Archives par mot-clé : Asie du Sud-Est

Gregg Huff : World War II and Southeast Asia [parution]

Parution d’un ouvrage important sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est. Présentation de l’éditeur.

World War II and Southeast Asia
Economy and Society under Japanese Occupation

From December 1941, Japan, as part of its plan to build an East Asian empire and secure oil supplies essential for war in the Pacific, swiftly took control of Southeast Asia. Japanese occupation had a devastating economic impact on the region. Japan imposed country and later regional autarky on Southeast Asia, dictated that the region finance its own occupation, and sent almost no consumer goods. GDP fell by half everywhere in Southeast Asia except Thailand. Famine and forced labour accounted for most of the 4.4 million Southeast Asian civilian deaths under Japanese occupation. In this ground-breaking new study, Gregg Huff provides the first comprehensive account of the economies and societies of Southeast Asia during the 1941-1945 Japanese occupation. Drawing on materials from 25 archives over three continents, his economic, social and historical analysis presents a new understanding of Southeast Asian history and development before, during and after the Pacific War.

  • Provides the first comprehensive study of Southeast Asian economy and society during the 1941-1945 Japanese occupation
  • Features an extraordinarily wide range of archive material drawn from 25 archives over three continents
  • Includes economic, social and historical analysis to assess the long-term impact of the Pacific War and Japanese occupation on Southeast Asia

Source : Cambridge University Press. URL : https://www.cambridge.org/gb/academic/subjects/history/south-east-asian-history/world-war-ii-and-southeast-asia-economy-and-society-under-japanese-occupation?format=HB

Perception et gestion des risques en Asie du Sud-Est – Moussons N° 34

Parution du n° 34 de la revue Moussons, numéro thématique à ne pas manquer (sous la direction de Bernard Formoso).

En ce début de XXIe siècle les citoyens prennent de plus en plus conscience des risques que font peser sur leurs conditions de vie et leur santé les dérèglements climatiques, les pollutions en tous genres et l’instabilité économique. Cette prise de conscience est amplifiée par les nouvelles technologies de la communication qui facilitent l’accès à l’information et par un processus général de « sociétisation de la nature » en vertu duquel les problèmes environnementaux sont perçus comme ayant un impact direct et massif sur le développement et le devenir des sociétés humaines. Dans ce contexte général, l’Asie des moussons offre un cadre privilégié pour débattre de la perception et de la gestion des risques. Elle est en effet particulièrement exposée aux catastrophes naturelles du fait d’un régime des pluies devenu très instable, mais aussi de sa forte activité séismique et volcanique.

Premier numéro thématique de revue en sciences humaines et sociales consacré à la problématique des risques dans cette vaste région du monde, le présent recueil traite à travers ses contributions d’un large éventail de menaces dont il esquisse une typologie. Celle-ci distingue les risques imputés à des facteurs externes, ceux pensés découler de la malveillance humaine, de la transgression des règles sociales ou d’une insuffisante maîtrise de l’environnement. Dans le prolongement de certains travaux récents, la réflexion est élargie au concept d’incertitude qui permet d’aborder les modes d’action variés que les sociétés élaborent pour faire face à l’inconnu.

Numéro intégralement en ligne sur OpenEdition : https://journals.openedition.org/moussons/5207

L’Asie du Sud-Est en voyage – La Lettre de l’AFRASE n° 96

Parution du n° 96 de La Lettre de l’AFRASE (Association Française pour la Recherche sur l’Asie du Sud-Est. Accès aux adhérents sur le site de l’AFRASE. Sommaire ci-dessous.

ÉDITO
DOSSIER « L’ASIE DU SUD-EST EN VOYAGE »
L’Asie du Sud-Est en voyage
Une géographie du tourisme en Malaisie
Entre global et local, le quartier routard de Phạm Ngũ Lão (Việt Nam)
La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » (Province du Yunnan, République populaire de Chine) : Le tourisme comme enjeu des relations interethniques
Revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé (Birmanie)
ENTRETIEN
Avec Catherine Scheer et Christina Wu, mené par Amandine Dabat
REGARD DE CHERCHEUR
Initiations et élections lycéennes à l’école SMA 6 de Yogyakarta à Java, Indonésie
VIE DE LA RECHERCHE
Résultats préliminaires du recensement du Viêt-Nam du 1er avril 2019 : une réflexion sur l’effectif de la population de Hanoi et Hô Chi Minh Ville
Phạm Đoan Trang, la conscience d’un nouveau journalisme politique
au Viêt-Nam
RETOUR DE TERRAIN
« Un ami veut te parler » : micro politique des relations d’emprise
dans le centre du Myanmar. (Ou comment se faire avoir)
IN MEMORIAM
Po Dharma Quang (1945-2019)
VIE DE L’AFRASE
Rapport moral présenté à l’Assemblée générale du 27 novembre 2018
Rapport financier 19 janvier 2018-27 novembre 2018
Rencontres de l’AFRASE, 24 janvier 2020
COMPTES RENDUS
OUVRAGES
THÈSES

AFRASE : Appel à communication – Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Appel à communication de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) pour ses prochaines rencontres de Janvier 2020.

