Archives par mot-clé : assemblée nationale

Pham Doang Trang : Unfair Elections in Vietnam. How the Communist Party Manipulates the Process

[ndlr] Rapport en ligne de la blogueuse Pham Doan Trang sur les réalités du processus de désignation des candidats pour les élections de la future Assemblée nationale de la RSVN. Éloquent et intéressant.

PhamDoanTrang_UnfairElectionsInVietnam_2016

This report provides an insight into the 2016 legislative elections in Vietnam, with an analysis of the political system and electoral process and how they are used to restrict the citizens’ right to participation. It also gives accounts of harassment and rights violations against the independent candidates who, for the first time in the country’s history, courageously speak out against the repressive system by standing for an election in which they see no chance of winning. Restriction of freedoms of movement, expression and assembly, intimidation and harassment by the police, defamation by the propagandists and the biased media are some among many forms of rights violation. Besides, the independent candidates are subjected to public haranguing in “meetings with constituents” which appear to be a procedure unique to China and Vietnam. The analysis and accounts highlight the conclusion that the legislative elections in Vietnam are not free and fair ones under the rule of the Vietnamese Communist Party. Steps should be taken to bring about a legal and political reform in the country to ensure promote human rights, of which the rights to participation are critical.

Lire également de Doan Trang : A guide to the National Assembly election

Image « à la une » : Affiche de propagande de la province de Yên Bái pour la prochaine élection.

Sept minutes de vérité : l’intervention du député Trương Trọng Nghĩa

[ndlr] Intervention remarquée de l’avocat Trương Trọng Nghĩa, député de l’Assemblée nationale de la RSVN en séance le 1er avril 2016. Extraits.

“Tại sao hiện nay các cán bộ dù đương chức hay về hưu cũng đều tim cách lo cho con cái định cư tại nước ngoài? ”

“Không phải vì nghèo, vì tiền mà vì cảm thấy không vui, không an toàn về pháp lý, các quyền tự do dân chủ không bảo đảm đầy đủ và lo sợ ở đất nước bị lệ thuộc, điều này ai cũng thấy, cũng biết”

“Thứ năm, lấy lợi ích quốc gia dân tộc, lợi ích của người dân là mục tiêu cao nhất, nghĩa là phải xác định cho đúng ta, bạn, thù. 

Ta là đồng bào 54 dân tộc Việt Nam đang sống ở Việt Nam và hải ngoại, ta là nhân dân ta. Bạn là những ai ủng hộ một nước Việt Nam độc lập, chủ quyền, giàu mạnh, dân chủ, công bằng, văn minh. 

Còn thù là thế lực thù địch, đó là những thế lực cản trở đổi mới, cản trở phát triển, xâm hại lợi ích quốc gia, dân tộc, lợi ích của nhân dân, làm cho nước ta suy yếu, lệ thuộc nước ngoài, chia rẽ khối đại đoàn kết toàn dân, phá hoại an toàn, an ninh của đất nước. 

Ngoài những thế lực thù địch ấy thì còn lại là ta và là bạn của ta cho dù có sự khác biệt về phương pháp, về quan điểm và về nhận thức.”

« Nỏ thần chớ để sa tay giặc – Mất cả đất liền cả biển sâu »

“Người dân Việt Nam sẽ tự hào không chỉ vì là một dân tộc anh hùng mà còn là một dân tộc biết cách trở thành văn minh và thịnh vượng.”

Source : Dan Lam Bao, 03/04/2016.

Viêt-Nam : le casse-tête chinois

CasseTeteChinoisLes communistes vietnamiens seraient-ils tombés dans un piège chinois et de longue date ? C’est que peut laisser à penser la situation actuelle après plus d’un mois de crise autour de l’affaire des plateformes positionnées dans la Mer de Chine méridionale. Le Parti communiste vietnamien (PCV) apparaît comme ligoté par son passé, son présent et son futur si aucun changement de régime n’intervient. Voici quelques réflexions succinctes autour du « casse-tête chinois » imposé au Viêt-Nam par son grand voisin du nord.

Une faible réaction de l’Etat-Parti : Des paroles sans actes ?

Après avoir agité le drapeau du nationalisme avec les débordements que l’on sait, le gouvernement vietnamien a fait entendre sa (petite) voix sur les ondes des radios et télévisions du monde. On y retrouve la sempiternelle revendication historique sur les Paracels et le mot d’ordre inlassablement lancé à la Chine depuis début mai : « La Chine doit retirer immédiatement la plateforme des eaux vietnamiennes » (Trung Quốc phải rút ngay dàn khoan ra khỏi vùng biển Việt Nam!). Depuis lors, le discours ne change pas et se décline avec une certaine ténacité sur les médias online vietnamiens. Par exemple, quotidiennement plusieurs journaux relaient de façon très efficace l’information venant de la confrontation en mer qui se limite actuellement à une petite guerre des nerfs à coup de canons à eau et de bousculades entre navires (un bateau de pêcheur vietnamien fut néanmoins coulé le 26 mai) [1]. Malgré des médias très remontés, pour l’heure, l’Assemblée nationale vietnamienne ne s’est contentée que d’un communiqué officiel (Thông cáo) le 21 mai 2014 [2].

Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ
Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ

Que fait la Chine ? De son côté, avant que la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) n’internationalise le problème de façon officielle autrement que par des manifestations de soutien de compatriotes à l’étranger (comme à la belle époque du FNL Sud-Vietnam en guerre), la Chine a pris les choses en main. Largement médiatisé sur les médias officiels chinois, son dossier porté à l’ONU ressemble déjà à une claque [3]. Bien que ne reposant que sur des documents dont on peut contester la validité juridique, ils clarifient et confirment ce que les historiens connaissaient déjà : le degré de soumission de Hanoi à Pékin pendant la période de la guerre d’unification. En s’appuyant sur la Note diplomatique de Pham Van Dong et les manuels scolaires de la RDVN édités jusqu’en 1974, la Chine entend démontrer le volteface de Hanoi sur cette question. C’est assez simple à comprendre, la Chine populaire met en œuvre sa stratégie expansionniste (annoncée dans les textes depuis longtemps) en s’assoyant sur les traités internationaux en matière de droit maritime [4].

