Archives par mot-clé : arrestation

Arrestation du journaliste Pham Chi Dung : un assaut contre la liberté d’expression

Le 21 novembre 2019, le département d’enquête du Ministère de la Sécurité publique à Hô Chi Minh-Ville annoncé officiellement l’arrestation du journaliste indépendant Pham Chi Dung. A travers un communiqué lapidaire l’annonce a été faite sur le site de la Police et largement diffusée dans les médias1.

Le département de police de Hô Chi Minh-Ville, après avoir ouvert une enquête, a exécuté sans tarder le mandat d’arrêt pour la détention et le mandat de perquisition à l’encontre de Pham Chi Dung, une personnalité célèbre de la dissidence vietnamienne. Ce journaliste indépendant, né en 1966 dans la province de Dông Thap, a été arrêté à son domicile au 298/4, Nguyên Trong Tuyên, quartier 1, district de Tân Binh à Hô Chi Minh-Ville sous les chefs d’inculpation “de fabrication, de stockage, de diffusion d’informations ou de propagande et documents destinés à s’opposer à l’État de la République socialiste du Viêt Nam”. Cette inculpation s’appuie sur l’article 117 du Code pénal de 2015 (modifié et complété en 2017) de la République socialiste du Viêt Nam. La nouvelle a été présentée sur le Courrier en Vietnam, organe de l’agence vietnamienne d’information en français, dans des termes déniant toute qualité de journaliste à M. Dung présenté comme “une personne”, “un homme” responsable d’une grave infraction :

L’Agence de police d’enquête de la police de Hô Chi Minh-Ville a introduit une instance et interpellé un homme domicilié dans la mégapole du Sud pour propagande contre l’État vietnamien, a-t-elle informé jeudi 21 novembre2.

Le communiqué de la Police précise, sans réelle surprise, que “récemment, Pham Chi Dung a eu de nombreuses activités publiques très dangereuses, violant gravement la loi et nuisant à la stabilité sociale, à la sécurité et à l’ordre public”. Cette nouvelle confirme le durcissement des autorités communistes du Viêt-Nam vis-à-vis de toute expression pluraliste dans le pays. Dans le collimateur de la police politique depuis des années, Pham Chi Dung avait créé l’Association des journalistes indépendants du Viêt-Nam (Hội nhà báo độc lập Việt Nam) en juillet 2014, association dont il était le président et l’un des principaux rédacteurs. A la suite de cette arrestation, le quotidien en ligne fondé par Pham Chi Dung a été rapidement déconnecté de la toile3.

L’intellectuel Nguyen Quang A réagissait à cette arrestation sur le programme vietnamien de la BBC : “Je me sens dévasté, triste et de plus en colère car l’arrestation de M. Pham Chi Dung est un signe très inquiétant de la politique actuelle du gouvernement vietnamien, car les accusations portées contre lui sont absolument sans fondement”4. De son côté l’avocat Trân Quôc Thuân se montrait “à la fois surpris et non surpris” par une telle arrestation. Il rappelait que Pham Chi Dung avait été, par le passé, en partie protégé par ses relations familiales, étant le fils de Pham Hung, un dirigeant communiste notoire dans le sud qui fut le secrétaire de l’ancien Premier ministre Vo Van Kiêt5. Le fait que ce journaliste indépendant, fondateur du Viêt Nam Thoi Bao un quotidien en ligne, soit bien informé par des sources non identifiées a poussé la Sécurité publique à diligenter une perquisition et à mener cette enquête6.

Sur sa page Facebook, l’Association des journalistes indépendants publia le 22 novembre 2019 un Communiqué de presse rappelant la légalité de Pham Chi Dung dans sa construction d’un journalisme professionnel détaché du pouvoir politique conformément à l’article 25 de la Constitution du pays et aux accords internationaux en matière de droits civils et politiques signés par la RSVN7. Le communiqué rappelait son soutien total et inconditionnel au travail de Pham Chi Dung dans sa volonté de construire ce journalisme vietnamien indépendant et dénonçait toutes les arrestations de personnalités jugées dissidentes par le régime, utilisées comme monnaie d’échange dans les négociations commerciales internationales, notamment celles en cours avec l’Union Européenne8.

L’association Reporters sans frontières qui avait fait de Pham Chi Dung un de ses “héros de l’information” en 2014 a fermement condamné cette mesure policière :

Reporters sans frontières (RSF) condamne avec la plus grande fermeté l’interpellation de ce défenseur opiniâtre de la liberté de la presse, qui œuvre depuis plusieurs années pour la consolidation d’une société civile ouverte et informée, au-delà de la propagande du Parti communiste vietnamien (PCV)9.

