Archives par mot-clé : anticolonialisme

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 1

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★


Mémoires militantes et anticoloniales

Séance 1 : mercredi 26 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Dans un premier temps, nous aborderons la question de la mémoire et de l’espace sociogéographique en péninsule indochinoise (anciens royaumes, « marche vers le sud », conflits). Après un bref rappel des tensions entre mémoire et histoire et du débat dans l’espace public nous nous pencherons sur les différentes formes d’écritures de soi dans cette partie de l’Asie. Nous mettrons enfin l’accent sur la notion de « situations ».

La seconde partie du séminaire dédiée à l’analyse des textes se focalisera sur le Paris anticolonial pour mieux saisir comment la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam s’est organisée hors de l’Indochine (en Asie ou en Europe) et quelles étaient les différentes voies pour accéder à cette indépendance. Nous évoquerons l’itinéraire politique des lettrés modernistes au Japon et l’action du groupe des « Cinq Dragons » à Paris. En particulier la voie réformiste de Phan Châu Trinh sera discutée.

Sources mobilisées :

Phan Boi Châu, « Mémoires de Phan Bôi Châu », traduction et notes de Georges Boudarel, France-Asie / Asia, 194-195, Vol. XII, n° 3-4, 3e et 4e trimestre 1968, p. 26-43 et p. 62-69.

Phan Van Truong : « De l’état d’esprit des Annamites vis-à-vis de la domination française » (p. 37-49), « Le lettré Phan-châu-Trinh et son calvaire » (p. 68-76), dans Une histoire de conspirateurs annamites à paris ou la vérité sur l’Indochine, Montreuil, Éditions L’Insomniaque, 2003. [Note de l’éditeur : « Ces mémoires ont été antérieurement publiés en feuilleton dans La Cloche Fêlée du 30 novembre 1925 au 15 mars 1926 puis par les éditions saïgonnaises Giadinh en 1928″].

Sources complémentaires :

Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française. Première série : Moeurs coloniales, Paris, Librairie du Travail, [1924].

Nguyen An Ninh, « La France et l’Indochine », Europe, n° 31, 15 juillet 1925, p. 257-277.

Pour accompagner cette séance :

Mémento personnalités sur Mémoires d’Indochine

Balandier, Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Paris, PUF, Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79. Document en ligne sur le site de l’UQAC.

Brocheux, Pierre, « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945, » article en ligne sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

Goebel, Mickaël, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale, 1919-1939, Paris, La Découverte, coll. Sciences humaines, 2017. Présentation de l’éditeur.

Goscha, Christopher E. « Aux origines du républicanisme vietnamien. Circulations mondiales et connexions coloniales », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 131, no. 3, 2016, pp. 17-35. Article en ligne sur le portail Cairn.

Guillemot, François, « Les Cinq Dragons ou les voies divergentes du républicanisme vietnamien », in Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La découverte / Poche 476, 2018, p. 60-61 (Encadré 1).

Guillemot, François,  « Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam, » Mémoires d’Indochine, 20 septembre 2018.

Guillemot, François, « Actualité de Phan Châu Trinh (1872-1926) : lutte pour l’intelligence et intelligence de la lutte, » Mémoires d’Indochine, 25 mars 2013.

Phan Châu Trinh & Vinh Sinh (trad.), Phan Châu Trinh and his political writings, Ithaca, N.Y., Southeast Asia Program, Cornel University, Studies on Southeast Asia, 49, 2009. (publié au Viêt-Nam en 2018, voir illustration ci-dessous)

Textes politiques du lettré moderniste Phan Châu Trinh, traduits de l’anglais dans une édition récente parue au Viêt-Nam (NXB Tre, 2018).

Funérailles de Trần Tử Miễn, secrétaire du VNQDÐ en France

[ndlr] Disparition soudaine le 4 mai 2018 de Trần Tử Miễn (nom secret Trần Hùng), secrétaire du Parti National du Viêt-Nam (VNQDÐ) pour la France, à l’âge de 69 ans. Fils du député Tran Van Tuyen (1913-1976), un des principaux chefs de ce parti sous la République du Viêt-Nam (Sud du 17e Parallèle, 1955-1975), Tran Tu Mien était également le frère ainé de Trần Tử Thanh, actuellement Président du conseil des délégués du VNQDÐ. Ce parti anticolonialiste, fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi et dirigé par Nguyen Thai Hoc (guillotiné à Yen Bai le 13 juin 1930), est interdit au Viêt-Nam depuis la chute de Saigon (30 avril 1975).

Les funérailles de ce dirigeant du VNQDÐ en Europe se sont déroulées le 11 mai 2018 au crématorium de Valenton (94) en banlieue parisienne. Le film de la cérémonie a été posté sur la chaîne YouTube. Rituel bouddhiste, salut au drapeau, hymnes nationaux et du parti, discours des proches et hommages dirigeants d’autres formations politiques, ce rare témoignage vidéographique mérite d’être signalé autant pour sa signification historique que pour sa dimension anthropologique.

FG

Việt Nam Quốc Dân Đảng
vô cùng xúc động khi nhận được hung tin:

Đồng chí Trần Hùng tức Trần Tử Miễn

– Bí Thư Xứ Bộ Pháp Quốc Việt Nam Quốc Dân Đảng
– Thứ nam cố đồng chí Trần Văn Tuyên
– Bào đệ đồng chí Trần Tử Thanh – Chủ Tịch Hội Đồng Đại Biểu Trung Ương VNQDĐ,

đã tạ thế lúc 12:10 ngày 4 tháng 5 năm 2018 tại Paris, Pháp Quốc

Hưởng thọ 69 tuổi

Sự ra đi của đồng chí Trần Hùng là mất mát to lớn
đối với Xứ Bộ Pháp Quốc VNQDĐ nói riêng, và
của Đảng bộ Châu Âu và Việt Nam Quốc dân Đảng nói chung

Hội Đồng Lãnh Đạo VNQDĐ tỏ lòng tiếc thương trước sự ra đi của đồng chí Trần Hùng
Xin chân thành chia buồn cùng đồng chí Trần Tử Thanh và toàn thể tang quyến.
Nguyện cầu hương linh cố đồng chí Trần Hùng sớm yên nghỉ trong cõi vĩnh hằng.

Hội Đồng Lãnh Đạo VNQDĐ

Lê Thành Nhân, Lê Quốc Việt, Phan Thanh Châu, Trần Minh Vũ,
Lê Trung Khương, Nguyễn Khắc Ninh, Nguyễn Thiên Vân, Trần Việt Đạo

ĐỒNG THÀNH KÍNH PHÂN ƯU

 

Johann Grémont : Pirates et contrebandiers le long de la frontière sino-vietnamienne: une frontière à l’épreuve (1895-1940) ? [Thèse, Paris 7]

[ndlr] Soutenance de la thèse de doctorat d’histoire de Johann Grémont. Source : VSG.