Du côté vietnamien, la fameuse phrase de Nguyen Tan Dung à Manille a fit le tour des rédactions de presse pour mettre en avant l’extraordinaire détermination du Premier Ministre. Il a été très clair, le Viêt-Nam ne sera l’esclave de personne [5]. On ne peut qu’abonder dans ce sens. Mais aujourd’hui, qui peut dire que ce dernier a remporté la partie au sein du Politburo contre les tenants de l’amitié indéfectible des deux partis communistes chinois et vietnamien ? De nombreux signes montrent que la rupture entre les deux partis communistes n’est pas à l’ordre du jour du côté vietnamien pour une raison toujours très pragmatique : maintenir la dictature du PCV. Et à ce titre, la marge de manœuvre de Nguyen Tan Dung est des plus réduites.

Le Politburo vietnamien qui n’apparaît toujours pas unifié sur la question des Paracels est en réalité paralysé par ses engagements passés avec le parti frère, son mentor des années de guerre et de nouveau son mentor depuis le début des années 1990. La Chine avait réussi à se développer économiquement fortement malgré le massacre de Tien An Men. Dictature du parti unique (et donc stabilité politique) et économie de marché faisait alors bon ménage et le modèle chinois inspira beaucoup les Vietnamiens.

Un passé compromettant : de la RDVN à la RSVN, le Sud nationaliste à la rescousse

1958_diplomatic_note_from_phamvandong_to_zhouenlaiDepuis le début de la crise deux affaires sont subitement revenues sur le devant de la scène et se révèlent être aujourd’hui de sérieuses épines dans le pied vietnamien. Tout d’abord, la fameuse Note diplomatique de Pham Van Dong, qui a fait couler beaucoup d’encre, et qui, quoi qu’on en dise est un aveu de faiblesse des leaders communistes vietnamiens dans leur stratégie d’existence sur le long terme. A la vue de la longue histoire entre les deux pays, le gouvernement de la RDVN de l’époque a vraisemblablement manqué de perspicacité pour offrir aux Chinois une belle occasion d’affirmer aujourd’hui leur droit de propriété sur l’ensemble des archipels. Bien que réfutée d’un revers de la main par le gouvernement vietnamien, cette note n’a pas fait l’objet d’une annulation officielle par l’Assemblée nationale [6].

Enfin, après le très violent conflit de 1979, quelle fut l’orientation du Politburo vietnamien ? Empêtrer dans une montagne de problèmes sociaux et économiques (exode massif de sa population, inflation à trois chiffres, échec patent de la collectivisation au Sud) il fallait mettre tout en œuvre pour renouer le contact avec le parti frère, là encore au détriment des enjeux nationaux. C’est ainsi qu’en 1990, alors que le Viêt-Nam sortait du bourbier cambodgien affaibli et inquiet des événements d’Europe de l’Est, de la fin annoncée de l’URSS et de la révolte étudiante en Chine (Tien An Men 1989), des contacts sont repris avec la puissante Chine. A l’époque, l’ambition était de se maintenir au pouvoir face à la montée des périls : effondrement économique, révolution de velours, soulèvement paysan… Il fallait pour Nguyen Van Linh, secrétaire général du PCV de 1986 à 1991, limiter sérieusement le Doi Moi (Renouveau) qui prenait des allures de plus en plus évidentes de Printemps vietnamien. Rappelons-nous le courage de certains intellectuels, des écrivains, les manifestations paysannes au Sud en 1988 (et plus tard, en 1997, la révolte des paysans de Thai Binh). L’ouverture devait se concentrer prioritairement sur les aspects économiques. L’appareil politique devait reprendre la main sur les effets non contrôlés du Doi Moi.

En septembre 1990, les instigateurs du Doi Moi se rendirent à Pékin dans le plus grand secret pour rétablir de bonne relations. Au jour d’aujourd’hui fait remarquer le chercheur Ngo Duc Tho personne ne sait ce que contenait comme engagement entre les deux parties ce marché pour un avenir politiquement radieux [7]. Ce que l’on sait c’est que la frontière terrestre fut redessinée pendant dix ans de 1999 à 2009, puis la frontière maritime dans le golfe du Tonkin et que le Viêt-Nam y laissa quelques plumes. Une campagne fut d’ailleurs très habilement menée par le parti Viêt Tân sur cette question. Du côté de la mer orientale, rien n’était réglé. L’affaire des Paracels et des Spratleys restaient sur deux confrontations militaires en 1974 (Hoang Sa) et 1988 (Gac Ma dans les Spratley).

CacTuSiHoàngSa_1974

L’ironie de cette affaire est que la cause de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) rejoint aujourd’hui celle âprement défendue par la République du Viêt-Nam (RVN, Sud), l’ennemi honnis du temps de la guerre. Comme le faisait remarquer Nguyen Ngoc Gia, le salut de la RSVN passe donc ironiquement par une forme de reconnaissance de la RVN [8]. Mais l’ancien régime sudiste peut-il être sérieusement convoqué par un État communiste qui insulte à longueur de papiers les vaincus, affublés des termes méprisant de « nguy » (fantoches), « phan dong » (réactionnaires), tous ceux qui restent attachés à leur symbole national (le drapeau jaune aux trois bandes rouges) ? Cela paraît peu crédible. Car l’État communiste n’a, pour l’heure, pas eu le courage de mettre en œuvre une politique de réconciliation nationale officielle avec les réhabilitations nécessaires qu’elle doit engendrer.

Les raisons d’une alliance communiste sino-vietnamienne

Si l’on en croit l’analyse de Valérie Niquet sur la fragilité interne du pouvoir chinois, on est alors en mesure de penser que les deux pouvoirs communistes (chinois et vietnamiens) ont tout intérêt à se réconcilier, chacun pour éviter l’effondrement [9].

Du côté chinois, il faudra éviter de provoquer le Viêt-Nam par des actes répétés de présence dans les eaux revendiquées par ce pays. Ce qui aujourd’hui n’est toujours pas le cas. On observe même une potentielle aggravation de la situation avec l’implantation de la nouvelle plateforme Nam Hai 9 à proximité du golfe du Tonkin (au sud-est de l’île chinoise de Hai Nam) et le harcèlement quotidien dont sont victimes les navires de pêcheurs vietnamiens dans la zone de la plateforme HD 981. Les Américains qui suivent de près l’évolution de la situation ne sont pas loin de penser que l’arrogance chinoise mériterait bien une guerre limitée avec le danger d’un embrasement potentiel de la région [10]. Ils ne sont d’ailleurs pas inactifs dans la région comme le démontre les récentes opérations maritimes conjointes avec les Philippines [11].

