoire politique.

Du contact colonial à l’engagement patriotique

La première partie est consacrée à la période 1916-1945, c’est-à-dire aux débuts de l’engagement pendant la période coloniale, alors que Me Trinh Dinh Thao commence à défendre les détenus politiques et à lutter pour les libertés démocratiques. Ce dernier est né d’une famille de fonctionnaires dans un village du Nord de l’Indochine. Son père était cadre important de l’administration coloniale à Hanoï, et sa situation familiale lui permet d’être admis au collège Paul Bert, qui offrait aux rares Vietnamiens qui y étaient inscrits un cursus entièrement européen. Après le bac, il devient le précepteur des enfants du gouverneur de la Cochinchine, qu’il accompagne à Saigon. Il y rencontre la belle-fille d’un préfet colonial, et l’épouse ; grâce à l’intervention de ses beaux-parents, il peut partir faire ses études supérieures en France, à la faculté de droit de Aix-en-Provence. Il faut bien souligner que dans les années 1920 seule une faible minorité de l’élite vietnamienne bénéficiait de l’autorisation de l’Administration coloniale pour étudier en France, et que les conditions d’expatriation étaient draconiennes (l’expatriation dépendait des moyens financiers des parents et de la possibilité de fournir des garanties morales et politiques irréprochables). Me Trinh Dinh Thao arrive donc en France grâce à ce qu’il appelle les « chances de sa vie ». obtient un doctorat et débute sa carrière d’avocat à la cour d’Appel d’Aix.

MeTrinhDinhThao
Portrait de Me Trinh Dinh Thao (1901-1986)

Le début du récit est consacré à sa vie en France au début des années 1920. L’accent y est mis sur l’atmosphère « chaleureuse » de la société « de liberté et d’égalité » de l’après-guerre ; « Nous ne subissions plus cette discrimination raciale que les colons pratiquaient envers les indigènes, nos cœurs s’ouvraient à cette ambiance chaleureuse et nos esprits s’imprégnaient de cet environnement de liberté et d’égalité. » (p. 17), écrit-il. C’est le moment des débuts de son engagement patriotique. Pendant sa scolarité en Indochine, il avait déjà participé à des réunions où certains élèves animés de sentiments nationalistes s’élevaient contre le système de l’enseignement colonial. À Aix, il rejoint donc logiquement les milieux du militantisme estudiantin, où il rencontre des Vietnamiens avec lesquels il développe les thèmes des revendications politiques qui seront repris plus tard dans le journal La Lutte, organe de presse d’expression française fondé à Saigon en 1933 qui suscita le premier mouvement politique d’opposition « légale » au régime colonial de la Cochinchine. Il aborde avec eux les thèmes de l’iniquité du système colonial imposé par les traités de 1862 et 1874 (réclamation de leur abolition pure et simple et de la réunification du Vietnam) ; des injustices qui découlent de l’indigénat, de son caractère vexatoire et répressif ; de la répression des mouvements de résistance des nationalistes et leur reconnaissance comme des partis politiques authentiques ; de la politique d’exploitation économique dont la colonie fait l’objet. Cela constitue à ses yeux le moment d’une prise de conscience de l’histoire tragique de leur pays et des sacrifices endurés par des patriotes lors des mouvements de revendication des droits politiques et sociaux pour nombre de Vietnamiens. Bref, Me Trinh Dinh Thao prend goût aux libertés démocratiques en France, mais contrairement à beaucoup de ses compatriotes qui choisissent de s’y établir définitivement, lui décide de retourner au pays affronter les risques de la répression policière et les tracas de l’administration coloniale, et de poursuivre ainsi sa carrière à la cour d’appel de Saigon.

Avocat en Indochine

Commencent donc les premières expériences de la profession d’avocat en Indochine. À l’époque, un grand nombre de prisonniers étaient incarcérés dans les prisons et bagnes coloniaux ; avec une poignée d’avocats vietnamiens et français, Me Trinh Dinh Thao s’attache à défendre les militants nationalistes que l’administration judiciaire qualifie de « criminels de droit commun » mais qu’ils cherchent à démontrer comme des militants nationalistes, et à faire reconnaître leur statut de prisonniers politiques. En effet, c’est une période de troubles, surtout dans les campagnes où les mouvements clandestins se propagent plus facilement. Cela commence à inquiéter les administrateurs français, et s’ensuit ainsi une vague de répression policière contre les activités politiques subversives. De nombreux paysans sont suspectés par les Services de sûreté ou dénoncés comme des agents communistes, et condamnés à de lourdes peines de travaux forcés voire à la peine de mort. C’est l’époque de grands procès à vocation exemplaire tels que le procès de 121 « agitateurs communistes » en novembre 1933, devant la Cour Criminelle de Saigon. Les formules de l’auteur sont significatives : « À chaque fois je me révoltai contre l’impuissance de la profession d’avocat dans le régime colonial. » (p. 39). « C’était dans ce climat détestable que j’avais dû exercer le noble métier d’avocat défenseur des droits de l’homme contre l’arbitraire et l’injustice. J’avais été maintes fois informé par mes clients des méthodes employées par les services de la Sûreté et de la Police pour obtenir les aveux des suspects. » (p. 35). Parallèlement, il lutte également pour améliorer les conditions d’incarcération (notamment faire cesser les mauvais traitements infligés par les gardiens).

LaLutte36Il faut encore souligner le fait que l’histoire de l’engagement de Trinh Dinh Thao s’écrit également à l’échelon plus élevé de la lutte pour les libertés démocratiques : « La défense des droits des détenus politiques n’était qu’un des aspects de notre lutte légale pour la reconnaissance des droits et des libertés de la population cochinchinoise. » (p. 42). Il s’insurge en effet contre un milieu politique vietnamien policé, dans lequel domine le consensus politique de collaboration étroite entre les Français d’origine et les Vietnamiens naturalisés dont les intérêts économiques sont identiques. Cet engagement passe aussi par sa participation à La Lutte (1933-1938), qui publie des articles virulents de dénonciation des abus et exactions des propriétaires terriens au nom du combat contre l’injustice sociale. Ce journal fut saisi maintes fois, ses collaborateurs gardés à vue, ce qui n’empêche pas le mouvement de continuer à étendre son influence auprès de la classe moyenne. Enfin, il faut dire un mot de son engagement au service de la liberté des cultes, à la fin des années 1930 surtout : notamment le Caodaïsme, mouvement religieux syncrétique dont il est fait conseiller suprême du fait des services rendus, mais aussi le protestantisme (intervient auprès du gouvernement de Vichy en faveur d’une mission protestante qui commençait à s’implanter en Indochine) ou encore la religion Hoa Hao.

