Archives par mot-clé : Asie du Sud-Est

Journée d’hommage à Pierre Brocheux (1931-2022) – Université Paris Cité – 3 avril 2024

Une demi-journée d’études en hommage à Pierre Brocheux, historien du Viêt-Nam contemporain et de l’Asie du Sud-Est, décédé en décembre 2022. Programme ci-après.

Attention toujours même bâtiment mais changement de salle :

Halle aux Farines RDC  amphi 10 E (côté Seine)

Historien de l’Indochine, du Vietnam et de l’Asie du Sud-Est. L’homme, l’œuvre et son héritage.

Date : Mercredi 3 avril 2024, 14-18h
Lieu : Amphi 10E RDC, Université Paris Cité, Bâtiment Halle aux farines 15, esplanade Pierre Vidal Naquet 75013

Entrée libre

Journée d’étude organisée par le CESSMA (ancien Sedet) Paris Cité, en partenariat avec le Gis Asie, l’Ifrae et l’Efeo.


Pierre Brocheux, figure de la recherche française sur le Vietnam et l’Asie du Sud-Est : Témoignages (14H-15H15)

Invité d’honneur : Daniel Hémery

1) Pierre Brocheux : Un chercheur engagé : Claire Tran (Université Paris Cité, CESSMA) & Emmanuel Poisson (Université Paris Cité, IFRAE) 14H-14H20

2) Pierre Brocheux : Pilier des études sur l’Asie du Sud-Est à Paris 7 : Catherine Coquery Vidrovitch (ancienne directrice du Sedet, Paris 7) & Andrew Hardy (EFEO Paris) 14H20 14H40

3) Pierre Brocheux : Figure de la recherche française à l’international : Gisèle Bousquet (San José State University) & Bui Tran Phuong (ancienne rectrice de l’université Hoa Sen, Ho Chi Minh-Ville en zoom) 14H40 – 15H

Discussion 15H 15H15


II L’oeuvre de Pierre Brocheux et son héritage (15H15 – 17h55)

1) Histoire économique et sociale : 15H15 – 15H 55
Patrice Morlat
(chercheur indépendant) : Regards croisés sur le mode de production colonial en Indochine
Gisèle Bousquet (San José State University) : Urbanisation au Vietnam: Enjeux économiques et sociaux

2) Histoire du Sud Vietnam : 15H 55 – 16H35
Bui Tran Phuong
(chercheuse indépendante, Ho Chi Minh-Ville en zoom) : Femmes et genre dans la littérature du Sud, dans la première moitié du XX e siècle
Pascal Bourdeaux (EPHE, Paris) : Le Viet Nam entre région et nation: le delta du Mékong en questions

3) Nationalisme et Communisme 16H35 – 17H15
Sophie Quinn Judge
(chercheuse indépendante) : Histoire du communisme vietnamien: l’approche biographique
Claire Tran (CESSMA, Université Paris Cité) : Contribution à l’histoire du nationalisme vietnamien : Histoires parallèles

4) Vietnam, Indochine, Asie du Sud Est 17H15 -17H55
Christopher Goscha
(Uqam, Montreal) : Repenser le Vietnam à Paris VII : de l’Indochine à l’Asie du Sud-Est
Philippe Peycam (IIAS, Leiden) : Du microcosme saïgonnais à l’Asie dans le monde


L’Asie du Sud-Est 2024 – Bilan, enjeux et perspectives – IRASEC

Parution du nouvel opus annuel de l’IRASEC à Bangkok proposant l’état des lieux en Asie du Sud-Est pour l’année 2023. A découvrir en ligne, une publication très utile, codirection de Gabriel Facal et Jérôme Samuel.

Pour chacun des onze pays de la région, L’Asie du Sud-Est 2024, bilan, enjeux et perspectives propose une analyse synthétique et détaillée des principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux et diplomatiques survenus en 2023, complétée par un focus sur deux personnalités de l’année et une actualité marquante en image. L’ouvrage propose également quatre dossiers thématiques qui abordent des sujets traités à l’échelle régionale : la politique du yuan chinois en Asie du Sud-Est, les relations MERCOSUR-ASEAN, l’aide individuelle en Asie du Sud-Est et les centres d’arnaques en ligne aux Philippines et en Birmanie. Des outils pratiques sont également disponibles, dont une fiche et une chronologie par pays ainsi qu’un cahier réunissant les principaux indicateurs démographiques, sociaux, économiques et environnementaux.