Du côté du Viêt-Nam, maintenir un contrôle policier étroit sur la dissidence et minimiser la portée de cette affaire en défendant coûte que coûte une solution pacifique sont les deux volets de la solution choisie sur le front intérieur [12]. A l’inverse, il s’agit sur le front diplomatique et extérieur de maintenir la possibilité de manifestations antichinoises et la menace d’une attaque juridique contre la Chine. Cette dernière option est d’ailleurs fortement préconisée par de nombreux experts (voir le colloque de Danang) [13].

Les amîtres d'oeuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong
Les maîtres d’œuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong

Cependant, l’un comme l’autre, les deux partis communistes sont en une sorte d’impasse car ils ne présentent plus une forme aussi homogène qu’avant. Comme le démontre les différentes réunions sur la dite « Mer orientale » à Hanoi (colloque « Thoát Trung » à Hanoi le 5 juin) et au sein du Politburo vietnamien, l’unanimité est difficile à obtenir. Ca discute beaucoup autant dans la rue qu’au sommet du pouvoir. Au sein des deux partis communistes chinois et vietnamien, la frange nationaliste n’entend pas céder devant la faction plus idéologique. Mais les deux partis se tiennent mutuellement. Si le PC chinois s’effondre, le PC vietnamien risque de suivre. L’évolution de l’affaire de la Mer de l’Asie du Sud-Est, pour reprendre la terminologie d’André Menras [14], dépendra donc beaucoup de la capacité de dialogue entre les deux partis communistes.

Et puisque l’on reparle beaucoup sur la blogosphère de l’alliance secrète conclue entre les deux politburo à Chengdu en 1990 (Hội nghị Thành Đô) à l’époque visant à faire face à la fin du communisme en URSS et en Europe de l’Est et aux événements meurtriers de Tien An Men, on peut effectuer quelques rapprochements entre les deux pays :

  • Les deux pays marquent une pause sur le plan économique et sont inquiets des failles présentes dans leur système bancaire (l’économie reste le facteur clé du destin politique) ;
  • Les révoltes sociales, ethniques ou religieuses sont de plus en plus courantes et violentes (pour la Chine, le terrorisme ouïgour ; pour le Viêt-Nam, les revendications religieuses chez les Hmongs au nord ou les Hoa Hao au sud) ; des jacqueries paysannes pour les deux pays ;
  • L’idéologie communiste, d’origine étrangère, est vilipendée par de nombreux intellectuels, et ce désormais même sur la place publique (cas récurrent au Viêt-Nam depuis l’affaire de la refonte de la Constitution) ;
  • Le nationalisme, suscité par les deux pouvoirs, reste difficilement contrôlable.

DaDaoTrungQuocXamLuoc

Un horizon flou ?

Au Viêt-Nam, le régime ne montre actuellement aucun signe d’assouplissement envers ceux qui ne partagent pas sa conception du monde. Les religieux bouddhistes Hoa Hao, les Catholiques, les Rédemptoristes, les Protestants, les blogueurs, les dissidents sont plus que jamais dans la ligne de mire de la Sécurité publique. En intensifiant secrètement, à « feu doux » la répression, le but principal pour le pouvoir est de ne porter qu’un seule voix solidaire dans la crise. Mais en faisant cela, le PCV donne du sens à ce slogan ravageur « hèn với giặc, ác với dân » (lâche avec l’ennemi, cruel avec le peuple) que le parti Viet Tan plaça pendant de long mois en exergue sur son site et que chacun murmure. Le Viet Tan, soit dit en passant, bénéficia d’une bonne publicité en se voyant accusé par la Cong An d’Ho Chi Minh-Ville et la presse officielle d’être le principal instigateur des débordements violents de Binh Duong et Dong Nai [15].

"Non, non, nous avons besoin que vous retourniez au travail"
« Non ! Non ! nous avons besoin que vous retourniez au travail »

Car aujourd’hui qui a peur du Viet Tan ? Les idées que ce mouvement pro-démocratique défend depuis sa reconversion à la non violence font leur chemin. L’activisme de ses membres porte ses fruits, leurs slogans tagués « HSTS » (Hoang Sa Truong Sa) dans les campagnes et villes vietnamiennes ont alimenté le nationalisme rampant dont le pouvoir se sait que faire. Au sein même du PCV, les esprits s’échauffent pour exiger une ouverture politique accompagnée d’une réponse ferme au défi chinois. Il n’est pas dit que cela fonctionne car la crispation générale guette l’appareil politique. A demi-mots, les membres du PCV, surtout parmi les plus jeunes vous le confient, « la Chine nous a coincé » [16]. Ce qui remet fortement en cause chez la jeune génération de cadres la politique bilatérale dite des « 4 bons » et « 16 principes » (十六字方针) toujours défendue par le pouvoir actuel malgré l’échec relatif de la réunion du 18 juin dernier entre Pham Binh Minh et le conseiller d’État chinois Yang Jiechi. Cette réunion importante, vue de l’extérieur, n’a apparemment pas dépasser les courtoisies de façade et la presse chinoise de mettre en avant de façon condescendante que « le fils prodigue vietnamien devait désormais rentrer à la maison », autrement dit revenir sagement dans le giron protecteur chinois [17].

La première carte "verticale" de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple en ligne
La première carte « verticale » de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple

Que peut faire le Viêt-Nam communiste alors que son horizon semble bouché ? Pas grand chose car sa marge de manœuvre, si aucun changement politique d’envergure n’est mis en œuvre, apparaît bien étroite. De fait, la réaction officielle reste faible, peu audible et aujourd’hui assez peu crédible face à une offensive expansionniste chinoise pourtant claire. L’été chaud qui était prévu suite à l’affaire de l’implantation de la plateforme chinoise risque de se transformer en torpeur générale le temps que l’affront chinois passe, s’amenuise et disparaisse des esprits. La Chine s’est imposée un mois de mai 2014 et tout démontre qu’elle entend garder sa position de leadership sur la Mer, illustrée encore dernièrement par la publication de sa première carte « verticale » le 25 juin 2014 [16]. Ce fait majeur de l’histoire de la géopolitique de l’Asie du Sud-Est devrait en rester là, à moins que la Chine, provocations sur provocations, ne rencontrent finalement la bravoure légendaire des Vietnamiens ou que ceux-ci ne se mettent en marche collectivement et massivement pour engager chez eux la révolution de velours tant attendue chez les opposants et tant redoutée par le pouvoir. Ligoté par son passé, indécis à l’heure présente et apeuré par son futur, le PCV est pris dans les contradictions historiques de sa propre existence. Le défi chinois de mai 2014 est devenu un casse-tête chinois pour combien de temps encore ?

