Archives par mot-clé : Asie

Historians of Asia on political violence – Colloque – Collège de France – 27 juin 2019

Colloque international organisé en collaboration avec Sanchit Kumar et avec le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France.

Toutes les interventions se feront en anglais, sans traduction disponible.

Matin (9h – 12h30)

  • 9h Introduction générale : Anne CHENG, Collège de France
  • 9h15 “The state and violence: Perspectives from ancient India” Upinder SINGH, Ashoka University, Sonepat, Inde
  • 10h “Political theft and vandalism of images in India” Naman AHUJA, Jawaharlal Nehru University, Delhi

10h45 Pause

  • 11h “Japan in Asia: The practice of Pan-Asianism” Brij TANKHA, Institute of Chinese Studies, Delhi
  • 11h45 “Kakumei and harmony: Revolution in Japanese historiography and its central role in shaping national and regional identity (1868-1945)” Eddy DUFOURMONT, Université de Bordeaux-Montaigne

12h30 Pause déjeuner

Après-midi (14h – 18h)

  • 14h “Evolution and characteristics of Japanese and Sino-Taiwanese historiography of the Nanjing massacre (1937)” Arnaud NANTA, CNRS-IAO, Lyon
  • 14h45 “Okinawa in the eyes of Ota Masahide (1925-2017)” NAKAJIMA Takahiro, Université de Tokyo
  • 15h30 “The transnational origins of “revolutionary war”: A Sino-Vietnamese experiment in war communism during the First Indochina War (1945-54)” Christopher GOSCHA, Université du Québec à Montréal

16h15 Pause

  • 16h30 “Mao’s specific brand of political violence” Michel BONNIN, EHESS, Paris
  • 17h15 “State violence in post-Mao China: A multi-faceted phenomenon” Jean-Philippe BEJA, CNRS-CERI, Paris 18h
  • Discussion finale

Programme en ligne : Collège de France

Asian Puppetry: Traditions and Transitions

[ndlr] Appel à contributions pour le JOSA.

JOSA : Journal of the Oriental Society of Australia Vol. 51 


Asian Puppetry: Traditions and Transitions

Deadline: September 30, 2019

JOSA: Journal of the Oriental Society of Australia announces a themed issue (vol. 51) focusing on puppetry in Asia or in Asian diaspora. The issue invites work on historical or contemporary, traditional or experimental forms of puppetry. The journal welcomes any approach or discipline, including social, material, narrative, musicological, anthropological, or gender studies approaches. Papers on less well-known or little-researched practices or troupes will be given special consideration.   

Please submit inquiries or papers of 50008000 words and Chicago style to JOSA (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). 

JOSA is the peer-reviewed publication of the Oriental Society of Australia, and has been published continuously from 1960. It is the oldest journal on Asia currently published in Australia.Contact Info: 

JOSA editor (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). Contact Email: josh.stenberg@sydney.edu.au

Unequal colonial treaties in Indochina, overview

Résumé de notre intervention à la Journée d’étude sur les Traités inégaux en Asie.

After the Franco-Spanish and French military conquest of the empire of Vietnam, some relevant treaty dates indicate the process of colonization: 1862 for Saigon, 1874-1875 for Hanoi and 1883-1884 for Hue. This presentation offers an overview of these various treaties from the beginning of colonization in 1858 to the establishment of the Indochinese Union in 1887 including Cambodia, Laos, and a dismembered Vietnam, divided into three parts, Tonkin, Annam, Cochinchina. These two chronological boundaries are practical in delimiting the conquest and the establishment of a colonial administration. However, they remain irrelevant to the extent that there is a “before” 1858 (Traité de Versailles in 1787), and an “after” 1887 in particular with the Vietnamese responses to the colonization they were experiencing. Indeed, we can argue that the colonial situation of Vietnam extended until the end of the Indochina War in 1954.

Studying all these official writings and situations, the circulations of the treaties, their intellectual construction and the difference of the interpretations seen through the eyes of the Indochinese and the French should invite us to write a new history of colonization from a more Asian, or at least decentralized, perspective.

