Archives par mot-clé : anthropologie

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers [Irasec – 26 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une conférence organisée par Anne Guillou (anthropologue CNRS) à l’IRASEC à Bangkok dans le cadre du cycle « Bouddhisme et société ».

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers

par Leng Kok-An, chercheur principal, Directeur de la conservation des manuscrits au Fonds d’Edition des Manuscrits du Cambodge – FEMC

Mardi 26 juin 2018 à 18h30

Conférence en khmer, traduite en français et en anglais.

Les manuscrits gravés sur feuilles de latanier, recopiés de génération en génération depuis des siècles, étaient conservés dans les bibliothèques des monastères du Cambodge. La guerre, le régime des Khmers rouges et la négligence en ont provoqué la disparition presque complète. La lecture de ceux qui restent permet néanmoins de pénétrer le sens et de mieux comprendre l’organisation des rituels bouddhiques les plus familiers des Khmers.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Source : AFRASE, GIS Asie et Institut Français du Cambodge

Cao Dai, une religion vietnamienne dans la banlieue de Paris – par Sylvia Romanelli [2016]

[ndlr] Récit visuel intéressant sur une religion vietnamienne assez méconnue. Publié par Sylvia Romanelli sur Storybuilder le 14 février 2016.

Si l’on en croit les guides touristiques du Vietnam, là où cette religion est née, le caodaïsme est « la rencontre de l’Occident et de l’Orient », un pot-pourri au vague goût new age, qui mélange les bodhisattvas bouddhistes avec les séances de spiritisme, et le yin et le yang du Taoïsme avec un décor kitsch au pur style Disney. Ajoutons enfin, cerise sur le gâteau, une vénération pour le moins inattendue pour Victor Hugo, William Shakespeare ou encore Jeanne d’Arc ; et tous les ingrédients sont là pour donner l’image d’une religion ridicule et grotesque, difficile à prendre au sérieux.

Mais il faut regarder un peu plus en profondeur.

Visite au temple d’Alfortville, en banlieue parisienne, pour découvrir une communauté qui s’interroge sur les moyens de transmettre aux jeunes de la deuxième génération le sens d’une religion dont la langue et les repères culturels leur échappent chaque jour davantage.

Lire la suite : StoryBuilder

Le Huu Khoa : Anthropologie du Vietnam – Vol. 5. L’espace cognitif du peuple

[ndlr] Parution du 5e volume de la série Anthropologie du Vietnam du Professeur Le Huu Khoa. Présentation de l’éditeur.

LeHuuKhoa_Anthropologie_5L’auteur explore dans ce volume les rouages du Parti communiste vietnamien. Reconnu par la population comme un acteur capital et positif de la lutte pour l’indépendance, il est aujourd’hui critiqué pour toutes ses dérives autoritaires, voire mafieuses.

Le fonctionnement clanique actuel aboutit à un affaiblissement considérable des valeurs, mais aussi des qualités intellectuelles et de l’aptitude à gouverner des dirigeants. Les liens familiaux, d’intérêts, la corruption, ont dévalorisé non seulement le pouvoir, mais encore des secteurs essentiels pour l’avenir du pays comme l’Éducation, la Recherche, entre autres.

Les limites et les déchirements internes du Parti communiste vietnamien se vérifient tragiquement dans l’attitude des dirigeants vis-à-vis de la Chine, voisin surpuissant qui prend une place grandissante dans le contrôle économique du pays, et qui annexe peu à peu des îles et des archipels du Pacifique appartenant au Vietnam. La politique du Parti est un facteur de rupture croissante entre les dirigeants et le peuple.

Source : Les Indes savantes

Autres volumes parus aux Indes savantes :
Anthropologie du Vietnam. Vol. 1 – L’espace mental du lien (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 2 – L’espace spirituel de la vie (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 3 – L’espace réflexif de l’homme (2011)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 4 – L’espace singulier du destin (2014)

L’Homme évolue ! [parution du n° 218]

[ndlr] Annonce des éditions de l’EHESS.

Depuis janvier 2016, la revue se voit dotée de deux rédactrices en chef, d’un comité de rédaction entièrement renouvelé et d’un conseil scientifique international. Le projet éditorial de la nouvelle équipe, fondé sur la collégialité, entend mettre en avant la singularité de L’Homme en tant que revue française d’anthropologie, en promouvant le dialogue avec les autres sciences sociales et l’ouverture au comparatisme.

