Archives par mot-clé : archives

Eugénie Mérieau : Pré-Inventaire des « Papiers Pridi Panomyong » à l’IAO, déposés par Judith Stowe

Le fonds déposé par Judith Stowe à l’Institut d’Asie orientale est pour les historiens une excellente porte d’entrée sur les périodes les plus intrigantes de l’histoire politique de la Thaïlande, et notamment sur les événements autour desquels de nombreuses zones d’ombre persistent encore.

Pridi Panomyong, homme d’Etat thaïlandais (1900-1983)

Le fonds se compose de dossiers de presse thaïe, câbles diplomatiques américains, documents judiciaires originaux, et mémoires personnels. Il s’articule autour de trois thèmes clé de l’histoire thaïlandaise : les relations internationales de la Thaïlande pendant la Seconde guerre mondiale, la vie de Pridi Panomyong, et le rôle du roi Bhumipol Adulyadej dans la politique thaïlandaise. Les documents rassemblés par Judith Stowe couvrent la période s’étendant du début des années 1940 à la fin des années 1980.

I : Judith Stowe

Judith Stowe, née au début des années 1930, est une ancienne diplomate britannique. Devenue journaliste pour la BBC, elle a dédié la majeure partie de sa vie à l’étude de l’Asie du Sud-Est et en particulier de la Thaïlande et du Vietnam. Sa contribution à l’étude de l’histoire thaïlandaise est souvent sous-estimée ; pourtant, son livre Siam becomes Thailand : a story of intrigue (( Judith Stowe, “Siam becomes Thailand : a Story of Intrigue”, Honolulu : University of Hawaii, 1991 )) est l’un des ouvrages les plus détaillés concernant la période 1932-1946 en Thaïlande, faite de révolutions, coups d’Etat militaires et contre-coups, et la mort inexpliquée d’un monarque.

Afin de conserver son indépendance et sa carrière de diplomate, Judith Stowe avait fait le choix de ne pas se marier  – elle fut envoyée en poste à Manille, Belgrade, Brasilia, Asunción, Saint-Domingue et Jakarta. La naissance d’un enfant mit fin à sa carrière de diplomate, et elle s’orienta vers le journalisme. Après avoir travaillé quelques temps pour la BBC, c’est en 1974, à l’âge de 40 ans, qu’elle devint la responsable de la section thaïlandaise à Londres, avant d’être transférée à la section vietnamienne.

Judy Stowe (1934-2007) © BBC

De ces deux passions, la Thaïlande et le Vietnam, elle s’était fait de nombreux ennemis, devenant persona non grata dans les deux pays. Elle s’était piquée d’ un grand intérêt pour deux de leurs réfugiés en France : Col Bui Tin, qui s’était établi en France en 1990, et Pridi Panomyong, établi en France en 1970. Au premier, elle conseilla de publier ses mémoires, qu’elle traduisit en anglais1. Ses rapports avec le second ne sont pas à ce jour connus – le journal de Judith Stowe n’évoque pas de rencontre avec Pridi – mais les documents du fonds, notamment l’inclusion de documents personnels ayant appartenu à Pridi lui-même, semblent indiquer sinon une certaine proximité du moins un lien.

Les sections sud-est asiatiques du BBC World Service, successeur du BBC Empire Service, avaient été créées dans le cadre de la Seconde guerre mondiale à des fins de propagande de guerre, puis réinvesties d’une mission de lutte anticommuniste en Asie du Sud-Est au tournant de la guerre froide. En Thaïlande, les informations en langue thaïe étaient diffusées sur les ondes à partir d’un émetteur situé à Nakhon Sawan, au nord du pays, après avoir longtemps été émises depuis Hong Kong (jusqu’à la rétrocession en 1997). Toute sa vie, Judith Stowe s’était battue pour le maintien de la section de langue thaïe  – mais c’est en vain qu’elle tenta d’en empêcher la fermeture en 2005 lors d’une restructuration du BBC World Service.

