Archives par mot-clé : Asie du Sud-Est

China’s Maritime Militias in the South China Sea [Vidéo]

Comment la Chine populaire occupe silencieusement mais sûrement la Mer de Chine méridionale.

The South China Sea is the most contested piece of geography on the planet. CSIS’s Greg Poling explains how China uses maritime militias to intimidate its neighbors and assert its claim over the South China Sea.

Vidéo sous titrée en vietnamien sur le site du Viêt Tân :

Pour en savoir plus : Asia Maritime Transparency Initiative

Moussons n°33 [parution]

[ndlr] Avis de parution du n°33 de la revue Moussons.

Ce numéro généraliste de Moussons a une saveur particulière : il entame avec l’année 2019 ses 20 ans d’existence salués dans l’éditorial sous le titre « Vingt après ». S’ensuit un dossier thématique qui conjugue les compétences des géographes, des urbanistes et des ethnologues pour aborder, sous l’angle des politiques publiques et des initiatives privées, les processus récents de densification démographique et de gentrification de la principale ville du Myanmar : Yangon (autrefois Rangoun). En effet, depuis le début des années 2010 et la relative libéralisation du régime, la capitale économique du Myanmar a attiré un grand nombre de migrants en quête d’opportunités d’emploi et de formation. La cité doit alors faire face à des problèmes de surpeuplement, de congestion du trafic, d’inadaptation des infrastructures, de marginalisation des habitants les plus modestes, de dégradation de leurs conditions de vie et de menaces sur le patrimoine architectural de la ville. Les articles du dossier rédigés par Marion Sabrié, Maaike Matelski, Helene Maria Kyed et Eben Forbes, traitent de ces différents problèmes en croisant, par le biais d’enquêtes de terrain, les logiques d’action des élites et des classes moyennes ou populaires.

Deux articles varia composent également ce numéro. Julien Debonneville et Olivia Killias décrivent le rôle des agences de recrutement et de placement dans l’économie mondialisée du travail domestique en se penchant sur deux « industries » de la migration de référence en Asie du Sud-Est, les Philippines et l’Indonésie. Laurent Gédéon étudie les prétentions territoriales chinoises sur la mer de Chine du Sud qui imposent au Vietnam de concevoir désormais une maritimisation de son espace stratégique.

Lien vers la revue en ligne : Moussons 33

François Lagirarde : L’écriture à la lettre – usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est – Mars 2019

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris à partir du 12 mars 2019.

Ecole Pratique des Hautes Etudes

Conférences de M. François Lagirarde de l’École française d’Extrême-Orient avec la collaboration de MM. Gregory Kourilsky (Chercheur associé, EFEO/The Robert H. N. Ho Family Foundation Program in Buddhist Studies) et Javier Schnake (post-doctorant EPHE)

L’écriture à la lettre : usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est


Si l’épigraphie de l’Asie du Sud-Est a œuvré à la fondation des sciences historiques et philologiques, de la paléographie et de la linguistique, elle peut également être observée à l’aune du fait
épigraphique lui-même – par exemple pour souligner la relation existant entre le message et sa manifestation matérielle.

À partir de l’étude d’un choix d’inscriptions de l’Asie du Sud-Est, le projet « L’écriture à la lettre » cherche à saisir les usages épigraphiques des royaumes « indianisés » qui dominaient les territoires aujourd’hui répartis entre la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, la Birmanie et le Vietnam. Le séminaire proposera ainsi d’analyser les « faits d’écriture », manifestations formelles (graphies, structures, langues, emprunts, registres), matérielles (supports, techniques, ressources humaines et économiques mobilisées) et symboliques (place dans l’espace social ou architectural, motivations politiques, fonction religieuse). L’examen de cette « conscience de l’écrit » devrait permettre d’éclaircir les conditions de production de ces documents pluriséculaires, de fixer leurs limites sémantiques et d’expliquer les enjeux idéologiques qui les sous-tendent.

