Archives par mot-clé : ARVN

Carie Uyen Nguyen : Whose War Was It? [Aug. 18, 2017]

[ndlr] Poursuite des publications du New York Times sur la guerre du Viêt-Nam dans la série Vietnam ’67 (Historians, veterans and journalists recall 1967 in Vietnam, a year that changed the war and changed America).

Perhaps no one came out of the Vietnam War with a reputation as tarnished as the Army of the Republic of Vietnam. Since well before the war ended, ARVN soldiers were made an easy and ready scapegoat for America’s losses, a stereotype that found its way into academia and popular culture. We’re told they were incompetent cowards who often shirked their duties, leaving the hard work to the Americans.

As a Vietnamese student at an American university with an extensive archive of Vietnam-era oral histories, both written and tape-recorded, I’ve had a unique opportunity to dig deeper, to find all the ways that this story is flimsy and unfair. Unique because it’s not about showing that American soldiers were wrong — rather, I’ve come across account after account from American veterans talking about the courage and effectiveness of their allied brothers, the South Vietnamese soldiers.

Of course, I’ve come across many Americans with negative attitudes about ARVN. But a lot of them were rear-area personnel, people who never fought alongside ARVN and, I imagine, drew inaccurate conclusions from secondhand accounts they’d hear on base. Other negative accounts focused more on cultural differences than anything else. More than one talked about ARVN soldiers’ penchant for walking hand in hand as they headed out to battle. An American radio specialist who served in Binh Duong in 1967 could not understand it, even many years later: “That was kind of strange to us. I don’t think it was any more than they were just good friends, and that’s what they did over there, but it just seemed kind of strange.”

Other American veterans found it strange that the families of ARVN soldiers would often follow them to camp. As one G.I. contemplated: “So these troops were largely draftees. They went into the field with their wives and kids along with them in trail. When they set up the night defensive position, it was like the extended family was there. They did not want to go out and fight in many cases. They just wanted to survive and take care of their families.”

But in my research, the Americans’ critical assessments are easily matched, and then some, by sympathetic, positive accounts of ARVN. For example, many veterans actually liked having ARVN families nearby and praised the willingness of some wives to risk their lives to get fresh produce from nearby villages to cook hearty meals for their husbands and American soldiers. Others recognized that having family members nearby could be a solid source of moral support for ARVN soldiers, a reminder of what they were fighting for.

Lire la suite : New York Times

Carie Uyen Nguyen is a doctoral student in military history at Texas Tech University.

Image « à la une » : Marines of E Company, Second Battalion, with soldiers of the Army of the Republic of Vietnam (ARVN) during a break from patrolling near Da Nang in 1965. © U.S. Marine Corps, via Getty Images

Anthony Heathcote : Remember Forever – Relationships With the Living and the Dead in a Vietnamese Online Memorial Site [2015]

[ndlr] Résumé de la thèse de Anthony Heathcote (University of Adelaide, School of Social Sciences, 2015) sur un sujet inédit et passionnant : la mémorialisation en ligne dans le Viêt-Nam contemporain à travers l’étude des interactions des internautes sur un forum dédié aux personnes décédées. Cette recherche ethnographique « se déplace à travers le temps, l’espace et les mondes virtuels pour examiner la relation entre les nouvelles technologies des médias et des pratiques commémoratives qui sont souvent culturellement et politiquement controversées » (Christina Schwenkel, VSG).

This thesis is concerned with online memorialisation in contemporary Vietnam. It argues that the experiences of Vietnamese who participate in the online memorial site Nghĩa Trang Online highlight the continuities as well as tensions which exist between online, offline and other world (the world of the dead) communications. At its starting point, this thesis situates Vietnamese online interactions within the cultural practice of ancestor worship in Vietnam, which is the dominant relationship Vietnamese have with the dead. It demonstrates that online interactions with the dead which may seem new and untraditional are profoundly embedded in ancestor worship, and that the practice of ancestor worship itself is one which has transformed, through political, technological, economic and cultural changes.

These examinations also feed into wider socio-political issues in Vietnam, including the online memorialisation of fetuses after an abortion, and the remembering of revolutionary martyrs (liệt sĩ) killed during the American/Vietnam War in contrast to the forgetting of soldiers in the ARVN (Army of the Republic of Vietnam/South Vietnamese Army). This thesis also argues that Nghĩa Trang Online engenders a community where Vietnamese can express their emotions relating to loss, continue a relationship with the deceased through comments and online offerings, and give and receive support with fellow members. Such emotional expression is often disenfranchised in Vietnamese society and so online memorialisation becomes a new vehicle for the enfranchisement of grief.

This thesis is based on twelve months’ fieldwork between 2012-2013 in Vietnam within the major cities of Ho Chi Minh City, Hanoi and Da Nang, through online and offline participant observation in the country’s largest online memorial, Nghĩa Trang Online (Cemetery Online). The site is also known as Nhớ Mãi (Remember Forever). Originating in 2008, the website currently has around 60,000 members who use the memorial to create online tombs for the dead, ‘light’ candles and ‘burn’ incense, create online offerings, and remember and communicate with the living and the dead. A number of members also meet in person and participate in death days, cemetery visits, birthdays, weddings, charity events and other social gatherings.

The Internet is burgeoning with spaces dedicated to remembering the dead through social networking sites, blogs, museums, archives, cemeteries and memorials. While there is an expanding body of research contributing to this field, the interactions between the online, offline and the other world in contemporary Vietnam have not been anthropologically researched. This work aims to fill this gap, focusing on the extraordinarily diverse intersection of remembrance, continuing relationships, community, emotion and online memorialisation in contemporary Vietnam.

Mots clés : Nghĩa Trang Online / Nhomai.vn / Anthropology / Ancestor Worship / Death / Ethnography / Vietnam / Online Memorial / Community / Continuing Bonds / Grief / Emotion / Forgetting / Abortion / Revolutionary Martyrs / ARVN / Reflexivity

Source : VSG et Adelaide Research & Scholarship

Image « à la une » : illustration de la page d’accès du site mémoriel Nho Mai © DR

Nguyen Cong Luan: Nationalist in the Viet Nam Wars – CR de lecture par Lauriane Simony

CR de lecture de Lauriane Simony : Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars: Memoirs of a Victim Turned Soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, 598 p.

