Archives par mot-clé : assemblée nationale

Mer de Chine méridionale : Défis et opportunités… [colloque 27/02/2020]

[ndlr] Nouveau colloque sur la Mer de Chine méridionale.

Mer de Chine méridionale : Défis et opportunités pour la France et le Viêt Nam, les États riverains et les puissances de l’Indo-Pacifique

Colloque international du jeudi 27 février 2020

La recrudescence des tensions régionales en mer de Chine méridionale depuis l’été 2019, sur fond de rivalité croissante entre les États-Unis et la République Populaire de Chine, impose un nouveau bilan des enjeux politiques, militaires, juridiques, économiques, environnementaux, scientifiques et culturels de cet espace maritime âprement disputé, ainsi qu’une réévaluation de sa situation stratégique. Pour mieux comprendre les ressorts des tensions, valoriser les facteurs de coopération, et partager des analyses actualisées, les groupes d’amitié France-Viêt Nam de l’Assemblée nationale et du Sénat, avec le concours de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, organisent un colloque scientifique le jeudi 27 février. Les intervenants français et vietnamiens des deux premières tables rondes matinales, accueillies à l’Assemblée nationale, analyseront les aspects juridiques et politico-stratégiques des tensions régionales et internationales suscitées par les revendications territoriales et les diverses activités des parties au conflit en mer de Chine méridionale. Ils s’interrogeront aussi sur le rôle passé et à venir de la France et de l’Europe. Les deux tables rondes suivantes, réunies au Palais du Luxembourg, permettront de mieux comprendre les potentialités économiques, scientifiques, environnementales et culturelles de la mer de Chine méridionale pour les États riverains et plus particulièrement pour le Viêt Nam.

Inscriptions préalables obligatoires:

Coordinateur scientifique : Pierre JOURNOUD, Professeur d’histoire contemporaine et coordinateur Viêt Nam-Cambodge-Laos à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 : pierre.journoud@univ-montp3.fr

Matinée à l’Assemblée nationale, 126 Rue de l’Université, salle Colbert, 8h15-12h45

FRANCE – VIET NAM : LE DEVELOPPEMENT PACIFIQUE DE LA COOPERATION MARITIME INTERNATIONALE EN ZONE INDO-PACIFIQUE

Sous le patronage de Stéphanie Do, Députée et Présidente du Groupe d’amitié France- Viêt Nam à l’Assemblée nationale

Invité d’honneur : S.E.M. NGUYEN Thiêp, Ambassadeur du Viêt Nam en France

8h15  Accueil des participants  
9h00-9h45 : Introduction  La France, le Viêt Nam et la mer de Chine méridionale : Bilan et retours d’expérience  
9h00  Stéphanie DO (Députée de Seine-et-Marne et Présidente du Groupe d’amitié France-Viêt Nam) et S.E.M. NGUYEN Thiêp (Ambassadeur du Viêt Nam en France) Quelles sont les relations diplomatiques entre la France et le Viêt Nam ?
9h35  Emmanuelle FONTAINE-DOMEIZEL (Députée des Alpes-de-Haute-Provence) et Marguerite DEPREZ-AUDEBERT (Députée du Pas-de-Calais) Retour d’expérience sur le déplacement du Groupe d’amitié au Viêt Nam en juillet 2019

9h45-12h15 : Les enjeux géostratégiques et juridiques de la MCM pour les riverains et les puissances, entre tensions et coopérations

9h45-11h00 : 1re Table ronde sur le débat juridique sous la Présidence du Dr. Barthélémy COURMONT (Université Catholique de Lille)  
9h45-10h00  Monique CHEMILLER-GENDREAU (Université Paris-Diderot) L’état du droit international en matière de souveraineté territoriale
10h00-10h15  Jean-Marie CROUZATIER (Université Toulouse 1) La difficile quête des sources historiques des différends frontaliers
10h15-10h30  NGUYEN Hong Thao (Académie diplomatique du Viêt Nam) L’impact du verdict de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye sur les revendications maritimes en mer de Chine méridionale
10h30-11h00 Débat

11h00-12h30 : 2ème Table ronde sur les enjeux politico-stratégiques

sous la Présidence du Pr. Marie-Sybille de VIENNE (INALCO)

11h00-11h15  Laurent GÉDÉON (École Normale Supérieure de Lyon) Les grandes puissances et la mer de Chine méridionale
11h15-11h30  Benoît de TRÉGLODÉ (Institut de Recherches stratégiques de l’École Militaire – IRSEM), Le Viêt Nam, l’ASEAN et la mer de Chine méridionale
11h30-11h45 NGUYEN Hung Son (Académie diplomatique du Viêt Nam) Les derniers développements de la situation en mer de Chine méridionale vus depuis le Viêt Nam
11h45-12h00  Pierre JOURNOUD (Université Paul-Valéry Montpellier 3) Quel rôle pour la France et l’Europe ? Une perspective historique et prospective
12h00-12h30  Débat

12h30-12h45 : Conclusion

12h45-13h00 : Séance de photo

13h00-13h15 : Transfert des intervenants et invités en car au Palais du Luxembourg

13h15-14h30 : Buffet au Palais du Luxembourg, 15 Rue de Vaugirard, salle René Coty

