Archives par mot-clé : archives

Archives : “Victimes européennes de l’attaque du 19 décembre et jours suivants”

[ndlr] Le 7 janvier 1947, les services de la Police et de la Sûreté fédérales dressaient un premier bilan des journées des 19 et 20 décembre 1946 lorsque la ville de Hanoi s’embrase sous les feux de la reconquête militaire française et de la résistance Viêt-Minh. Le document d’archives reproduit intégralement ci-après souligne les difficultés rencontrées pour obtenir une évaluation chiffrée et précise des pertes civiles. Si une première évaluation est tentée pour les victimes européennes, elle semble beaucoup plus difficile à établir pour les Eurasiens et les Vietnamiens naturalisés français. En outre, aucune information n’est donnée sur les Vietnamiens attentistes ou hostiles au Viêt-Minh en cette fin d’année 1946. Or on sait que certains d’entre eux, francophiles, n’ont plus donné signe de vie après le 19 décembre comme le professeur Duong Quang Ham ou d’autres, plutôt francophobes, comme Nguyen Trieu Luat l’intellectuel nationaliste proche du VNQDD ou encore Truong Tu Anh, le chef du parti nationaliste Dai Viêt. L’évacuation de la ville ordonnée par les miliciens du Viêt-Minh (Tu Vê) s’est déroulée dans la nuit du 19 au 20 décembre dans un climat de guerre civile et dans le chaos de l’offensive militaire française.

A noter que le document d’archives comprend des descriptions d’exécutions sommaires qui peuvent choquer le lecteur. Source du document : ANOM (Conspol. Terrorisme Viêt-Minh).

* * *

 Commissariat de France pour le Tonkin et le Nord-Annam

Sûreté Fédérale Tonkin

AM/jo/8

N° 99

Hanoi, le 7 janvier 1947

Le chef de la Police et de la Sûreté fédérales

à Monsieur le Commissaire de la République pour le Tonkin et le Nord-Annam – Hanoi ;

Monsieur le Directeur de de la Police et de la Sûreté fédérales en Indochine – Saigon

 

Objet : Victimes européennes de l’attaque du 19 décembre et jours suivants.

 

1° / – Considérations sur les difficultés d’un dénombrement.

Les pertes civiles ne sont pas encore dénombrées, et il faut envisager un délai d’attente avant d’avoir une idée approximative de leur importance. Les raisons de cette incertitude sont les suivantes :

  • a) Difficultés rencontrées dans le ramassage et l’identification des personnes assassinées :
    • difficiles à localiser, certaines ayant été tuées hors de leur domicile (dépendances de la Défense nationale, pagode Gialong, etc…).
    • mutilées et méconnaissables dans certains cas.
    • prospection des quartiers « libérés » rendue très difficile les premiers jours, en raison du tir meurtrier des Annamites restés dans les maisons ou sur le toits après le passage de l’échelon de feu.
  • b) Le mouvement de la population française pendant la phase violente du combat porte sur un nombre considérable de personnes, et il ne faut pas songer opérer un recensement de maison à maison. Le recensement des refuges est relativement aisé, mais l’hébergement « à l’amiable » non déclaré est un obstacle sérieux au calcul exact.
  • c) Le dénombrement des Eurasiens n’a jamais été fait avec certitude, et certaines rues de la périphérie [p. 2 du document] ont été débloquées après 4 jours de combats, vides de leur population. Celui des Annamites, naturalisés français, est encore plus incertain, et seule la découverte d’archives municipales auxquelles nous n’avons pas eu accès depuis le 9 mars 1945 pourrait permettre de commencer le travail. Il resterait à déterminer le mouvement des intéressés depuis 18 mois, qui ne manquerait pas d’altérer fortement le chiffre de base.

[sous-titre manuscrit ajouté : Les otages]

  • d) Les informations dont nous disposons sur l’enlèvement des otages sont très fragmentaires. Eu égard à l’obscurité et aux erreurs d’appréciation de la nuit du 19, elles ne donnent aucune indication utile. Celles que nous recueillons péniblement à l’arrière des « lignes » se recoupent mal et sont sujettes à caution. Elles portent sur « 300 Européens ou Eurasiens » dans la province de Hadong. (Bien que la liste des disparus soit nettement inférieure, le chiffre paraît plausible).
  • e) Le chef du 5ème secteur (1) et les les chefs d’îlots ont disparu, ainsi que la majeure partie de la population française. Une partie des intéressés, vivant presque à l’annamite et n’ayant pratiquement pas de rapports avec la population blanche, a peut-être réussi à s’échapper et à se caser en ville. Le dénombrement sera long. Les services s’y emploient activement dans la mesure où la pauvreté en personnel et en moyens le permet.