François Guillemot, 29/06/2014.

Notes

[1] Sur la veille des sites d’information vietnamiens sur la « Mer orientale » voir par exemple les rubriques : Tin tức Biển Đông, sur le site de l’Association des Juristes du Viêt-Nam, Biển Đông nổi sóng sur le site Dat Viet, Biển Đông dậy sóng ou Tin tức về chủ đề « biển đông » sur Dan Tri, Tình hình biển Đông sur SEA Times (en vietnamien) ou encore sur Chat Luong Viet Nam. Les autres sites VN Express, Doi Song & Phap Luat ou Tuoi Tre ont également réservé des dossiers sur le sujet. Sur le bateau de pêche vietnamien, voir : Un bateau de pêche vietnamien coulé par un navire chinois, Vietnam +, 26/05/2014.

[2] Vì sao Quốc hội không ra Nghị quyết biển Đông?, VTC, 24/06/2014.

[3] (Xinhua), La Chine révèle des documents clarifiant la situation des îles Xisha, Le Quotidien du Peuple, 10/06/2014 ; The Operation of the HYSY 981 Drilling Rig: Vietnam’s Provocation and China’s Position,  Ministry of Foreign Affairs PRC, 08/06/2014 ; Opération sur la plate-forme HYSY 981 : Provocations du Viet Nam et position de la Chine, China.org, 09/06/2014 ; Un dossier de 8 pages exposant la position officielle chinoise avec le rappel de la note de Pham Van Dong dans les annexes. Voir l’analyse de Carl Thayer, China’s Information Warfare Campaign and the South China Sea: Bring It On!, The Diplomat, 16/06/2014.

[4] Voir l’article de Laurent Gédéon sur Mémoires d’Indochine et l’analyse de Timothy A. Walton, China’s Three Warfares (PDF), Delex Consulting, Studies and Analysis, 2012.

[5] PM Nguyen Tan Dung in Manila: Vietnam to defend sovereignty, Embassy of the SRV in USA, 22/05/2014. Extrait de son allocution : « Tôi muốn nhấn mạnh rằng, Việt Nam kiên quyết bảo vệ chủ quyền và lợi ích chính đáng của mình bởi vì chủ quyền lãnh thổ, chủ quyền biển đảo là thiêng liêng. Chúng tôi luôn mong muốn có hòa bình, hữu nghị nhưng phải trên cơ sở bảo đảm độc lập, tự chủ, chủ quyền, toàn vẹn lãnh thổ, vùng biển, và nhất định không chấp nhận đánh đổi điều thiêng liêng này để nhận lấy một thứ hòa bình, hữu nghị viển vông, lệ thuộc nào đó« , Thủ tướng: Không đánh đổi chủ quyền lấy hữu nghị viển vông, Dan Tri, 22/05/2014.

[6] Quốc hội Việt Nam ‘không ra nghị quyết về biển Đông’, VOA, 24/06/2014 ; Quốc hội sẽ không có nghị quyết riêng về biển Đông, VN Economy, 23/06/2014.

[7] Ngo Duc Tho, Hội nghị bí mật Thành Đô 1990, 19/05/2014. Avec la traduction d’un extrait des mémoires de Lý Bằng, le numéro deux chinois présent à cette conférence secrète.

[8] Tran Trung Dao, Việt Nam Cộng Hòa, lối thoát của Hoàng Sa và dân tộc, Dan Lam Bao, 02/06/2014. Dans cette réhabilitation de la République du Viêt-Nam, voir également le témoignage de Nguyễn Ngọc Già, Tôi biết ơn Việt Nam Cộng Hòa, Dan Luan, 11/06/2014.

[9] Valérie Niquet, « Les tensions en mer de Chine révèlent la fragilité du pouvoir chinois », La Croix, 16/06/2014. Traduit en vietnamien sur RFI : Căng thẳng ở Biển Đông thể hiện sự mong manh của chế độ Trung Quốc, RFI, 24/06/2014.

[10] Voir par exemple les deux articles publiés dans The National Interest analysant le challenge de l’hégémonie chinoise : Michael Vlahos, History’s Warning: A U.S.-China War Is Terrifyingly Possible, 26/06/2014 ; David Shambaugh, The Illusion of Chinese Power, 25/06/2014. Lire également l’analyse originale de Song Chi : Nếu chiến tranh Việt-Trung xảy ra…, RFA, 20/06/2014.

[11] Voir : Philippines, U.S. to hold naval drills near disputed shoal in South China Sea, Reuters, 19/06/2014 ; Quân lực Phi Luật Tân tập trận chung với quân lực Hoa Kỳ tại biển Đông, Thoi Bao (The Vietnamese Newspaper), 28/06/2014.

[12] L’initiative de paix du Viêt-Nam : Lê Ngọc Thống, Biển Đông nổi sóng:Chiến lược ‘hòa bình chủ động’ của Việt Nam, Dat Viet, 26/06/2014.

[13] Voir la communication d’André Menras publiée sur Mémoires d’Indochine.

[14] Les voix qui poussent le Viêt-Nam à se défendre juridiquement : Hoài Hương, GS Thayer: ‘Việt Nam phải lên tiếng bây giờ nếu không sẽ mất cơ hội mãi mãi’, VOA, 27/06/2014 ; Nguyễn Đông, Tiến sĩ Nguyễn Nhã: ‘Nếu Việt Nam phản ứng yếu ớt, Trung Quốc sẽ lấn tới’, VN Express, 25/06/2014 ; Mặc Lâm, Kiện Trung Quốc, Việt Nam được gì ngay cả khi thua?, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[15] Voir par exemple : Công an TP HCM: ‘Việt Tân kích động gây rối trong biểu tình’, VN Express, 06/06/2014. Une version officielle reprise sur une vingtaine de média en ligne (An Ninh TV, Dan Viet, Phap Luat, Tien Phong, Tuoi Tre…). Lire la réponse officielle du Viet Tan aux accusations de la RSVN : Vu cáo Việt Tân để bóp nghẹt lòng yêu nước, Viet Tan, 10/06/2014.