Après-midi au Palais du Luxembourg, Salle Clémenceau, 14h45-19h00

DEFIS ET POTENTIALITES ECONOMIQUES, ECOLOGIQUES, SCIENTIFIQUES ET CULTURELLES EN MER DE CHINE MERIDIONALE

14h45-15h00 Accueil des participants
15h00-15h15  Catherine DEROCHE (Sénatrice et Présidente du Groupe d’amitié France-Viêt Nam du Sénat), et S.E.M. NGUYEN Thiêp (Ambassadeur du Viêt Nam en France) Allocutions de bienvenue
15h15-15h30  Pierre JOURNOUD (Université Paul-Valéry Montpellier 3) La mer de Chine méridionale comme enjeu de Soft Power

15h30-17h30 : 3ème Table ronde sur les héritages de l’histoire

sous la Présidence du Pr. émérite Hugues TERTRAIS (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

15h30-15h45  François GIPOULOUX (École des Hautes Études en Sciences sociales – EHESS, Paris) Une configuration réticulaire des villes portuaires de la mer de Chine méridionale, XVIIe-XXIe siècles
15h45-16h00  Gilles de GANTÈS (Institut de recherches asiatiques – IrAsia/ CNRS, Université Aix Marseille) Du tremplin vers la Chine au balcon sur le Pacifique : comment les Français percevaient les mers bordières de l’Indochine à l’époque coloniale ?
16h00-16h15  NGUYEN Giang Huong (Bibliothèque nationale de France – BNF, Paris) La mémoire de la mer dans la littérature vietnamienne
16h15-16h30  NGUYEN Quoc Thanh (Institut d’Asie Orientale – IAO) La culture des pêcheurs vietnamiens
16h30-17h15  Débat
17h15-17h30  Pause


17h30-18h45 : 4ème Table ronde sur les enjeux économiques, scientifiques et écologiques

sous la Présidence du Dr. Jean-Philippe EGLINGER (INALCO et Université Thang Long-Hanoï)

17h30-17h45  Françoise NICOLAS (Institut français des Relations Internationales – IFRI) Les dynamiques économiques actuelles en mer de Chine méridionale
17h45-18h  TANG Anh Minh (AVSE Global&Ecole des Ponts ParisTech) L’impact de la construction des îles artificielles et de la surpêche en mer de Chine méridionale
18h00-18h15  Marine HERRMANN (Institut de recherche pour le développement – IRD, Paris) La coopération scientifique et environnementale en mer de Chine méridionale  
18h15-18h45  Débat  

18h45 : Conclusion

19h : Clôture

Illustration « à la une » : Des citoyens de Hanoi revêtant le tee-shirt No-U manifestent devant l’ambassade de la RPC le 6 août 2019. © Reuters

Vietnam : sur les réseaux sociaux, des images de manifestations violentes contre des Chinois [Le Monde]

[ndlr] Le journal Le Monde et d’autres médias français reviennent sur la situation préoccupante du Viêt-Nam. Résumé vidéographique des manifestations des 9 et 10 juin dernier.

Des centaines de manifestants ont défilé dans plusieurs villes du Vietnam, samedi 9 et dimanche 10 juin. A Hanoï, la capitale, la police a arrêté plus d’une douzaine de protestataires, dimanche. Toutes ces personnes protestaient contre un projet de loi créant des zones économiques spéciales pour les investissements étrangers afin de relancer l’économie dans trois provinces du pays. Dans ces endroits, les contraintes fiscales et administratives seraient moindres que dans le reste du Vietnam. Et selon les manifestants, les premiers bénéficiaires de ces zones ne seront pas les Vietnamiens mais plutôt les investisseurs chinois. Au printemps 2014, déjà, des manifestations contre la Chine s’étaient déroulées au Vietnam dans un contexte de tensions entre les deux pays au sujet des revendications chinoises sur la presque totalité de la mer de Chine méridionale. Le gouvernement vietnamien a décider de reporter le vote de ce projet de loi. Quelques jours plus tard, il a toutefois adopté une loi restreignant les libertés sur les réseaux sociaux et interdisant les appels aux rassemblements publics. (Source : YouTube)

Lire aussi sur la nouvelle loi contrôlant internet :

Vietnamese see special economic zones as assault from China [SCMP]

[ndlr] La tension monte au Viêt-Nam au sujet du projet de trois zones économiques spéciales que l’opinion publique estime dédiées à la Chine. A lire sur le South China Morning Post. Article de Bennett Murray.

The South China Sea dispute, along with memories of the 1979 border war, run deep in the Vietnamese national psyche, making SEZs viscerally unpopular.

The Vietnamese government is confronting a rising tide of public anger as its parliament debates a controversial bill to create three new special economic zones (SEZs), raising fears of Chinese encroachment on Vietnamese soil.

Although Vietnam already has 18 SEZs, the new concerns largely stem from a provision that would allow 99-year leases in some cases within the three new zones in Quang Ninh and Khanh Hoa provinces, as well as on Phu Quoc Island. The bill does not explicitly mention any particular country but it is widely presumed China, Vietnam’s largest trading partner, would dominate investments in the SEZs.

Attempting to allay concerns, Prime Minister Nguyen Xhan Phuc announced on Thursday the government would adjust the 99-year time frame but did not elaborate.

Lire la suite : SCMP, 07/06/2018.

Voir aussi : Projet de « 3 zones économiques spéciales chinoises » au Viêt-Nam – Réactions

Image « à la une » : Manifestation anti-chinoise à Hanoi en 2014. La pancarte dit « La patrie avant tout » © DR

Projet de « 3 zones économiques spéciales chinoises » au Viêt-Nam – Réactions

[ndlr] Après l’annonce d’un projet de trois zones économiques spéciales chinoises au Viêt-Nam (pour une cession de bail de 99 ans), de nombreuses réactions hostiles et inquiétudes sont exprimées tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. En particulier, sont soulignés les dangers en terme de défense nationale.