Le séminaire fera appel à différents chercheurs qui seront invités à intervenir ponctuellement sur leur aire culturelle ou géographique de spécialisation pour conduire à une approche élargie des cultures de l’écrit dans les royaumes et principautés de Sukhothai, du Lanna, du Laos et des Tai de Birmanie et des Sipsongpanna.

Tous les mardis de 10 h 30 à 12 h 30.

À partir du mardi 12 mars 2019, Grandsalon de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116, Paris.

Les personnes souhaitant assister aux conférences peuvent d’ores et déjà se manifester à l’adresse « francois.lagirarde@efeo.net » afin d’être tenues informées de l’actualité du séminaire.

Générations post-réfugié.e.s. Parcours des descendant.e.s des Asiatiques du Sud-est en France – colloque 07/12/2018

[ndlr] Annonce d’un Colloque organisé dans le cadre de la coopération entre University of California Berkeley Social Science Matrix et Sciences Po. Avec le soutien du projet Emergence(s) de la Ville de Paris.   

Vendredi 7 décembre 2018.
Programme

LIEU : Sciences Po Paris
27 rue Saint-Guillaume – Salle Goguel – 75007 Paris
  09:30 ▸   17:30
9:30 : Mot d’ouverture
Khatharya UM, Pr. Berkeley University Matrix et (tbc) – La question de “génération” dans les études sur les réfugiés et les migrants.
Amar NAFA, directeur de l’association Génériques 9:45 – 12:45: Etat de la recherche

Panel 1. Modération (tbc)
Liêm Khê LUGUERN (Dr. IRIS – EHESS, historienne) – Etudier les migrants du Sud-est asiatique en France : catégories et représentations. 
Karine MESLIN (Dr. GERS, Centre Nantais de Sociologie, sociologue) – Les Cambodgiens en France, le poids de la catégorie de “réfugié” d’une génération à l’autre.
Brett LE SAINT (Doctorant Université Paul Valéry – Montpellier III, LERSEM, ethnologue) – D’une immigration laotienne invisible à l’idéal du retour : positionnements de deux générations face aux injonctions catégorielles.

11:15 Pause café

Panel 2. Modération Stéphanie Nann (Dr. Psychologue clinicienne)
Mathieu ICHOU (Chargé de recherche INED, démographe) – Enfants d’immigrés à l’école : la position des descendants de migrants du Sud-Est asiatique.
Hélène LE BAIL (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue) – Descendants de migrants d’Asie du Sud-Est et engagement politique.

Pause déjeuner

14:00 – 17:30  Vie culturelle et associative

14:00 – 15:00 : Transmission de la mémoire et générations
Modération: Khatharya Um (Pr. Berkeley University Matrix)

Amar NAFA, directeur de l’association Génériques
Doan BUI, journaliste et auteure de Le Silence de mon père.
Lana CHHOR, auteure de Génération peau de banane ou La vie après les Khmers rouges.

15:00 – 16:00 : Engagement, solidarités et lutte contre les préjugés
Modération :  Hélène Le Bail (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue)

Grace LY, blogueuse La petite banane, réalisatrice de “Ça reste entre Nous”, auteur de Jeune fille modèle.
Linh-Lan DAO, journaliste, réalisatrice de “Ne dites plus jamais tching tchong!”
Jacques HUA, association des Jeunes Teochews de France/Comité Sécurité pour Tous

16 : 00 Pause café

16:00 – 17:15 La Seconde génération derrière la caméra
Modérateur et Interlocuteur: Randal DOUC (Professeur de mathématiques, acteur et auteur) Projection d’extraits des documentaires Tours d’exil Jenny TENG, 2009; Une minorité visible invisible, Mathieu Pheng, 2018.

Débat avec les réalisateurs.
Mathieu PHENG, documentariste, réalisateur de Une minorité visible invisible.
Jenny TENG, chercheur et réalisatrice de Tours d’exil.

17:15 – 17:30 Conclusion : Hélène Le Bail (CNRS Sciences Po Paris-CERI)  

Responsables scientifiques : Hélène Le Bail et Khatharya UM

Source : SciencesPo / CERI

Image “à la une” : La dalle des Olympiades, Paris XIIIe, mars 2015 (Wikipédia)

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – 27/11/2018

Argumentaire et programme ci-dessous.