Sommaire

Les contributeurs

Avant-propos : Intégrations régionales et reconductions des statu quo nationaux (Gabriel Facal et Jérôme Samuel)

LES DOSSIERS DE L’ANNÉE

Dynamiques et perspectives de l’internationalisation du yuan en Asie du Sud-Est (Clément Berthou)

L’interrégionalisme ASEAN-MERCOSUR : relations diplomatiques et économiques (Oscar Fernández-Guillén)

Évolution du don individuel dans une région en difficulté : pratiques anciennes, nouvelles modalités (Rosalia Sciortino)

Scamming : casinos et arnaques en ligne, des POGOs philippins aux compounds birmans (François-Xavier Bonnet, Miko et Laure Siegel)

LES PAYS

Birmanie – Le temps du doute pour la junte ? (Tim Gascon)

Brunei – Entre disgrâces royales et séductions impériales (Marie-Sybille de Vienne)

Cambodge – La réouverture sous contrôle d’un pays émergent (Téphanie Sieng)

Indonésie – Pour un « Âge d’or Indonésie 2045 », la poursuite d’une grande entente ? (Gabriel Facal)

Laos – Des partenariats hasardeux pour la poursuite de « rêves électriques » (Martin Rathie)

Malaisie – Tous les chemins ne mènent pas à Médine (David Delfolie)

Philippines – Inflation et tensions en mer de Chine méridionale (François-Xavier Bonnet et Elisabeth Luquin)

Singapour – Dans l’attente d’un sursaut (Éric Frécon)

Thaïlande – Difficiles compromis, fractures sociales et quête de renouveau économique (Henning Glaser)

Timor-Leste – Crise birmane et ASEAN, Australie et grands projets gaziers : une actualité géopolitique et géoéconomique chargée (Christine Cabasset)

Viêtnam – Le Viêtnam non-aligné à l’heure des recompositions géopolitiques mondiales (Jean-Philippe Eglinger et Pierre Journoud)

Indicateurs-clés

Abstracts


Télécharger le livre sur le site de l’IRASEC :

https://www.irasec.com/IMG/pdf/ase2024-fac-simile.pdf

Gabriel Facal (dir.) : Current Electoral Processes in Southeast Asia. Regional Learnings [parution]

A l’ordre du jour du 43e Carnet de l’IRASEC, analyse des processus électoraux récents et en cours en Asie du Sud-Est. Sous la direction de Gabriel Facal. Présentation de l’éditeur et accès en ligne.

While Southeast Asia is completing a strong geopolitical sequence and the region remains a strategic area in the relations of influence in the Indo-Pacific, several countries are also focused on electoral agendas and the domestic political dynamics they impel. The Philippines saw a presidential election (May 2022) for which an assessment has yet to be made, while the general elections in Malaysia (November 2022) and the presidential one in Timor-Leste (April 2022), followed by the legislative elections in May 2023, open up new dynamics that have yet to be consolidated.

The elections showed important contrasts between countries. The results of the polls in 2023 did not lead to political renewal, but in Thailand (legislative elections, 14 May) the electoral process was marked by uncertainty, while in Cambodia (legislative elections, 23 July) it wasn’t much surprise. In Indonesia (general elections in February 2024), the campaign is still open, and the results could lead to very different directions.

This book, Current Electoral Processes in Southeast Asia – Regional Learnings, provides an opportunity for experts from six countries to decipher the issues and consequences of these elections (including the future ones). Moreover, based on a regional perspective, it tries to draw comparisons, parallels and contrasts, and to identify broad regional trends in the functioning of electoral systems and the political institutions on which they are based.

Accès au texte : https://books.openedition.org/irasec/7628

« Ce que porte le sol asien » – Paul Mus et la fabrique de l’ethnologie

La Journée d’étude étant passée, nous la présentons en archive.