Elle s’est éteinte en 2007 sans savoir que la section thaïe de la BBC allait renaître sous version digitale en 2016, dotée d’un nouveau cahier des charges de lutte contre la dictature militaire, l’autoritarisme et la censure dans le pays. L’acte de naissance de la BBC-Thaï numérique fut la publication d’un article factuel mais détaillé de la biographie du roi Vajiralongkorn, monté sur le trône le 1er décembre 2016 suite au décès de son père le 13 novembre 2016. Cet article dissonait dans le paysage médiatique du royaume, au sein duquel la figure du monarque est entourée d’un lourd silence. Son partage sur Facebook causa l’arrestation et la condamnation exemplaires d’un activiste à une peine d’emprisonnement pour lèse-majesté et cybercrime.

II : Les papiers Pridi Panomyong

  1. Relations internationales durant la seconde guerre mondiale

Guerre franco-thaïe, 1940 – 1941

Durant la seconde guerre mondiale, la Thaïlande a tiré profit de la défaite française pour acquérir des provinces limitrophes au détriment du Cambodge et du Laos sous protectorat français. Cette « guerre » fait partie de la mythologie nationale thaïlandaise, la « victoire » étant commémorée par un grand monument au centre de Bangkok, le « Monument de la Victoire ». L’article photocopié versé au fonds est aujourd’hui disponible en ligne2.

Relations thaï-japonaises, 1940-1945

Les relations entre le Japon et la Thaïlande durant la seconde guerre mondiale sont l’un des domaines les plus complexes de l’histoire thaïlandaise. Le 12 décembre 1941, peu après Pearl Harbor, Luang Phibun Songkhram s’allie avec le Japon, et le 25 janvier 1942, déclare la guerre à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Néanmoins, la déclaration de guerre n’est pas remise par l’ambassadeur de Thaïlande aux Etats-Unis, et un mouvement de résistance, coordonné au sommet de l’Etat par Pridi Panomyong, le régent, s’organise.  Cette histoire est retracée dans un livre versé au fonds sous forme de photocopie3.

Tribunal de guerre, 1946

Le tribunal de guerre en 1946 fut mis en place sous la pression britannique pour juger le premier ministre Phibun Songkhram et les agents ayant collaboré avec les Japonais pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les Etats-Unis, quant à eux, étaient favorables à une reconnaissance de la Thaïlande dans le camp des Alliés. Phibun Songkhram fut envoyé en prison, mais finalement, la Cour Suprême invalida la loi sur les crimes de guerre pour inconstitutionnalité, et Phibun fut relâché. Les câbles diplomatiques versés au fonds offrent de précieux renseignements sur l’attitude américaine face à la mise en place de ce tribunal de guerre, dans le cadre de l’amorce de la Guerre Froide et sur fonds de rivalité américano-britannique.

  • Vie de Pridi Panomyong

Entretiens de Pridi, années 1950-1980

Au cours de sa vie, Pridi a exercé les fonctions de professeur de droit, parlementaire, ministre, premier ministre, régent. Surtout, il a été le cerveau et le leader de la révolution de 1932 qui mit fin à la monarchie absolue en Thaïlande. Il a été l’un des acteurs les plus importants de ce que Judith Stowe nommait les « intrigues » de la vie politique thaïlandaise post-1932. Dans un entretien célèbre, il déclarait « Lorsque j’avais le pouvoir, j’étais jeune et inexpérimenté. Lorsque j’ai eu de l’expérience, je n’avais plus le pouvoir ». Les entretiens rassemblés par Judith Stowe, en thaï et anglais, sont issus des différents journaux thaïs de l’époque : si certains ont déjà fait l’objet de publication sous forme de recueils4, ils n’en sont pas moins une très bonne ressource pour appréhender la personnalité de Pridi et lire l’histoire politique thaïlandaise à travers son expérience privilégiée.

