Archives par mot-clé : anthropologie

Emmanuel Pannier & Nicolas Lainez : Terrain sous surveillance au Viet Nam – incertitudes, tâtonnements et marges de manœuvre (14 mars 2024)

Pour la séance du séminaire « Faire de la recherche sur le terrain : contraintes, contournements, engagements en Asie du Sud-Est », deux chercheurs de l’Institut de Recherche sur le Développement (IRD), tous deux associés au CASE, interviendront le jeudi 14 mars. 

Spécialistes d’anthropologie économique et du Vietnam, Emmanuel Pannier (Paloc/IRD) & Nicolas Lainez (Cessma/IRD) proposent la communication suivante :

Terrain sous surveillance au Viet Nam : incertitudes, tâtonnements et marges de manœuvre

Le séminaire se déroulera de 10h30 à 12h30 en salle A427 (attention, exceptionnellement salle au 4e étage), bâtiment de l’EHESS, 2 cours des Humanités, Aubervilliers, M° Front Populaire.

En espérant vous retrouver nombreux/ses,

Marie Aberdam, Vanina Bouté et Catherine Scheer.

Pierre Petit : Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques – 15 avril 2021

A ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire “Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est” aura lieu ce jeudi 15 avril, de 14h à 17h.

Nous aurons le plaisir d’accueillir l’anthropologue Pierre Petit (Université libre de Bruxelles), pour un exposé intitulé :

Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques.

De 16h à 17h, nous continuerons notre atelier de travail de textes classiques avec une discussion d’un ensemble de textes (auteurs : Y. Goudineau, C. Archaimbault, F. Engelmann) autour de l’anthropologue Charles Archaimbault, présentés par Wu Yue.

La lecture des textes autour de C. Archaimbault est fortement conseillée pour cette séance. Ils sont disponibles à cette adresse: https://www.persee.fr/issue/asean_0859-9009_2001_num_8_1

Pour assister au séminaire, merci de contacter l’un des organisateurs ou de vous inscrire sur https://listsem.ehess.fr/

Bien cordialement

Vanina Bouté, Yves Goudineau et Catherine Scheer

Soutenance de thèse : Estelle Miramond “De la lutte anti-traite à la mise au travail” (29 mars 2021)

Annonce d’une soutenance de thèse sur la Laos contemporain.

De la lutte anti-traite à la mise au travail.  Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation

par Estelle Miramond

La soutenance aura lieu le lundi 29 mars à 9 heures à l’Université de Paris, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris.

Au vu du contexte sanitaire sanitaire, elle se déroulera en semi-présentiel et sera transmise par visio-conférence.

Le jury est composé de :

  • Pascale ABSI, Examinatrice, Chargée de recherche, IRD
  • Vanina BOUTÉ, Co-directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Picardie
  • Jules FALQUET, Directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Paris
  • Jane FREEDMAN, Rapportrice, Professeure, Université Paris 8
  • Yves GOUDINEAU, Président, Directeur d’études, École française d’Extrême-Orient
  • Pierre PETIT, Examinateur, Professeur, Université Libre de Bruxelles
  • Maud SIMONET, Rapportrice, Directrice de recherche, CNRS
Travailleuses laotiennes © Estelle Miramond

Résumé de la thèse

Au Laos, les programmes de lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle des femmes se multiplient depuis la décennie 2000. Le pays, l’un des plus pauvres de la région, connaît une migration de main d’œuvre féminine importante vers la Thaïlande voisine, notamment dans l’industrie du sexe. Les études consacrées à la lutte contre la traite se concentrent principalement sur les discours anti-traite et se focalisent sur la répression du travail sexuel. Au contact des femmes concrètement prises en charge par ces politiques, la thèse s’appuie sur une ethnographie de long cours réalisée dans des centres de réhabilitation pour victimes de traite du Laos et des dortoirs d’usines de Vientiane et Savannakhet.

Mobilisant un cadre théorique féministe matérialiste, la thèse fait émerger le concept de « politique d’immobilisation ». Le terme désigne les formes institutionnalisées de restriction des mobilités spatiales et sociales de jeunes femmes imposées au nom de leur protection et facilitant l’exploitation de leur travail. La thèse montre que le secteur anti-traite prolonge des formes d’appropriation collective et individuelle des femmes également en jeu dans l’institution familiale et sur le marché du travail. Les centres de réhabilitation et les dortoirs d’usines sont analysés comme des espaces d’immobilisation et de mise en ordre du genre créant aussi les conditions d’une remise en cause partielle de ses frontières.

Mots clefs : migrations  –  travail  –  études de genre  –  anthropologie de l’humanitaire – féminisme matérialiste  –  secteur anti-traite  –  refuges  –  politiques d’immobilisation  –  Laos  – dortoirs d’usines. 