P. Thao, Bỏ quy định cho thuê đất tới 99 năm tại đặc khu, Dân Tri, 08/06/2018. Trao đổi với PV Dân trí bên hành lang Quốc hội sáng 8/6, ủy viên Thường trực UB Pháp luật của Quốc hội Bùi Văn Xuyền cho biết, cơ quan này tiếp thu các ý kiến góp ý của đại biểu Quốc hội, cử tri, thống nhất xoá bỏ quy định cho thuê đất tại đặc khu với thời hạn cao nhất tới 99 năm, chỉ duy trì mức 70 năm như Luật Đất đai hiện hành…

Đặc khu kinh tế: ‘Chỉ chỉnh thời gian thuê đất, chưa đủ’, BBC Vietnamese, 07/06/2018. Ý kiến chuyên gia kinh tế rằng nếu chỉ giảm thời gian cho thuê đất xuống dưới mức 99 năm không đủ để Quốc Hội kỳ này thông qua luật về đặc khu kinh tế (ĐKKT).

Cát Linh, Đặc khu 99 năm và cơn ác mộng mang tên ‘Trung Quốc’, RFA, 05/06/2018.

Dân chống kịch liệt, gọi dự luật ‘Đặc Khu’ của Quốc Hội CSVN là ‘bán nước’, Nguoi Viet, 04/06/2018.

Nguy cơ an ninh khi lập đặc khu cho thuê 99 năm, RFA Vietnam, 30/05/2018. Từ ngày 21/5 đến 15/6 năm 2018, Quốc hội khoá XIV họp và thảo luận về đề án Luật Đơn vị hành chính kinh tế đặc biệt Vân Đồn, Bắc Vân Phong, Phú Quốc. Trong dự luật này, ngoài các ưu đãi về thuế và chính sách dành cho các nhà đầu tư nước ngoài, các nhà chuyên môn cũng như dư luận đặc biệt quan tâm đến chính sách mà theo đó Thủ tướng Chính phủ Việt Nam xem xét chấp thuận cho thuê đất đầu tư lên đến 99 năm.

T.B. Dung, Đặc khu có nên cho nhà đầu tư thuê đất 99 năm?, Tuôi Tre, 03/06/2018. TTO – Dự thảo Luật Đơn vị hành chính – kinh tế đặc biệt Vân Đồn, Bắc Vân Phong, Phú Quốc đã được đưa ra Quốc hội và đang nhận được nhiều ý kiến tranh luận về thời hạn cho nhà đầu tư thuê đất lên đến 99 năm.

Bao Ha, Luật đặc khu ‘nhiều ưu đãi nhưng thiếu ràng buộc trách nhiệm’, VnExpress, 03/06/2018. Cho thuê đất lên tới 99 năm, ưu đãi về thuế cho lĩnh vực casino,… là vấn đề khiến nhiều đại biểu quan ngại.

, ‘Chưa an tâm’ về ba đặc khu kinh tế Việt Nam, BBC Vietnamese, 31/05/2018. Quốc hội Việt Nam chưa nên thông qua dự luật về ba đặc khu Vân Đồn, Bắc Vân Phong và Phú Quốc trong kỳ này để ‘loại trừ những vấn đề và sơ hở’ mà dư luận đã nêu lên, một cựu lãnh đạo của Viện Nghiên cứu Quản lý Kinh tế Trung ương (CIEM) nói với BBC Tiếng Việt hôm 31/5/2018.

Luật đặc khu: quyền hạn và trách nhiệm, BBC Vietnamese, 31/05/2018. Entretien avec Mme Phạm Chi Lan.

, Luật Đặc khu kinh tế nên ra ‘chậm mà chắc’, BBC Vietnamese, 03/06/2018. Dự luật Đặc khu kinh tế của Việt Nam cần được ‘thận trọng xem xét’, ‘tổ chức lấy ý kiến’ của các tổ chức xã hội nghề nghiệp sâu rộng, một bức thư kiến nghị chính thức vừa được Hội Khoa học Kinh tế Việt Nam gửi cho Tứ trụ lãnh đạo của nước này bao gồm Tổng Bí thư, Chủ tịch nước, Thủ tướng Chính phủ và Chủ tịch Quốc Hội.

‘Tôi cho rằng cần trưng cầu dân ý về Luật Đặc khu’, BBC Vietnamese, 03/06/2018. Giáo sư Nguyễn Minh Thuyết, nguyên Phó Chủ nhiệm Ủy ban Văn hóa, Giáo dục, Thanh niên, Thiếu niên và Nhi đồng của Quốc hội Việt Nam, cho rằng Quốc Hội Việt Nam nên cần trưng cầu dân ý về Luật Đặc khu kinh tế.

Phan Nhat Binh, Giao đất 99 năm: một đại họa dân tộc, Viêt Tân, 02/06/2018.

Do Dang Lieu, Hôm nay “Đặc khu, 99 năm”, ngày mai “Toàn Việt Nam, 1.000 năm”, Viêt Tân, 03/06/2018.

Voir aussi en français le projet gouvernemental annoncé dès la fin 2016 :

Phuong Nga/CVN, Le Vietnam envisage d’ouvrir trois nouvelles zones économiques spéciales, Le Courrier du Vietnam, 14/10/2017.

VNA/CVN, Le Vietnam étudie une loi sur les zones économiques spéciales, Le Courrier du Vietnam, 02/08/2017.

NDEL/VNA/CVN, Le gouvernement autorise la création de trois zones économiques spéciales, Le Courrier du Vietnam, 09/12/2016.

