Archives par mot-clé : approche biographique

The Lost Mandate of Heaven: The American Betrayal of Ngo Dinh Diem, President of Vietnam

[ndlr] Le 1er novembre 1963, un coup d’État militaire renversait le Président Ngo Dinh Diem. Il fut assassiné à Cholon le jour suivant avec son frère Nhu. La Première République du Viêt-Nam s’éteignait (1955-1963) débouchant sur trois années de chaos politique.

Parution le 23 novembre 2015. Une nouvelle étude sur Ngo Dinh Diem sous forme de réhabilitation. Présentation des éditions catholiques Ignatius Press.

Ngo Dinh Diem, the first president of the Republic of Vietnam, possessed the Confucian « Mandate of Heaven », a moral and political authority that was widely recognized by all Vietnamese. This devout Roman Catholic leader never lost this mandate in the eyes of his people; rather, he was taken down by a military coup sponsored by the U.S. government, which resulted in his brutal murder.

The-Lost-Mandate-of-HeavenThe commonly held view runs contrary to the above assertion by military historian Geoffrey Shaw. According to many American historians, President Diem was a corrupt leader whose tyrannical actions lost him the loyalty of his people and the possibility of a military victory over the North Vietnamese. The Kennedy Administration, they argue, had to withdraw its support of Diem.

Based on his research of original sources, including declassified documents of the U.S. government, Shaw chronicles the Kennedy administration’s betrayal of this ally, which proved to be not only a moral failure but also a political disaster that led America into a protracted and costly war. Along the way, Shaw reveals a President Diem very different from the despot portrayed by the press during its coverage of Vietnam. From eyewitness accounts of military, intelligence, and diplomatic sources, Shaw draws the portrait of a man with rare integrity, a patriot who strove to free his country from Western colonialism while protecting it from Communism.

« A candid account of the killing of Ngo Dinh Diem, the reasons for it, who was responsible, why it happened, and the disastrous results. Particularly agonizing for Americans who read this clearly stated and tightly argued book is the fact that the final Vietnam defeat was not really on battle grounds, but on political and moral grounds. The Vietnam War need not have been lost. Overwhelming evidence supports it. »
From the Foreword by James V. Schall, S.J., Professor Emeritus, Georgetown University

« Did I find a veritable Conradian ‘Heart of Darkness’? Yes, I did, but it was not in the quarter to which all popular American sources were pointing their accusatory fingers; in other words, not in Saigon but, paradoxically, within the Department of State back in Washington, D.C., and within President Kennedy’s closest White House advisory circle. The actions of these men led to Diem’s murder. And with his death, nine and a half years of careful work and partnership between the United States and South Vietnam was undone. »
Geoffrey Shaw, from the Preface

Geoffrey Shaw, Ph.D., received his doctorate in history from the University of Manitoba, with a focus on US diplomatic and military history in Southeast Asia. From 1994 to 2008 he was an Assistant Professor of History for the American Military University. He has written and spoken widely about US military involvement in Vietnam and the Middle East. Currently he is the President of the Alexandrian Defense Group, a think tank on counterinsurgency warfare.

Source : Ignatius

La valise d’Adèle – Petite contribution à l’histoire d’Adèle Clément, violoncelliste (1884-1958)

Lyon, jeudi 4 juin 2015

Très chère Adèle, je ne t’ai pas connu. Je n’ai même jamais entendu le son de ton violoncelle.

Décédée en 1958, tu as laissé des traces de ta vie d’artiste dans la presse de l’époque, chez les chroniqueurs qui t’ont écouté et dans un grenier d’une maison bourgeoise de la Drôme construite par un soldat de l’Empire. C’est de ce grenier et de la valise qu’il contenait que je voudrais m’entretenir avec toi aujourd’hui.