La Société des Amis de Paul Mus vous convie à la journée d’étude

Paul Mus actuel (II)

« Ce que porte le sol asien »

Paul Mus et la fabrique de l’ethnologie

(Journée d’études sur l’œuvre de Paul Mus)

Mardi 7 novembre 2023 de 10 h à 19 h

Les journées d’études « Paul Mus actuel »

Régulièrement convoquée, en particulier parmi les spécialistes de l’aire culturelle sud-est asiatique, l’œuvre de Paul Mus n’en demeure pas moins assez mal connue. Une telle situation ne tient pas seulement au fait que la partie la plus volumineuse de cette œuvre, constituée par ses cours au Collège de France, est restée inédite. Elle s’explique aussi et peut-être surtout par la stature de Mus. Comme souvent avec les grands auteurs, Mus pâtit de la complexité de son propos, que celle-ci porte sur le long cheminement des doctrines orientales, sur le symbolisme d’un temple-montagne médiéval à travers les relations qu’y entretiennent un roi et son « peuple », ou sur quelques-uns des « cosmodrames » qui se jouèrent lors des crises sud-est asiatiques du siècle dernier. Dans un monde académique enjoignant sans doute davantage aujourd’hui qu’hier à saisir les phénomènes asiatiques à travers le tamis de thématiques et de périodisations toujours plus étroites, le lecteur est souvent tenté, devant la prodigalité de l’œuvre, de faire des choix. Le risque est de manquer la portée des explications qui se déploient et trouvent précisément leur équilibre dans une telle complexité. L’approche mussienne relève toujours d’un exercice de comparaison et d’englobement qui, sans apporter de certitudes, fait se mouvoir la pensée pour une meilleure intelligence des sociétés, une pensée qui est servie chez Mus, on le sait, par une très vaste érudition et un style d’une grande force expressive.

Reparcourir les textes de Mus « crayon en main », ainsi qu’y invite la
présente journée d’étude, est assurément l’une des « ascèses » à pratiquer si l’on veut se donner la possibilité de suivre cette pensée
en mouvement, dans le fourmillement de ses analyses comme dans les grandes enjambées qu’elle propose. Quel(s) usage(s), en somme, peut-on faire de la pensée mussienne, aujourd’hui et demain, pour comprendre l’Asie, et quelles parties ou périodes de l’Asie en particulier ? C’est à cette question que s’essayeront à répondre plusieurs spécialistes provenant de quelques-uns des nombreux domaines de spécialités que maîtrisait celui qui demeurera comme l’un des plus grands orientalistes du vingtième siècle.


Programme détaillé ci-dessous (pdf téléchargeable)

Contact :

societedesamisdepaulmus@protonmail.com

Colloque IAO – Esthétiques des modes d’autorité : culture matérielle et scénographie du pouvoir en Asie orientale (XVIIIe-XXIe siècles) – 1er et 2 juin 2023

Colloque de l’IAO à l’occasion des trente ans d’existence de l’Intitut. Programme ci-après.


L’objectif de ces deux journées d’étude est de proposer une réflexion globale à propos des modalités selon lesquelles l’autorité se légitime et se donne à voir au sein de l’ensemble de l’aire constituée par l’Asie Orientale. À cet effet, seront analysés divers marqueurs (vêtements, cérémonies, drapeaux, musées, films, musiques, tableaux, etc.) qui viennent illustrer ou compléter les expressions habituelles du politique (écrits, discours, etc.) depuis le niveau local jusqu’à celui de l’État-nation.

Cette rencontre vise ainsi à identifier la constitution, l’évolution et la mise en scène de ces symboles nationaux et/ou régionaux, ainsi qu’à repérer les circulations infra et extra asiatiques ayant inspiré ces grammaires non écrites du pouvoir.

