Archives par mot-clé : Armée populaire du Viêt-Nam

Disparition du journaliste dissident Bùi Tín (1927-2018)

[ndlr] Le plus célèbre des dissidents vietnamiens, ancien journaliste et colonel de l’armée populaire du Viêt-Nam, réfugié en France depuis septembre 1990, est décédé le 11 août 2018 à Montreuil à l’âge de 91 ans. L’annonce a été faite par la BBC. Une voix importante pour la compréhension du Viêt-Nam contemporain s’est éteinte.

Ouest-France avec AFP, Vietnam. Mort en France d’un ex-colonel et dissident, Ouest-France, 12/08/2018.

  • Nhà báo Bùi Tín: ‘Hoa Xuyên Tuyết chính là khát vọng tự do’, BBC Vietnamese, 11/08/2018. Hoa xuyên tuyết là loài hoa ‘mỏng manh’, nhưng ‘mạnh mẽ’ và ‘kỳ diệu’, khiến người ta có thể tưởng tượng, liên hệ đến khát vọng, ước muốn tự do của dân tộc mình vươn lên khỏi mọi sự đàn áp, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín, người vừa qua đời hôm 11/8/2018 ở Pháp, hưởng thọ 91 tuổi, chia sẻ với BBC vài tháng trước khi ông mất từ Paris.
  • Nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín qua đời ở tuổi 91, VOA, 11/08/2018. Ông Bùi Tín, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến, cựu phó tổng biên tập báo Nhân Dân, chứng nhân của thời khắc lịch sử 30 tháng Tư, 1975 tại Dinh Độc Lập trong tư cách phóng viên chiến trường, vừa qua đời lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11 tháng Tám, tại bệnh viện André Grégoire, Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi. […]
  • Nhà báo Bùi Tín qua đời, RFA Vietnam, 11/08/2018. Nhà báo Bùi Tín, cựu Phó Tổng biên tập báo Nhân Dân, cơ quan ngôn luận của đảng Cộng Sản Việt Nam, vừa qua đời vào lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11/8 tại bệnh viện Andre Gregoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi.
  • “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, RFA Vietnam, 11/08/2018. “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, nhà báo Tường An, một người thân thiết với nhà báo Bùi Tín nói như vậy với chúng tôi vào rạng sáng ngày 11-8 từ Paris.
  • Nhà Báo Bùi Tín Từ Trần, Viet Bao Online, 11/08/2018. PARIS, Pháp quốc — Bản tin BBC cho biết nhà báo Bùi Tín đã qua đời lúc 1:25 sáng, giờ địa phương ngày 11/8 tại bệnh viện André Grégoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp, hưởng thọ 91 tuổi.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’analyse du journaliste Hoàng Long et au blog de Bùi Tín sur VOA

MàJ 12/08/2018

Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu – CR de lecture par Timothée Garrigos-Pobel

PhamThanhTam_CarnetGuerreVietMinhCe livre à été publié à partir des carnets de guerre de Pham Thanh Tâm à Diên Biên Phu. Alors jeune reporter de guerre dans l’armée Viêt Minh rattaché à la division d’artillerie lourde, l’artiste produit un ensemble impressionnant de croquis, aquarelles et de textes, parfois ses propres observations, parfois des récits de soldats. L’intérêt principal de ce texte réside dans ces deux manières de dire la guerre, le dessin et le récit, mais aussi dans la vision de la guerre d’un militant Viêt-Minh. L’historien Stéphane Audouin-Rouzeau pointe dans sa préface l’élément clé de la compréhension de ce texte, qui nous incite à repenser notre rapport à la « propagande » que l’on a tendance à considérer comme un élément occultant la réalité des souffrances des soldats et de l’horreur de la guerre. Il nous dit « Ce que nous appelons un peu vite ‘la  propagande’ peut être constitué de tout un corpus […] qui donna sens, tout simplement, à ce qui se jouait dans le combat au quotidien ». Le tour de force des Viêt-Minh durant la bataille de Diên Biên Phu, à savoir acheminer sur des centaines de kilomètres et à l’abri des raids de l’aviation française des pièces d’artillerie lourde, qui pilonnèrent des mois durant les positions françaises, ne pouvait pas avoir eu lieu sans un sacrifice réel des soldats, et c’est ce sacrifice humain, dans les mots de ceux qui l’ont vécu que nous propose de redécouvrir l’auteur.

Biographie et contexte historique

Afin de comprendre le contexte historique qui sous tend l’écriture de ce carnet, nous reviendrons sur la biographie de l’auteur et sur le déroulement de la bataille de Diên Biên Phu.

  • L’auteur

Né en 1933 à Haiphong, Pham Thanh Tâm est très vite confronté à la dureté de la colonisation, et ce malgré qu’il bénéficie d’une l’éducation dans un lycée français. Dès 1941, un large mouvement autour de la figure d’Hô Chi Minh influence l’engagement du jeune garçon. Il manifeste dans les rues au milieu d’autres enfants avec des fusils en bois et des drapeaux rouges. L’un des éléments marquant de l’enfance de Tâm est la famine de 1944-1945. Il dit :

« La façon dont les gens mourraient était épouvantable. Ils n’avaient plus de chair sur les os. A la place des pieds ils n’avaient que des plaies grouillantes d’asticots ». (p.19)

Les événements se précipitent lorsque le 23 novembre 1945 l’accord provisoire de Fontainebleau vole en éclat. Haiphong est pilonnée par l’armée française et Tâm et sa famille doivent se réfugier dans le maquis. Il a alors 12 ans et commencent pour lui 7 années de résistance, durant lesquelles, fort d’une formation artistique à Hanoi, il prendra une part active à la production de slogan, affiches, graffitis pour la propagande Viêt-Minh. Il sera ensuite envoyé en Chine pour parfaire son apprentissage militaire puis devra rejoindre Diên Biên Phu à pieds, une marche longue de 300km par laquelle débute le récit.

  • La bataille de Diên Biên Phu

La bataille de Diên Biên Phu se déroula du 20 novembre 1953 au 7 mai 1954. Elle opposa les forces de l’Union française (Para, Légion étrangère, troupes coloniales et troupes vietnamiennes) aux forces Viêt-Minh du Général Vo Nguyen Giap. La bataille eue lieu au nord-ouest du Vietnam actuel, dans une zone proche de la frontière avec le Laos. Les stratèges français avaient choisi cette zone de combat pour sa géographie : une cuvette entourée de montagnes abruptes, dans une zone agricole, loin des zones de ravitaillement des Viêt-Minh. Fort de leur expérience à Na San en 1952, où il remportent une victoire contre le même général Giap, les militaires français tablent sur l’impossibilité pour les Viêt-Minh d’acheminer de l’artillerie lourde dans cette région reculée et montagneuse, ainsi que sur leur propre approvisionnement par un pont aérien au fond de la vallée. Le général Giap va cependant surprendre les militaires français en mobilisant une chaine logistique humaine impressionnante, permettant d’acheminer des pièces d’artillerie lourde (notamment des canons 105 mm récupérés aux Américains, qui sont décris dans le texte de Pham Thanh Tâm comme les anges gardiens de l’infanterie Viet-Minh), et des vivres en masse. Les canons Viêt-Minh, positionnés dans les montagnes tout autour de Diên Biên Phu vont pilonner en continu les positions françaises. Très vite, la piste d’atterrissage destinée au ravitaillement est complètement détruite, et 62 avions sont abattus par la DCA communiste au cours de la bataille.

Le général Giap envoie régulièrement des vagues d’infanterie avancer dans les tranchées, où, après bombardement par les canons, elles envahissent les avant postes français dans des combats au corps à corps pour sécuriser des objectifs stratégiques. Ces opérations sont très couteuses en vies humaines. Le bilan au 7 mai 1954 fait état de 4000 à 8000 tués pour les forces Viêt-Minh et 9000 à 15000 blessés, pour 80 000 hommes déployés (soldats et logistique), contre 2293 morts et 5195 blessés côté français, pour 14 014 hommes déployés (soldats et logistique). Il faudra cependant ajouter 7801 morts ou disparus sur les 11 721 prisonniers français, portant le nombre de morts à environ 10 000.

La bataille de Diên Biên Phu a eu un impact extrêmement important sur les discussions de Genève et les accords qui signent le retrait des troupes françaises du Vietnam et officialisent le cessez-le-feu. Les Viêt-Minh ont pu, grâce à cette victoire, négocier favorablement la suite de la guerre.

A partir de ces éléments biographiques et historiques, nous allons essayer de comprendre comment l’auteur appréhende le point de vue des soldats et le sien.

Le point de vue de l’artiste militant

Le récit débute donc avant la bataille de Diên Biên Phu, alors que Pham Thanh Tâm rejoins la ligne de front, traversant près de 300 km à pied depuis la frontière chinoise. Durant tout son périple il note tout ce qu’il voit mais aussi ce qu’il entends, et à ce titre recueille le témoignage de soldats Viêt-Minh.

  • Le rôle des « unités artistiques »

Pham Thanh Tâm fait partie d’une unité artistique, dont le rôle était de rapporter, via des récits et des dessins, les événements de la guerre, afin de participer à la propagande du régime communiste. L’auteur a effectué une formation en Chine, où les instructeurs du Parti Communiste (PC) dispensaient des cours de « politique », durant lesquels les participants faisaient leur autocritique et apprenaient à penser en « bons communistes ». Cette formation se ressent dans les écrits de de Tâm, que ce soit dans le vocabulaire (« camarade », recours au sacrifice,…) ou dans la manière dont ses croquis représentent le combat (le croquis rapide était une technique enseignée aux unités artistiques afin de pouvoir dessiner sur le champ de bataille). Le journal de Tâm n’était pas destiné à être publié, mais il reste écrit dans l’idée de pouvoir restituer les exploits des soldats qui l’entourent. Il donne le nom et la compagnie à laquelle appartient chaque soldat cité, ainsi que les faits qu’il a accompli. Il retranscrit les combats fidèlement et réalise des croquis sur le vif, tout en prenant soin de ne pas montrer l’horreur des combats, le sang et la mort, même des ennemis. Tâm indique qu’il perçoit son statut comme une mission : donner du courage aux soldats, leur permettre de s’exprimer, d’être sûr que leurs familles sauront ce qu’ils ont accompli au combat. A ce titre, il ne montre pas, dans ses dessins, ce qui pourrait démoraliser ses camarades. Il est intéressant de le noter car malgré son statut d’artiste militaire, Tâm était encore très jeune (21 ans) et n’avait pas à répondre aux même contraintes que pendant la guerre contre les États-Unis, où il sera un artiste officiel du régime et devra donc peindre et écrire de manière beaucoup moins personnelle. Durant la bataille de Diên Biên Phu, Tâm était donc relativement libre d’exprimer des doutes face à l’horreur de la guerre, en faisant attention à ne pas se faire confisquer ses récits. On note cependant qu’il ne critique finalement pas ou très peu la guerre, à ceci prêt qu’il relate les conditions de vie difficile des soldats épuisés. Son récit s’il est éminemment militant, n’est pas pour autant un simple outil de propagande du régime, mais bien plus le miroir de l’espoir qu’incarne à ce moment précis, le mouvement Viêt-Minh pour des jeunes vietnamiens pris dans une guerre de décolonisation.

  • Percevoir la beauté malgré la guerre

Tout au long du récit, Tâm parle de son pays avec optimisme et admiration. A plusieurs moments du récit, et ce même pendant la bataille, il décrit des paysages idylliques loin de l’horreur des combats. Quand une troupe de danseuse vient soutenir le moral des soldats au camp, il s’attache à décrire leur beauté et leur candeur, notant même une affection particulière pour l’une d’entre elle. Dans les dessins de Tâm reviennent souvent des sourires, des fleurs et des couleurs vives comme pour rappeler qu’à côté de la guerre il y a encore la vie. Lorsque, lors d’une accalmie dans les combats, l’auteur se rend sur le flanc d’une colline épargnée par le pilonnage de l’artillerie, il dit :

« J’étais étonné qu’un coin aussi paisible puisse encore exister au milieu de ce carnage. Les arbres verts effleuraient la surface de l’eau. » (p. 136)

Le rythme du récit est très rapide durant la bataille car Tâm s’attache à décrire ce que chaque compagnie d’artillerie a effectuée chaque jour. Cependant, le début du récit, le trajet jusqu’à Diên Biên Phu, et la fin de la bataille sont des événements lents durant lesquels l’auteur prend le temps de décrire les paysages qui l’entourent et la participation de la population à l’effort de guerre.

« […] La région est à l’arrière du front et cela se remarque ! La récolte a été bonne, on trouve des fruits mûrs au marché où le va-et-vient est continu ; des enfants, habillés de vêtements aux couleurs vives, l’air insouciant, chantent à travers les champs. […] C’est incroyable ce que la papaye est fraîche ici. » (p. 47)

Les portraits de soldats sont également réalisés loin des combats et en couleur, afin de pouvoir les transmettre à la famille en cas de décès, la tradition voulant qu’un portrait soit placé sur l’autel des ancêtres. Ces portraits, montrent des soldats jouant aux cartes, des soldats en tenu de combat souriants, ou encore deux soldats, l’un blessé et l’autre valide, en train de dormir ensemble.

CarnetDeGuerre_PhamThanhTam
Fac-similé du journal et photographies de l’auteur © 2011 Pham Thanh Tâm / Armand Colin

Les canons et les pièces d’artillerie lourde sont aussi décrites avec fascination. Ces même canons qui semèrent la mort parmi les troupes françaises et causèrent des destructions énormes sont décrits comme les anges gardiens de l’infanterie, et les soldats qui les hissent à la force de leur bras en haut des montagnes entourant Diên Biên Phu sont considérés comme des héros par l’auteur. La figure du canon revient sans cesse dans le récit, au point que Stéphane Audoin-Rouzeau se demande dans la préface « Est-il permis de suggérer que les servants nouent ici un rapport d’ordre « amoureux » avec leurs armes si précieuses ? »

  • Retranscrire ses émotions

L’élément qui apparaît finalement le moins dans le récit de Tâm est son propre point de vue. Le récit est très factuel, et les seuls témoignages sont ceux des soldats. Il est rare que l’auteur parle de ses propres sentiments face au conflit, et cela peut témoigner de son engagement militant. En effet, le sentiment de camaraderie est très fort dans le récit, notamment parce que Tâm a effectué une partie de son entrainement en Chine aux côtés des artilleurs des unités avec lesquelles il se trouve à Diên Biên Phu La parole des soldats se libère alors que celle de l’auteur s’efface. A certains moments cependant, apparaît la dureté de la mort, soudaine et injuste. Ainsi, alors que Tâm descend d’une colline après une mission, un de ses amis meurs dans l’explosion d’une bombe. L’auteur revient sur cet événement, parlant de la souffrance et l’immense tristesse qui s’empare de lui. Il pleure, mais est cependant déterminé à poursuivre son travail et à soutenir ses camarades.