MàJ 08/06/2018.

Pham Doang Trang : Unfair Elections in Vietnam. How the Communist Party Manipulates the Process

[ndlr] Rapport en ligne de la blogueuse Pham Doan Trang sur les réalités du processus de désignation des candidats pour les élections de la future Assemblée nationale de la RSVN. Éloquent et intéressant.

PhamDoanTrang_UnfairElectionsInVietnam_2016

This report provides an insight into the 2016 legislative elections in Vietnam, with an analysis of the political system and electoral process and how they are used to restrict the citizens’ right to participation. It also gives accounts of harassment and rights violations against the independent candidates who, for the first time in the country’s history, courageously speak out against the repressive system by standing for an election in which they see no chance of winning. Restriction of freedoms of movement, expression and assembly, intimidation and harassment by the police, defamation by the propagandists and the biased media are some among many forms of rights violation. Besides, the independent candidates are subjected to public haranguing in “meetings with constituents” which appear to be a procedure unique to China and Vietnam. The analysis and accounts highlight the conclusion that the legislative elections in Vietnam are not free and fair ones under the rule of the Vietnamese Communist Party. Steps should be taken to bring about a legal and political reform in the country to ensure promote human rights, of which the rights to participation are critical.

Lire également de Doan Trang : A guide to the National Assembly election

Image « à la une » : Affiche de propagande de la province de Yên Bái pour la prochaine élection.

Sept minutes de vérité : l’intervention du député Trương Trọng Nghĩa

[ndlr] Intervention remarquée de l’avocat Trương Trọng Nghĩa, député de l’Assemblée nationale de la RSVN en séance le 1er avril 2016. Extraits.

“Tại sao hiện nay các cán bộ dù đương chức hay về hưu cũng đều tim cách lo cho con cái định cư tại nước ngoài? ”

“Không phải vì nghèo, vì tiền mà vì cảm thấy không vui, không an toàn về pháp lý, các quyền tự do dân chủ không bảo đảm đầy đủ và lo sợ ở đất nước bị lệ thuộc, điều này ai cũng thấy, cũng biết”

“Thứ năm, lấy lợi ích quốc gia dân tộc, lợi ích của người dân là mục tiêu cao nhất, nghĩa là phải xác định cho đúng ta, bạn, thù. 

Ta là đồng bào 54 dân tộc Việt Nam đang sống ở Việt Nam và hải ngoại, ta là nhân dân ta. Bạn là những ai ủng hộ một nước Việt Nam độc lập, chủ quyền, giàu mạnh, dân chủ, công bằng, văn minh. 

Còn thù là thế lực thù địch, đó là những thế lực cản trở đổi mới, cản trở phát triển, xâm hại lợi ích quốc gia, dân tộc, lợi ích của nhân dân, làm cho nước ta suy yếu, lệ thuộc nước ngoài, chia rẽ khối đại đoàn kết toàn dân, phá hoại an toàn, an ninh của đất nước. 

Ngoài những thế lực thù địch ấy thì còn lại là ta và là bạn của ta cho dù có sự khác biệt về phương pháp, về quan điểm và về nhận thức.”

« Nỏ thần chớ để sa tay giặc – Mất cả đất liền cả biển sâu »

“Người dân Việt Nam sẽ tự hào không chỉ vì là một dân tộc anh hùng mà còn là một dân tộc biết cách trở thành văn minh và thịnh vượng.”

Source : Dan Lam Bao, 03/04/2016.

Viêt-Nam : le casse-tête chinois

CasseTeteChinoisLes communistes vietnamiens seraient-ils tombés dans un piège chinois et de longue date ? C’est que peut laisser à penser la situation actuelle après plus d’un mois de crise autour de l’affaire des plateformes positionnées dans la Mer de Chine méridionale. Le Parti communiste vietnamien (PCV) apparaît comme ligoté par son passé, son présent et son futur si aucun changement de régime n’intervient. Voici quelques réflexions succinctes autour du « casse-tête chinois » imposé au Viêt-Nam par son grand voisin du nord.

Une faible réaction de l’Etat-Parti : Des paroles sans actes ?

Après avoir agité le drapeau du nationalisme avec les débordements que l’on sait, le gouvernement vietnamien a fait entendre sa (petite) voix sur les ondes des radios et télévisions du monde. On y retrouve la sempiternelle revendication historique sur les Paracels et le mot d’ordre inlassablement lancé à la Chine depuis début mai : « La Chine doit retirer immédiatement la plateforme des eaux vietnamiennes » (Trung Quốc phải rút ngay dàn khoan ra khỏi vùng biển Việt Nam!). Depuis lors, le discours ne change pas et se décline avec une certaine ténacité sur les médias online vietnamiens. Par exemple, quotidiennement plusieurs journaux relaient de façon très efficace l’information venant de la confrontation en mer qui se limite actuellement à une petite guerre des nerfs à coup de canons à eau et de bousculades entre navires (un bateau de pêcheur vietnamien fut néanmoins coulé le 26 mai) [1]. Malgré des médias très remontés, pour l’heure, l’Assemblée nationale vietnamienne ne s’est contentée que d’un communiqué officiel (Thông cáo) le 21 mai 2014 [2].

Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ
Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ

Que fait la Chine ? De son côté, avant que la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) n’internationalise le problème de façon officielle autrement que par des manifestations de soutien de compatriotes à l’étranger (comme à la belle époque du FNL Sud-Vietnam en guerre), la Chine a pris les choses en main. Largement médiatisé sur les médias officiels chinois, son dossier porté à l’ONU ressemble déjà à une claque [3]. Bien que ne reposant que sur des documents dont on peut contester la validité juridique, ils clarifient et confirment ce que les historiens connaissaient déjà : le degré de soumission de Hanoi à Pékin pendant la période de la guerre d’unification. En s’appuyant sur la Note diplomatique de Pham Van Dong et les manuels scolaires de la RDVN édités jusqu’en 1974, la Chine entend démontrer le volteface de Hanoi sur cette question. C’est assez simple à comprendre, la Chine populaire met en œuvre sa stratégie expansionniste (annoncée dans les textes depuis longtemps) en s’assoyant sur les traités internationaux en matière de droit maritime [4].

Du côté vietnamien, la fameuse phrase de Nguyen Tan Dung à Manille a fit le tour des rédactions de presse pour mettre en avant l’extraordinaire détermination du Premier Ministre. Il a été très clair, le Viêt-Nam ne sera l’esclave de personne [5]. On ne peut qu’abonder dans ce sens. Mais aujourd’hui, qui peut dire que ce dernier a remporté la partie au sein du Politburo contre les tenants de l’amitié indéfectible des deux partis communistes chinois et vietnamien ? De nombreux signes montrent que la rupture entre les deux partis communistes n’est pas à l’ordre du jour du côté vietnamien pour une raison toujours très pragmatique : maintenir la dictature du PCV. Et à ce titre, la marge de manœuvre de Nguyen Tan Dung est des plus réduites.

Le Politburo vietnamien qui n’apparaît toujours pas unifié sur la question des Paracels est en réalité paralysé par ses engagements passés avec le parti frère, son mentor des années de guerre et de nouveau son mentor depuis le début des années 1990. La Chine avait réussi à se développer économiquement fortement malgré le massacre de Tien An Men. Dictature du parti unique (et donc stabilité politique) et économie de marché faisait alors bon ménage et le modèle chinois inspira beaucoup les Vietnamiens.

Un passé compromettant : de la RDVN à la RSVN, le Sud nationaliste à la rescousse

1958_diplomatic_note_from_phamvandong_to_zhouenlaiDepuis le début de la crise deux affaires sont subitement revenues sur le devant de la scène et se révèlent être aujourd’hui de sérieuses épines dans le pied vietnamien. Tout d’abord, la fameuse Note diplomatique de Pham Van Dong, qui a fait couler beaucoup d’encre, et qui, quoi qu’on en dise est un aveu de faiblesse des leaders communistes vietnamiens dans leur stratégie d’existence sur le long terme. A la vue de la longue histoire entre les deux pays, le gouvernement de la RDVN de l’époque a vraisemblablement manqué de perspicacité pour offrir aux Chinois une belle occasion d’affirmer aujourd’hui leur droit de propriété sur l’ensemble des archipels. Bien que réfutée d’un revers de la main par le gouvernement vietnamien, cette note n’a pas fait l’objet d’une annulation officielle par l’Assemblée nationale [6].

Enfin, après le très violent conflit de 1979, quelle fut l’orientation du Politburo vietnamien ? Empêtrer dans une montagne de problèmes sociaux et économiques (exode massif de sa population, inflation à trois chiffres, échec patent de la collectivisation au Sud) il fallait mettre tout en œuvre pour renouer le contact avec le parti frère, là encore au détriment des enjeux nationaux. C’est ainsi qu’en 1990, alors que le Viêt-Nam sortait du bourbier cambodgien affaibli et inquiet des événements d’Europe de l’Est, de la fin annoncée de l’URSS et de la révolte étudiante en Chine (Tien An Men 1989), des contacts sont repris avec la puissante Chine. A l’époque, l’ambition était de se maintenir au pouvoir face à la montée des périls : effondrement économique, révolution de velours, soulèvement paysan… Il fallait pour Nguyen Van Linh, secrétaire général du PCV de 1986 à 1991, limiter sérieusement le Doi Moi (Renouveau) qui prenait des allures de plus en plus évidentes de Printemps vietnamien. Rappelons-nous le courage de certains intellectuels, des écrivains, les manifestations paysannes au Sud en 1988 (et plus tard, en 1997, la révolte des paysans de Thai Binh). L’ouverture devait se concentrer prioritairement sur les aspects économiques. L’appareil politique devait reprendre la main sur les effets non contrôlés du Doi Moi.

En septembre 1990, les instigateurs du Doi Moi se rendirent à Pékin dans le plus grand secret pour rétablir de bonne relations. Au jour d’aujourd’hui fait remarquer le chercheur Ngo Duc Tho personne ne sait ce que contenait comme engagement entre les deux parties ce marché pour un avenir politiquement radieux [7]. Ce que l’on sait c’est que la frontière terrestre fut redessinée pendant dix ans de 1999 à 2009, puis la frontière maritime dans le golfe du Tonkin et que le Viêt-Nam y laissa quelques plumes. Une campagne fut d’ailleurs très habilement menée par le parti Viêt Tân sur cette question. Du côté de la mer orientale, rien n’était réglé. L’affaire des Paracels et des Spratleys restaient sur deux confrontations militaires en 1974 (Hoang Sa) et 1988 (Gac Ma dans les Spratley).

