Archives par mot-clé : anticommunisme

Le « Néo Dai Viêt » fête ses 55 ans d’existence

Depuis la chute de Saigon en 1975, le paysage politique vietnamien s’est réduit comme peau de chagrin. Les partis d’opposition, démocrates et non communistes, jugés « réactionnaires » ont tous été interdits, leurs leaders pourchassés, emprisonnés, exécutés ou relégués en exil forcé. Seuls quelques partis et mouvements para-communistes ont été tolérés par le nouveau pouvoir acteur de la réunification par la force. L’existence en exil de quelques formations politiques historiques, réprimées sur la longue durée par le colonialisme français et le totalitarisme communiste tient du miracle.

En 1988, les fantomatiques Parti Démocratique et Parti Socialiste, fondés respectivement en 1944 et 1946, ont été dissous et l’État vietnamien est depuis lors cet État-Parti exclusivement dirigé par le Parti Communiste Vietnamien. Toutes autres formes d’organisations politiques (club, think tank, parti politique, associations indépendantes du pouvoir ou syndicat) sont formellement interdits par le régime.

Parmi les survivants, acteurs politiques majeurs sous la République du Viêt-Nam (1955-1975), il faut compter sur les partis nationalistes « traditionnels » anticoloniaux, le Viêt Nam Quôc Dân Dang, fondé en 1927 et dirigé par Nguyên Thai Hoc (guillotiné par les Français le 17 juin 1930 à Yên Bai) et le Dai Viêt Quôc Dân Dang, fondé en 1938 et dirigé par Truong Tu Anh (disparu en décembre 1946 à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh)1. Ces deux partis républicains ont joué un rôle majeur dans l’avènement de l’État du Viêt-Nam, présidé par S.M. Bao Dai entre 1949 et 1954 puis dans la construction d’un État démocratique non communiste au sud du 17e Parallèle entre 1955 et 19752. La guerre et la partition du pays en deux Viêt-Nam (Nord contre Sud) entre 1955 et 1975 n’a pu favoriser l’accomplissement d’un pouvoir civil démocratique fort pour s’opposer au Nord Viêt-Nam totalitaire3.

De gauche à droite : Drapeau du Front QDD de 1945-1946 (également drapeau du VNQDD et du DVQDD) ; drapeau du Tân Dai Viêt de 1964 ; drapeau du Dai Viêt Cach Mang Dang (Dai Viêt Révolutionnaire) de 1965 (reprend le fond jaune et rouge du VNQDD de 1930).

Le dimanche 3 novembre 2019, en Californie, un débat politique intitulé « Berlin, Hong Kong, Viêt-Nam » était organisé à l’occasion du 55e anniversaire du Tân Dai Viêt ou Néo-Dai Viêt en exil aux Etats-Unis et en Europe depuis la chute de Saigon4. C’est pour nous l’occasion de revenir rapidement sur l’histoire de cette formation politique marquée par la figure de l’intellectuel Nguyen Ngoc Huy, décédé le 28 juillet 1990 en France5.

Le Néo-Dai Viêt, fondé le 14 novembre 1964, est une scission du parti Dai Viêt fondé en décembre 1938 par Truong Tu Anh. Cette nouvelle formation politique est mise sur pied sous la République du Viêt-Nam pour répondre à une nouvelle situation au Sud. L’assassinat du Président Ngô Dinh Diêm et le renversement de son régime semi-autoritaire ouvre la voix à une expression démocratique plus large. Le vide politique à la suite du renversement du régime diemiste est une opportunité pour les partis nationalistes traditionnels de se réorganiser et de jouer un rôle politique au Sud. En 1964, l’objectif du Néo-Dai Viêt est de participer activement à l’avènement d’un état de droit démocratique au Sud, selon lui le meilleur régime à opposer au Nord communiste. Le Néo-Dai Viêt n’opère pas dans la clandestinité comme les anciens partis nationalistes anticoloniaux. Son action est publique et il présente des candidats à chaque élection. En 1964 également, Nguyen Ngoc Huy, le principal fondateur, rénove et étoffe considérablement la doctrine politique dite de la « Survivance du Peuple » préconisée par Truong Tu Anh en 1939 dans le contexte du Viêt-Nam colonisé. Il publie la doctrine rénovée en deux volumes à Saigon sous le titre « Dân tộc sinh tồn : Chủ nghĩa Quốc gia Khoa học » (La Survivance du Peuple : un nationalisme scientifique)6.