“What if South Viet Nam had won the war?” (153)

NguyenCongLuan_NationalistVietnamWarsNationalist in the Viet Nam Wars : Memoirs of a Victim Turned Soldier est une imposante autobiographie écrite en 2012 par Nguyên Công Luân. Elle a été publiée aux États-Unis où l’auteur a choisi d’immigrer en 1990, après avoir grandi et vécu au Viêt Nam pendant près de 50 ans. La vie de Nguyên Công Luân est exceptionnelle en ce qu’elle a été successivement marquée par l’occupation française, la guerre d’Indochine, la guerre du Viêt Nam et enfin les conflits entre le Viêt Nam et la Chine : c’est dans cette succession d’évènements traumatisants que le pluriel de Viet Nam Wars prend tout son sens. Cet ouvrage relève d’une démarche purement individuelle : le récit de l’auteur ne prétend ni à l’exhaustivité ni à l’objectivité. C’est avant tout son vécu et son histoire personnelle qui priment ; il affirme d’ailleurs très clairement : “This is not an academic study” (préface). Il ne s’agit donc ni d’une analyse d’historien ni de la biographie d’une figure célèbre : Nguyên Công Luan se présente au contraire comme « un inconnu ».

La guerre vue d’en bas

L’intérêt de sa démarche est double. D’une part, l’histoire contenue dans cet ouvrage est racontée d’en bas. Nguyên Công Luân explique : “Experiences from my childhood in my small home village during the 1946-54 war directed my concerns more to be to the bottom than to the top of a system. I was interested in matters related to enlisted men and poor peasants more than to what presidents and ministers declared” (183). D’autre part, l’histoire du Viêt Nam est présentée dans cet ouvrage du point de vue d’un soldat nationaliste non communiste, c’est-à-dire un perdant de la guerre du Viêt Nam. Encore aujourd’hui, il est impossible pour l’auteur de publier ses mémoires au Viêt Nam. En effet, il n’hésite pas à aborder des sujets qui fâchent, notamment en montrant, selon lui, la « vraie » face du régime communiste vietnamien. A travers ses mémoires, Nguyên Công Luân prend ainsi de la distance par rapport aux récits autorisés sur la guerre du Viêt Nam, le plus souvent écrits (du moins ce qui nous en parvient) par les élites ou les vainqueurs.

NguoiLinhVNCH
Soldat de la République du Viêt-Nam © DR

Ces mémoires invitent le lecteur à s’interroger sur l’idée de guerre et de traumatisme, ainsi que sur le devoir de mémoire individuel. En d’autres termes, la question que pose l’auteur est la suivante : comment raconter la guerre ? Si l’on associe souvent l’horreur à l’indicible, au refus de prendre la parole, on s’aperçoit ici que faire l’expérience de la guerre peut au contraire conduire à une sorte de besoin vital de prendre la parole pour extérioriser le traumatisme : “I had an urgent desire to publish my study to tell readers about what life in the northern half of our country was really like” (438). Nguyên Công Luân n’hésite pas à décrire de manière très crue les scènes les plus dures auxquelles il a pu assister au cours de sa vie – les détails les plus graphiques sur les techniques de torture mises en place par les deux camps durant la guerre du Viêt Nam ne sont pas laissés de côté.

Une expérience personnelle de la guerre

LinhVNCH_smallNationalist in the Viet Nam Wars est composé de cinq grandes parties dans lesquelles la vie de Nguyên Công Luân épouse les grands moments de l’histoire du Viêt Nam au XXe siècle. L’ouvrage s’ouvre sur l’enfance de l’auteur dans le nord du pays, dans une petite ville de la province de Vinh Yên au nord de Hanoi. Le début des mémoires correspond au moment où l’auteur se rend pour la première fois pleinement compte de ce que la guerre signifie : âgé de 9 ans seulement, Luân est kidnappé par un soldat de l’Armée française car il est suspecté de faire partie du Viêt Minh. Toute la première partie correspond à l’occupation française en Indochine et à l’invasion japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, l’auteur décrit la guerre d’Indochine et les bouleversements qu’elle entraine dans la vie de tous les jours : il accorde beaucoup d’importance à son quotidien à l’école et à la politisation précoce des adolescents. Cette seconde partie se clôt sur les Accords de Genève en 1954 et la division du pays – ce qui correspond pour Luân à la migration de sa famille du Nord vers le Sud du Viêt Nam.

S’ensuivent deux parties sur la guerre du Viêt Nam, la première retraçant l’optimisme du Sud, soutenu par les Américains et la seconde peignant la fatalité d’une défaite imminente des nationalistes face aux communistes. Nguyên Công Luân s’engage dans l’ARVN (l’Armée de la République du Viêt Nam) et décrit cette fois-ci la guerre du point de vue d’un soldat et non d’un civil comme lors de la guerre d’Indochine. Il intègre d’abord la 22ème division, puis il choisit de travailler dans le domaine de l’information au sein du programme Chiêu Hôi, très important puisqu’il consiste à convertir et rallier les communistes et à prendre en charge les personnes désillusionnées vis-à-vis de l’idéologie. Enfin, la dernière partie des mémoires concerne les premières années de sa vie sous le régime communiste après la défaite du Sud : il est fait prisonnier durant plus de 7 ans et parvient finalement à émigrer vers les États-Unis en 1990. Il s’agit là d’une partie « bilan » : l’auteur tente d’estimer l’impact de la guerre et de chiffrer les décès liés aux combats.

VNCH_ChuongTrinhChieuHoi
Sauf-conduit e la République du Viêt-Nam (Sud) attribué aux « ralliés » © DR

Ces cinq grandes parties sont elles-mêmes subdivisées en chapitres courts sous forme de vignettes qui épousent la mémoire de l’auteur. Là où les grandes parties suivent un ordre chronologique, les chapitres sont marqués par des allers-retours dans le temps, rythmés par des anecdotes personnelles ou des faits de la guerre qui ont marqué l’auteur lui-même. Si au regard de l’histoire, certains de ces événements peuvent sembler d’importance moindre, ils sont ici dûment mis en avant pour leur importance dans l’esprit de l’auteur. Ceci apparaît clairement lorsque l’on compare l’évocation très rapide de la victoire contre les Français à Diên Biên Phu, à laquelle il n’a pas pris part et qu’il décrit comme un fait relevant de l’Histoire avec un grand H, avec les conflits auxquels la 22ème Division de l’ARVN participe, dans la région de Kon Tum par exemple – conflits décrits très longuement dans l’ouvrage bien qu’ils soient rarement mentionnés dans les livres d’histoire.