« […] Deux de mes amis proches ont été tués […] ils sont morts écrasés sous des caisses d’explosifs. Je n’ai que 22 ans, je ne suis que journaliste rattaché à une division […] mais dans mon travail je vais d’unité en unité et beaucoup de soldats deviennent mes camarades. »

« […] A chaque fois que j’ai appris la mort d’un ami, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer. Mais là, j’ai décidé que je ne pleurerai plus. Je n’ai plus assez de larmes, elles me prennent trop d’énergie. C’est la guerre et je sais maintenant que ma volonté et mes forces ne doivent avoir qu’un seul but, celui de vaincre l’ennemi ». (p. 96)

Il est intéressant de remarquer la candeur de ces jeunes soldats, qui ont quittés leurs familles pour le front, et pour qui l’amitié nouée avec leur semblables dans cet environnement meurtrier représente tout ce à quoi ils peuvent se raccrocher. C’est le seul sentiment fort qui transparait dans le récit, et qui est partagé par l’auteur.

La parole des soldats

Le récit de Tâm est parsemé de témoignages de soldats. Revenir sur la parole de ces combattants nous amène percevoir comment un soldat Viêt-Minh à pu vivre la bataille de Diên Biên Phu, tout en acceptant qu’une partie des récits ait été occultée. Les paroles non-retranscrites ne doivent cependant pas diminuer l’importance de celles qui ont été rapportées, car elles représentent aussi un vécu de la guerre.

  • Souffrances et fatigue

Pham Thanh Tâm va transgresser une règle du Viêt-Minh dans l’écriture de son carnet, en acceptant d’écrire sur les conditions de vie des soldats et leur fatigue extrême durant la guerre. L’auteur relate les actions des différents corps de l’armée. Il y a les artilleurs, avec qui il passe la majorité de la bataille. Ces derniers tractent sur des dizaines de kilomètres des canons de 500 kilos à 2 tonnes, à la force de leurs bras. Ils les acheminent en haut des montagnes, où il creusent des abris sous terre afin de les camoufler. Ils habitent dans les abris et doivent se tenir prêts à ouvrir le feu n’importe quand. Les récits de soldats font plusieurs fois mention de la fatigue qu’ils éprouvent à devoir sans cesse reconstruire les abris au beau milieu de la nuit, voir pour certains, dormir dehors, sans chaussures ou veste pour les protéger. Ces conditions de vie sont pour les soldats la chose la plus difficile à vivre, certains d’entre eux étant déployés trop loin des lignes d’approvisionnement doivent rationner la nourriture pendant plusieurs jours afin de survivre. La souffrance des artilleurs se ressent également lors des marches forcées de nuit, afin d’acheminer les canons sans être repéré par l’aviation française. La fatigue est omniprésente, certains soldats ne pouvant dormir que quelques heures par nuit avant de devoir se remettre en chemin avec les canons.

Les unités d’infanteries avec lesquelles Tâm dialogue au long du récit sont, quant à elles, déployées dans les tranchées, où elles dorment et creusent afin de s’approcher des positions fortifiées françaises et les faire sauter grâce à des explosifs.

Les unités logistiques enfin, chargées de l’approvisionnement, et qui sont présentes au début du récit, font l’aller et retour sur des centaines de kilomètres pour acheminer des vivres, notamment par vélo (des vélos Peugeot modifiés pour pouvoir supporter une charge de 200 kilos). Afin d’éviter les bombardements, ces hommes et femmes, pour la plupart civils, et donc non armés, doivent passer par les pistes de la jungle, et vivent dans des conditions difficiles d’épuisement extrême.

  • Les exploits du quotidien

Comme l’indique Stéphane Aundoin-Rouzeau dans sa préface, l’héroïsme a constitué un élément déterminant pour les combattants des deux camps à Diên Biên Phu, précisant qu’ils se conforment à un ethos du combat similaire, où le sacrifice et la mort doivent être acceptés pleinement. On retrouve cette dimension héroïque dans le récit des soldats Viêt-Minh, pour lesquels les actes accomplis chaque jour permettent de donner un sens aux combats meurtriers qui font rage. La précision avec laquelle les soldats relatent leurs actes permettent également de retranscrire le caractère vital de chaque mission : redescendre des mortiers d’une colline et les positionner dans l’angle de tir exact, prendre d’assaut un point fortifié pour détruire une réserve de munitions, ravitailler une division, creuser deux kilomètres de tranchée… Chaque mission pouvant être la dernière, les soldats des deux camps vivent dans un mélange de peur, d’anxiété, de fatigue, et d’euphorie à chaque fois qu’ils accomplissent un objectif. L’auteur qui vit au milieu de ces jeunes soldats souhaite rendre hommage à leur sacrifice.

Dans la première partie du récit, alors qu’il doit rejoindre le front, Tâm voyage avec une division d’artillerie qui achemine les canons jusqu’à Diên Biên Phu. Il relate :

« La compagnie 804 a parcouru 20 kilomètres de pentes escarpées en sept jours, chaque batterie tirant son canon à bout de bras, et pour cet exploit les hommes ont reçu une médaille militaire de troisième classe ». (p. 69)

Cet héroïsme du quotidien permet à l’auteur non seulement de remonter le moral des troupes, quand ces dernières partagent les nouvelles du front, mais aussi de se convaincre lui même de la victoire imminente et inévitable de son camp.

La parole effacée

Certaines paroles ne sont cependant pas retranscrites par Pham Thanh Tâm et ce pour plusieurs raisons possibles. Ces récits sont ceux des blessés qui ne veulent pas retourner au front, ou ceux de gradés qui, ayant vu leur division se faire anéantir critiquent la chaine de commandement militaire et souhaitent déposer les armes. Tâm raconte également l’histoire d’un soldat qui, après avoir assisté avec d’autres à un spectacle de danse par de jeunes filles, ne désirait plus se battre. L’auteur pense que son origine « bourgeoise » en est la cause, il ne serait pas assez endurci pour poursuivre le combat. On peut avancer plusieurs hypothèses expliquant pourquoi ces paroles ne sont pas répertoriées : Tâm, en tant que militant ne souhaitait sûrement pas reprendre les paroles de personnes susceptibles d’être jugées en tant que traîtres ou déserteurs. De plus, dans son optique de soutenir ses camarades il aurait été peu utile de retranscrire de tels récits. Ces récits existent cependant, et ils apparaissent de manière succincte dans le texte. Leur présence nous permet de comprendre que malgré la propagande et l’embrigadement des soldats Viêt-Minh, certains remettent en question la guerre et ses atrocités.

* * *

Ce texte est important car il retranscrit la vision d’un jeune combattant Viêt-Minh et de ses camarades soldats. Ces récits proviennent de militaires peu ou pas gradés, souvent de jeunes combattants présentés comme enthousiastes à l’idée de livrer bataille. Au cours du récit cependant, on comprend que la réalité de la guerre pèse sur le point de vue de l’auteur, le nombre de ses camarades tués, et les conditions de vie difficiles au quotidien. Lorsque les troupes françaises se rendent, le 7 mai 1954, l’auteur écrit :

« Jamais je n’oublierai les rayons du soleil couchant du 7 mai à Diên Biên Phu. […] Je sens que je vais bien dormir, content à l’idée que je suis encore en vie – et peut être aussi parce que je suis si fatigué. » (p. 152)

Dans ce livre, outre la dimension militante et l’écriture dont la forme se rapproche de la propagande communiste, transparaît l’émotion réelle de jeunes soldats Viêt-Minh à Diên Biên Phu. Leurs difficultés, leurs peurs et leurs souffrances ainsi que l’héroïsme notamment des artilleurs qui ont permis la victoire des forces Viêt-Minh, nous donne à voir une autre vision de cette bataille. On aurait cependant tort d’essayer d’effacer la vision militante de l’auteur : elle nous rappelle en effet qu’au delà de la propagande, l’engagement et les émotions de ces jeunes combattants sont réels, ainsi que la croyance en un avenir meilleur.

Timothée Garrigos-Pobel, promotion ASIOC 2014-2015.

  • Réf. : Pham Thanh Tâm, Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu : 21 février-28 août 1954, Paris, Armand Colin, coll. « Le fait guerrier », 2011, 190 p.

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/151401594

Timothee Garrigos est étudiant du Master d’Asie Orientale Contemporaine à l’Ecole Nationale Superieure de Lyon. Il sejourne actuellement à Kyoto et effectue un mémoire de recherche sur les familles monoparentales et le système d’allocations familiales au Japon.

Cao Bang, les soldats sacrifiés d’Indochine [documentaire]

Cao Bang, les soldats sacrifiés d'Indochine[ndlr] Documentaire de Bernard George diffusé le 27 avril 2014 sur France 5 dans l’émission « La case du siècle ». Prochaine rediffusion sur France 5 le 17 mai 2014 à 0:45.

Octobre 1950. Épisode clé de la guerre d’Indochine, Cao Bang est la première grande défaite d’un pays colonisateur face à une armée de libération nationale, un «désastre» qui porte les germes de l’effondrement de l’empire colonial français. Bâti autour des témoignages inédits des rares soldats rescapés, ce document retrace le parcours de ces jeunes hommes en quête d’aventure et d’exotisme, engagés dans une guerre que beaucoup croyaient romantique. Replongeant dans leurs souvenirs, ils évoquent les événements qui ont conduit à la défaite française et révèlent un épisode de ce conflit passé sous silence par les états-majors, le gouvernement et les médias.


Cao Bang, les soldats sacrifiés d’Indochine par Jedburgh45

Ngo Van Chieu : Journal d’un combattant Viet-Minh – CR de lecture de Thomas Riondet

NgoVanChieu_JournalCombattantVietMinhLe Journal d’un combattant Viet-Minh de Ngo Van Chieu est un témoignage d’une expérience de guerre qui aurait dû interpeller ses contemporains mais dont la discrétion est encore aujourd’hui étonnante. Avec un style direct prégnant, l’ouvrage nous projette en immersion dans le Nord du Viêt-Nam lors du déclenchement de la guerre contre le Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient (CEFEO) en décembre 1946 jusqu’à la blessure fatale de l’auteur qui le fait sortir des combats en novembre 1952. Notre compte rendu insistera sur la double dimension de “l’ordinarité et de l’extraordinarité” en présentant séparément ces deux aspects de l’ouvrage : récit personnel pacifiste et témoignage dans les rouages de l’armée Viêt-Minh.

L’ouvrage, comme la destinée guerrière de Ngo Van Chieu, tient du hasard. Ce sont avant tout des moments critiques de l’Histoire qui ont permis la naissance de cet ouvrage. Comment un jeune Vietnamien catholique éduqué dans une famille francophile devient cadre militaire engagé dans la résistance communiste contre l’occupation française ? De même, il aura fallu une rencontre surprenante à la conférence de Genève de juillet 1954 entre Jacques Despuech, ancien membre du CEFEO devenu journaliste, et Ngo Van Chieu présent dans la délégation vietnamienne pour que naisse l’ouvrage. Despuech va découvrir les notes et mémoires de guerre de Ngo Van Chieu et propose alors à celui-ci d’en faire un journal de guerre, un revirement étonnant pour le traducteur improvisé qui précise en fin d’ouvrage que si cette rencontre avait eu lieu en 1946 il n’y aurait eu que la haine d’un ennemi pour un autre en lieu et place de cette relation d’amitié qui a su éteindre les braises encore chaudes du conflit.

Désormais oublié dans une relative solitude il serait possible d’imaginer une réhabilitation de ces mémoires, nous n’hésitons pas ici à placer le potentiel rôle historique du Journal d’un combattant Viet-Minh au même niveau que Le Feu de Barbusse, prix Goncourt l’année de sa parution en 1916 et traduit en Anglais dès 1917. Le Journal de Ngo Van Chieu est paru dans l’immédiat après-guerre en 1955 et représente une source historiographique passionante de par sa singularité autant que par son ordinarité. Témoignage à la fois extraordinaire par son récit d’une destinée de combats imprévue mais tout autant classique car pensé dans l’immédiateté de l’action collective. C’est dans tous les cas un ressenti, une expérience qui nous est transmise à travers de nombreuses descriptions d’atmosphères, scènes de batailles, développement des tactiques et premières découvertes de l’âge adulte. Ngo Van Chieu ne se met pas en scène comme un héros guidé vers la passion résistante mais au contraire comme un individu dont le ressenti affecte beaucoup le récit : éloignement de sa famille, blessures, foi catholique, enthousiasme naïf puis recul critique sur les dogmes du parti et surtout pacifisme sont omniprésents. Des éléments généralement absents de l’historiographie officielle, basée sur l’histoire évènementielle ou le parcours de grands hommes comme en témoigne la littérature abondante sur le général Giap.

 

« La guerre a été contraire à tout ce que j’avais imaginé »

Le glissage qui s’opère dans les titres des chapitres est intéressant et permet de comprendre que l’on est face à un récit avant tout personnel. D’un chapitre comme « les volontaires » vers un dernier intitulé « les soldats » est mis en lumière le passage d’une situation de patriote naïf à soldat de métier prêt à mourir.

En 1941, Ngo Van Chieu a 20 ans, il fit sa rencontre avec les révolutionnaires en 1946. Il semble alors plus préoccupé par la demande en mariage qu’il envisage après avoir été séduit par une des résistantes, dans laquelle il découvre la figure de la femme libérée qu’il n’imaginait pas : « qui aurait pu croire que nous avions de telles femmes ? » (p. 37) se demande-t-il alors. C’est donc dans un engouement teinté de naïveté qu’il s’engage dans le PCI, emporté comme la plupart de ses jeunes contemporains par le discours d’Ho Chi Minh de 1945 et la vision des « soldats triomphants ». Une prise de confiance dans les possiblités qu’offre cet avenir l’amène à rejoindre plus activement la lutte  dans laquelle il fera l’apprentissage d’une liberté inhabituelle. L’anectode du capitaine de caserne révèle la naïveté de Ngo Van Chieu, qui, s’étant engagé dans un procès avec plusieurs camarades contre leur supérieur alcoolique admettra au terme du procès qu’il s’était emporté et avait abusé de cette  liberté nouvellement acquise et remettant en cause les hiérarchies traditionnelles.

