Archives par mot-clé : Asie du Sud-Est

Générations post-réfugié.e.s. Parcours des descendant.e.s des Asiatiques du Sud-est en France – colloque 07/12/2018

[ndlr] Annonce d’un Colloque organisé dans le cadre de la coopération entre University of California Berkeley Social Science Matrix et Sciences Po. Avec le soutien du projet Emergence(s) de la Ville de Paris.   

Vendredi 7 décembre 2018.
Programme

LIEU : Sciences Po Paris
27 rue Saint-Guillaume – Salle Goguel – 75007 Paris
  09:30 ▸   17:30
9:30 : Mot d’ouverture
Khatharya UM, Pr. Berkeley University Matrix et (tbc) – La question de « génération » dans les études sur les réfugiés et les migrants.
Amar NAFA, directeur de l’association Génériques 9:45 – 12:45: Etat de la recherche

Panel 1. Modération (tbc)
Liêm Khê LUGUERN (Dr. IRIS – EHESS, historienne) – Etudier les migrants du Sud-est asiatique en France : catégories et représentations. 
Karine MESLIN (Dr. GERS, Centre Nantais de Sociologie, sociologue) – Les Cambodgiens en France, le poids de la catégorie de “réfugié” d’une génération à l’autre.
Brett LE SAINT (Doctorant Université Paul Valéry – Montpellier III, LERSEM, ethnologue) – D’une immigration laotienne invisible à l’idéal du retour : positionnements de deux générations face aux injonctions catégorielles.

11:15 Pause café

Panel 2. Modération Stéphanie Nann (Dr. Psychologue clinicienne)
Mathieu ICHOU (Chargé de recherche INED, démographe) – Enfants d’immigrés à l’école : la position des descendants de migrants du Sud-Est asiatique.
Hélène LE BAIL (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue) – Descendants de migrants d’Asie du Sud-Est et engagement politique.

Pause déjeuner

14:00 – 17:30  Vie culturelle et associative

14:00 – 15:00 : Transmission de la mémoire et générations
Modération: Khatharya Um (Pr. Berkeley University Matrix)

Amar NAFA, directeur de l’association Génériques
Doan BUI, journaliste et auteure de Le Silence de mon père.
Lana CHHOR, auteure de Génération peau de banane ou La vie après les Khmers rouges.

15:00 – 16:00 : Engagement, solidarités et lutte contre les préjugés
Modération :  Hélène Le Bail (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue)

Grace LY, blogueuse La petite banane, réalisatrice de « Ça reste entre Nous”, auteur de Jeune fille modèle.
Linh-Lan DAO, journaliste, réalisatrice de “Ne dites plus jamais tching tchong! »
Jacques HUA, association des Jeunes Teochews de France/Comité Sécurité pour Tous

16 : 00 Pause café

16:00 – 17:15 La Seconde génération derrière la caméra
Modérateur et Interlocuteur: Randal DOUC (Professeur de mathématiques, acteur et auteur) Projection d’extraits des documentaires Tours d’exil Jenny TENG, 2009; Une minorité visible invisible, Mathieu Pheng, 2018.

Débat avec les réalisateurs.
Mathieu PHENG, documentariste, réalisateur de Une minorité visible invisible.
Jenny TENG, chercheur et réalisatrice de Tours d’exil.

17:15 – 17:30 Conclusion : Hélène Le Bail (CNRS Sciences Po Paris-CERI)  

Responsables scientifiques : Hélène Le Bail et Khatharya UM

Source : SciencesPo / CERI

Image « à la une » : La dalle des Olympiades, Paris XIIIe, mars 2015 (Wikipédia)

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – 27/11/2018

Argumentaire et programme ci-dessous.

Rencontres AFRASE 2018
L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

L’Asie-Pacifique constitue aujourd’hui le second bassin touristique du monde. Accueillant moins d’1 % des flux touristiques internationaux en 1950, il en reçoit près d’un cinquième depuis les années 2000. En dépit du poids de la Chine dans cet ensemble régional, l’Asie du Sud-Est y joue un rôle de plus en plus affirmé et son secteur touristique s’est montré suffisamment résilient pour surmonter rapidement un ensemble de revers survenus au tournant du XXIe siècle : la crise financière de la fin des années 1990, la recrudescence du terrorisme dans la région, l’épidémie de SRAS en 2003 et le tsunami qui a touché les côtes de l’Océan Indien l’année suivante. Loin de se limiter aux ruines et paysages magnifiés de longue date par le regard orientaliste – Angkor, Borobudur, baie de Ha Long – ou aux hauts lieux du tourisme balnéaire – Phuket, Bali, les espaces touristiques de l’Asie du Sud-Est s’étendent désormais du cœur des métropoles – Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok – aux marges des États – chaînes montagneuses indochinoises, Papouasie-Nouvelle-Guinée –, reflétant l’insertion poussée de la région dans la mondialisation.