Jeudi 1er juin

9h-9h30 Accueil, mots de bienvenue
Claude Chevaleyre (CNRS – IAO), Directeur adjoint de l’IAO

9h30-11h30 Langage vestimentaire du pouvoir
Président de séance : Jérémy Jammes

 Rémy Madinier (CNRS, IAO) – De la jubbah de Diponegoro au baju muslim de Jokowi : les usages politiques du vêtement en Indonésie

Assez tôt réglementé par un colonisateur avide de classifications ethniques et régionales, le vêtement a très tôt dit beaucoup du rapport à l’autorité dans les Indes néerlandaises. Procédant dans un premier temps d’une appropriation sélective de la culture matérielle coloniale puis d’un retournement de son esthétique, le nationalisme indonésien s’est progressivement construit une identité vestimentaire dépassant l’apartheid des apparences imposé par les Hollandais. À partir des années 1920, le costume national se fixe progressivement autour d’un accessoire masculin, la Peci. Après l’indépendance, cette toque de velours noire demeurera un invariant du vêtement présidentiel, accompagné, selon les périodes, de références militaires, populaires ou islamiques.

 Samia Kotele (IAO) – Historicité du genre en Indonésie : quand l’autorité des modes esthétiques dit le pouvoir (début xxe siècle à nos jours)

La chute du régime autoritaire de Soeharto ainsi que l’islamisation croissante des corps dans l’espace public en Indonésie ont suscité l’intérêt de nombreux chercheurs. L’analyse de ces phénomènes esthétiques à travers le prisme des compatibilités ou dichotomies opposant « l’Orient » à « l’Occident » tend à survoler l’histoire du corps féminin discipliné. Les objets de la culture matérielle constituent une ressource précieuse pour étudier l’autorité des normes esthétiques. Produits d’accoutumances ou d’hybridations culturelles, ces modes esthétiques et leur reconnaissance sociale laissent apparaître non seulement l’historicité du genre mais également du pouvoir. Le vêtement apparaît comme un marqueur central de l’autorité. À cet égard, la différenciation entre colons et indigènes se pense en premier lieu par l’inscription de l’altérité dans les systèmes esthétiques. L’imposition de la blouse pour couvrir la poitrine des femmes balinaises s’inscrivait par exemple dans le rôle civilisationnel du colonisateur. Lors de l’indépendance, les codifications de l’uniforme des épouses des dirigeants firent du corps féminin l’ultime symbole de la nation, attribuant aux femmes le rôle de « reproductrices biologiques de la nation ». Les différents projets politiques s’inscrivent ainsi dans les modes esthétiques où les normes de beauté expriment différentes loyautés nationales, confessionnelles, culturelles permettant ainsi de tracer les frontières entre le « nous » et l’« autre ». À travers une étude de la culture matérielle, nous aborderons dans une approche historique à la fois le hiatus entre les discours et les pratiques des modes esthétiques du corps féminin, et les formes de réappropriation à l’œuvre.

10h45-11h Pause-café

 Emmanuel Lincot (Institut catholique de Paris, IRIS) – Langage vestimentaire et langage des corps en Chine, depuis le mouvement du 4 mai 1919 jusqu’à nos jours : sémiologie des formes et symbolique du pouvoir

Comment est-on successivement passé, en un siècle, de la robe du lettré au costume cravate, à la robe qipao puis à l’uniformité unisexe du costume Mao ? Que nous dit Jiang Zemin en arborant une veste en soie se réclamant d’une tradition qui n’en est pas moins totalement réinventée à l’occasion du sommet de l’APEC en 2001 ? Que nous disent les choix de ces signes, dans la posture des corps comme dans la virilité du discours, ou dans le rapport au monde et à l’histoire ? Loin de relever de l’anecdote, c’est une histoire culturelle et une anthropologie du pouvoir qu’il nous reste à écrire par ce biais pour comprendre les mutations de la société chinoise durant près d’un siècle.

 Déjeuner

14h00-15h00 Visite des collections de l’IAO

15h00-15h15 Pause-café

15h15-16h30  Propagande filmique
Président de séance : Arnaud Nanta

Corrado Néri (Université Jean Moulin Lyon 3) – Le drapeau et la légitimité : les superproductions filmiques chinoises entre propagande et spectacle