Réflexions de Pridi sur sa vie, 1972

Pridi Panomyong a connu deux exils : un premier exil en Chine, de 1949 à 1970 et un second en France, de 1970 à sa mort, en 1983. En tout, il vécut près de quarante ans en exil. Suite à son coup d’Etat manqué en 1949 contre son ancien allié Phibun Songkhram, Pridi s’était enfui en Chine puis, à partir de 1970, installé en France. De cette « retraite », il produisit de nombreuses analyses sur sa vie et sur son action en tant qu’homme politique et juriste de la fin des années 1920 à sa mort. Tout comme son autobiographie publiée en France n’est toujours pas traduite en thaï5, le mémoire versé au fonds, rédigé depuis Nice en langue thaïe, est introuvable en Thaïlande.

Affaire de diffamation, 1977 – 1985

Pridi Panomyong a eu à cœur toute sa vie de se défendre d’accusations de républicanisme et surtout de régicide – il fut accusé d’avoir commandité le régicide de Rama VIII en 1946. En 1977, Rong Sayamanan publia un livre sur l’histoire constitutionnelle thaïlandaise6 incriminant directement Pridi dans l’affaire du régicide. Pridi a engagé des poursuites judiciaires contre Rong Sayamanan, et gagna le procès en diffamation, ce qui constituait pour lui la première reconnaissance officielle de son innocence dans l’affaire du régicide. Les comptes-rendus d’audience, versés au fonds, furent publiés dans un recueil paru en 19857 – avant de mourir, Pridi aurait demandé à ses filles de veiller à la publication de ce jugement, pour laver son honneur. Ce recueil n’étant pas disponible en France, la présence des documents originaux dans le fonds est d’une grande valeur : ils prouvent, si le doute était encore permis, que Pridi était bel et bien très attaché à l’institution monarchique.

  • Implication du Roi Bhumipol dans la politique thaïe

Seconde Guerre Mondiale, 1940 – 1945

Au cours de la Seconde guerre mondiale, la famille royale vit en Suisse. Son rôle est complètement invisibilisé par la lutte qui se joue en Thaïlande entre le gouvernement officiel pro-japonais de Phibun Songkhram et le gouvernement de l’ombre de Pridi Panomyong et du groupe de résistance Seri Thai. Néanmoins, les documents de Judith Stowe interpellent en ce qu’ils dévoilent un pan obscur du rôle de la famille royale thaïlandaise durant cette période, qui ne se résume pas à celle de spectateur passif, à travers les écrits des auteurs critiques Puey Ungpakorn et Pridi Panomyong.

Affaire de régicide, 1946 – 1955

En 1946, le roi Ananda Mahidol est retrouvé mort dans sa chambre. Son frère cadet Bhumipol est proclamé roi immédiatement, avant de retourner en Suisse. Pridi Panomyong est accusé du crime, et en 1951, après son exil définitif, trois personnes de son entourage sont condamnées à mort pour régicide. Bhumipol rentre alors en Thaïlande pour s’installer définitivement dans le royaume et assumer son rôle de roi. En 1955, les trois condamnés à mort sont exécutés. Les câbles diplomatiques rassemblés par Judith Stowe au sujet de l’affaire de régicide mettent en lumière le rôle joué par Bhumipol et les autres membres de la famille royale.

Démocratisation de la vie politique, 1970-1980

Dans les années 1970, le roi Bhumipol est érigé en « père de la démocratie thaïlandaise ». Il intervient de façon croissante dans la politique, notamment en 1973 lorsqu’il dissout l’assemblée, nomme discrétionnairement un premier ministre de son choix ainsi qu’une assemblée de près de 2500 membres pour amorcer une révision constitutionnelle. Les câbles diplomatiques du fonds révèlent une lecture américaine plutôt favorable aux interventions royales.