FG (MàJ 03/04/2019)

“Treaties” Project

Unequal Treaties Corpus

Workshop, Lyon, March 12th, 2019


Program
9:00 Béatrice JALUZOT, General Presentation
9:30 IOKIBE Karu, “Unequal Treaties” system and the Quest for Treaty Revision of Japan »
10:15 – 10:45 Coffee Break
10:45 Jean-Pierre DEDIEU, Peter Cornwell, Unequal Treaties – Digital Resource
11:30 François GUILLEMOT, “Unequal Colonial Treaties in Indochina, overview”
12:30 End of the workshop

Lyon Institute for East Asian Studies, ENS de Lyon

Stewart Lone (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia – CR de lecture par Gwendolène Chambon

Réf. : LONE, Stewart (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Westport, Conn., Greenwood Press, 2007.

Cet ouvrage intitulé Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War a été publié en 2007 chez Greenwood Press, une maison d’édition basée à Westport dans le Connecticut, spécialisée dans les publications académiques et plus largement à destination de l’enseignement (du primaire au supérieur). L’ouvrage est édité sous la direction de Stewart Lone, professeur d’histoire sociale sur l’Asie de l’Est à l’Université de South West Wales en Australie, et spécialiste du Japon et de la Corée. Cet ouvrage collectif s’insère dans la collection Daily Life through History qui rassemble un certain nombre d’études consacrées à la vie quotidienne durant la guerre.

Quelques titres de la collection “Daily Lives of Civilians in Wartime” chez Greenwood Press.

L’ouvrage apparaît d’abord comme un manuel d’histoire. Il couvre des périodes différentes et des éléments de guerre diverses : colonisation, décolonisation, rébellions ou guerre civile (les belligérants impliquant parfois des puissances occidentales mais pas systématiquement). Il couvre un peu plus d’un siècle de guerres en Asie. Découpé en huit chapitres, traitant chacun d’une période différente, il se veut accessible à tous les publics.

« La guerre est arrivée à la maison »

Dans l’introduction, l’Asie est définie comme comprenant les pays d’Asie du Nord-Est et du Sud-Est, principalement ceux proches de l’influence géographique ou culturelle de la Chine. Sont donc exclus les pays d’influence indienne ou islamique, soit l’Asie du Sud et l’Asie centrale. On peut nuancer cette limitation de l’espace avec la présence d’un chapitre sur l’Indonésie et d’un autre sur les Philippines. Cependant, les auteurs justifient leur position en s’appuyant sur l’importance du commerce maritime de ces pays, longtemps colonisés par des puissances occidentales, avec la Chine.

L’introduction pose ensuite les concepts de « conflits » et de « guerre » dans cette région largement influencée par le confucianisme. Selon  l’auteur, il y a une « résistance intrinsèque à la guerre et aux guerriers » (avec une nuance pour le Japon). Ainsi, entre la prise de pouvoir des Qing en Chine en 1644, qui ont su maintenir un système stable, et l’arrivée des britanniques vers le milieu du XIXe siècle, il n’y a pas de conflits majeurs entre deux pays de l’est de l’Asie 1. Il y a une mise en opposition avec les pays d’Europe de l’Ouest et les États-Unis, où se développe l’idée que la guerre est source de progrès et créativité. Avec l’arrivée des Occidentaux, les sociétés asiatiques auraient été forcées d’altérer leurs valeurs et pratiques, le point de rupture étant la première guerre de l’opium (1839-1842). Avec les Traités inégaux et les colonisations occidentales, il y aurait eu l’établissement d’un nouvel ordre culturel et social.

Cette idée qui prône que ce sont les Occidentaux qui ont amené la culture de la guerre en Asie, nous semble assez critiquable, même si bien sûr, et on va le voir dans les chapitres, ils sont souvent mêlés de près ou de loin aux différents conflits étudiés (belligérants, forces alliées à l’une des parties en guerre).