Du premier gouvernement national à la déchirure nationale

La deuxième partie de l’ouvrage concerne la période 1945-1968, au cours de laquelle est proclamée l’indépendance puis les guerres contre la France et les États-Unis. À cette époque, l’avocat se consacre à de multiples campagnes pour une paix négociée et pour l’auto-détermination.

DeQuocVietNam_flag
Drapeau national de l’Empire du Viêt Nam (1945)

1945 constitue un tournant dans l’histoire du Vietnam et dans la vie de Trinh Dinh Thao. Le 9 mars, l’Armée japonaise prend le pouvoir en Indochine et proclame l’indépendance du Vietnam. Le 16 mars, l’Empereur lui propose le poste de ministre de la Justice dans le premier Gouvernement du Vietnam libre présidé par Tran Trong Kim. Il fait donc le récit de son action en tant que Ministre de la Justice pour faire libérer les détenus politiques : « Ce que je n’avais pu faire en tant qu’avocat, je pourrai désormais le réaliser en tant que Ministre. » (p. 61). La croissante impopularité au Nord et l’engrenage des évènements font que le Viêt Minh, mouvement indépendantiste de Hô Chi Minh, s’empare finalement du pouvoir après l’abdication de Bao Dai par rescrit impérial le 24 août 1945. Trinh Dinh Thao s’engage dès cet instant dans des campagnes pour une paix négociée. Mais les autorités françaises rétablissent progressivement l’ordre dans toute l’Indochine après avoir refoulé la résistance au Sud et le gouvernement Viêt Minh. L’activité des nationalistes vietnamiens est dès lors soumise à une surveillance politique permanente, et leur marge de manœuvre légale est étroite. Trinh Dinh Thao est arrêté une première fois en avril 1949 pour activités subversives, subit des intimidations, puis est finalement libéré.

C’est ensuite le temps de la guerre franco-vietnamienne qui dure jusqu’en juillet 1954 (signature des Accords de Genève consacrant la partition du Vietnam). « Avec mes amis politiques, nous soutenions aussi la France, non pas la France colonialiste de jadis mais celle signataire des accords de Genève qui prévoyaient les élections libres en juillet 56 » (p. 103). Trinh Dinh Thao s’attache aux côtés des nationalistes vietnamiens « épris de la paix » à alerter l’opinion mondiale pour que les Accords de Genève ne fussent pas violés par les États participants. C’est dans ce cadre qu’est créé un Mouvement de la Défense de la Paix, qui organise des meetings de protestation contre l’introduction des armes et munitions américaines pour équiper l’armée sud-vietnamienne en violation des accords de Genève et diffuse un bulletin pour promouvoir la tenue des élections libres et la recherche de la paix au Vietnam. Leur action politique s’amplifie dans les grandes villes du Sud. Cependant, Ngo Dinh Diem, président du Sud, rejette les élections générales prévues pour juillet 1956 et commence à craindre pour sa légitimité auprès de la population. La réaction est brutale : arrestation des dirigeants du Mouvement de la Défense de la Paix les plus représentatifs. Trinh Dinh Thao est convoqué à la Direction générale de la Police par le chef du service des Enquêtes politiques, et soumis une nouvelle fois à la méthode d’intimidation policière, puis finalement libéré avec tous les membres du mouvement de la paix détenus.

De la lutte pour l’autodétermination…

La répression continue avec la consolidation du pouvoir de Ngo Dinh Diem grâce à l’appui des États-Unis, synonyme de l’édification d’un régime autocratique sur le plan interne. Les opposants au régime sont catalogués par les services de la police soit comme des nostalgiques de l’ancien régime colonial, soit comme sympathisants communistes. Les persécutions s’intensifient, notamment envers la religion bouddhique que Trinh Dinh Thao s’attache à protéger et à défendre, ce qui lui vaut une nouvelle arrestation. « Mon analyse était que le soulèvement de la population dépassait le cadre religieux, il reflétait plutôt l’expression d’un mécontentement politique et social non seulement contre le régime autoritaire de Diem mais encore contre la domination étrangère qui se manifestait par l’omnipotence de l’Ambassadeur des États-Unis. » (p. 113) Il est détenu pendant quatre mois, et finalement libéré de même que tous les détenus politiques suite à la chute de Ngo Dinh Diem en 1963 après la réussite d’un coup d’État – ce qui ne signifie pas pour autant une amélioration de la situation : « nous attendîmes en vain le retour à la paix et aux libertés démocratiques promises à la population par le nouveau chef de l’État. » (p. 120). Il reprend néanmoins normalement ses activités professionnelles, mais est témoin de la dégradation de la situation politique et militaire.

C’est la phase de l’américanisation de la guerre, et donc de l’intervention massive des forces armées des États-Unis. Lui est persuadé de l’importance de la non-ingérence étrangère et exhorte tous les patriotes à se rassembler pour constituer un mouvement national en vue de promouvoir le principe d’autodétermination du peuple sud-vietnamien. Cela occasionne la création d’un Mouvement d’autodétermination, dont les objectifs sont le retrait du Corps expéditionnaire américain et la libre détermination du peuple sud-vietnamien à résoudre le conflit. S’ensuivent beaucoup d’arrestations de signataires, et lui-même est à nouveau convoqué à la direction générale de la police et conduit au centre de détention, dont il est libéré à condition de signer une déclaration mentionnant qu’il avait été abusé en signant le manifeste et qu’il ignorait que le Mouvement d’autodétermination était noyauté par les communistes.