Histoire collective et histoire personnelle : les aléas de la mémoire

Nationalist in the Viet Nam Wars se caractérise principalement par la superposition constante entre histoire collective et histoire individuelle. Celle-ci s’opère grâce à une combinaison habile entre récit chronologique et anecdotes personnelles. Cette imbrication des deux histoires est telle qu’on la retrouve parfois au sein d’une même phrase : “However, as my son looked better every day, the new regime seemed to be worse and worse” (238). Ici, la naissance du fils de Nguyên Công Luân correspond au coup d’État de novembre 1963 à Saigon et au renversement du Président Ngô Dinh Diêm. Les anecdotes personnelles qu’il choisit de relater sont d’ailleurs parfois complètement loufoques ou humoristiques car insérées dans son récit de guerre : l’effet de dissonance créé par cette superposition permet pendant un instant de relâcher la tension générale du récit. L’auteur consacre par exemple un paragraphe entier à son choix de se faire pousser une moustache avant d’embrayer sans aucune transition sur l’offensive du Têt en 1968.

La temporalité des événements décrits est en fait assez chaotique : les parties sont plus ou moins longues selon ce dont l’auteur se souvient. C’est pourquoi la toute première partie (A Grain of Sand) est la plus courte : elle correspond à l’enfance de Luân et ses souvenirs sont donc plus épars que lorsqu’il combat durant la guerre du Viêt Nam. A l’inverse, les chapitres qui constituent la 4ème partie, relatant le « bourbier vietnamien » pour reprendre une expression très largement utilisée dans la presse internationale, sont interminables car bâtis sur les victoires et les défaites militaires successives du Sud et du Nord. Dans ce cas, c’est la forme même de l’écriture qui nous donne à voir la stagnation de la guerre avant le dénouement de 1975.

VoAnhNinh_faminevictims
Victimes de la famine de l’hiver 1944-45 au Tonkin © 1945 Vo An Ninh

Au début de l’ouvrage, l’auteur affirme posséder une très bonne mémoire – mémoire qu’il perçoit tour à tour comme un don et un fardeau. Il aimerait en effet oublier certains éléments de sa vie qui le hantent, comme les conséquences de la famine de 1945 : les descriptions de ce passage sont d’ailleurs très pénibles car l’auteur décrit crûment pendant plusieurs pages les corps squelettiques des habitants de son village ou encore les actes de cannibalisme auxquels il assiste. On peut néanmoins se demander dans quelle mesure il se souvient réellement de tout ce qu’il raconte, en particulier lorsqu’il est très jeune : certains éléments ont probablement été reconstitués a posteriori, à partir des récits de ses proches. En effet, il adopte un point de vue très critique sur les situations qu’il vit. Lorsqu’il est kidnappé par l’Armée française à l’âge de 9 ans, il établit un parallèle entre la cruauté des soldats africains de CEFEO (Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient) et les communistes vietnamiens, du point de vue de leurs méthodes d’interrogation, afin de suggérer qu’un régime oppressif s’est substitué à un autre. Ceci relève bien sûr du point de vue rétrospectif de l’auteur, de ses analyses postérieures, et non de ses expériences de jeune garçon.

Un récit sélectif, graphique et construit

Ainsi, ce que nous lisons dans ces mémoires, c’est une histoire qui relève de la sélection : le récit n’est pas entièrement objectif – ce qu’il précise lui-même dans sa préface. A la manière d’un ressassement, certains sujets hantent l’auteur et sont traités à maintes reprises au cours du livre. Par exemple, le traitement des prisonniers de guerre est un sujet qui le touche tout particulièrement (son père, membre du parti national (VNQDD), a été emprisonné et torturé par les communistes et meurt en prison ; Nguyên Công Luân lui-même a été fait prisonnier après la guerre et a connu le travail forcé). Ses thématiques donnent lieu à des descriptions très graphiques.

D’autre part, l’auteur met en avant les faits ou les personnages « oubliés » de l’histoire. L’ouvrage constitue en effet un travail de mémoire important en ce qu’il réhabilite certains héros de guerre inconnus car mis volontairement de côté par le régime communiste, ou encore des « catégories » de personnes moins présentes dans l’historiographie du Viet Nam au XXe siècle, comme celle des femmes, des minorités ethniques, ou encore des soldats américains très proches de l’ARVN. Il tente de montrer en quoi l’assassinat du Président Diêm en 1963 (envers qui il est très critique) constitue un tournant majeur dans la guerre puisqu’il n’y aura plus, après lui, de figure politique assez forte pour maintenir une certaine stabilité au Sud (“The overthrow of President Diêm and the subsequent political disturbances contributed a psychological factor that was almost ignored in the literature of this war”, 251). En revanche, le décès d’Hô Chi Minh en 1969 est traité comme un simple fait divers relayé dans la presse.

LinhVNCH_30-04-1975
Saigon, le traumatisme du 30 avril 1975. Soldats de l’ARVN prisonniers des Bo Doi nord-vietnamiens © DR

L’histoire du Viêt Nam vue par Nguyên Công Luân est donc une histoire construite. Bien qu’il s’agisse de mémoires, on note une forme de mise en scène ou de dramatisation du récit dans certains chapitres. C’est le cas notamment de son récit de la chute de Saigon en avril 1975, l’un des événements les plus marquants de sa vie : il raconte comment il est resté aux côtés de ses hommes jusqu’à la dernière minute et étend la narration pour maintenir une forme de suspense – “Sai Gon was in its last hour” (454). L’auteur est d’ailleurs par moments tenté de réécrire l’histoire et ses rêveries prennent alors le pas sur la réalité. Il s’interroge ainsi sur ce qui se serait passé s’il n’y avait pas eu le Viêt Minh ou encore si le Sud avait gagné la guerre : “I guessed that with such a scenario, Viet Nam would have become a democracy like Thailand, or even the Philippines – not very stable politically, perhaps, but with greater economic development” (133).