[16] Sur cet impasse, voir : Kính Hòa, Lưỡng nan của người CSVN trong thế đối đầu với Trung Quốc, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[17] Báo TQ: Họ Dương gọi Việt Nam ‘đứa con hoang đàng hãy trở về’, RFA, Việt-Long- theo Shannon Tirzzi- The Diplomat, 20/06/2014. Voir le CR de la réunion côté vietnamien : Entretien entre Pham Binh Minh et Yang Jiechi, Vietnam +, 18/06/2014.

[18] Voir La première carte de Chine en version verticale, Le Quotidien du Peuple, 25/06/2014 ; La Chine présente la première carte complète de son territoire, China.org, 25/06/2014.

* * *

Informations complémentaires :

Giáp Văn Dương, Thoát Trung Luận, Viet-Studies.

Hãn Nguyên Nguyễn Nhã, ‘Việt Nam và cơ hội thoát Trung lần 4’, BBC Viet, 06/06/2014.

Kính Hòa, Thoát Trung hay thoát Cộng?, RFA, 09/06/2014.

Lê Chân Nhân, Đừng bàn “thoát Trung” nữa mà hành động, Dan Tri, 12/06/2014.

Nguyễn Gia Kiểng, Thoát Trung, nhưng coi chừng một sai lầm bi đát!, Thong Luan, 12/06/2014.

Thanh Trúc, Hội thảo làm thế nào để “Thoát Trung”?, RFA, 07/06/2014.

Thụy My, Vì sao kinh tế Việt Nam quá khó để thoát Trung?, RFI, 26/06/2014. Entretien avec Pham Chi Dung.

Tran Son Lam, Trạnh chấp chủ quyền: Chọn hữu nghị viển vông hay quốc gia, dân tộc?, Giao Duc Viet Nam, 30/06/2014.

Việt Nam cần ‘thoát Trung’ hay không?, VOA, 25/06/2014. Entretien avec Doan Viet Hoat.

MàJ : 30/06/2014.

A lire en complément l’analyse de Dang Xuong Hung, ancien consul de la RSVN à Genève (2008-2012) :

La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?

QuocHoiVietNamComme il fallait s’y attendre, la décision de l’Assemblée nationale vietnamienne (ANV) sur le projet de refonte de la Constitution de 1992 (amendée en 2001) a été conforme aux injonctions du Parti communiste vietnamien (PCV). A plus de 97% des voix, la nouvelle constitution a été adoptée [1]. La décision de confirmer voire d’amplifier le rôle du PCV au sein de cette nouvelle mouture est historique. Elle marque pour nombre de citoyens l’entêtement d’un pouvoir politique hostile à la réforme ou plus exactement pétrifié par celle-ci.

Pour nombre de députés, mieux vaut attendre confortablement que de s’opposer et de s’investir sur la voie périlleuse d’une réforme politique dont personne ne connaît les limites. L’attentisme évite une prise de risque importante tout autant dans la perspective d’un effondrement (jugé par ailleurs peu probable) que dans celle d’une embellie politique (également peu envisageable sauf en cas de fort redémarrage économique). La fissure au sein du PCV est là, à la merci du temps, pour se transformer en fracture. Aperçu sur le changement constitutionnel et éléments de réflexion sur la nouvelle constitution qui entrera en vigueur au 1er janvier 2014.

Quelle lecture ?

La lecture de cet événement clé n’est guère évidente mais deux pistes peuvent être dessinées. La première consisterait à dire que l’Assemblée nationale a exprimé sa peur d’un changement de régime engendrant la perte du propre statut des députés actuels. En quelque sorte il s’agirait là d’un réflexe d’autodéfense du PCV (4 millions de membres) face à un monde extérieur, symbolisé par le réel, de plus en plus inquiétant. Ce monde réel, incarné par les intellectuels, les blogueurs insolents, les dignitaires religieux et les paysans indignés, gagne du terrain depuis plusieurs années n’hésitant plus à exprimer une opposition vive au communisme d’État tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Cette hostilité envers une idéologie jugée rétrograde et surtout paralysante s’est parfaitement illustrée lorsque l’Assemblée nationale a ouvert la consultation populaire sur le projet de refonte de la constitution. Elle fut portée par des membres du parti, par des intellectuels impatients et par de nombreux citoyens si l’on considère avec sérieux les 15.000 signataires du projet alternatif du Groupe des 72 [2].

KetQuaBieuQuyet

La seconde lecture est une lecture interne liée à la fois à la pratique de la députation au Viêt-Nam et au contenu de la nouvelle constitution. Quels furent les véritables mobiles qui conduisirent une majorité écrasante de 97% des députés à voter pour cette nouvelle constitution ? On doit en effet se poser la question sur ce score « soviétique » ou « nord-coréen » pour reprendre l’expression de Jonathan London dans son analyse du résultat [3]. Est-il seulement le fruit d’une peur, celle de perdre sa place, ses privilèges ou ses avantages ? Ou a-t-il été également motivé par une lecture différente par les uns et les autres d’un même texte ? Les uns y auraient vu un renforcement du PCV et les autres une « ouverture citoyenne », illustrée par l’important Chapitre deux en position stratégique juste derrière celui qui concerne le parti. Pour le savoir, il faut se replonger dans l’exégèse du texte adopté, exercice que seuls des constitutionnalistes expérimentés pourront mener prochainement lorsque la dite constitution prendra effet et sera confrontée au réel. S’il est évidemment trop tôt pour analyser son impact, on peut néanmoins rappeler en quelques lignes de quoi est faite cette constitution et souligner succinctement les apports par rapport à l’ancien texte.

En bref, entre une lecture brute au premier degré qui bute d’emblée sur l’article 4 du Premier Chapitre et une lecture fine des possibilités d’émancipation offertes par le Chapitre Deux, plusieurs options se présentent.