LMCLLDTDCHBVN
Drapeau de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix (1968-1977)

Trinh Dinh Thao est ensuite de nouveau arrêté en 1967 lorsqu’il devient le vice-président du Mouvement gouvernemental de la paix au Sud-Vietnam, comme principal instigateur du mouvement. Cela constitue l’une des mesures de politique intérieure de dissuasion à l’égard des nationalistes partisans de la paix avec le Front national de libération du Sud Viêt-Nam (FNL). Après cinq mois de détention, il est traduit devant le Tribunal militaire d’exception « pour atteintes à l’ordre public en temps de guerre » (p. 139), et accusé de vouloir « renverser le gouvernement légitime du Sud Vietnam au profit du gouvernement communiste du Nord. » (p. 140). Des verdicts sévères sont prononcés (3 à 20 ans de travaux forcés), mais lui est acquitté. Il est plus tard de nouveau interpellé, gardé à vue pendant dix jours puis libéré dans le cadre de l’affaire de l’agent double Ba Tra en 1968, qui représente un exemple type d’opération destinée à réprimer les activités des nationalistes en faveur de la résistance (l’avocat est en effet piégé par un agent double qui vient à son cabinet lui demander des consultations).

… au maquis du FNL

La troisième partie concerne enfin les années 1968-1975, et par là son engagement aux côtés du FNL-Sud Viêt Nam. « Depuis les années 1956, mes compagnons de lutte dans les mouvements pacifistes soit avaient rejoint le maquis pour prendre des hautes responsabilités au sein du FLN [FNL] soit avaient été arrêtés et condamnés à de longues peines de prison dans les geôles du régime de Saigon. J’étais parmi ceux qui « survivaient » entre deux séjours à la Direction Générale de la Police. » (p. 151). En 1966, Trinh Dinh Thao se rallie ainsi finalement au FNL qui prépare une contre-offensive générale dans les grandes villes. Les objectifs visés sont le renversement du gouvernement de Nguyen Van Thieu en vue de constituer un cabinet de coalition regroupant les membres du FNL et les personnalités nationalistes du Sud-Vietnam ; le retrait du Corps expéditionnaire américain et de ses Alliés ; la réconciliation entre les deux factions sud-vietnamiennes sans aucune ingérence étrangère. L’avocat décide donc de rejoindre le maquis pour assurer la présidence de « l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix ».

Alliance&FNLSVN_1969
Congrès de la résistance sud-vietnamienne fondateur du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire le 6 juin 1969. On distingue le drapeau de l’Alliance et celui du FNL Sud-Viêt Nam.

Sa mission y est de promouvoir l’adhésion de tous les intellectuels nationalistes dans les régions libérées et de conduire une délégation de l’Alliance auprès des pays étrangers pour obtenir la reconnaissance officielle du FNL. « Mon combat depuis plus de 22 ans pour soutenir la Résistance dans la zone urbaine arrivait à son terme, le FLN [FNL] entrait dans la phase de la politique internationale qui nécessiterait une collaboration plus active des personnalités représentatives du Sud-Vietnam. J’étais fermement convaincu que ma présence au maquis serait plus utile à la Résistance que le fait d’être à nouveau emprisonné dans les geôles de Thieu. » (p. 154) (il est en effet condamné à mort par contumace avec séquestration de tous ses biens). Il passe huit mois au maquis du Sud, puis il est invité par le Gouvernement de la RDVN pour une visite officielle à Hanoi avant son départ en mission à l’étranger au printemps 1969 : il remonte ainsi vers le Nord par la piste Hô Chi Minh – la route du front reliant Nord et Sud. Il est reçu solennellement par les membres du Gouvernement de Hanoï et ses compatriotes sudistes regroupés au Nord, et reçoit la visite du Président Hô Chi Minh et du Premier ministre Pham Van Dong. C’est la première et dernière fois qu’il rencontre Hô Chi Minh ; il évoque « la joie des retrouvailles d’un révolutionnaire du Nord et d’un nationaliste du Sud. » (p. 160) ; il aura été son compagnon de route pendant toute sa vie.

Dernières missions diplomatiques et désillusions d’après-guerre

Trinh Dinh Thao effectue ensuite des missions diplomatiques à l’étranger ; à Pékin et au Cambodge notamment, où il s’entretient avec Zhou en Lai et Sihanouk (il évoque leurs « souvenirs communs » en France et à Saigon, car ils sont tous les trois de culture française, ce qui explique qu’ils aient pu « établir les bases d’une compréhension commune des problèmes spécifiques à chacun de nos pays car nous étions animés du désir de vivre ensemble dans la paix et dans la concorde. » (p. 162). Il se rend ensuite URSS, en Europe de l’Est, en Corée, puis il revient à Saigon en 1975 après le succès de l’offensive du printemps et la prise de pouvoir par les communistes pour assumer les pouvoirs dévolus au Gouvernement Révolutionnaire Provisoire.

Les dernières pages expriment une certaine désillusion. Jusqu’à sa mort en 1986, il vit en semi-retraite comme député à l’Assemblée nationale. Peut-être est-ce son fils qui parle, avec le recul dû aux années ; il évoque en tout cas la façon dont il a tenté de rassurer ses anciens amis et compagnons de lutte, des intellectuels idéalistes et nationalistes qui avaient lutté pour la paix et la liberté et toujours soutenu la résistance malgré la répression policière des régimes de Diem et de Thieu. Mais lui-même est assez amer face à la réunification hâtive du Vietnam et la marche forcée vers le collectivisme qui fut dramatique pour la population du Sud, à l’encontre de l’idéal sous lequel il a placé sa vie. « Ils espéraient vivre dans un pays libre et indépendant et se retrouvaient dans un régime où les libertés fondamentales étaient absentes. Ils furent témoins des atteintes à la dignité humaine en assistant au transfert forcé de la population vers les insalubres zones de développement économique et à la déportation sans jugement de leurs parents et alliés, anciens cadres de l’armée et de l’administration, dans les camps de rééducation. Ils durent subir les conséquences désastreuses des erreurs commises dans l’accélération de la collectivisation de l’économie du Sud avec la suppression de la propriété privée, la démonétisation, la fixation arbitraire de prix d’achat et de vente des produits agricoles et la nationalisation de l’industrie et du commerce. À leurs doléances je n’avais pu leur opposer que des raisons d’État qui justifiaient la brève existence du GRP et la réunification hâtive des deux Vietnam » (p. 169). « Les héritiers de « l’oncle Hô » avaient accompli son testament politique par la réunification du Vietnam mais ils avaient oublié ses dernières recommandations. « Au Sud », disait-il, « il faut suivre le rythme sinueux et lent du Mékong vers son embouchure. Précipiter le mouvement de collectivisation risquerait de provoquer la résistance passive de la population, ce qui pourrait aboutir à son échec ».  Je regrettai surtout que la politique de concorde et de réconciliation n’avait pu être réalisée au Sud-Vietnam pour que mes proches et amis ne s’exposassent pas aux périls et souffrances des « boat people ». Certains m’avaient reproché d’avoir contribué à la ruine et à la misère au Sud. Ils ne croyaient plus à la justesse de mon choix politique, à ceux-là je répondrai que l’Histoire jugera que mes 50 années de lutte pour la Justice et la Dignité n’avaient pas été détournées de leur objectif final. » (p. 170).

