Archives par mot-clé : anthropologie

Lê Huu Khoa : “Champs de discussion” en vietnamien – 2017

Poursuite de la mise en ligne des résumés des argumentaires du Professeur Lê Huu Khoa, publiés en 2017.

VÙNG KHẢ LUẬN
Lê Hữu Khóa

SỬ LUẬN (l’argumentation historique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 93 p.

L’ouvrage tente de reconstituer une relation stable et durable entre l’argumentation historique qui valorise non seulement la mémoire collective, le souvenir communautaire mais aussi l’écriture nationale sur l’histoire du pays et son enseignement officiel dans le système éducatif public ; et l’argumentation affective d’un peuple envers ses héros nationaux où ce peuple peut effectivement vérifier les éthiques suivantes : trung (la loyauté), hiếu (la piété), dũng (le courage), trí (l’intelligence), chính (la droiture).

De la sociologie historique à la sociologie des interactions symboliques sur les œuvres des héros nationaux constitutives non seulement de l’identité nationale mais surtout de la dignité humaine où la fusion identité-dignité du peuple vietnamien rejette énergiquement et sans détour le PCV-Parti Communiste Vietnamien. Car ce PCV entre actuellement dans un lien de dépendance de plus en plus croissant avec le PCC- Parti Communiste chinois, pour sauver à tout prix son totalitarisme de parti unique. De la perte actuelle de l’intégrité territoriale face aux agressions permanentes de la Chine à la perte de l’indépendance nationale, le PCV est réprouvé par une nouvelle étiquette nationale hèn với giặc, ác với dân (minable face aux agresseurs, ignoble face au peuple), une parfaite double définition de la trahison contre les ancêtres, contre le peuple.

Ainsi par les réseaux sociaux, via internet, l’enquête de terrain découvre toute une reconstruction des vénérations des héros nationaux intraitables contre l’invasion chinoise. Le Vietnam a réussi à résister à 20 agressions chinoises sur 24 dans son histoire nationale. Ici, la sociologie des luttes populaires contre la dictature du parti unique, gérée par le PCV, rejoint la sociologie de l’enseignement collectif mais informel, communautaire mais latent de l’histoire nationale, actuellement pervertie par le PC dans son système éducatif officiel.

★ ★ ★

MỸ LUẬN (l’argumentation esthétique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 123 p.

A partir de l’enquête sociologique en Europe et en Asie, sur la réception des œuvres d’art dans la culture européenne et dans la culture asiatique, l’ouvrage propose de séparer l’analyse en deux orientations distinctes, l’une est le jugement sur le beau où c’est beau ! reste un adjectif, et l’autre sur les jeux de définitions sur le beau qui se fixe comme un nom qui exige non seulement des critères, des normes, des règles, des codes dans un processus de l’argumentation sur l’esthétique dépassant le simple jugement instinctif. Ainsi, apparaissent d’abord des conceptions esthétiques mais aussi des visions éducatives qui déterminent la modélisation sur le beau par périodes, par tendances, par écoles… où le déterminisme culturel s’impose à la fois dans la tradition collective et dans la création individuelle.

L’enquête s’arrête sur le nu dans l’art occidental comme dans l’apprentissage des modèles en Europe, or le nu est complètement absent dans l’art chinois qui s’enracine avant tout sur le paysage. Chemin faisant, l’investigation sociologique s’oriente peu à peu vers l’art vietnamien bénéficiant de la double influence, européenne et chinoise, qui lui permet de créer de nombreux jeux d’ouverture dans la création.  De là le travail d’enquête s’arrête sur le constat de la guerre qui marque plusieurs générations d’artistes du XXème siècle dans ce pays.

Or, la situation actuelle apprend à l’enquêteur la nécessité d’approfondir les conditions artistiques de la création face au régime totalitaire du parti unique avec son contrôle, sa censure dans les démarches esthétiques du créateur, où la typologie des artistes offre des trajectoires sociales très diversifiées tant sur les comportements sociaux face au totalitarisme que sur le marché d’art actuel dans un contexte de mondialisation de plus en plus accéléré. Ici, écrivains ou poètes du sud du Vietnam ont été réprimés et emprisonnés de longues années dans les camps de rééducation après la victoire des communistes en 1975. Les peintres, eux, n’ont pas subi la même répression et se sont rapidement enrichis dès l’arrivée des touristes au pays.

Enfin, l’ouvrage entre réellement dans le parcours de la création où le beau se distingue aussi par le géant, le juste et le bon ; ainsi le géant peut être géré, le juste peut être jugé, le bon peut être enseigné, mais le beau reconnu du créateur à la société, du particulier au commun, exige non seulement la sensibilité mais surtout l’émotion que l’éducation soutient différemment pour son ascension vers le haut sur le chemin de la reconnaissance, pour devenir le bien de l’humanité.