L’idée a surgi au cours d’une banale conversation avec une étudiante chinoise de l’université Lyon 3 qui fait sa thèse sur les femmes occidentales ayant voyagé en Asie. Immédiatement, ton souvenir s’est rappelé à moi. Il y a bien sûr des figures incontournables comme Alexandra David-Néel au Tibet ou Suzanne Karpelès en Indochine, ou encore la journaliste Andrée Viollis au Japon puis en Indochine. Je me suis rappelé de cette valise qui m’intriguait, déposée au fond d’un petit débarras d’un grand grenier logeant la bibliothèque du Docteur Adrien Borel (1886-1966), médecin psychiatre reconnu de l’hôpital Saint-Anne à Paris, ton cousin germain et mon arrière grand-oncle. Fille de Jean-Baptiste Clément et d’Adrienne Borel, ta famille avait tissés des liens de parenté du côté de la Drôme, sans quoi je n’aurai pu recueillir quelques bribes de ta vie de musicienne.

AdèleClémentPortrait d’Adèle Clément, CPA © DR

J’avais tout de suite remarqué l’identité voyageuse de ta valise sur laquelle étaient collés quelques vieux autocollants en très mauvais état mais se laissaient encore décrypter. Le Métropole de Hanoi, le Grand Hôtel de Pékin, l’hôtel Sanno à Tokyo, un restaurant à Nankin, une étiquette russe… Je crois que tu as laissé ce souvenir d’une voyageuse iconoclaste au sein de la famille. En quelques clics sur la toile, j’ai pu constaté avec émotion que tu n’as jamais été oubliée. A Puy-Saint-Martin, commune de la Drôme, une salle communale et un parc portent ton nom. Cette petite commune entretient le cher souvenir de ta virtuosité. Avant de revenir sur ta valise, je dois m’arrêter quelques instants sur ton parcours étonnant.

ValisedAdèleClémentLa valise en fibre vulcanisée d’Adèle Clément © FG

Tu es né Adèle Jeanne Alphonsine le 2 février 1884 à Saint-Gengoux-le-National en Saône-en-Loire dans une famille d’entrepreneurs de père en fils dans les chemins de fer. C’est dans cette famille bourgeoise que tu fis tes premiers pas vers le violoncelle, cet instrument à corde imposant qui fut tout au long de ta vie ton compagnon le plus fidèle. Tu appris à dompter cet instrument avec Gustave Girod de la Société des Concerts du Conservatoire. Accomplissant déjà de belles choses dans la maîtrise du violoncelle, Maître Girod t’envoya chez Cros-Saint-Ange, un virtuose, premier prix de conservatoire en 1870. En 1901, à l’âge de 17 ans, tu te présentas au concours du Conservatoire de Paris et réussis à obtenir le second prix.

Mais un an plus tard, à l’issue du même concours tu remportas le fameux premier prix de violoncelle tant espéré. La chose n’était gère simple car tu devais concourir avec de sérieux candidats, douze élèves dont cinq jeunes filles, dont le « redoutable » Bedetti [1]. Le final du Concerto de Saint-Saëns que tu interprétas ce jour là avec beaucoup de talent remporta l’unanimité du jury. L’Annuaire des artistes qui relate l’exploit note que tu as « ému sans avoir recours aux afféteries sentimentales » [2]. Il faut réécouter ce morceau pour en saisir toute la difficulté. Je t’envoie cette belle interprétation de Saint-Saëns par Anne Richardson accompagnée de la pianiste Jung-a Bang surtout pour me permettre de mesurer cette tension.

Étais-tu grave, concentrée et inspirée, comme Helen Lindén jouant Bach :

De toute évidence ton travail fut récompensé et la virtuosité, à laquelle tu consacrais presque tout ton temps, très appréciée [3]. Deux ans plus tôt, déjà, tu étais membre d’un quatuor composé de Juliette Laval, Henriette Gaston et Paul Jacquet qui, de concerts privés commença à faire des représentations publiques [4]. A cette époque, le tout Paris aimait la musique classique et la chanson populaire. Cette première formation laissa place, quelques années plus tard, à un Trio évolutif très apprécié des citadins dont tu sembles être la clé de voûte. Entre 1910 et 1914, la pianiste Adeline Baillet, la violoniste Line Talluel et toi-même ou encore Juliette Laval jouez régulièrement à la salle Pleyel [5]. Mais peu de temps après la Grande guerre éclate. Ton nom apparaît peu dans la presse. Je te retrouve le 3 mars 1916 dans un concert au profit des blessés russes [6]. Puis les 16 et 18 juillet de la même année, tu participais à un festival symphonique au Jardin du Luxembourg [7]. En 1917, sur les pas de ton père qui répondit aux trois emprunts de la Défense nationale, tu souscrivis au 3ème emprunt.