« Pirates et contrebandiers le long de la frontière sino-vietnamienne: une frontière à l’épreuve (1895-1940)? »

[Bandits and Smugglers Along the China-Vietnam Borderlands: A Frontier at its Limits?].

The result of extensive research in French archives including collections at Vincennes, Aix-en-Provence, and Paris, Grémont’s thèse presents a wealth of information about the development and daily practices of French military borderlands patrols, including their perceptions of Chinese imperial officials, Vietnamese civil authorities, and local borderlands populations. Grémont provides crucial context to issues in the borderlands that concern scholars outside historical studies, such as human trafficking, licit and illicit drug trades, and the role of smuggling as an index of the law. His vivid explanations of archival sources blends well with his thorough use of quantitative historical data culled from police reports, military records, and « notes » filed for the territoires militaires and provinces of far northern Vietnam from the late nineteenth to the mid-twentieth centuries.

Although Grémont focuses on the French authorities in Tonkin, anyone interested in the cross-border networks of Chinese and Vietnamese anti-colonial nationalism will want to carefully read this work, which seems poised to make an excellent contribution to our collective understanding of early twentieth century nationalisms and the role of « Chinese partisans » in late colonial Vietnam. Grémont connects his work to recent scholarship in French and English, including work by Micheline Lessard, James Anderson, Nguyễn Thị Hải, and Philippe Le Failler as well as the work of Nguyen The Anh and Peter Zinoman.

Johann’s soutenance (defense) took place last Friday [24-02-2017] at the Université Paris-Diderot. The committee were Emmanuel Poisson (director), Eric Guerassimoff (président), Bradley Camp Davis and Philippe Le Failler (both pré-rapporteurs), and Pierre Journoud (membre du jury).

Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ

[ndlr] Il y a 87 ans, le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) lançait une insurrection générale contre le pouvoir colonial. Rappel de ces événements et de la répression qui en suivit. Articles publiés sur le site de ce Parti, exilé et interdit depuis 1975 en RSVN.

L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Ngày 10/02/1930, Việt Nam Quốc Dân Đảng đứng lên làm cuộc Tổng Khởi Nghĩa đánh đuổi thực dân Pháp dành độc lập cho Dân Tộc. Đây là cuộc Tổng Khởi Nghĩa lịch sử đã đưa một đảng chính trị đầu tiên vào cửa chính của lịch sử mở màng cho công cuộc đấu tranh vì độc lập dân tộc, vì tự do dân chủ và vì hạnh phúc toàn dân. Cuộc Tổng Khởi Nghĩa thất bại, nhưng đã lưu lại tấm gương yêu nước sáng ngời cho bao thế hệ đời sau noi gương chiến đấu để bảo vệ và xây dựng tổ quốc. Nhân kỷ niệm ngày Tổng Khởi Nghĩa lần thứ 85 của VNQDĐ, chúng tôi ghi lại diễn tiến cuộc Tổng Khởi Nghĩa làm rung chuyển chế độ thực dân Pháp và mở đầu cuộc cách mạnh dân quyền tự do cho dân tộc Việt Nam.

Lire la suite : VQ2, « Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ« , 09/02/2017.

Voir aussi sur le site Viet Quoc :

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 4

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

denhung_lehoi2016
Procession lors de la fête des Rois Hung en 2016

★ ★ ★

Les États vietnamiens (1945-1976) et aperçu sur le nationalisme Việt (ou Kinh)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016

Cette séance consacrée au Viêt-Nam s’intéressera à l’émergence de l’état-nation vietnamien indépendant depuis la création de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam) à la suite du coup de force japonais du 9 mars 1945 jusqu’à la réunification de juillet 1976 sous l’appellation de République socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam), république se définissant comme un « état multinational ». En nous appuyant sur les textes proposés, nous verrons ce que recouvre le concept de « nation vietnamienne », son ancrage dans la longue durée et sa supposée « unicité ».

Dans un second temps, nous illustrerons l’évolution du discours nationaliste vietnamien à travers ses différentes expressions (extraits de textes lus) : nationalisme culturel et monarchiste de Phạm Quỳnh, nationalisme libéral de Trần Văn Tùng et de Nguyễn Ngọc Huy, nationalisme révolutionnaire de Nguyễn Thái Học (VNQDĐ) et de Nguyễn Tường Tam (Đại Viêt Dân Chính), nationalisme « dai-vietnamien » de Lý Dông A (Đại Viêt Duy Dân) ou de Trương Tử Anh (Đại Viêt QDĐ), personnalisme des frères Ngô, national-communisme confucéen de Nguyễn Khắc Viên…

Personnalités évoquées :

Première rangée de gauche à droite : Phạm Quỳnh (1892-1945) intellectuel monarchiste assassiné en 1945, ministre de l’empereur Bảo Đại / Nguyễn Thái Học (1902-1930), nationaliste révolutionnaire, leader du VNQDĐ (Parti National), guillotiné par le régime colonial le 17 juin 1930 / Trương Tử Anh (1914-1946?), nationaliste révolutionnaire, leader du ĐVQDĐ (en abrégé Đại Viêt, Grand Viêt-Nam), disparaît à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh en décembre 1946.

Seconde rangée de gauche à droite : Nguyễn Tường Tam (1906-1963), écrivain fondateur du Groupe littéraire autonome et un des chefs du VNQDĐ, ancien ministre des Affaires étrangères du Gouvernement Hồ Chí Minh de 1946, se suicide le 7 juillet 1963 / Trần Văn Tùng (1915-?), écrivain nationaliste fervent baodaïste, membre du Parti démocrate / Ngô Đình Diêm (1901-1963), président de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1955 à 1963, assassiné le 2 novembre 1963.

Troisième rangée de gauche à droite : Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990) nationaliste, fondateur du parti Néo Đại Viêt en 1964 et refondateur de la « doctrine de l’existence du peuple » / Nguyễn Khắc Viên (1913-1997), médecin et intellectuel marxiste / Trần Huỳnh Duy Thức (né en 1966), militant pro-démocrate actuellement emprisonné pour dissidence politique.

 

Sources mobilisées :

  • Nguyen Ngoc Thanh Annie, Les représentations de l’identité nationale d’après l’étude de contes vietnamiens de 1920 à 1945, Mémoire de DEA, Université Lumière Lyon 2, 2005, pp. 54-62 (§ « Imaginaire des contes et imaginaire national »).
  • Uno, Koichiro, Essai sur les mythes politiques vietnamiens, Mémoire de l’EHESS sous la direction de Georges Condominas, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1989, pp. 68-87 (Ch. 3 : « Culte national totalisant »). IAO Fonds Boudarel.

 

Pour aller plus loin :

Goscha, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane / Penguin Books, 2016. Présentation éditeur.