Par sa périodicité trimestrielle, L’Homme privilégie la publication de Varia qui témoignent de l’actualité de la recherche et rendent compte de la diversité des courants, des thématiques, des approches, des méthodes et des techniques d’enquête, ainsi que des aires culturelles, tout en prêtant une attention particulière à la réflexion construite à partir de l’analyse fine des matériaux ethnographiques. La publication régulière de textes en anglais, ainsi qu’un partenariat avec la revue HAU : Journal of Ethnographic Theory, initiative inédite dans le paysage éditorial actuel, répondent à une exigence de dynamisation du débat en anthropologie.

LHomme218

Le premier numéro de la nouvelle rédaction amorce un dialogue entre les sciences sociales qui a vocation à s’intensifier, par-delà les traditions académiques. En ouverture, un hommage polyphonique est rendu au travail de Daniel Fabre, ethnologue récemment disparu. Les articles publiés proposent une ethnographie de la sorcellerie en Océanie, une réflexion sur les pratiques du comparatisme – notamment à l’Université de Cambridge –, ainsi que sur l’œuvre de Marilyn Strathern. Un débat est ensuite engagé sur l’anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant, suivi d’une note critique qu’un philosophe propose sur la question de l’universalisme dans l’anthropologie contemporaine.

Sommaire : L’Homme 218 (PDF)

Anthony Heathcote : Remember Forever – Relationships With the Living and the Dead in a Vietnamese Online Memorial Site [2015]

[ndlr] Résumé de la thèse de Anthony Heathcote (University of Adelaide, School of Social Sciences, 2015) sur un sujet inédit et passionnant : la mémorialisation en ligne dans le Viêt-Nam contemporain à travers l’étude des interactions des internautes sur un forum dédié aux personnes décédées. Cette recherche ethnographique « se déplace à travers le temps, l’espace et les mondes virtuels pour examiner la relation entre les nouvelles technologies des médias et des pratiques commémoratives qui sont souvent culturellement et politiquement controversées » (Christina Schwenkel, VSG).

This thesis is concerned with online memorialisation in contemporary Vietnam. It argues that the experiences of Vietnamese who participate in the online memorial site Nghĩa Trang Online highlight the continuities as well as tensions which exist between online, offline and other world (the world of the dead) communications. At its starting point, this thesis situates Vietnamese online interactions within the cultural practice of ancestor worship in Vietnam, which is the dominant relationship Vietnamese have with the dead. It demonstrates that online interactions with the dead which may seem new and untraditional are profoundly embedded in ancestor worship, and that the practice of ancestor worship itself is one which has transformed, through political, technological, economic and cultural changes.

These examinations also feed into wider socio-political issues in Vietnam, including the online memorialisation of fetuses after an abortion, and the remembering of revolutionary martyrs (liệt sĩ) killed during the American/Vietnam War in contrast to the forgetting of soldiers in the ARVN (Army of the Republic of Vietnam/South Vietnamese Army). This thesis also argues that Nghĩa Trang Online engenders a community where Vietnamese can express their emotions relating to loss, continue a relationship with the deceased through comments and online offerings, and give and receive support with fellow members. Such emotional expression is often disenfranchised in Vietnamese society and so online memorialisation becomes a new vehicle for the enfranchisement of grief.

This thesis is based on twelve months’ fieldwork between 2012-2013 in Vietnam within the major cities of Ho Chi Minh City, Hanoi and Da Nang, through online and offline participant observation in the country’s largest online memorial, Nghĩa Trang Online (Cemetery Online). The site is also known as Nhớ Mãi (Remember Forever). Originating in 2008, the website currently has around 60,000 members who use the memorial to create online tombs for the dead, ‘light’ candles and ‘burn’ incense, create online offerings, and remember and communicate with the living and the dead. A number of members also meet in person and participate in death days, cemetery visits, birthdays, weddings, charity events and other social gatherings.

The Internet is burgeoning with spaces dedicated to remembering the dead through social networking sites, blogs, museums, archives, cemeteries and memorials. While there is an expanding body of research contributing to this field, the interactions between the online, offline and the other world in contemporary Vietnam have not been anthropologically researched. This work aims to fill this gap, focusing on the extraordinarily diverse intersection of remembrance, continuing relationships, community, emotion and online memorialisation in contemporary Vietnam.