AdèleClément_3eEmprunt

En Trio, tu devais te produire un peu partout en France, notamment à Paris, parfois soliste des concerts Colonne et Lamoureux, puis en Europe, en Angleterre, en Espagne ou au Portugal. Londres, Berlin, Madrid, Lisbonne et Budapest étaient inscrites sur ta liste d’engagement [8]. Cette renommée te porta jusqu’au Maroc et en Algérie. Tu t’y fis remarquer par deux fois en 1923 et 1925. Dans son numéro du 6 avril 1925, L’Echo d’Alger se faisait le meilleur témoin de ta musique : « Le concert donné mardi dernier par Melle Adèle Clément, violoncelliste virtuose, est sans nul doute, l’un des plus représentatifs que nous aura donné cette saison » [9]. L’Oued-Sahel rapporte le 2 avril 1925 : « Pendant deux heures, le public fut littéralement pris par le talent des deux artistes que sont Melles Adèle Clément et Sandra-Mario » [10]. Quelques jours avant il prédisait : « Avec Melle Adèle Clément, ce sera la griserie exquise, sentimentale, du violoncelle, cet instrument divin dont les sons enchantent et touchent les plus réfractaires » [11].

Dans les années vingt, tu consacras plus de temps à des radios-concerts retransmis sur les ondes de la Tour Eiffel ou les antennes des radios de province [12]. Tu te produisis en compagnie de nombreux artistes comme la pianiste Marthe Gineste ou la cantatrice Louise Albane dans les concerts organisés par La Renaissance Française, une organisation fondée en 1915 par Raymond Poincaré pour faire rayonner la culture française et promouvoir la francophonie [13]. La France sortait victorieuse de la Grande guerre mais terriblement affectée. La musique sur les ondes pouvaient-elles atténuer le chagrin d’une nation éprouvée ?

AdèleClément1884-1958_FGAdèle Clément par Geneviève Granger © FG

Au fil des pages numérisées, Gallica a fait ressurgir le passé enfoui de tes nombreux concerts et souligne souvent ta virtuosité au détour des chroniques musicales de la presse du premier quart du XXe siècle. Le XIXe Siècle te remarqua dès 1901 et Le Magasin pittoresque signala ce Trio épatant en 1908 (alors composé de Geneviève Dehelly, Juliette Laval, Adèle Clément) [14]. Les Annuaires des artistes et de l’enseignement dramatique et musical (1903, 1905) retranscrivent ta biographie avec une admiration non feinte : « C’est un honneur pour notre Ecole que de produire de telles élèves » rapporte ton biographe en évoquant le concours de 1902 [15]. Il remarque « ton jeu brillant et classique, uni à de grandes qualités de mécanisme », souligne ta passion (passionnément éprise d’art, exquisément douée) et te prédit un bel avenir.

Quels furent tes compositeurs préférés ? La médaille que j’ai conservée mentionne Beethoven, Mozart, Haydn ou Bach. Mais il faut citer aussi Brahms, Schubert, Schumann et Lalo que tu interprètas en trio en 1908 à la salle Erard en compagnie de Geneviève Dehelly et de Juliette Laval [16]. De nombreux autres compositeurs sont également joués pour la radio. Et parfois, on remarque ton penchant pour les auteurs modernes comme le souligne le Comoedia en 1931 : « Mme Adèle Clément, elle, ne veut que des noms contemporains sur son programme » [17]. S’agit-il des compositeurs Gabriel Fauré (1845-1924) ou Louis Abbiate (1866-1933), tes ainés, qui apparaissent dans tes interprétations ? Apprécierais-tu aujourd’hui les interprétations de Rachael Lander de « Get Lucky » ou « Le prelude de Bach » de Tina Guo (郭婷), la violoncelliste shanghaïenne ou encore l’interprétation moderne et nerveuse des Quatres saisons de Vivaldi par la japonaise Eru Matsumoto ?

