Archives par mot-clé : Armée populaire du Viêt-Nam

Vo Nguyen Giap, le “Napoléon vietnamien”, héros intangible

GeneralGiap_10-07-2008_Hanoi
Le général Giap, le 10 juillet 2008 à son domicile à Hanoi. © Hoang Dinh Nam / AFP

Le décès du général Vo Nguyen Giap n’est pas une surprise mais sa disparition est indéniablement d’ores et déjà celle d’un grand personnage de l’histoire mondiale. Figure mythique de la révolution et de la guerre d’Indochine, il incarne à lui seul la victoire de Dien Bien Phu, un pari militaire insensé qui symbolise encore aujourd’hui la victoire des peuples colonisés sur l’Occident. Ce “coin d’enfer” décrit par Bernard Fall, les Français s’en souviendront pendant longtemps.

Pourtant, Giap conserva une aura même chez ses farouches adversaires français. Il suscita l’admiration chez d’autres Français comme le photographe Roger Pic qui possédait un grand portrait de lui dans son atelier à Montparnasse ou l’historien Alain Ruscio, compagnon de route du communisme vietnamien, qui mena plusieurs entretiens importants avec le général [1]. Son Guerre du peuple, armée du peuple deviendra la bible d’une génération contestataire et tiers-mondiste dans les années soixante-dix [2]. Référence incontournable de la polémologie nord-vietnamienne, il suscitait beaucoup d’intérêt dans les médias et aimait jouer les stratèges dans les reportages télévisés occidentaux consacrés à la guerre du Viêt-Nam.

Mais le destin du général Vo Nguyen Giap est complexe comme l’a démontré le biographe Cecil B. Currey [3]. S’il fait figure de héros pour la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) à l’époque d’Ho Chi Minh, il représente aussi une autre voie plus nationaliste que le Viêt-Nam refusa de prendre dans les années soixante lors des tensions sino-soviétiques. Pro-soviétique dans son patriotisme, il ne fut pas directement attaqué comme le fut le général Lê Liêm et de nombreux autres cadres de l’armée populaire lors des procès pour « révisionnisme anti-parti » (1966-1967). Le général vainqueur du colonialisme restait pratiquement intouchable. Le colonel Bui Tin, ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, est certainement un de ceux qui connaissent le mieux cette période sombre où le parti choisit avec Le Duan, Le Duc Tho, Pham Hung ou Nguyen Chi Thanh (décédé prématurément en 1967) l’autoritarisme, la propagande et le communisme de guerre [4].

Vo Nguyen Giap apparaît pour d’autres Vietnamiens, anticommunistes et exilés, comme le principal instigateur de la lutte contre les partis nationalistes concurrents du Viêt-Minh en 1945-1946. Giap signe les décrets de septembre 1945 contre les organisations dite « réactionnaires ». A ce titre, il symbolise la terrible répression au Nord contre le VNQDD (affaire On Nhu Hau) [5]. Sa stratégie militaire très dispendieuse en femmes (il faut le souligner) et en hommes est aussi souvent remise en cause aujourd’hui par la jeune génération. Car Dien Bien Phu, malgré l’exploit, fut une boucherie pour les deux camps et les Vietnamiens payèrent chère cette bataille comme le démontre les travaux des journalistes indépendants Dao Thanh Huyen, Dang Duc Tue, Nguyen Xuan Mai… [6]. Sa stratégie ne fut pas « celle de la paix » comme il le rapporte dans une mise en scène adressée à une journaliste de L’Humanité (le quotidien du Parti communiste français) en 2004, sa stratégie fut celle de la victoire sur le long terme et au prix d’un sacrifice humain incomparable [7].

Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV
Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV

Je me souviens de Georges Boudarel qui, grâce à ses connections avec Hanoi, savait que Giap avait rédigé près de mille pages de mémoires. Celles-ci furent publiées en France en trois volumes et malgré la forte attente, Giap continuait à offrir cette vision « orthodoxe » de l’histoire national-communiste vietnamienne [8]. Contesté dès l’échec de l’offensive du Têt en 1968 (à laquelle il s’opposa avec Ho Chi Minh contre le Politburo), il vit ses prérogatives en matière militaire et politique s’amoindrir pendant les dernières années de la guerre du Viêt-Nam et plus encore après la réunification [9]. Il se plia à toutes les épreuves du parti communiste vietnamien pour ne jamais trahir Ho Chi Minh. Ce fut sa ligne de conduite jusqu’au bout, presque une obsession. Rester fidèle à son maître vertueux et déterminé. C’est aussi pour cette raison que, paradoxalement, il incarne aujourd’hui une forme de droiture et d’héroïsme dans un Viêt-Nam en proie à la dégradation sociale et morale. Sa conduite et son hygiène de vie simples sont un modèle pour beaucoup de ses compatriotes. Il appela dans les années 1990 à un “Dien Bien Phu économique” (Saigon Eco) et, sur ce plan, il ne fut pas déçu. Son nom reste aussi associé aux blogs dissidents qui contestent la puissance maritime chinoise sur la mer orientale et l’exploitation de bauxite sur l’ancienne piste Ho Chi Minh [10].

Le général Vo Nguyen Giap est assurément le héros dont le Viêt-Nam a besoin pour relever le défi de la transformation pacifique du pays, une paix qu’il chérissait à la fin de sa vie. Il est resté très populaire jusqu’à sa mort. Lui qui conduisit tant de jeunes gens à la mort, lui qui haïssait les autres nationalistes, c’est bien cela le paradoxe. Il était l’ultime survivant du carré de dirigeants autour d’Ho Chi Minh (Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho). Son histoire, intimement liée à celle du parti et de l’armée populaire, reste à écrire.

François Guillemot, 05-10-2013. Version mise à jour le 06-10-2013.

Notes

[1] Vo Nguyen Giap, une vie. Propos recueillis par Alain Ruscio. Hanoi, 1979-2008, Paris, Les Indes Savantes, 2010.

[2] Vo Nguyen Giap, Guerre du peuple, armée du peuple, Paris, Maspéro, PCM 14, 1967 (première édition chez Maspéro dans les Cahiers Libres en 1966). Paru précédemment en français à Hanoi aux Editions en Langues Etrangères , 1961. Une guerre du peuple remarquablement bien analysée dans Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011.

[3] Cecil B. Currey, Victory at Any Cost. The Genius of Vietnam’s Gen. Vo Nguyen Giap, Potomac Books Inc., coll. The Warriors, 2005 (rééd.). Version française amoindrie des notes de bas de page : Vo Nguyên Giap – Viêt-nam, 1940-1975. La Victoire à tout prix, Paris, Phébus, coll. De Facto, 2003. Sans doute la biographie la mieux informée.

[4] Mặc Lâm, Tướng Võ Nguyên Giáp từ trần, thọ 103 tuổi, RFA, 04-10-2013. Voir aussi Bui Tin, 1945-1999: Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Kergour, 2000 et surtout son témoignage éclairant : Bùi Tín, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết, VOA, 04-10-2013.

[5] Sur cette affaire, voir notre article : “Au cœur de la fracture vietnamienne : l’élimination de l’opposition nationaliste et anticolonialiste dans le Nord du Vietnam (1945-1946)”, in Naissance d’un Etat-Parti. Le Viêt Nam depuis 1945. The Birth of a Party-State. Vietnam since 1945, Christopher E. Goscha & Benoît de Tréglodé (Ed.), Paris, Les Indes Savantes, 2004, pp. 175-216.

[6] Dao Thanh Huyen & al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde Editions, 2010.

[7] Vo Nguyen Giap: “Ma stratégie était celle de la paix”, interview de Dominique Bari en 2004, republiée dans L’Humanité, 04-10-2013.