Guillemot, François, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique ‘Troisième voie’ », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012. URL : http://moussons.revues.org/1043.

Taylor, Keith W., A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013. Présentation éditeur.

VNQDĐ 2016 : Unification et nouvelle espérance du nationalisme vietnamien

LogoVNQDD_2016Au mois de janvier 2016 s’est déroulé le XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien (PCV). Au début du mois d’avril, le Parti national du Viêt-Nam (VNQDĐ), son concurrent historique dans la lutte pour l’indépendance, s’est également réuni lors d’un congrès national important à Little Saigon aux États-Unis. Cet événement  que seuls les médias vietnamiens de l’étranger ont relayé (Người Việt, Viễn Đông, Việt Báo, FreeVN.net…) n’a rien d’anodin. Au prix d’un combat opiniâtre très coûteux sur le plan humain, le Parti a survécu et s’est même reconstitué à l’étranger. Il entend se repositionner comme l’une des principales forces d’opposition au régime de parti unique vietnamien.

Fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi, le Parti national du Viêt-Nam, parti indépendantiste de type nationaliste-révolutionnaire1, a vu bon nombre de ses militants emprisonnés ou tués par la Sûreté coloniale après l’échec de l’insurrection générale de février 1930. Treize de ses partisans dont Nguyễn Thái Học, le chef du parti, furent guillotinés le 17 juin 1930 à Yên Bái, haut lieu de l’insurrection nationaliste. Des centaines de militants furent envoyés dans les bagnes indochinois et jusqu’en Guyane. Soumis à une terrible répression sanglante, le parti dut sa survie à une poignée de militants exilés en Chine du Sud notamment au Yunnan. Il refit surface au Viêt-Nam (encore colonisé) à la fin des années 30 et redevint très actif sur la scène politique vietnamienne pendant les années 1945-1946 avec sa participation au nouveau pouvoir de la jeune république2 aux côtés du Việt Minh. Selon l’historien Phạm Cao Dương, contrairement au Parti communiste indochinois (PCI), organe dirigeant du Việt Minh, le VNQDĐ n’a pas tenté de s’imposer comme parti unique de la jeune république et de prescrire une seule idéologie (en outre le marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV) à l’ensemble de la nation.

BanThoNguyenThaiHoc_2015
Autel de Nguyen Thai Hoc lors d’une commémoration des guillotinés de Yen Bay en Californie © DR

En avril 1945, le VNQDĐ s’allia à deux autres partis nationalistes (le Đại Việt Quốc Dân Đảng de Trương Tử Anh et le Đại Việt Dân Chính de Nguyễn Tường Tam) dans un Front des Partis nationalistes (Mặt trận Quốc Dân Đảng3. Pendant une période décisive mais courte, il participa au gouvernement d’union et de résistance dirigé par Hồ Chí Minh (mars-novembre 1946). Tout en collaborant au premier gouvernement pluraliste de la RDVN4, le parti conserva sa forte détestation des Français de retour à Hanoi en mars 1946 après les Accords Sainteny/Hồ Chí Minh. Refusant ces accords avec l’ancien colonisateur, une partie du VNQDĐ fit dissidence pour s’opposer au retour de la France dans le nord du pays5. A partir de juillet 1946, lorsque les troupes d’occupation chinoises quittèrent le nord Viêt-Nam, les forces de Sécurité du Việt Minh lancèrent, sur ordre de Võ Nguyên Giáp, chargé des affaires militaires du gouvernement et de Trường Chinh, secrétaire général du PCI (devenu clandestin en novembre 1945), une vaste opération policière contre l’opposition nationaliste dernier frein à l’instauration de la dictature. Incriminée dans l’affaire dite « Ôn Như Hầu », une sordide affaire de cadavres déterrés dont les assassinats furent attribués au parti nationaliste, la décision du Viêt-Minh/PCI d’en finir avec l’opposition fut généralisée. Lors de son discours au Congrès d’unification d’avril 2016, le professeur Phạm Cao Duơng rappela que son père « s’était sacrifié » (đã hy sinh) en 1946, date du départ de la guerre civile entre Vietnamiens6. A la fois anticolonialiste et anticommuniste, le front QDĐ défendit ses zones de guerre dans le Tonkin et en Annam à la fois contre l’armée régulière de la RDVN (Vệ Quốc Đoàn, ébauche de la future armée populaire) et les forces militaires françaises jusqu’à la fin de l’année 1946.

Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013

Subissant de plein fouet la répression de la Sûreté du Viêt-Minh (emprisonnement et liquidations physiques), les militants de ce front QDĐ reprirent le chemin de l’exil jusqu’à l’avènement du régime de Bảo Đại en 1949, l’ex-empereur prenant la tête de l’État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, in État anticommuniste concurrent de la RDVN). Une partie de la formation politique décida de rester dans l’ombre n’ayant qu’une confiance relative en l’ex-empereur et sa capacité à établir une république parlementaire à la fois démocratique et sociale. Ils ne furent pas démentis par l’histoire.

Fondamentalement indépendantiste et révolutionnaire, le parti prit peu à peu ses distances avec le gouvernement de Bảo Đại. Entre 1953 et 1956, d’abord dans les zones contrôlées par le Viêt-Minh puis pendant la réforme agraire radicale orchestrée par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam7, de nombreux membres du VNQDĐ furent de nouveau persécutés ainsi que leurs familles. Le VNQDĐ poursuivit sa lutte au Sud de 1954 à 1975 mais comme bon nombre de formations nationalistes, il effectua une traversée du désert sous le régime autocratique de Ngô Đình Diệm. Bon nombre de ses militants furent encore pourchassés ou emprisonnés. Pendant la guerre et ce jusqu’en 1975, la lutte se poursuivit dans le Quảng Ngãi et le Quảng Nam, deux fiefs électoraux du VNQDĐ, contre le FNL Sud Viêt-Nam et les forces communistes nordistes infiltrées.

Sous l’ère républicaine, à partir de 1964, le VNQDĐ entra dans un processus d’atomisation de ses forces. Il ne comptait pas moins de dix branches différentes sous la Seconde République de Nguyễn Văn Thiệu8. Après la chute de Saigon, le VNQDĐ fut interdit comme toutes les autres formations politiques non communistes jugées « réactionnaires ». Il ne dut encore une fois sa survie que grâce à la détermination de quelques militants présents en Europe et aux États-Unis. Des cellules se reconstituèrent mais les anciennes querelles entre chefs ne permettaient pas d’envisager une fusion des différentes factions.