HienPhapVietNam

Quelques éléments clés de la constitution révisée

Pour les médias officiels, la nouvelle constitution de 2013 est ni plus ni moins une rédaction révisée de celle de 1992, l’inscrivant ainsi dans la continuité et non dans la rupture :

La Constitution de 1992 dans sa rédaction de 2013 affirme le rôle directeur du Parti communiste du Vietnam et témoigne de la volonté et de l’aspiration de l’immense majorité de la population, a souligné Nguyen Sinh Hung [président de l’Assemblée nationale], ajoutant que les députés et, plus généralement, tout le système politique, avaient fait de leur mieux pour recueillir des opinions et mettre au point le projet de révision [4].

La nouveauté est perceptible à travers deux aspects que nous soulignons en gras :

La Constitution de 1992 dans sa rédaction de 2013 comprend désormais 11 chapitres totalisant 120 articles, soit un chapitre et 27 articles de moins que la précédente version. Elle exprime mieux la nature démocratique de l’État vietnamien en cette période de transition vers le socialisme, comprenant des dispositions plus précises et plus complètes sur les régimes politique et économique, sur les droits de l’Homme, les droits et devoirs fondamentaux du citoyen, la structure de l’État… [5]

Comme l’ont relevé bon nombre d’observateurs étrangers, la nouvelle constitution confirme le rôle central du PCV, décrété « force dirigeante de l’État et de la société » dans l’article 4. (Đảng Cộng sản Việt Nam […] là lực lượng lãnh đạo Nhà nước và xã hội) [6]. Rien en change donc sur le plan de la direction politique du pays. Le multipartisme et le pluralisme politique ont été rejetés en bloc par une Assemblée nationale faisant figure plus que jamais de chambre d’enregistrement du PCV. Ce fait n’étonne d’ailleurs personne comme le déclare Le Hieu Dang, membre du PCV depuis 45 ans et ancien vice-président du Front de la Patrie à Ho Chi Minh-Ville, dans un entretien rapporté par Radio Free Asia (RFA) :

Tout d’abord, l’Assemblée nationale vietnamienne ne ressemble pas à l’assemblée nationale d’autres pays, tous les députés sont membres du parti, tous des cadres. Ce ne sont pas des activistes politiques ou sociaux, en réalité ils ne sont pas du côté du peuple. Je savais qu’ils adopteraient [la nouvelle constitution] de toute façon, car avant cela il y avait eu la réunion du Comité central sur ce sujet. Je ne suis absolument pas surpris (“Trước hết là Quốc hội Việt nam không phải như quốc hội các nước khác, toàn là đảng viên không, cán bộ không. Chứ họ không phải là những nhà hoạt động chính trị hay xã hội, thành ra họ đâu có đứng về phía dân. Tôi biết thế nào họ cũng thông qua thôi, vì trước đó có họp ban chấp hành trung ương đảng về việc đó rồi. Tôi không có gì ngạc nhiên hết).  [7]

Le second point important concerne l’économie du pays et la déception semble également prendre le dessus. Alors que l’on pouvait penser que le rôle des entreprises d’État serait redéfini et revu à la baisse, la nouvelle constitution conforte la jonction entre les élites politiques et les entreprises d’État. La fabrique de la nomenklatura qui détient le pouvoir politique et économique n’est pas remise en cause, elle est même confortée comme le démontre l’analyse officielle :

Sur le plan socioéconomique, la Constitution a fusionné les anciens chapitres sur l’économie et sur la culture, la société, les sciences, l’éducation et les technologies, afin d’affirmer les liens entre l’économie, la culture, l’éducation, les sciences et les technologies, et l’environnement, exprimant plus clairement la nature d’économie de marché à orientation socialiste du pays. Elle ne mentionne pas les composantes économiques dans le Programme mais affirme le rôle directeur du secteur de l’économie publique [8].

Un troisième aspect est l’absence de clauses protectrices sur la question foncière pourtant soulevée par les intellectuels soucieux de l’arbitraire qui touche le monde paysan. Le Hieu Dang, quelque peu pessimiste, résume la situation actuelle :

« Il y a deux questions, les questions de démocratie et les questions foncières, qui ont un caractère d’urgence pour les gens. Dans les campagnes, les paysans souffrent pour leurs terres, ils sont victimes de l’oppression des autorités locales. Le pays est indépendant mais le peuple n’est pas heureux. (Có hai vấn đề là vấn đề dân chủ và vấn đề ruộng đất rất bức thiết với người dân. Ở nông thôn, người dân khổ sở vì ruộng đất, bị chính quyền địa phương nó áp bức. Đất nước độc lập mà người dân đâu có sung sướng).” [9]

Or, sur ce point la nouvelle constitution formule une réponse timide. La question foncière fut pourtant débattue à l’Assemblée nationale mais déconnectée de la refonte du texte [10].

Quatrième point, et non des moindres, un rôle prépondérant est donné aux citoyens. Sur la forme, ceci apparaît d’emblée en plaçant ce chapitre en second juste après le « Régime politique », un aspect novateur par rapport au texte de 1992. Le Chapitre Deux décline en 36 clauses sur 120 au total (14 à 49) les droits et les devoirs de ceux-ci et les droits semblent à première vue revalorisés par rapport à l’ancien texte. Cependant, cette « revalorisation » apparaît en contradiction avec le Chapitre Un consacré au Régime politique. La tension qui existe désormais entre les deux pourra s’assouplir ou s’agrandir au contact des réalités quotidiennes. Et surtout, en insistant sur ce que doit faire ou pas le « bon citoyen », la nouvelle constitution n’échappe pas à une perception paternaliste de la société.

Cette nouvelle représentation populaire est présentée par la lecture officielle comme une avancée démocratique. Ce que souligne le professeur Le Minh Thong, vice-président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, sur le site d’information Vietnam + :

« C’est la première fois que la Constitution affirme que la République socialiste du Vietnam est un État de droit dont le peuple est maître ».