III : Intérêt du fonds

Si en soi de nombreuses pièces du fonds sont désormais accessibles virtuellement, qu’il s’agisse des archives du Bangkok Post, des câbles diplomatiques américains ou des articles universitaires, l’intérêt du fonds réside dans sa compilation des documents clé pour comprendre la politique thaïlandaise et notamment le rôle de la monarchie dans celle-ci, question au cœur des études thaïe, toutes disciplines confondues. Les archives sont bien conservées et directement utilisables à des fins de recherche.

L’implication du roi Bhumipol dans la politique thaïe est également au cœur des questions sur la politique thaïlandaise et l’un des enjeux majeurs du tournant historique révisionniste amorcé dans les années 2000. Les historiens de ce courant, notamment Somsak Jiemteerasakul – aujourd’hui réfugié politique en France – ont déjà publié un certain nombre de documents sur les thèmes abordés par Judith Stowe8. Dans tous les cas, sur ces trois thèmes des relations internationales durant la seconde guerre mondiale, des aspirations de Pridi et du rôle du roi Bhumipol dans la politique thaïlandaise, les archives thaïlandaise n’ont pas encore livré tous leurs secrets. En particulier, les archives relatives au régicide de 1946 ont été étonnamment très peu exploitées. La présence de ce fonds à l’IAO encouragera peut-être davantage de chercheurs, doctorants ou chercheurs confirmés, à s’intéresser à l’histoire thaïlandaise.


Aperçu des « Papiers Pridi »

1. Recueil de textes Document dactylographié, Traduction du thai Anglais 17 p.  Famille royale, 1940-1945 Abpasrapa Taewkul, Puey Ungpakorn, Pridi Panomyong,
2. Article Article de journal, photocopie Anglais 8 p. Guerre franco-thaïe, 1940 – 1941 George Paloczi-Horvath
3. Livre Photocopie Anglais 287 p. Relations thaï-japonaises 1940-1945 Bruce Reynolds
4. Livre Photocopie Thai 108 p. Mémoires de Pridi depuis Nice 1972 Pridi Panomyong
5. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 133 p.  Famille royale, 1942-1945 Office of Strategic Services et US Department of State
6. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 102 p. Famille royale, 1954 US Foreign Service
7. Recueil d’articles universitaires Photocopies Anglais 50 – 100 p. Famille royale, 1940-1945 Nicholas Tarling Charnvit Kasetsiri Benjamin Batson
8. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 -100 p.   Régicide, 1946 US Department of State
9. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 – 100 p.   Tribunal de guerre, 1946 US Department of State
10. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 p. Implication du roi dans la politique thaïe, 1970-1980 US Department of State
11. Extraits de jugements Livret photocopié Thaï 3*50 p. Compte-rendu d’audiences et pièces versées au dossier de l’affaire de diffamation de Pridi Panomyong contre Rong Syamananda, 1978 Ministère de la justice
12. Recueil de coupures d’articles Photocopies, originaux Thaï et anglais 30 p.   Entretiens avec Pridi Panomyong, années 1950 – 1980 Bangkok Post, autres

MàJ 01/07/2020.


Pour citer cet article : Eugénie Mérieau, « Pré-inventaire du fonds Pridi Panomyong à l’IAO, déposés par Judith Stowe », Mémoires d’Indochine, 29 juin 2020. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/36370


Notes

  1. Bui Tin, “Following Ho Chi Minh: memoirs of a North Vietnamese colonel”, Londres : Hurst, 1995 []
  2. George Paloczi-Horvath, “Thailand’s war with Vichy France”, History Today, 1995, 45#3, pp. 32-39 []
  3. Bruce Reynolds, Thailand and Japan’s Southern Advance, 1940–1945, New York : Palgrave, 1991 []
  4. Chris Baker et Pasuk Phongpaichit, Pridi by Pridi : selected writings on life, politics, and economy, Chiang Mai : Silkworm Books, 2000 []
  5. Pridi Panomyong, Ma vie mouvementée et mes 21 ans d’exil en Chine populaire, Paris: Varap, 1974 []
  6. รอง ศยามานน, ประวัติศาสตร์ไทยในระบอบรัฐธรรมนูญ, กรุงเทพฯ : ไทยวัฒนาพานิช, 2520 []
  7. ปรีดี พนมยงค์, ชำระประวัติศาสตร์, กรุงเทพฯ : ไทยวัฒนาพานิช, 2528 []
  8. สมศักดิ์ เจียมธีรสกุล, ประวัติศาสตร์ที่เพิ่งสร้าง, กรุงเทพฯ : 6 ตุลา, 2544 []