Cependant, c’est la guerre qui vient rapidement à bout du jeune engagé. Les récits d’escarmouches sont violents et jusqu’en 1950, Ngo Van Chieu souligne souvent qu’il est « fou de peur ». De nombreuses expériences traumatisantes, comme la première rencontre avec le napalm en janvier 1951, se confrontent alors au souvenir d’une enfance d’avant-guerre où Van Chieu se souvient « nous étions heureux ».

Il en émane un regard critique sur le conflit qui est instructif à plusieurs égards, particulièrement dans la perspective de l’ordinarité du combattant Viet-Minh qu’était Ngo Van Chieu. L’engagement de ce dernier a beau être marqué par un certain suivisme, il se déclare plusieurs fois et dès 1946 « neutre » dans le conflit contre les nationalistes du VNQDD. Il s’en désole souvent en mentionnant un combat inutile, une consternation qui va de pair avec l’émotion qui l’atteint lorsqu’il affronte le contingent indigène, des combats « contre [ses] frères » (p.190). Un sentiment de trahison de ses propres valeurs qu’il retrouve lors de sa rencontre avec une vietnamienne âgée l’ayant caché lors de sa blessure due à un bombardement de napalm en 1951. Le fils de celle-ci est prêtre et Chieu ne peut cacher sa foi catholique, avouant même « je ne suis pas communiste » (p. 162), et son désir de retrouver sa femme l’emporte sur son patriotisme coupant ainsi le récit de la guerre pendant plusieurs mois. Tout se passe alors comme si Ngo Van Chieu aurait souhaité ne jamais participer à la guerre tant le pacifisme est omniprésent, il la décrit souvent comme un massacre aléatoire, une fièvre s’emparant des Hommes, lui même incapable de contrôler ses coups au coeur de l’action et attaquant des silhouettes plus que des ennemis. D’ailleurs aucune rancoeur ne ressort de son témoignage, il affirme que « seule la guerre est responsable » (p. 217), cette « maudite guerre » (p.199) qui a pourtant obtenu de sa part une implication totale, car nécessaire à la victoire du Viêt-Minh.

Soldats de l'Armée populaire du Viêt-Nam lors de la campagne des frontières en 1950 © Ninh Thuan online
Soldats de l’Armée populaire du Viêt-Nam lors de la campagne des frontières en 1950. A droite le vétéran Tô Đình Cắm © Bao Ninh Thuan online

 

« Maintenant ce sont eux qui nous évitent »

A travers le parcours de Ngo Van Chieu il est possible de comprendre dans quelle mesure le Viêt-Minh est une armée dont l’évolution est permanente, la tactique adaptative et la stratégie pourtant immuable. De 1946 à 1951, le Viêt-Minh va passer, au sens propre, de l’ombre à la lumière. Jusqu’à la mi-1947, Chieu fait un constat en observant les conditions de vie des soldats : « nous ne pourrons jamais tenir contre la France » (p. 93). Il est alors persuadé que seule la guérilla pourra assurer une victoire à long terme, pour autant il ne semble pas très confiant lorsqu’il parle d’une « bande désorganisée » qui remporte quelques escarmouches malgré « un manque de coordination » qu’il relève à plusieurs reprises. Une bonne illustration serait la devise du Viet-Minh de cette époque, rappelée par Chieu : « tuez l’ennemi avec les armes que vous lui prendrez » (p. 62).

A partir de l’automne 1951, Ngo Van Chieu note une claire amélioration du matériel, notamment grâce au soutien chinois, et prend fortement conscience de cette évolution en revoyant une photo d’une troupe Viêt-Minh de 1946. Le discours change fortement et beaucoup de fierté ressort du combattant qui affirme désormais que les troupes sont sur « le chemin de la victoire » à travers une « guerre organisée », sa confiance semble totale. Lors des derniers affrontements qu’il engage, il note avec fierté et étonnement la nouvelle puissance de feu des bataillons, les réserves de munitions importantes, la formation de ses soldats. C’est un nouveau luxe dû au soutien des alliés de la RDVN contre la France et à une meilleure organisation logistique dans lesquels il voit des indicateurs prématurés de la victoire inéluctable des troupes Viêt-Minh sur le CEFEO.

Il ne faut toutefois pas se méprendre sur l’enthousiasme de l’auteur. Certes, comparé à 1946 où le Viêt-Minh craignait l’approche des Français et se battait armé de vieilles baïonettes aux côtés d’anciens officiers japonais désoeuvrés, le rapport de force change considérablement à partir de décembre 1950. Cependant, des précisions éparses apportées par Chieu relativisent l’illusion d’une « reconquête » facile : transport d’artillerie à dos d’homme, parcours de troupes pieds nus, protection contre le napalm par des nattes humides, impuissance face à l’aviation française et autres faiblesses persistantes de l’armée Viêt-Minh semblent quotidiennes.

Cet apprentissage de la « guerre de la jungle » semble avoir marqué l’auteur comme le traducteur, qui l’a probablement vécu dans les mêmes conditions, ce dernier consacrant plusieurs pages au milieu de l’ouvrage à une description précise des structures et fonctionnements de la guérilla Viêt-Minh de cette époque. Malgré des évolutions importantes, des conditions de vie et d’armement, c’est la logique de guérilla qui marquera profondément le Viêt-Minh et une fois engagé totalement dans le conflit il révèlera une fonction sociale considérable et décisive aussi bien stratégiquement, dans le cadre de la guerre révolutionnaire, que pour son intégration dans la société vietnamienne.

 

Interactions sociales

Le Viêt-Minh s’est très tôt organisé au sein de la société du Nord Viêt-Nam. La première mission de Ngo Van Chieu comme membre du PCI fut d’organiser une collecte de fonds pour acheter les armes américaines et chinoises qui l’amenèrent à deposséder des bourgeois par des pratiques malsaines, qui, de son propre aveu, remontent à l’époque de la colonisation. Pourtant, c’est aussi en opposition aux réflexes anti-démocratiques de l’Empire français que se construit le Viêt-Minh. L’anectode du capitaine de caserne l’évoque au début du parcours de Chieu mais une fois ce dernier devenu cadre il relate en détail certains procédés spécifiques au Viêt-Minh. Notamment la prise en compte de toutes les opinions du bataillon dans la prise de décisions tactiques : chaque soldat élabore un plan d’attaque pour l’affrontement à venir tandis que le cadre a pour rôle de « faire participer le combattant à l’action menée par le commandement » (p. 205).  De plus, les soldats votent pour chaque décision à prendre qui affecte leur régiment, illustré dans un passage par un débat suivi d’un vote sur le sort réservé à un traître. La participation active requise favorise l’intégration des membres du corps en même temps qu’elle permet la surveillance minutieuse des Cadres des opinions “déviantes”.

Par ailleurs, la rectification des « déviances » semble avoir été un rôle important des unités Viêt-Minh notamment dans leurs luttes contre l’analphabétisme et leurs actions de sensibilisation à l’hygiène. Hors des combats, les troupes Viêt-Minh organisaient des cours et exercices afin de lutter contre l’analphabétisme des populations rurales. Ngo Van Chieu raconte, sans remords, les nombreuses humiliations infligées aux paysans qui ne parvenaient pas à lire correctement ainsi que les règlements liés à l’hygiène durement imposés par le Viêt-Minh, un apprentissage coercitif dans un cadre militaire qui semblait nécessaire à l’auteur. D’ailleurs Chieu se réfère souvent à la nécessité de « gagner la confiance du peuple », un potentiel slogan pour la guérilla dont la proximité avec la population locale relève de la nécessité tactique, d’où le système de « mamans des combattants » dans lequel des femmes prennent en charge des soldats avec la certitude que d’autres feront de même avec leurs fils. C’est donc un système d’interactions sociales que met en place le Viêt-Minh, dans lequel les femmes ont un rôle important à jouer, notamment dans les « services de guerre », assurant à l’armée de résistance une assise populaire et un contrôle du territoire décisifs dans la « mobilisation » du pays pour les décennies suivantes.

* * *

L’ouvrage de Ngo Van Chieu possède des limites qui sont propres au choix de narration, à savoir le journal de guerre, au regard de critères scientifiques. Toutefois, dans la perspective d’un regard interne sur l’histoire vietnamienne il possède une grande valeur de par son récit idéal-typique d’un jeune combattant emporté par les évènements comme l’ont été beaucoup de ses contemporains au Nord mais également par l’opportunité d’étudier le parcours extra-ordinaire d’un catholique issu d’un milieu relativement aisé devenant Cadre de la guérilla communiste et ses implications en terme de distance critique. A tel point qu’il est difficile d’évaluer l’environnement d’une telle oeuvre, d’autant plus qu’elle n’a jamais connu une influence permettant une étude historique, qui oscille entre engagement relatif et témoignage participatif. Le réalisme des récits de combats et la somme de détails témoignent de l’authenticité d’un récit au service d’un pacifisme frustré.

Ngo Van Chieu ne niera jamais la fierté qui l’habite lorsqu’il voit ses frères d’armes devenir des soldats défendant une patrie retrouvée, pourtant par son évolution personnelle qui l’amène à devenir un commandant aguerri qui « ne ressent plus rien » (p. 196) c’est une condamnation catégorique de la guerre qui se dessine. Un véritable testament « barbussien » sur les horreurs des faits de guerre, la folie du fanatisme et la nostalgie pacifique, lourd de sens pour une nation qui ne cessera de verser le sang et les larmes que 20 ans plus tard.

 

Thomas Riondet, promotion ASIOC 2013-2014

 

Réf. : Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viet-Minh, Paris, Editions du Seuil, 1955. (traduit et adapté par Jacques Despuech).

Thomas Riondet est étudiant à l’ENS de Lyon. Au terme d’un parcours à Sciences Po Lyon passant par l’apprentissage du Japonais, les études asiatiques et un séjour académique d’une année à l’université Kwansei Gakuin (Nishinomiya, Japon), il est désormais en cours de rédaction de son mémoire de recherche portant sur les enjeux géopolitiques de la relation entre le Japon et Taiwan.

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [7] – Le détachement de propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam

Giap_QDNDVN[ndlr] Dernier épisode du récit du général Vo Nguyen Giap sur la formation du premier détachement de l’Armée populaire du Viêt Nam.

LE DÉTACHEMENT DE PROPAGANDE DE L’ARMÉE DE LIBÉRATION DU VIETNAM

Devant cette situation, le Comité interprovincial projetait d’organiser une dernière conférence pour décider de l’heure du déclenchement de la guérilla. C’est alors que nous parvint la nouvelle du retour imminent de l’Oncle Ho qui avait réussi à sortir des prisons du Kuomintang.

Arrivé à Pac Bo, après avoir écouté le rapport sur la situation et la résolution portant [sur le] déclenchement de la guérilla, il réunit les cadres responsables pour analyser la situation. Il souligna que la résolution adoptée ne reposait que sur la situation du Cao-Bac-Lang et non de l’ensemble du pays, autrement dit on s’attachait à une partie en faisant abstraction du tout. Dans de telles conditions, déclencher la guérilla sur une large échelle et dans les perspectives de la résolution du Comité interprovincial, c’était aller fatalement au devant de grandes difficultés. Dans l’ensemble du pays, aucune autre région ne réunissait les conditions voulues pour nous soutenir ; l’ennemi pourrait donc regrouper tous ses effectifs contre nous. Du point de vue militaire, la résolution ne répondait pas au principe de la concentration des forces : les cadres et l’armement étaient dispersés, il manquait une force de base.

L’Oncle Ho jugea que si l’étape de développement pacifique de la révolution était déjà dépassée sans qu’on fût cependant arrivé à la phase de l’insurrection générale. Se borner à des activités purement politiques ne suffirait plus à faire progresser le mouvement. Mais déclencher immédiatement l’insurrection serait se mettre en fâcheuse posture. La lutte devait donc passer du politique à la lutte armée, tout en laissant dans l’immédiat, l’action politique prendre encore le pas sur la lutte armée. Il fallait trouver une formule appropriée pour impulser le mouvement.

C’est au cours de cette réunion que le Président préconisa la création du « Détachement de propagande de l’Armée de Libération » qui n’était encore qu’une petite formation. Il avait mission de mobiliser et d’appeler le peuple au combat. Mais dans ses débuts, il devait attacher plus d’importance au travail politique qu’à l’action armée, la mission de propagande primant le combat proprement dit.

Cette analyse de la situation nous convainquit tous et le nouveau programme fut unanimement approuvé.

Ainsi vit le jour le Détachement de propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam.

Après avoir résolu les questions de principe, suivant la méthode de travail qui lui est chère, l’Oncle Ho nous orienta dans l’élaboration des mesures d’application : organisation du Détachement, composition, recrutement, ravitaillement en armes et en vivres, futurs rapports avec les autorités et les populations locales.

Nous avons ensuite passé toute une journée ensemble à élaborer le projet de plan. En veillée nous continuions à échanger nos points de vue ; tard dans la nuit, l’Oncle Ho pesait encore le pour et le contre. Le lendemain matin, nous soumettions le projet à la collectivité.

Pour déclencher la lutte armée suivant la nouvelle orientation, l’Oncle Ho insista particulièrement sur deux points :

– Agir vite et résolument : un mois après la formation du détachement, celui-ci devrait avoir à son actif quelques succès militaires ; le premier combat devrait être obligatoirement une victoire.

– En campagne, assurer de bons rapports entre le détachement régulier et les détachements locaux, entre l’armée et la population. Maintenir en permanence la liaison avec l’organisme dirigeant.

En outre, le Président attachait une extrême importance aux principes de la clandestinité. Nous allions prendre la route qu’il nous recommandait encore :

« Ne soyez pas subjectifs. Ne dévoilez pas vos forces, agissez en secret, dans un secret absolu. Que l’ennemi ignore tout de vous. Qu’il vous croie à l’Est alors que vous êtes à l’Ouest. Qu’il vous croie faible quand vous êtes fort. Qu’il ne se doute de rien alors que vous êtes à la veille de le frapper. »

C’est le cœur débordant de confiance que nous sommes retournés au Comité interprovincial. Les ordres furent appliqués avec célérité. Les cadres et l’armement furent immédiatement rassemblés. Le détachement comprenait à l’origine trente-quatre combattants choisis parmi les chefs de sections, chefs de groupes et soldats d’élite, et qui s’étaient signalé par leur courage dans les détachements armés régionaux ou les groupes de miliciens de choc. L’unité avait également été renforcée par quelques cadres qui venaient de terminer leurs études militaires en Chine. Dès lors il existait dans le Cao-Bac-Lang trois types de formations armées : le détachement de Propagande en constituait l’élément de choc, autour duquel se groupaient les détachements armés régionaux, et ensuite les détachements d’autodéfense paramilitaires. Bien  que toutes trois ne fussent qu’au stade de la guérilla, elles agissaient cependant en étroite coordination. Je me souviens très nettement de cette caractéristique : ce fut pour moi une chose tout à fait nouvelle qui me frappa beaucoup.