Ou préférerais-tu le style grandiose de l’incomparable Rostropovitch ?

Grande voyageuse, peut-être lassée par la vieille Europe mélancolique et les « vieilles chansons françaises » des radio-concerts, tu es partie en Extrême-Orient [18]. La chose était sans doute courante pour le monde colonial mais pour une violoncelliste habituée aux salles parisiennes ou aux radios-concerts c’était assez rare pour être souligné. Tu as joué en Chine et au Japon, peut-être même à Hanoi comme ta valise le laisse supposer [19]. As-tu suscité des vocations en Chine, à Shanghai, à Pékin… ? Au Japon, à Tokyo ? Au Viêt-Nam, à Saigon ou Hanoi ? Quand es-tu partie en Asie ? A la fin des années vingt ? En 1930 ?

GrandHotelPekin_1920Le Grand Hôtel de Pékin en 1920 © DR

En mai 1931, la revue Comoedia signale dans sa chronique musicale : « en mentionnant le succès obtenu par Mme Adèle Clément, violoncelliste, qui n’a pas craint dernièrement de pousser une pointe jusqu’en Extrême-Orient pour y faire connaître la musique occidentale. Son évangélisation dut être active si nous en jugeons par son récent concert, plein de tenue et de goût. […] Son jeu est vivant, sa technique approfondie, se prête aux plus difficiles évocations comme à l’exécution de pièces où l’émotion l’emporte sur la prouesse. Excellente sonorité qu’elle emploie judicieusement et sans emphase » [20].

Tu aimais les voyages, les portes de l’aventure comme disait Jean Hougron. Tu t’arrêtas à Tokyo à l’hôtel Sanno, à Pékin au Grand Hôtel et à Hanoi au Métropole. Tu réservas la chambre 141 au Palais de l’Etoile du Nord, « Home Sweet Home » de Pékin et fis une pause à Nankin au restaurant de La Capitale. Ton violoncelle a-t-il résonné dans le hall de ces lieux prestigieux ?

La dernière étiquette indique que ta valise a été contrôlée à la douane de Negorelo en Biélorussie non loin de Minsk. Etais-tu alors en partance pour l’Asie sur le Brest-Minsk-Moscou, voie classique à l’époque pour les voyages de l’Europe vers l’Asie ? De Moscou, le transmongolien pouvait t’emmener à Pékin au terme d’un rude voyage de plus 7600 kms à travers les montagnes de l’Oural, le désert de Gobie, les steppes de Mongolie et la Grande Muraille de Chine. Que reste-t-il de ta tournée d’Extrême-Orient ?

Traces de voyages sur la valide d’Adèle © FG

Cliquez sur les images pour les agrandir

Fille de constructeurs de chemin de fer, tu voulais respirer l’air d’ailleurs et prendre d’autres voies. Il existe aujourd’hui des modèles d’instrument à cordes qui portent ta marque « Adèle Clément ». Un violon de voyage, un violoncelle muet. Furent-ils tes compagnons de voyage ? Ont-ils été créés par expérience de ces longs périples en train ? La journaliste Lucienne Darrouy nous révèle le secret de ce violoncelle d’étude pliant et démontable que tu expérimentas en public le vendredi 18 janvier 1924 à Alger lors d’un deuxième et dernier concert à la Salle des Beaux-Arts :

« On sait que Melle Clément est l’inventeur d’un violoncelle muet (ou presque) et démontable. Elle joua cet instrument pratique en manière de démonstration, bien entendu ; car son rôle est plutôt de rendre service aux artistes en voyage, qui veulent faire des gammes dans les chambres d’hôtel sans encourir l’intolérance des tympans profane, que d’enthousiasmer les foules au profit des concertistes » [21].