(1) Rues Halais, Ricquier, Route de Huê,… Rues Charron, Chanceaulme, Duvigneau, Lê Loi, René Daurelle, Jauréguiberry prolongée…

2°/ – Les chiffres

Les chiffres établis par la Sûreté fédérale sont les suivants :

  • a) Morts civils : 54.

Mis à part les 46 ressortissants français inhumés après été formellement identifiés, je demande que l’on use avec circonspection de la liste nominative des morts.

  • b) Blessés civils : 15.

Hospitalisé[s] à Lanessan.

  • Disparus : 212.

Liste en annexe [mention barrée]. Ce chiffre représente une estimation basse pour les raisons exposées plus haut. Des appels répétés sont faits par radio pour collecter des informations utiles.

[p. 3]

3°/ – Date des massacres.

La date des massacres connus est la nuit du 19 au 20 décembre. La plupart des morts retrouvés ont été assassinés entre 20h30 et le petit jour. Période cruciale de 20h30 à 1h. ou 2h. du matin, – pendant laquelle des cris de terreur et de souffrance ont été entendus dans les quartiers où habitaient les Européens.

Le massacre et le kidnapping se sont prolongés pendant les 48 heures suivantes dans les quartiers non dégagés.  Exemple : les Inspecteurs de Sûreté Gesbert et Peretra ont été kidnappés (ou tués) après deux jours de résistance, ayant épuisé leurs munitions.

4°/ – Tortures.

Les hurlements et les cris d’agonie entendus pendant la nuit du 19 au 20 décembre ne laissent aucun doute sur la frénésie hystérique des assassins et sur les raffinements de cruauté qui précédèrent la mise à mort. La découverte des cadavres eût d’ailleurs suffit à nous éclairer : voici quelques cas constatés, dont certains sont mis en relief par les annexes photographiques du rapport n° [pas de numérotation] du [s.d.] de la Sûreté Fédérale pour le Tonkin et le Nord-Annam.

Extrait du même rapport p. 12 :

« Des atrocités ont été commises. En voici quelques cas [:] rue Lambert, le cadavre de M. Thébert portait une entaille à la joue, faite après sa mort pour faciliter l’extraction des dents en or. C’était un vieux commerçant bien connu à Hanoi, infirme d’une main et qui avait vendu depuis peu de temps son fonds de commerce à des Annamites en vue de se reposer en France.

« Bd Gialong, près de la pagode qui servait de siège aux Tu Vê de ce quartier, ont été retrouvé les cadavres de M. Mounard, vieux retraité militaire, et de ses enfants. Ce vieillard inoffensif avait été ligoté et étranglé avant d’être poignardé.

« Les premiers Français qui ont pu pénétrer dans la cour du Ministère de la Défense nationale de Vo Nguyen Giap ont assisté à ce spectacle navrant : au pied du mur où elles avaient été fusillées, trois Françaises, dont deux blondes et l’autre aux cheveux grisonnants, étalées sur le dos, baignant dans leur sang. Leur linge intime avait été enlevé. La serviette hygiénique de l’une d’entre elles, entièrement maculée, lui pendait à la cuisse. Leurs visages étaient violacés, leurs traits tordus et contractés par la souffrance.

[p. 4] « A côté se trouvait le cadavre d’une femme annamite, la servante de l’une de ses deux Françaises.

« A quelques mètres de là, s’étalait le cadavre d’un vieillard français à barbe blanche. Le nez était entaillé et la poitrine profondément trouée. La gorge portait également une entaille sans que le sang ait coulé.

« Un Eurasien M. Lavau, ancien fonctionnaire de la Police, démissionnaire depuis plusieurs années, capturé dans la soirée du 19 décembre et consigné à la Sûreté vietnamienne, en a été extrait dans le courant de la nuit et poignardé. Sa femme annamite a été blessée alors qu’elle portait un nouveau-né dans ses bras. Sa maison a été incendiée. »

[Signé :] A. Moret

Destinataires :

–        Commissariat de la République Hanoi – D.A.P.A.

–        Commissariat de la République Hanoi – Bureau de l’information.

–        Direction Sûreté Fédérale Saigon (3 ex.)

–        Archives (3 ex.)