Il poursuit : « La Constitution exprime pour la première fois le droit à la démocratie directe du peuple, affirmant que le peuple exerce son pouvoir dans le cadre d’une démocratie directe, ou indirecte, par l’intermédiaire de la représentation à l’Assemblée nationale, au Conseil populaire et aux autres organes. C’est aussi la première fois que la Constitution affirme que le vietnamien est la langue nationale. La Constitution précise également les droits de l’homme et complète nombre de points relatifs aux droits des citoyens, sur la base des acquis du développement humain lors de ces près de 30 années du Renouveau. Elle affirme clairement la responsabilité de l’État dans la garantie des droits et devoirs fondamentaux du citoyen ». [11]

Le député Duong Trung Quoc. Une voix pour représenter les aspirations d'une partie de la population © 2013 V.Dũng
Le député Duong Trung Quoc. Une voix pour représenter les aspirations d’une partie de la population © 2013 V.Dũng 

Enfin, un point crucial est soulevé par l’un des deux députés qui n’ont pas validé le projet en s’abstenant de voter. Duong Trung Quoc formule une inquiétude :

« Dans l’histoire constitutionnelle de notre pays, c’est la première fois qu’est énoncé dans le préambule de la Constitution le concept selon lequel la Constitution est une ‘institutionnalisation du programme politique du Parti’ (Thể chế hóa Cương lĩnh), héritière des constitutions précédentes. Beaucoup de questions abordées dans le processus de modification constitutionnelle ne sont pas encore finalisées… les problèmes liés au système de gouvernement local, les administrations municipales, les conseils populaires locaux à tous les échelons, le processus délibératif reste peu clair » (« đây là lần đầu tiên trong lời nói đầu của Hiến pháp viết thẳng quan niệm Hiến pháp chỉ là thể chế hoá cương lĩnh” của Đảng và kế thừa những Hiến pháp có trước. Nhiều vấn đề mà quá trình thảo luận trong quá trình sửa đổi Hiến pháp còn chưa ngã ngũ…những vấn đề liên quan đến hệ thống chính quyền địa phương, chính quyền đô thị, hội đồng nhân dân các cấp quá trình thảo luận còn chưa rõ ràng »). [12].

Seule voix indépendante et autoproclamée comme telle, le député Duong Trung Quoc a motivé son abstention pour représenter la partie du peuple vietnamien qui ne se reconnaît pas totalement dans le nouveau texte [13].

La déception des pro-démocrates

Comme nous l’avions vu dans de précédents billets, la question de la refonte de la constitution a suscité tout au long de l’année un immense espoir. Celui-ci s’est incarné dans plusieurs groupes d’opinion, téméraires et décidés, pour faire évoluer le régime actuel vers une démocratie libérale à l’occidentale ou du moins vers le multipartisme. Des constitutions alternatives ont été proposées. Un site de partage d’idées a été créé (il fermera le 5 décembre prochain) [14]. Les espoirs de ces rénovateurs ont été au fil de l’année rapidement échaudés avec la mobilisation massive de la propagande d’État pour faire passer l’essentiel du texte initial. Cette déception est perceptible dans les propos sévères du professeur Tuong Lai :

Maintenant, une nouvelle constitution a été adoptée ne comportant rien de nouveau, aucun progrès, aucune envie de répondre à l’espoir de démocratie libérale, les clauses concernant les droits de l’homme sont toutes floues, voire même certaines ont été effacées, mais en plus de cela elle préconise un système totalitaire qui va à l’encontre à la démocratie et l’État de droit  » (Bây giờ hiến pháp mới được thông qua không có điểm có điểm gì mới, không có tiến bộ, không đáp ứng được khát vọng dân chủ tự do, những điều về quyền con người thì đều bị bị lu mờ đi, thậm chí còn bị gạt bỏ, mà còn đề cao một thể chế toàn trị đối ngược lại với dân chủ và pháp quyền.”) [15]

Autant dire que les pro-démocrates ne croient pas à la lecture de « l’ouverture citoyenne » que nous annoncions plus haut. Et comme l’ont rappelé plusieurs commentateurs, la responsabilité du pays incombe désormais au PCV seul. Il devra ainsi rendre des comptes. D’autres internautes sont encore plus amers comme Tuong Thuy qui conclut son analyse par cette phrase cinglante :

« En adoptant la Constitution de 1992 révisée, la treizième législature de l’Assemblée nationale commet une faute devant la Patrie, le Peuple et doit en assumer la responsabilité devant l’histoire » (Với việc thông qua Hiến pháp 1992 sửa đổi, Quốc hội Việt Nam khóa 13 đã có tội với Tổ Quốc, với Nhân dân và phải chịu trách nhiệm trước lịch sử.) [16]

A tout bien considérer, la consultation populaire de cette année a eu un double effet paradoxal. Contesté par des prises de positions franchement hostiles à son maintien au pouvoir, le PCV a saisi au vol cette tension pour in fine réaffirmer son rôle dominant/dominateur sur l’ensemble de l’État et de la société, une façon de réaffirmer sa toute-puissance. Deuxième effet de cette contestation publique, les députés ne pouvaient rester sourds aux appels du peuple pour l’ouverture politique. Cette question sensible aboutit dans le texte constitutionnel à un renforcement du rôle du peuple comme entité support du régime et de son fonctionnement. Ainsi, tout en prenant compte de certaines vues des contestataires (démocratisation, droits renforcés des citoyens), le texte contrebalance l’ouverture par la réaffirmation du rôle du parti sur l’État et les citoyens eux-mêmes.

Le résultat, s’il y en a un, n’est pas très rassurant car il donne désormais plein pouvoir à l’élite politique, la seule qui ait droit de citer. Or, cette nomenklatura aux intérêts politiques et économiques savamment enchevêtrés peut s’estimer protégée par la nouvelle constitution. Telles sont les déceptions et inquiétudes diverses des défenseurs d’une franche ouverture démocratique. Dans un communiqué diffusé le 29 novembre, le Groupe des 72, critique vertement l’inscription d’un Parti au-dessus des lois et du peuple et la soumission de la Constitution au programme politique du PCV. Même si quelques avancées sont soulignées, les signataires loin de baisser les bras lancent un avertissement :

Nous exigeons que l’Assemblée nationale, le Gouvernement et les organes dirigeants du PCV respectent les droits naturels de l’homme et les libertés démocratiques des citoyens, avant tout la liberté d’expression, la liberté de la presse, le droit de créer des associations, le droit de manifester, le droit de voter et de se présenter. En particulier nous demandons dès à présent de mettre tout en œuvre pour l’organisation d’une élection honnête pour la 14e législature de l’Assemblée nationale afin qu’elle puisse représenter réellement le peuple, avoir la capacité d’agir et le droit de s’acquitter de ses responsabilités. (« Chúng tôi đòi Quốc hội, Chính phủ và cơ quan lãnh đạo ĐCSVN tôn trọng các quyền tự nhiên của con người và quyền tự do dân chủ của công dân, trước hết là quyền tự do ngôn luận, quyền tự do báo chí, quyền lập hội, quyền biểu tình, quyền bầu cử và ứng cử. Đặc biệt chúng tôi yêu cầu ngay từ bây giờ phải làm mọi việc cần thiết cho một cuộc bầu cử trung thực Quốc hội khóa XIV để Quốc hội thực sự đại diện cho dân, có năng lực và thực quyền đáp ứng được trách nhiệm của mình ») [17].