Même sans le son, la chroniqueuse de L’Echo d’Alger apprécie le style de la violoncelliste : « il ne fut entre les mains de cette artiste a la foi profonde, que l’occasion d’admirer le sens inventif uni, dans une nature remarquablement équilibrée, au plus exquis sentiment artistique. ‘Pratical and poetical’ » [22].

Deux ans plus tôt, en novembre 1922, la revue Popular Science Monthly éditée à New York fait la promotion de cet objet curieux, effilé et élégant avec une illustration à l’appui [23]. Sa forme aérodynamique a-t-elle inspirée le violoncelle blanc d’Eru Matsumoto ?

AdèleClément_SilenceCello© 1922 Popular Science

Violoncelle muet et violon de voyage brevetés « Adèle Clément »

Cliquez sur les images pour les agrandir

Tu as, chère Adèle, sans le savoir, poussé ma curiosité vers l’Extrême-Orient. Le grenier-bibliothèque du Docteur Borel affichait quelques objets typiques de cette lointaine Asie : un brûle-parfum, un dessin de Fujita, des chevaux en terre cuite, une théière en fonte. Dans une malle de voyage du grenier se logeaient des kimonos japonais, des waraji et des éventails. Je n’en ai pas la certitude mais je crois que tout ceci revenait dans tes bagages de l’autre bout du monde. Personne d’autre dans la famille à cette époque ne s’était rendu aussi loin.

AdèleClément_PersonnagesChineAdèleClément_ChevauxChineObjets attribués à Adèle Clément © FG

Je perds ta trace en 1940, dernière mention dans la presse [24]. Que faisais-tu pendant l’occupation, es-tu repartie en Asie après 1934 ? De retour en France as-tu été inquiétée ? Ou au contraire, as-tu continué à jouer pendant la période du régime de Vichy ? Tu t’es sans doute mise en retrait des nouvelles mondanités. Je ne désespère pas de retrouver quelques éléments de réponse dans les archives privées ou institutionnelles ou dans la presse locale. Seize ans après, je te retrouve néanmoins, en août 1956, loin de ton petit nid rue des Fossés Saint-Jacques à Paris, à Puy-Saint-Martin dans la Drôme où tu cèdes en viager ton patrimoine familial au profit de la Mairie de la commune. Deux ans plus tard, tu devais décéder à l’âge de 74 ans, toujours seule et sans enfant.

Je te quitte, très chère Adèle, en te remerciant pour ces traces si précieuses qui ont contribué à construire mon intérêt particulier pour cette Asie des années trente si tourmentée dont les récits de Louis Roubaud, Andrée Viollis ou Albert de Pouvourville témoignent avec vigueur [25]. Un matin de juin 1930, treize insurgés du Parti nationaliste du Viêt-Nam étaient guillotinés à Yen Bay et l’Asie allait connaître les soubresauts violents des révolutions sanglantes et de la guerre totale.

François Guillemot, MàJ le 04/06/2015.

Notes

[1] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, n° 1903, p. 492.

[2] Idem.

[3] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1905, pp. 494-495.

[4] L’Aurore, n° 3389, 30/01/1907.

[5] L’Aurore, n° 4589, 31/05/1910 ; Le XIXe Siècle, n° 15001, 07/04/1911 ; L’Aurore, n° 5141, 14/12/1911 ; Le Rappel, n° 15254, 16/12/1911 et n° 15259, 21/12/1911 ; L’Aurore, n° 5545, 30/01/1913 ; L’Humanité, n° 3210, 30/01/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15697, 04/02/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15702, 09/02/1913.

[6] Le Figaro, n° 64, 04/03/1916.

[7] L’Humanité, n° 4473, 16/07/1916 et n° 4445, 18/06/1916 ; Le XIXe Siècle, n° 16649, 18/06/1916.

[8] L’Écho de Bougie (Alger), n° 1441, 22/03/1925.

[9] L’Écho d’Alger, 06/04/1925.

[10] L’Oued-Sahel, n° 228, 02/04/1925 ; voir aussi L’Écho de Bougie, n° 1443, 05/04/1925.