L’idée de Nguyên Ngoc Huy est de fonder une véritable démocratie libérale et progressiste au Sud Viêt-Nam pour accompagner le développement économique et mettre en place des institutions étatiques fiables dans un pays divisé et miné par la guerre civile. Pour élargir son auditoire politique et rivaliser avec l’appareil communiste nordiste infiltré au Sud, le Néo-Dai Viêt créé une organisation de masse dénommée le Mouvement National Progressiste (MNP ou Mouvement National Radical, Phong Trào Quốc Gia Cấp Tiến) en 19697. Le Mouvement prend de l’ampleur, bénéficie d’une réelle assise dans le delta du Mékong lors des élections mais son leader le professeur Nguyên Van Bông est tué lors d’un attentat organisé par le réseau d’agents secrets dit du Comité de Sécurité T4 (pour la région de Saigon-Cholon) implanté au sud pour détruire l’appareil politique sudiste. Cette perte plonge de nouveau le Sud dans le chaos et le désarroi parmi la classe politique supportant l’idée d’un pouvoir civil. En effet, Nguyên Van Bông était pressenti pour devenir le futur Premier ministre de la République.

A l’heure actuelle, l’activité du Néo-Dai Viêt, à l’instar des autres partis politiques exilés, s’est considérablement réduite. Les membres qui sont nés au Viêt-Nam et ont participé à la vie politique de la République du Viêt-Nam avancent en âge et disparaissent chaque année, la jeune génération, moins impliquée dans les partis traditionnels, s’engage plus volontiers au sein de réseaux de lutte ou d’organisations rivales comme le Viêt Tân, plus modernes sur le plan de l’activisme. Cependant, le Néo-Dai Viêt exerce toujours une certaine influence sur le positionnement politique de la communauté exilée. Il organise régulièrement à l’instar d’un think tank des débats politiques sur la situation internationale et mobilise les jeunes générations à prendre conscience de l’impérialisme chinois en Asie du Sud-Est.

A l’aide de la doctrine de la « Survivance du peuple » qui anime toujours ce parti, il met en avant le « danger de disparition » du Viêt-Nam dirigé par un État-Parti pieds et mains liés avec Pékin. Il alerte sur la politique militaire de fait accompli de la Chine en Mer de l’Est (Biển Đông) et tente de proposer une solution politique pour un Viêt-Nam post-communiste8.

Le parti est actuellement présidé par M. Lê Minh Nguyên qui fait du combat pour la démocratisation du régime une priorité de son mandat (2017-2021)9. Fait remarquable, le jour de cette commémoration, un vieux militant de la première heure, M. Hoai Son Ung Ngoc Nghia, âgé de 96 ans, membre du Dai Viêt historique puis l’un des 14 co-fondateurs du Néo Dai Viêt en 1964, est monté à la tribune pour rappeler quelques points de l’évolution du parti rythmés par ses souvenirs personnels10. M. Ung Ngoc Nghia est l’un des derniers vétérans de la mouvance Dai Viêt. Son allocution fut suivie par celle du dirigeant actuel du Dai Viêt Quôc Dân Dang « canal historique », M. Tran Trong Dat qui rappelait la nécessité d’unifier les différentes factions issus du Dai Viêt de 1938 dans la lutte pour le pays natal11. Ce rêve d’unification des factions Dai Viêt a trouvé ses limites en 1988 lorsque la même expérience a été tentée et n’a duré que quelques mois.

Enfin, les différents discours de ce 55e anniversaire furent suivis d’une journée de débat à travers trois interventions sur la chute du Mur de Berlin, sur la démocratie hongkongaise et sur la question de la démocratie au Viêt-Nam. En particulier, l’évolution de la lutte de Hong Kong face à Pékin donna lieu à de nombreux échanges.

A travers ce 55e anniversaire, les organisateurs font passer le message à leurs compatriotes à l’intérieur du pays que la lutte pour un autre Viêt-Nam est encore possible, ce que la résilience et la détermination des formations politiques nées sous la colonisation ou pendant la guerre civile démontrent.

FG, 09/11/2019.