★ ★ ★

THI LUẬN (l’argumentation poétique)
Paris, Anthropol-Asie, 2017-18, 311 p.

L’ouvrage se structure autour de la sociologie de la réception, du texte poétique à travers plusieurs périodes dans l’anthologie de la poésie nationale où le poème, dans la tradition vietnamienne, se fixe sur l’enseignement de la sensibilité, créant l’émotion et qui se démarque radicalement à la fois de la pensée et de la philosophie. La constitution des textes, dans les tomes de cet ouvrage, tente de restituer des liens argumentatifs entre la création poétique et le processus d’invention des parcours de la pensée. L’autre objectif de l’ouvrage est de replacer les divers positionnements de la poésie comme amont de la naissance de l’argumentation où l’avancée d’un argument a été préstructurée par une démarche poétique qui annonce la formation d’un jeu de l’idée forgeant l’ordre même d’une pensée.

Entre les objectifs directs de l’ouvrage, il y a un autre objectif plus latent : l’entraide -plus ou moins possible- entre l’argumentation poétique qui entre dans un enjeu d’appréciation du sensible et l’argumentation d’ordre philosophique, qui pénètre dans la contradiction des opposés dans la recherche de la réponse qui anime l’existence. Enfin, la vérification sur la posture poétique qui prédit l’annoncée d’une pensée dominante dans la formation de cette pensée, s’intègre à l’intérieur d’un jeu comparatif avec des auteurs européens, en commençant par A. Rimbaud, puis P. Celan, ensuite Y. Bonnefoy et surtout R. Char.

© Lê Huu Khoa

[à suivre]

Lê Huu Khoa : “Champs de discussion” en vietnamien – 2016

Avec son aimable autorisation, nous publions les résumés des 20 ouvrages/argumentations publiés en vietnamien en accès libre sur Google Drive. Professeur d’anthropologie et de sociologie de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, Lê Huu Khoa dirige le Master Asie Pacifique de cette université. A travers ces textes, il propose une réflexion engagée sur le présent et le devenir du Viêt-Nam. Les résumés sont publiés en quatre billets selon l’ordre chronologique (2016-2017-2018 et 2019) et sont accompagnés du lien vers l’ouvrage en vietnamien .

VÙNG KHẢ LUẬN
Lê Hữu Khóa

NHÂN LUẬN (L’argumentation humaine) 
Paris, Anthropol-Asie, 2016, 174 p.

A partir des investigations de terrain sur la société vietnamienne actuelle où les dégradations de trois éducations de base : éducation familiale, éducation scolaire et éducation sociale vont de pair avec les trois crises : économique, politique et institutionnelle, l’ouvrage propose de revenir dans un premier temps sur le sens humain dans la culture vietnamienne et trois de ses doctrines de base : Bouddhisme, Confucianisme et Taoïsme, en perdition dans la transmission intergénérationnelle. L’objectif direct de l’ouvrage cherche à examiner la crise de confiance profonde entre le régime totalitaire du parti unique gérée par le PCV-Parti Communiste Vietnamien et le peuple vietnamien où les mouvements sociaux de la société civile sont actuellement violemment réprimés.

De la recherche empirique à l’analyse sociétale, l’ouvrage tente aussi de saisir l’émergence des mouvements sociaux non seulement pour la démocratisation du pays mais également dans l’engagement de nombreux groupes sociaux pour les Droits de l’Homme, en s’appropriant les expériences des pays occidentaux sans oublier les mouvements sociaux actuels de même nature en Chine. Chemin faisant, l’ouvrage entre profondément dans la problématique de perte totale de confiance du peuple vietnamien envers le PCV actuellement complètement dépendant du PCC-Parti Communiste Chinois, où cette dépendance menace d’ores et déjà l’indépendance nationale et son intégrité territoriale avec les agressions chinoises permanentes sur la frontière terrestre et surtout sur les îles vietnamiennes. Et, dans le déroulement du scénario d’une occupation chinoise sur le Vietnam, au sillage d’une colonisation chinoise du type tibétaine, les mouvements sociaux pour la démocratie et pour les Droits de l’Homme sont à l’heure actuelle fortement renforcés par d’autres nouveaux mouvements contre l’injustice sociale venant de la dictature du PCV et de la corruption de ses dirigeants qui déplacent déjà leurs fortunes corrompues à l’étranger, notamment vers les Etats-Unis.