La veille de la formation du Détachement, je reçus les directives de l’Oncle Ho transcrites sur un petit morceau de papier caché dans un paquet de cigarettes. Deux jours après, le Détachement de Propagande commençait à les appliquer en remportant ses deux premières victoires à Phay Khat et Na Ngan. Le « Viet Lap » en publia aussitôt le communiqué. En même temps, le Comité interprovincial lançait un appel à la population l’invitant à intensifier son soutien à l’armée. L’influence du Détachement grandissait. La population était soulevée d’enthousiasme. Les éléments flottants se tournèrent vers nous. Les traîtres se mirent à trembler et l’ennemi tempéra son ardeur dans la chasse aux militants. De nombreuses organisations de base furent remises sur pied et virent grossir rapidement leurs rangs. Le mouvement montait. La population apportait à l’armée des palanches de grain à l’armée et des galettes de riz par paniers entiers. En certains endroits, on nous offrait même des buffles, des boeufs, des cochons. On vit apparaître des poèmes T.T., du riz T.T., des caisses T.T. pour l’achat des armes… (T. T. sont les initiales des mots vietnamiens « Tuyên Truyên » – propagande – par lesquelles on désignait le Détachement).

La jeunesse était gagnée par un puissant mouvement de « départ pour la libération » qui faisait grossir rapidement nos rangs.

De Phay Khat, Na Ngan, le Détachement de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam marcha droit sur la zone Thien Thuat, afin de se transformer en compagnie. Les nouvelles recrues, venues des petites unités régionales, arrivèrent très rapidement au centre de rassemblement. En plusieurs endroits, les détachements locaux avaient déjà les effectifs d’une section. Une partie des armes enlevées à l’ennemi leur fut attribuée, ce qui combla la troupe. A cette époque, il suffisait de deux ou trois mousquetons pour soulever d’enthousiasme les combattants. Dans tous les secteurs, on se préparait fiévreusement à de nouveaux engagements et on réclamait l’envoi de troupes régulières.

Après nous êtres formés en compagnie, nous laissâmes une partie de nos effectifs à Kim Ma, Tinh Tuc et Phia Uac pour la propagande armée, tandis que le gros de nos forces, pour désorienter l’ennemi, montait en direction de la région de Dong Mu-Bao Loc, sur la frontière sino-vietnamienne. Aussitôt arrivés dans ce secteur, nous nous rabattions dans un secret absolu vers la région limitrophe des provinces de Cao Bang et Bac Can. Nous pensions, lorsque le mouvement gagnerait encore, nous diriger vers le Sud. Sur notre parcours, la population nous réservait un accueil extrêmement chaleureux. En certains endroits, bien qu’on ne fût qu’à deux ou trois kilomètres du poste, elle allumait des torches pour venir à notre rencontre. Nous étions à l’approche du Têt. Dans certaines localités, la jeunesse avait préparé un véritable festin, disposé tables et chaises aux bords même de la route et nous avait attendus toute une nuit pour nous fêter. Au canton de Hoang Hoa Tham, qu’elle ne fut notre surprise de voir que la population avait tout préparé pour recevoir la troupe. Un véritable campement de paillotes nous attendait dans la forêt, assez vaste pour loger toute la compagnie, avec un terrain d’exercice et un important stock de vivres. La population qui était alors extrêmement démunie, aidait l’armée de la révolution sans compter. Durant les trois journées du Têt, des jeunes et des vieux quittèrent leurs foyers pour passer la fête avec nous. Quand j’y songe aujourd’hui, je me demande encore comment payer la dette que nous avons alors contractée envers le peuple.

C’est à cette époque que les groupes d’assaut rétablirent nos lignes de liaison avec Thai Nguyen, coupées par la répression. Nous poursuivions des préparatifs intenses pour marcher vers le Sud. Les camarades Tong et Vu Anh nous rejoignirent dans la forêt Tran Hung Dao pour rendre visite à la troupe et élaborer un plan de marche vers le Sud. Ils venaient à peine de nous quitter qu’éclata le coup de force du 9 mars [1945]. La situation évoluait favorablement. Le Détachement de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam sortit de la jungle pour une marche en plein jour dans la vallée de Kim Ma. Dans chaque village, la population en liesse avait arboré des drapeaux rouges à étoile d’or. Je me souviendrai toujours du spectacle qui s’offrit alors à nos yeux. Tous ces drapeaux rouges qui rendaient le ciel plus vaste et plus bleu. Les hommes et la nature comme transfigurés, épanouis. Les premières bouffées de l’indépendance qui nous enivraient.

Ensuite, le gros de la compagnie se dirigea vers le Sud, établissant sur son passage le pouvoir révolutionnaire, désarmant les garnisons ennemies et levant de nouvelles unités révolutionnaires.

Dans le Cao-Bac-Lang, la direction du Parti avait donné à temps les directives pour la formation du pouvoir populaire dans la campagne, le déclenchement de la guérilla et la levée de nouvelles recrues. Au lendemain du coup de force japonais, une vingtaine de nouvelles compagnies de l’Armée de Libération furent constituées. Partout, nous ouvrions des bureaux de recrutement. Près de Nuoc Hai, plus de trois mille jeunes s’enrôlèrent volontairement. Dans toute la région du Cao-Bac-Lang les campagnes formaient une vaste zone libre.

Au même moment, dans le centre Bac Son-Vu Nhai, les troupes du Salut national se soulevaient aussi, engageaient la guérilla, instauraient le pouvoir révolutionnaire et accroissaient leurs effectifs. Quelque temps après, les troupes du Salut national et l’Armée de Libération opéraient leur jonction. La Conférence Militaire du Tonkin tenue à Hiep Hoa décidait l’unification de toutes les forces armées révolutionnaires sous l’appellation « Armée de Libération du Viêt Nam. » La zone libérée fut ensuite formée, englobant les provinces de Cao Bang, Bac Can, Lang Son, Ha Giang, Thai Nguyen, Tuyen Quang et une partie des provinces de Bac Giang et Vinh Yen.

La situation évoluait rapidement. Le mouvement contre les Japonais, pour le Salut national, montait comme un raz-de-marée. Bientôt le Congrès national du Parti et le Congrès des Délégués de la nation se tinrent à Tan Trao. Sur ces entrefaites survint la capitulation du Japon. La Révolution d’Août éclatait. La République Démocratique du Viêt Nam était née !

Propos recueillis par Tran Cu.

[Fin]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 139-146.

Épisodes précédents :


Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [6] – Vers la lutte armée

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur les préparatifs de la Ligue Viêt-Minh entre juin et septembre 1944 en vue de l’insurrection générale.

VERS LA LUTTE ARMÉE

Au mois de juin 1944, la terreur blanche déclenchée par les fascistes français atteignit son paroxysme. On entendait chaque jour les échos des fusillades. Le peuple attendait avec impatience les premiers coups de feu de la révolution. Toute la région du Cao-Bac-Lang n’était plus qu’une poudrière prête à sauter.

Au même moment, sur le plan international, le fascisme marchait vers la défaite. En Europe, après Stalingrad et la contre-offensive générale de l’Armée soviétique, les Alliés avaient ouvert le second Front. Dans le Pacifique, l’initiative des opérations avait échappé aux mains des japonais dont les plus importantes bases navales d’outre-mer tombaient les unes après les autres.

Au début de juillet 1944, ce fut la chute du gouvernement fasciste de Pétain. De Gaulle retournait en France dans le sillage des troupes anglo-américaines et formait le nouveau gouvernement. Cette évolution de la situation acheva de creuser les contradictions entre fascistes japonais et français en Indochine. La perspective d’un coup de force nippon s’imposait.

Le mouvement révolutionnaire gagnait du terrain dans tous le pays. L’organisation de la « Ligue Viêt Minh » s’étendait de jour en jour. L’opinion pressentait et souhaitait un grand bouleversement.

Devant cette situation, le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang convoqua une conférence de cadres vers la fin de juillet 1944 afin de discuter du problème de l’insurrection armée. Tous les responsables de secteur y assistaient. Passant en revue nos effectifs, nous pouvions constater que les efforts des impérialistes n’avaient pas été très efficaces : tous nos dirigeants avaient pu échapper à la terreur blanche.

La conférence se déroula dans une vaste grotte, en pleine jungle. La salle de réunion avait été aménagée avec soin : arc de triomphe, grand mât pour le drapeau, rangées de tables pour les délégués, dortoir et réfectoire. Tout autour, au passage des cols, on avait mis en place un triple réseau de sentinelles ; à côté des militants Man locaux, des détachements armés étaient montés des districts pour renforcer le dispositif de sécurité. Après des mois d’une lutte acharnée, des mois passés côte à côte avec la mort, nous nous trouvions enfin réunis pour débattre la question qui nous préoccupait par-dessus tout. On devine notre joie. Il s’y mêlait un peu de fierté, fierté pour notre peuple, pour notre Parti : de toute évidence, la répression ne pourrait jamais avoir raison de la révolution.

Le rapport politique présenté à la conférence estimait que « la conjoncture nationale et internationale et la situation du mouvement dans le Cao-Bac-Lang avaient fait mûrir les conditions pour déclencher la guérilla dans les trois provinces. »

Les discussions qui s’ensuivirent, aboutirent rapidement à la résolution de déclencher l’insurrection au plus tôt pour répondre à la tension créée par la « terreur blanche ». Tous les délégués acclamèrent cette décision. Un Nung prononça ces paroles bien significatives d’un état d’âme :

« L’enfant avait soif de lait depuis longtemps et voilà que sa mère vient lui donner le sein. Cette fois-ci, nous jurons d’écraser l’ennemi. »

La mère, c’était le Parti. Le lendemain, la conférence discuta le sens du mot « insurrection » et décida de le remplacer par : « déclenchement de la guérilla » afin d’éviter des équivoques dans l’interprétation. Un délai fut fixé pour l’achèvement de tous les préparatifs.

D’après le plan du Comité interprovincial, toutes les régions devaient entraîner une nouvelle promotion de chefs de détachements et de commissaires politiques pour atteindre le chiffre prévu. En outre, il importait de former un certain nombre de cadres de réserve : tous les militants clandestins des deux sexes devaient obligatoirement, si leur santé le leur permettait, faire un stage à cet effet. Il incombait au Comité interprovincial d’organiser des cours de formation de chefs de sections et de commandants de compagnie.

Nous ouvrîmes d’urgence des cours politiques à l’intention des militants locaux, dans les régions contrôlées par nous. Ces militants étaient choisis parmi les éléments les plus sûrs et les plus estimés de la population. Nous les préparions à la guérilla contre les Japonais ainsi qu’à l’administration, afin qu’au moment voulu, ils instaurent le pouvoir populaire provisoire.

Les diverses localités devaient appliquer le plan du Comité interprovincial pour l’enrôlement des miliciens de choc dans des unités régulières de guérilleros. Ces hommes étaient répartis en deux groupes : le premier s’enrôlant immédiatement au moment du déclenchement de la guérilla, tandis que le second constituerait le corps de réserve. Divisés en groupes, sections, ils recevaient un entraînement accéléré et devaient se tenir prêts à entrer en campagne d’un moment à l’autre.

Il fallait de toute urgence acheter et fabriquer davantage d’armements, en premier lieu des grenades. Chaque fusil à amorce devait avoir cent cinquante charges. Les stocks de vivres dont une partie en aliments secs devaient permettre de tenir six mois pour passer la période de soudure entre la récolte de paddy de l’année en cours et celle de mais dé l’année suivante.

Les Comités de district devaient réorganiser le réseau clandestin de liaison, les services d’éclaireurs et enseigner à la population quelques notions sur le travail de renseignements.

Depuis longtemps nous avions appris à la population à faire le vide devant l’ennemi et dans plusieurs localités on avait déjà creusé des silos pour cacher le paddy. Il ne nous restait plus qu’à pousser plus loin en ce sens et à généraliser cette pratique dans tous les cantons pour bien tenir en mains les stocks de vivres. En ce qui concerne l’évacuation de la population, nous mettions l’accent sur ce principe : toujours encadrer et organiser les évacués de façon qu’ils puissent à la fois poursuivre les travaux agricoles et apporter une aide efficace au front.

Pour stimuler le mouvement et préparer le déclenchement de la guérilla, ordre fut donné aux détachements armés de repousser toutes les attaques et de nous assurer ainsi le contrôle des forêts et des montagnes.

Tous les cadres et membres du Parti se jetèrent à corps perdu dans les préparatifs. Une activité intense mais silencieuse se déployait, caractéristique de toute activité clandestine. On voyait des vieilles femmes vendre presque tous leurs biens pour acheter des armes à leurs enfants. Dans plusieurs districts, les vieillards adoptèrent des résolutions enjoignant aux jeunes des deux sexes de s’enrôler dans l’armée au premier appel de mobilisation. Le peuple vivait dans l’espérance et l’attente fiévreuse des veilles d’insurrection. Nos cadres tenaient des réunions publiques pour expliquer à la population que le déclenchement de la guérilla n’impliquait pas nécessairement une victoire éclair, qu’il fallait s’attendre à des sacrifices et localement à des revers momentanés. Après le déclenchement de la guérilla, bien des épreuves, des dangers et des privations nous attendraient. Tout ce travail d’explication fut assez bien mené.

Septembre 1944 !

La récolte se terminait.

Le plan des préparatifs avait été réalisé en grande partie. Nous avions déjà ouvert le feu dans plusieurs localités. L’atmosphère était tendue. Tous attendaient…

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 135-139.

Épisodes précédents :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [5] – La terreur blanche à Cao-Bac-Lang

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit du général Vo Nguyen Giap. La répression s’abat sur les révolutionnaires de la Ligue Viêt-Minh et les villages suspects.

LA TERREUR BLANCHE A CAO-BAC-LANG

Il importe de préciser que pendant les années 1942-1943, le mouvement de la Ligue Viêt Minh dans les provinces du Cao-Bac-Lang (1), avait pris une envergure sans précédent.