Notes

  1. Voire notre panorama général des partis politiques vietnamiens sur Mémoires d’Indochine : Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines []
  2. Sur le rôle du Dai Viêt pendant la période baodaiste, voir notre étude : Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie (1938-1955), Paris, Les Indes savantes, 2012 []
  3. Raison pour laquelle, une catégorie dite « démocratie militaire » a été proposée par des chercheurs travaillant sur les régimes démocratiques en construction dans un contexte de guerre civile, concept auparavant pour les périodes antiques et modernes []
  4. Cf. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng ; Hội Thảo Chính Trị: Tường Bá Linh Sụp Đổ, DC Hồng Kông, Dân Chủ VN, Viêt Bao Online, 07/11/2019 []
  5. Sur le parcours politique de cet intellectuel voir notre chapitre d’ouvrage : « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) »,in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71 []
  6. Ces deux volumes interdits de circulation par les autorités communistes après 1975 comme la plupart des écrits politiques ont été réédités aux États-Unis en 2006 []
  7. Le terme « radical » est à comprendre dans le sens de Parti radical, social démocrate []
  8. Ce fut d’ailleurs l’objet d’un colloque avorté en 1993 à Hô Chi Minh-Ville marqué par l’arrestation de membres du Tân Dai Viêt co-organisateurs ou participants []
  9. Cf. Việt Luận phỏng vấn ông Lê Minh Nguyên Chủ tịch đảng Tân Đại Việt, Việt Luận, 1er mai 2019 []
  10. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng, art. cit. []
  11. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng, art. cit. []

Lý Tống, disparition de « l’Aigle Noir » (1945-2019)

La communauté vietnamienne exilée évoque la disparition de l’aviateur Lý Tống, alias Aigle Noir, son héros anticommuniste surnommé « le James Bond vietnamien ». Nous avions consacré quelques pages sur les actions de subversion de Ly Tong dans notre mémoire de maîtrise et nous l’avions rencontré à Montréal en 1999. Lire le parcours de ce personnage téméraire et haut en couleurs dans les articles ci-après.

Hoài Hương, « Lý Tống, ‘James Bond Việt Nam,’ qua đời ở tuổi 73 », VOA, 07/04/2019.

« Lý Tống, người hùng cướp máy bay để chống chủ nghĩa cộng sản, từ trần », RFA Vietnam, 08/09/2019.

Phụng Linh Gửi đến BBC từ Nam California, « Lý Tống, phi công Ó Đen của VNCH qua đời », Hai Ngoai Phiem Dam, 06/04/2019. Orange County Register có bài « Ly Tong is a hero, symbol, renegade », và còn nhiều bài khác nữa. Cũng không thiếu người cho Tống là kẻ ngông cuồng, nhưng điều ai cũng đồng ý là không mấy ai quyết lòng theo đuổi tưởng chống Cộng đến cùng như ông.

« Anh hung Ly Tong qua doi, » Thoi Bao The Vietnamese Newspaper, 07/04/2019.

« Lý Tống ! Anh Là Ai ? Một Thời Oanh Liệt », Tin Hôm Nay, 22/05/2012. Récapitulatif.

Ly Tong, South Vietnamese Legend Who Hijacked Planes to Fight Communism, Dies at 74

Ly Tong, a South Vietnamese Air Force veteran who dropped anti-Communist leaflets over Vietnam from hijacked planes long after the war’s end, playing out the fantasies of many defeated soldiers of the south, died on Saturday in San Diego. He was 74. His family said the cause of death was lung disease. A man who never accepted defeat, Mr. Ly Tong considered it his personal mission to take back his country from the Communists, who have ruled it since winning the Vietnam War in 1975.

“I have the duty to liberate my country!” he exclaimed in an interview more than 30 years later. “You cannot enjoy yourself when your whole country is in pain, in torture.”

Mr. Ly Tong became a hero to many Vietnamese refugees in 1992, when he hijacked a commercial airliner after takeoff from Bangkok, ordered the pilot to fly low over Ho Chi Minh City — known as Saigon, South Vietnam’s capital, before the Communist victory — and dumped thousands of leaflets calling for a popular uprising. He then strapped on a parachute and followed the leaflets down to certain capture. He was released six years later in an amnesty and returned to the United States, where he had become a citizen after the war.