En Chine, comme ailleurs, le cinéma raconte des histoires ; principalement. Il existe, il est vrai, des fenêtres ouvertes sur d’autres horizons, à savoir le cinéma expérimental, d’avant-garde, de recherche – des choix qui se concentrent sur les spécificités du médium, comme le montage ou les visuels, et qui recherchent des sens et des affects au-delà (avant ou après ou entre les deux) du message souvent inhérent à l’évolution personnelle des protagonistes. Mais, comme ailleurs, le cinéma en Chine est avant tout narratif et il doit répondre aux diktats étatiques qui régulent son discours. La situation de la Chine est toutefois spécifique dans la mesure où la structure éléphantesque de la production cinématographique oscille entre la nécessité de créer un soft power à usage interne et externe, tout en restant strictement contrôlée par le Bureau du cinéma. En analysant la récurrence quasi obsessionnelle du drapeau national dans des films aux récits contemporains comme Wolf Warrior (titre repris par les journalistes pour parler des faucons de l’administration Xi) ou My People, My Country, ou encore les films sortis à l’occasion de l’anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, nous verrons comment ces œuvres racontent la maîtrise technique absolue de l’industrie chinoise, laquelle produit aujourd’hui des blockbusters impeccables ; elles racontent aussi la capacité du gouvernement à fédérer les professionnels les plus importants de l’industrie (acteurs et actrices, réalisateurs et réalisatrices) uni.es dans un chœur synchrone de fierté et d’orgueil.

 Jérémy Jammes (IEP de Lyon, IAO) – Les Échos du Minaret : un film-monument pour un micro-État musulman brunéien

Trois mois après le couronnement du jeune sultan Haji Hassanal Bolkiah, le premier long métrage de Brunei, Gema Dari Menara (1968), est présenté au public. La trame de ce mélodrame familial, commandité par le Département des Affaires religieuses, repose sur une série de tensions au sein d’une classe moyenne émergente, mettant dos à dos une piété musulmane conservatrice et la sécularisation/occidentalisation du Brunei, alors sur le chemin de l’indépendance (1984). Cette présentation reviendra sur le scénario et les personnages de ce film de propagande qui balise un moment clef dans l’histoire socio-économique du pays et la mise en place de son idéologie d’État.

Vendredi 2 juin

9h20-12h Cultures matérielles et spirituelles du politique
Présidente de séance : Claire Vidal

Marie-Sybille De Vienne (INALCO, CASE) – Impermanence du roi, pérennité du royaume : les funérailles de Rama IX en octobre 2017

Les funérailles royales mettent en scène un rite de passage transformant le roi défunt en un esprit tutélaire protecteur du royaume et de la dynastie. Effectué une dizaine de mois, voire plus, après le décès du souverain, il se lit au premier degré comme la crémation du corps physique du Roi, déposé au sommet d’une tour représentant le mont Meru, dont les éléments décoratifs sont tirés de la cosmogonie bouddhique du Traibhūmi (Les Trois Mondes), l’un des textes fondateurs du bouddhisme siamois. Son ordonnancement peut s’interpréter comme le symétrique inverse de celui du couronnement, opposant par exemple le « plein » du Grand Palais où le Roi est couronné au « vide » de l’esplanade de Sanam Luang où il est brûlé. Par-delà, c’est la cité royale tout entière qui est sacralisée, via la répartition des cendres mêlées de fragments osseux du roi défunt entre les grands temples royaux et, métaphoriquement, le royaume tout entier par le rejet de celles des « fleurs de santal » dans les rivières qui le constituent.

Vanina Bouté (EHESS, CASE) – Entre poteaux rituels de fondation (lak müang) et stupa : réutilisation de marqueurs de la légitimité en RDP Lao

Plusieurs travaux se sont intéressés aux mises en scène du pouvoir politique en RDP Lao, montrant comment les plus hauts cadres du Parti unique du pays puisaient dans un ancien répertoire royal et bouddhique pour donner à voir une légitimité. On rappellera les différentes évolutions de ces marques de légitimité au cours des vingt dernières années, mettant en perspective les manifestations matérielles du pouvoir au niveau de l’État avec celles utilisées au niveau local (provinces et districts).