Cet ouvrage a sans doute vocation à raconter l’histoire autrement, c’est-à-dire à travers le regard des gens ordinaires, les civils, qui ne participent pas directement aux combats, à l’inverse des soldats, mais qui sont nécessairement impactés, d’une manière ou d’une autre par les conflits, et qui sont d’ailleurs souvent ceux qui en souffrent le plus. On se trouve parfois à chemin entre l’histoire sociale et la micro-histoire. Cette approche est intéressante mais se pose évidemment la question des sources et de la méthode pour rendre compte d’un tel point de vue.

« La guerre est arrivée à la maison » : cette phrase indique la nécessaire adaptation de la vie quotidienne des civils pendant ces temps de guerre (se réfugier sous terre, fuir, survivre, résister…), notamment sur les points les plus élémentaires comme la nourriture et l’habillement. Les auteurs analysent et mesurent comment la guerre s’introduit dans la vie quotidienne. Pour ce faire, différents angles d’approche sont valorisés : un point de vu large, un autre centré sur une ville, l’idée étant de restituer une histoire sociale au plus proche des civils dans leur vie quotidienne. L’introduction annonce également l’existence de biais du fait que les auteurs se concentrent surtout sur la vie urbaine, faute de source sur la vie rurale. Il y a donc une part d’ignorance sur le quotidien d’une partie importante des populations étudiées. L’ouvrage est enfin illustré par des cartes et des photographies, comme autant de  témoignages visuels au lecteur.

Une diversité d’approches pour rendre compte de la vie quotidienne en temps de guerre

Sept auteurs différents se partagent l’écriture du livre, tous des professeurs associés, professeurs ou chercheurs, spécialistes dans les domaines et pays abordés par l’ouvrage. Cela apporte une grande diversité dans l’écriture et dans les approches privilégiées dans chaque chapitre. Des éléments communs dans la structure des chapitres peuvent être relevés. Il y a toujours un point de contextualisation sur le conflit en introduction de chapitre. Le plus souvent, il y a une description de la vie des civils par la ville (en termes spatiaux), même si on a parfois quelques éléments sur la vie dans les campagnes comme c’est le cas dans le premier chapitre sur la Chine durant la rébellion des Taiping ou dans le chapitre sur le Japon en guerre de 1937 à 1945.

Les chapitres sont structurés en parties (excepté pour le dernier qui porte sur le Vietnam, relevant plus du témoignage direct) mais n’abordent pas toujours les mêmes thèmes. Le chapitre peut être organisé par thèmes sociétaux (comme le premier sur le Japon de Meiji), autour d’un lieu (comme le Teahouse dans le chapitre sur la Chine urbaine en temps de guerre), par catégories de personnes, par des éléments culturels. Le chapitre sur la Corée se structure autour de trois villes : Séoul, Pusan et Pyongyang. Certains thèmes sont récurrents comme les conditions de vie de certaines catégories de la population (enfants, étudiants, femmes), l’impact de la guerre sur les éléments de base de la vie quotidienne comme la nourriture ou l’habillement, le rapport aux forces d’occupation quand il existe.

Des similarités dans le quotidien des civils en temps de guerre ?

On ne peut pas généraliser ce qui se déroule dans chacun des conflits mais on peut noter certaines similarités. La rhétorique de la “vie à la normale” est un concept qui ressort de cet ouvrage : malgré la guerre, les gens essaient de vivre normalement. Emergent alors des formes de résilience permettant aux populations de survivre (se nourrir, gagner de l’argent). Dans les attaques contre les villes, on observe également des similarités : la ville est prise par l’ennemi, parfois avec l’aide des habitants comme dans la Chine des Taiping (ou leur indifférence dans le cas de Séoul par exemple), elle est reprise et on assiste à des destructions massives puis à une repopulation tardive. Cela nous amène à la notion de « villes fantômes » (ghost cities) comme c’était le cas également de Phnom Penh qui n’est pas évoqué dans l’ouvrage.2. Le déplacement des populations est également un arc qu’on retrouve dans plusieurs des conflits évoqués. Ils entraînent en effet un nombre important de réfugiés, ce qui provoque une pression sur les ressources vivrières. C’est une conséquence connue de la guerre. Les questions des maladies et des conditions de la vie quotidienne pendant la guerre en fonction du climat pourraient être davantage abordées mais on sent que c’est également un point commun à considérer. Il ressort également de ces chapitres une importante routinisation de la violence sur ces civils.