Illustration “à la une” : Annexe photographique © Estelle Miramond

Vanessa Frangville : Travailler à partir de témoignages lorsque l’accès au terrain est impossible : le cas ouïghour

Annonce d’un séminaire de recherche de méthodologie. A ne pas manquer. PDF téléchargeable ci-après.

Pour en savoir plus : https://iett.univ-lyon3.fr/travailler-a-partir-de-temoignages-lorsque-lacces-au-terrain-est-impossible-le-cas-ouighour

Marie Gibert-Flutre : Les envers de la métropolisation. Les ruelles de Hô Chi Minh Ville, Vietnam [parution]

Parution de la thèse remaniée de notre collègue Marie Gibert-Flutre. Une publication à ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

Tours, grands projets immobiliers, multiplication de shopping malls et nouvelles infrastructures de transport sont autant de symboles de la métropolisation accélérée de Hô Chí Minh Ville aujourd’hui. Cette métropole de près de douze millions d’habitants est entrée dans « l’ère de la grande dimension », redéfinissant alors l’espace public de la cité, ses pratiques et ses conceptions.

Cependant, à rebours de sa progressive verticalisation, c’est le long de ruelles (hẻm) que vit 85 % de la population de la ville. Les ruelles demeurent la scène de l’ordinaire urbain. Une scène avec ses codes, ses rythmes propres et la diversité de ses acteurs. Outre la forme particulière que ces quartiers très denses impriment à la ville, les ruelles constituent des espaces vécus au sens fort. À l’interface entre le public et le privé, entre le collectif et l’individuel, une culture spatiale spécifique s’y développe, associant des activités extrêmement diverses et des lieux de sociabilité foisonnants. Les ruelles constituent alors autant de fenêtres ouvertes sur la petite mécanique métropolitaine vietnamienne du quotidien. Les mutations y sont moins spectaculaires – y compris au sens littéral de leur mise en spectacle –, mais tout aussi profondes et révélatrices des transformations de la société vietnamienne et de sa quête de « modernité » dans un pays au régime politique autoritaire.

Pour saisir le fonctionnement quotidien de ces « envers métropolitains », Marie Gibert- Flutre articule l’étude de leur morphologie et de leur gestion politique avec celle des pratiques sociales qui s’y déploient et des temporalités qui les structurent, à partir de l’étude de six quartiers de ruelles. Cette étude magistrale, à la croisée de la géographie, de l’anthropologie urbaine et de l’urbanisme, renouvelle et élargit en particulier la notion d’« espace public » – historiquement issue de la pensée urbaine occidentale – par sa confrontation avec le terrain vietnamien.

Cet ouvrage est tiré d’une thèse qui a reçu le Grand Prix de thèse sur la ville PUCA APERAU (2015) et le Prix de thèse du GIS Asie (2016).

Source : CNRS éditions

Lê Huu Khoa : “Champs de discussion” en vietnamien – 2017

Poursuite de la mise en ligne des résumés des argumentaires du Professeur Lê Huu Khoa, publiés en 2017.

VÙNG KHẢ LUẬN
Lê Hữu Khóa

SỬ LUẬN (l’argumentation historique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 93 p.

L’ouvrage tente de reconstituer une relation stable et durable entre l’argumentation historique qui valorise non seulement la mémoire collective, le souvenir communautaire mais aussi l’écriture nationale sur l’histoire du pays et son enseignement officiel dans le système éducatif public ; et l’argumentation affective d’un peuple envers ses héros nationaux où ce peuple peut effectivement vérifier les éthiques suivantes : trung (la loyauté), hiếu (la piété), dũng (le courage), trí (l’intelligence), chính (la droiture).

De la sociologie historique à la sociologie des interactions symboliques sur les œuvres des héros nationaux constitutives non seulement de l’identité nationale mais surtout de la dignité humaine où la fusion identité-dignité du peuple vietnamien rejette énergiquement et sans détour le PCV-Parti Communiste Vietnamien. Car ce PCV entre actuellement dans un lien de dépendance de plus en plus croissant avec le PCC- Parti Communiste chinois, pour sauver à tout prix son totalitarisme de parti unique. De la perte actuelle de l’intégrité territoriale face aux agressions permanentes de la Chine à la perte de l’indépendance nationale, le PCV est réprouvé par une nouvelle étiquette nationale hèn với giặc, ác với dân (minable face aux agresseurs, ignoble face au peuple), une parfaite double définition de la trahison contre les ancêtres, contre le peuple.