 

Liste des disparus civils

Noms et prénoms

adresse

nombre de personnes

[??]ng Jean 20 Alex. de Rhodes 1
Mme Aroquiom 17, rue Reinach 1
[??]reteau 39, Carreau 1
Mme Baldo et sa fille Albine 35, rue Reinach 2
Barrely 115, route Mandarine 1
Bousquet et famille 16, Duvigneau 7
Bouquet et famille 4, Duvigneau 9
Bodin Andrée 39, Dông-Khanh 1
Brehaye Marguerite 9, rue Jacquin 1
Byron Valebadassore Près Abattoir 1
Berniger [s.l.] 1
Chabot & Mme 32, Dông-Khanh 2
Chalumeau et famille (T.P.) 41, Reinach 5
Chapereau & Mme (T.P.) 9, Lê-Loi 2
Cellier (Sûreté) 14, Alex. de Rhodes 1
Coissandeau (B.G.I.) 168 quai Guillemoto 5
Collanday (Sûreté) 11, Luro 9
Collegia (Sûreté) 11, Dieulefils 1
Mme Cornaglia et sa fille 39, Reinach 2
Me Claudet et 3 enfants IDEO, Yên-Phu 4
Debesson et famille 41 ter Bd Gia-Long 2
D’Auvigny et famille (Sûreté) 61, Gia-Long 4
Delagarde et famille 52, voie 206 5
Drouet et famille Armand Rousseau 3
Dubis (Intendance) Maison incendiée derrière la Shell 1
Mme Doornbos et 2 enfants 142-bis, rue Duvillier 3
Ferrand Félix et famille (Sûreté) 43, Reinach 5
Fondeur 10, Alex. de Rhodes 1
Fourret Roger Rue de Beylié 1
Guiaunantoni et 3 enfants 41, Gia-Long 4
Gesbert Maurice (Sûreté) 14, Sœur Antoine 1
Mme Gras et son neveu 86, Lê-Loi 2
Guyot et famille (Trésor) 13, Duvigneau 3
Guyon de Chemilly Rue des Voiles 1
Gobert et famille 10, voie 2014 7
Husiau et famille IDEO, Yên-Phu 5
Henry Marcel IDEO, Yên-Phu 1
Mme Hecquet et 3  enfants 51, Duvigneau 4
Mme Joseph 35, Carreau 1
Mme Jacquemart 34, Dông-Khanh 1
Lacollonge (fille) 39, Dông-Khanh 1
Labensky et famille 48, Doudart de Lagrée 5
Laplace 10, Sœur Antoine 1
Lausent (G.I.) 87, Lê-Loi 1
Laboudet 62, Amiral Sénes 1
Melle Legrand 45 ter Gia-Long 1
Lomet Henri 20, Alex. de Rhodes 1
Louzier et famille 39, Carreau 3
Mittard 48, Doudart de Lagrée 1
Mas (Enregistrement) Bd Gambetta 1
Melle Medrano Rue Duvillier 1
Morche et famille 92, Bd Gia-Long 3
Niedsensky IDEO, Yên-Phu 1
Mme Veuve Olivier et 3 enfants 51, Duvigneau 4
Mme Olivier (Poste) et fille 41-ter, Gia-Long 2
Famille Petit (Sûreté) 11, Duvigneau 3
Mme Picquemal 33, Gia-Long 1
Potopapas [?] et 2 enfants 86, Lê-Loi 3
Peretra Vasco (Sûreté) 12, Sœur Antoine 1
Mme Bipot [Ripot ?] 2 filles 1 bébé 14, Chanceaulme 4
Riquebourg et famille 79, Armand Rousseau 3
Ronfaut et famille 45, Reinach 3
Raymond David (Greffier) Charron 1
Revue Jean-Louis 9, Grand Bouddha 1
Sanceau et famille (B.G.I.) 41, Gia-Long 6
Mme Sigoney et sa fille 30, Sœur Antoine 2
Simonjean Léonard et famille 8, Hérel de Bressis 6
Simonjean Félix 8, Hérel de Bressis 1
Sivet et famille (G.I.) 15, Reinach 3
Thibaut et famille Route de Huê 8
Thibaut et famille Contrôleur des marchés 6
Théodores (mère et deux filles) 8, René Daurelle 3
Vouillon et famille Village de Ngoc-Hà 4
Mme Verger et 3  enfants 50, voie 206 4
Wolf Henri et famille 4, rue Jacquin 6
R.P. Léon Paliard Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Paul Uzureau Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Daniel Bouis Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Antoine Carret Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. André Courtois Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Pierre Gastine Séminaire de Saint Sulpice 1
Sœur Marie Gonzague Séminaire de Saint Sulpice 1
215 (total)

 

 

Preserving Khmer Rouge Archives

A sketch of Khmer Rouge weapons. From the Santebal Archive of the Khmer Rouge collection at the Center for Research Libraries.

by Richard Richie ///

Early in 1998, the Southeast Asia Collection of Yale University Library was invited by Professor Ben Kiernan, Director of the Cambodian Genocide Program at Yale University’s Center for International and Area Studies, and Mr. Youk Chhang, Director of the Documentation Center of Cambodia in Phnom Penh, to collaborate on an urgent project to preserve and copy the records of the Khmer Rouge state police archives, or Santebal. Discovered in the Ministry of the Interior of the Royal Cambodia Government in 1996, the Santebal materials were being held temporarily at the Documentation Center. An original plan to digitize the documents was abandoned early on due to slow progress caused by an undependable power supply at the Documentation Center and outdated scanners and computers.