Deux Viêt Nam : un point de vue critique sur l’histoire officielle

L’auteur n’a de cesse d’apporter des nuances vis-à-vis des différents discours qui s’entremêlent pendant la guerre : il tente de garder un point de vue critique sur les deux Viêt Nam. Il met en avant l’idée que la guerre du Viêt Nam a été une guerre totale, au sens où elle s’est déroulée à la fois sur le plan militaire et sur le plan idéologique : il accorde une importance égale à ces deux aspects de la guerre. Le profil de Nguyên Công Luân lui-même est intéressant car il est assez protéiforme : il a vécu à la fois en zone rurale et en zone urbaine, il a vécu la guerre à la fois comme soldat et comme civil, il a occupé des postes au sein de l’Armée très divers (sur le front et à l’arrière), il a vécu d’abord au Nord puis au Sud – et même à l’étranger. Ces expériences très diverses lui permettent d’avoir une vision assez globale de la situation.

LinhVNCH5
Le drapeau de la République du Viêt-Nam sur le champ de bataille © DR

Cependant, l’ouvrage souligne un paradoxe : la guerre du Viêt Nam est l’une des guerres les plus connues et documentées de l’histoire, elle a fait l’objet de nombreuses études académiques et de nombreux films mais c’est en fait, selon l’auteur, l’une des guerres les moins bien comprises sur la scène internationale, encore aujourd’hui “shrouded in a fog of misconceptions, bogus myths, and distorted facts” (préface). De plus, les récits des Vietnamiens eux-mêmes sur cette guerre sont très peu nombreux, la censure à l’intérieur du pays étant toujours à l’œuvre. Ainsi, plutôt que de se ranger derrière l’idéologie nationaliste, il examine les aspects positifs et négatifs de la colonisation française, de la présence américaine, et des deux idéologies opposées durant la guerre du Viêt Nam (nationaliste et communiste). Par exemple, il suggère que l’occupation française n’a pas été pire que le régime communiste qui a été imposé à tout le pays en 1975, mais il montre également certains aspects positifs du communisme que l’on oublie parfois, comme la place des femmes dans l’idéologie communiste.

Il rappelle que les dirigeants communistes se sont penchés sur les droits de femmes et en ont fait véritablement une cause nationale (ce qui ne semble pas avoir été le cas au Sud). Nguyên Công Luân met en valeur la diversité et la complexité des statuts et des groupes politiques pour se défaire de l’opposition binaire trop stricte entre nationalistes et communistes – il a lui-même beaucoup de respect pour l’objectif communiste qui est au départ d’établir une nation indépendante. C’est pourquoi il choisit de décrire les luttes intestines au sein du Parti Communiste Vietnamien et entre les différentes factions nationalistes. Il parle d’ailleurs de « lutte fratricide » pour qualifier la guerre du Viêt Nam : certes car il s’agit d’une guerre civile, mais aussi car c’est une lutte qui oppose les personnes d’une même famille, ou bien d’une même classe – il fait de sa propre classe une sorte de microcosme pour montrer à petite échelle la confrontation entre les différentes idéologies de l’époque.

BietDongQuan_VNCH
Rangers sud-vietnamien en communication pendant une opération © DR

Pour finir, Nguyên Công Luân s’interroge sur le rôle de la propagande dans la guerre du Viêt Nam et montre que de nombreux éléments relayés par la radio et la presse (à la fois à l’intérieur du pays et à l’extérieur) relèvent du mythe et non de la réalité. L’exemple le plus parlant, ce sont toutes les constructions autour de la figure d’Hô Chi Minh, transformé en véritable divinité. Il déconstruit avec ironie le discours des cadres du Viêt Minh : “They said that he himself wrote the most beautiful sentence, ‘All men are created equal’” (35) – phrase qui est en fait tirée de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis. Mais là encore, dans le discours de l’auteur lui-même, on peut s’interroger sur ce qui relève du mythe et ce qui relève de la vérité : il relaie certains discours hyperboliques de l’époque qui incitent à la peur et la violence, comme lorsqu’il parle d’un nationaliste démoniaque qui tue les communistes pour boire leur sang…

* * *

Ainsi, sans prétendre aucunement à l’objectivité puisqu’il relate avant tous les fait ayant ponctué sa vie personnelle, Nguyên Công Luân nous offre une fresque détaillée des guerres du Viêt Nam depuis la fin des années 1930 jusqu’à 1990. Son récit, très dense, est souvent dur à lire car excédant toute l’horreur que l’on peut imaginer. Cette autobiographie est un moyen pour lui de rendre justice à ceux que l’histoire, écrite le plus souvent par des non-Vietnamiens ou par des membres du Parti Communiste Vietnamien, a oubliés, tout en marquant une prise de distance vis-à-vis de la multiplicité des discours qui s’opposent sur la question de la nation vietnamienne.

Lauriane Simony, promotion ASIOC 2015-2016.

_______________

Lauriane Simony est actuellement étudiante en deuxième année de Master Asie Orientale Contemporaine à l’École Normale Supérieure de Lyon. Elle effectue ses recherches sur les différentes manifestations du nationalisme en Birmanie sous les occupations britannique et japonaise (1942-1948).

Image « à la une » : femme militaire de l’ARVN tenant un enfant blessé © National Geographic – Inside the Vietnam War, DVD 2008.

Vietnamese Activist Group Advocates Resettling Disabled Military Officers in The US [RFA]

[ndlr] A lire sur RFA, article sur le sort des blessés de guerre de l’ancienne Armée de la République du Viêt-Nam. Reported by Cat Linh and Hoa Ai for RFA’s Vietnam Service. Translated by Viet Ha. Written in English by Roseanne Gerin.

A Vietnamese activist group for disabled veterans has been lobbing American legislators to restart a program that would allow former South Vietnamese soldiers to resettle in the U.S. to escape poverty and discrimination they face at home for their participation in a war than ended four decades ago.