In 2000, under the guise of taking flying lessons in Thailand, Mr. Ly Tong made a second trip over Ho Chi Minh City, sending down a new cascade of leaflets, which he had signed “Global Alliance for the Total Uprising Against Communists.” He was arrested on his return to Thailand and spent six years in prison for hijacking. He was not armed, and no one was hurt on either of his flights. “The only thing that matters is the Communists still control my country,” he shouted through a double screen of wire mesh during an interview at Bangkok’s central jail. “I’m a pilot. This is what I can do.” He timed his second flight to coincide with President Bill Clinton’s historic visit to Vietnam, the first by an American president since the end of the war. Soon after Mr. Ly Tong scattered his leaflets, Mr. Clinton was in Hanoi, the capital, where he delivered a very different message: “The history we leave behind is painful and hard. We must not forget it, but we must not be controlled by it.”

As the years passed and a new generation of Vietnamese-Americans accepted the unsentimental facts of history, the veterans’ fantasies of liberation became relics of that distant war. But at the end of his life, it became clear that the legend of Mr. Ly Tong — who proved time and again his loyalty to a country that no longer existed — still compelled devotion. As word spread that his health was failing, visitors converged on his hospital room in San Diego — as many as 200 people on one recent weekend.

Écouter la suite sur : YouTube

Jacques Tiberi : Mémoires d’un boat people

[ndlr] A l’occasion de la disparition de M. Hua Vang Tho le 1er mai dernier (1944-2018), nous signalons un article dédié à son destin de Boat people paru sur la revue en ligne Le Zéphyr. Responsable du site politique anticommuniste TinParis.Net, M. Tho a suscité beaucoup de polémiques au sein de la communauté exilée. Très attaché aux valeurs républicaines et à la liberté d’expression, il était aussi membre de la franc-maçonnerie bleue. Retour sur son parcours de réfugié.

★ ★ ★

Alors que les réfugiés affluèrent massivement en Grèce, en Italie et même aux portes de Paris, Hua Vang Tho a voulu nous raconter son histoire. Celle d’un boat people vietnamien, débarqué en France il y a 38 ans, après une odyssée qu’il nous narre avec une étonnante froideur, sans pathos ni fioriture.

Hua Vang Tho est né en 1944 à Vinhlong, dans le Delta du Mékong. Après une éducation « à la française », il obtient son bac mention « maths élem’ » en 1961. Dans la foulée, il réussit le concours de l’Institut polytechnique de Phu Tho à Saïgon et en sort en 1966 avec un diplôme d’ingénieur électricien. Hua entame alors une belle carrière professionnelle, mobilisé dans l’armée, puis conseiller municipal, directeur d’une banque privée et chargé d’enseignement à l’université. Marié et père de 3 enfants adolescents, il est déjà, à tout juste 26 ans (en 1970), un personnage connu dans sa région.

Lire la suite : Le Zéphyr

Image « à la une » : La famille Hua, en août 1981 © DR

Sean Fear : How South Vietnam Defeated Itself

[ndlr] Article intéressant de la série Vietnam’ 67. Un regard sur la politique intérieure de la République du Viêt-Nam à la suite de la déflagration du Têt 1968.

In the early hours of Jan. 30, 1968, the first Communist rockets struck provincial capitals across South Vietnam. A nationwide ground assault followed, and by morning the next day, much of the urban South was besieged, including Saigon’s radio station, the South Vietnamese military headquarters and even the American Embassy. What local papers dubbed the “Year of Sand” — referring to the ubiquitous sandbags appearing in front of the nation’s doors and windows — was well underway.

In the United States, the attacks, which came to be known as the Tet offensive, are remembered as a psychological turning point, the moment when President Johnson is said to have lost the faith of CBS broadcaster Walter Cronkite — and by extension, the public at large. Indeed, though Communist forces suffered substantial losses in manpower and morale, the contradiction between American officials’ buoyant promises and weeks of astonishing televised carnage was never reconciled. But Tet’s political impact in South Vietnam proved equally significant, and no less critical, in determining the outcome of the war.