Nous dénonçons une restriction sans précédent de l’accès aux archives contemporaines [pétition]

[ndlr] Pour une recherche solide, les archives publiques doivent être accessibles. Sans accès à cette documentation d’une grande richesse, pas de thèses et plus de postes de chercheur.es.

Faut-il encore s’inquiéter de l’accessibilité au public des plans du débarquement du 6 juin 1944 soixante-quinze ans après la Seconde Guerre mondiale, lesquels portent un tampon « secret » ? Protéger des informations secrètes est essentiel. Qui en douterait ? A condition toutefois que ces informations soient réellement sensibles et qu’elles constituent toujours un secret défense. Quand il n’y a plus de secret, il ne devrait plus rien y avoir à protéger.

Pourtant le Service historique de la Défense annonce la nécessité d’une « déclassification » formelle de tous les documents portant les fameux tampons « secret » depuis 1940. Pièce par pièce. Cette mesure provoque déjà une paralysie du service. Elle entraîne des délais de communication très longs, voire l’impossibilité d’accéder à des archives pourtant communicables de plein droit selon le Code du Patrimoine. En effet les archives dont la communication porte atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l’Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l’Etat, à la sécurité publique doivent être accessibles à tous après une échéance cinquante ans.

[…] nous demandons l’application du Code du Patrimoine et de la loi sur les archives de 2008, et donc l’accès immédiat et sans réserve à ces archives publiques à l’issue des délais légaux.

Lire la suite : Pétition en ligne

Les Missions Etrangères de Paris créent l’Institut de recherche France-Asie

Communiqué de presse des Missions Etrangères de Paris du 4 novembre 2019. Nous saluons cette belle initiative.

Depuis septembre 2019, les archives, bibliothèques, iconothèque, cartothèque et collection d’objets des Missions Etrangères de Paris (MEP) sont regroupées au sein d’un institut de recherche : l’IRFA. Dans la continuité du travail effectué sur le patrimoine historique des MEP depuis 360 ans, cette nouvelle institution se donne pour but de le valoriser auprès du plus large public.

Chercheurs en toutes spécialités, l’IRFA est à votre service. Nos fonds sont issus des travaux missiologiques, théologiques, linguistiques, ethnographiques, cartographiques et scientifiques des prêtres et communautés des MEP, de 1658 au XXIe siècle, dans 15 pays s’étendant de l’Inde au Japon.

  • En ligne, vous pouvez préparer vos recherches sur notre site www.irfa.paris.
  • Sur place, vous serez accueillis dès maintenant dans nos salles de lecture : bibliothèque asiatique, cartothèque et iconothèque sont ouvertes sur rendez-vous ; les archives seront à votre disposition à partir du 6 janvier 2020.

En coulisses, l’équipe de l’IRFA travaille à vous fournir les ressources nécessaires à vos recherches : catalogues, inventaires, notices biographiques, etc. Pour assurer aux collections un avenir pérenne, nous numérisons manuscrits, photos, cartes et même films et enregistrements audio. Une quantité croissante de documents sera ainsi à votre disposition sur notre site internet. Les collections des MEP continueront à s’enrichir.

L’IRFA s’attachera à partager les connaissances léguées par plus de 4 300 missionnaires, passeurs de culture entre la France et l’Asie.