ThuongPheBinhVNCH
Soldats mutilés de l’ARVN © DR

Truc Ho and Hanh Nhon, co-founders of the Association for Disabled Veterans and Widows’ Relief, have met with American legislators for more than a year to convince them to take action so that 500 disabled military officers from the Army of the Republic of Vietnam (ARVN) would be eligible to immigrate to the U.S. under existing law.

When the Vietnam War (1955-1975) ended with the fall of Saigon, present-day Ho Chi Minh City, to the communist North Vietnamese Army, thousands of former ARVN officers were sent to reeducation camps because they had collaborated with the Americans. Some disabled veterans, however, were not sent to the centers.

A few years later, hundreds of thousands of Vietnamese war refugees started immigrating to the U.S. and other countries under the Orderly Departure Program (ODP) created in 1979 under the auspices of the United Nations refugee agency (UNHCR). More than 458,000 Vietnamese citizens were resettled in the U.S. under the ODP between 1980 and 1997.

Lire la suite : RFA, 07/01/2016.

Nguyen Van Thieu, Président de la République du Viêt-Nam, extraits d’entretiens en 1973

Extraits d’entretiens avec Nguyen Van Thieu en 1973 : extraits tirés de « Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam », film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source : INA.

La mer et le legs familial

[04:04 – 06:15]

Nguyen Van Thieu : J’aime la solitude, je suis comme un solitaire, dans ce sens que je… euh, enfin, pour les moments de repos, euh, de détente, j’aime être seul devant… un grand paysage comme la mer avec un horizon… très lointain d’ailleurs, une vue très large. C’est pour moi une source de méditation parce que j’ai passé toute mon enfance dans mon village, et puis fait… ma maison est tournée vers la mer et puis partout je vois la mer, les lagunes et les montagnes… Faut pas perdre cette habitude là, c’est pourquoi j’ai passé presque tous mes week-end, là où il y a un peu de mer, ou dans mon village natal ou dans une île quelconque ou au Cap Saint Jacques.

J’aime la mer avant tout, je voudrai continuer la carrière de mon grand père, de mon père. J’aimais voyager, j’aimais la mer. J’ai fait la marine marchande. Mon grand père était un amateur de jonques, alors il commandait une flotte de dix jonques, de douze jonques, pour transporter du nuoc mam de Phan Rang jusqu’à Saigon, et dans tous les… dans toutes les provinces du Sud de Saigon et des fois il est allez jusqu’à Singapour pour acheter des tissus, des étoffes, des dattiers [?] puis il est allé parfois jusqu’au, plus au nord, au nord de Hue, de Tourane, c’est comme ça. Dans le temps, c’était des jonques…, des grosses jonques et il est plus fort en navigation que moi. Et, j’ai dû lui demander des fois des conseils sur la navigation astronomique, même avec les livres que j’ai appris. C’est la pratique qui compte, il pouvait prédire les orages…

La pratique du pouvoir

[06:27 – 07:35]

NVT : Je ne m’assoie jamais dans mon bureau pour plus d’une heure. Je marche tout le temps et puis je m’assoie là, m’assoie là, m’assoie là, voyez-vous, bon ben… on ne peut pas me tenir pendant une ou deux heures exception faite pour des réunions, des conseils de ministres. Si j’avais la liberté de travailler comme eux… j’ai plusieurs bureaux dans ce palais, j’ai plusieurs bureaux.

Vous êtes comme Napoléon qui ne pouvait pas rester en place ?

NVT : (rires) Excusez-moi mais le moment où je donne le plus d’ordres c’est le matin quand je fais ma toilette alors j’ai un interphone, alors là, c’est, c’est… Oui, quand je me peigne, quand je me rase, quand je… ça c’est, c’est ça… Je m’en fous là où est le Premier ministre, où est mon chef de Cabinet, où est Nha [Hoang Duc Nha, son neveu], il peut être dans sa maison, en voiture, en déplacement mais… il faut que je puisse parler ou bien donner des ordres à travers l’officier de permanence pour qu’il puisse transmettre mais c’est là, où, à ce moment là que viennent les idées. Les ordres, les ordres viennent comme ça.

[Passage sur le petit dejeuner au Palais présidentiel, Nguyen Van Thieu aborde la question des prisonniers de guerre avec son chef de Cabinet et neveu Hoang Duc Nha]

NVT : J’ai mis beaucoup de temps pour euh… lire les dossiers, pour écouter mes collaborateurs exposer le problème. Mais quand à prendre une décision, j’ai pris une décision très vite, après avoir, si je peux employer le mot « pigé », et surtout après une nuit de réflexion.

[Passage sur une cérémonie présidée par Mme Thieu dédiée aux prisonniers militaires libérés des prisons communistes]

[Passage sur l’organisation par Mme Thieu de la fête des soeurs Trung, héroïnes nationales]

[Entretien privé avec Mme Thieu, elle raconte sa rencontre avec son futur époux, ses études, le contexte familial]

[Passage sur Mme Thieu qui rend visite à l’hôpital aux prisonniers libérés]

[16:10 – 16:37]

NVT : Je vais discuter avec le Président Nixon des… des relations d’après-guerre. C’est-à-dire, on ne parlera plus de guerre mais on parlera de paix et surtout entre les Etats-Unis et le Sud Viêt-Nam certainement des questions d’aide économique, d’investissements, euh, pour la reconstruction, pour le développement de long terme du Sud Viêt-Nam.

[Second passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans le cadre d’une réunion sur la pacification]

[Troisième passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

Une réunification pacifique ?

  • [18:46 – 19 :44]

NVT : Si les communistes respectaient le cessez-le-feu, il y a une solution politique très rapide, des élections, euH… qui devraient [se] dérouler le plus vite possible… alors la réunification ne pourrait se faire que par un choix libre et démocratique alors… on ne peut pas espérer avoir la liberté, la démocratie sous les communistes. Donc, personne ne peut prédire quand et comment les vingt millions d’habitants du Nord Viêt-Nam pourraient avoir une opportunité… d’exprimer leur volonté librement et démocratiquement. On écarte une guerre de réunification (rires). Moi, j’écarte une guerre de réunification, moi je préconise une réunification pacifique. Avec ça, c’est très difficile de prédire parce que… tant que les communistes sont là. C’est presque non faisable.