De la sociologie empirique enracinée sur la réalité du terrain à la sociocritique sur les institutions étatiques avec leurs administrations qui s’enfoncent jour après jour dans des graves crises sociales, l’ouvrage s’avance vers d’autres enquêtes nouvelles sur les modes de répressions variant entre des attentats aux assassinats de la police vietnamienne dirigée par le PCV, avec tout un mécanisme de propagande fondé sur ses mensonges, ses tricheries, ses manipulations de l’information sur la scène internationale en cachant un grand nombre de : prisonniers de conscience, victimes des nouvelles méthodes et pratiques de la torture, inédite dans les recensements habituelles des ONGs en lutte pour les de Droits de l’Homme.

★ ★ ★

DUYÊN LUẬN (L’argumentation relationnelle)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 117 p.

Plusieurs enquêtes de terrain ont été réalisées, sur la construction complexe du lien dans la société vietnamienne actuelle, des relations familiales et amicales aux rapports professionnels et quotidiens face à la crise de confiance envers des institutions publiques et le système éducatif actuel où la violence sociale envahit en renversant l’apprentissage des valeurs ancestrales et la transmission des éthiques communautaires déterminantes dans la croyance collective à travers l’histoire du Vietnam. L’ouvrage est constitué d’abord autour d’une notion clé de la culture vietnamienne : duyên où la chance de rencontre avec autrui comme l’union des conditions favorables qui réorientent l’existence vers des suites positives, déterminant ainsi la compréhension des deux autres notions centrales dans cette culture : phận (le sort) et kiếp (le karma).

L’analyse qui conditionne l’architecture de l’ouvrage se fixe sur une typologie large du lien familial au lien amical, en s’avançant peu à peu vers le lien effectif qui se complexifie entre les relations sentimentales, amoureuses et intimes qui perdurent dans la promesse jusqu’à l’engagement personnel et interpersonnel où le lien se vit comme valeur, exige un prix plutôt insondable, voire le sacrifice pour que la chance de rencontre se vit paradoxalement à la fois comme faveur et dette. De la sociologie de la culture vietnamienne à la sociologie du lien qui peut transformer une rencontre éphémère en lien durable, les Vietnamiens vénèrent la faveur comme chance de la vie en positivant en même temps la dette comme une autre chance de rencontre, réservée uniquement aux êtres éthiques chanceux.

L’ouvrage se structure réellement sur les adages, les dictons, les maximes, les proverbes, sans oublier les chants populaires omniprésents dans cette culture, par exemples : công cha, nghĩa mẹ, ơn thầy (œuvre du père, sacrifice de la mère, faveur du maître) ; không thầy học bạn (sans maître on apprend avec ses amis) … Ici, un ami, voir un inconnu peut parfaitement être maître quand il  change positivement la construction d’un karma, d’où la condition qu’un lien exige le partage absolu : đồng cam cộng khổ (partager les épreuves, partager les vicissitudes), đồng hội đồng thuyền (dans le même festin au succès, dans la même barque à l’échec) ; hạt muối cắn làm đôi (partager en cassant le grain de sel en deux).

★ ★ ★

KIẾP LUẬN (L’argumentation karmique)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 102 p.

La notion kiếp (le karma) détermine, selon la croyance collective à la vietnamienne, en amont le déroulement d’une existence et se vit comme une fixation sur l’impossibilité de changer son sort dans le temps comme dans l’espace des relations sociales, où la prédestination personnelle conditionne chaque circulation sociale de l’individu. L’ouvrage se construit en revanche sur la contradiction éducative dans cette culture qui valorise paradoxalement l’obéissance de l’autorité parentale comme con cải cha mẹ trăm đường con hư (l’enfant qui contredit ses parents sera certainement l’enfant raté) qui a son contraire cha mẹ sinh con, trời sinh tính (les parents font naître l’enfant mais c’est le ciel qui lui donne le caractère) afin de valoriser ouvertement con hơn cha là nhà có phúc (l’enfant qui dépasse le père est la chance de la famille).

L’individualité contre l’autorité parentale permet également d’examiner les divers rapports de force entre l’éducation familiale, l’éducation scolaire et l’éducation sociale où la logique événementielle des interactions sociales renverse la logique chronologique du déroulement linéaire des parcours sociaux de l’individu. Le choix des parcours de l’individu dans sa combinaison des trajets dans le système éducatif, des correspondances dans la recherche des qualifications et des diplômes qui conditionnent les arrêts dans la promotion sociale ainsi que les terminus dans le bilan d’une vie ; ici l’individualité sociale raconte ses enjeux face à la mobilité sociale ainsi que ses jeux face à ses calculs d’ascension sociale à travers la construction de sa personnalité.

L’ouvrage approfondit aussi l’opposition entre mệnh trời (la volonté du ciel) comme l’autorité absolue et la volonté individuelle ý chí (la volonté personnelle) dans l’éducation vietnamienne. Ici, la sociologie des individualités s’oppose à la sociologie de la reproduction sociale -ou céleste- afin d’arriver directement à la contradiction ouverte entre số phận (le sort karmique prédéfini) et enchaînement des forces personnelle dans un jeu sémantique d’une langue vietnamienne monosyllabique : ý nguyện (idée de rêver) –ý định (idée de fixer) –ý muốn (idée de vouloir) –ý đồ (idée de calculer) –ý lực (idée de forcer).