[8] Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946 -1954. Tome 1 : La résistance encerclée. Tome II : Le chemin menant à Dien Bien Phu. Tome III : Dien Bien Phu, le rendez vous de l’histoire, Fontenay-sous-Bois, Anako éditions, 2003-2004.

[9] Certains historiens considèrent que Vo Nguyen Giap fut isolé au sein de l’appareil dirigeant dès 1960. Sur ces aspects, voir le chapitre 15 du journaliste Huy Duc consacré à Giap dans Ben Thang Cuoc (tome 2, pp. 134-178) reproduit sur le site Viet Studies. Sur la conduite de la guerre, voir l’ouvrage de Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War (University of North Carolina Press, 2012) et l’article de Merle Pribbenow, “General Giap and the Mysterious Evolution of the Plan for the 1968 Tet Offensive” (Journal of Vietnamese Studies, Vol. 3, Issue 2, Summer 2008, pp. 1-33). Son destin rejoint celui d’autres patriotes au sein du parti (comme Dang Van Viet par exemple) qui furent isolés ou broyés par l’État totalitaire qu’ils avaient eux-mêmes contribué à mettre en place aux côtés d’Ho Chi Minh.

[10] Voir sa photographie sous forme d’un avertissement qui orne la page d’ouverture du site Bauxite Viet-Nam.

* * *

Une version précédente de cet article a été traduite en vietnamien par la BBC et mise en ligne le 05-10-2013 sous le titre : Tướng Giáp – người hùng và nghịch lý (Le général Giap, héros paradoxal).

Le chapitre consacré au général Giap de l’ouvrage de Huy Duc a été traduit en anglais : HuyDuc_TheWinningSide-Vol2Chap15GeneralGiap

4 octobre 2013 : Le général Giap, héros du Vietnam indépendant, n’est plus [RFI] :

Le général Giap © AFP Photo / Ho / VNA
Le général Giap © AFP Photo / Ho / VNA

[ndlr] L’information est tombée sur tous les écrans vietnamiens : le général Vo Nguyen Giap est décédé le vendredi 4 octobre 2013 à 18h09 à l’âge de 103 ans et un mois selon le décompte vietnamien et 102 ans pour les Occidentaux.

* * *

Au Vietnam, le général Vo Nguyen Giap est mort. Considéré comme le héros de l’indépendance du pays, artisan de la débâcle française à Dien Bien Phu, il s’est éteint à l’âge de 102 ans ce vendredi 4 octobre. Retour sur son parcours hors normes.

RFI – Avec notre correspondant à Hanoï, Victor Guillot

C’est un héros, une légende vietnamienne qui s’est éteinte ce vendredi. L’homme était né en 1911, dans ce qui était à l’époque l’Indochine française.

Très vite, dès l’adolescence, le fils de mandarin se montre hostile au colonialisme français. Son aspiration à l’indépendance le mène sur les chemins du communisme. Il adhère au Parti indochinois dès les années 1930.

En 1941, il participe à la création du Viet Minh aux côtés d’Ho Chi Minh. Les destins des deux hommes sont désormais liés. L’oncle Ho confie à Vo Nguyen Giap la création de l’armée populaire vietnamienne.

C’est à sa tête qu’il vaincra les Français à Dien Bien Phu en 1954. Le militaire goûtera de nouveau au succès une vingtaine d’années plus tard, en tant que ministre de la Guerre du Vietnam Nord. Cette fois-ci, ce sera au tour des Américains de rentrer chez eux.

Au début des années 1980, celui qui se définissait comme un général autodidacte est écarté du bureau politique, avant d’être réhabilité quelques années plus tard – ce qui alimente les rumeurs de divergences de vues avec les dirigeants.

Le général Giap s’exprimait beaucoup moins depuis plusieurs années. Il apparaissait simplement de temps en temps dans la presse officielle pour une photo avec le Premier ministre ou le président.