ID_33798_politics_1967.jpg
Affiche électorale de la liste Nguyen Hoa Hiep – Nguyen The Truyen pour les élections générales de 1967 au Sud Viêt-Nam © Corbis

Ces dix dernières années, après la disparition d’un certain nombre de chefs de faction, des membres décidèrent d’enterrer les vieilles querelles pour reprendre le chemin du combat national.  Le site web Viet Quoc fut mis sur pied. En 2006, la célèbre monographie de Hoàng Văn Dào (l’édition révisée de 1970) fut rééditée aux États-Unis et en 2008 elle fut traduite en anglais pour la première fois9. Au Viêt-Nam même, en 2014, la biographie de Nguyễn Thái Học rédigée par l’intellectuel Nhượng Tống, un des fondateurs du parti assassiné en 1949 par le Việt Minh, a été réédité à Hanoi10. Une nouvelle histoire du VNQDĐ fut publiée par le chercheur Nguyễn Văn Khánh11. Bien qu’épousant la thèse officielle d’un bon « VNQDĐ authentique » avant 1930 et d’un « VNQDĐ réactionnaire » à partir de 1945, pour la première fois, la recherche vietnamienne reconsidérait la place de ce parti dans l’histoire nationale. Récemment, la mémoire des anciens membres du VNQDĐ relégués dans les bagnes de Guyane a été révélée et exposée dans une émission grand public diffusée sur VTV4, la chaîne dédiée aux Vietnamiens de l’étranger. Tous ces signes démontrent le regain d’intérêt pour l’histoire de ce parti dans le processus complexe de la lutte pour l’indépendance du pays.

HoangVanDao_VNQDD_2008
Cliquer sur l’image pour l’aperçu Google Books.

Lors de son discours du 3 avril, le professeur Phạm Cao Dương souligna l’importance de l’unification du parti qui fut divisé pendant plusieurs décennies, sans doute pendant plus d’un demi-siècle, malgré la qualité des dirigeants de chaque branche12. Cette unification revêt, selon lui, une signification importante à la fois pour la communauté vietnamienne à l’étranger mais aussi pour les compatriotes à l’intérieur du pays. De même, le docteur Mã Xái souligna le caractère historique de cette unification et sa portée non moins importante pour les partis politiques exilés, rappelons-le, encore interdits au Viêt-Nam depuis la réunification (juillet 1976). Lapsus révélateur, le docteur Mã Xái félicita la « réunification du Đại Việt » avant de se reprendre, sans doute ceci laissait poindre une espérance secrète13. Enfin, Lê Nguyên Minh, ancien vice-président du Tân Đại Việt fit remarquer que le Việt Quốc s’était finalement réunifié avant le Đai Việt, ce dernier étant divisé depuis 1964-1965 en trois partis différents14.

CoVNQDD_2013
Drapeau du VNQDD lors d’une manifestation à Washington contre la venue de l’ancien Président de la RSVN en 2013. Le DVQDD possède également ce même drapeau conçu en 1945 lors de l’alliance entre les deux formations politiques © DR

En 2013, le drapeau du VNQDĐ apparut dans plusieurs manifestations antichinoises organisées à l’étranger. C’est sans doute le contexte géopolitique et social notamment la question chinoise qui a réveillé l’un des plus anciens partis révolutionnaires du Viêt-Nam. L’existence du Viêt-Nam est menacée, selon ce parti, par deux faits : par la dictature du Parti communiste vietnamien ainsi que par l’expansionnisme chinois. L’appel est radical : « Si le peuple vietnamien ne met pas fin au régime communiste, le régime communiste mettra fin à l’indépendance du peuple vietnamien »15. On retrouve ici la vieille problématique de la survivance de la nation face à la Chine. Les organisations sont conscientes que seule l’union des nationalistes vietnamiens est la clé de la réussite du combat contre le totalitarisme communiste, seule issue pour sortir de la domination chinoise.

“Cương quyết đấu tranh bảo vệ tổ quốc. Đây là cuộc đấu tranh chính nghĩa, và đấu tranh chính nghĩa nhất định sẽ có thắng lợi cuối cùng…Tình trạng hiện nay đã báo động rằng Nếu dân tộc Việt Nam không đứng lên chấm dứt chế độ cộng sản Việt Nam thì Cộng sản Việt Nam sẽ chấm dứt dân tộc Việt Nam để dâng hiến cho Tàu. Cánh cửa công lý không bao giờ hé mở dưới chế độ cộng sản Việt Nam. Mất nước là mất tất cả!” (Lê Thành Nhân)

Devise_VNQDDDu 1er au 3 avril 2016, un grand congrès national, nous devrions dire transnational, se déroula en Californie. Ces trois jours de congrès rassemblèrent des militants des États-Unis, du Canada, d’Europe,   d’Australie et d’autres pays. La tâche significative de ce congrès consista à (ré-)unifier le parti sous une seule appellation générale « Việt Nam Quốc Dân Đảng » et un seul slogan : Dân tộc độc lập (Indépendance nationale), dân quyền tự do (Liberté civiles), dân sinh hạnh phúc (Bien-être du peuple). Une devise que la RDVN emprunta au VNQDĐ en 1945 et, elle-même, inspirée de la théorie des trois peuples de Sun Yat-sen traduite en vietnamien par Nhượng Tống et publié dans les années 1925-1927 par les éditions Nam Đồng Thư Xã16.

Ce retour aux origines est justifié par le nouveau Conseil de direction comme nécessaire pour faire face au PCV et constituer une alternative viable au communisme vietnamien. Le parti s’organise en effet pour la période postcommuniste. Le nouveau bureau directeur fut présenté publiquement le 3 avril 2016 lors d’une réunion rassemblant, essentiellement masculine, les principales organisations politiques vietnamiennes exilées présentes aux États-Unis : le Đại Việt Quốc Dân Đảng (représenté par son dirigeant Trần Trọng Đạt), le Tân Đại Việt (Mã Xái), le Việt Tân (Nguyễn Quốc Quân), l’Alliance pour la démocratie (Liên Minh Dân Chủ)… et des responsables d’associations de la communauté vietnamo-américaine. En particulier, dans un discours énergique, le président du ĐVQDĐ a réaffirmé sa solidarité dans la lutte et sa proximité politique avec le VNQDĐ tout en rendant hommage à Nguyễn Thái Học son fondateur. Enfin, on nota le soutien de la sénatrice Janet Nguyen, fidèle alliée de la lutte pour la démocratie au Viêt-Nam.

225678-Ra-Mat-QDD-1-60
De gauche à droite : MM. Lê Thành Nhân, Trần Tử Thanh, Lê Quốc Việt, Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Việt Đạo © DR

Le Nouveau Conseil directeur du VNQDĐ (Tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng) est désormais composé de dix membres (photo ci-dessus) dont trois présidents : Lê Thành Nhân (président du Conseil des délégués), Trần Tử Thanh (président du Conseil exécutif), Lê Quốc Việt (président du Conseil de contrôle), Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Minh Vũ, Trần Việt Đạo, Vũ Sơn17.

