Archives par mot-clé : archives

Saigon, témoin de l’histoire à travers les archives – SHD – mardi 21 mai 2019

[ndlr] Une journée d’étude co-organisée par le Service Historique de la Défense à Vincennes et l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. A ne pas manquer.

Journée d’étude

Saïgon, témoin de l’histoire à travers les archives

Mardi 21 mai au Château de Vincennes, Pavillon de la Reine.

Poumon économique du Viêt-Nam, véritable pôle d’attractivité en Asie du Sud-Est, Hô Chi Minh-ville, anciennement Saigon, a été fondée il y a 320 ans par un seigneur local, membre de la dernière dynastie des Nguyên. Identifié par les missionnaires, ce petit port de pêcheurs fut conquis par les Français le 17 février 1859. L’importance stratégique du lieu, à la fois maritime, militaire et économique, apparut clairement aux marins. Tour à tour, les amiraux-gouverneurs s’attachèrent à en faire une ville coloniale moderne. Dynamisme économique, modernité urbaine, émergence d’un espace public franco-vietnamien vont constituer pendant des décennies l’essence même de cette ville.

À travers une histoire riche en rebondissements au cours du XXème siècle, Saigon présente de nombreuses facettes inédites qu’il convient de mettre à jour et d’analyser.

Grâce aux archives, les chercheurs redécouvrent aujourd’hui celle que l’on nommait autrefois « la perle de l’Extrême Orient » et mesurent à la fois l’évolution et l’expansion de la ville, d’une situation coloniale à la cité-province actuelle. Pour suivre pas à pas ces transformations sociales, politiques, économiques, une très riche documentation est désormais disponible principalement en France, au Viêt-Nam et aux États-Unis. Ces sources constituent en effet le matériau de base pour entreprendre une recherche historique, géographique et plus largement en sciences sociales. Archives administratives, dessins, plans et cartes, photothèque, images fixes ou animées, institutionnelles ou privées, elles sont nombreuses et souvent dispersées. Elles constitueront le cœur de cette journée d’étude sur Saigon.

Programme en ligne (PDF)

Inscription auprès de clotilde.sablon-du-corail@intradef.gouv.fr

table ronde “Au coeur de l’archive coloniale” mercredi 20 mars (EHESS)

Annonce d’une table ronde à ne pas manquer.
Information transmise par Hélène Poitevin (CASE).

À l’occasion de la parution de l’ouvrage d’Ann Laura Stoler, une table ronde aura lieu le mercredi 20 mars 2019 à l’EHESS, avec :

  • Judith Revel (philosophe, université Paris-Nanterre)
  • Arlette Farge (historienne, CNRS)
  • Yann Potin (historien, université Paris XIII)
  • Étienne Anheim (historien, EHESS)
  • Ann Laura Stoler (historienne, New School for Social Research, New York, auteure d’Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, Éditions de l’EHESS, 2019)

Au cœur de l’archive coloniale, traduction de Along the Archival Grain : Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense (2009) entraîne le lecteur dans les méandres de la production archivistique des Indes néerlandaises du XIXe siècle. À partir des documents publics, des correspondances officielles et privées et des rapports des commissions, il livre une réflexion nuancée sur le contenu et la forme des archives en tant que dispositif de gouvernance coloniale. Cette ethnographie révèle les contradictions et les angoisses de l’empire, ainsi que les doutes de ses administrateurs. Elle jette un éclairage nouveau sur le rôle des sentiments auxquels le colon européen était aux prises, écartelé entre un État colonial lointain, gouvernant par-delà les frontières, au gré des débarquements des bateaux courrier, et ses liens tangibles avec la culture et la population locales.  

Ann Laura Stoler propose une méthode de (re)lecture des archives qui déconstruit les catégories et les affirmations établies, mais aussi la représentation de soi de l’État colonial. En mettant au jour la subversion politique contenue dans les sentiments, elle apporte une contribution décisive à l’historiographie contemporaine. 