La nouvelle de sa mort est tombée en début de soirée au Vietnam. Tien Phong, un des journaux créés lors de la guerre d’Indochine, a été l’un des premiers à annoncer cette disparition sur son site internet. Il salue le départ du « Napoléon vietnamien ».

Lire la suite : RFI, 04-10-2013.

A relire : Hanoï célèbre le controversé général Giap, RFI, jeudi 25 août 2011.

Voir également : AFP, Décès du général Giap, le vainqueur de Dien Bien Phu, Libération, 04-10-2013.

Rappels biographiques dans :

Jean Lacouture, “Giap, le volcan sous la neige”, Le Monde, 04-10-2013 (publié initialement le 5 décembre 1952).

Jean-Claude Pomonti, Le général Giap, héros de l’indépendance vietnamienne, est mort, Le Monde, 04-10-2013.

Sách mới: Nhớ nhà văn Trần Độ [avis de parution]

BiaTranDo[ndlr] Avis de parution d’un livre-hommage au général Tran Do intitulé En souvenir de l’écrivain Tran Do. De son vrai nom Tạ Ngọc Phách, le général Tran Do (1923-2002) était connu pour ses positions courageuses en faveur des libertés démocratiques et de l’ouverture politique.

Membre du Parti Communiste Indochinois en 1940, il fut arrêté à la fin de l’année 1941 et emprisonné dans le bagne de Son La et s’évada en 1943 lors d’un transfert vers le bagne de Poulo Condore. Il repris ses activités révolutionnaires et en particulier devint, à l’âge de 23 ans, commissaire politique dans la jeune armée populaire à partir de 1946. Il conserva cette fonction politique importante au sein de l’armée aguerrie pendant les deux guerres jusqu’en 1976.

Parallèlement à cette vie militaire accomplie, il mena des activités littéraires et publia dans le Journal de l’Armée populaire. Retourné à la vie civile après la guerre, il fut pendant un temps Vice-Ministre de la culture et occupa divers postes au sein de l’appareil d’État réunifié. Membre du Comité central du Parti de 1960 à 1991, il prit peu à peu ses distances avec une organisation qu’il considérait incapable de se rénover. Il fut exclu du PCV en 1999 après 58 ans de bons et loyaux services à l’Armée, la Patrie et le Parti. Il devait décéder trois ans plus tard en 2002.

Considéré comme l’un des initiateurs de l’ouverture culturelle du Doi Moi (Renouveau), il appela dans plusieurs textes à la fin du totalitarisme, à la refonte du PCV, à redonner un sens à l’Assemblée nationale et à ériger une véritable constitution démocratique. Les thématiques évoquées par Tran Do à la fin de sa vie sont aujourd’hui plus de dix ans après sa mort d’une actualité saisissante.

Nhà xuất bản Văn học vừa cho ra mắt bạn đọc cả nước cuốn sách Nhớ nhà văn Trần Độ đúng vào dịp kỷ niệm 90 năm ngày sinh của ông (23/9/1923 – 23/9/2013).

Cuốn sách dày 300 trang tập hợp các bài viết về Nhà văn Trần Độ từ những năm cuối của thế kỷ trước đến nay. Cuốn sách được nhà văn Tô Đức Chiêu viết bài giới thiệu Từ đáy lòng bè bạn.

Toàn bộ các bài viết trong cuốn sách Nhớ nhà văn Trần Độ được giới thiệu trên blog. Mời bạn đọc theo dõi.

Source : Tran Do Tac Pham, 10/09/2013.

Pierre-Yves Clerc : Malgré la défaite – Dien Bien Phu, naissance d’un mythe [soutenance M1]

Mémoire de séminaire

“Les formes contemporaines de la violence internationale”

4ème année de Sciences Po Lyon

Directeur de Mémoire : Julien Fragnon (Sciences Po Lyon)

Jury : Julien Fragnon et François Guillemot (CNRS, IAO)

Date : Mardi 3 septembre 2013

à 11h en salle 2012 (bâtiment pédagogique)

dienbienphu

Malgré la défaite – Dien Bien Phu, naissance d’un mythe.