 10h30-10h45 Pause-café

 Elsa Clavé (Université de Hambourg, CASE) – Entre tradition et emprunts : l’esthétique de l’autorité des sultans de Sulu aux Philippines (xixe-xxie siècles)

Ma communication porte sur la stratégie utilisée par les sultans de Sulu pendant deux siècles (xixe-xxie) pour affirmer leur statut et leur autorité, de leurs costumes aux symboles utilisés. Ce faisant, l’étude met en évidence comment la tradition utilise des matériaux, des symboles et des rites anciens du sud des Philippines, tout en en incorporant d’autres qui appartiennent à la langue héraldique européenne pour étendre le vocabulaire symbolique de l’autorité et du pouvoir. La mobilisation de sources écrites et visuelles démontre comment la maison royale s’adapte à l’évolution des situations politiques locales et internationales. Les cas de comparaison des xixe et xxie siècles éclairent l’évolution des usages diplomatiques et contribuent à une meilleure compréhension de la culture politique du Sultanat de Sulu.

Florence Galmiche (Université Paris Cité, CCJ) – Esthétique monastique et réformes du bouddhisme coréen au xxe siècle

La présentation porte sur la manière dont le clergé et les institutions bouddhistes en Corée du Sud ont affirmé leur supériorité et leur distance vis-à-vis de la religion populaire, notamment de ce qui est aujourd’hui qualifié de chamanisme. Les moines en Corée avaient un statut social très bas du xve siècle à la fin du xixe siècle et de nombreux réformateurs ont cherché à redéfinir leur statut et leur autorité au xxsiècle. Il s’agira de réfléchir aux dimensions esthétiques et rituelles de ces projets de réforme du statut monastique : en particulier à l’attention accordée à l’aspect des moines (systématisation du vêtement et de nouveaux signes distinctifs comme le chapeau), à la codification rituelle de leurs interactions avec les laïcs (prosternations lorsqu’un laïc salue un moine, par exemple) et à la place donnée aux représentations visuelles d’entités classiques dans le bouddhisme coréen, mais associées à la religion populaire (Esprit de la montagne ou Pindola Bharadvaja par exemple).

Déjeuner

14h30-16h Lieux de mémoire et de pouvoir
Président de séance : François Guillemot

Arnaud Nanta (CNR, IAO) – La place du sanctuaire Yasukuni au sein du culte japonais des morts à la guerre

De 1879 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le sanctuaire Yasukuni, à Tōkyō, a couronné le dispositif japonais de commémoration des soldats tombés pour le Japon impérial. Ce sanctuaire, transformé en institution privée après la guerre, continue aujourd’hui de commémorer les morts dont il a la charge, de façon parallèle aux nouvelles cérémonies officielles mises en place en 1952. Dans cette présentation, on analysera la nature des commémorations réalisées pour ces « morts pour la patrie », ainsi que la dimension plurielle de débats qui convoquent avec insistance le passé colonial au présent. Au-delà, on tentera une réflexion plus globale sur les institutions sacrificielles mises en place au sein des États-nations au xixe siècle.

Olga Dror (Texas A&M University, Collegium de Lyon) – Monumentalisation de la modestie : l’esthétique du culte de Ho Chi Minh

La modestie de Ho Chi Minh, que ce soit dans sa vie privée ou dans sa vie d’homme d’État, a été monumentalisée au Viêt Nam par le biais de livres, de photographies, d’affiches et de films. Bien qu’à première vue l’idée de « monumentalisation » ne soit pas nécessairement compatible avec celle de « modestie », je démontrerai que les deux idées ont créé ensemble une symbiose politiquement et socialement efficace au Viêt Nam. J’aborderai la question de la paternité de cette monumentalisation, ses principales caractéristiques et les raisons qui la sous-tendent.

Commentaires et discussion – Yves Goudineau (EFEO)

Conclusion finale – Jean-Michel Roy (Collegium de Lyon)


Source : https://iao.cnrs.fr/actualite/esthetiques-des-modes-dautorite-culture-materielle-et-scenographie-du-pouvoir-en-asie-orientale-xviiie-xxie-siecles/

Avis de soutenance HDR – Pascal Bourdeaux (EPHE) – vendredi 12 mai 2023

Pour information.

Pascal Bourdeaux présentera ses travaux en vue de l’obtention de son habilitation à diriger des recherches (HDR).