Infos pratiques
28 rue de Babylone, 75007 Paris
www.irfa.paris
Contact IRFA
Marie-Alpais Dumoulin, directrice
Tél. : +33 1 44 39 91 30 – contact@irfa.paris

Site internet : https://www.irfa.paris/fr

Saigon, témoin de l’histoire à travers les archives – SHD – mardi 21 mai 2019

[ndlr] Une journée d’étude co-organisée par le Service Historique de la Défense à Vincennes et l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. A ne pas manquer.

Journée d’étude

Saïgon, témoin de l’histoire à travers les archives

Mardi 21 mai au Château de Vincennes, Pavillon de la Reine.

Poumon économique du Viêt-Nam, véritable pôle d’attractivité en Asie du Sud-Est, Hô Chi Minh-ville, anciennement Saigon, a été fondée il y a 320 ans par un seigneur local, membre de la dernière dynastie des Nguyên. Identifié par les missionnaires, ce petit port de pêcheurs fut conquis par les Français le 17 février 1859. L’importance stratégique du lieu, à la fois maritime, militaire et économique, apparut clairement aux marins. Tour à tour, les amiraux-gouverneurs s’attachèrent à en faire une ville coloniale moderne. Dynamisme économique, modernité urbaine, émergence d’un espace public franco-vietnamien vont constituer pendant des décennies l’essence même de cette ville.

À travers une histoire riche en rebondissements au cours du XXème siècle, Saigon présente de nombreuses facettes inédites qu’il convient de mettre à jour et d’analyser.

Grâce aux archives, les chercheurs redécouvrent aujourd’hui celle que l’on nommait autrefois « la perle de l’Extrême Orient » et mesurent à la fois l’évolution et l’expansion de la ville, d’une situation coloniale à la cité-province actuelle. Pour suivre pas à pas ces transformations sociales, politiques, économiques, une très riche documentation est désormais disponible principalement en France, au Viêt-Nam et aux États-Unis. Ces sources constituent en effet le matériau de base pour entreprendre une recherche historique, géographique et plus largement en sciences sociales. Archives administratives, dessins, plans et cartes, photothèque, images fixes ou animées, institutionnelles ou privées, elles sont nombreuses et souvent dispersées. Elles constitueront le cœur de cette journée d’étude sur Saigon.

Programme en ligne (PDF)

Inscription auprès de clotilde.sablon-du-corail@intradef.gouv.fr

table ronde « Au coeur de l’archive coloniale » mercredi 20 mars (EHESS)

Annonce d’une table ronde à ne pas manquer.
Information transmise par Hélène Poitevin (CASE).

À l’occasion de la parution de l’ouvrage d’Ann Laura Stoler, une table ronde aura lieu le mercredi 20 mars 2019 à l’EHESS, avec :

  • Judith Revel (philosophe, université Paris-Nanterre)
  • Arlette Farge (historienne, CNRS)
  • Yann Potin (historien, université Paris XIII)
  • Étienne Anheim (historien, EHESS)
  • Ann Laura Stoler (historienne, New School for Social Research, New York, auteure d’Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, Éditions de l’EHESS, 2019)

Au cœur de l’archive coloniale, traduction de Along the Archival Grain : Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense (2009) entraîne le lecteur dans les méandres de la production archivistique des Indes néerlandaises du XIXe siècle. À partir des documents publics, des correspondances officielles et privées et des rapports des commissions, il livre une réflexion nuancée sur le contenu et la forme des archives en tant que dispositif de gouvernance coloniale. Cette ethnographie révèle les contradictions et les angoisses de l’empire, ainsi que les doutes de ses administrateurs. Elle jette un éclairage nouveau sur le rôle des sentiments auxquels le colon européen était aux prises, écartelé entre un État colonial lointain, gouvernant par-delà les frontières, au gré des débarquements des bateaux courrier, et ses liens tangibles avec la culture et la population locales.  