D’autres ONG de défense des Droits de l’homme ont immédiatement adressé une lettre de protestation aux autorités vietnamiennes. En particulier, l’OMCT (Organisation mondiale contre la torture) a rappelé l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par la RSVN le 24 septembre 1982 :

The Observatory strongly condemns the arbitrary detention and judicial harassment of Mr. Pham Chi Dung, which seem to be only aimed at punishing him for his legitimate exercise of his right to freedom of expression. The Observatory calls on the Vietnamese authorities to immediately release Mr. Pham Chi Dung and put an end to any acts of harassment, including at the judicial level, against him and all the human rights defenders in the country. The Observatory further calls on the authorities to respect the right to freedom of opinion and expression as enshrined in Article 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR).10

Si actuellement, “l’affaire est en cours d’investigation” comme le rappelle le communiqué de la Sécurité publique, cette arrestation est le signe d’une tension grandissante chez les autorités communistes à l’approche du XIII congrès de janvier 2021. L’inquiétude n’est pas feinte car, outre le fait que la RSVN ne respecte pas la liberté de la presse et d’expression, elle démontre une fois de plus que les dirigeants actuels affichent un profond mépris pour les recommandations de la communauté internationale en la matière, bafouant allégrement la propre constitution du Viêt-Nam amendée en 2013.

En cinq ans, Pham Chi Dung a pu démontrer qu’un journalisme indépendant de qualité était possible et pouvait agir sur l’évolution des mentalités au sein du Parti communiste vietnamien. L’influence grandissante de ce média à travers la pertinence des analyses de Pham Chi Dung a sans doute été la cause de cette répression aussi soudaine que malheureusement prévisible dans un État-Parti tenu d’une main de fer par la police politique.

FG, MàJ 25/11/2019.

Extrait de L’Asie du Sud-Est 2015 (Bangkok, IRASEC).

Notes

  1. Cf. Khởi tố hình sự đối với Phạm Chí Dũng về hành vi “Làm, tàng trữ, phát tán hoặc tuyên truyền thông tin, tài liệu, vật phẩm nhằm chống Nhà nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam”, Bô Công An, 21/11/2019 []
  2. Hô Chi Minh-Ville : une personne poursuivie pour propagande contre l’État, Le Courrier du Vietnam, 22/11/2012 []
  3. Le site renvoie désormais les lecteurs sur une page d’inscription à Blogger []
  4. Phản ứng dư luận sau khi cây bút Phạm Chí Dũng bị bắt, BBC Vietnamese, 22/11/2019. Voir aussi : Việt Nam bắt và khởi tố hình sự ông Phạm Chí Dũng, BBC Vietnamese, 21/11/2019. []
  5. Voir le portrait que nous avions fait de lui dans L’Asie du Sud-Est 2015 – Bilan, enjeux et perspectives, sous la dir. d’Abigaël Pesses et François Robinne : “Pham Chi Dung, figure du nouveau journalisme indépendant”, pp. 337-338, reproduit ci-dessus []
  6. Phản ứng dư luận sau khi cây bút Phạm Chí Dũng bị bắt, BBC Vietnamese, 22/11/2019. Voir aussi les détails biographiques mentionnés par le quotidien californien Nguoi Viêt : CSVN bắt giam nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguoi Viêt, 21/11/2019 []
  7. Un aperçu des sujets traités par ce journaliste est donné sur Voice Of America : https://www.voatiengviet.com/z/4579 []
  8. Voir : https://www.facebook.com/ijavn.org/ []
  9. Cf. Inquiétante arrestation du journaliste indépendant vietnamien Pham Chi Dung, RSF, 22/11/2019 []
  10. Cf. Viet Nam: Arbitrary detention of Mr. Pham Chi Dung, OMCT, 22/11/2019. Sur ce pacte voir : International Covenant on Civil and Political Rights, ONU ; texte en français et sa ratification par les États membres : 4. Pacte international relatif aux droits civils et politiques, UNTC []

Hội Cựu Tù Nhân Lương Tâm Việt Nam : Báo cáo vi phạm nhân quyền Việt Nam 2015-2016

[ndlr] Rapport de l’Association des anciens prisonniers de conscience du Viêt-Nam sur trois années de répression (2014-2015-2016). Une analyse autour de 4 axes : harcèlement, répression, violences et arrestation. A lire sur le site de l’Association.

Réalisé par les anciens prisonniers d’opinion suivants : Le Dr. Nguyễn Đan Quế, le Père Phan Văn Lợi, le Vénérable Thích Không Tánh, l’agrégé Phạm Bá Hải, l’avocat Lê Công Định,  le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng, les ingénieurs Lê Thăng Long et Phạm Văn Trội.