[11] L’Oued-Sahel, n° 227, 26/03/1925.

[12] Le Petit Parisien, n° 16934, 11/07/1923 ; L’Ouest-Eclair, n° 7970, 11/07/1923 ; Le Petit Parisien, n° 117250, 22/05/1924 ; L’Ouest-Eclair, n° 8803, 25/11/1925.

[13] Le Petit Parisien, n° 17643, 19/06/1925 ; L’Ouest-Eclair, n° 8644, 19/06/1925.

[14] Le XIXe siècle, n° 11547, 22/10/1901 ; Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[15] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1903, p. 492.

[16] Le Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[17] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[18] L’Ouest-Eclair, n° 8212, 09/03/1924 ; Le Gaulois, n° 16961, 13/03/1924.

[19] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[20] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[21] L’Echo d’Alger, n° 5214, 17/01/1924 ;  L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924, “Deuxième concert Adèle Clément”, par Lucienne Darrouy, p. 3.

[22] L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924.

[23] Popular Science Monthly, Vol. 101, No. 5, November 1922, p. 62. Lien sur GoogleBooks

[24] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[25] Albert de Pouvourville, L’heure silencieuse, Paris, Les éditions du Monde moderne, 1923 ; Griffes rouges sur l’Asie, Paris, Baudinière, 1933 / Louis Roubaud, Le dragon s’éveille, Paris, Baudinière, 1928 ; Viêt-Nam, la tragégie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 / Andrée Viollis, Changhaï et le destin de la Chine, Paris, Correa, 1933 ; Le Japon et son Empire, Paris, Grasset, 1933 ; Japon intime, Paris, Aubier, 1934 ; Indochine S.O.S., Paris, Gallimard, 1935.

tokyosannohotelBrochure de voyage du Sanno Hotel à Tokyo, circa 1935 © Blog travelbrochuregraphics

Les Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach et le métier de violoncelliste par Anne Gastinel

AdèleClément_ObjetsTissusJaponEventail, waraji et tissus japonais © FG

Image « à la une » : Détail d’un éventail japonais d’Adèle © FG

Nos remerciements à Anne-Maître et Michel Tissier pour la traduction du russe, à Zhang Yu pour les traductions chinoises.

François Guillemot : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam [résumé]

 Colloque 20-22 mars 2014 – Académie des Sciences d’Outre-mer

« DE L’INDOCHINE COLONIALE AU VIỆT NAM ACTUEL »

 NhatLinh_parNguyenGiaTri

 Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam :

un intellectuel nationaliste dans la tourmente des années 1940

(1938-1948)

 

Résumé :

Cette communication propose une analyse du destin politique de l’écrivain Nhất Linh, de son vrai nom Nguyễn Tường Tam (1906-1963), un des fondateurs du Tự Lực văn đoàn [Groupe littéraire autonome], de l’Association Ánh Sáng [Lumière ou Clarté], chef du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (Đại Việt Dân Chính) puis du Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc dân Đảng / VNQDĐ) et enfin ministre des Affaires étrangères du gouvernement d’Union et de Résistance de mars 1946 présidé par Hồ Chí Minh. Le destin politique que l’on peut qualifier de tragique (l’homme se suicida en juillet 1963) de cet acteur majeur de la vie culturelle, sociale et politique du Viêt-Nam contemporain reste relativement méconnu. A la fois écrivain de renom, moderniste, révolutionnaire et artiste, le personnage donne à voir de lui-même de nombreuses facettes. Pour son engagement à la fois contre le colonialisme et le communisme, à la recherche d’une troisième voie pour son pays, l’homme politique Nguyễn Tường Tam fut ostracisé pendant longtemps par l’historiographie officielle. Si depuis les années 2000, il n’est plus considéré comme un simple « réactionnaire », les avis sur son rôle politique restent partagés. Son action, aux côtés des nationalistes vietnamiens pendant la période révolutionnaire, est pourtant clé. Peu d’études se sont cependant intéressées à la période prérévolutionnaire de la fin des années 1930 qui propulse cet écrivain renommé dans la sphère politique. Entre 1938 et 1948, soit pendant une décennie, Nguyễn Tường Tam va se consacrer corps et âme à la lutte pour l’indépendance et tenter de définir une voie nationaliste pour relever son pays.