En effet, dans les conflits étudiés, les civils sont les plus grandes victimes (bombardement, invasion / destruction, occupation / répression, mise à contribution forcée, déplacement de population…). Pour les auteurs, il y a une fracture avec les conflits antérieurs dans lesquels les forces armées étaient les plus touchées.

Guerre du Viêt-Nam, familles sur la route de Tan An, 1966-1967 © Tom Jackson (sur Manh Hai)

Comment restituer l’histoire quotidienne ?

L’ouvrage n’est pas exempt de points critiquables. On peut regretter le peu d’information sur la méthode, l’approche analytique de chacun des auteurs (en début de chapitre par exemple) bien qu’il faille noter la présence de notes et de bibliographies à chaque fin de chapitre. Il y a peu de citations directes dans la plupart des articles et peu d’explications sur les sources utilisées précisément. Il est difficile de savoir si les auteurs se basent sur des archives ou des témoignages. Cela est sûrement dû au fait que le livre s’adresse à un public large mais, dans le cadre académique, cette absence de précisions se révèle dérangeante. Certains chapitres gagneraient à être plus illustrés, avec des cartes pour la ville de Manille par exemple, ou avec davantage de photos comme pour le Vietnam. Un chapitre sur le conflit civil au Cambodge aurait apporté un autre point de vue intéressant. 

L’ouvrage reste facile à lire puisque chronologique. Même sans bien connaître les conflits, on peut aisément suivre les événements et se rendre compte de l’impact de la guerre sur les vies quotidiennes des civils, ce qui est l’objectif principal du livre. Les différentes approches apportent un point de vue varié très intéressant, diversifiant la lecture et la rendant fluide. Il faut noter également que les chapitres sont parfois très détaillés, ce qui nous apporte une vraie information sur la vie de ces civils, de manière très large : hommes, femmes, enfants, personnes âgés, prisonniers, étrangers… La restitution de ces vies en temps de guerre reste le point fort de cet ouvrage.*

* * *

Un travail de mémoire essentiel

Bien que les auteurs abordent quelques éléments politiques, ils ne forment pas du tout le cœur de l’ouvrage. Celui-ci est tourné vers le récit de la vie quotidienne des civils en temps de guerre. Cette histoire se double ainsi d’un travail de mémoire,permettant aux lecteurs d’avoir accès au point de vue des gens ordinaires, et finalement à l’autre côté de la guerre, pas seulement celui des élites, des dirigeants ou des combattants. Ce n’est évidemment pas un travail facile, en fonction des sources disponibles, notamment pour certains pays qui sont encore assez fermés sur le sujet. On note alors une difficulté de la micro-histoire : Comment généraliser la vie d’une population ou le point de vue des individus à partir d’un seul témoignage comme dans le cas du chapitre sur le Vietnam ? C’est là un des enjeux du travail des historiens.

Gwendolène Chambon, promotion ASIOC 2018-2019.

Gwendolène Chambon est étudiante en Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle s’est spécialisée sur la Chine populaire et s’intéresse en particulier aux enjeux de la relation entre ce pays et l’Union européenne. Elle effectue actuellement une mobilité académique à Shanghai.

Image “à la une” : Photo de Nick Ut, New York Times © DR

Notes

  1. Notons qu’une guerre civile prolongée se déroule dans l’ancien Vietnam entre les seigneuries Trinh et Nguyen, 1627-1672 ; 1774-1775 []
  2. Rappelons que la ville fut vidée de ses habitants à l’arrivée des Khmers rouges à partir du 17 avril 1975 []

A qui appartient le paysage dans les pays du Sud – Colloque – 18-19/01/2019

[ndlr] Annonce d’un important colloque international organisé à Tours.