* * *

Cette autobiographie retrace donc la trajectoire d’un « intellectuel pris dans la tourmente révolutionnaire », profondément patriote mais déclarant : « Je n’appartiens à aucun parti politique, je ne suis qu’un homme qui aspire à la paix pour son pays ». L’étudier a été l’occasion de connaître la vie exemplaire d’une prise de conscience, d’un engagement, et d’une aspiration à la sagesse politique pour laquelle l’auteur aura combattu toute sa vie. Pour l’historien, il est intéressant d’étudier un exemple de nationalisme libéral et démocratique du Sud, d’un patriotisme éclairé formé à l’école occidentale autour des problématiques de l’État-nation, des droits de l’homme et de l’autodétermination des peuples.

Louise Gatinot, ENS de Lyon

Image « à la une » : Membres de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix au Viêt-Nam (Liên minh các Lực lượng Dân tộc Dân chủ và Hòa bình Việt Nam) : Le vénérable Thích Đôn Hậu, l’avocat Trịnh Đình Thảo, le professeur Lê Văn Hảo et Mme Nguyễn Đình Chi (Coll. NĐX).

_______________

Louise Gatinot est étudiante en master 1 d’histoire moderne à l’ENS de Lyon. Elle travaille sur l’engagement et la radicalisation politique des membres du Mouvement Ibérique de Libération et des Groupes d’action révolutionnaire internationalistes, en France et en Catalogne, de 1968 à 1974.

Nhân Danh Việt Nam: Free Nguyễn Văn Đài

[ndlr] Campagne vidéographique pour demander la libération de l’avocat Nguyen Van Dai et de Le Thu Ha membre de l’association des jeunes démocratiques, arrêtés le 16 décembre 2015. Vidéo mise en ligne sur YouTube le 4 janvier 2016.

(Với sự góp mặt của cả ngàn người yêu chuộng tự do và công bằng.)

– Tác giả: Nhạc Sĩ Trúc Hồ
– Trình bày: Hợp Ca Asia
– Kỹ thuật video: Nguyễn Hoàng-Thanh Tâm

Ngày 16/12/2015, nhà cầm quyền Việt Nam bắt khẩn cấp Luật Sư Nguyễn Văn Đài. Ông bị khép tội “tuyên truyền chống nhà nước” theo điều 88 BLHS. Luật Sư Nguyễn Văn Đài là người kiên trì đấu tranh cho Dân Chủ và Nhân Quyền. Cùng bị bắt với ông là cô Lê Thu Hà, thành viên Hội Anh Em Dân Chủ.

#‎FreeNguyenVanDai

Viet Nam: Arrest of human rights lawyer highlights spurious commitment to human rights

[ndlr] Nguyễn Văn Đài (1969-), activiste bien connu, est de nouveau emprisonné. Son arrestation le 16 décembre 2015 pour « propagande anti-étatique » a soulevé les protestations de l’ensemble des organisations de défense des Droits de l’homme et de l’Union européenne. Communiqué d’Amnesty International ci-après.

Authorities in Viet Nam must immediately and unconditionally release human rights lawyer Nguyễn Văn Đài, who has been detained on charges of “spreading propaganda against the state” shortly after the EU-Viet Nam Human Rights dialogue was held in the capital Ha Noi, Amnesty International said today.

According to a statement by the Ministry of Public Security, Nguyễn Văn Đài was taken into police custody on Wednesday and charged under Article 88 of the Penal Code, which has frequently been used to imprison peaceful activists and human rights defenders. A search warrant was issued for his house in Ha Noi. The arrest comes a month before the once every five years National Congress of the Communist Party of Viet Nam which is often preceded by a crackdown on dissent.

“Nguyễn Văn Đài is a brave and passionate activist who has been raising awareness domestically and internationally about human rights violations in a country that tolerates no dissent. His arrest highlights Viet Nam’s spurious commitment to human rights. He must be immediately and unconditionally released,” said Champa Patel, Amnesty International Director for Southeast Asia and the Pacific.

“The timing of Đài’s arrest is worrying and may indicate the start of a crackdown on government critics similar to those which have preceded previous party congresses. Rather than locking up its critics, Viet Nam should be looking on the party congress as an opportunity to reform and to move the country towards a genuine commitment to human rights.”

Nguyễn Văn Đài is a well-known human rights lawyer and former prisoner of conscience. He founded the dissident Committee for Human Rights in Viet Nam in 2006 – now called the Vietnam Human Rights Centre – and was one of the original signatories to an online petition on Freedom and Democracy for Viet Nam which garnered the support of thousands.

Between 2007 and 2011, Nguyễn Văn Đài served four years in prison on charges of “conducting propaganda against the state”. In April 2013, he founded the Brotherhood for Democracy, and he now faces imprisonment for a second time for his commitment to human rights. If convicted for “spreading propaganda against the state”, Nguyễn Văn Đài faces between three and 20 years in prison. Since his arrest this morning, activists inside Viet Nam have been describing Đài as Viet Nam’s Pu Zhiqiang.

The arrest comes 10 days after Đài and three colleagues were brutally assaulted by 20 men in plain clothes after they had delivered a small workshop on human rights. The attack is the latest in a series of physical assaults on human rights defenders in Viet Nam over the past 18 months which have been highlighted by the UN, among others.

“The Vietnamese authorities must also take immediate steps to end intimidation, harassment and other forms of attacks against human rights defenders, and establish an independent and impartial body to investigate and bring suspected perpetrators to justice,” said Champa Patel.

Background

Amnesty International and others have repeatedly called for Article 88 to be repealed or amended to conform with international human rights law and standards, which Viet Nam is obliged to uphold as a signatory to the International Covenant on Civil and Political Rights.

Vietnamese authorities have stated that several laws relating to human rights are under preparation for approval by the National Assembly in 2016. They include the draft Amended Law on the Press, the draft Law on Association, the draft Law on Demonstrations and the draft Law on Access to Information.

