Archives par mot-clé : Asie du Sud-Est

Tran Thi Anh-Dao (ed.): Rethinking Asian Capitalism [2022]

Paru en juillet 2022, repenser le “Renouveau” vietnamien dans la mondialisation et les économies d’Asie du Sud-Est. Un ouvrage collectif sous la direction de Tran Thi Anh-Dao. Résumé ci-dessous.


Lien vers la présentation de l’ouvrage en ligne : https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-030-98104-4

5e Rencontre IAO / IrAsia : L’Asie en partage – AMU, 18 novembre 2022

A ne pas manquer.


Vendredi 18 novembre 2022, de 14h-17h30

Marseille, Campus Saint-Charles, Bât. Yves Mathieu, salle 15.513

Cette année, Aix-Marseille Université accueillera la 5e Rencontre conjointe entre l’IAO et l’IrAsia. Trois chercheurs et une doctorante de l’IAO présenteront un aperçu de leurs travaux actuels sur des terrains indonésiens, vietnamiens et japonais dans une large perspective historique et géopolitique. Rémy Madinier, Pierre-Emmanuel Bachelet et Laurent Gédéon iront prospecter sur les pas d’une « Asie en partage » des temps modernes connectés aux espaces maritimes contestés d’aujourd’hui. Tatiana Tepliashina nous présentera depuis le Viêt-Nam la construction de son terrain anthropologique dédié à une organisation de jeunesse.

Programme en ligne sur le site de l’IAO : https://iao.cnrs.fr/actualite/5e-rencontre-iao-irasia/

La santé mentale en Asie du Sud-Est – Rencontres AFRASE 2021 – 10 décembre 2021

A ne pas manquer en présentiel et en visioconférence. Inscription requise.

les Rencontres Afrase 2021 se tiendront le vendredi 10/12/2021 à partir de 13h30 au deuxième étage de la Maison de la recherche de l’Inalco (2 rue de Lille Paris 07) dans la salle A. de Sacy (L2.05).

Organisées par Paul Sorrentino autour de la thématique de la santé mentale en Asie du Sud-Est, les Rencontres de cette année regroupent six intervenants  :

  • Didier Bertrand
  • Nicolas Bosc
  • Chantharavady Choulamany
  • Anne Y. Guillou
  • Luong Can Liem
  • Geneviève Welsh

L’Assemblée générale de l’association se tiendra à la suite des Rencontres à partir de 18h15, puis un pot sera offert dans la cafétéria de la MdR. Outre les classiques bilans, financier et moral, l’AG sera également l’occasion de présenter l‘EUROSEAS 2022 qui se tiendra à Paris du 28 juin au 1er juillet sur le campus Condorcet. Le bureau de l’Afrase est au centre de l’organisation de cet événement.

La salle étant soumise à une jauge, une solution hybride est mise en place. Il est impératif de s’inscrire en précisant si vous souhaitez être en présentiel ou en visioconférence pour participer.

Merci d’envoyer vos inscriptions à louise.bertaux-pichard@univ-amu.fr.

Pour la visioconférence, un lien sera adressé aux inscrits le jeudi 9/12.

Source : AFRASE

Temporalités khmères de près, de loin, entre îles et péninsules [parution]

Avis de parution d’une nouvelle étude collective sur la culture khmère.

Temporalités khmères

de près, de loin, entre îles et péninsules

sous la direction de Nasir Abdoul-Carime, Éric Bourdonneau, Grégory Mikaelian et Joseph Thach

Dans un précédent volume dont ce livre est en partie la continuation, une série d’enquêtes linguistiques, ethnographiques et historiques illustrait certains aspects des représentations du passé chez les Khmers, tandis que des spécialistes d’autres aires culturelles que l’Asie du Sud-Est apportaient un contre-point comparatif pour chacune des disciplines concernées. Ce premier jalon amenait à questionner plus avant la notion de temporalité. Le prisme comparatif retenu à nouveau dans cet ouvrage fait fond sur une double perspective insulaire et péninsulaire, celle de terres encerclées ou bordées par la mer. Aux propos concernant le royaume khmer, lui-même lové au cœur de la péninsule indochinoise, il appose ceux de spécialistes de la péninsule indienne, des îles insulindiennes, japonaises, papoues et malgache. Cette juxtaposition, qui étonnera peut-être, s’inscrit toutefois dans une tradition historiographique, celle des conceptualisations de l’aire culturelle sud-est asiatique, dans laquelle, de Paul Mus à Denys Lombard, l’au-delà des mers tient un rôle décisif dans l’appréhension des civilisations qui s’y nouent, entre océan Indien et mer de Chine.

Source : https://www.peterlang.com/document/1057634

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 4

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Photographie studio d’une famille vietnamienne dans les années cinquante © DR / Source Ngayxua.net

★ ★ ★

Famille et mémoires : récits familiaux et transmission

Séance 4 : mercredi 20 octobre 2021 (9-12h)

Au sein des familles se transmettent des valeurs socio-culturelles, des récits singuliers et des histoires particulières constitutives d’une identité familiale. Mais que transmettre à ses proches et descendant-es lorsque le traumatisme a été grand ? Combien de temps est nécessaire pour dévoiler des histoires familiales prises dans les bouleversements du XXe siècle ? Que faire des silences et du mutisme ? Que peut dire un boat people à sa descendance de sa traversée périlleuse en mer ? Comment l’engagement politique s’explique et se transmet dans les familles ? Quel est le rôle des photographies et de la correspondance personnelle, intime ou familiale ? Que peuvent faire les enfants et petits enfants face à la découverte d’un passé compliqué ? Pourquoi transmettre un destin et comment restituer des récits familiaux ? Telles sont les questions qui jalonneront cette séance en à travers les récits de vie des victimes, témoins ou bourreaux des grands phénomènes qui sont constitutifs de l’avènement des états post-coloniaux. Révolution, guerres, exils : il sera donc question de transmission du vécu, d’une écriture de soi chargée de valeurs, d’une éthique, d’un besoin de briser une invisibilité ou d’envisager une reconnaissance.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec une retour plus général sur l’Asie du Sud-Est comme aire culturelle pensée entre “cosmodrame” politique et traditions culturelles et une étude sur le Laos, ses sociétés et ses pouvoirs en devenir qui lui confère une place toute particulière en péninsule indochinoise.