Le tourisme est une réalité sociale plus difficile à définir qu’il n’y paraît. Les statistiques produites par les organisations internationales ont tendance à le dissoudre dans un ensemble plus large de mobilités, en se fondant sur le seul critère de la durée : sont considérés comme touristiques les déplacements d’une durée supérieure à une journée et inférieurs à un an. Depuis la fin des années 1990, des travaux de sciences sociales, notamment ceux des géographes réunis dans l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourisme » (MIT), se sont attachés à dégager les caractéristiques permettant d’isoler le tourisme des autres types de mobilités. Les mobilités touristiques se fondent sur un déplacement choisi et effectué pour lui-même, dans le but de rompre avec l’espace et les temporalités du quotidien, une démarche qui peut être qualifiée de « recréation ». Ainsi défini, le tourisme apparaît à la fois comme une forme de mobilité productrice d’espaces spécifiques, et comme un prisme révélant le regard que les sociétés portent sur les paysages proches ou lointains.

Les journées 2018 de l’AFRASE proposent d’interroger les particularités de l’inscription et de la pratique des mobilités touristiques dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, et, en retour, ce que le tourisme dit de ces sociétés et de leurs transformations.

Programme

13h30 : Accueil des participants et du public

14h10 : Introduction par Rémi Desmoulière (INALCO/Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CESSMA) : « Les groupes ethniques marginaux face aux tourisme : confrontations et (re)constructions identitaires »

14h30 : Evelyne Gauché, Université de Tours, CITERES, « Paysage et aménagement en Chine : la mise en tourisme des villages shui du Guizhou »

15h00 : Sarah Coulouma, Aix-Marseille Université, IrAsia, « La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » : enjeux idéologiques, économiques et sociaux de la mise en tourisme d’un village wa (province du Yunnan) »

15h30 : Martin Michalon, EHESS, CASE, « Le tourisme comme enjeu des relations interethniques : revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé »

16h : Pause

« Les échelles du développement touristique en Asie du Sud-Est »

16h30 : Emmanuelle Peyvel, Université de Bretagne Occidentale, Institut de géoarchitecture, « Au-delà de l’enclave : le quartier routard de Pham Ngu Lao (Saigon), entre global et local »

17h : Clotide Luquiau, Université de Cergy-Pontoise, CASE, « Une géographie du tourisme en Malaisie »

17h30 : discussion et conclusion

17h45 : Présentation d’ouvrages ; Eugénie Mérieau et la Thaïlande
Idées reçues sur la Thaïlande. Paris, Le cavalier Bleu, 2018
Les Thaïlandais : lignes de vie d’un peuple. Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018

18h15 : Assemblée Générale de l’AFRASE
19h15 : Pot dînatoire

Merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com.


L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – Rencontres 2018 de l’AFRASE – mardi 27/11/2018

Vous trouverez ci-joint le programme et l’affiche des Rencontres 2018 de l’Afrase qui auront lieu le mardi 27 novembre 2018 à partir de 13h30 à la Maison de l’Asie (22 av. du Président Wilson, 75016 Paris). Cette année, la thématique explorée est :

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

Cinq intervenants – Evelyne Gauché, Sarah Coulouma, Martin Michalon, Clotilde Luquiau et Emmanuelle Peyvel – participeront à ces rencontres organisées par Rémi Desmoulière, membre du bureau de l’Afrase.

Les communications seront suivies par la présentation par leur auteur, Eugénie Mérieau,  de deux ouvrages sur la Thaïlande qui viennent de paraître. L’AG de l’association se tiendra à partir de 18h15 et la journée se conclura par un pot dînatoire. 

Afin de faciliter la logistique, merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com. A très bientôt !

Programme détaillé sur le site de l’AFRASE et sur Mémoires d’Indochine

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer – EHESS

Annonce de la suite du séminaire sur « L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer »  à l’EHESS coordonné par Paola Calanca (EFEO), Guillaume Carré (EHESS) et Pierre-Yves Manguin (EFEO). Deux spécialistes du Viêt Nam – Béatrice Wisniewski (EFEO-UMR CASE) et Johann Grémont (Université Paris Diderot -UMR SPHERE) – interviendront dans ce séminaire.

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer (2)

Paola Calanca (EFEO, CCJ), Guillaume Carré (EHESS, CCJ) et Pierre-Yves Manguin (EFEO, CASE)

les 1er et 3e jeudi du mois de 15 h à 17h, à partir du 8 novembre 2018

Grand salon, Maison de l’Asie

Des années 1980 jusqu’à nos jours, les études historiques sur l’Asie maritime ont connu un fort développement en Occident, tant pour l’Océan Indien que pour les Mers de Chine, et ont été traversé par des courants qui influencent encore aujourd’hui leur évolution. Ces premiers travaux ont surtout été axés sur les échanges économiques, politiques ou diplomatiques, et des pans entiers de ce vaste domaine demeurent ainsi encore à explorer et à préciser. Il semble ainsi nécessaire de reprendre les dossiers de l’histoire maritime de l’Asie Orientale et du Sud-Est Asiatique avant l’époque contemporaine, en explorant/poursuivant l’exploration de la thématique de l’appropriation de l’espace maritime par les pouvoirs ou les groupes sociaux. Tout en tenant compte des débats actuels sur l’histoire globale, cette relation à la mer sera étudiée en la situant dans des environnements temporels et géographiques spécifiques, propres aux différentes aires culturelles de l’Asie maritime.

