Archives par mot-clé : Asie du Sud-Est

AFRASE : Appel à communication – Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Appel à communication de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) pour ses prochaines rencontres de Janvier 2020.

Appel à communication

Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est Rencontres de l’Afrase, 24 janvier 2020, Salons de l’EFEO, Paris

Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, la famille – au sens de groupe de parenté – demeure le premier espace de sociabilité et la principale ressource d’entraide des personnes. Parfois tentaculaires, les réseaux de parents participent voire encadrent les hiérarchies sociales, la structuration des territoires et les systèmes économiques. La famille sud-est asiatique dépasse en effet les limites de la filiation et de l’alliance réelles en reconnaissant de nombreuses formes de parenté symbolique. Le modèle individualiste libéral progresse en Asie du Sud-Est et tend à souligner les contraintes que l’adhésion à cette collectivité peut faire peser sur les personnes. Cependant la famille conserve une valeur positive, espace privilégié de l’affection, de la confiance et de la protection. Les individus peuvent s’y accomplir en se revendiquant de son identité et en s’impliquant dans sa perpétuation. Les limites à la liberté individuelle induites par les logiques d’appartenances sont ainsi compensées par les opportunités sociales permises par la logique d’entraide dans la collectivité. Les évolutions parfois brutales et l’instabilité politique de certaines des sociétés d’Asie du Sud-Est ont d’ailleurs tendance à renforcer le recours aux logiques familiales en tant qu’elles seraient des instruments de résilience des communautés. Contraintes à la séparation du fait des nombreux types de migrations pratiquées par les sociétés sud-est asiatiques, les familles se sont parfois construites en tant qu’entités transnationales : elles témoignent aujourd’hui de l’existence de multiples relations entre les identités régionales et internationales.

Les chercheurs ont démontré la nécessité de comprendre les structures familiales pour envisager d’étudier les sociétés sud-est asiatiques. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de ne pas distinguer sphères publiques et privées mais de considérer un même espace social hiérarchisé par les relations de parenté et de parentalité. Ils ont cherché à recueillir les récits généalogiques ou les biographies familiales. Ce faisant, ils se sont confrontés aux stratégies d’évitement mis en place par leurs informateurs. Car si la référence au milieu familial est permanente, la description de ce milieu fait parfois l’objet d’un tabou. Nombre d’individus souhaitent en effet conserver cachées leurs histoires de famille. Certains ignorent, volontairement ou involontairement, d’autres dissimulent ces récits. Tous mettent en évidence les ruptures dans la chaîne de transmission généalogique et valorisent alors la mémoire familiale comme une donnée majeure de leur identité.

L’objet des Rencontres de l’Afrase 2020 est donc de considérer comment les individus expriment leurs relations à leurs parents et au groupe qui les réunit, quelle que soit la nature de la famille ainsi considérée : famille réelle, famille étendue, famille reconstruite ou famille imaginée. Nous nous intéressons à la manière dont on parle de la notion de famille, comment on raconte l’histoire de sa parenté et comment on construit son récit biographique par rapport au groupe en Asie du Sud-Est. On s’interroge alors sur les logiques de conservation, de transmission, de dévoilement ou bien de dissimulation du savoir familial et de ses ressources ainsi qu’aux usages que les descendants font de celles-ci.

Les supports de ces récits et leur mode de transmission sont multiples : on s’intéresse en particulier aux conditions de la transmission du savoir généalogique à travers l’oralité, mais également à la production de textes manuscrits, typographiés, imprimés, de dessins ou d’œuvres d’art, comme à la production de témoignages photographiques et filmés voire de documentaires qui peuvent mettre en lumière le patrimoine familial. L’emploi généralisé des médias et réseaux sociaux dans les sociétés asiatiques nous intéressent particulièrement. Nous souhaitons notamment aborder la nature transnationale des familles sud-est asiatiques à travers les thèmes de la reconstitution des groupes de parents, de la communication et des échanges à échelle internationale. On s’intéresse enfin à l’expression de l’absence, de la perte ou de la rupture avec la famille dans le récit biographique et à leurs conséquences dans la représentation de la collectivité.  

L’Afrase propose à tous de participer à ces Rencontres. Cette participation peut prendre la forme d’une communication, d’une exposition commentée, d’une représentation ou d’un visionnage. L’Afrase invite tous ceux qui souhaitent participer à se signaler avant le 15/12/2020 à :

marie.aberdam@hotmail.fr

Quelques références indicatives

  • Collectif, La fabrique de l’hérédité en politique, Critique internationale, 2016/4, n°73, 192 p.
  • Collectif, Parenté, alliance et filiation, Péninsule, 2011/1, n°62, 218 p.
  • Collectif, Auto-biographie, ethno-biographie, L’Homme, 2010, n°195-196, 583 p.
  • Anglè, Valérie, Justine Romolacci, (dir.), Paysages biographiques du migrant asiatique, Moussons n°26, 2015/2, 178 p.
  • Berman, Laine, Speaking through the Silence, Narratives, Social Conventions and Power in Java, New York, Oxford University Press, 1998, 256 p. 
  • Condominas, Georges, « Aînés, anciens et ancêtres en Asie du Sud-Est, entretien avec Georges Condominas », Communication, 1983, n°37, pp. 55-67.

Illustration “à la une” : famille vietnamienne dans les années cinquante, source : Gia đình Việt ngày ấy – bây giờ © Afamily

Nguyen Quoc-Thanh : La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est

[ndlr] Une séance de séminaire à ne pas manquer.