CacTuSiHoàngSa_1974

L’ironie de cette affaire est que la cause de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) rejoint aujourd’hui celle âprement défendue par la République du Viêt-Nam (RVN, Sud), l’ennemi honnis du temps de la guerre. Comme le faisait remarquer Nguyen Ngoc Gia, le salut de la RSVN passe donc ironiquement par une forme de reconnaissance de la RVN [8]. Mais l’ancien régime sudiste peut-il être sérieusement convoqué par un État communiste qui insulte à longueur de papiers les vaincus, affublés des termes méprisant de « nguy » (fantoches), « phan dong » (réactionnaires), tous ceux qui restent attachés à leur symbole national (le drapeau jaune aux trois bandes rouges) ? Cela paraît peu crédible. Car l’État communiste n’a, pour l’heure, pas eu le courage de mettre en œuvre une politique de réconciliation nationale officielle avec les réhabilitations nécessaires qu’elle doit engendrer.

Les raisons d’une alliance communiste sino-vietnamienne

Si l’on en croit l’analyse de Valérie Niquet sur la fragilité interne du pouvoir chinois, on est alors en mesure de penser que les deux pouvoirs communistes (chinois et vietnamiens) ont tout intérêt à se réconcilier, chacun pour éviter l’effondrement [9].

Du côté chinois, il faudra éviter de provoquer le Viêt-Nam par des actes répétés de présence dans les eaux revendiquées par ce pays. Ce qui aujourd’hui n’est toujours pas le cas. On observe même une potentielle aggravation de la situation avec l’implantation de la nouvelle plateforme Nam Hai 9 à proximité du golfe du Tonkin (au sud-est de l’île chinoise de Hai Nam) et le harcèlement quotidien dont sont victimes les navires de pêcheurs vietnamiens dans la zone de la plateforme HD 981. Les Américains qui suivent de près l’évolution de la situation ne sont pas loin de penser que l’arrogance chinoise mériterait bien une guerre limitée avec le danger d’un embrasement potentiel de la région [10]. Ils ne sont d’ailleurs pas inactifs dans la région comme le démontre les récentes opérations maritimes conjointes avec les Philippines [11].

Du côté du Viêt-Nam, maintenir un contrôle policier étroit sur la dissidence et minimiser la portée de cette affaire en défendant coûte que coûte une solution pacifique sont les deux volets de la solution choisie sur le front intérieur [12]. A l’inverse, il s’agit sur le front diplomatique et extérieur de maintenir la possibilité de manifestations antichinoises et la menace d’une attaque juridique contre la Chine. Cette dernière option est d’ailleurs fortement préconisée par de nombreux experts (voir le colloque de Danang) [13].

Les amîtres d'oeuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong
Les maîtres d’œuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong

Cependant, l’un comme l’autre, les deux partis communistes sont en une sorte d’impasse car ils ne présentent plus une forme aussi homogène qu’avant. Comme le démontre les différentes réunions sur la dite « Mer orientale » à Hanoi (colloque « Thoát Trung » à Hanoi le 5 juin) et au sein du Politburo vietnamien, l’unanimité est difficile à obtenir. Ca discute beaucoup autant dans la rue qu’au sommet du pouvoir. Au sein des deux partis communistes chinois et vietnamien, la frange nationaliste n’entend pas céder devant la faction plus idéologique. Mais les deux partis se tiennent mutuellement. Si le PC chinois s’effondre, le PC vietnamien risque de suivre. L’évolution de l’affaire de la Mer de l’Asie du Sud-Est, pour reprendre la terminologie d’André Menras [14], dépendra donc beaucoup de la capacité de dialogue entre les deux partis communistes.

Et puisque l’on reparle beaucoup sur la blogosphère de l’alliance secrète conclue entre les deux politburo à Chengdu en 1990 (Hội nghị Thành Đô) à l’époque visant à faire face à la fin du communisme en URSS et en Europe de l’Est et aux événements meurtriers de Tien An Men, on peut effectuer quelques rapprochements entre les deux pays :

  • Les deux pays marquent une pause sur le plan économique et sont inquiets des failles présentes dans leur système bancaire (l’économie reste le facteur clé du destin politique) ;
  • Les révoltes sociales, ethniques ou religieuses sont de plus en plus courantes et violentes (pour la Chine, le terrorisme ouïgour ; pour le Viêt-Nam, les revendications religieuses chez les Hmongs au nord ou les Hoa Hao au sud) ; des jacqueries paysannes pour les deux pays ;
  • L’idéologie communiste, d’origine étrangère, est vilipendée par de nombreux intellectuels, et ce désormais même sur la place publique (cas récurrent au Viêt-Nam depuis l’affaire de la refonte de la Constitution) ;
  • Le nationalisme, suscité par les deux pouvoirs, reste difficilement contrôlable.

DaDaoTrungQuocXamLuoc

Un horizon flou ?

Au Viêt-Nam, le régime ne montre actuellement aucun signe d’assouplissement envers ceux qui ne partagent pas sa conception du monde. Les religieux bouddhistes Hoa Hao, les Catholiques, les Rédemptoristes, les Protestants, les blogueurs, les dissidents sont plus que jamais dans la ligne de mire de la Sécurité publique. En intensifiant secrètement, à « feu doux » la répression, le but principal pour le pouvoir est de ne porter qu’un seule voix solidaire dans la crise. Mais en faisant cela, le PCV donne du sens à ce slogan ravageur « hèn với giặc, ác với dân » (lâche avec l’ennemi, cruel avec le peuple) que le parti Viet Tan plaça pendant de long mois en exergue sur son site et que chacun murmure. Le Viet Tan, soit dit en passant, bénéficia d’une bonne publicité en se voyant accusé par la Cong An d’Ho Chi Minh-Ville et la presse officielle d’être le principal instigateur des débordements violents de Binh Duong et Dong Nai [15].