Trois des neuf districts du Cao Bang étaient des « districts à cent pour cent » (Ha Quang, Hoa An et Nguyen Binh) et nous avions des bases partout ailleurs. Dans le Bac Can, le mouvement avait gagné quatre districts. Du côté de Lang Son, il atteignait déjà That Khe. Il était particulièrement fort dans les régions Man, notamment chez les Man Blancs dans la région de Thien Thuat et chez les « Man à sapèques » dans la zone Quang Trung.

Je prendrai comme exemple le district de Ha Quang, région de population clairsemée, constituée pour la plus grande part de minorités Nung. Selon les chiffres du Comité du district, en 1941, les membres des organisations pour le salut national s’élevaient à 1.053 ; en 1942, ils étaient 3.096, dont 1.049 éléments sûrs, et 235 miliciens d’autodéfense et d’assaut. Le district avait organisé six cours de formation politique et trois cours de formation militaire accélérés. En 1943, toute la population avait adhéré aux organisations pour le salut national, qui comptaient 5.453 membres dont 2.250 éléments sûrs,  1.004 miliciens d’autodéfense et 15 détachements d’autodéfense et d’assaut ; le district avait ouvert onze cours de formation politique et 26 cours de formation militaire. La population avait en outre créé dix écoles pour commencer à liquider d’analphabétisme. En de nombreuses localités, les femmes plantaient des légumes, élevaient des vers-à-soie pour collecter de l’argent au profit des cadres clandestins.

Du point de vue militaire, dans toutes les localités organisées dans l’interprovince, la plupart des jeunes gens et jeunes filles participaient aux formations de miliciens de choc et avaient suivi plusieurs périodes d’entraînement militaire. On peut dire que, pendant la période clandestine, dans les régions rurales du Cao-Bac-Lang avait réussi à organiser et à armer toute la population.

En 1942 et 1943, le Comité interprovincial forma de nombreuses promotions de cadres militaires. A plusieurs reprises, des revues et des manœuvres militaires furent organisées. Les manœuvres qui se déroulèrent au village de Hong Viet en juillet 1943, mirent en action plus de mille hommes dont des miliciens d’autodéfense, des miliciens de choc, des cadres de la Ligue Viêt Minh à l’échelon communal et des éléments sûrs des organisations pour le salut national. On visait ainsi à apprendre aux cadres à commander et à parfaire l’entraînement des détachements de miliciens de choc. Par ailleurs ces manifestations de force achevaient de donner confiance aux masses révolutionnaires, aidaient à rallier les éléments flottants et intimidaient les réactionnaires locaux. Mais avec une telle méthode, on risquait facilement de découvrir nos forces, de dévoiler nos secrets et de provoquer la répression.

On se préoccupait également de stocker des vivres. Chaque district avait ses greniers de paddy et de mais en vue de l’insurrection. Les masses appliquaient fidèlement la tactique de la terre brûlée telle que nous la leur avions enseignée. Les paysans creusaient des abris au plus profond de la forêt ; ils y faisaient du feu pour sécher et durcir la terre, puis ils boisaient le trou et y installaient enfin des claies de bambou pour recevoir le paddy ; à une certaine hauteur, ils fermaient le coffrage avec des planches et des claies et recouvraient le tout de terre. Les achats d’armes avaient pris les proportions d’un mouvement de masse. Chaque famille cherchait par tous les moyens à acheter des armes de contrebande aux soldats des forces de Tchang Kaï-Chek, quitte à vendre un buffle ou du paddy pour les payer. En plusieurs points, on avait ouvert des forges pour réparer les fusils à amorce, les carabines de chasse et fabriquer des armes blanches, coupe-coupe, sabres, poignards, etc… Nos compatriotes répondaient magnifiquement et en masse aux collectes de fer, de cuivre, de socs de charrue, de cuvettes et de plateaux en cuivre, en ferraille, etc…

Les colonialistes français, vendus aux fascistes japonais, mettaient en œuvre tous les moyens dont ils disposaient dans l’espoir d’étouffer dans l’œuf l’insurrection armée. Ils menaient de pair une répression féroce et des manœuvres démagogiques. Ils cherchaient dans une première phase à liquider nos organisations de base et à couper les voies de ravitaillement des cadres clandestins. Après quoi ils déclenchaient des opérations militaires pour mettre la main sur les P.C. secrets du Viêt Minh.

C’est précisément au moment où s’intensifiait la répression que je quittais le camarade Chu Van Tan dans la région limitrophe de Cho Chu et Cho Don pour revenir à Cao Bang.

A mi-chemin, près du chef-lieu de Bac Can, je pus déjà constater les premières manifestations de cette terreur blanche. Arrivé à Na Lum, village isolé sur le sommet du mont Phia Booc, dont le nom signifie « rizière abandonnée », je reçus une lettre du camarade Duc Xuan, chef du Détachement de Propagande d’assaut pour « la marche vers le Sud », me signalant une montée du mouvement et me proposant de descendre participer à un meeting dans la vallée. Duc Xuan était un excellent propagandiste très actif et très courageux, qui composait de belles chansons populaires. J’avais déjà atteint un village au pied de la montagne, lorsque j’appris que l’ennemi avait envoyé des troupes contre notre base près de Phu Thông. Par manque de vigilance, le camarade Duc Xuan avait été surpris en pleine réunion, et abattu. L’ennemi lui avait tranché la tête et les bras pour les exposer au marché.

Notre route se trouvait donc coupée. La population, en plein désarroi.

Je fis demi-tour et, par des pistes traversant la chaîne du Phia Booc, je gagnai Cao Bang. Comme je l’ai dit plus haut, j’arrivai à Kim Ma au moment des fêtes du Têt. Là aussi, l’ennemi était en train d’intensifier la répression. Il s’intéressait particulièrement aux régions où s’étaient déroulées de grandes manœuvres militaires.

Le P.C. du Comité interprovincial, qui se trouvait dans la vallée de Lam Son, avait été encerclé à plusieurs reprises par la troupe. Chaque fois, notre tactique avait été de décrocher en évitant l’engagement et de nous replier provisoirement ailleurs. Un jour l’ennemi ouvrit un feu nourri de mortiers sur le siège du journal Vietnam Indépendant, mais sans aucun résultat. D’ailleurs les tirailleurs qu’on envoyait contre nous ne brillaient guère par leur courage. Il suffit qu’un jeune gars du P.C. criât : « A l’assaut » pour les faire détaler en quatrième vitesse.

Dans d’autres localités, l’ennemi cherchait à employer la ruse. Il affichait des proclamations, rassemblait la population et lui recommandait de vaquer tranquillement à ses occupations, sans se laisser influencer par les « rebelles Viêt Minh ». Il déclarait qu’il garantissait à tous ceux qui avaient rejoint le maquis, la liberté de revenir chez eux et invitait les cadres clandestins à passer au service du « gouvernement ». Résultat : fiasco complet ! Ces manigances n’eurent pas le moindre effet dans nos rangs car nos adhérents avaient été préparés à cette éventualité.

Les impérialistes reprirent alors la répression. Ils renforcèrent leurs réseaux de mouchards, installèrent des tours de garde aux points névralgiques et dans les localités les plus révolutionnaires. Ils créèrent de nouveaux « bang ta » (notables chez les minorités), augmentèrent les effectifs de la garde indigène et organisèrent des groupes francs mobiles. Ils recherchaient et arrêtaient les cadres révolutionnaires, y compris leurs parents. Toute famille qui avait un de ses membres parmi nos cadres ou soupçonnée d’entretenir des relations avec les maquis risquait de voir sa maison incendiée et ses biens confisqués. Dans beaucoup de localités, les greniers où l’on cachait le paddy furent découverts et incendiés. De nombreux villages furent impitoyablement rasés. Quiconque était pris en possession de documents Viêt Minh, était immédiatement passé par les armes, décapité et mutilé, la tête et les membres étant exposés sur le marché. La tête de nos militants était mise à prix. La moins chère valait 1.000 piastres et une tonne de sel ; certaines étaient cotées jusqu’à 20.000, voire 30.000 piastres.

Tirant l’expérience de la terreur blanche à Bac Son et Vu Nhai, l’ennemi donna l’ordre de concentrer les villages. Tous les hameaux reculés de moins de vingt maisons reçurent l’ordre de quitter leur emplacement  pour se regrouper en des points déterminés. Combien de villages furent ainsi laissés à l’abandon ! Les habitations étaient démantelées. Que de fois, du haut de la montagne, le cœur serré, nous avons été les témoins impuissants des incendies qui ravageaient, dans la vallée, les villages de nos camarades. D’un bout à l’autre de la zone de Cao-Bac-Lang, ce n’était que dévastation et désolation.

Dans les nouveaux centres de concentration, la population menait une vie des plus misérables. Tout gros village devait être ceinturé d’une triple haie de bambous, et assurer la garde de nuit. Le contrôle d’identité avait lieu chaque jour. Couvre-feu de six heures du soir à six heures du matin. Défense absolue d’emporter du riz hors du village. Des paysans furent fusillés sur place pour le seul fait de transporter une touque de paddy pour préparer les semences ou un panier de riz au marché.

Des agents s’infiltrèrent dans nos rangs pour y semer le doute et la discorde. Il ne se passait pas un seul jour sans que la troupe fît irruption dans les villages pour massacrer, piller, incendier, obliger la population à partir en corvée ou à signer des papiers par lesquels elle s’engageait à ne plus suivre le Viêt Minh.

Devant cette situation, le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang décida de mobiliser les masses pour réagir. Les cellules du Parti, les comités Viêt Minh de village devaient organiser leur « comité d’assaut anti-terroriste » avec les membres du Parti et les meilleurs éléments des organisations pour le salut national. Parallèlement, nous renforcions les mesures contre les infiltrations de réactionnaires dans les organisations patriotiques. La population ne se laissait pas abattre. Chaque fois que la troupe entrait dans un village pour le saccager, nos jeunes militants des deux sexes se répandaient dans les maisons pour soutenir le moral des gens. Cependant, les atrocités de l’ennemi ne furent pas sans provoquer localement certains flottements. Il y eut des villages où la population proposa de suspendre les activités de la Ligue. Ailleurs, une cinquantaine de jeunes gens et de jeunes filles se réfugièrent dans les forêts.

Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna des directives aux cadres qui vivaient encore dans la légalité : renforcer la vigilance pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, se préparer à passer dans la clandestinité, ne pas dormir chez soi la nuit ; dans la journée être toujours accompagné de gardes du corps, avoir sous la main un stock de vivres pour deux ou trois mois, garder le contact avec les responsables pour pouvoir passer dans la clandestinité en cas d’alerte. Le nombre des clandestins augmentait rapidement. Le Comité interprovincial décida de les organiser en « noyaux clandestins » chargés d’entretenir le mouvement. Chaque « noyau clandestin » groupait les camarades d’une ou deux communes, pour la plupart des membres du Parti qui avaient dû partir de chez eux pour se cacher dans la forêt. Il avait son P.C. dans une petite hutte de rien du tout – quelques lattes de bambou pour dormir, un toit d’herbes sèches ou de feuilles de bananiers – au sommet d’une montagne, en pleine jungle. Le sentier menant à mon P.C. empruntait ainsi le lit d’un ruisseau qui descendait en cascades. Il était impossible de passer ailleurs que dans le courant, ce qui présentait l’avantage d’effacer toute trace ; mais nous étions tout trempés chaque fois que nous arrivions à la cabane.

Un « noyau clandestin » groupait en général de quatre à cinq personnes, parfois même jusqu’à dix, qui vivaient selon une stricte discipline. L’emploi du temps suivait un programme rigoureux réparti entre l’agitation des masses, l’étude politique et l’entraînement militaire. La journée était consacrée aux études et aux travaux agricoles. On prenait le repas de bonne heure, vers trois ou quatre heures de l’après-midi. A la tombée de la nuit, les clandestins sortaient de la jungle pour se rendre au rendez-vous. Ils avaient un mot de passe ou un cri convenu pour se faire reconnaître par les membres du Parti ou les éléments sûrs de nos organisations qui, au mépris de leur vie, venaient leur apporter des vivres, faire le rapport sur la situation et demander des directives pour enrayer la répression dans chaque localité et chaque hameau. Tard dans la nuit, ils dormaient quelques heures à la belle étoile, quand le temps le permettait. A l’aube, ils reprenaient le chemin du P.C. Il fallait coûte que coûte avoir atteint la jungle avant que la brume matinale se levât pour ne pas encourir de critiques, mais surtout pour ne pas causer d’ennuis à la localité. Cette vie pleine de dangers et de privations, cette volonté tenace de garder le contact avec les organisations de base et la population, insuffla une puissante combativité aux masses révolutionnaires.

L’ennemi voyait bien qu’il n’avait pu couper le lien entre le Parti et les masses, entre les noyaux clandestins et les hameaux. Il intensifiait la répression, implantant des postes partout ; il encerclait des massifs montagneux et pénétrait dans la jungle, en poussant devant ses colonnes la population civile des vallées. De nuit, il envoyait des patrouilles tendre des embuscades aux confluents des ruisseaux. A l’aurore, des éclaireurs Man se glissaient dans la brume à la découverte des traces qui pouvaient déceler l’emplacement des refuges clandestins. En plein été, des patrouilles n’hésitèrent pas à incendier des forêts suspectes. Un jour, nous avons failli être brûlés vifs à cause de la découverte d’un abri près d’un ruisseau. Plusieurs P.C. de noyaux clandestins furent encerclés coup sur coup. La région de Bac Can était particulièrement visée. Il m’est arrivé, avec la camarade Hoang Sam et deux militants locaux, de rester bloqué trois jours de suite au sommet d’une montagne dans le canton Hoang Hoa Tham. Nous en étions réduits à prendre l’eau des bambous et la sève de certaines lianes pour faire cuire notre riz. Toutefois, nous avons eu de chance, plus de chance que tant de nos camarades qui tombèrent sous les coups de la répression. Chaque fois que l’ennemi découvrait un P.C. clandestin, il rasait les villages aux alentours. Dans le canton Hoang Hoa Tham où le mouvement s’était développé puissamment, les deux tiers de la population avaient abandonné les villages pour se réfugier dans la jungle.

On enregistrait un recul provisoire du mouvement des masses. Certes les cœurs n’avaient pas changé, mais les gens étaient si terrorisés qu’ils en venaient à dire : « Au jour de l’insurrection, nous nous soulèverons pour écraser l’ennemi, mais d’ici là, ne comptez pas sur nous. Il suffit de contacter un clandestin pour faire raser tout le village. » Mais si nos bases dans les masses s’effritaient, comment pourrions-nous jamais déclencher l’insurrection ?