Source : Amnesty International

Pour en savoir plus :

  • L’État vietnamien s’acharne contre le journalisme-citoyen, Reporters sans Frontières, 10/12/2015 : Une semaine après avoir été passé à tabac, le journaliste-citoyen Nguyen Van Dai a été arrêté pour “propagande contre l’état”. Reporters sans frontières (RSF) dénonce cette nouvelle arrestation arbitraire et exhorte les autorités à mettre un terme au harcèlement des journalistes-citoyens vietnamiens.

Image « à la une » : Nguyen Van Dai, page Facebook.

Libération de l’avocat dissident Lê Quốc Quân

Au terme de deux ans et demi de prison, l’avocat catholique Le Quoc Quan a été libéré le samedi 27 juin 2015. Son engagement pour les libertés démocratiques et religieuses fut à l’origine de ses ennuis avec les autorités policières. Comme des milliers de Vietnamiens, il avait manifesté en 2011 contre la politique de fait accompli de la Chine populaire en Mer de Chine méridionale, un sujet encore brûlant aujourd’hui. Accusé de fraude fiscale, il avait été arrêté en décembre 2012 et jugé en 2013 lors d’un procès expéditif qui présentait tous les aspects d’une condamnation politique. L’avocat déterminé et tenace a toujours contesté cette condamnation et a reçu, pendant son incarcération, le soutien de nombreux catholiques du pays et d’organisations internationales de protection des droits de l’homme. Selon RFI, l’avocat, âge de 43 ans, n’entend pas abandonner son combat contre la Chine.

D’autres dissidents notoires restent incarcérés dans des conditions régulièrement dénoncées par les organisations internationales. On peut compter parmi eux l’ancienne policière Ta Phong Tan, affaiblie par une récente grève de la faim, Nguyen Dang Minh Man, une jeune dissidente âgée de 30 ans, arrêtée en 2011, le père Nguyen Van Ly, l’entrepreneur et activiste politique Tran Huynh Duy Thuc…

FG, MàJ 30/06/2015.

Image « à la une » : Le Quoc Quan et son épouse à sa sortie de prison © DR

Vietnamese Dissident Arrives in US After Release From Prison [RFA]

CuHuyHaVu2[ndlr] Annonce de la libération de l’avocat Cu Huy Ha Vu sur Radio Free Asia.

One of Vietnam’s most prominent political prisoners, Cu Huy Ha Vu, has been released from jail and arrived in the United States with his wife, sources in the U.S. said Monday, in a move his son said had been expected for some time.

Vu, 56, a rights lawyer who was imprisoned on anti-state charges and is suffering from heart trouble, and his wife Nguyen Thi Duong Ha reached the U.S. capital Washington D.C. on Monday, according to a source speaking on condition of anonymity.

Vu, who was less than three and a half years into a seven-year jail term, had been released from prison on Sunday night local time and immediately put on a plane to the United States at Hanoi’s Noi Bai International Airport, the source told RFA’s Vietnamese Service.

A U.S. congressman who had campaigned for Vu’s release said in a statement Monday afternoon that the dissident was “now a free man.”

Lire la suite : RFA, 07/04/2014

Voir aussi :

L’analyse de Pham Chi Dung :

Lê Quôc Quân, ou le courage de Prométhée – par Alexandra Dumitresco

[ndlr] A l’approche du procès en seconde instance (demain, 18 février 2014) de l’avocat Lê Quôc Quân, condamné le 2 octobre 2013 à 30 mois de prison, nous publions cette plaidoirie de sa consoeur Alexandra Dumitresco, avocate au Barreau des Hauts-de-Seine. Article publié avec l’aimable autorisation de son auteure que nous remercions.

Le Quoc Quan, right, listens to the judge during his trial in Hanoi, Vietnam. © 2013 Associated Press
Le Quoc Quan, right, listens to the judge during his trial in Hanoi, Vietnam. © 2013 Associated Press

« Les mythes n’ont pas de vie par eux-mêmes. Ils attendent que nous les incarnions. Qu’un seul homme réponde à leur appel, et ils nous offrent leur sève, intacte. »[1] C’est CAMUS qui parle…

LÊ QUÔC QUÂN est né et vit au VIETNAM, il a 42 ans.
Avocat, il était inscrit au Barreau de HANOI depuis 2003.

Bloggeur dénonçant la corruption et les atteintes aux libertés individuelles, pacifiste, de confession catholique, il s’est spécialisé dans la défense des victimes de violations des Droits de l’Homme.

Depuis bientôt une année, il croupit en prison.

Ses conditions de détention sont à l’aune de la crainte qu’il inspire aux autorités vietnamiennes.

Son défenseur et ami de la Faculté, Maître TRÂN THU NAM, avocat d’affaires pourtant, le défend avec courage. Il est depuis lors, surveillé, inquiété, son entourage fait l’objet de pressions ; il est en sursis sans doute lui aussi.

Car, le VIETNAM est un Etat centralisé à parti unique, dirigé par le Parti communiste vietnamien qui contrôle toutes les collectivités, l’administration, donc la Justice, les écoles, les universités, les organisations socio-professionnelles, l’armée, la police, tout.

Comme Zeus, jaloux de son autorité et de son pouvoir, ce pays interdit toute opposition politique qu’il réprime sévèrement. S’exprimer librement, c’est trahir, un acte de terrorisme, un crime.

La « propagande contre l’Etat », donc la critique, est punie de 20 années d’emprisonnement [2] et participer à un « mouvement insurrectionnel en vue de renverser le pouvoir populaire », manifester en somme, c’est encourir de lourdes peines de prison, voire, la peine de mort[3].

Comme Zeus, insensible à la condition humaine, l’Etat a confisqué ce qui fait un Homme : la Liberté.
Mais tel Prométhée, insensible à la peur, Maître LÊ QUÔC QUÂN a voué sa vie à la Défense et à la promotion de la Liberté.

Titulaire d’une Maîtrise en Droit économique, Management et Droit de l’investissement, entre 1998 et 2006, il a d’abord conseillé diverses organisations communautaires et sociétés civiles dans le cadre de programmes de développements internationaux, en partenariat avec la Banque Mondiale notamment.