"Non, non, nous avons besoin que vous retourniez au travail"
« Non ! Non ! nous avons besoin que vous retourniez au travail »

Car aujourd’hui qui a peur du Viet Tan ? Les idées que ce mouvement pro-démocratique défend depuis sa reconversion à la non violence font leur chemin. L’activisme de ses membres porte ses fruits, leurs slogans tagués « HSTS » (Hoang Sa Truong Sa) dans les campagnes et villes vietnamiennes ont alimenté le nationalisme rampant dont le pouvoir se sait que faire. Au sein même du PCV, les esprits s’échauffent pour exiger une ouverture politique accompagnée d’une réponse ferme au défi chinois. Il n’est pas dit que cela fonctionne car la crispation générale guette l’appareil politique. A demi-mots, les membres du PCV, surtout parmi les plus jeunes vous le confient, « la Chine nous a coincé » [16]. Ce qui remet fortement en cause chez la jeune génération de cadres la politique bilatérale dite des « 4 bons » et « 16 principes » (十六字方针) toujours défendue par le pouvoir actuel malgré l’échec relatif de la réunion du 18 juin dernier entre Pham Binh Minh et le conseiller d’État chinois Yang Jiechi. Cette réunion importante, vue de l’extérieur, n’a apparemment pas dépasser les courtoisies de façade et la presse chinoise de mettre en avant de façon condescendante que « le fils prodigue vietnamien devait désormais rentrer à la maison », autrement dit revenir sagement dans le giron protecteur chinois [17].

La première carte "verticale" de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple en ligne
La première carte « verticale » de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple

Que peut faire le Viêt-Nam communiste alors que son horizon semble bouché ? Pas grand chose car sa marge de manœuvre, si aucun changement politique d’envergure n’est mis en œuvre, apparaît bien étroite. De fait, la réaction officielle reste faible, peu audible et aujourd’hui assez peu crédible face à une offensive expansionniste chinoise pourtant claire. L’été chaud qui était prévu suite à l’affaire de l’implantation de la plateforme chinoise risque de se transformer en torpeur générale le temps que l’affront chinois passe, s’amenuise et disparaisse des esprits. La Chine s’est imposée un mois de mai 2014 et tout démontre qu’elle entend garder sa position de leadership sur la Mer, illustrée encore dernièrement par la publication de sa première carte « verticale » le 25 juin 2014 [16]. Ce fait majeur de l’histoire de la géopolitique de l’Asie du Sud-Est devrait en rester là, à moins que la Chine, provocations sur provocations, ne rencontrent finalement la bravoure légendaire des Vietnamiens ou que ceux-ci ne se mettent en marche collectivement et massivement pour engager chez eux la révolution de velours tant attendue chez les opposants et tant redoutée par le pouvoir. Ligoté par son passé, indécis à l’heure présente et apeuré par son futur, le PCV est pris dans les contradictions historiques de sa propre existence. Le défi chinois de mai 2014 est devenu un casse-tête chinois pour combien de temps encore ?

François Guillemot, 29/06/2014.

Notes

[1] Sur la veille des sites d’information vietnamiens sur la « Mer orientale » voir par exemple les rubriques : Tin tức Biển Đông, sur le site de l’Association des Juristes du Viêt-Nam, Biển Đông nổi sóng sur le site Dat Viet, Biển Đông dậy sóng ou Tin tức về chủ đề « biển đông » sur Dan Tri, Tình hình biển Đông sur SEA Times (en vietnamien) ou encore sur Chat Luong Viet Nam. Les autres sites VN Express, Doi Song & Phap Luat ou Tuoi Tre ont également réservé des dossiers sur le sujet. Sur le bateau de pêche vietnamien, voir : Un bateau de pêche vietnamien coulé par un navire chinois, Vietnam +, 26/05/2014.

[2] Vì sao Quốc hội không ra Nghị quyết biển Đông?, VTC, 24/06/2014.

[3] (Xinhua), La Chine révèle des documents clarifiant la situation des îles Xisha, Le Quotidien du Peuple, 10/06/2014 ; The Operation of the HYSY 981 Drilling Rig: Vietnam’s Provocation and China’s Position,  Ministry of Foreign Affairs PRC, 08/06/2014 ; Opération sur la plate-forme HYSY 981 : Provocations du Viet Nam et position de la Chine, China.org, 09/06/2014 ; Un dossier de 8 pages exposant la position officielle chinoise avec le rappel de la note de Pham Van Dong dans les annexes. Voir l’analyse de Carl Thayer, China’s Information Warfare Campaign and the South China Sea: Bring It On!, The Diplomat, 16/06/2014.

[4] Voir l’article de Laurent Gédéon sur Mémoires d’Indochine et l’analyse de Timothy A. Walton, China’s Three Warfares (PDF), Delex Consulting, Studies and Analysis, 2012.

[5] PM Nguyen Tan Dung in Manila: Vietnam to defend sovereignty, Embassy of the SRV in USA, 22/05/2014. Extrait de son allocution : « Tôi muốn nhấn mạnh rằng, Việt Nam kiên quyết bảo vệ chủ quyền và lợi ích chính đáng của mình bởi vì chủ quyền lãnh thổ, chủ quyền biển đảo là thiêng liêng. Chúng tôi luôn mong muốn có hòa bình, hữu nghị nhưng phải trên cơ sở bảo đảm độc lập, tự chủ, chủ quyền, toàn vẹn lãnh thổ, vùng biển, và nhất định không chấp nhận đánh đổi điều thiêng liêng này để nhận lấy một thứ hòa bình, hữu nghị viển vông, lệ thuộc nào đó« , Thủ tướng: Không đánh đổi chủ quyền lấy hữu nghị viển vông, Dan Tri, 22/05/2014.