Cet effort d’unification des forces soulève néanmoins quelques interrogations. De combien le parti dispose-t-il de cadres et notamment de jeunes cadres ? Quid de la formation politique des jeunes générations et du rôle assigné aux femmes ? Quels sont ses relais et ses soutiens à l’intérieur du pays ? Pourra-t-il dépasser l’entre-soi familial ou le clanisme souvent observé dans les formations politiques (ce qui n’est pas spécifique au VNQDĐ) ? Ces questions se posent au regard de la visibilité de ce parti à l’intérieur du pays. Son activisme semble au point mort (par rapport à d’autres organisations) et une division interne liée aux événements de 1945-1946, savamment entretenue par le régime (qui n’hésita pas à créer un « Nouveau VNQDĐ » soumis au Viêt-Minh à la fin de l’année 1946), n’a pas disparu.

Le parti refuse par principe la coopération mais dans le cas d’une hypothétique transition politique où le multipartisme serait rétabli cette assertion pourrait être reconsidérée. Échaudé par sa propre expérience historique, le VNQDĐ, comme la plupart des organisations politiques exilées et interdites en République Socialiste du Viêt-Nam, ne croit pas à un partage du pouvoir avec le PCV. Deux solutions se présentent alors : le renversement du régime par la révolution violente ou l’évolution pacifique, cette dernière option étant privilégiée18.

★ ★ ★

Le VNQDĐ, en tant que « parti anticolonialiste traditionnel » reste dans l’imaginaire populaire celui qui a échoué mais a fait preuve de courage sous le colonialisme. Il conserve une aura non négligeable parmi les intellectuels du pays et l’annonce de cette unification des forces, attendue depuis longtemps, redonnera sans aucun doute à ses nombreux sympathisants du baume au cœur. C’est un petit pas de plus dans la longue marche de la lutte de ce parti contre la dictature communiste vietnamienne. Le nouveau dirigeant Lê Thành Nhân sait que la tâche est immense : formation des cadres, réorganisation générale des cellules sur le plan mondial, communication interne et externe pour une organisation devenue transnationale. La résurrection véritable du VNQDĐ se fera au prix de ces multiples efforts.

Installé au pouvoir depuis des décennies, le PCV ne devrait guère s’inquiéter de l’unification des forces en Californie de son concurrent historique qui revient de loin. Mais si, à l’avenir, des cellules de militants du VNQDĐ devaient reprendre pied à l’intérieur du pays sur ce programme politique de changement de régime, accompagné d’un discours nationaliste radical ancré dans la profondeur historique du parti (de l’anticolonialisme à l’anti-expansionnisme chinois), cela pourrait changer la donne.

François Guillemot, MàJ 18/04/2016.

Vidéos de référence.

Pour en savoir plus :

Nguyen Huy, Việt Nam Quốc Dân Ðảng ra mắt tân ban chấp hành, Nguoi Viet, 05/04/2016.

Thanh Phong, Lễ ra mắt tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng, Vien Dong Daily News, 04/04/2016.

VNQDĐ Đại Hội Toàn Đảng, Ra Mắt Tân Hội Đồng Lãnh Đạo, Viet Bao, 22/03/2016.

Phát biểu của Chủ Tịch Đảng Tân Đại Việt nhơn ngày Hợp Nhứt VNQD Đảng và Lễ Ra Mắt Tân Hội Đồng BLĐ VNQD Đảng, Tan Dai Viet, 05/04/2016.

3597 Lễ Ra Mắt Tân Ban Lãnh Đạo Toàn Đảng (Thống Nhất) Việt Nam Quốc Dân Đảng Tại Little Saigon Nam California, Viet Bao, 07/04/2016. (lien vers la vidéo de FreeVN.net en ligne)

Documents politiques sur le site du Viet Quoc :

Notes

  1. Prônant le renversement du pouvoir colonial par la violence armée et l’instauration d’une république sociale et nationale []
  2. République Démocratique du Viêt-Nam instaurée le 2 septembre 1945 par Hồ Chí Minh []
  3. Le ĐVQDĐ fut fondé en 1938 et existe toujours en exil. Le ĐVDC fusionna avec le VNQDĐ en 1945 sous l’impulsion de Nguyễn Tường Tam []
  4. Réunissant des membres issus des cinq formations suivantes : Parti communiste indochinois, Parti démocrate et Parti socialiste au sein de la Ligue Việt Minh ; Ligue révolutionnaire du Việt Nam dite ĐMH ou Việt Cách et Parti national, VNQDĐ ou Việt Quốc, correspondant à l’opposition []
  5. En juillet 1945, les Accords de Potsdam avait décidé que le Viêt-Nam devait être séparé en deux zones séparées au niveau du 16e Parallèle pour désarmer les forces japonaises vaincues. Les troupes chinoises de Tchang Kai-shek furent chargées de cette tâche au nord, les troupes britanniques au Sud []
  6. Cf. FreeVN.net, vidéo 3597 citée en référence, minute 57:25 et suiv. []
  7. Nouveau nom du PCI adopté lors du seconde congrès de février 1951 []
  8. Nguyễn Khắc Ngữ, Đại cương về các đảng phái chính trị Việt Nam, Montréal, Tủ sách nghiên cứu sử địa, 1989, pp. 72-75 []
  9. Hoang Van Dao, Viet Nam Quoc Dan Dang : a contemporary history of a national struggle, 1927-1954, Pittsburgh, PA, RoseDog Books, 2008 (traduction de Huynh Khue) []
  10. Nhượng Tống, Nguyễn Thái Học (1902-1930), Hà Nội, NXB Hội Nhà văn / Nhã Nam, 2014 []
  11. Nguyễn Văn Khánh, Việt Nam quoc dân đảng trong lịch sử cách mạng Việt Nam, Hà Nội, NXB Khoa học xã hội, 2005, réédité en 2012 chez Thế Giới []
  12. Citons pour mémoire quelques grandes personnalités du VNQDĐ : Nguyễn Hòa Hiệp, Nguyễn Tường Tam, Trần Văn Tuyên, Vũ Hồng Khanh… []
  13. Notons que le dirigeant du ĐVQDĐ fit le même lapsus à la fin de son discours, vidéo 3597, 1h27:48 []
  14. Cf. vidéo 3597, op. cit., 1h43. Une réunification du Đại Việt fut tentée en 1988 sous l’égide de Nguyễn Ngọc Huy mais elle ne dura que quelques années []
  15. Voir le discours de Lê Thành Nhân, vidéo 3597, minute 35:40 et suiv. []
  16. Réunissant un groupe d’intellectuels, cette maison d’édition figure de précurseur du VNQDĐ []
  17. Annoncés dans la vidéo 3597, op. cit., minute 26:08 et suiv. []
  18. Comme le rappelait Lê Thành Nhân dans le reportage  de SBTN (seconde vidéo ci-dessus). Voir aussi Lê Minh Nguyên en 2012 dans un autre entretien : minute 3:44 et suiv. []

Lam Lê : Công Binh, la longue nuit indochinoise – CR d’Alice Voisin

Réf. étudiée : Công Binh, la longue nuit indochinoise, film de Lam Le, Paris, Blaq Out, 2013. Version originale en français et vietnamien. Sous-titres en français et en français pour malentendants. Copyright : ADR Productions, 2011, durée du film : 1 h 56 min.