Textes en discussion :

  • Chau Tran, Trân Van Thach (1905-1945). Une plume contre l’oppression, Paris, Les Indes savantes, 2020, p. 6-41.
  • Nguyên Thi Binh, Ma famille, mes amis et mon pays, Hanoi, Éditions Tri Thuc / HCM-Ville, Université Hoa Sen, 2015, p. 15-70.

Pour aller plus loin, voir :

  • “Des histoires de famille”, La lettre de l’Afrase, n°97, 2020.

Exposés oraux

Lucas Barattolo :

  • Paul Mus, L’angle de l’Asie, Paris, Hermann, 1977.

Ambre-Emilie Saillio-Arquier :

  • Vanina Bouté & Vatthana Pholsena (sous la dir.), Laos, sociétés et pouvoirs, Bangkok, IRASEC / Paris, Les Indes savantes, 2012.

Présentation de l’éditeur : https://www.irasec.com/ouvrage53

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) : Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est – 9 avril 2021

Dernière séance du séminaire de l’IrAsia.

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) :

Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est.

  • Gilles de Gantès : Approcher une modernité asiatique avec des sources coloniales.
  • Aurore Candier : Les transformations des conceptions politiques en Birmanie au XIXème siècle.

Vendredi 09 avril 2021 à 14h en visioconférence.

Inscription et lien de connexion : louise.bertaux-pichard@univ-amu.fr

Pierre-Emmanuel Bachelet : “Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles)”

Avis de la soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Bachelet.

“Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles)”,

Pierre-Emmanuel Bachelet

Thèse sous la direction de M. J-P. Bassino

Soutenance le vendredi 11 décembre 2020, à 9h.

Jury de thèse :

  • M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, ENS de Lyon
  • Mme Nadine BÉLIGAND, Maîtresse de conférences, Université Lyon 2
  • M. Leonard BLUSSÉ, Professeur émérite, Université de Leiden
  • M. Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO
  • M. François LACHAUD, Directeur d’études, EFEO
  • Mme Antonella ROMANO, Directrice d’études, EHESS              

La soutenance sera limitée au jury sur Zoom, mais sera diffusée en direct sur Youtube, ce qui permettra à toutes les personnes intéressées d’y assister. Vous pourrez y accéder au lien suivant : https://youtu.be/CPCheVKiPTc 


Résumé :

Cette thèse vise à analyser l’une des connexions majeures des mers de Chine à l’époque moderne : les relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa. A partir du milieu du XVIe siècle, l’impossibilité d’accéder au marché chinois pousse les marchands japonais à investir de plus en plus dans le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Pour les Japonais, le Đại Việt présente des avantages décisifs : il accueille des marchands venus de Chine et est le seul pays de la région à produire lui-même de la soie. De plus, les autorités des deux pays partagent une conception similaire de l’étiquette et une instruction fondée sur les mêmes classiques. Le Champa, quant à lui, revêt une importance capitale auprès des autorités japonaises en tant que pourvoyeur de bois précieux. Ces relations connaissent une profonde restructuration au cours des années 1630, quand le shogunat interdit aux Japonais de quitter le pays, sans que cette connexion ne disparaisse. Par ailleurs, ces contacts avec le monde extérieur ont permis à une cartographie spécifiquement japonaise de se développer. Les cartes réalisées, si elles se fondent sur des modèles européens ou chinois, parviennent cependant à les réinventer et à les dépasser.

La proximité entre le Japon et le Đại Việt en a donc fait des partenaires privilégiés, ce qui a permis l’établissement de communautés japonaises dans les ports viêt. Ces résidents japonais y ont occupé une fonction centrale, celle d’intermédiation entre Européens et autorités viêt. L’objectif de ce travail de recherche est d’expliciter les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et d’analyser les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite, en recourant notamment à des modélisations informatiques.

Abstract :

This dissertation aims to analyse one of the major connections in the early modern China seas, the relations between Japan, Đại Việt and Champa. From the mid-16th century onwards, as they were unable to access the Chinese market, Japanese traders increasingly invested in trade with Southeast Asia, where they were able to exchange silver and copper against silk and tropical products. Đại Việt offered decisive advantages for the Japanese. Merchants coming for China went there to trade and it was the only country to produce silk on its own. Furthermore, the authorities in both countries shared a same vision of diplomacy and their instruction was based on the same classics. As for the Champa, it was of particular importance for the Japanese authorities as a supplier of precious woods. These relations underwent a thorough reorganisation in the 1630’s, when the shogunate prohibited the Japanese from leaving the country, but this connection remained strong. Besides, these contacts with the outside world enabled a specifically Japanese cartography to emerge. Although they were based on European or Chinese models, these maps succeeded in reinventing and going beyond these models.

The proximity between Japan and Đại Việt made them privileged partners and led to the settlement of Japanese communities in Viêt ports. These Japanese residents played a crucial role in these societies, as go-betweens between the European and Viêt authorities. The purpose of this research work is to demonstrate how this common understanding emerged, and to analyse the networks that shaped it, notably through computer modelling.


Illustration “à la une” : document de P-E. Bachelet © DR