Source : EHESS

Colloque : Les Chartistes et l’Asie – 15 et 16 novembre 2018

Message de Cécile Capot, secrétaire scientifique du colloque “Les chartistes et l’Asie”, doctorante en histoire (EPHE, Centre Jean-Mabillon) et conservatrice stagiaire des bibliothèques.

Mme Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes (ENC) et M. Christophe Marquet, directeur de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), ont le plaisir de vous inviter au colloque :

Les chartistes et l’Asie : destins croisés de l’École française d’Extrême-Orient et de l’École nationale des chartes 

qui aura lieu le 15 novembre 2018 à l’ENC (65, rue de Richelieu, 75 002 Paris) et le 16 novembre 2018 à l’EFEO (22, avenue du Président Wilson, 75 116 Paris).

Avec ce colloque, les deux Écoles ont souhaité s’associer pour la première fois de leur histoire et se pencher sur leur passé et leurs centres d’intérêts communs.

Une visite au département des manuscrits de la BnF le 15 novembre et un cocktail de clôture le 16 novembre accompagneront ce colloque, auxquels nous sommes également heureux de vous inviter.

Les capacités d’accueil étant limitées, nous vous remercions de confirmer votre présence via ce formulaire : http://www.chartes.psl.eu/fr/formulaire/inscription-colloque-les-chartistes-et-l-asie

ou d’écrire à Cécile Capot, qui vous inscrira : cecile.capot@efeo.net

Présentation et programme ci-dessous.

Programme en ligne sur le site de l’École nationale des chartes

JEUDI 15 NOVEMBRE 2018 – ÉCOLE NATIONALE DES CHARTES

9h30 Accueil

10h Allocution d’accueil par Alain Fuchs, Président de PSL, Michelle Bubenicek, Directrice de l’ENC et Christophe Marquet, Directeur de l’EFEO

LES CHARTISTES ET L’ORIENTALISME

Une méthode chartiste applicable aux études asiatiques ?

Sous la présidence de Jacques Berlioz (CNRS)

  • 10h15 “Le hasard d’une résurrection : vie post-mortem du bibliothécaire chinois de Louis XIV” – Danielle Elisseeff (EHESS, Centre Chine)
  • 10h45 “Asiatiques et chartistes, entre affinités érudites et alliances savantes (1821-1852)” – Yann Potin (Archives nationales)
  • 11h15 “Sources textuelles et données matérielles. Quelques exemples de l’apport de la « méthode chartiste » à l’indianisme” – Vincent Lefèvre (Ministère de la culture)
  • 11h45 Questions – 12h Déjeuner

Portraits d’orientalistes en chartistes

Sous la présidence de Jean-Claude Waquet (EPHE)

  • 14h Accueil
  • 14h30 “Charles-Eudes Bonin, un diplomate en mission au pays des bouddhas” – Jean‑Philippe Dumas (Archives diplomatiques) 
  • 15h “Un chartiste pionnier de l’épigraphie khmer et cham : Louis Finot (1864-1935)” – Pierre-Sylvain Filliozat (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) 
  • 15h30 “Frédéric Joüon des Longrais (1892-1975) et le Japon : ambitions et leçons du comparatisme juridique et historique” – Olivier Poncet (ENC)
  • 16h Questions – 16h15 Pause
  • 16h30 “Marie-Roberte Guignard (1911-1972) et la mise en valeur des collections chinoises à la Bibliothèque Nationale” – Nathalie Monnet (BnF)
  • 17h “Science des ravissements, débauche céleste, silence majeur – Georges Bataille et les philosophies religieuses d’Extrême-Orient” – Cédric Mong-Hy (École supérieure des beaux-arts de la Réunion) 
  • 17h30 Questions
  • 18h15 Visite au département des Manuscrits de la BnF (sur inscription préalable)

VENDREDI 16 NOVEMBRE 2018 – ÉCOLE FRANÇAISE D’EXTRÊME-ORIENT

9h30 Accueil

LES ARCHIVES ET BIBLIOTHÈQUES EN INDOCHINE : RENCONTRES ENTRE L’ENC ET L’EFEO

Sous la présidence d’Isabelle Dion (ANOM)