Preserving Secret Police Files

With the documents turning brittle and their future uncertain, project planners searched for alternative solutions. They also feared that ex-Khmer Rouge cadres might discover the secret Documentation Center location and attempt to destroy the archives to prevent future criminal investigations. Given the circumstances, they narrowed the immediate objectives to the bare essentials: to make use copies for the Documentation Center and to make preservation copies for safe keeping outside of Cambodia.

Paul Conway, head of the Preservation Department of the Yale University Library, recommended establishing a microfilm production facility at the Documentation Center as a tested and familiar preservation method. The project was presented for cooperative funding to the Southeast Asia Microform Project at CRL’s annual meeting in the spring of 1998 and received support from CRL and the Echols Collection at Cornell University Library. The decision was then made to preserve the resulting microfilms at Yale University, and to make a microfilm copy of the archive available to scholars and researchers at North American universities by interlibrary loan through the Center for Research Libraries.

As Curator for the Southeast Asia Collection, I was trained to operate the World War II vintage Recordak Portable Micro-File Machine with Model E camera and the special lighting to be used at the Documentation Center. In May 1998 I traveled to Phnom Penh to set up a filming lab and train one person from the Documentation Center. The project went awry almost immediately due to overheating equipment, which was intensified by tropical temperatures and the need for a closed room. However, the combination of a portable back-up generator and an air conditioning unit resolved the big challenges and permitted microfilmers to shoot the first batch and send it to Connecticut for testing and processing.

Preserving Additional Documentation

With the Santebal Collection successfully microfilmed in 1999, other collections held by the Documentation Center that dealt with Khmer Rouge atrocities and governance were approved for filming with additional support from the SEAM membership and Cornell University. Final filming for the project was completed in January, 2005. The many collections preserved through this initiative are described below. The entire microfilm archive is now available for loan from the Center for Research Libraries. See Requesting Materials.

Santebal Collection BBKK (I Collection) and BBKKH (J Collection). Reels 1-115.

Includes biographies of members of the Khmer Rouge organization who held positions of authority from the district (srok) level upwards, including regional (damban), zone (phumipeak) and center (mocchim) officials, and all officers of the Khmer Rouge armed forces from company (kong anousena thom) level and above. Many of these biographies of demoted authorities were forced confessions written under torture in the Tuol Sleng Prison. The collection also includes confessions of Khmer Rouge victims and communications between members of the Khmer Rouge leadership.

D Collection. Reels 116-156, 214-410.

General Khmer Rouge documents including secondary literature on the Khmer Rouge regime and surviving primary documents containing records of the Khmer Rouge prison at Krang Ta Chan in Takeo Province. The collection also includes the Anlong Veng collection of post-Khmer Rouge materials as well as textbooks from the third and fourth class levels for Democratic Kampuchea primary schools.

Lon Nol Dossiers (L Collection). Reels 157-213

Intelligence documents from the Lon Nol regime relating to military events and issues dealing with Khmer Rouge prisoners of war. These communications contain lists and titles of Lon Nol’s military police officers and soldiers, confessions by Khmer Rouge prisoners of war, individual communications between Lon Nol officers, reports by these officers, assignment reports, and personal files of secret agents of the Lon Nol government.

Khmer Rouge Notebooks (K Collection). Reels 1-39 (New Series)

Biographies of Khmer Rouge cadres and prisoners contained in the personal notebooks of Khmer Rouge prison guards. Collected from Tuol Sleng Prison, the notebooks include information on political training; medical training; military training; revolutionary songs, poems, and slogans; as well as personal accounts and meeting minutes from the prison.

Renakse Collection (R Collection). Reels 40-72 (New Series)

Contains petitions by Cambodians to the Peoples’ Republic of Kampuchea to oust the Khmer Rouge from Cambodia’s seat at the United Nations.

 

Richard Richie
Yale University Library

Source : Focus on Global Resources, Fall 2005, Vol. 25, No. 1.