Pierre-Yves Clerc

Du 13 mars au 7 mai 1954, 15000 soldats de l’Union Française s’opposent à 55000 bô dôi de l’Armée Populaire du Vietnam à Dien Bien Phu. Des milliers d’hommes venus de la Métropole et de ses colonies combattent pendant cinquante-six jours sous un déluge d’acier. De cette bataille naît une importante bibliographie écrite par d’anciens combattants, des historiens et plus rarement, des hommes politiques. A travers ces ouvrages et à travers la presse de l’époque comme d’aujourd’hui, Dien Bien Phu est présenté comme un «Verdun tropical», une bataille glorieuse mais perdue où se révèlent des héros. Parler de Dien Bien Phu, c’est évoquer le destin tragique des hommes du Corps Expéditionnaire, mais c’est également comprendre les implications politiques et diplomatiques qui se cachent derrière cette bataille. Expliquer un événement qui a eu des répercussions si fortes à travers le monde, et qui a été d’une certaine façon instrumentalisé, nécessite une étude approfondie. C’est dans le but d’analyser la naissance d’un mythe que ce travail a été réalisé. Dien Bien Phu est décrypté à travers les prismes militaire et civil. Gloire et attentisme se chevauchent alors dans un désir de vérité.

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires de la Piste Ho Chi Minh en ligne

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires vietnamiens de la Piste Ho Chi Minh.

Le site vietnamien VN Military History.net (également accessible sous son appellation vietnamienne : QuanSuVN.net) créé en 2006 rassemble une documentation en ligne tout à fait unique sur l’histoire militaire du Viêt Nam au XXe siècle. Le site se présente sous la forme d’un forum divisé en six grandes thématiques :

 

  • Informations générales (3 tribunes) :
  • Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne (5 tribunes)
  • Discussion sur l’histoire de la défense patriotique (6 tribunes)
  • Sang et Fleur [le soldat vietnamien hier et aujourd’hui] (4 tribunes)
  • Culture, sport et échange (5 tribunes)
  • Marché au-delà de la clôture du camp (2 tribunes)

La Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne se compose de 5 tribunes consacrées à la connaissance de la guerre au Viêt Nam et à l’étranger des temps anciens à aujourd’hui à travers la mise en ligne d’une documentation comprenant des des études militaires sur l’Armée populaire, des récits de batailles, des biographies, des autobiographies, des mémoires de guerre, des romans et des nouvelles, des textes étrangers traduits. La rubrique intitulée « Documents et Mémoires » est dédiée aux études militaires sur la révolution et la guerre du Viêt Nam produites par la RSVN ainsi qu’aux mémoires de guerre d’officiers nord-vietnamiens principalement.

Depuis la première mise en ligne en 2007, plus d’une centaine de ces documents sont désormais en accès libre sur la toile. Cette série de mémoires de guerre publiés en RSVN intéresse notre séminaire. Dans la première sélection ci-dessus sont rassemblés les mémoires ayant un rapport direct avec la Piste Ho Chi Minh.

On y retrouve les mémoires du général Dong Sy Nguyen, de Luu Trong Lan, celles du chirurgien Lê Cao Dai, ainsi que trois recueils de souvenirs.

L’étude de Dang Phong intitulée les “5 pistes Ho Chi Minh” et une biographie sur Phan Trong Tue, le premier Commandant de la piste Ho Chi Minh sont également disponibles :

Un site à explorer sur lequel nous reviendrons.

FG

Jacob Van Staaveren: Interdiction in Southern Laos.
Washington DC: Center of Air Force History, 1993.
Wikimedia Commons