[6] Quốc hội Việt Nam ‘không ra nghị quyết về biển Đông’, VOA, 24/06/2014 ; Quốc hội sẽ không có nghị quyết riêng về biển Đông, VN Economy, 23/06/2014.

[7] Ngo Duc Tho, Hội nghị bí mật Thành Đô 1990, 19/05/2014. Avec la traduction d’un extrait des mémoires de Lý Bằng, le numéro deux chinois présent à cette conférence secrète.

[8] Tran Trung Dao, Việt Nam Cộng Hòa, lối thoát của Hoàng Sa và dân tộc, Dan Lam Bao, 02/06/2014. Dans cette réhabilitation de la République du Viêt-Nam, voir également le témoignage de Nguyễn Ngọc Già, Tôi biết ơn Việt Nam Cộng Hòa, Dan Luan, 11/06/2014.

[9] Valérie Niquet, « Les tensions en mer de Chine révèlent la fragilité du pouvoir chinois », La Croix, 16/06/2014. Traduit en vietnamien sur RFI : Căng thẳng ở Biển Đông thể hiện sự mong manh của chế độ Trung Quốc, RFI, 24/06/2014.

[10] Voir par exemple les deux articles publiés dans The National Interest analysant le challenge de l’hégémonie chinoise : Michael Vlahos, History’s Warning: A U.S.-China War Is Terrifyingly Possible, 26/06/2014 ; David Shambaugh, The Illusion of Chinese Power, 25/06/2014. Lire également l’analyse originale de Song Chi : Nếu chiến tranh Việt-Trung xảy ra…, RFA, 20/06/2014.

[11] Voir : Philippines, U.S. to hold naval drills near disputed shoal in South China Sea, Reuters, 19/06/2014 ; Quân lực Phi Luật Tân tập trận chung với quân lực Hoa Kỳ tại biển Đông, Thoi Bao (The Vietnamese Newspaper), 28/06/2014.

[12] L’initiative de paix du Viêt-Nam : Lê Ngọc Thống, Biển Đông nổi sóng:Chiến lược ‘hòa bình chủ động’ của Việt Nam, Dat Viet, 26/06/2014.

[13] Voir la communication d’André Menras publiée sur Mémoires d’Indochine.

[14] Les voix qui poussent le Viêt-Nam à se défendre juridiquement : Hoài Hương, GS Thayer: ‘Việt Nam phải lên tiếng bây giờ nếu không sẽ mất cơ hội mãi mãi’, VOA, 27/06/2014 ; Nguyễn Đông, Tiến sĩ Nguyễn Nhã: ‘Nếu Việt Nam phản ứng yếu ớt, Trung Quốc sẽ lấn tới’, VN Express, 25/06/2014 ; Mặc Lâm, Kiện Trung Quốc, Việt Nam được gì ngay cả khi thua?, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[15] Voir par exemple : Công an TP HCM: ‘Việt Tân kích động gây rối trong biểu tình’, VN Express, 06/06/2014. Une version officielle reprise sur une vingtaine de média en ligne (An Ninh TV, Dan Viet, Phap Luat, Tien Phong, Tuoi Tre…). Lire la réponse officielle du Viet Tan aux accusations de la RSVN : Vu cáo Việt Tân để bóp nghẹt lòng yêu nước, Viet Tan, 10/06/2014.

[16] Sur cet impasse, voir : Kính Hòa, Lưỡng nan của người CSVN trong thế đối đầu với Trung Quốc, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[17] Báo TQ: Họ Dương gọi Việt Nam ‘đứa con hoang đàng hãy trở về’, RFA, Việt-Long- theo Shannon Tirzzi- The Diplomat, 20/06/2014. Voir le CR de la réunion côté vietnamien : Entretien entre Pham Binh Minh et Yang Jiechi, Vietnam +, 18/06/2014.

[18] Voir La première carte de Chine en version verticale, Le Quotidien du Peuple, 25/06/2014 ; La Chine présente la première carte complète de son territoire, China.org, 25/06/2014.

* * *

Informations complémentaires :

Giáp Văn Dương, Thoát Trung Luận, Viet-Studies.

Hãn Nguyên Nguyễn Nhã, ‘Việt Nam và cơ hội thoát Trung lần 4’, BBC Viet, 06/06/2014.

Kính Hòa, Thoát Trung hay thoát Cộng?, RFA, 09/06/2014.

Lê Chân Nhân, Đừng bàn “thoát Trung” nữa mà hành động, Dan Tri, 12/06/2014.

Nguyễn Gia Kiểng, Thoát Trung, nhưng coi chừng một sai lầm bi đát!, Thong Luan, 12/06/2014.

Thanh Trúc, Hội thảo làm thế nào để “Thoát Trung”?, RFA, 07/06/2014.

Thụy My, Vì sao kinh tế Việt Nam quá khó để thoát Trung?, RFI, 26/06/2014. Entretien avec Pham Chi Dung.

Tran Son Lam, Trạnh chấp chủ quyền: Chọn hữu nghị viển vông hay quốc gia, dân tộc?, Giao Duc Viet Nam, 30/06/2014.

Việt Nam cần ‘thoát Trung’ hay không?, VOA, 25/06/2014. Entretien avec Doan Viet Hoat.

MàJ : 30/06/2014.

A lire en complément l’analyse de Dang Xuong Hung, ancien consul de la RSVN à Genève (2008-2012) :