Rencontres AFRASE 2018
L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

L’Asie-Pacifique constitue aujourd’hui le second bassin touristique du monde. Accueillant moins d’1 % des flux touristiques internationaux en 1950, il en reçoit près d’un cinquième depuis les années 2000. En dépit du poids de la Chine dans cet ensemble régional, l’Asie du Sud-Est y joue un rôle de plus en plus affirmé et son secteur touristique s’est montré suffisamment résilient pour surmonter rapidement un ensemble de revers survenus au tournant du XXIe siècle : la crise financière de la fin des années 1990, la recrudescence du terrorisme dans la région, l’épidémie de SRAS en 2003 et le tsunami qui a touché les côtes de l’Océan Indien l’année suivante. Loin de se limiter aux ruines et paysages magnifiés de longue date par le regard orientaliste – Angkor, Borobudur, baie de Ha Long – ou aux hauts lieux du tourisme balnéaire – Phuket, Bali, les espaces touristiques de l’Asie du Sud-Est s’étendent désormais du cœur des métropoles – Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok – aux marges des États – chaînes montagneuses indochinoises, Papouasie-Nouvelle-Guinée –, reflétant l’insertion poussée de la région dans la mondialisation.

Le tourisme est une réalité sociale plus difficile à définir qu’il n’y paraît. Les statistiques produites par les organisations internationales ont tendance à le dissoudre dans un ensemble plus large de mobilités, en se fondant sur le seul critère de la durée : sont considérés comme touristiques les déplacements d’une durée supérieure à une journée et inférieurs à un an. Depuis la fin des années 1990, des travaux de sciences sociales, notamment ceux des géographes réunis dans l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourisme » (MIT), se sont attachés à dégager les caractéristiques permettant d’isoler le tourisme des autres types de mobilités. Les mobilités touristiques se fondent sur un déplacement choisi et effectué pour lui-même, dans le but de rompre avec l’espace et les temporalités du quotidien, une démarche qui peut être qualifiée de « recréation ». Ainsi défini, le tourisme apparaît à la fois comme une forme de mobilité productrice d’espaces spécifiques, et comme un prisme révélant le regard que les sociétés portent sur les paysages proches ou lointains.

Les journées 2018 de l’AFRASE proposent d’interroger les particularités de l’inscription et de la pratique des mobilités touristiques dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, et, en retour, ce que le tourisme dit de ces sociétés et de leurs transformations.

Programme

13h30 : Accueil des participants et du public

14h10 : Introduction par Rémi Desmoulière (INALCO/Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CESSMA) : “Les groupes ethniques marginaux face aux tourisme : confrontations et (re)constructions identitaires”

14h30 : Evelyne Gauché, Université de Tours, CITERES, « Paysage et aménagement en Chine : la mise en tourisme des villages shui du Guizhou »

15h00 : Sarah Coulouma, Aix-Marseille Université, IrAsia, « La fabrique de la “dernière tribu primitive de Chine” : enjeux idéologiques, économiques et sociaux de la mise en tourisme d’un village wa (province du Yunnan) »

15h30 : Martin Michalon, EHESS, CASE, « Le tourisme comme enjeu des relations interethniques : revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé »

16h : Pause

“Les échelles du développement touristique en Asie du Sud-Est”

16h30 : Emmanuelle Peyvel, Université de Bretagne Occidentale, Institut de géoarchitecture, « Au-delà de l’enclave : le quartier routard de Pham Ngu Lao (Saigon), entre global et local »

17h : Clotide Luquiau, Université de Cergy-Pontoise, CASE, « Une géographie du tourisme en Malaisie »

17h30 : discussion et conclusion

17h45 : Présentation d’ouvrages ; Eugénie Mérieau et la Thaïlande
Idées reçues sur la Thaïlande. Paris, Le cavalier Bleu, 2018
Les Thaïlandais : lignes de vie d’un peuple. Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018

18h15 : Assemblée Générale de l’AFRASE
19h15 : Pot dînatoire

Merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com.