Mots clés : Nghĩa Trang Online / Nhomai.vn / Anthropology / Ancestor Worship / Death / Ethnography / Vietnam / Online Memorial / Community / Continuing Bonds / Grief / Emotion / Forgetting / Abortion / Revolutionary Martyrs / ARVN / Reflexivity

Source : VSG et Adelaide Research & Scholarship

Image « à la une » : illustration de la page d’accès du site mémoriel Nho Mai © DR

Pamela D. McElwee : Forests Are Gold Trees, People, and Environmental Rule in Vietnam

[ndlr] Parution d’un ouvrage intéressant sur les forêts vietnamiennes. Selon son auteure, il s’agit d’une étude interdisciplinaire à cheval entre l’anthropologie, les études environnementales, la géographie et l’histoire. Présentation de l’éditeur.

McElwee_ForestsAreGoldForests Are Gold examines the management of Vietnam’s forests in the tumultuous twentieth century-from French colonialism to the recent transition to market-oriented economics-as the country united, prospered, and transformed people and landscapes. Forest policy has rarely been about ecology or conservation for nature’s sake, but about managing citizens and society, a process Pamela McElwee terms « environmental rule. » Untangling and understanding these practices and networks of rule illuminates not just thorny issues of environmental change, but also the birth of Vietnam itself.

Pamela D. McElwee is associate professor of human ecology at Rutgers University. She is the coeditor of Gender and Sustainability: Lessons from Asia and Latin America.

Source : University of Washington Press

Réf. : Pamela D. McElwee, Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam, Seattle : University of Washington Press, 2016, 312 p. ISBN : 9780295995489

Site personnel de l’auteure : http://www.pamelamcelwee.com/forestsaregold/

Image « à la une » : Poster de propagande de l’artiste Le Thiep (1977).

 

Dr Nicholas Tapp (1952-2015)

[ndlr] Avis de décès à l’âge 63 ans à Shanghai de Nicholas Tapp, anthropologue reconnu spécialiste des Hmongs en Asie. Rappel de sa fiche institutionnelle sur le site de l’Australian National University. Mémoires d’Indochine s’associe à la douleur de la famille.

NicholasTappUnder a Chiang Ching-kuo Research Project, ‘Communal Diasporic Voluntary Public Cultures’, I have examined the impact of returns of overseas migrants to their Asian homelands, in collaboration with Dr Gary Lee. We were working in China, Thailand, Laos and Australia and included Hmong communities in France and the USA. Currently based in Shanghai, I am examining the impact of ethnic minority rural migrants in the city and their source locations. I have also recently completed projects on the self, consumerism and romanticism in China and among the diasporic Hmong community.

Lire la suite : ANU

Obituary Notice

Nicholas Tapp, internationally renowned anthropologist, specialist in the study of the Hmong, distinguished Professor and Director of the Research Institute of Anthropology, East China Normal University, has passed away due to illness on October 10, 2015, at the Shanghai Huashan Hospital. He was 63 years old.

Born in England on November 5, 1952, Nicholas Charles Theodore Tapp, earned a Bachelor’s degree in English Literature from the Cambridge University in 1975.He then studied at the University of London, where he obtained a Master’s degree in Southeast Asian Studies in 1979 and a doctoral degree in Social Anthropology in 1985.

From 1986 to 1992, Nicholas Tapp was Lecturer in Anthropology at the Chinese University of Hong Kong. From 1992 to 1996, he was Lecturer in Anthropology at the University of Edinburgh. From 1997 to 1999, he worked at the U.K. Overseas Development Administration as Forestry Project Team Leader. From 2000 to 2010,he was Senior Fellow in Anthropology at the Australian National University. Nicholas Tapp joined the East China Normal University in 2010, acting as Professor, Chair of the Sociology Department and Director of the Research Institute of Anthropology.

A memorial service is scheduled on October 28, 2015, at 1pm, at the 5th floor of the north Fashang Building (North Law and Business building), Minhang campus,East China Normal University.We kindly invite you to attend and join us to commemorate our good friend and honorable mentor.

华东师范大学社会发展学院人类学研究所
Institute of Anthropology,East China Normal University
上海市闵行区东川路500

IHmongInAsia_couvmage « à la une » : couverture de Hmong / Miao in Asia by Nicholas Tapp, Jean Michaud, Christian Culas, Gary Yia Lee (Eds.), Silkworm Books, 2004.