[Passage sur le catholicisme et la conversion de Nguyen Van Thieu, messe privée au Palais présidentiel suivie du rappel de la destruction de la cathédrale de La Vang à Quang Tri]

[Passage sur la cérémonie funéraire du vénérable bouddhiste Thich Tinh Khiet de la pagode An Quang et hommage de Nguyen Van Thieu]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans l’avion « Peaceful Cooperation » le menant à Washington]

[Passage sur le Palais de l’Indépendance, son histoire, le jardin et le bureau présidentiel]

Bao Dai, le Viêt-Minh et l’indépendance de 1945

  • [32:24 – 35:11]

NVT : Moi, j’étais né à Phan Rang qui était en… en Annam. Il y a ma sœur, mon beau-frère, ils surveillent la maison. Ca reste comme un… lié à un souvenir… une maison. Et je fais le marché, je faisais le marché dans ces villages, deux fois par jour pour ma sœur, voyez-vous et puis comme ça là… Et le pont… existait seulement depuis quatre années, cinq années depuis le programme de pacification. C’est pourquoi on l’appelait le pont de… de M. Thieu. Mais d’ici de cette montagne, j’ai surveillé les batailles navales entre Américains et Japonais dans la mer qui est à peu près à… cinq ou six kilomètres un peu plus loin. Et mon village a été bombardé le premier par l’aviation américaine en 1945. Parce que c’est tout près de Cam Ranh alors la chasse japonaise, la chasse américaine, engageaient une bataille dans le ciel et puis quand ils veulent décharger les bombes, ils le font ici.

En 1945, tout le monde était dans la jeunesse, dans la jeunesse de… sous… Bao Dai et après sous les… Viet Công, les Viêt Minh. Enfin, je peux dire que l’empereur Bao Dai… il a laissé passer l’occasion. Si vraiment, il était un empereur qui voulait lutter pour l’indépendance du pays, il n’aurait jamais permis aux… aux Viêt Công à ce moment de prendre le pouvoir. Moi, je me rappelle bien quand ils prenaient le pouvoir à Phan Rang où j’étais un des leaders du mouvement de jeunesse, ils avaient seulement des fusils. Nous en avons une cinquantaine mais parce qu’il manquait de leadership alors l’empereur Bao Dai, peut-être a été trompé, disant « je voudrais être un citoyen d’un pays indépendant que d’être un empereur d’un état colonisé », c’est trop beau comme… déclaration mais ce n’est pas pratique d’un point de vue politique.

Je travaillais en même temps… que j’étudiais. A ce moment là, j’étais dans une situation pécuniaire assez difficile, alors je m’engageais à travailler dans la direction du lycée Yersin en même temps je préparais mon baccalauréat.

[Passage sur la distribution des prix par Nguyen Van Thieu aux Championnats nationaux du Viêt-Nam]

[Passage sur Nguyen Van Thieu sur un petit bateau de pêche au large de Con Son, Thieu raconte un souvenir de jeunesse sur le chant des pêcheurs]

L’Armée nationale vietnamienne

  • [39:36 – 43:40]

Qu’est-ce qui vous a amené à vous engager dans l’armée ?

NVT : Ah, c’est la situation au Sud Viêt-Nam. J’étais dans la première promotion des officiers de l’Armée nationale vietnamienne, nous étions treize. Nous étions des sous-lieutenants élèves, c’est-à-dire la troisième née de Saint Cyr. Or, j’avais de très bons amis, il y avait toute une promotion qui venait ici se battre, c’est la promotion Général Frère, qui venait ici se battre. Alors, j’ai des amis très… très intimes, des très bons amis de promotion, qui ont été tué au Viêt-Nam… Le mal… Un de mes meilleurs amis qui a été tué sept après son arrivée au Viêt-Nam… dans le Nord.

La dernière, on m’a dit que la dernière bataille à laquelle vous avez participé avec l’armée française c’était, euh, l’opération, euh…

NVT : Atlante. Pas avec les Français. Pas avec l’armée français parce que… ça c’est la première fois qu’à l’armée vietnamienne a été donné un secteur et j’étais assigné à Binh Dinh pour commander dix bataillons pour débarquer et comme il n’y a pas dix bataillons au moment voulu alors… je dois débarquer à Song Cau beaucoup plus au Sud et puis remonter jusqu’à Binh Dinh. Mais, tous nous étions des Vietnamiens dans cette opération soutenue par la logistique française… et commandée par des Vietnamiens.

C’était la première fois qu’il y avait un… secteur confié complètement à des Vietnamiens ?

NVT : Non, j’étais au secteur de Hung Yen au Nord Viêt-Nam, au sud de Hanoi, ça c’était le premier secteur vietnamisé. Alors, c’est le morceau le plus dur qui a été passé à nous par la zone Sud, enfin… j’étais… je travaillais avec le Général Cogny. Alors j’ai plusieurs fois rouspété et puis… (rires) même j’ai envoyé un rapport de tonnerre au Général Cogny [René Cogny, 1904-1968]. Il était venu : « Qui a rédigé ce rapport ? » Alors il y avait là un commandant… un commandant français qui est chef d’Etat-Major, un colonel vietnamien qui était commandant de secteur, moi j’étais lieutenant chef du troisième bureau. J’ai rédigé le rapport. Et… Alors il signe comme ça, après avoir lu, il signe. Le commandant mais…, le Général Cogny, il dit que : « C’est formidable ce rapport ». Il ne pensait pas que c’est le commandant français qui avait osé, et puis il a répondu que : « Quel est celui qui a rédigé ce rapport ? ». Je dis que : « Mon général c’est moi ! » Il dit que : « Pourquoi ? », « – Mais je dois dire la vérité ». Alors le général Hinh qui est mon chef d’Etat-Major, il a été signalé par le Général Cogny, le général Hinh était venu, il dit : « Viens ici » : « C’est bon, c’est bien comme officier mais tu n’as pas le droit de faire ça. Tu feras ça quand tu seras général mais pas maintenant. (rires)

Qu’est-ce vous avez ressenti au moment de la chute de Dien Bien Phu ?