LamLe_CongBinh2Công Binh, la longue nuit indochinoise est un film documentaire réalisé par Lam Lê, sorti en 2013. Il a pour point de départ, la campagne de recrutement de la Main-d’oeuvre étrangère lancée, en 1939, par Georges Mandel, ministre des Colonies, pour faire fonctionner les industries d’armement. Elle a eu pour conséquence l’arrivée des Indochinois, réquisitionnés pour travailler de force en France, durant la Seconde Guerre mondiale. Ces soldats-ouvriers remplaçaient les ouvriers français mobilisés. Ils étaient appelés công binh en France ou lính thợ au Vietnam. L’ambition du réalisateur est de faire la lumière sur cette partie méconnue de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Vietnamien exilé en France au moment de l’indépendance, il est aussi l’auteur de films de fictions comme Poussière d’Empire qui évoque l’Indochine française du point de vue du colonisé. Le choix d’un tel sujet s’inscrit ainsi en continuité avec le reste de sa filmographie.

Le travail mené s’appuie sur des entretiens avec une vingtaine de survivants, tous âgés de plus de 90 ans et dont cinq sont décédés. Le film peut être mis en corrélation avec les recherches du journaliste Pierre Daum qui ont donné lieu à la publication d’un livre intitulé Immigrés de force, Les travailleurs indochinois en France (Actes Sud, 2009). Ils s’appuient tous les deux sur les mêmes témoignages qui sont pour une part en français et pour une autre part en vietnamien. Des photos, des articles de journaux, des films viennent compléter la dimension historique de ce film. Pour autant, le documentaire a une forte dimension fictionnelle et ne se revendique pas comme un travail
d’historien. C’est avant tout un film militant qui vise à réhabiliter une mémoire. On peut alors s’interroger sur l’apport de ce documentaire au travail mémoriel par le biais des sources orales mais aussi sur sa valeur historique.

Un récit chronologique mené par la voix des témoins

La trame narrative du documentaire est menée de façon chronologique. L’histoire de ces travailleurs forcés commence avec le recrutement et le départ de l’Indochine. Ces hommes sont arrachés à leur pays et à leur famille alors qu’ils sont parfois mariés et pères de famille. Ils venaient d’horizons divers ; c’étaient des paysans mais aussi des fils de mandarins donc des intellectuels ou des médecins. Parmi eux, rares étaient les volontaires qui voyaient dans la métropole le « pays des fées ». Ce fut donc une migration contrainte qui s’est faite avec la croyance que partir signifiait mourir. De nombreux cas de mutilations pour échapper au départ ont été recensés. Puis, le voyage en mer est raconté, durant lequel les hommes sont parqués dans les soutes des bateaux. Les témoins insistent sur l’idée qu’ils étaient moins bien traités que des animaux, les vaches étant quant à elles sur le pont.

CongBinh_PhotosRecrutement

L’arrivée en France, à Marseille, marque le troisième temps du documentaire. Les Indochinois furent hébergés à la prison des Baumettes récemment construite, où ils ne disposaient ni de toilettes, ni de médecins, vivant dans une absence totale d’hygiène, d’intimité, de confort. L’un des témoignage est, en cela, explicite : « Pas de médecin. Rien du tout. Rien. Rien. Rien ». Ces hommes avaient le sentiment d’être prisonniers. Durant la période de la « drôle de guerre », ils avaient le statut d’ouvriers non spécialisés et ont été dispersés selon les besoins de l’industrie, majoritairement dans le sud-ouest et le sud-est de la France. Ils étaient alors encadrés par des
officiers et des fonctionnaires coloniaux, logés dans des camps disciplinaires et affectés aux travaux les plus pénibles, dans les poudreries, connaissant des conditions « d’esclaves ». Ce terme revient à plusieurs reprises dans la bouche des témoins.

Le film poursuit avec la vie d’errance qu’ont connu ces hommes après la défaite. 4000 d’entre eux ont été rapatriés après l’armistice mais le blocus anglais empêchant les liaisons maritimes, la grande majorité a dû rester dans la France occupée. Les témoignages offrent une vision originale de la défaite et de l’exode vus par ces travailleurs étrangers. Les occupants allemands sont comparés aux occupants japonais en Indochine. La défaite montre également, aux yeux de ces hommes, les
faiblesses d’un pays qui paraissait invincible, d’où l’expression de « tigre de papier » employé par un des témoins. Loués par la Main-d’œuvre indigène (MOI) à des sociétés publiques ou privées, ils ne touchaient aucun véritable salaire. L’un d’entre eux explique ainsi : « on nous vendait aux patrons français », soulignant le mépris de ceux qui les encadraient. Les difficultés propres à la guerre, comme le rationnement, semblent avoir été accrues pour ces travailleurs. A cela s’ajoutaient le mal du pays et les mauvais traitements. D’après Liêm-Khê Luguern, dans son article « Ni civil ni militaire : le travailleur indochinois inconnu de la Seconde Guerre mondiale », les cas de suicides n’étaient pas rares. La Libération fut suivie de périodes de chômage pour ces hommes, ce qui fut l’occasion de donner des cours aux camarades analphabètes qui formaient plus de 90% des travailleurs, témoignant d’une certaine solidarité entre ces hommes.

CongBinh_Carnet

Le retour en Indochine s’est fait progressivement jusqu’en 1952. Souvent, ils apprenaient en arrivant en Indochine que des membres de leur famille étaient morts, torturés ou assassinés. Nombreux sont ceux à avoir exprimé la volonté d’aller rejoindre la résistance anticoloniale, faisant profiter de leur expérience acquise auprès des résistants français. Malgré tout, certains ont pu être considérés comme des ennemis et emprisonnés ou torturés. Il peut être intéressant de noter que les témoignages taisent la réalité d’engagements pro-français, de militants en faveur de Bao Dai. L’utilisation de ces témoignages a nécessairement pour résultat une histoire subjective. Le film raconte l’expérience de ces hommes, telle qu’ils l’ont vécue et/ou telle qu’ils la revivent aujourd’hui. Assumant ce fait, le réalisateur tisse un réseau de plusieurs lectures autour de ces voix.