Il fallait donc coûte que coûte maintenir nos organisations dans les masses. C’est ce que nous avons expliqué dans toutes les cellules du Parti, à tous les cadres et militants de base. Quelles que fussent les difficultés, ils devaient se cramponner aux masses. La répression devait fournir une occasion de sélectionner les éléments sûrs.

Après chaque réunion, les cadres des noyaux clandestins partaient chacun de leur côté vers leur secteur, avec un boyau de riz. Ils prenaient contact avec la population sur le chemin du marché ou dans les champs. Ils lui faisaient connaître les victoires de l’U.R.S.S. et des Alliés, la montée impétueuse de la révolution dans le delta, lui expliquaient que la répression serait impuissante et dressaient des plans avec eux pour poursuivre les activités de la Ligue. A la réunion suivante, nous commencions par faire l’appel : il y avait bien des chances qu’il y eut un absent, sinon plus. En général, ceux qui ne se trouvaient pas au rendez-vous dans les délais prévus étaient tombés au cours de leur mission. Dans certaines régions, on devait se contenter, durant des mois, de maïs ou de farine de riz ; dans d’autres, on déterrait des tubercules pour remplacer le riz. Dans mon secteur, nous avons mangé pendant des mois du riz avec des fleurs de bananier sauvage. Nous les faisions cuire dans l’eau salée jusqu’à ce que disparût toute trace d’un jus noir et visqueux, particulièrement âcre ; néanmoins cela nous brûlait l’estomac. Avec un tel régime, nous n’avions presque plus la force de gravir les pentes des montagnes, les jambes nous tremblaient. Nous sommes restés sans un gramme de graisse jusqu’au moment où le mouvement redémarra sérieusement. Mais nous avions une confiance sans borne, nous étions prêts à tout sacrifier et nous allions de l’avant, résolument, gaiement.

Si les attaques lancées par l’ennemi avaient réduit nos bases, elles les avaient aussi forgées. Quelque temps après, dans plusieurs régions, le mouvement reprit et marcha peu à peu vers la lutte armée. Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna l’ordre aux noyaux clandestins de « se militariser », c’est-à-dire d’avoir des armes et des munitions, et d’intensifier l’entraînement militaire ; les activités militaires devaient aller de pair avec les activités politiques. Les noyaux clandestins reçurent aussi l’ordre de « vivre en guérilleros », c’est-à-dire toujours sur le qui-vive, le paquetage à portée de main, prêts à partir à la première alerte.

Les districts formaient des détachements armés de sept à douze combattants, détachés de tout travail de production et là où les conditions le permettaient, une section. Ces unités régionales se chargeaient de la propagande armée, elles exécutaient les réactionnaires les plus dangereux, tendaient des embuscades aux petites patrouilles pour s’assurer la contrôle des montagnes et des forêts. Cependant, pour éviter à la population des représailles, leur champ d’activité se tenait le plus possible à l’écart des organisations de base et, de ce fait même, se trouvait limité. Les combattants chargés d’exécuter le traître Tong Doan à Kim Ma, rencontrèrent pas mal de difficultés pour lui tendre une embuscade en un point assez éloigné de nos organisations de base, car il ne s’écartait guère du village. Un de nos détachements armés eut la chance de pouvoir le prendre en filature, comme il se rendait au marché et réussit à l’abattre. Toutes les femmes qui avaient été au marché ce jour-là colportaient la nouvelle et affirmaient : – « C’est la Ligue Viêt-Minh qui l’a descendu ! » Après cela, les autres traîtres se tinrent tranquilles pendant un certain temps, mais bientôt reprirent leurs activités comme avant.

Notre route « vers le Sud » avait été coupée en plusieurs points. Nous avions dépêché coup sur coup des groupes d’assaut vers les secteurs menacés pour soutenir la population locale et maintenir nos organisations de base, mais sans obtenir davantage que des résultats partiels. Au début de 1944, la liaison avec le delta devint une nécessité impérieuse. Sur les ordres du Parti, nous avons regroupé plusieurs détachements armés locaux pour former la Section « de la Marche vers le Sud ». Un plan fut adopté. On progresserait dans le secret le plus absolu à travers la jungle pour rétablir la liaison avec nos organisations de base au pied du mont Phia Booc. Sur notre route, plusieurs villages avaient été rasés. Dans les hameaux contrôlés par les postes, la surveillance était des plus sévères. Notre section partant de Kim Ma prit la direction du Sud, marchant la nuit, se reposant le jour. La progression était pénible. Il pleuvait sans cesse. Les pluies avaient fait déborder les ruisseaux qui inondaient les sentiers. Trempés jusqu’aux os, nous nous arrêtions parfois dans les grottes où nous allumions un petit feu pour nous réchauffer et sécher nos vêtements. Puis la marche reprenait. En général, vers sept ou huit heures du matin, nous cherchions un emplacement bien abrité où, étendus sur des feuilles de latanier, nous nous reposions de nos fatigues. Parfois, pour atteindre une de nos bases, nous devions marcher pendant deux, trois nuits de suite, par des villages entièrement sous le contrôle des réactionnaires, où ne nous pouvions emprunter qu’une unique piste à proximité des postes de garde. Nous avancions alors avec précaution, évitant le moindre bruit, un clapotis de pas dans la boue, un choc de bâton sur une pierre.

Après huit ou neuf jours de marche, nous avions dépassé Cho Ra et atteint notre point de ralliement au pied du mont Phia Booc. Un certain nombre de militants qui accompagnaient la Section armée avaient apporté une pierre lithographique, du papier et de l’encre, pour faire paraître un journal sur place après avoir pris contact avec les organisations de base, consolidé le mouvement dans la région et établi le P.C. Bien que rompus de fatigue, nous brûlions d’enthousiasme ; au lieu de nous reposer, nous commençâmes à abattre des arbres pour construire nos huttes ; pendant ce temps, je chargeai le camarade Thanh Quang, dont la famille se trouvait à Cho Ra, d’aller contacter les organisations les plus sûres de la région. Il revint le soir avec de tristes nouvelles : dans les villages environnants, toutes nos organisations avaient été disloquées, de nombreuses maisons de militants incendiées. La population l’avait averti de faire attention, une grande rafle était en cours, des tirailleurs battaient les forêts. Nous avons établi un tour de garde autour de notre campement provisoire et, après quelques heures de sommeil, nous avons repris la route vers Cao Bang. Comme nous n’avions pas prévu l’éventualité d’un repli, nous avons dû nous contenter de soupe de riz sur le chemin du retour. Nous devions tous tomber gravement malades après ce voyage.

Cette grande campagne de répression nous causa beaucoup de difficultés, mais les épreuves forgèrent nos militants et les masses, et leur inculquèrent un esprit de sacrifice très poussé. Or c’était là l’une des, conditions essentielles de l’insurrection.

(1) Cao Bang, Bac Can, Lang Son.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 121-135.

Épisodes précédents :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [3] – Nous préparons une base armée

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur la formation militaire de la Ligue Viêt-Minh et la préparation des armes.

NOUS PREPARONS UNE BASE ARMEE

Vers la fin de 1941, de Pac Bo, l’Oncle Ho donna l’ordre d’organiser le premier détachement armé de Cao Bang ; le groupe comprenait les camarades Le Quang Ba, Hoang Sam, Bang Giang, Le Thiet Hung, Duc Thanh, Tho An, etc… sous le commandement du camarade Le Quang Ba. Le détachement avait pour mission d’assurer la protection du P.C., de consolider et maintenir le réseau de communications, tout en participant à la formation militaire des miliciens d’autodéfense et des miliciens de choc.

Dans les régions gagnées par le mouvement révolutionnaire, la population qui adhérait en masse aux associations pour le salut national, organisa parmi les jeunes des détachements d’autodéfense. Le problème de la formation militaire se posa impérativement. De partout, on réclamait des cadres militaires ; mais nous en manquions cruellement. Ceux d’entre nous qui avaient quelques rudiments de formation militaire durent donc participer à ce travail. Tel fut le cas des camarades Thiet Hung, Le Quang Ba, Hoang Sam et Cap. Il fallut envisager d’écrire des brochures de formation militaire. L’Oncle Ho rédigea un texte sur la tactique de guérilla, en termes simples, faciles à comprendre. Le Comité interprovincial, de son côté, donna l’ordre de composer le programme de formation militaire et décida l’adoption des commandements unifiés. Ce n’était pas une tâche aisée car elle était toute nouvelle pour nous. Quand, le simple fait de scander « un, deux » embarrasse les moniteurs faute d’habitude de commander, que dire alors de la troupe ? Le mouvement d’entraînement militaire prit un grand essor. Chaque période durait de cinq à sept jours, aussitôt que les travaux des champs le permettaient. Lorsque les organisations d’autodéfense eurent toutes reçu l’instruction militaire, nous procédâmes à la formation des détachements d’autodéfense et d’assaut, dont les membres furent choisis parmi les miliciens les plus courageux. On peut dire que dans les villages « à cent pour cent », pratiquement tous les jeunes entrèrent dans les formations d’autodéfense et suivirent une ou même deux périodes d’entraînement. Chaque village comptait une ou deux sections d’autodéfense et d’assaut bien organisées et bien entraînées. Au même moment, le Comité interprovincial organisait des cours pour former des cadres militaires. Ces cours duraient en général un mois, avec cinquante à soixante élèves par promotion.

Malgré toutes les entraves nées du fait même de la clandestinité, les écoles édifiées dans la jungle ne manquaient pas d’ « envergure ». Grande fut la stupéfaction de l’ennemi lorsqu’il réussit à découvrir l’emplacement de l’école militaire de la troisième promotion du canton de Kim Ma : il trouva de grands bâtiments couverts de feuilles de lataniers, assez vastes pour abriter des centaines de personnes. Rien ne manquait : amphithéâtre, dortoirs, réfectoires, salles d’armes, terrains d’exercice de cinquante, soixante gradins… A la fin de 1943, dans la région de Nuoc Hai, au district de Hoa An, on put assister de jour à des revues de troupes en plein champ et à des manœuvres qui engageaient quatre à cinq cents, parfois même mille combattants sur une région englobant plusieurs cantons.

Cette rapide croissance des forces armées traduit bien l’ambiance enthousiaste qui préludait à l’insurrection générale. Le ravitaillement en armes et munitions posait un problème non moins sérieux. Chaque milicien d’autodéfense devait se procurer lui-même son arme : sabre, poignard, carabine de chasse ou fusil à amorce. En certains endroits, c’était la population elle-même qui, avec l’argent collecté, achetait en Chine des mousquetons de fabrication locale. Chaque milicien devait aussi se munir d’un rouleau de corde pour s’entraîner à capturer les traîtres. Le Comité interprovincial décida d’installer une forge pour essayer de fabriquer des grenades et des mines. Placé sous la responsabilité du camarade Cap, cet atelier groupait cinq ou six ouvriers. Les matières premières étaient fournies par la population locale qui remettait des plateaux de cuivre, des marmites de fonte ou des cuvettes de fer blanc. Le choix de l’emplacement fut une question très délicate : on se décida enfin pour une vallée encaissée derrière la chaîne du Blockhaus Rouge, ce qui étouffait les bruits des marteaux sur l’enclume. Après quelques mois d’essais éreintants, la première mine vit le jour. A l’essai, chacune de ses parties, prise séparément, donna pleine satisfaction. Au jour J, les camarades Vu Anh et Tong m’invitèrent à venir voir exploser la mine. L’emplacement choisi était proche de la forge, dans un cirque de hautes falaises rocheuses. La mine fut placée dans une petite cavité au pied de la montagne, cependant que les « spectateurs » s’installaient sur les hauteurs, derrière de gros rochers pour se protéger des éclats. Une corde de cent mètres commandait l’explosion. Nous attendions, le coeur battant. Le camarade Cap cria « Feu ! ». Nous avions les yeux braqués sur la mine. Un peu de fumée se dégagea… puis, plus rien… pas la moindre explosion.

Un camarade des minorités Tho éclata de rire et cria dans son dialecte :

« Te nang du Ty » (elle est toujours assise à sa place !)

Ainsi échoua notre premier essai.

Mais le camarade Cap ne se découragea pas. Il continua avec acharnement les recherches, et finit par réussir.

Cette fameuse forge fonctionna jusqu’à la Révolution d’Août, et fut agrandie par la suite : elle devint l’atelier d’armement Lam Son, qui rendit d’immenses services au cours de la résistance en fournissant régulièrement au front les armes et les munitions. La forge du Blockhaus Rouge fut pour ainsi dire notre premier atelier d’armement.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 106-109.

Épisodes précédents :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [2] – Le mouvement monte en flèche

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur l’implantation de la Ligue Viêt-Minh et la préparation de l’insurrection armée.

LE MOUVEMENT MONTE EN FLÈCHE

Au bout d’un certain temps, nos activités en Chine furent remarquées par les agents du Kuomingtang qui ne tardèrent pas à savoir que nous étions communistes. Nous reçûmes l’ordre de retourner dans le pays pour une nouvelle mission.

Lorsque le camarade Tong (un des pseudonymes de Pham Van Dong) et moi, nous franchîmes la frontière, le mouvement à Cao Bang était déjà bien parti tandis qu’en bien d’autres endroits, il démarrait vigoureusement. C’était vers la fin de 1941.

La Ligue Viêt Minh touchait déjà de nombreux districts. Les minorités Tho et Nung adhéraient avec enthousiasme aux Associations pour le salut national. Partout jeunes gens et jeunes filles se portaient à l’avant-garde tant pour la propagande et l’organisation que pour l’entraînement militaire. Les femmes n’étaient pas moins résolues. Dans de nombreuses régions, les enfants venaient aussi grossir les rangs des associations pour le salut national où ils servaient comme agents de liaison ou comme guetteurs. Les cellules du Parti gagnaient du terrain dans les communes où le mouvement était particulièrement puissant. Des communes « à cent pour cent » firent peu à peu leur apparition, puis des cantons, des districts. Nous appelions ainsi les régions ou localités dont la population toute entière, à quelques rares exceptions près, militait dans des organisations pour le salut national ou sympathisait avec la cause de la Révolution. Dans les communes « à cent pour cent », le comité Viêt Minh se substituait entièrement aux autorités légales pour régler toutes les affaires de la commune, depuis la célébration des mariages jusqu’aux contestations au sujet des rizières. La plupart des notables se ralliaient à notre cause, les uns sympathisant avec le mouvement, les autres militant ouvertement au sein des associations pour le salut national. Les quelques rares éléments réactionnaires qui restaient se trouvaient politiquement isolés et étroitement surveillés. Une sorte de pouvoir à double face s’établissait à la base : les notables, avant de se rendre au district ou à la province, venaient demander les directives au Comité Viêt Minh et, dès leur retour au village, lui faisaient un rapport détaillé.