Selon cette organisation, il y a actuellement (en date du 27/02/2017) 66 prisonniers d’opinion en RSVN, purgeant des peines de prison de 20 mois (pour Can Thi Theu) à la réclusion à perpétuité (pour Phan Van Thu). Parmi ceux-ci on compte 28 prisonniers condamnés à des peines de 10 à 17 ans ; 21 à des peines de 3 à 9 ans et 15 dont les peines ne sont pas connues.

Source : http://fvpoc.org/

Image “à la une” : l’évolution de la répression de 2014 à 2016, en page 3 du rapport.

Viet Nam: Arrest of human rights lawyer highlights spurious commitment to human rights

[ndlr] Nguyễn Văn Đài (1969-), activiste bien connu, est de nouveau emprisonné. Son arrestation le 16 décembre 2015 pour “propagande anti-étatique” a soulevé les protestations de l’ensemble des organisations de défense des Droits de l’homme et de l’Union européenne. Communiqué d’Amnesty International ci-après.

Authorities in Viet Nam must immediately and unconditionally release human rights lawyer Nguyễn Văn Đài, who has been detained on charges of “spreading propaganda against the state” shortly after the EU-Viet Nam Human Rights dialogue was held in the capital Ha Noi, Amnesty International said today.

According to a statement by the Ministry of Public Security, Nguyễn Văn Đài was taken into police custody on Wednesday and charged under Article 88 of the Penal Code, which has frequently been used to imprison peaceful activists and human rights defenders. A search warrant was issued for his house in Ha Noi. The arrest comes a month before the once every five years National Congress of the Communist Party of Viet Nam which is often preceded by a crackdown on dissent.

“Nguyễn Văn Đài is a brave and passionate activist who has been raising awareness domestically and internationally about human rights violations in a country that tolerates no dissent. His arrest highlights Viet Nam’s spurious commitment to human rights. He must be immediately and unconditionally released,” said Champa Patel, Amnesty International Director for Southeast Asia and the Pacific.

“The timing of Đài’s arrest is worrying and may indicate the start of a crackdown on government critics similar to those which have preceded previous party congresses. Rather than locking up its critics, Viet Nam should be looking on the party congress as an opportunity to reform and to move the country towards a genuine commitment to human rights.”

Nguyễn Văn Đài is a well-known human rights lawyer and former prisoner of conscience. He founded the dissident Committee for Human Rights in Viet Nam in 2006 – now called the Vietnam Human Rights Centre – and was one of the original signatories to an online petition on Freedom and Democracy for Viet Nam which garnered the support of thousands.

Between 2007 and 2011, Nguyễn Văn Đài served four years in prison on charges of “conducting propaganda against the state”. In April 2013, he founded the Brotherhood for Democracy, and he now faces imprisonment for a second time for his commitment to human rights. If convicted for “spreading propaganda against the state”, Nguyễn Văn Đài faces between three and 20 years in prison. Since his arrest this morning, activists inside Viet Nam have been describing Đài as Viet Nam’s Pu Zhiqiang.

The arrest comes 10 days after Đài and three colleagues were brutally assaulted by 20 men in plain clothes after they had delivered a small workshop on human rights. The attack is the latest in a series of physical assaults on human rights defenders in Viet Nam over the past 18 months which have been highlighted by the UN, among others.

“The Vietnamese authorities must also take immediate steps to end intimidation, harassment and other forms of attacks against human rights defenders, and establish an independent and impartial body to investigate and bring suspected perpetrators to justice,” said Champa Patel.

Background

Amnesty International and others have repeatedly called for Article 88 to be repealed or amended to conform with international human rights law and standards, which Viet Nam is obliged to uphold as a signatory to the International Covenant on Civil and Political Rights.

Vietnamese authorities have stated that several laws relating to human rights are under preparation for approval by the National Assembly in 2016. They include the draft Amended Law on the Press, the draft Law on Association, the draft Law on Demonstrations and the draft Law on Access to Information.

Source : Amnesty International

Pour en savoir plus :

  • L’État vietnamien s’acharne contre le journalisme-citoyen, Reporters sans Frontières, 10/12/2015 : Une semaine après avoir été passé à tabac, le journaliste-citoyen Nguyen Van Dai a été arrêté pour “propagande contre l’état”. Reporters sans frontières (RSF) dénonce cette nouvelle arrestation arbitraire et exhorte les autorités à mettre un terme au harcèlement des journalistes-citoyens vietnamiens.

Image “à la une” : Nguyen Van Dai, page Facebook.