Ann Laura Stoler propose une méthode de (re)lecture des archives qui déconstruit les catégories et les affirmations établies, mais aussi la représentation de soi de l’État colonial. En mettant au jour la subversion politique contenue dans les sentiments, elle apporte une contribution décisive à l’historiographie contemporaine. 

Source : EHESS

Colloque : Les Chartistes et l’Asie – 15 et 16 novembre 2018

Message de Cécile Capot, secrétaire scientifique du colloque « Les chartistes et l’Asie », doctorante en histoire (EPHE, Centre Jean-Mabillon) et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

Mme Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes (ENC) et M. Christophe Marquet, directeur de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), ont le plaisir de vous inviter au colloque :

Les chartistes et l’Asie : destins croisés de l’École française d’Extrême-Orient et de l’École nationale des chartes 

qui aura lieu le 15 novembre 2018 à l’ENC (65, rue de Richelieu, 75 002 Paris) et le 16 novembre 2018 à l’EFEO (22, avenue du Président Wilson, 75 116 Paris).

Avec ce colloque, les deux Écoles ont souhaité s’associer pour la première fois de leur histoire et se pencher sur leur passé et leurs centres d’intérêts communs.

Une visite au département des manuscrits de la BnF le 15 novembre et un cocktail de clôture le 16 novembre accompagneront ce colloque, auxquels nous sommes également heureux de vous inviter.

Les capacités d’accueil étant limitées, nous vous remercions de confirmer votre présence via ce formulaire : http://www.chartes.psl.eu/fr/formulaire/inscription-colloque-les-chartistes-et-l-asie

ou d’écrire à Cécile Capot, qui vous inscrira : cecile.capot@efeo.net

Présentation et programme ci-dessous.

Programme en ligne sur le site de l’École nationale des chartes

JEUDI 15 NOVEMBRE 2018 – ÉCOLE NATIONALE DES CHARTES

9h30 Accueil

10h Allocution d’accueil par Alain Fuchs, Président de PSL, Michelle Bubenicek, Directrice de l’ENC et Christophe Marquet, Directeur de l’EFEO

LES CHARTISTES ET L’ORIENTALISME

Une méthode chartiste applicable aux études asiatiques ?

Sous la présidence de Jacques Berlioz (CNRS)

  • 10h15 « Le hasard d’une résurrection : vie post-mortem du bibliothécaire chinois de Louis XIV » – Danielle Elisseeff (EHESS, Centre Chine)
  • 10h45 « Asiatiques et chartistes, entre affinités érudites et alliances savantes (1821-1852) » – Yann Potin (Archives nationales)
  • 11h15 « Sources textuelles et données matérielles. Quelques exemples de l’apport de la « méthode chartiste » à l’indianisme » – Vincent Lefèvre (Ministère de la culture)
  • 11h45 Questions – 12h Déjeuner

Portraits d’orientalistes en chartistes

Sous la présidence de Jean-Claude Waquet (EPHE)

  • 14h Accueil
  • 14h30 « Charles-Eudes Bonin, un diplomate en mission au pays des bouddhas » – Jean‑Philippe Dumas (Archives diplomatiques) 
  • 15h « Un chartiste pionnier de l’épigraphie khmer et cham : Louis Finot (1864-1935) » – Pierre-Sylvain Filliozat (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) 
  • 15h30 « Frédéric Joüon des Longrais (1892-1975) et le Japon : ambitions et leçons du comparatisme juridique et historique » – Olivier Poncet (ENC)
  • 16h Questions – 16h15 Pause
  • 16h30 « Marie-Roberte Guignard (1911-1972) et la mise en valeur des collections chinoises à la Bibliothèque Nationale » – Nathalie Monnet (BnF)
  • 17h « Science des ravissements, débauche céleste, silence majeur – Georges Bataille et les philosophies religieuses d’Extrême-Orient » – Cédric Mong-Hy (École supérieure des beaux-arts de la Réunion) 
  • 17h30 Questions
  • 18h15 Visite au département des Manuscrits de la BnF (sur inscription préalable)