Argumentaire

Ce colloque international s’adresse aux étudiants, enseignants-chercheurs et chercheurs, qui s’intéressent à l’évolution des paysages ruraux des régions marginalisées dans les pays du Sud (mutations agricoles, développement touristique…), aussi bien sous l’angle des mécanismes économiques qui provoquent ces transformations que sous celui des systèmes d’acteurs et des représentations sociales qui les sous-tendent. Le principal objectif du colloque est, à travers des réflexions théoriques de portée générale comme à partir d’études de cas diversifiées, de documenter et d’analyser les multiples interactions entre mutations paysagères, transformation des différents systèmes de représentation du paysage, et logiques d’acteurs relevant d’échelles différentes.

Le colloque est organisé par l’équipe du projet de recherche AQAPA « A Qui Appartiennent les Paysages en Asie ? La mise en tourisme des hautes terres en Asie méridionale : dynamiques sociales et patrimonialisation des paysages dans les campagnes à minorités ethniques » (2014-2019), porté par l’UMR CITERES de l’Université de Tours et financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) française. Le projet regroupe une équipe internationale d’une vingtaine de chercheurs et d’enseignant-chercheurs autour des enjeux sociaux, économiques et culturels de la mise en ressource du paysage dans des territoires montagnards ruraux de cinq pays d’Asie méridionale (Inde, Népal, Chine, Vietnam, Laos). 

Lieu du colloque : UMR CITERES, MSH Val de Loire, quartier des 2 Lions, 33 allée Ferdinand de Lesseps, 37200 Tours. Salle polyvalente (RDC)

Programme en ligne (PDF)

Source : https://aqapa.sciencesconf.org/

Rencontre scientifique IAO / IrAsia – 09/11/2018

La première rencontre scientifique entre l’Institut d’Asie Orientale (IAO, UMR 5062) et l’Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia, UMR 7306) se déroulera à Aix-en-Provence le vendredi 9 novembre 2018.

La matinée (9h30-12h), réservée aux membres des laboratoires, s’articulera autour d’un échange sur les projets collectifs initiés par les deux laboratoires de recherche et se déroulera aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM). La doctorante Nastassia Serste présentera l’avancée de ses travaux sur l’histoire des enfants orphelins et abandonnés nés de/et pendant la Guerre du Vietnam, accueillis en France (1955-1975).

L’après-midi (14h-17h), sera consacrée à deux interventions dans le cadre du séminaire de l’IrAsia, ouvert à tous les chercheurs et étudiants. François Guillemot fera une présentation autour de la thématique de son dernier ouvrage paru à La découverte (2018) : « Le Viêt-Nam et ses fractures : paradigme d’une histoire interne » et Béatrice Jaluzot présentera le projet de recherche « Pacific Rim Nations Treaties Corpus » initié par l’IAO sur les Traités inégaux en Asie. Elle se déroulera à la Maison de la recherche de l’université Aix-Marseille à à Aix-en-Provence.

Cette rencontre co-organisée par Nguyên Phuong Ngoc (directrice de l’IrAsia) et François Guillemot (IAO) s’inscrit dans un processus de rapprochement des deux Instituts.

Source : IAO

La révolution permanente, de l’âge de pierre à l’ère numérique [Le Monde / Idées]

[ndlr] Parution d’un numéro Hors Série de Le Monde / La Vie consacré aux révolutions analysées dans le temps long de l’histoire des hommes.

Les journalistes du « Monde » et de « La Vie », accompagnés des meilleurs spécialistes, retracent dans ce hors-série l’histoire des grands bouleversements politiques et les étapes d’un débat d’idées qui accompagne, depuis des siècles, la réflexion sociétale et politique indissociable des idéaux de liberté et de justice.

L’histoire ne se réduit pas à la chronique décourageante de la domination où l’on a le choix entre servir le pouvoir et s’y opposer sans espoir. » (Patrick Boucheron)

Lire la suite : Le Monde / Idées