Il en était de même avec les miliciens. La plupart d’entre eux étaient noyautés par nous, sinon plus ou moins sympathisants. A cette époque, pour enrayer la montée révolutionnaire, les « autorités supérieures » avaient donné l’ordre aux échelons subalternes de renforcer la surveillance. Chaque village avait de deux à trois postes de garde. Mais les miliciens et la population locale étant de notre côté, les postes de garde de l’ennemi devenaient en fait nos propres postes et un certain nombre d’entre eux nous servirent de relais dans nos réseaux de liaison clandestins.

Le mouvement avait gagné également les hauteurs habitées par la minorité des « Man Blancs ». Ces montagnards menaient une vie des plus misérables, dans des régions arides difficilement accessibles. De rares sentiers, très accidentés, escaladaient ces montagnes escarpées. Comme les colonialistes français et leurs valets, mandarins et notables, les grugeaient jusqu’à la moelle, les Man n’attendaient qu’une occasion pour se soulever. Ils manifestèrent une grande joie quand ils virent pour la première fois des cadres du Viêt Minh. Ils furent très touchés de constater que les Kinh, les Tho et les Man, que la politique colonialiste avait jadis dressés les uns contre les autres, s’unissaient fraternellement dès qu’ils militaient au sein des associations du front Viêt Minh pour chasser les envahisseurs français et japonais. Ils nous aimaient comme des frères et soutenaient la révolution sans réserve.

Les associations pour le salut national s’étendirent rapidement dans cette région. Bientôt, l’organisation du Parti vit bientôt également le jour chez eux. L’un des premiers Man Blancs qui adhéra au Parti s’appelait Hong Tri. Il vivait dans une misérable paillote et brûlait d’une flamme ardente pour la révolution. Lors d’un ratissage organisé par les Japonais, il tomba en héros à la tête des guérilleros de son village.

L’union nationale était un des traits les plus marquants du mouvement. Dès les premiers jours de la lutte clandestine à Cao Bang, nous avions organisé avec succès plusieurs rencontres amicales entre les délégués des différentes minorités Tho, Man, Nung, Kinh, Chinois, etc… Des délégations de Man avaient effectué des visites de courtoisie dans la vallée. Elles avaient toutes reçu un accueil chaleureux de la part de la population locale. Dès leur retour, elles rapportaient fidèlement leurs impressions de voyage à leurs compatriotes. Périodiquement, dans les vallées et les hautes régions, nous organisions de petites expositions de photos et de gravures sur les crimes des colonialistes français et des fascistes japonais et la montée des forces révolutionnaires. A cette occasion, nous montrions les armes et le drapeau de la Révolution, nous faisions connaître l’U.R.S.S. et la révolution mondiale.

Quelque temps plus tard, le Comité provincial de Cao Bang fut réorganisé. Au début de novembre 1942, se tint le Congrès de la Ligue Viêt Minh de Cao Bang au cours duquel fut élu le Comité provincial. L’appareil d’organisation de la Ligue était désormais en place de l’échelon de la commune à celui de la province en passant par le canton et le district. Dans les cantons et districts « à cent pour cent », on organisa des élections démocratiques à partir de l’échelon communal. Après quoi fut formé le Comité interprovincial Cao-Bac-Lang (provinces de Cao Bang, Lang Son, Bac Can) avec le camarade La comme secrétaire général. Cet ancien militant qui était passé au travers de bien des épreuves, possédait une riche expérience et jouissait d’un grand prestige auprès de la population et des membres du Parti. Malgré une santé fragile, il s’acquittait avec abnégation de toutes ses fonctions. Par la suite, il est resté secrétaire du Comité provincial de Cao Bang jusqu’à sa mort survenue l’année dernière.

A cette époque, nous attachions une grande importance à l’éducation politique pour étayer le mouvement.

– Il faut tout d’abord, disait l’oncle Ho, gagner le peuple avant d’aborder le problème de l’insurrection.

Le problème était donc d’étendre et de consolider les organisations de base. De nombreux cours de formation politique accélérés avaient été ouverts dans les districts. Mais les militants de base n’aimaient guère quitter leurs villages et leurs hameaux, cela gênait leur travail dans les champs, sans compter qu’ils risquaient de se « brûler ». Pour pallier à ces difficultés, les « instructeurs » furent organisés en équipes mobiles. Chaque localité avait à préparer un centre clandestin, loin du village, où les militants se rendaient tour à tour avec des vivres pour suivre des cours pendant cinq à sept jours. Au bout d’un certain temps, presque tous les militants des villages étaient passés par ces stages. Le Comité interprovincial décida d’ouvrir de nouveaux cours d’un niveau supérieur qui recevraient également des jeunes gens et des jeunes filles ne faisant pas partie des Comités exécutifs des organisations de base. Nombreux étaient les éléments sûrs qui dans les associations pour le salut national demandaient à suivre ces cours. A la fin de chaque stage, invariablement nous organisions une petite fête amicale à laquelle étaient invités les délégués de toutes les couches de la population ; on chantait, on dansait, on puisait de nouvelles forces pour les tâches à venir. L’Oncle Ho enseignait directement aux militants et parfois aux paysans dans le voisinage du P.C. Les militants locaux, à part un petit nombre, ne connaissaient pas la langue vietnamienne. Les femmes notamment l’ignoraient complètement. L’Oncle Ho nous recommanda donc instamment d’apprendre le Tho. Chez les Man Blancs, nous devions même recourir au dessin pour faire saisir nos idées. Pour faire comprendre que Français et Japonais exploitaient notre peuple, nous représentions un Français et un Japonais frappant des Vietnamiens ou un paysan écrasé sous le poids des impôts et corvées. D’autres fois, nous dessinions un Kinh, un Man et un Tho marchant la main dans la main, pour souligner la nécessité de l’union nationale contre l’envahisseur. Plus tard seulement, les minorités Man, à leur tour, possédèrent leur propre écriture. Le contenu de ces cours était très simple : après l’exposé sommaire de la situation nationale et internationale, nous expliquions pourquoi nous devions engager la lutte contre les Français et les Japonais ; nous parlions ensuite de la préparation à l’insurrection armée, de l’organisation des associations pour le salut national, des détachements d’autodéfense et enfin des cinq points du travail clandestin. Nous enseignions aussi la manière de présider les réunions, de prendre la parole en public, etc…

J’étais responsable d’un de ces groupes d’instructeurs. Notre champ d’activités s’étendait sur les régions de Hoa An, Nguyen Binh, peuplées de minorités Man Blancs. Tous ces cours politiques obtinrent un grand succès. Il m’est arrivé cependant une histoire dont je me souviendrai longtemps. Un beau jour, je crus bien faire en expliquant aux militants, en dehors du programme habituel, les quatre contradictions de la conjoncture internationale. Quelle ne fut ma surprise lorsqu’après la dernière leçon, un des meilleurs éléments, que nous appelions De Tham, leva la main pour demander la parole et déclara :

– Je vous prie de m’autoriser à me retirer de l’Association.

– Mais pourquoi donc, camarade ? lui demandai-je au comble de la stupéfaction.

– Dans la Ligue, je suis prêt à faire tout ce qu’on me demandera. Mais ces études sont trop difficiles. Je n’arrive pas à me mettre tout cela dans la tête et j’ai peur de ne pas pouvoir bien faire ce qu’il faut.

Je venais de recevoir une bonne leçon quant à mes méthodes de formation. Je m’étais efforcé de composer un programme facile à comprendre qui réponde au niveau de mes élèves et voilà que le camarade De Tham demandait à quitter nos rangs parce que j’avais ajouté à mon cours… les quatre contradictions.

Dans le Parti, le travail de formation était considéré comme une tâche importante. Le Comité interprovincial se chargeait des cours politiques à l’intention des militants. Pour un certain nombre de cadres à l’échelon provincial, le programme d’études comprenait aussi, en dehors des résolutions du Comité central et des directives du Comité interprovincial, l’histoire du Parti communiste soviétique.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 99-105.

Épisode précédent :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [1] – Ho Chi Minh rentre au pays

Giap_QDNDVN[ndlr] A l’occasion de la journée anniversaire de la création de la première brigade de propagande armée (22 décembre 1944), embryon de la future armée populaire vietnamienne, nous publions en sept feuilletons le texte du général Vo Nguyen Giap dans sa version éditée en République Démocratique du Viêt-Nam en 1961. Notez que cette version diffère légèrement du texte publié dans la Petite Collection Maspéro en 1971 (Récits de la résistance vietnamienne) et reproduit sur le blog Guérilla. Le texte présenté ci-dessous fut initialement publié dans Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 87-146. Propos du général Giap recueillis par Tran Cu.

* * *

L’UN DES DEUX CENTRES DU MOUVEMENT AU VIET BAC : CAO BANG.

HO CHI MINH RENTRE AU PAYS

Cao Bang est une province où, très tôt, s’est implanté le mouvement révolutionnaire. Dès 1929, il y existait déjà plusieurs groupes de l’Association de la Jeunesse Révolutionnaire y comptait plusieurs groupes. Plus tard, lorsque le Parti Communiste Indochinois fut créé, Cao Bang eut aussitôt ses premières cellules. Malgré la terreur blanche, les organisations de base du Parti réussirent à s’y maintenir jusqu’au moment du Front populaire où la flambée révolutionnaire gagna la masse. Plusieurs meetings saluèrent avec enthousiasme le Congrès national du Parti cependant que les mineurs de Tinh Tuc donnaient le signal des luttes revendicatives. Lorsqu’éclata la Seconde Guerre mondiale, les colonialistes français qui cédaient sur toute la ligne devant les fascistes japonais, jetèrent par contre le meilleur de leurs forces contre le mouvement révolutionnaire. Cao Bang connut aussi la répression. Nos cadres et nos militants, passant dans la clandestinité, maintinrent les organisations de base et entretinrent le mouvement au milieu d’énormes difficultés.

C’est à ce moment critique que le Président Ho Chi Minh arriva dans la région frontalière sino-vietnamienne où se trouvait déjà un petit groupe d’émigrés comprenant les camarades Phung Chi Kien, Pham Van Dong, Hoang Van Hoan, Vu Anh et moi-même. Après l’armistice de 1940 en France, l’Oncle Ho avait jugé que le plus important pour nous était de retourner immédiatement au pays, pour prendre contact avec le Comité central et étendre notre réseau. Ce qui fut fait. Les premiers temps, nous sommes restés provisoirement dans quelques localités chinoises proches de la frontière. C’était une région où était déjà passée l’Armée rouge chinoise qui y avait mené un travail politique très efficace. La population se montra bien disposée à notre égard dès qu’elle sut à qui elle avait affaire. Mieux encore, elle fit même tout pour nous aider. A cette époque, un certain nombre de cadres et de militants de Cao Bang — les camarades Le Quang Ba, Hoang Sam, Bang Giang, etc… – avaient dû se réfugier en Chine pour échapper aux poursuites. Comme ils cherchaient à contacter les dirigeants pour rétablir la liaison avec l’organisation du Parti, ils eurent la chance de rencontrer l’Oncle Ho qui décida de les joindre à notre groupe. Il avait l’intention de leur faire suivre un cours politique après quoi  ils repasseraient la frontière pour établir les premières bases de l’organisation de la Ligue Viêt Minh dans le pays. Ce cours politique accéléré eut lieu dans un village chinois proche de la frontière. L’oncle Ho y apporta un soin méticuleux. Il nous fit discuter le programme qui fut adopté en commun. Il répartit ensuite entre nous la rédaction des six ou sept leçons. Nous devions au préalable composer le plan détaillé de chacun de ces exposés, le soumettre à la discussion collective avant de le développer par écrit. Le texte définitif devait être examiné de nouveau en commun au cours d’une réunion. L’Oncle Ho exigeait que nos leçons soient adaptées au niveau de la masse : claires dans leur contenu, simples dans les termes. Ces cours devaient être imprimés plus tard sous le titre « Le chemin de la libération ».

Ce premier cours de formation politique des cadres de la Ligue Viet Minh fut un grand succès. Nous étions à la veille de la Fête du Têt (Nouvel an lunaire). Les militants franchirent la frontière, débordants de confiance, assurés du succès de leur mission. Après le Têt, l’Oncle Ho revint à son tour dans le pays. Il établit son P.C. dans la grotte de Pac Bo, au sein d’un massif montagneux de deux à trois kilomètres de large sur cinq à six km de long, à un kilomètre seulement de la frontière. Les minorités Nung qui peuplent cette région sont disséminées dans de minuscules agglomérations juchées au flanc des montagnes ou nichées dans des vallées encaissées. L’endroit ne manquait pas de pittoresque avec ses carrés de rizières sertis dans la jungle épaisse et les montagnes abruptes. Une végétation luxuriante masquait presque totalement l’entrée de la caverne ; même de près, elle était difficile à repérer. Très profonde, elle surplombait un charmant ruisseau dont les eaux formaient en un point un assez grand bassin, comme un lac miniature. Le ruisseau cheminait dans un enchevêtrement de rochers capricieux où de grosses stalactites plongeaient sur d’énormes blocs arrondis par l’érosion. C’était là que chaque jour l’Oncle Ho descendait pour travailler, à moins qu’il [n’]allât donner un cours politique dans un village des environs. Pour les repas, il retournait à la grotte. La nuit, pour chasser le froid très vif qui y régnait, on pouvait heureusement se permettre d’allumer un petit feu sans crainte d’être découvert.

L’Oncle Ho, qui attachait une importance extrême à la vigilance, veillait toujours à ce que tout le monde gardât un secret absolu sur tout ce qui concernait le P.C. Il donnait l’ordre de changer de place immédiatement au moindre indice de danger. Une fois, on nous fit savoir que l’ennemi avait envoyé des espions dans la région. Notre P.C. s’enfonça aussitôt plus profondément dans la jungle. Le nouvel emplacement offrait une grande sécurité : pour l’atteindre, il fallait remonter le cours d’un ruisseau, franchir quelques cascades et escalader plusieurs pentes escarpées. Le siège du P.C. n’était qu’une hutte bien cachée sous un enchevêtrement de lianes et de grosses racines. Malheureusement il y faisait si sombre, même en plein jour, que pour travailler, nous devions grimper en haut de la montagne. Plus tard, toujours par précaution, notre P.C. déménagea dans une autre grotte extrêmement exiguë qui pouvait à peine abriter trois ou quatre lits. Les jours de grande pluie, les serpents et diverses bestioles y venaient nous tenir compagnie.