Titre des travaux : 

Religions du Viêt Nam contemporain. Repenser la modernité religieuse sur trois siècles

(XIXe-XXIe siècles).


Lieu de soutenance : Maison de l’Asie, Grand salon, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris.

Date et heure : 12 mai à 13h00.

Membres du jury : 

  • Olga DROR
  • Thị Phương Ngọc NGUYỄN
  • Olivier de BERNON
  • Vincent GOOSSAERT
  • Philippe LE FAILLER
  • Philippe PAPIN (garant)

Le dossier d’habilitation à diriger des recherches, auquel nous attribuons l’intitulé générique suivant : Religions du Viêt Nam contemporain. Repenser la modernité religieuse sur trois siècles (XIXe-XXIe siècles), se compose de trois volumes : un mémoire de synthèse, un manuscrit inédit et un recueil de 20 articles et 4 comptes-rendus d’ouvrages classés sous six thématiques (bouddhisme Hòa Hảo, bouddhisme, protestantisme, sciences religieuses, littérature du delta du Mékong, politique religieuse).

Le mémoire de synthèse reprend l’intitulé susmentionné. Il présente en des termes classiques le parcours scientifique qui nous a mené à élaborer une histoire globale des religions du Viêt Nam contemporain en croisant une méthode de recherche axée simultanément sur l’écrit (archives d’époque coloniale, diverses sources vernaculaires) et sur des études de terrain multi-situées (delta du Mékong, Viêt Nam septentrional, Cambodge). La réflexion théorique porte sur les concepts de pluralité religieuse – au sein de laquelle l’étude stricto sensu du bouddhisme tient une place centrale – et de modernité religieuse. Cette dernière est envisagée sur une périodisation longue afin d’étudier le processus d’émergence et d’institutionnalisation de la question religieuse sur trois siècles et sous divers régimes politiques.

Le manuscrit inédit, Poétique et controverse religieuse dans le Dương Từ Hà Mậu de Nguyễn Đình Chiểu – Essai historique sur le fait religieux dans le Viêt Nam du premier XIXe siècle se compose d’une traduction commentée d’un poème épique du Sud Viêt Nam daté du milieu du XIXe siècle. Son célèbre auteur confucéen, Nguyễn Đình Chiểu, met en scène un bouddhiste, Dương Từ, et un chrétien, Hà Mậu, prêts à défier leur foi en se rendant ensemble dans les différents niveaux du ciel puis des enfers. Leur pérégrination dévoile leurs erreurs de jugement passées et confirme leur retour vers la voie des lettrés, la seule à pouvoir réellement exprimer un humanisme intégral, autrement dit une fidélité inaltérable envers ses ancêtres et l’empereur. La seconde partie analyse la mécanique logique et rhétorique de ce poème à thèse. Elle ouvre enfin sur une réflexion plus globale concernant la situation politique du Đại Nam et les débats religieux à la veille de la conquête coloniale. Cette troisième partie vient assoir les fondements de notre réflexion sur la modernité religieuse en repartant de ses prémices bien visibles au début du XIXe siècle et essentiels pour comprendre comment s’est forgé notre monde contemporain.

Source : https://www.ephe.psl.eu/avis-de-soutenance-hdr-pascal-bourdeaux

Photo “à la une” : Pascal Bourdeaux (ERC Vietnamica)

NGUYỄN THẾ ANH (1936-2023) : Parcours d’un historien du Viêt-Nam et de l’Asie

Cette page rassemble les différents hommages et textes publiés ou réédités à l’occasion de la disparition du Professeur Nguyên Thê Anh le dimanche 19 mars 2023. Les liens sont présentés dans une chronologie décroissante. Nous remercions Cao Viêt Anh pour les liens d’articles en vietnamien.

Biographies en ligne


Hommages de collègues, ami-es et anciens étudiant-es

  • Hommages de chercheur-es et ami-es des États-Unis publiés sur la liste du Vietnam Studies Group à Washington : Hue-Tam Ho Tai, Nguyên Ngoc Châu, Pham Ngoc Lân, Michele Thompson, Gábor Vargyas… (mars 2023)
  • Hommage de Claude Kerviel, ami de longue date.