En 2005, il fonde son cabinet à HANOI : QUAN & BROTHERS dont l’activité était principalement consacrée à la défense pénale pro bono de détenus pour délits d’opinion, et à celle de travailleurs pauvres réclamant simplement l’exercice effectif du droit de grève, ou un salaire décent.

Parallèlement, dans un souci de démocratisation de l’accès au Droit et de création d’un réseau légal destiné à soutenir les défenseurs des droits humains au VIETNAM, Maître LÊ QUÔC QUÂN a ouvert un blog, qu’il nourrissait de nombreux textes et d’informations juridiques.

Dans ce pays, dans lequel le réseau internet est très développé mais aussi, par voie de conséquence, très surveillé, lequocquan.blogspot.com était très suivi.

Maître LÊ QUÔC QUÂN rédigeait également des articles pour la presse, acceptait toutes les interviews pour dénoncer, inlassablement, l’absence de pluralisme politique et de liberté religieuse, toutes les violations des Droits de l’Homme dont il avait connaissance.

Son influence dépassait déjà de beaucoup les étroites frontières du pays.

Invité par la NED (Fondation nationale américaine pour la démocratie) il a séjourné plusieurs mois à WASHINGTON pour suivre, au sein de son unité de recherche, le programme de la session d’automne 2006 du REAGAN-FASCELL DEMOCRACY FELLOWERSHIP.

Mais, comme Zeus succombant à la soif de vengeance, le 8 mars 2007, soit quelques jours après son retour à HANOI, les autorités le firent arrêter et jeter en prison.

Accusé « d’activités visant à renverser le gouvernement du peuple », Maître LÊ QUÔC QUÂN ne fut cependant jamais formellement inculpé, ni jugé pour ces faits.

Amnesty international le déclara immédiatement « prisonnier d’opinion ».

Après cent jours d’emprisonnement, sans visites, durant lesquels Maître LÊ QUÔC QUÂN était régulièrement battu par ses gardiens, il fut libéré, mais radié du Barreau.

Pour autant, il était vain de penser que lui retirer sa Robe lui interdirait de défendre, le bâillonnerait.

Car, tel Prométhée refusant de se soumettre à l’injustice de Zeus, nonobstant, LÊ QUÔC QUÂN a poursuivi sa mission de défenseur de la condition humaine ; certes, dès lors, l’accomplissant sans la protection de la robe, sans les maigres prérogatives attachées au statut de l’Avocat.

La fonction ayant dû s’effacer devant l’homme, désormais seul, mais toujours debout, c’est seulement armé de son courage qu’il a continué :

– En alimentant son blog d’abord, malgré les fréquentes interruptions de sa ligne internet ;

– En diffusant ensuite très largement ses argumentaires juridiques, afin qu’ils soient repris en défense dans les procès, initiés par les autorités, contre les militants des Droits de l’Homme.

LÊ QUÔC QUÂN n’a jamais cessé de dispenser gratuitement des conseils juridiques aux opprimés.

Il a même convaincu une petite poignée de ses Confrères, dont Maître TRÂN THU NAM, d’assurer, dans le cadre de procès politiques difficiles, la défense de ces militants emprisonnés.

Tel Prométhée, rebelle à la colère et aux abus de pouvoir de Zeus, LÊ QUÔC QUÂN a toujours résisté au harcèlement des autorités, pourtant de plus en plus oppressant à compter de l’année 2007 :

C’est ainsi qu’il a subi les années suivantes, des contrôles de police de plus en plus fréquents, plusieurs contrôles fiscaux, des perquisitions, la surveillance de ses déplacements, de sa correspondance, de ses conversations téléphoniques.

Il lui était désormais, interdit de quitter le pays, et ses déplacements locaux étaient limités ou empêchés.

Et les deux dernières années furent plus difficiles encore :

Le 4 avril 2011, LÊ QUÔC QUÂN était de nouveau arrêté à l’occasion d’une manifestation pacifique de soutien au dissident CU HUY HA VU, pour « trouble à l’ordre public » ; il était finalement relâché, sans inculpation.

En juillet 2012, menacé par les média d’Etat pour ses prises de position en faveur de son diocèse, il subissait une nouvelle perquisition de son bureau, il était sur point d’être emmené en prison, mais la Police fut stoppée par des militants pacifistes.

Quelques jours plus tard, le 19 août, à proximité de son domicile, il était attaqué et grièvement blessé à coups de barres de fer.

Le matin du 3 octobre 2012, cinquante policiers perquisitionnaient les locaux de l’entreprise de son petit frère, LE DINH QUAN ; tous les ordinateurs et tous les disques durs étaient saisis.

Le 30 octobre suivant, après la mise à sac de son domicile, ce frère était interpellé et jeté en prison, pour suspicion « d’évasion fiscale ».

Le 5 décembre, de retour chez LE DINH QUAN, la Police interpellait la cousine des frères QUAN, enceinte, et la plaçait également en détention provisoire, pour les mêmes charges.

Ce n’était, bien sûr, plus qu’une question de jours pour LÊ QUÔC QUÂN.

Il publiait pourtant encore sur son blog, le 18 décembre 2012, son commentaire sur un projet d’amendement de la Constitution, repris par la BBC, dans lequel il concluait à son inévitable et prochaine arrestation, déclarant, – je le cite : « ma foi en l’être humain, l’importance du sujet à traiter, et ma conscience de citoyen me pressent d’écrire ».

Le 27 décembre, alors qu’il amenait sa petite fille à l’école, il était arrêté et mis au secret dans une prison de HANOI, où il entamait une grève de la faim afin de protester contre sa détention arbitraire ; il dût l’interrompre pour survivre.

Jusqu’au mois de mars 2013, alors qu’il était déjà officiellement accusé « d’évasion fiscale »[4], il lui fut interdit de voir son avocat.

Et jusqu’à son procès,- initialement fixé 9 juillet, mais reporté ce jour là, sine die -, il n’a pas pu rencontrer sa famille une seule fois, ni recevoir ses lettres.

Durant l’instruction de son dossier, ses réponses aux interrogatoires ont directement influé sur ses rations alimentaires hebdomadaires.

Placé dans une cellule de 60 m²…mais avec cinquante autres détenus, il lui est interdit de lire autre chose que le journal du parti.

Mais tel Prométhée, LÊ QUÔC QUÂN est animé d’un feu ardent, dans lequel il puise la force de défendre encore, de se défendre.

