Archives par mot-clé : Arte

Le merdier de Ted Post (1978) – version restaurée de 2017

Diffusion sur la chaîne Arte du film de Ted Post Le merdier (Go Tell the Spartans, 1978)  dans sa version restaurée de 2017. Présentation ci-dessous. 

Un film à revoir. Disponible du 04/02/2019 au 10/02/2019. Prochaine diffusion le lundi 4 février à 20:55

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis. Un major reçoit l’ordre d’envoyer un détachement à un avant-poste… Un brûlot énergique dénonçant l’absurdité de la présence américaine au Viêtnam. Burt Lancaster y force l’admiration.

Le Viêtnam, en 1964, un an avant l’intervention des États-Unis dans la guerre fratricide opposant le Nord et le Sud. Le major Asa Barker dirige un camp de conseillers militaires américains prêtant main-forte à la lutte contre les Viêt-congs communistes. Il reçoit l’ordre de sa hiérarchie d’envoyer un détachement à Muc Wa, un avant-poste désert et néanmoins stratégique. Mais en manque de troupes, le vétéran constitue son équipe avec les moyens du bord : quelques nouvelles recrues peu aguerries, des civils vietnamiens et un groupe de militaires locaux, commandés par un sergent-traducteur particulièrement violent. Sur place, l’opération ne se déroule pas comme prévu…

Au fond du trou

Le nom de l’avant-poste où se situe le principal de l’action, Muc Wa, est un jeu de mots sur l’expression anglaise muck war, “guerre embourbée” en français. C’est de cela dont il s’agit : l’enlisement des soldats américains dans un conflit qu’ils ne comprennent pas. “C’est leur guerre“, entend-on tout au long du film, comme un leitmotiv. Situé quelques mois avant le véritable engagement de l’armée américaine, alors que plane encore le spectre de la défaite de la France en Indochine, le film annonce et miniaturise à l’échelle d’un seul avant-poste l’ampleur du chaos qui va suivre. Dans un milieu hostile, les hommes sont la cible d’ennemis invisibles et exécutent des ordres qui paraissent absurdes. Ils sont exaltés, patriotes, suicidaires ou se réfugient dans les opiacés. Qui peut en sortir indemne ? Avec Le merdier, Ted Post, par ailleurs réalisateur prolifique pour la télévision (La quatrième dimension) et le cinéma (Le secret de la planète des singesMagnum Force) signe un brûlot pacifiste percutant, avec un Burt Lancaster fascinant en vétéran à l’empathie bourrue.

Source : Arte

Pierre Brocheux : à propos de La Guerre du Vietnam sur Arte

A propos de La Guerre du Vietnam : deux films présentés sur la chaîne ARTE le mardi 14 avril 2015.

VietnamLaSaleGuerre

Les deux films ont chacun leur intérêt et leurs qualités. Le premier intitulé « la sale guerre » présente des témoignages inédits de vétérans américains, nord-vietnamiens et d’opposants au régime sud-vietnamien (dits vietcong). Mais la parole est également donnée à un ancien combattant de l’armée sud-vietnamienne. L’autre nouveauté (par rapport à d’autres films sur la guerre d’Indochine) est la vision allemande de la guerre à travers les souvenirs d’Allemands de l’Ouest et de l’Est (reporters, photographes et personnel médical du navire-hôpital affrété par l’ordre des Chevaliers de Malte).

VietnamDividedMapCependant, si l’on écoute attentivement le commentaire, on se rend compte que nous ne sommes pas encore, en 2014-2015, sortis de la tragédie vietnamienne ou plus exactement nous ne sommes pas encore détachés de la doxa anti-impérialiste (anti-américaine) des années 1960-1970.

D’un côté nous voyons l’armée américaine et de l’autre l’armée viet cong et celle du nord, le commentateur dit textuellement « après l’invasion américaine ». Le film, du moins son commentaire, exclut la partie du peuple sud-vietnamien qui ne voulait pas vivre sous un régime communiste ; cette population et l’État sud-vietnamien que les nationalistes tentèrent d’édifier maladroitement (voir la dérive autoritaire sous la présidence de Ngo Dinh Ziem), sont qualifiés de « collaborateurs, d’employés ou de richards » qui s’enfuient sur les porte-avions américains. Dans cette séquence, le commentateur enchaîne sur les boat people dont nous ne saurons pas qui ils sont ni d’où ils viennent, ni pourquoi ils fuient.

Et pourquoi avoir choisi comme témoin sud-vietnamien, un catholique (élève des Frères des écoles chrétiennes), qui est marqué par l’empreinte « colonialiste » puisqu’il fredonne une chanson tricolore ? [1]. Une façon comme une autre de le stigmatiser.

Pour tout dire, Il y avait un autre Vietnam qui n’était pas une colonie américaine et qui fut le théâtre d’une guerre civile qui avait commencé en 1945 et dans laquelle intervinrent la France puis les États-Unis. Si les communistes n’avaient pas été vainqueurs, le Sud Viêt-Nam aurait pu suivre une destinée semblable à celle de la Corée du sud.

Le second documentaire filme les négociations d’abord secrètes puis discrètes, en tous cas laborieuses, entre l’Américain Kissinger et le Vietnamien Lê Duc Tho. Elles menèrent aux accords de Paris (1973) qui permirent aux États-Unis de se désengager du ‘’bourbier’’ vietnamien.

Le deuxième film accentue l’orientation du premier puisqu’il focalise les négociations entre Nord-Vietnamiens et Américains. Comme dans les westerns on assiste à un duel Kissinger-Lê Duc Tho. Les autres sont en dehors du coup, ils sont spectateurs ou subissent passivement leur sort tout en recevant des balles perdues.

Là aussi, l’autre Vietnam n’existe pas, conclusion : il n’y a pas eu de guerre civile. Dans une version de l’histoire, les Américains ont envahi le Viêt-Nam pour le néo-coloniser, dans la version opposée, les Nord-Vietnamiens ont envahi le sud pour le communiser.

Le paradigme historiographique n’a pas changé, la « sortie de guerre » (politologues) n’a pas encore eu lieu.

Pierre Brocheux, 17/04/2015.

[1] Personnellement, je n’ai jamais entendu chanter un tel couplet car dans les écoles publiques nous chantions ‘’Maréchal nous voilà’’…

* * *

Ouvrages récents de Pierre Brocheux (en langue française) :

  • Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot, 2003.
  • Une histoire économique du Viet Nam, 1850-2007. La palanche et le camion, Les Indes savantes 2009.
  • Histoire du Vietnam contemporain. La nation résiliente, Fayard, 2011.

* * *

Pour revoir les deux reportages sur Arte+7 (liens et présentation sur Mémoires d’Indochine) :