Vendredi 8 novembre 2019 de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

« La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est »

Quoc-Thanh Nguyen, chercheuse associée à l’IAO

Résumé : La culture maritime vietnamienne actuelle porte l’empreinte des plus importants courants culturels qui ont traversé le Vietnam les siècles passés. De nos jours, les cultes célébrés par les pêcheurs sont également marqués par ces courants. Animisme, Bouddhisme, Hindouisme voire Islam, les croyances des pêcheurs vietnamiens embrassent divers horizons et, en retour, ces dernières les enrichissent et les singularisent de la population de l’hinterland. Alors que le Vietnam tout entier se tourne aujourd’hui vers la modernité, les pêcheurs résistent, entretiennent et protègent leurs croyances séculaires : ainsi chez eux subsistent des pratiques oubliées par beaucoup de Vietnamiens.

Source : IAO

China’s Maritime Militias in the South China Sea [Vidéo]

Comment la Chine populaire occupe silencieusement mais sûrement la Mer de Chine méridionale.

The South China Sea is the most contested piece of geography on the planet. CSIS’s Greg Poling explains how China uses maritime militias to intimidate its neighbors and assert its claim over the South China Sea.

Vidéo sous titrée en vietnamien sur le site du Viêt Tân :

Pour en savoir plus : Asia Maritime Transparency Initiative

Moussons n°33 [parution]

[ndlr] Avis de parution du n°33 de la revue Moussons.

Ce numéro généraliste de Moussons a une saveur particulière : il entame avec l’année 2019 ses 20 ans d’existence salués dans l’éditorial sous le titre « Vingt après ». S’ensuit un dossier thématique qui conjugue les compétences des géographes, des urbanistes et des ethnologues pour aborder, sous l’angle des politiques publiques et des initiatives privées, les processus récents de densification démographique et de gentrification de la principale ville du Myanmar : Yangon (autrefois Rangoun). En effet, depuis le début des années 2010 et la relative libéralisation du régime, la capitale économique du Myanmar a attiré un grand nombre de migrants en quête d’opportunités d’emploi et de formation. La cité doit alors faire face à des problèmes de surpeuplement, de congestion du trafic, d’inadaptation des infrastructures, de marginalisation des habitants les plus modestes, de dégradation de leurs conditions de vie et de menaces sur le patrimoine architectural de la ville. Les articles du dossier rédigés par Marion Sabrié, Maaike Matelski, Helene Maria Kyed et Eben Forbes, traitent de ces différents problèmes en croisant, par le biais d’enquêtes de terrain, les logiques d’action des élites et des classes moyennes ou populaires.

Deux articles varia composent également ce numéro. Julien Debonneville et Olivia Killias décrivent le rôle des agences de recrutement et de placement dans l’économie mondialisée du travail domestique en se penchant sur deux « industries » de la migration de référence en Asie du Sud-Est, les Philippines et l’Indonésie. Laurent Gédéon étudie les prétentions territoriales chinoises sur la mer de Chine du Sud qui imposent au Vietnam de concevoir désormais une maritimisation de son espace stratégique.

Lien vers la revue en ligne : Moussons 33

François Lagirarde : L’écriture à la lettre – usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est – Mars 2019

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris à partir du 12 mars 2019.

Ecole Pratique des Hautes Etudes

Conférences de M. François Lagirarde de l’École française d’Extrême-Orient avec la collaboration de MM. Gregory Kourilsky (Chercheur associé, EFEO/The Robert H. N. Ho Family Foundation Program in Buddhist Studies) et Javier Schnake (post-doctorant EPHE)

L’écriture à la lettre : usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est


Si l’épigraphie de l’Asie du Sud-Est a œuvré à la fondation des sciences historiques et philologiques, de la paléographie et de la linguistique, elle peut également être observée à l’aune du fait
épigraphique lui-même – par exemple pour souligner la relation existant entre le message et sa manifestation matérielle.

À partir de l’étude d’un choix d’inscriptions de l’Asie du Sud-Est, le projet « L’écriture à la lettre » cherche à saisir les usages épigraphiques des royaumes « indianisés » qui dominaient les territoires aujourd’hui répartis entre la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, la Birmanie et le Vietnam. Le séminaire proposera ainsi d’analyser les « faits d’écriture », manifestations formelles (graphies, structures, langues, emprunts, registres), matérielles (supports, techniques, ressources humaines et économiques mobilisées) et symboliques (place dans l’espace social ou architectural, motivations politiques, fonction religieuse). L’examen de cette « conscience de l’écrit » devrait permettre d’éclaircir les conditions de production de ces documents pluriséculaires, de fixer leurs limites sémantiques et d’expliquer les enjeux idéologiques qui les sous-tendent.

Le séminaire fera appel à différents chercheurs qui seront invités à intervenir ponctuellement sur leur aire culturelle ou géographique de spécialisation pour conduire à une approche élargie des cultures de l’écrit dans les royaumes et principautés de Sukhothai, du Lanna, du Laos et des Tai de Birmanie et des Sipsongpanna.

Tous les mardis de 10 h 30 à 12 h 30.

À partir du mardi 12 mars 2019, Grandsalon de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116, Paris.

Les personnes souhaitant assister aux conférences peuvent d’ores et déjà se manifester à l’adresse « francois.lagirarde@efeo.net » afin d’être tenues informées de l’actualité du séminaire.