Le 2 octobre 2013, il était enfin jugé ; l’accès à la salle d’audience, pour un procès de droit commun prétendument public, fut limité : des « accréditations » étaient requises.

Une Consoeur française d’Avocats Sans Frontières s’apprêtait à s’y rendre lorsqu’elle fut « prise en charge », à son hôtel, par cinq agents de la sécurité publique.

Elle fut alors contrainte de signer un procès-verbal mentionnant qu’elle avait l’obligation de se trouver à une distance minimale de 50 km d’HANOI pendant le temps du procès, qu’il lui était interdit de s’approcher du Tribunal et qu’elle se rendrait aux visites touristiques requises, dument escortée.

Au terme de deux jours de débats, le Tribunal se retira quelques secondes -pour au moins tenter de sauver les apparences-, et revint lire un jugement de culpabilité, de plus de vingt pages…

LÊ QUÔC QUÂN était condamné, en première instance, à trente mois de prison et 59.000.USD d’amende, pour un délit de droit commun qui permet, en apparence au moins, d’éluder tout débat sur la violation de ses droits les plus élémentaires.

Au terme de cette lutte, inégale, il n’y a évidemment qu’un seul vainqueur :

-Prométhée, bien qu’enchaîné à sa montagne pour l’éternité tandis que l’aigle divin lui dévorait le foie, refusait encore et toujours de se soumettre à la volonté de Zeus, même en échange de la fin de son supplice ;

-Prométhée donc, plus fort que Zeus, « plus dur que son rocher et plus patient que son vautour »[5] ;

-LÊ QUÔC QUÂN aussi, plus fort que les autorités vietnamiennes, plus courageux et plus obstiné encore, à l’image de ce « premier symbole de l’humanisme »[6] ;

Et ce n’est pas si surprenant.

Car, et c’est encore CAMUS qui parle :

« Qu’est-ce que l’homme ?
Il est cette force qui finit toujours par balancer les tyrans et les dieux »[7].

Alexandra DUMITRESCO
Avocat au Barreau des Hauts-de-Seine
FRANCE

 

Notes :

[1] Albert CAMUS, Prométhée aux enfers in L’été, 1946.

[2] Article 88 du Code pénal vietnamien.

[3] Article 79 du Code pénal vietnamien.

[4] Article 161 du Code pénal vietnamien.

[5] Albert CAMUS, Prométhée aux enfers in L’été, 1946.

[6] idem.

[7] Albert CAMUS, « Lettres à un ami allemand », II, 1944.

* * *

18/02/2014

Me Trần Văn Chương

TranVanChuongMe Trần Văn Chương, Avocat à la Cour d’Appel de Hanoi. Né en 1898 au Tonkin.

A fait ses études secondaires et supérieures en Algérie et en France où il est resté onze ans.

Admis au grade de Docteur en droit à Paris, en 1922.

A été avocat en Cochinchine de 1925 à 1933 et membre du Conseil de l’Ordre des Avocats près la Cour d’Appel de Saigon.

Inscrit au barreau de l’Annam-Tonkin depuis 1933, il est membre du Conseil de l’Ordre de ce barreau et a fait partie de la Commission de législation chargée de préparer du projet de code civil pour les Annamites sujets français.

Désigné par le Gouvernement, en 1938, pour faire partie du Grand Conseil des Intérêts Économiques et Financiers de l’Indochine, a été élu Vice-président indigène de cette assemblée.

Est actuellement membre du Conseil Supérieur consultatif de l’Instruction publique et du Conseil Fédéral de l’Indochine.

De souche cochinchinoise, il est le fils de S. E. le Đông-Các Trần Văn Thông, Commandeur de la Légion d’Honneur. Il est allié à une vieille famille de l’Annam. Mme Trần Văn Chương étant une fille de S. E. le Đông-Các Thân Trọng Huề et une cousine germaine de S. M. Khải Định.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 14.

Pour en savoir plus :

Notice Trần Văn Chương (1898-1986) sur Wikipedia.

  • Relations familiales : père de Mme Ngo Dinh Nhu (Tran Le Xuan) et frère aîné de l’ambassadeur Tran Van Do. Tran Van Chuong et sa femme connurent une fin tragique, assassiné par leur fils Tran Van Khiem en 1986 aux Etats-Unis.
© 1963 AP Wire Photo
© 1963 AP Wire Photo

Me Bùi Tường Chiểu

BuiTuongChieuMaître Bùi Tường Chiểu, né à Hanoi en 1904, petit-fils de S. E. Bùi Khánh Diễn, ancien conseiller à la Cour d’Appel de Hanoi, fils de S. E. Bùi Thiện Căn, Tổng đốc à la retraite, neveu de S. E. Bùi Thiện Cơ, Tổng đốc, conseiller à la Cour d’Appel de Hanoi, Maître Bùi Tường Chiểu a fait ses études au Lycée Albert Sarraut, puis à l’École des Hautes Etudes Indochinoises à Hanoi. Il les a terminées à la Faculté de Droit de Paris.

Il est actuellement avocat à la Cour d’Appel de Hanoi.

Membre du Conseil de l’Ordre pour l’année 1941.

Conseiller municipal de Hanoi 1936-1941.

Il a publié un ouvrage intitulé « La Polygamie dans le Droit Annamite » [Paris, Rousseau & Cie, 1933].

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 11.

Pour en savoir plus :

Vietnam : Fermez les yeux, juste pour voir – Philippe Papin

LsCuHuyHaVu[ndlr] A l’heure ou le célèbre avocat Cu Huy Ha Vu entame une grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements dont il fait l’objet en prison (voir lien en fin de billet), nous invitons les lecteurs de Mémoires d’Indochine à relire ce texte de notre collègue et ami Philippe Papin.

Bouleversé par cet enfermement qui frappe un ami de longue date, Philippe Papin revient sur le parcours étonnant et courageux de Cu Huy Ha Vu. Précisons que nous partageons cette démarche dénuée d’arrière-pensées politiques et signe d’une belle amitié.

Le texte, publié initialement sur WebAsies en 2011, est reproduit ici avec l’aimable autorisation de son auteur.

 

VIETNAM : FERMEZ LES YEUX, JUSTE POUR VOIR

Publié le 31 juillet 2011

Texte Philippe Papin* / Photographie VNA/AFP

Fermez les yeux, et imaginez qu’un de vos meilleurs amis est en prison. Innocent, il a été condamné à sept ans de réclusion qui seront suivis de trois ans de résidence surveillée.