  • 10h “Deux chartistes à la tête des archives de l’Indochine : Paul Boudet et Ferréol de Ferry (1917-1954)” – Olivia Pelletier (ANOM) 
  • 10h30 “Les relations entre l’EFEO et la Direction des Archives et des Bibliothèques de l’Indochine : des institutions concurrentes ou partenaires ?” – Cécile Capot (EPHE-Centre Jean-Mabillon) 
  • 11h Questions – 11h15 Pause
  • 11h30 “Le fonds Louis Finot : un épigraphiste aventurier” – Isabelle Poujol (EFEO) 
  • 12h “Les archives d’époque coloniale, porte d’entrée pour une histoire du Vietnam contemporain. Entre Hanoï et Aix-en-Provence, panorama des fonds et des problématiques actuelles” – Philippe Le Failler (EFEO) 
  • 12h30 Questions – 12h45 Déjeuner

PERSPECTIVES CONTEMPORAINES DE RECHERCHE DANS LES ARCHIVES EXTRÊME‑ORIENTALES

Sous la présidence de Philippe Le Failler (EFEO)

  • 14h30 Accueil
  • 14h45 “Les relations franco-vietnamiennes depuis 1973 et les conventions signées entre les deux pays” – Odile Welfelé (Direction des Archives de France) 
  • 15h15 “L’aventure partagée du traitement des archives de Norodom Sihanouk (2004-2010)” – Pascal Geneste (Archives départementales du Gers)
  • 15h45 “La formation des archivistes à l’Université de Wuhan” – Bruno Delmas (Académie des Sciences d’Outre-Mer) 
  • 16h15 Questions – 16h30 Pause
  • 16h45 “Chercher aujourd’hui dans les archives chinoises” – Wang Yujue Université de Wuhan) 
  • 17h15 “Les travaux sur les archives japonaises en France aujourd’hui” – Charlotte von Verschuer (EPHE) 
  • 17h45 Questions
  • Cocktail de clôture


Archive of FULRO Colonel Kosem to Shed New Light on Insurgency [VOA]

[ndlr] Signalement d’un article présentant un fonds d’archives d’un chef militaire cambodgien qui pourrait permettre de mieux comprendre l’histoire du FULRO, le mouvement insurrectionnel montagnard des hauts-plateaux du Viêt-Nam. Article de Aun Chhengpor et Nov Povleakhena pour VOA Khmer.

Les Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO.

On an overcast afternoon last week, rain lashed the roofs of the modest villas of Phnom Penh’s well-to-do Boeung Keng Kang neighborhood.

At one house, decorated with antiques and handmade wooden furniture, portraits of a smiling man in a paratrooper’s uniform is on display.

The man was Les Kosem, born an ethnic Cham in the 1920s, who later rose to become one of Cambodia’s highest-ranking generals during the Second Indochina War.

His complicated relationship with the resistance movements of the highland peoples of Vietnam, the Cham in Cambodia and Khmer in the Mekong region, made him one of the most controversial of Cambodia’s decorated military leaders over the years leading up to the Khmer Rouge takeover in 1975.

Kosem was involved in the now-defunct United Front for the Liberation of Oppressed Races, better known by its acronym, FULRO. The group sought greater autonomy for the Cham Muslims and Hindus of Cambodia, for the Khmer people living to the south in modern-day Vietnam, and for the Montagnard hill people.

Lire la suite : VOA, 12/05/2018.

Illustration “à la une” :  Le colonel Les Kosem en uniforme, non datée, offerte au Centre de documentation des archives cambodgiennes par son épouse © Les Kosem Collection/Documentation Center of Cambodia Archives.

Les fonds sonores et les fonds spécialisés et précieux sur l’Asie

Les 20-22 juin 2018 se sont déroulées les 12e Journée DocAsie consacrées cette année aux  fonds sonores et aux fonds spécialisés et précieux sur l’Asie. L’ensemble des communications est disponible aujourd’hui sur le site du réseau. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles ressources en bibliothèque ou des plateformes en ligne.