Articles célébrant le parcours académique

  • Article de Cao Vit Anh : “Việt Nam học nhìn từ lịch sử nghiên cứu tại Ecole pratique des hautes études (EPHE, Pháp): “: Trường hợp sử gia Nguyễn Thế Anh (1936-nay)” [2019]
  • Chapitre d’ouvrage de Nguyễn Q. Thắng, “Nguyễn Thế Anh, Sử gia, nhà Việt học hiện đại”, in Các tác giả người Việt viết tiếng Pháp, Tp. Hồ Chí Minh : Nxb Tổng hợp thành phố Hồ Chí Minh, 2017, pp. 442-472.

Articles de l’auteur en ligne :

La place du Laos dans la littérature coloniale (29 octobre 2008)

Confucius et le confucianisme (19 février 2009)

France et Vietnam, les réalités d’un dialogue culturel de trois siècles (31 janvier 2011)

Le Viêt Nam : une société unique ? (3 février 2011)

Remarques sur les mouvements messianiques et millénaristes dans l’histoire du Vietnam (19 mai 2011)


Contributions dans des revues vietnamiennes

  • Articles publiés dans la revue Recherches sur Huê : Nghiên cứu Huế (9 tập).

Conférences en ligne

État et société du Viêt-Nam ancien (7 mars 2005)

Histoire et composition de l’Indochine (11 avril 2005)

La France en Indochine (23 mai 2005)


Entretiens en ligne

Disponible sur YouTube : https://youtu.be/8iP50AWjyb8


Liste des publications

Réalisée par Cao Việt Anh et arrêtée en mai 2022 cette liste regroupe 21 ouvrages, 123 références d’articles et de chapitres d’ouvrages avec mention de leur réédition ainsi que 32 comptes-rendus de lecture et deux travaux universitaires. Un ensemble de 178 références éditées entre 1965 et 2022.


Comptes-rendus de lecture en ligne des publications de Nguyên Thê Anh

Luật Khoa (2022),« “Việt Nam thời Pháp đô hộ”: 90 năm và những định mệnh lịch sử » : https://www.luatkhoa.com/2022/11/viet-nam-thoi-phap-do-ho-90-nam-va-nhung-dinh-menh-lich-su/

Nguyễn Quang Diệu (2021), « ‘Việt Nam vận hội’, góc nhìn Việt sử độc đáo từ bên ngoài của Nguyễn Thế Anh » : https://thanhnien.vn/viet-nam-van-hoi-goc-nhin-viet-su-doc-dao-tu-ben-ngoai-cua-nguyen-the-anh-1851100697.htm

Sơn Khê (2021), « Việt Nam vận hội : Góc nhìn đa chiều về lịch sử Việt Nam » : https://zingnews.vn/viet-nam-van-hoi-goc-nhin-da-chieu-ve-lich-su-viet-nam-post1184864.html

Mai Anh Tuấn (2021), « Việt Nam vận hội: Một góc nhìn về số phận Nho sĩ » : https://khoahocphattrien.vn/khoa-hoc/viet-nam-van-hoi-mot-goc-nhin-ve-so-phan-nho-si/20210225104459156p1c160.htm

Mai Anh Tuấn (2018), « “Theo dòng lịch sử”: Nhận thức mới, nhận thức lại về triều Nguyễn » : https://khoahocphattrien.vn/thoi-su-trong-nuoc/nhung-cuon-sach-khoa-hocdoi-song-duoc-yeu-thich-nhat-nam-2017/2018042302163381p882c918.htm

Việt Anh (2017), « Đọc sách “Việt Nam thời Pháp đô hộ” của Nguyễn Thế Anh »

https://tiasang.com.vn/khoa-hoc-cong-nghe/doc-sach-viet-nam-thoi-phap-do-ho-cua-nguyen-the-anh-10694/

Philippe Le Failler (BEFEO 2001, N.88): Guerre et paix en Asie du Sud-Est, Nguyên Thê Anh et Alain Forest (éd.) : https://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_2001_num_88_1_3541

Charles Fourniau (Annales. Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995), Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925), le crépuscule d’un ordre traditionnel, Nguyên Thê Anh : https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279373_t1_0454_0000_002


Pages éditeurs