VENDREDI 16 NOVEMBRE 2018 – ÉCOLE FRANÇAISE D’EXTRÊME-ORIENT

9h30 Accueil

LES ARCHIVES ET BIBLIOTHÈQUES EN INDOCHINE : RENCONTRES ENTRE L’ENC ET L’EFEO

Sous la présidence d’Isabelle Dion (ANOM)

  • 10h « Deux chartistes à la tête des archives de l’Indochine : Paul Boudet et Ferréol de Ferry (1917-1954) » – Olivia Pelletier (ANOM) 
  • 10h30 « Les relations entre l’EFEO et la Direction des Archives et des Bibliothèques de l’Indochine : des institutions concurrentes ou partenaires ? » – Cécile Capot (EPHE-Centre Jean-Mabillon) 
  • 11h Questions – 11h15 Pause
  • 11h30 « Le fonds Louis Finot : un épigraphiste aventurier » – Isabelle Poujol (EFEO) 
  • 12h « Les archives d’époque coloniale, porte d’entrée pour une histoire du Vietnam contemporain. Entre Hanoï et Aix-en-Provence, panorama des fonds et des problématiques actuelles » – Philippe Le Failler (EFEO) 
  • 12h30 Questions – 12h45 Déjeuner

PERSPECTIVES CONTEMPORAINES DE RECHERCHE DANS LES ARCHIVES EXTRÊME‑ORIENTALES

Sous la présidence de Philippe Le Failler (EFEO)

  • 14h30 Accueil
  • 14h45 « Les relations franco-vietnamiennes depuis 1973 et les conventions signées entre les deux pays » – Odile Welfelé (Direction des Archives de France) 
  • 15h15 « L’aventure partagée du traitement des archives de Norodom Sihanouk (2004-2010) » – Pascal Geneste (Archives départementales du Gers)
  • 15h45 « La formation des archivistes à l’Université de Wuhan » – Bruno Delmas (Académie des Sciences d’Outre-Mer) 
  • 16h15 Questions – 16h30 Pause
  • 16h45 « Chercher aujourd’hui dans les archives chinoises » – Wang Yujue Université de Wuhan) 
  • 17h15 « Les travaux sur les archives japonaises en France aujourd’hui » – Charlotte von Verschuer (EPHE) 
  • 17h45 Questions
  • Cocktail de clôture


Archive of FULRO Colonel Kosem to Shed New Light on Insurgency [VOA]

[ndlr] Signalement d’un article présentant un fonds d’archives d’un chef militaire cambodgien qui pourrait permettre de mieux comprendre l’histoire du FULRO, le mouvement insurrectionnel montagnard des hauts-plateaux du Viêt-Nam. Article de Aun Chhengpor et Nov Povleakhena pour VOA Khmer.

Les Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO.

On an overcast afternoon last week, rain lashed the roofs of the modest villas of Phnom Penh’s well-to-do Boeung Keng Kang neighborhood.

At one house, decorated with antiques and handmade wooden furniture, portraits of a smiling man in a paratrooper’s uniform is on display.

The man was Les Kosem, born an ethnic Cham in the 1920s, who later rose to become one of Cambodia’s highest-ranking generals during the Second Indochina War.

His complicated relationship with the resistance movements of the highland peoples of Vietnam, the Cham in Cambodia and Khmer in the Mekong region, made him one of the most controversial of Cambodia’s decorated military leaders over the years leading up to the Khmer Rouge takeover in 1975.

Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO. The group sought greater autonomy for the Cham Muslims and Hindus of Cambodia, for the Khmer people living to the south in modern-day Vietnam, and for the Montagnard hill people.

Lire la suite : VOA, 12/05/2018.

Illustration « à la une » :  Le colonel Les Kosem en uniforme, non datée, offerte au Centre de documentation des archives cambodgiennes par son épouse © Les Kosem Collection/Documentation Center of Cambodia Archives.