* * *

A la recherche d’un grand destin pour son pays, il fut un acteur politique majeur entre 1938 et 1948 avant d’abandonner provisoirement ce rôle sur un constat d’échec. Les raisons pour lesquelles il convient d’étudier l’action de cet autodidacte en politique apparaissent suffisamment. Les sources disponibles (archivistiques, presse, ouvrages de recherche, analyses littéraires et témoignages) permettent de reconstituer avec assez de précision cet itinéraire singulier qui fait le lien entre l’Indochine coloniale de Vichy sous occupation japonaise, la période des indépendances vietnamiennes de 1945, la reconquête militaire de l’Indochine par la France et la mise en place de l’Etat associé du Viêt-Nam sous l’égide de SM Bảo Đại.

VietNam_so53ngay16.1.1946_p1
Nguyen Tuong Tam à la une du journal Viêt Nam (VNQDD) le 16 janvier 1946.

Nous abordons ici les dix années de son activité politique à travers trois questions clés qui émergent de l’analyse de son parcours politique. La première concerne la genèse et l’élaboration d’un nationalisme Đại Việt dans le contexte particulier de l’Indochine « à deux têtes » (régime de Vichy et présence japonaise). La seconde question est relative à l’unité du nationalisme vietnamien et par voie de conséquence à celle de la violence révolutionnaire dans les milieux émigrés vietnamiens en Chine du Sud. La troisième s’intéresse aux réalités complexes du terrain lors de son retour au Viêt-Nam en 1946. A travers ces trois clés (idéal politique, violence révolutionnaire, confrontation au réel), notre déconstruction ouvre le champ plus large de l’échec d’une intelligentsia vietnamienne, embarquée, parfois malgré elle, dans les affres d’une guerre de trente ans. Ces trois clés posent de fait trois questions : quelle politique ? Quels moyens pour y parvenir ou quelle stratégie ? et enfin quelle application concrète (l’idéal confronté à la pratique) ? D’une façon plus générale, cette communication tente d’analyser à travers le destin de cet homme de lettres les possibilités de l’émergence puis de l’existence d’un Viêt-Nam à la fois unifié du point de vue de son territoire national et unifié politiquement de façon pacifique.

Quelques auteurs ont souligné avec justesse la complexité du personnage Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam tant dans son parcours que dans ses différentes actions. De même, a été mise en avant toute la difficulté qu’il y avait à évaluer son destin politique. Cette communication tente d’approcher cette complexité, de pointer les contradictions de ce parcours tout en réfléchissant sur son unité.

Dans une première partie nous nous focalisons sur l’avènement et la construction de l’idéal d’un Grand Viêt-Nam (Đại Việt) indépendant. En 1941, Nguyễn Tường Tam apparaît dans le curseur de la Sûreté coloniale comme le chef d’une nouvelle organisation révolutionnaire antifrançaise susceptible de prendre de l’envergure. Le nationalisme revendiqué du célèbre écrivain remonte à quelques années antérieures lorsqu’il abandonne la littérature pour l’action sociale puis politique. De la publication du « Manifeste » du groupe littéraire autonome en décembre 1936 dans la revue hebdomadaire Ngày Nay [Temps actuels] à la création de l’Association « Ánh Sáng » la même année, un glissement vers l’activisme social puis politique s’opère. La Sûreté coloniale s’en inquiète et Ngày Nay, finalement interdit, cesse de paraître en septembre 1940. Cette première partie retrace ce glissement et s’attarde sur la courte existence du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (1938-1945), son idéologie, ses hommes et son action ; enfin son démantèlement par la Sûreté coloniale en septembre 1941. Quoique modeste, l’existence de cette organisation groupusculaire atteste à la fois de la volonté d’indépendance des Vietnamiens à Hanoi au cœur même de l’Indochine coloniale et de la clairvoyance vis-à-vis des enjeux internationaux pesant sur le destin du Viêt-Nam démantelé. Elle est en outre, fait à souligner, une des premières tentatives d’unification de forces non communistes à Hanoi.