La multiplicité des niveaux de lecture

Dans son montage, le réalisateur fait donc le choix de multiplier les niveaux de lecture. La trame narrative est uniquement portée par la voix de ces travailleurs sans voix off ou des entretiens avec des spécialistes de cette période. Le message est porté par eux, accompagné par les images et les choix de montage. Les paroles des témoins et les documents d’archives qui sont le matériau de l’historien sont entrecoupés par une mise en scène des marionnettes sur l’eau de Hanoï. Ce spectacle crée une sorte de fable qui vient compléter les témoignages. Les marionnettes miment ce qui se passe au Vietnam en parallèle, insistant sur le lien avec la terre natale, apportant une réflexion supplémentaire par moments : « aider la mère patrie ? Mais quelle mère patrie ?». Que signifie la France pour les Indochinois ? Cette question fait écho aux paroles des acteurs qui insistent sur l’idée qu’ils ne comprenaient rien, que ce soit à la notion d’empire colonial, à celle de mère patrie, ou même à la guerre qui est déclenchée en 1939. Ces textes joués sont accompagnés de musique et de chansons ajoutant à la dramaturgie du film.

Fanon_DamnésDeLaTerre

A cette mise en scène vient s’ajouter la lecture par la petite fille d’un Công binh, des grands textes de la décolonisation. Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme (1950) et Frantz Fanon, Les damnés de la terre (1961) sont ainsi des références récurrentes. Le discours est alors plus politique et marque un engagement certain de la part du réalisateur, du fait de sa dimension accusatrice envers la France et les pays colonisateurs en général. Il dénonce la hiérarchisation de l’ordre colonial qui fait du colonisé un subalterne. Les conditions de travail et de vie inhumaines de ces hommes sont dénoncées. Le parallèle, suivant ainsi Césaire, est aussi constant entre le capitalisme qui opprime le prolétariat et la « situation coloniale »1 par laquelle les indigènes sont opprimés par les colonisateurs. Ces hommes étaient donc victimes d’un double stigmate, étant à la fois ouvriers et colonisés. La construction du film insiste sur l’exploitation du pays colonisateur par le pays colonisé, un enjeu majeur de la colonisation. La carte de l’Indochine est, par exemple, montrée avec les différentes régions où sont indiquées les ressources exploitées (riz, étain, caoutchouc…). L’exploitation des hommes apparaît ainsi comme une suite logique des objectifs de la colonisation. Dans son œuvre, F. Fanon présente le colon comme un aventurier, un pirate, un chercheur d’or, un marchand.

Cette exploitation ne fut pas limitée à la colonie indochinoise durant la guerre. Une hiérarchie entre les colonisés fut mise en place de façon pragmatique par l’administration française. La répartition des travaux se faisait entre les différents immigrés des colonies selon la constitution présupposée. Ainsi, les travailleurs nord-africains étaient chargés des travaux les plus difficiles car jugés « plus costauds ». Dans la réalité, les conditions de travail restaient très difficiles pour tous comme le montre le travail du sel, décrit par les différents témoignages.

En cela, les récits des témoins se répondent voire se répètent tout au long du film. Les paroles des uns venant étayer celle des autres, en confirmer la véracité. Plusieurs informations sont ainsi récurrentes : le ventre vide, la faim, l’absence de nourriture et le manque d’hygiène. Ces hommes étaient obligés de voler de la nourriture pour survivre ou encore de manger des pissenlits. Ils soulignent que c’était là la nourriture des vaches et à nouveau un parallèle est fait avec ces animaux. Ces propos peuvent toutefois être nuancés par le fait que les métropolitains eux-mêmes étaient souvent contraints de se nourrir de pissenlits, par exemple, à cause du rationnement.

La construction du film met en relief l’antagonisme entre le traitement subi par les Indochinois et l’image d’un pays civilisé, de Lumières que symbolisait la France : les villes d’aujourd’hui sont filmées, illuminées, symbolisant aussi le premier contact de ces hommes avec la France et l’espoir de trouver une vie meilleure. Un aller retour constant est fait entre passé et présent dans le choix des images, entre les lieux conservés par les documents d’archives et ce à quoi ils ressemblent à l’heure actuelle. La caméra revient sur les lieux évoqués par ces hommes qui ne portent pratiquement plus la trace de leur passage.

Le travail de mémoire : le format cinématographique comme réceptacle et transmetteur

Une des difficultés du travail de mémoire pour ces hommes réside dans l’ambiguïté de leur statut. Dans le contexte de guerre, ils étaient considérés comme des militaires mais ils restaient à l’arrière, parfois associés aux femmes ouvrières. Par la suite, en tant que travailleurs civils pour les Français et indirectement les Allemands durant l’Occupation, ils ont été considérés comme des traîtres au Vietnam, d’où la difficulté du retour et le rapport particulier de ces « immigrés malgré eux » avec leur pays d’origine. Ils étaient des Indochinois « invisibles » dont l’existence et les souffrances ne sont reconnues que depuis quelques années.

Le film revient sur des épisodes majeurs peu connus ou oubliés. 120 Indochinois, dont des fils de paysans, furent, par exemple, les pionniers de la culture du riz en Camargue. Ils étaient les seuls à accepter ce travail d’où la nuance apportée par un des témoins : « ils se servaient de nous pour une expérience ».

VietNamCachMangThanhCong
Le sous-titre dit : « Viêt Nam la révolution a triomphé » © DR

La partie du documentaire qui aborde les luttes politiques a aussi un enjeu de réhabilitation. Les travailleurs indochinois ont souvent été considérés dans leur pays comme étant à la solde des colons français alors qu’ils ont, pour beaucoup, lutté pour l’indépendance. « On était tous pour l’oncle Hô » affirment-ils. Une prise de conscience progressive de la condition des peuples colonisés s’est faite. La domination n’apparaissait plus comme supportable, visible en Indochine et en métropole. Le lien avec l’Indochine était maintenu par la publication d’un journal autorisé pour instruire les Công Binh et fait par des compatriotes pro-français. Le film est marqué par un ambiguïté : la fascination pour Ho Chi Minh est contrebalancée par la volonté de mettre en avant l’agitation trotskiste, menée par des étudiants vietnamiens qui venaient dans les camps, mais qui était réprimée par les autorités françaises. Un des témoins effectue un glissement sémantique de brimer à briser significatif. L’objectif était d’éviter toute rébellion, toute agitation. Des grèves et des manifestations sont malgré tout menées. La libération du Vietnam était le but principal avec comme but secondaire, les intérêts des Vietnamiens en France qui voulaient obtenir les mêmes salaires, les mêmes droits et devoirs que les travailleurs français. Il semble nécessaire de rappeler toutefois que nombreux sont les travailleurs à avoir en partie soutenu le régime pétainiste. Tous n’étaient pas du côté de la Résistance.