Still routinely mischaracterized as an American client regime, South Vietnam was home to millions of fervent but factionalized anti-Communists, mostly concentrated in urban centers and provincial capitals. Reacting to the shock of Tet, they set aside longstanding quarrels and rallied in a rare display of solidarity. But the outpouring of constructive energy following the Tet attacks was hastily squandered. Instead, President Nguyen Van Thieu used the opportunity to undertake naked power grabs, compromising the constitutional basis on which his legitimacy was premised, and driving even the most dedicated anti-communists to despair. Post-Tet resolve succumbed to cynical resignation, while military confidence and commitment eroded.

As a result, a moment that could have been a turning point for the country became the beginning of the end. When the government finally surrendered to Communist tanks in April 1975, the South’s political fate had long since been sealed.

Lire la suite : New York Times (23/02/2018)

Illustration « à la une » :A family fleeting fighting in Saigon in 1968. ©Tim Page/Corbis, via Getty Images

Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien

[ndlr] Note succincte sur l’apparition d’un nouveau mouvement politique unitaire.

Alors que la répression s’accentue sur les dissidents à l’intérieur du pays, une nouvelle organisation d’opposition au régime communiste de Hanoi a vu le jour en Californie. Dénommée Liên Hiệp Hội Đồng Quốc Dân Việt Nam ou « Conseil unifié du peuple vietnamien »1, elle a été fondée à l’initiative de deux dignitaires religieux : le Vénérable Minh Tuyên et Lê Phuoc Sang, président du Conseil exécutif de du Bouddhisme Hoa Hao.

Le vénérable Minh Tuyên, chef du comité d’organisation, en a précisé l’objectif :

« Le but du Conseil unifié du peuple du Viêt-Nam consiste d’abord à créer l’union, unifier le grand bloc national vietnamien. Dans un second temps, il s’agira de mettre tout en œuvre pour la lutte pour le salut national, de contribuer à la protection de la souveraineté nationale, sur terre et sur mer, et de contribuer à la construction d’un Viêt Nam libre, humaniste et prospère ».

De son côté, le Dr Lê Phuoc Sang, membre du comité d’organisation, a déclaré lors de la Déclaration officielle du 16 juillet :

« Après 42 ans d’exil, nous devons reconnaître que de nombreuses organisations ont été créées, mais le résultat n’est pas au rendez-vous, parce que nous ne combinons pas ensemble notre action. Nous avons besoin d’une force totale, non pas laisser telle association diriger telle autre association, de créer une harmonie, de travailler ensemble, établir la confiance dans le pays au service de nos ancêtres ».

La Déclaration politique lue le 16 juillet lors de la proclamation officielle du mouvement fait explicitement référence à la menace que représente l’expansionnisme chinois :

« Notre pays et notre peuple ont dû subir d’innombrables fois la domination étrangère, le cœur humain a été dévoyé, les gens ne se font plus confiance les uns les autres, de sorte que l’unification est très difficile à réaliser. Mais aujourd’hui, face au danger expansionniste de la Chine, si notre peuple ne réunit pas son esprit et son cœur et s’il n’endosse pas la responsabilité de sauver le pays et de le redresser, l’anéantissement ne pourra être évité ».

Brûle-parfum, bougeoirs, tablettes dorées, vases et fruits en cascade, un autel aux héros nationaux a été dressé dans le temple « Tổ Đình Minh Đăng Quang » à Santa Ana en Californie. Au centre de cet autel riche de symboles trône au centre le portrait de l’empereur Quang Trung (1753-1792), réunificateur du pays après une longue guerre civile. On distingue d’autres portraits : sur la gauche, ceux de Nguyen Trai (1380-1442), le lettré stratège du XVe siècle ; Phan Thanh Gian (1796-1867), l’ambassadeur suicidé en 1867 et Huynh Phu So (1919-1947), le fondateur du bouddhisme Hoa Hao ; sur la droite, le pape caodaiste Pham Cong Tac (1890-1959), le général Tran Hung Dao (1228-1300) et Phan Dinh Phung (1847-1895), le chef militaire du mouvement anticolonialiste « Aide au roi »… Plus bas sur la gauche, les portraits en grande partie cachés du général Duong Van Minh (1916-2001) et de Tran Van Huong (1902-1982)… deux anciens dirigeants de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975)2. Les oriflammes des fêtes traditionnelles, utilisés notamment pour le grand rassemblement populaire des Rois Hung, les ancêtres mythiques du Viêt-Nam, ornent l’autel de part et d’autre. Deux drapeaux figurent sur le côté droit : celui de la République du Viêt-Nam et celui du bouddhisme international adopté en 1950.