InsigneVNQDD

La seconde partie revisite la période des deux exils politiques de Nguyễn Tường Tam (de 1942-45 et de 1946-49), la question de l’unification des forces nationalistes et la problématique de la violence révolutionnaire. Ce premier épisode douloureux, qui est illustré par le démantèlement presque total de l’organisation nationaliste révolutionnaire Đại Việt, force Nguyễn Tường Tam à se repositionner. Il doit reconsidérer sa stratégie pour fondre son organisation dans le Parti National du Viêt-Nam de l’Extérieur (VNQDĐ-Hải Ngoại). Il rejoint les réseaux des révolutionnaires vietnamiens émigrés en Chine du Sud notamment la Ligue des Révolutionnaires Vietnamiens (Việt Nam Cách Mệnh Đồng minh hội, en abrégé ĐMH) fondée en octobre 1942 et concurrente du Việt Minh créé en mai 1941 mais cette intégration n’est guère facile. Trois aspects sont à considérer dans ce premier exil entre 1942 et 1945 : le retournement contre le Japon, l’affiliation au VNQDĐ de l’Extérieur et la question de la violence révolutionnaire entre émigrés vietnamiens abordée dans une partie non négligeable de son œuvre littéraire. La période du second exil de 1946 à 1949 est marquée par la nouvelle tentative d’unification des forces nationalistes cette fois-ci pour soutenir le retour de l’ex-empereur Bảo Đại comme fer de lance de l’indépendance négociée avec la France. Constat d’échec face aux divergences de vue entre les nationalistes sur la nature de ce soutien et le propre projet de Bảo Đại. Quelques années après le décès soudain de son frère (et soutien indéfectible) Nguyễn Tường Long en Chine dans des circonstances non éclaircies, Nguyễn Tường Tam de retour à Hanoi, décide d’abandonner la politique.

ConférenceDalat_1946
Extrait de Raoul Salan, Mémoires tome 1 (Presses de la Cité, 1970) © 1946 L’Illustration

La troisième partie analyse le dur retour aux réalités politiques de 1946 face à la France dans un pays occupé militairement et divisé tant sur le plan territorial que sur le plan politique. En quittant le théâtre tumultueux de la Chine du Sud pour retourner dans son pays à la fin de l’année 1945, Nguyễn Tường Tam est vite confronté à une réalité de terrain plus complexe qu’il ne pouvait l’imaginer et toute aussi dangereuse. Il revient au Viêt-Nam en tant que principal chef de l’opposition nationaliste et devient le ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement d’Hồ Chí Minh de mars 1946. Il affiche à la fois son indépendance vis-à-vis du Việt Minh et sa détermination face à la France. Son intransigeance vis-à-vis des Français va peu à peu le marginaliser politiquement alors que le Việt Minh se rapproche sensiblement, pour des raisons tactiques, de l’ancien colonisateur jusqu’à la rupture en décembre 1946. Son rôle de rassembleur est tout de même écorné par sa participation secrète au Front nationaliste d’opposition (Mặt trận Quốc dân Đảng) qui envisage un coup d’État en juillet 1946 auquel il n’est cependant pas impliqué. C’est le temps des occasions manquées, de la confrontation aux exigences françaises et de l’impossible entente avec le Việt Minh. Défendant avec détermination l’intérêt national au dessus de celui des partis, il reprend le chemin de l’exil en juin 1946 de nouveau sur un constat d’échec.

La conclusion revient sur les raisons de cet échec et l’héritage que laisse derrière lui ce romantique contestataire après son suicide en juillet 1963 quelques mois avant la chute du régime autoritaire de Ngô Đình Diệm qu’il combattait. Son destin politique rejoint les millions de destins oblitérés par la guerre civile et les confrontations des nationalismes dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain.

François Guillemot, CNRS, IAO, ENS de Lyon.