Pour eux, rien n’est réglé. Ceci dit, ils savent aussi qu’ils pourront défendre certains droits à l’expression politique en s’appuyant justement sur la nouvelle constitution et ils ne manqueront pas de le faire.

En guise de conclusion : l’expérience socialiste fracturée

En clair, le PCV n’a pas osé tranché pour la rupture. La stabilité politique est une valeur refuge pour le Parti. La voie choisie est un « juste milieu » entre un retour du PCV au centre pour réaffirmer sa légitimité – quelque peu écornée ces dernières années par le relatif échec économique reconnu par Nguyen Tan Dung lui-même (relatif tout de même au regard de nos économies occidentales qui peinent), par les grosses affaires de corruption, les brutalités policières contre des net-citoyens ou des paysans revendicatifs, etc. – et une volonté de mettre également le « peuple », l’idéal-type du communisme vietnamien, au-dessus de l’État mais encore et toujours sous le Parti. On le voit bien l’exercice est bancal et contradictoire mais il permet au PCV de se maintenir telle la figure de proue du navire Viêt-Nam qui surfe sur les vagues tumultueuses de la mondialisation. Cette position paternaliste et dans une certaine mesure néo-confucéenne est bousculée sur sa base par un peuple qui a bien compris que tout continuerait comme avant…

Tout continuera-t-il justement comme avant ? La question de la refonte de la constitution a propulsé sur le devant de la scène la fracture ouverte qui ronge peu à peu le Parti. Ceux qui désirent le changement ne sont pas les affreux « réactionnaires » d’antan livrés à la vindicte populaire, ce sont d’honorables compagnons de route qui ont saisi sans doute mieux que personne l’impasse dans laquelle le Parti se fourvoie entraînant dans son sillon (ou tentant de le faire) l’ensemble de la société. Les humbles et les courageux de l’Appel des 72 connaissent ce régime sur le bout des doigts, l’accompagnant et le subissant tant bien que mal depuis la période de la guerre.

En réalité, il n’y a pas à être surpris, la RSVN a toujours revendiqué son droit à l’expérience décliné par le vocable « État de droit socialiste » dans une « Économie de marché à orientation socialiste ». Faut-il y croire ou en rire ? Faut-il prendre au mot et à la lettre l’assertion de Lee Kuan Yew (ancien Premier ministre de Singapour) qui, se basant sur son expérience d’ancien conseiller du gouvernement communiste vietnamien, place dans ses récentes mémoires l’intertitre suivant pour décrire le Viêt-Nam ? : « Enfermés dans une mentalité socialiste » (Locked in a socialist mindset) [18]. L’application de la nouvelle constitution permettra de jauger en direct du durcissement politique que certains imaginent déjà ou de l’ouverture citoyenne désormais inscrite dans le marbre.

François Guillemot, 30/11/2013.

Notes

[1] Voir : AN : Adoption de la réforme constitutionnelle, Vietnam +, 28/11/2013.

[2] Voir sur Mémoires d’Indochine : FG, L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?, 05/03/2013 et Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp, 07/02/2013.

[3] Jonathan London, Việt Nam ơi, đừng tuyệt vọng!, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 29/11/2013.

[4] VNA, Clôture de la 6e session de l’Assemblée nationale, Vietnam +, 30/11/2013.

[5] AN : Adoption de la réforme constitutionnelle, art. cit.

[6] Voir le texte en ligne sur Mémoires d’Indochine : Toàn văn Hiến pháp sửa đổi [VnExpress] – Texte remanié de la constitution de la RSVN (pdf en bas d’article) ; voir aussi l’analyse d’Églises d’Asie : « L’hégémonie du Parti communiste encore renforcée par la nouvelle Constitution« , EDA, 28/11/2013.

[7] Ý kiến người dân về Bản hiến pháp sửa đổi mới được QH thông qua, RFA, 28/11/2013.

[8] VNA, Les nouveautés de la Constitution de 1992 à l’issue de sa révision, Vietnam +, 29/11/2013.

[9] Ý kiến người dân về Bản hiến pháp sửa đổi mới được QH thông qua, art. cit.

[10] VNA, AN : adoption de la loi sur le foncier, Vietnam +, 29/11/2013.

[11] VNA, Les nouveautés de la Constitution de 1992 à l’issue de sa révision, art. cit.

[12] Tại sao đại biểu Dương Trung Quốc không bấm nút?, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 30/11/2013. Interview retranscrite sur Tuoi Tre, 30/11/2013.

[13] Idem.

[14] Voir l’entrée sur Wikipedia qui retrace l’ensemble des débats de 2013 : Đợt sửa đổi Hiến pháp 2013 ; voir aussi « L’Au revoir » de l’équipe du site Cùng Viết Hiến Pháp.

[15] Ý kiến người dân về Bản hiến pháp sửa đổi mới được QH thông qua, art. cit.

[16] Tường Thụy, Quốc hội khóa 13 phải chịu trách nhiệm trước lịch sử, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 29/11/2013.

[17] Tuyên bố về Hiến pháp sửa đổi, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 29/11/2013. Signé : Những người khởi xướng, hưởng ứng kiến nghị 72 và đã ký Lời kêu gọi dừng việc thông qua Hiến pháp sửa đổi gửi Quốc hội ngày 15-11-2013.

[18] Lee Kuan Yew, One Man’s View of the World, Singapore: Straits Times Press, 2013.