BondierLecat_TravailleursIndochinois
Groupe de travailleurs indochinois et cadres français posant autour du portrait du Maréchal Pétain © coll. Bondier Lecat

Malgré leurs réclamations, les Công Binh ne furent pas autorisés à rentrer chez eux car les autorités françaises craignaient qu’ils ne rejoignent les rangs de la révolution au Vietnam. Des dissensions politiques existaient entre les Công binh comme a pu le montrer la « Saint Barthélémy indochinoise » au camp de Mazargues près de Marseille qui a fait plusieurs morts parmi les Indochinois. La politique d’Ho Chi Minh était également critiquée par certains d’entre eux. On lui reprochait d’avoir fait le choix de négocier et d’ignorer la lutte des travailleurs indochinois. Divers avis politiques s’expriment ainsi au cours des entretiens rappelant la subjectivité de ces témoignages.

Certains épisodes restent cependant tus dans ce documentaire, notamment les liens qui ont pu se créer entre ces travailleurs indochinois et la population civile métropolitaine qui ne sont que très peu évoqués. Quelques photos montrant travailleurs et femmes françaises ensemble y sont une allusion implicite. Un des témoins est montré avec sa femme française mais aucun commentaire n’est ajouté et les témoins n’en parlent pas directement. L’absence des femmes se fait d’ailleurs particulièrement remarquée, aucun témoignage de leur part n’étant filmé. Les unions mixtes qui ont pu découler de ces rencontres expliquent pourtant en grande partie le choix de certains de rester en France après 1952, comme le confirme Pierre Daum. Les informations sur ceux qui restent sont d’ailleurs assez pauvres.

Cette période de travail eut des conséquences sur le long terme pour ces hommes dont les vies ont été bouleversées et qui ont souvent ressenti une grande amertume devant l’absence de reconnaissance et d’indemnisation de la France. Leurs requêtes sont restées sans suite ; ils n’ont pas obtenu de retraite. Un comité a été créé pour revendiquer leurs droits, mais si ceux qui sont restés en France ont obtenu, dans une certaine mesure, gain de cause, ce ne fut pas le cas de ceux rentrés au Vietnam. Le sentiment d’abandon fut donc très fort que ce soit de la part de la France ou du gouvernement vietnamien.

Se pose alors la question de la transmission. Pour les descendants, c’est une histoire ancienne et ils n’écoutent pas, le plus souvent, ces récits. Jusqu’à présent, les pères eux-mêmes ne racontaient pas leur histoire, refusant de se plaindre, hésitant à soulever des questions, à partager cette période peu glorieuse avec leur famille. L’un des témoins affirme qu’il cite des faits et qu’il ne se plaint pas : « J’ai encaissé de mon mieux parce que je n’étais pas le seul dans mon cas ». La phrase d’ouverture de P.P. Pasolini place tout de même le film dans cette idée d’héritage, de transmission : « L’histoire est écrite par les fils qui cherchent à comprendre les pères ». Le travail de mémoire se fait petit à petit malgré le silence qui s’est imposé durant de nombreuses années. La famille est d’ailleurs présente lors de certains témoignages et des fils s’expriment dénonçant les malentendus, les injustices dont ces hommes ont été victimes.

TapChiSongHuong_linhtho

Outre le livre de Pierre Daum publié par Actes Sud dans la collection « archives du colonialisme », réponse éditoriale à la polémique sur la loi du 23 février 2005, et l’inscription dans la législation du « rôle positif du colonialisme » finalement supprimée, d’autres travaux ont été menés. La thèse de Liêm-Khê Luguern sur les « travailleurs Indochinois » est le travail le plus conséquent sur le sujet mais on peut souligner l’existence du travail de Benjamin Stora, datant de 1983. De plus, des recherches sont menées par des descendants comme le montrent les scènes de reconstitution aux archives. Le documentaire tait les noms de ces travailleurs qui ne sont pas identifiés même si on voit leur visage et qu’ils sont filmés chez eux entourés d’objets souvent symboliques comme des photos de famille. Les témoignages sont alors décontextualisés, toutes les informations sur ces hommes n’étant pas données contrairement à ce que fait Pierre Daum qui établit une biographie de chacun des témoins. Cela se traduit par une certaine difficulté à retracer le portrait et la trajectoire individuelle de chacun. Seul le générique fait défiler ces visages avec leur nom-matricule et leur âge et/ou leur date de décès.

* * *

Le documentaire nous informe sur cette migration coloniale forcée et par là même sur le rapport entre colonisateurs et colonisés, sur les rapports complexes de ces hommes avec leur pays d’origine par l’ambiguïté de leur statut. Ce film apparaît comme essentiel pour la mise en lumière d’une période de l’histoire que la France a préféré oublier et le réalisateur assume la subjectivité de son travail, faisant davantage appel à l’empathie que ne le ferait, sans doute, un historien. La richesse du matériau archivistique, de ces sources inédites que représentent les témoignages oraux, est indéniable mais on peut regretter l’absence d’analyse en profondeur. Il recueille la parole de ces hommes, ajoutant à l’édifice mémorielle, mais ne la confronte pas avec les archives administratives, par exemple. Il ne propose que le point de vue des colonisés, des victimes pourrait-on dire et non des bourreaux. Cela va certes à l’encontre de ce qu’on peut trouver habituellement dans l’historiographie de la colonisation mais la mise en parallèle aurait pu être intéressante, d’où l’intérêt de travaux comme la thèse de Liêm-Khê Luguern sur les travailleurs indochinois qui exploite différents types de sources. La parole d’un témoin est représentative de l’esprit du film – qui laisse parler ces hommes – et de ce qu’il veut montrer : « Ce que j’ai dit c’est ce que j’ai vécu à ma manière. Je n’ai pas truqué ».

Alice Voisin, ENS de Lyon.

Références bibliographiques :

  • Pierre Daum, Immigrés de force, Les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Arles, Ed. Actes Sud, 2009.
  • Dzu Lê Liêu, Les hommes des 3 ky, documentaire de 52 minutes réalisé en 1996 et diffusé sur la chaîne satellitaires Planète.
  • Liêm-Khê Luguern, « Ni civil ni militaire : le travailleur indochinois inconnu de la Seconde Guerre mondiale », Le Mouvement social, n°219-220, juillet-septembre 2007, p. 185-189.
  • Liêm-Khê Luguern, Les « travailleurs indochinois ». Etude socio-historique d’une immigration coloniale, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Gérard Noiriel, EHESS, 2014.
  • Le Huu Tho, Itinéraire d’un petit mandarin, Paris, Ed. L’Harmattan, 1997.

Image « à la une » : A Villeurbanne, en 1942, une centaine d’ouvriers de la 47e compagnie de travailleurs indochinois ont été cantonnés sur le site de l’usine de soie artificielle Tase, à l’angle de la rue Alfred-de-Musset et de la rue de la Poudrette. Source : Le Rize +

_______________

Actuellement étudiante en master 2 d’histoire contemporaine à l’École Normale Supérieure de Lyon, Alice Voisin mène des recherches sur la question des rapatriés d’Indochine en France entre 1956 et 1981 dans une perspective de genre.

Note

  1. Georges Balandier, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79 []