L’empereur Quang Trung (né Nguyễn Huệ), une des incarnations de la résistance anti-chinoise et de l’unification du territoire vietnamien © DR

Depuis plusieurs années, en particulier depuis les manifestations antichinoises de l’été 2011 et du printemps 20143, le sentiment nationaliste vietnamien se développe. La fondation de cette nouvelle organisation visant à unifier les forces de l’intérieur du pays à celles de l’extérieur participe de la consolidation d’un transnationalisme vietnamien d’opposition au régime autoritaire actuel. Si les actualités récentes liées à la pollution maritime démontraient l’implication des Catholiques en avant-poste de la contestation, c’est la première fois depuis les tensions avec la Chine que des dignitaires bouddhistes lancent un tel appel patriotique. Parviendront-ils à mobiliser les millions de bouddhistes que comptent le pays ?

La portée de cet appel risque somme toute d’être limitée compte-tenu de la surveillance policière qui s’est intensifiée ces dernières années notamment sur les réseaux sociaux4. La fondation de cette nouvelle organisation, avec ses références puisées dans la tradition historique et le nationalisme religieux, revêt plus un caractère symbolique.

FG, d’après Người Việt, 17/07/2017, MàJ 18/07/2017.

Annexe :

Profession de foi de l’organisation et invitation :

Source : Vien Dong Daily, 07/07/2017.

 

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien," sur Mémoires d'Indochine, 18/07/2017. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/25393.

Notes

  1. Une organisation révolutionnaire intitulée de façon presque identique « Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam » et fondée aux Etats-Unis par des réfugiés politiques appelait en 1990 à renverser la pouvoir communiste. Voir sur Youtube « Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990 » Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990, au départ du document vidéographique, l’organisation est présentée par le Dr Nguyen Ton Hoan, un des dirigeants du Dai Viêt Quôc Dân Dang (Parti national du Grand Viêt-Nam) décédé en 2001 []
  2. Le portrait caché par l’ancien drapeau national est sans doute celui de l’empereur Bao Dai, présent sur l’autel de la même pagode lors des commémorations du 30 avril 2017. Voir : Văn Lan/Người Việt, Tổ Đình Minh Đăng Quang tưởng niệm các anh hùng VNCH, Người Việt, 30/04/2017 []
  3. Voir notre article : L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne []
  4. Dans sa profession de foi (encadré ci-dessus), l’organisation donne RV le 30 septembre 2017 pour rendre publique sa structure et l’identité de ses membres ou organisations adhérentes à l’extérieur du pays comme à l’intérieur []

Phan Tấn Hưng : Những gì tôi biết về Trần Văn Bá [Việt Báo, 12/01/2017]

[ndlr] Commémoration de la mort du résistant pro-démocrate Tran Van Ba, fusillé le 8 janvier 1985. Rappel de la généalogie familiale tragique et du destin de Ba, ancien président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP). L’incarnation d’une résistance de long terme à l’oppression sous toutes ses formes.

CÂY CÓ CỘI, NƯỚC CÓ NGUỒN:
Trước khi nói về Trần Văn Bá, chúng ta thử tìm hiểu gia đình Trần Văn Bá. Bên Ngoại: Ông Cậu của TVB là Bùi Quang Chiêu, tốt nghiệp kỹû sư canh nông đầu tiên của VN được đào tạo tại Pháp, sáng lập viên đảng Lập Hiến VN năm 1919, bị CS ám sát tại Chợlớn năm 1945 cùng với 4 con trai và cô gái út, tổng cộng 6 người. Bên Nội: Thân phụ của TVB là Trần Văn Văn, tốt nghiệp HEC tại Pháp, kháng chiến chống Pháp trong thập niên 40, tham gia chính phủ Trần Trọng Kim năm 1945, bộ trưởng kinh tế trong chính phủ do Bảo Đại điều khiển (chính phủ độc lập đầu tiên), dân biểu trong quốc hội Lập Hiến năm 1966, hiện đại hóa chính trị, kinh tế và xã hội cho đất nước VN, bị CS ám sát ngày 07 tháng 12 năm 1966 tại Sàìgòn (sau khi trả lời phóng viên ngoại quốc ông sẽ ra tranh cử Tổng Thống năm 1967).