NVT : J’étais à ce moment là lieutenant-colonel à Song Cau. Tout le monde, enfin… officiers vietnamiens comme français, on était très triste parce que ça c’est… Mais moi je vous dis franchement, si il n’y avait pas la politique en France, si on est pas battu en politique, on ne… même à Paris, la chute de Dien Dien Phu avec la perte de quinze mille hommes, ça ne justifie pas la perte d’une guerre. Et la chute de Dien Bien Phu en comparaison avec la chute de Quang Tri, de Kontum, de Binh… Binh Dinh, qu’est-ce que c’est ? Et quinze mille hommes par rapport à 180.000 Français, c’est même pas un dixième de l’armée, plus 180… 120.000 Vietnamiens. On peut toujours continuer la guerre si on en avait les moyens. C’est juste qu’on a dit qu’on a perdu la guerre à Paris, pas en Indochine. Dien Bien Phu, mais c’est un coin qu’on ne peut même pas retrouver sur la carte, c’est un nom tout à fait inconnu.

[Passage sur le Conseil des Généraux au Palais de l’Indépendance]

Vo Nguyen Giap et la conduite de la guerre

  • [44:35 – 46:35]

NVT : Dès le début de (19)68, Vo Nguyen Giap a fait une erreur très grave, il a recommencé cette erreur en 1972. Il a sous-estimé l’armée sud-vietnamienne [Passage sur l’ARVN à l’entrainement]. Il a sous-estimé aussi l’armée américaine et il croyait que tout devrait se passer au Viêt-Nam en 1967-68 comme… ça c’était passé au Viêt-Nam en 1953 ou en 1954. Or, tout était différent. L’armée française à ce moment là n’était pas aussi puissante que l’armée américaine et bien doté au point de vue matériel que l’armée américaine… dans cette guerre. De plus, l’armée vietnamienne est considérée comme si elle n’existait pas. Il y a quelques bataillons, régiments séparés sous le commandement vietnamien ou sous le commandement français, il n’y avait presque pas de gouvernement. Les… les leaders… de Hanoi, ils n’ont pas bien compris tout ça. C’est pourquoi il ont commis des erreurs très graves au point de vue politique, psychologique, comme militaire. Et c’est aussi une des causes, euh… de leur défaite parce que, euh… ils ont mal compris et ils s’étaient trompés. Et que la guerre de… de 1965-1972 devraient être comme la guerre de 1950, 1954.

[Passage sur Nguyen Van Thieu examinant les armes prises à l’ennemi à Sa Huynh et inspection du secteur]

[49:03 – 46:35]

NVT : Vo Nguyen Giap, il pensait qu’il pourrait continuer à faire le Napoléon de 1972 comme il était le Napoléon vietnamien de 1953-54.

[Passage sur Nguyen Van Thieu inspectant les troupes et les positions sud-vietnamiennes]

[50:35 – 51:12]

NVT : Alors j’ai dis ça à quelques Américains qui me demandaient ça. Et qu’on s’attendait à ce que pouviez terminer cette guerre en trois mois avec votre massive aviation. Alors c’était, au contraire, le gradualisme qui prévaut dans la politique de la guerre. On ne peut pas faire la guerre avec gradualisme.

La population au Nord Viêt-Nam s’attendait à ce qu’on libérait le Nord Viêt-Nam dès le premier bombardement américain en 1966, alors ils étaient découragés.

  • [51:24 – 51:53]

NVT : Si j’avais tous [eu] les moyens nécessaires, j’aurai cassé le corps de bataille de Giap même au Laos… en 1971.

Vous n’aviez pas suffisamment de moyens à l’époque ?

NVT : Pas suffisamment de moyens, la logistique était très difficile, très longue à suivre et les Américains ne voulaient pas… s’engager totalement dans cette bataille.

Vous connaissez le Général Giap, personnellement ?

NVT : Non, j’ai entendu parler de lui. Et je… J’ai entendu parler de lui comme un professeur d’histoire de… dans un collège… au collège de Gia Long à Hanoi quand j’étais encore collégien.

Retranscription des dialogues et intertitres : FG

Nathalie Huynh Chau Nguyen, Vietnam’s Forgotten Soldiers

[ndlr] Avis de la parution prochaine d’un ouvrage sur la mémoire des soldats sud-vietnamiens (ARVN) réfugiés en Australie. Aboutissement d’un projet de recherche de longue haleine mené par Nathalie Huynh Chau Nguyen (Monash University) pour constituer une histoire orale de ces vétérans à la bibliothèque nationale d’Australie.

Nathalie Nguyen says the 40th anniversary of the end of the Vietnam War brings painful memories for former South Vietnamese soldiers. But in Australia, veterans are keeping their stories alive – and slowly changing perceptions of the war.

NathalieHuynhChauNguyen_SouthVietnameseSoldiers

I wanted to explore the stories of Vietnamese veterans in Australia because they are the forgotten soldiers of the Vietnam War.

More than 250,000 South Vietnamese soldiers were killed in the 1955 -1975 war however their histories have been largely silenced in the wider story of the war, and erased in postwar Vietnam.

General mobilization was decreed in South Vietnam in 1968, and nearly every male over the age of twenty had some form of military experience. South Vietnam suffered terrible casualties during the war: In one year alone, in 1972, 39,587 South Vietnamese soldiers were killed in action while 109,960 were wounded. South Vietnam had a population of approximately 18 million. It was a country scarred by war.

Many veterans experienced years of internment after the war and many escaped their country as refugees.

Lire la suite / Read more : Australia Plus – ABC International

Voir aussi :

Triển lãm vinh danh QLVNCH – Exposition en l’honneur de l’ARVN

ChienSiVNCHUne exposition « militaria » en l’honneur de l’Armée de la République du Viêt-Nam s’est déroulée pendant trois jours, les 24, 25 et 26 octobre 2014 dans les locaux du quotidien Nguoi Viet [Le Vietnamien] en Californie. Organisée par la Vietnam Military Hobby Association, elle célèbre la mémoire des vaincus. L’aperçu proposé par la vidéo ci-dessous montre que les maquettes et les uniformes formèrent l’essentiel des objets présentés au public. On peut regretter l’absence de documents écrits (lettres, journaux de guerre), photographiques et filmographiques rappelant le destin des femmes et hommes qui composèrent cette armée défaite le 30 avril 1975. L’exposition offre ainsi une vision désincarnée et abstraite de la guerre à l’opposé de ce qu’elle fut. A lire et à voir sur le site du journal.