Ainsi par les réseaux sociaux, via internet, l’enquête de terrain découvre toute une reconstruction des vénérations des héros nationaux intraitables contre l’invasion chinoise. Le Vietnam a réussi à résister à 20 agressions chinoises sur 24 dans son histoire nationale. Ici, la sociologie des luttes populaires contre la dictature du parti unique, gérée par le PCV, rejoint la sociologie de l’enseignement collectif mais informel, communautaire mais latent de l’histoire nationale, actuellement pervertie par le PC dans son système éducatif officiel.

★ ★ ★

MỸ LUẬN (l’argumentation esthétique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 123 p.

A partir de l’enquête sociologique en Europe et en Asie, sur la réception des œuvres d’art dans la culture européenne et dans la culture asiatique, l’ouvrage propose de séparer l’analyse en deux orientations distinctes, l’une est le jugement sur le beau où c’est beau ! reste un adjectif, et l’autre sur les jeux de définitions sur le beau qui se fixe comme un nom qui exige non seulement des critères, des normes, des règles, des codes dans un processus de l’argumentation sur l’esthétique dépassant le simple jugement instinctif. Ainsi, apparaissent d’abord des conceptions esthétiques mais aussi des visions éducatives qui déterminent la modélisation sur le beau par périodes, par tendances, par écoles… où le déterminisme culturel s’impose à la fois dans la tradition collective et dans la création individuelle.

L’enquête s’arrête sur le nu dans l’art occidental comme dans l’apprentissage des modèles en Europe, or le nu est complètement absent dans l’art chinois qui s’enracine avant tout sur le paysage. Chemin faisant, l’investigation sociologique s’oriente peu à peu vers l’art vietnamien bénéficiant de la double influence, européenne et chinoise, qui lui permet de créer de nombreux jeux d’ouverture dans la création.  De là le travail d’enquête s’arrête sur le constat de la guerre qui marque plusieurs générations d’artistes du XXème siècle dans ce pays.

Or, la situation actuelle apprend à l’enquêteur la nécessité d’approfondir les conditions artistiques de la création face au régime totalitaire du parti unique avec son contrôle, sa censure dans les démarches esthétiques du créateur, où la typologie des artistes offre des trajectoires sociales très diversifiées tant sur les comportements sociaux face au totalitarisme que sur le marché d’art actuel dans un contexte de mondialisation de plus en plus accéléré. Ici, écrivains ou poètes du sud du Vietnam ont été réprimés et emprisonnés de longues années dans les camps de rééducation après la victoire des communistes en 1975. Les peintres, eux, n’ont pas subi la même répression et se sont rapidement enrichis dès l’arrivée des touristes au pays.

Enfin, l’ouvrage entre réellement dans le parcours de la création où le beau se distingue aussi par le géant, le juste et le bon ; ainsi le géant peut être géré, le juste peut être jugé, le bon peut être enseigné, mais le beau reconnu du créateur à la société, du particulier au commun, exige non seulement la sensibilité mais surtout l’émotion que l’éducation soutient différemment pour son ascension vers le haut sur le chemin de la reconnaissance, pour devenir le bien de l’humanité.

★ ★ ★

THI LUẬN (l’argumentation poétique)
Paris, Anthropol-Asie, 2017-18, 311 p.

L’ouvrage se structure autour de la sociologie de la réception, du texte poétique à travers plusieurs périodes dans l’anthologie de la poésie nationale où le poème, dans la tradition vietnamienne, se fixe sur l’enseignement de la sensibilité, créant l’émotion et qui se démarque radicalement à la fois de la pensée et de la philosophie. La constitution des textes, dans les tomes de cet ouvrage, tente de restituer des liens argumentatifs entre la création poétique et le processus d’invention des parcours de la pensée. L’autre objectif de l’ouvrage est de replacer les divers positionnements de la poésie comme amont de la naissance de l’argumentation où l’avancée d’un argument a été préstructurée par une démarche poétique qui annonce la formation d’un jeu de l’idée forgeant l’ordre même d’une pensée.

Entre les objectifs directs de l’ouvrage, il y a un autre objectif plus latent : l’entraide -plus ou moins possible- entre l’argumentation poétique qui entre dans un enjeu d’appréciation du sensible et l’argumentation d’ordre philosophique, qui pénètre dans la contradiction des opposés dans la recherche de la réponse qui anime l’existence. Enfin, la vérification sur la posture poétique qui prédit l’annoncée d’une pensée dominante dans la formation de cette pensée, s’intègre à l’intérieur d’un jeu comparatif avec des auteurs européens, en commençant par A. Rimbaud, puis P. Celan, ensuite Y. Bonnefoy et surtout R. Char.

© Lê Huu Khoa

[à suivre]