TRẦN VĂN BÁ:
*. Sanh ngày 14 tháng 5 năm 1945 tại Sadec, miền Nam VN

Lire la suite : Việt Báo, 12/01/2017.

phan-tan-hung_nhung-gi-toi-biet-ve-tran-van-ba_11-1-2017

 

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 4

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

denhung_lehoi2016
Procession lors de la fête des Rois Hung en 2016

★ ★ ★

Les États vietnamiens (1945-1976) et aperçu sur le nationalisme Việt (ou Kinh)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016

Cette séance consacrée au Viêt-Nam s’intéressera à l’émergence de l’état-nation vietnamien indépendant depuis la création de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam) à la suite du coup de force japonais du 9 mars 1945 jusqu’à la réunification de juillet 1976 sous l’appellation de République socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam), république se définissant comme un « état multinational ». En nous appuyant sur les textes proposés, nous verrons ce que recouvre le concept de « nation vietnamienne », son ancrage dans la longue durée et sa supposée « unicité ».

Dans un second temps, nous illustrerons l’évolution du discours nationaliste vietnamien à travers ses différentes expressions (extraits de textes lus) : nationalisme culturel et monarchiste de Phạm Quỳnh, nationalisme libéral de Trần Văn Tùng et de Nguyễn Ngọc Huy, nationalisme révolutionnaire de Nguyễn Thái Học (VNQDĐ) et de Nguyễn Tường Tam (Đại Viêt Dân Chính), nationalisme « dai-vietnamien » de Lý Dông A (Đại Viêt Duy Dân) ou de Trương Tử Anh (Đại Viêt QDĐ), personnalisme des frères Ngô, national-communisme confucéen de Nguyễn Khắc Viên…

Personnalités évoquées :

Première rangée de gauche à droite : Phạm Quỳnh (1892-1945) intellectuel monarchiste assassiné en 1945, ministre de l’empereur Bảo Đại / Nguyễn Thái Học (1902-1930), nationaliste révolutionnaire, leader du VNQDĐ (Parti National), guillotiné par le régime colonial le 17 juin 1930 / Trương Tử Anh (1914-1946?), nationaliste révolutionnaire, leader du ĐVQDĐ (en abrégé Đại Viêt, Grand Viêt-Nam), disparaît à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh en décembre 1946.

Seconde rangée de gauche à droite : Nguyễn Tường Tam (1906-1963), écrivain fondateur du Groupe littéraire autonome et un des chefs du VNQDĐ, ancien ministre des Affaires étrangères du Gouvernement Hồ Chí Minh de 1946, se suicide le 7 juillet 1963 / Trần Văn Tùng (1915-?), écrivain nationaliste fervent baodaïste, membre du Parti démocrate / Ngô Đình Diêm (1901-1963), président de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1955 à 1963, assassiné le 2 novembre 1963.

Troisième rangée de gauche à droite : Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990) nationaliste, fondateur du parti Néo Đại Viêt en 1964 et refondateur de la « doctrine de l’existence du peuple » / Nguyễn Khắc Viên (1913-1997), médecin et intellectuel marxiste / Trần Huỳnh Duy Thức (né en 1966), militant pro-démocrate actuellement emprisonné pour dissidence politique.

 

Sources mobilisées :

  • Nguyen Ngoc Thanh Annie, Les représentations de l’identité nationale d’après l’étude de contes vietnamiens de 1920 à 1945, Mémoire de DEA, Université Lumière Lyon 2, 2005, pp. 54-62 (§ « Imaginaire des contes et imaginaire national »).
  • Uno, Koichiro, Essai sur les mythes politiques vietnamiens, Mémoire de l’EHESS sous la direction de Georges Condominas, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1989, pp. 68-87 (Ch. 3 : « Culte national totalisant »). IAO Fonds Boudarel.

 

Pour aller plus loin :

Goscha, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane / Penguin Books, 2016. Présentation éditeur.

Guillemot, François, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique ‘Troisième voie’ », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012. URL : http://moussons.revues.org/1043.

Taylor, Keith W., A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013. Présentation éditeur.