Triển lãm mô hình quân trang quân dụng vinh danh QLVNCH

WESTMINSTER (NV). Một cuộc triển lãm mô hình quân trang quân dụng Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa (QLVNCH) trước 1975, nhằm vinh danh QLVNCH, sẽ được tổ chức tại phòng sinh hoạt nhật báo Người Việt, trong 3 ngày 24, 25 và 26 tháng 10 cuối tuần này.

Đây là hoạt động triển lãm thường xuyên của nhóm “Vietnamese Military Hobby Association” từ năm 2009, từng tổ chức tại nhật báo Người Việt và hội chợ Tết Sinh Viên cũng như hội chợ Tết của cộng đồng người Việt tại Nam California. Mục đích của những buổi triển lãm này, theo ông Nguyễn Ngọc Bạch, cựu sĩ quan Hải Quân QLVNCH trong tổ chức cho biết, “Chúng tôi, Vietnamese Military Hobby Association là một tổ chức bảo tồn và vinh danh QLVNCH và Đồng Minh, cũng muốn có những hoạt động nhằm giới thiệu và nhắc nhở các thế hệ người Việt về những hy sinh anh dũng của những người chiến sĩ năm xưa.”

Theo ông Tô Phạm Thái, cựu sĩ quan Sư Đoàn 18 QLVNCH, hiện đang chủ trương Tạp Chí KBC, và là một thành viên trong ban tổ chức, nội dung buổi triển lãm ba ngày lần này sẽ long trọng hơn, phong phú hơn các lần trước. Quân trang, quân dụng được bổ túc nhiều hơn, các sa bàn trận chiến, các mô hình địa thế chiến trường nổi danh cũng được hoàn chỉnh tỉ mỉ, các loại máy bay, tàu chiến, quân trang, quân dụng cũng được bổ túc rất nhiều và thêm nhiều kiểu cỡ máy bay, tàu chiến do từ sưu tầm thêm được những chi tiết từ những góp ý, bổ túc của các cựu chiến binh QLVNCH đến tham dự trong các lần triển lãm trước.”

Lire la suite : Nguoi Viet, 22/10/2014.

* * *

La voix du chanteur Giang Tử s’est éteinte

CaSiGiangTuLe 16 septembre 2014, le chanteur Giang Tu est décédé à Houston (Texas) des suites d’une longue maladie. Il avait 70 ans (71 ans pour les Vietnamiens).

Giang Tu, de son vrai nom Nguyen Van Giang, naquit à Haiphong en 1944. Il débuta sa carrière musicale à la fin des années cinquante. Sa famille quitta le Nord pour rejoindre le Sud à l’issue de la guerre d’Indochine. Il participa au Bureau de la Guerre Psychologique de l’Armée de la République du Viêt-Nam (Cục Tâm Lý Chiến của Quân lực Việt Nam Cộng Hòa) en 1963 et resta longtemps habité par cette culture militaire. C’est sans doute pour cette raison qu’il continua à chanter en uniforme jusqu’à la fin de sa vie après son arrivée aux États-Unis.

Après la chute de Saigon, il demeura au Viêt-Nam et poursuivit ses représentations au sein des groupes musicaux autorisés Kịch Kim Cương, Hương Miền Nam ou Xiếc Tuổi Trẻ. Il résida au Viêt-Nam jusqu’en 2009, ou 2011 selon les sources, date à laquelle il se rendit aux États-Unis sans doute pour des raisons de santé. Atteint d’un cancer de la gorge, il refusa d’arrêter de chanter malgré les conseils de son médecin. La presse du pays lui rend aujourd’hui un hommage appuyé en omettant les aspects militaires de sa biographie. Sa disparition nous donne l’occasion de redécouvrir sa belle voix chaleureuse.

FG

GiangTu

Pour en savoir plus :

 

* * *

* * *

* * *

* * *

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Séance 5

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

 Mémoires d’Indochine :

 Regards internes sur la décolonisation et la guerre

 au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

MémoiresIndochine2013ter

Séance 5 – Mardi 22 octobre 2013

 

« Trajectoires de femmes en guerre »

Cette séance abordera la question des femmes aux prises d’une décolonisation brutale et leur mobilisation dans la guerre civile vietnamienne de part et d’autre du 17ème Parallèle. Pour illustrer cette thématique, nous nous appuierons sur une nouvelle littéraire de Lê Minh Khuê évoquant le sort des jeunes filles des Jeunesses de choc (TNXP) sur le front de guerre en RDVN et une étude de Nathalie Huynh Chau Nguyen sur les trajectoires de femmes militaires de la République du Viêt-Nam (Sud).

 

Extraits de textes à discuter :

  • Lê Minh Khuê, « Lointaines étoiles », in Lointaines étoiles, Hanoi, Editions en Langues Etrangères, 1973, pp. 10-37.
  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013, pp. 116-137 [extrait du chapitre 3, « Des femmes en uniforme » + dos de couverture].

* * *

Exposés oraux sur le Laos :

  • Christelle Razanakolona à propos de : Souvannavong, Vongprachanh, La jeune captive du Pathet Lao, Paris : Fayard, Les enfants du fleuve, 1993.

 

Pour aller plus loin :

  • Doan Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans “La survivante de la Forêt qui rit”, nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, 2 avril 2007.
  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, Memory is another country. Women of the Vietnamese Diaspora, Santa Barbara, California: Praeger, 2009. (traduit en français en 2013)
  • Phan Thanh Hao & Karen G. Turner, Even the Women Must Fight. Memories of War from North Vietnam, New York: John Wiley & Sons, 1998.
  • Sandra C. Taylor, Vietnamese Women at war. Fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence: University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Gina Marie Weaver, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York, State University of New York Press, 2010.