Cette vie de clandestins traqués était extrêmement dure. Pour garder une bonne santé, condition primordiale d’un bon travail, l’Oncle Ho s’en tenait à des règles très strictes. Il se levait très tôt et chaque jour invariablement c’était lui qui nous réveillait. Ensemble, nous faisions quelques mouvements de culture physique ; puis la journée de travail commençait. Pendant la nuit, faute de pétrole pour les lampes, nous nous rassemblions autour d’un feu de bois pour tenir des réunions ou tout simplement bavarder à bâtons rompus. Les heures de repas étaient aussi scrupuleusement respectées ; mais l’ordinaire était bien maigre. De loin en loin seulement, notre menu comportait un petit plat de viande que nous avions baptisé « viande Viêt Minh » et dont voici la recette : viande grillée hachée et pilée dans la proportion d’un quart de viande, trois quarts de gros sel. Quelquefois nous organisions une partie de pêche pour améliorer notre ordinaire. Notre « maître-coq » était un vieux membre du Parti, nommé Lôc. Il veillait avec sollicitude sur la santé de l’Oncle Ho et nous couvait comme une véritable mère poule. Lorsque le Président était fatigué, il pensait toujours à lui mettre de côté un bol de soupe de riz. Notre boisson était l’eau de la source passée à travers un filtre de fortune fait de charbon, de cailloux et de sable.

Malgré toutes ces précautions, aucun d’entre nous n’a échappé au paludisme. L’Oncle Ho lui-même subissait fréquemment des attaques de fièvre Au moment des crises, malgré nos prières, il refusait de se reposer et continuait à présider nos réunions.

– Il faut lutter, se plaisait-il à répéter, pour faire reculer la maladie et la vaincre.

Plus tard, lorsque le mouvement eut pris de l’ampleur, notre P.C. se déplaça à Lam Son, près de Nuoc Hai, au fond d’une vallée encastrée dans une chaîne de montagnes d’accès extrêmement difficile. Nous appelions cet endroit, « le Blockhaus Rouge » parce qu’il était environné de montagnes de couleur rougeâtre et qu’il servait depuis fort longtemps de rendez-vous aux révolutionnaires. L’Oncle Ho conservait toujours le même mode de vie, tout de simplicité et de frugalité. Le séjour dans les grottes et la jungle avait miné sa santé. Lorsque la situation évoluait favorablement, le ravitaillement s’améliorant, notre vie matérielle devenait à peu près satisfaisante. Mais lorsque l’ennemi intensifiait la répression, notre P.C. s’enfonçait plus profondément dans la jungle, et le ravitaillement devenait difficile. Il nous arriva plus d’une fois de nous réfugier parmi les minorités « Man Blancs » (1), qui, faute de riz, ne se nourrissaient que de maïs. Pendant de longs mois, nous aussi, nous avons mangé la soupe de maïs. A la suite de ce régime, on vit la santé de l’Oncle Ho décliner à vue d’œil. Notre vieux camarade Lôc, accomplissant mille prodiges, réussit à trouver un peu de riz qu’il fit cuire à l’intention de l’Oncle Ho. Mais celui-ci lui opposa un refus catégorique. Il lui reprocha même de n’avoir pas sur conserver ce riz précieux pour les camarades malades et continua à partager avec nous la soupe de maïs.

Durant tout ce séjour au Viet Bac, jamais l’Oncle Ho ne fut aussi gravement malade qu’en 1945, après le coup de force des fascistes japonais. A cette époque, nous avions déjà libéré une vaste zone qui ne cessait de s’étendre. Avec l’oncle Ho, nous étions descendus de Cao Bang à Tan Trao. C’était au mois de juillet 1945, dans la période fiévreuse de préparation du Congrès national qui avait été décidé par le Comité central. Le P.C. du Commandement provisoire de la zone libérée se trouvait dans une maison sur pilotis au village de Tan Trao près du gros banian devenu historique depuis. A ce moment, j’assurais la permanence du P.C. L’Oncle Ho logeait dans une petite hutte nichée au flanc de la montagne, à un kilomètre environ du village. La longue marche qu’il avait dû effectuer pour se rendre de Cao Bang à Tan Trao devait l’avoir épuisé. Il tomba gravement malade après une période de grande faiblesse ; la fièvre ne lui laissait aucun répit. Au début, il pouvait encore avaler un peu de soupe de riz. Puis il en fut réduit à la farine de riz délayée dans l’eau. Parfois il délirait. Bien que notre approvisionnement en médicaments se fût amélioré, nous n’avions en tout et pour tout que quelques comprimés de quinine et quelques ampoules d’huile camphrée. Quotidiennement, je me présentais chez lui pour faire le rapport ; je m’inquiétais fort de son état. Mais lorsque je lui demandais des nouvelles de sa santé, il me tranquillisait et insistait toujours pour que je rentre au P.C. expédier les affaires courantes. Le septième jour de sa maladie, je le trouvai plus mal. Comme d’habitude, après le rapport, il me congédia. Prétextant qu’aucune affaire urgente ne m’attendait, j’insistai pour demeurer auprès de lui. Sans doute se rendait-il compte de son état critique, il accepta. Durant la nuit, il se réveilla plusieurs fois et chaque fois il m’appelait. Je sentis confusément qu’il voulait me communiquer des choses extrêmement importantes avant qu’il ne soit trop tard…

De sa voix calme qui prononçait lentement chaque mot, il me dit :

« Cette fois, la conjoncture nationale et internationale nous est extrêmement favorable. Notre Parti ne doit pas laisser passer l’occasion. Nous devons prendre la direction de la lutte nationale pour la conquête de l’indépendance, quoi qu’il en coûte, même si toute la Cordillère vietnamienne doit être la proie des flammes. »

Il s’interrompit un moment pour reprendre son souffle et me donna ensuite quelques conseils pour les problèmes de l’heure :

– Le mouvement révolutionnaire gagne du terrain, me dit-il, mais quand le mouvement monte, il faut toujours veiller à consolider ses assises : renforcer idéologiquement les éléments sûrs, former des cadres. Il faut ouvrir des cours accélérés afin de former à temps les militants locaux et s’attacher particulièrement à l’édification des cellules de façon à pouvoir maintenir le mouvement aux heures critiques. Quant à la lutte armée, dès que les circonstances deviennent favorables, il faut la poursuivre résolument et l’étendre, mais sans oublier de consolider nos bases pour parer à toute éventualité.

En écoutant ces recommandations, j’avais l’impression qu’il envisageait déjà une issue fatale à sa maladie. L’inquiétude s’empara de moi. Je fis immédiatement un rapport détaillé sur son état de santé et dépêchai une estafette pour l’apporter au Comité central. En même temps, je demandais à tous les camarades se trouvant dans la localité de consulter la population locale. Les vieillards du village vinrent alors à notre secours. Ils nous indiquèrent l’adresse d’un médecin traditionnel, réputé pour la guérison de ce genre de fièvre. Un courrier fut dépêché dans la nuit même auprès du médecin qui arriva le lendemain matin. Il prit le pouls du malade, et se rendit dans la forêt où il déterra une sorte de tubercule dont je serais bien en peine de donner le nom. Il le fit brûler et en versa les cendres dans un bol de soupe de riz qu’il fit avaler au malade. L’Oncle Ho ne tarda pas à se sentir mieux et quelques jours plus tard il était parfaitement rétabli.

Notre joie ne saurait se dire. Mais jusqu’à maintenant nous n’avons pu encore découvrir le nom de ce tubercule miraculeux qui guérit si vite l’Oncle Ho.

Revenons maintenant à Cao Bang, au temps où le Président séjournait à Pac Bo. A ce moment, les camarades Phung Chi Kien et Vu Anh étaient déjà là-bas. Le camarade Lam (nom de guerre de Pham Van Dong), le camarade Ly (nom de guerre de Hong Van Hoan) et moi-même, en mission à Tsin Si (Chine), faisions la navette entre cette ville et Kouei Lin. Nous nous rendions souvent à Pac Bo pour faire nos rapports à l’Oncle Ho et recevoir des instructions. De temps en temps, accompagné du camarade Phung Chi Kien, il venait à notre rencontre, dans un endroit situé à mi-chemin entre Pac Bo et notre résidence. Très endurant, il pouvait sans fatigue faire à pied d’une seule traite des dizaines de kilomètres. Une fois, nous le rencontrâmes, comme il était convenu entre nous, à notre rendez-vous situé dans un marché en Chine. Un de nos camarades qui venait de franchir la frontière lui annonça :

– Le camarade X. a été arrêté !

Mais sans se préoccuper autrement de la nouvelle, l’Oncle Ho nous invita à entrer dans une auberge et commanda le repas. C’est seulement après avoir mangé qu’il ouvrit la réunion projetée. Il prit la parole le premier en s’adressant au messager :

– Fais maintenant ton rapport. Quoi qu’il arrive, il ne faut jamais perdre son sang-froid.

Chaque fois que nous revenions au P.C. pour rencontrer l’Oncle Ho nous avions toujours la sensation renconfortante de nous retrouver chez nous, dans une chaleureuse ambiance de famille.

– Le Parti, disait-il souvent, c’est la grande famille des communistes.

Il plaisait aussi à nous répéter :

– Le Parti doit être notre guide en toutes circonstances.

Il n’oubliait jamais de s’enquérir de notre santé et montrait vis-à-vis de chacun une sollicitude constante. Au P.C., il régnait une atmosphère d’optimisme révolutionnaire. Aux heures de poussée du mouvement, les militants qui revenaient en apportant avec eux le bouillonnement fiévreux des organes de base, y trouvaient une atmosphère sereine qui leur rappelait immédiatement que la lutte révolutionnaire serait encore longue et pénible. Aux heures sombres, lorsque l’ennemi semait la terreur parmi la population en désarroi, ils y trouvaient encore, à leur retour de mission, cette même atmosphère sereine d’où se dégageait alors une confiance inébranlable en la victoire finale. J’en ai gardé une impression inoubliable et tiré une précieuse leçon : dans les heures sombres, pas de pessimisme ; dans les heures de triomphe, pas d’optimisme béat. L’Oncle Ho sut à merveille nous insuffler une foi inébranlable en la victoire de la révolution.

– Faire la révolution, disait-il, c’est un travail de longue haleine, un travail qui exige de la ténacité et de la persévérance. Toute décision demande mûre réflexion et ne doit jamais être prise à la légère.

Aussi, en général, à nos retours de mission, si rien n’exigeait une solution urgente, nous observions la règle de travail suivante : l’Oncle Ho posait le problème à débattre et nous laissait un certain temps pour réfléchir. Ensuite avaient lieu la réunion et les discussions. Ses directives étaient toujours très précises et très pratiques. Et lorsqu’ après de minutieuses discussions, nous adoptions les résolutions finales, il exigeait que nous les réalisions coûte que coûte. Il tenait aussi à contrôler effectivement notre plan de travail, quelle que fût son importance. De mon séjour auprès de lui, j’ai pu tirer un précieux enseignement : pour fixer la ligne de la révolution, il faut voir les choses dans leur ensemble et voir loin, mais au moment de passer au travail d’exécution, attacher une grande attention à tous les détails pratiques quelle que soit leur importance. Négliger les détails, c’est compromettre tout l’ensemble des grandes lignes.

Dès que son P.C. fut établi à Pac Bo, l’Oncle Ho donna immédiatement l’ordre de faire paraître le Viêt Lâp (Vietnam Indépendant). Ce journal paraissait clandestinement une fois par semaine, sur deux pages de petit format. Les articles, courts, simples, étaient imprimés en gros caractères, à la lithographie. Les estimant trop courts et trop simplistes, nous proposâmes d’enrichir le contenu et d’utiliser des caractères plus petits pour améliorer la présentation et augmenter le nombre des articles. Mais l’Oncle Ho ne partagea pas ce point de vue.

– Pour que le journal soit au niveau des masses, disait-il, il est de beaucoup préférable de publier des articles courts, en gros caractères.

Effectivement, nous n’avons pas tardé à constater l’efficacité pratique du Viet Lap dans notre travail de propagande et d’organisation. L’influence du journal ne venait pas seulement par sa ligne politique juste, mais aussi par sa forme simple, parfaitement adaptée au niveau de la population. De toute évidence, la première condition pour éveiller la conscience des masses et les guider dans leur marche en avant, c’était d’aborder les problèmes qui les préoccupaient et en parler en des termes qu’elles comprenaient. Par la suite, le journal fit des progrès, il parut sur quatre pages avec une meilleure présentation. Il devait continuer à remporter un grand succès auprès de la population.

L’Oncle Ho attachait une grande importance à la formation idéologique des cadres. Il avait traduit en vietnamien l’Histoire du Parti communiste (Bolchevik) de l’U.R.S.S. De ses propres mains, Il avait dactylographié cette traduction en quelques exemplaires qui nous servaient de document pour nos études.

Il restait en contact étroit avec la population locale, souvent il allait rendre visite aux vieillards ou apprendre aux jeunes à lire. Il aimait profondément les enfants. Avec sa veste indigo à la mode des minorités « Tho », on l’aurait pris pour un paysan de la région. La population l’appelait respectueusement « ong ke », terme réservé aux anciens du village. Simple, optimiste, toujours près du peuple, plein d’un chaleureux esprit de camaraderie, l’Oncle Ho avait déjà ce style de vie qu’il a gardé jusqu’à ce jour.

Au mois de mars [1941], la 8ème Conférence élargie du Comité central se tint sous sa présidence à Pac Bo. Comme chacun le sait, cette réunion devait prendre des décisions de portée historique. Définissant la nouvelle ligne du Parti, elle fit de la libération nationale la question N°1 pour tout le peuple. Elle décida également l’organisation de la Ligue pour l’Indépendance du Viêt Nam (Viêt Minh) et la préparation à l’insurrection armée. Ce fut elle également qui décida de maintenir et d’étendre les deux bases que nous avions à Bac Son-Vu Nhai, et à Cao Bang, pour en faire les foyers de préparation à l’insurrection armée au Viet Bac.

(1) Les « Man Trang », ainsi nommés à cause de leur costume et de leurs parures.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 87-99.