Dans une démarche qui se veut attentive aux développements des historiographies locales, passées et présentes, nous continuerons lors de ce séminaire, dans la suite de celui de l’année dernière, à nous intéresser aux populations maritimes et aux territoires côtiers, afin de mieux comprendre le rapport à la mer des sociétés locales et des autorités politiques, et les relations de ces dernières avec les populations qui tiraient leur subsistance du littoral. Il y sera également question des ports où les gens de mer se retrouvent et s’organisent, où les équipages sont constitués et enregistrés.

Calendrier des séances :

  • 8 novembre 2018 : Introduction et méthodologie
  • 22 novembre 2018 : Colloque Maritime knowledge for China seas (ANR seafaring, CCK, EFEO, CRCAO, EHESS, IEA)
  • 6 décembre 2018 : Satoumi, pour une gestion durable des zones côtières japonaises (Céline Caliaro, Paris 7-LCAO)
  • 20 décembre 2018 : Enquête sur le « Gouverneur de Kurushima » (Guillaume Carré, EHESS-CCJ)
  • 10 janvier 2019 : Ports et cités portuaires en Asie du Sud-Est pré-coloniale (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 24 janvier 2019 : Le commerce de la céramique et les ports vietnamiens du 15e au 18ème siècle (Béatrice Wisniewsky, CASE-EFEO)
  • 7 février 2019 : Main d’œuvre portuaire et équipages en Asie du Sud-Est insulaire (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 21 février 2019 : Une « Méditerranée septentrionale » ? – Le Japon, les Aïnous et les réseaux de la Mer d’Okhotsk (17ème – 19ème siècle) (Noémi Godefroy, INALCO)
  • 14 mars 2019 : « L’île des Pirates ». L’archipel des Gow Tow, point nodal de la contrebande maritime au large de la baie d’H Long durant la période coloniale (fin XIXe siècle – 1940) (Johann Grémont, Paris 7-LCAO)
  • 28 mars 2019 : La marine militaire chinoise et ses équipages (Paola Calanca, EFEO-CCJ)
  • 4 avril 2019 : La nourriture, la santé et l’hygiène des marins chinois et asiatiques dans l’âge de la voile: une comparaison transculturelle (Mathieu Torck, Ghent University)
  • 18 avril : Un métier à risque : pêcheurs dans les mers de Chine (Paola Calanca, EFEO-CCJ)


Les publications de l’IRASEC en libre accès sur Open Edition

[ndlr] Nouvelle collection de l’IRASEC sur OpenEdition Books.

Toute l’équipe de l’Irasec a le grand plaisir de vous annoncer le lancement de son site de publication dédié aux recherches sur l’Asie du Sud-Est contemporaine sur la plateforme OpenEdition Books.

Le site propose le libre accès à des collections de livres portant sur des thématiques nationales ou transnationales couvrant les 11 pays de l’Asie du-Sud-Est et l’Asean. Ces ouvrages, en langue française ou anglaise, sont le fruit de projets de recherche originaux portés par l’institut et ses partenaires scientifiques internationaux dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

L’initiative, inscrite dans une démarche d’ouverture de la science, a vocation à favoriser la visibilité, la citabilité et l’accès aux publications portant sur l’Asie du Sud-Est à destination des chercheurs, des étudiants et de tous les citoyens que cette littérature intéresse. Le site sera enrichi au fil des mois par de nouveaux ouvrages et collections, dont une collection en anglais de livres coédités avec NUS Press et celle des « monographies nationales » publiée avec les Indes savantes.

Asie du Sud-Est, la fin des parenthèses démocratiques

[ndlr]  Article de Bruno Philip (Bangkok, correspondant en Asie du Sud-Est).

De Rangoun à Manille, dans le sillage du modèle chinois, les nouvelles classes moyennes de la région subissent un recul des libertés politiques, en échange de la croissance économique et de la stabilité.

La plupart des nations du Sud-Est asiatique ont désormais refermé les parenthèses démocratiques – ou considérées comme telles – que certaines avaient pu ouvrir dans le passé. Cette zone géographique ne s’était certes jamais distinguée, dans son ensemble, pour son libéralisme en politique et son respect excessif des droits du citoyen. Mais la grande majorité des pays membres de l’Association des ­nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), organisation notoirement désunie, semblent être ­désormais tous, ou presque, tombés d’accord pour renoncer dans un bel ensemble au ­modèle de la démocratie à l’occidentale.

A lire dans Le Monde, 29/06/2018. (accès payant)