Réalisez, à l’aune de votre vie, ce que représente une décennie. Songez à sa famille et à ses proches. Enfin, les yeux toujours fermés, posez-vous cette question : me tairais-je sur son sort, quand je ne peux faire rien d’autre que parler ?

Cet ami, c’est, pour moi, l’avocat Cu Huy Ha Vu. Son cas n’a rien de théorique : arrêté en novembre 2010, condamné en avril 2011, à l’issue d’une parodie de procès dans la capitale vietnamienne Hanoi, il est en train de croupir dans l’isolement et l’abandon.

Je connais Ha Vu depuis 1991. Il faisait partie de ces jeunes Vietnamiens – il avait alors 35 ans – fabuleusement doués pour tout, ouverts, généreux, aimant la discussion et qui ne marchandaient ni leur affection ni leur humour. Je me souviens de nos escapades à la campagne, quand, avec d’autres, nous allions en petit groupe visiter telle ou telle pagode célèbre, tel village ancien, tel site réputé, et qu’en tous lieux le plaisir d’explorer, aussi grand fût-il, ne valait jamais celui, finalement plus intense, d’être ensemble. Autour d’un pique-nique improvisé, nous étions parfois graves mais, plus souvent, les plaisanteries fusaient. Nous refaisions le monde ; nous étions des amis, tout simplement. Dans cette joyeuse petite troupe, Ha Vu est celui qui – avec un autre, véritable frère, lequel se reconnaîtra quand il lira ces lignes – m’a fait découvrir son pays, et il l’a fait avec la simplicité discrète qui est l’apanage des grands.

Il n’a pas été le seul, je l’ai dit ; j’ai connu au Vietnam, et connais encore, des dizaines de personnes qui possèdent sa culture et son élégance, sa gentillesse et son esprit. Ils sont par ailleurs des centaines, des milliers, à avoir fait le sel du pays qui s’ouvrait au début des années 1990. Mais il se trouve qu’aujourd’hui c’est Ha Vu qui est en prison : c’est donc lui qui, dans ma mémoire – j’ose dire : dans mon cœur – cristallise cette belle génération du Vietnam nouveau.

Belle génération et belle famille : Ha Vu, fils d’un poète qui était un proche du Président Hô Chi Minh, est aussi neveu par sa mère de Xuân Diêu, lequel est au Vietnam ce que nous est Baudelaire. Francophone par tradition familiale et formation universitaire, titulaire d’un doctorat de droit passé à la Sorbonne, ce parfait connaisseur de l’histoire de son pays, et surtout de sa littérature dont il parlait sans cesse, s’adosse à deux solides pans de culture, qui du reste sont moins éloignés l’un de l’autre qu’on ne le croie.

Ha Vu, en tant qu’avocat, s’est résolument placé du côté des faibles, des expulsés et des laissés pour compte dans un pays sous monopole politique du parti unique communiste. En 2005, il taquine sévèrement les cadres du comité populaire de Hué, pris du vertige de la spéculation immobilière qui, pour être rentable, se fait sur le dos des gens ordinaires. Deux ans plus tard, voulant lutter de l’intérieur, il présente sa candidature à la députation : il est aussitôt évincé par une « consultation préalable de la population » qui, pour lui comme pour les autres, permet de faire le tri. Les choses se gâtent à partir de 2007. C’est l’année où les premiers frimas, poussés par l’obédience à Pékin et l’affairisme d’Etat, annoncent la glaciation politique où nous sommes depuis deux ans. Le temps se rafraîchit, donc, mais Ha Vu n’est pas couvert. Champion des causes perdues, il vole au secours des paysans expulsés, des catholiques en colère et, surtout, s’attaque au dossier tabou des mines de bauxite concédées par le gouvernement vietnamien à la Chine ; il râle, il peste, ose entamer une procédure judiciaire contre Nguyên Tân Dung, riche et puissant Premier ministre. C’est le pas de trop. Défendre les gueux, passe encore ; mais contester le voisin et s’en prendre à l’élite se paie au prix fort. L’histoire se termine : fausse affaire de mœurs, détention provisoire, changement du chef d’inculpation et, dans la foulée, un procès pour « propagande contre la République socialiste du Vietnam » qui le jette dans l’ergastule pour sept ans.

Devrais-je me taire ? Je ne le crois pas. Il n’est pas digne de baisser la tête devant une tête qu’on coupe. Une précision toutefois : je ne mets dans ma démarche nul pathos inutile, nulle sentimentalité molle, encore moins d’arrière-pensées politiques car j’ai la chance de n’avoir aucune opinion sur le régime vietnamien, dont l’évolution ne me regarde pas ; je n’y mets pas non plus de faits, de rappels sur la situation des droits de l’homme et de la liberté d’expression, pas davantage de témoignages sur ce qu’on dit ou pense dans la population. Ce texte n’est pas un texte de combat. Il saute les preuves et les idées pour aller directement à l’endroit où la politique et le cynisme d’État – qu’il n’est question de refuser à personne – débouchent sur un visage, un seul, mais qui m’est familier et qu’on me dérobe. C’est en ce visage que s’incarne, au moment où j’écris, un peu ému en vérité, la cohorte entière des prisonniers de conscience. On peut bien tordre la chaîne des arguments, pour moi elle aboutit toujours, au bout du bout, à l’individu et à son irréductibilité. C’est de Ha Vu dont il est question ici, et seulement de lui. Il occupe toute la place. Vous n’avez pas lu d’engagement théorique, ni entendu des cris d’orfraie : accroché au dernier maillon, celui où pend l’ami qui pourrait être le vôtre, je lui présente, sertie dans la tristesse, l’expression de ma fidélité indéfectible et publique.

Démuni pour agir, je le suis moins pour parler. Puisses-tu m’entendre, mon vieux Ha Vu, et te dire que nous sommes plus d’un à penser à toi, et à y penser fort.

* Historien. École Pratique des Hautes Études. Université de la Sorbonne.

* * *

Bức ảnh hiếm hoi của TS Cù Huy Hà Vũ trong trại giam © 2013 RFA
Bức ảnh hiếm hoi của TS Cù Huy Hà Vũ trong trại giam © 2013 RFA