Concernant l’Indochine, nous attirons votre attention sur le fonds Jules Harmand de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, présenté ci-après par Claude Lorentz :

Jules Harmand (1845-1921) : Médecin, explorateur et diplomate français, Commissaire général du gouvernement au protectorat du Tonkin (1883), consul général à Calcutta (1885), gérant de la légation à Santiago du Chili (1894), chargé de reprendre les négociations frontalières avec le Siam (1894), ministre plénipotentiaire à Tokyo (1894-1905) au moment des conflits sino-japonais puis russo-japonais. Président de la Société de géographie à partir de 1912.

Cette bibliothèque a acquis en 1922 un fonds riche de 660 ouvrages et d’une dizaine de cartes de l’Indochine française de la fin du XIXe siècle.

Signalons également la présentation d’Olivia Pelletier (ANOM) sur « Albert Sallet (1877-1948), un médecin colonial en Indochine » et le contenu de ce  fonds précieux et spécialisé sur la médecine traditionnelle vietnamienne.

Nous ne pouvons résumer ici l’extraordinaire richesse des fonds sonores ou archivistiques présentés lors de ces journées. Chacun peut désormais en prendre connaissance sur le site de DocAsie. Bonne découverte à tous.

FG

Jean-Gabriel Périot, Alain Brossat : Ce que peux le cinéma [parution]

[ndlr] Parution aux éditions La découverte d’un ouvrage qui questionne les images cinématographiques, la mémoire et l’histoire. Conversation entre Jean-Gabriel Périot, cinéaste et réalisateur de films documentaires, et Alain Brossat, philosophe. Un ouvrage au programme du séminaire Mémoires d’Indochine de cette année 2018-2019. Présentation de l’éditeur.

Jean-Gabriel Périot, cinéaste, et Alain Brossat, professeur de philosophie, ont travaillé pendant des années, sans se connaître, sur des sujets communs : les femmes tondues à la Libération, l’univers carcéral, la violence politique, le désastre nucléaire…

Dans la réflexion qu’ils engagent ici, ils s’interrogent sur la relation que les images entretiennent avec la politique et l’histoire. Comment se fabrique la mémoire ? Comment appréhender les archives ? Comment remonter le temps, au sens historique et cinématographique du terme ?

Ces conversations s’appuient sur les expériences, et les expérimentations, de Jean-Gabriel Périot. Aiguillonné par les observations d’Alain Brossat, il explique comment il confectionne ses « tracts cinématographiques », comment il a travaillé avec les détenus d’une prison d’Orléans, comment il a monté les films inédits des militants de la Fraction armée rouge (RAF) ou encore comment il a remonté les images d’une apocalypse nucléaire, en commençant… par la fin.

Mettant en regard ces expériences avec celles d’autres cinéastes, célèbres ou non, ce dialogue offre une réflexion inédite sur le travail cinématographique et pose en termes nouveaux la question de la puissance – et de l’impuissance – de l’écriture et de l’image.

Source : La Découverte

ANOM : Dossiers de surveillance sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh

[ndlr] Voici une description détaillée de la documentation disponible sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence. Un instrument de recherche réalisé par Olivia Pelletier, conservateur du patrimoine, spécialiste de l’Indochine.

Cet instrument de recherche n’est pas l’inventaire d’un fonds particulier. Il s’agit de la description détaillée des dossiers de surveillance de Nguyen That Thanh alias Nguyen Ai Quoc, le futur Hô Chi Minh, conservés aux Archives nationales d’Outre-Mer. Ces dossiers dont l’ensemble représente plus de 9000 feuillets ont été établis par les différents services de la Sûreté française en Indochine et en métropole entre 1919 et 1955.

La première partie de l’instrument de recherche concerne le dossier (1 article) issu du fonds du Service de Liaison des originaires des territoires français d’outre-mer (SLOTFOM), établi par le service de la Sûreté en métropole entre 1919 et 1927 ; la deuxième partie décrit les documents (7 articles) produits en Indochine et conservés dans le fonds du Service de protection du corps expéditionnaire (SPCE) rattaché au cabinet du Haut commissaire.

Voir aussi : ANOM