Appel à communication

Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est Rencontres de l’Afrase, 24 janvier 2020, Salons de l’EFEO, Paris

Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, la famille – au sens de groupe de parenté – demeure le premier espace de sociabilité et la principale ressource d’entraide des personnes. Parfois tentaculaires, les réseaux de parents participent voire encadrent les hiérarchies sociales, la structuration des territoires et les systèmes économiques. La famille sud-est asiatique dépasse en effet les limites de la filiation et de l’alliance réelles en reconnaissant de nombreuses formes de parenté symbolique. Le modèle individualiste libéral progresse en Asie du Sud-Est et tend à souligner les contraintes que l’adhésion à cette collectivité peut faire peser sur les personnes. Cependant la famille conserve une valeur positive, espace privilégié de l’affection, de la confiance et de la protection. Les individus peuvent s’y accomplir en se revendiquant de son identité et en s’impliquant dans sa perpétuation. Les limites à la liberté individuelle induites par les logiques d’appartenances sont ainsi compensées par les opportunités sociales permises par la logique d’entraide dans la collectivité. Les évolutions parfois brutales et l’instabilité politique de certaines des sociétés d’Asie du Sud-Est ont d’ailleurs tendance à renforcer le recours aux logiques familiales en tant qu’elles seraient des instruments de résilience des communautés. Contraintes à la séparation du fait des nombreux types de migrations pratiquées par les sociétés sud-est asiatiques, les familles se sont parfois construites en tant qu’entités transnationales : elles témoignent aujourd’hui de l’existence de multiples relations entre les identités régionales et internationales.

Les chercheurs ont démontré la nécessité de comprendre les structures familiales pour envisager d’étudier les sociétés sud-est asiatiques. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de ne pas distinguer sphères publiques et privées mais de considérer un même espace social hiérarchisé par les relations de parenté et de parentalité. Ils ont cherché à recueillir les récits généalogiques ou les biographies familiales. Ce faisant, ils se sont confrontés aux stratégies d’évitement mis en place par leurs informateurs. Car si la référence au milieu familial est permanente, la description de ce milieu fait parfois l’objet d’un tabou. Nombre d’individus souhaitent en effet conserver cachées leurs histoires de famille. Certains ignorent, volontairement ou involontairement, d’autres dissimulent ces récits. Tous mettent en évidence les ruptures dans la chaîne de transmission généalogique et valorisent alors la mémoire familiale comme une donnée majeure de leur identité.

L’objet des Rencontres de l’Afrase 2020 est donc de considérer comment les individus expriment leurs relations à leurs parents et au groupe qui les réunit, quelle que soit la nature de la famille ainsi considérée : famille réelle, famille étendue, famille reconstruite ou famille imaginée. Nous nous intéressons à la manière dont on parle de la notion de famille, comment on raconte l’histoire de sa parenté et comment on construit son récit biographique par rapport au groupe en Asie du Sud-Est. On s’interroge alors sur les logiques de conservation, de transmission, de dévoilement ou bien de dissimulation du savoir familial et de ses ressources ainsi qu’aux usages que les descendants font de celles-ci.

Les supports de ces récits et leur mode de transmission sont multiples : on s’intéresse en particulier aux conditions de la transmission du savoir généalogique à travers l’oralité, mais également à la production de textes manuscrits, typographiés, imprimés, de dessins ou d’œuvres d’art, comme à la production de témoignages photographiques et filmés voire de documentaires qui peuvent mettre en lumière le patrimoine familial. L’emploi généralisé des médias et réseaux sociaux dans les sociétés asiatiques nous intéressent particulièrement. Nous souhaitons notamment aborder la nature transnationale des familles sud-est asiatiques à travers les thèmes de la reconstitution des groupes de parents, de la communication et des échanges à échelle internationale. On s’intéresse enfin à l’expression de l’absence, de la perte ou de la rupture avec la famille dans le récit biographique et à leurs conséquences dans la représentation de la collectivité.  

L’Afrase propose à tous de participer à ces Rencontres. Cette participation peut prendre la forme d’une communication, d’une exposition commentée, d’une représentation ou d’un visionnage. L’Afrase invite tous ceux qui souhaitent participer à se signaler avant le 15/12/2020 à :

marie.aberdam@hotmail.fr

Quelques références indicatives

  • Collectif, La fabrique de l’hérédité en politique, Critique internationale, 2016/4, n°73, 192 p.
  • Collectif, Parenté, alliance et filiation, Péninsule, 2011/1, n°62, 218 p.
  • Collectif, Auto-biographie, ethno-biographie, L’Homme, 2010, n°195-196, 583 p.
  • Anglè, Valérie, Justine Romolacci, (dir.), Paysages biographiques du migrant asiatique, Moussons n°26, 2015/2, 178 p.
  • Berman, Laine, Speaking through the Silence, Narratives, Social Conventions and Power in Java, New York, Oxford University Press, 1998, 256 p. 
  • Condominas, Georges, « Aînés, anciens et ancêtres en Asie du Sud-Est, entretien avec Georges Condominas », Communication, 1983, n°37, pp. 55-67.

Illustration « à la une » : famille vietnamienne dans les années cinquante, source : Gia đình Việt ngày ấy – bây giờ © Afamily

Nguyen Quoc-Thanh : La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est

[ndlr] Une séance de séminaire à ne pas manquer.

Vendredi 8 novembre 2019 de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

« La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est »

Quoc-Thanh Nguyen, chercheuse associée à l’IAO

Résumé : La culture maritime vietnamienne actuelle porte l’empreinte des plus importants courants culturels qui ont traversé le Vietnam les siècles passés. De nos jours, les cultes célébrés par les pêcheurs sont également marqués par ces courants. Animisme, Bouddhisme, Hindouisme voire Islam, les croyances des pêcheurs vietnamiens embrassent divers horizons et, en retour, ces dernières les enrichissent et les singularisent de la population de l’hinterland. Alors que le Vietnam tout entier se tourne aujourd’hui vers la modernité, les pêcheurs résistent, entretiennent et protègent leurs croyances séculaires : ainsi chez eux subsistent des pratiques oubliées par beaucoup de Vietnamiens.

Source : IAO