★ ★ ★

NGHỆ LUẬN (L’argumentation artistique)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 124 p.

L’ouvrage propose d’examiner le lien syllabique à travers le triple lien artistique, professionnel et social de l’individu : nghề (le métier), nghệ (l’art), nghiệp (le karma) en analysant le parcours de la chanteuse Thái Hiền, où l’investigation vérifie la fusion parfaite de ces trois problématiques personnelles et terminologiques. De l’environnement éducatif familial à la construction des investissements personnels, l’individu reste bénéficiaire du succès parental mais aussi victime de l’échec de son groupe familial ; du milieu social d’origine à la relation professionnelle, l’individu profite des avantages matériels et symboliques de son réseau d’affinité mais perd en même temps ses libres circulations sociales, essentielles dans la construction de la maturité de la personne.

L’ouvrage s’avance dans l’espace artistique et professionnel en découvrant l’espace social réduit de l’individu et son espace intime où sa liberté personnelle est souvent sacrifiée par la triple exigence de son métier, de son art et de son existence propre. Ainsi, chaque fois l’individu perd un proche (mère, père, frère aîné…) décisif pour sa carrière, cet individu voit réellement la décomposition de sa propre vie, et au-delà de la perte des proches, il perd peu à peu l’ensemble des réseaux d’affinité, de proximité, de solidarité, d’entraide… souvent déterminant pour la résistance, voire la survie de l’individu.

© Lê Huu Khoa

[à suivre]

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers [Irasec – 26 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une conférence organisée par Anne Guillou (anthropologue CNRS) à l’IRASEC à Bangkok dans le cadre du cycle “Bouddhisme et société”.

Les rituels funéraires dans les manuscrits khmers

par Leng Kok-An, chercheur principal, Directeur de la conservation des manuscrits au Fonds d’Edition des Manuscrits du Cambodge – FEMC

Mardi 26 juin 2018 à 18h30

Conférence en khmer, traduite en français et en anglais.

Les manuscrits gravés sur feuilles de latanier, recopiés de génération en génération depuis des siècles, étaient conservés dans les bibliothèques des monastères du Cambodge. La guerre, le régime des Khmers rouges et la négligence en ont provoqué la disparition presque complète. La lecture de ceux qui restent permet néanmoins de pénétrer le sens et de mieux comprendre l’organisation des rituels bouddhiques les plus familiers des Khmers.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Source : AFRASE, GIS Asie et Institut Français du Cambodge

Cao Dai, une religion vietnamienne dans la banlieue de Paris – par Sylvia Romanelli [2016]

[ndlr] Récit visuel intéressant sur une religion vietnamienne assez méconnue. Publié par Sylvia Romanelli sur Storybuilder le 14 février 2016.

Si l’on en croit les guides touristiques du Vietnam, là où cette religion est née, le caodaïsme est « la rencontre de l’Occident et de l’Orient », un pot-pourri au vague goût new age, qui mélange les bodhisattvas bouddhistes avec les séances de spiritisme, et le yin et le yang du Taoïsme avec un décor kitsch au pur style Disney. Ajoutons enfin, cerise sur le gâteau, une vénération pour le moins inattendue pour Victor Hugo, William Shakespeare ou encore Jeanne d’Arc ; et tous les ingrédients sont là pour donner l’image d’une religion ridicule et grotesque, difficile à prendre au sérieux.

Mais il faut regarder un peu plus en profondeur.

Visite au temple d’Alfortville, en banlieue parisienne, pour découvrir une communauté qui s’interroge sur les moyens de transmettre aux jeunes de la deuxième génération le sens d’une religion dont la langue et les repères culturels leur échappent chaque jour davantage.

Lire la suite : StoryBuilder

Le Huu Khoa : Anthropologie du Vietnam – Vol. 5. L’espace cognitif du peuple

[ndlr] Parution du 5e volume de la série Anthropologie du Vietnam du Professeur Le Huu Khoa. Présentation de l’éditeur.

LeHuuKhoa_Anthropologie_5L’auteur explore dans ce volume les rouages du Parti communiste vietnamien. Reconnu par la population comme un acteur capital et positif de la lutte pour l’indépendance, il est aujourd’hui critiqué pour toutes ses dérives autoritaires, voire mafieuses.

Le fonctionnement clanique actuel aboutit à un affaiblissement considérable des valeurs, mais aussi des qualités intellectuelles et de l’aptitude à gouverner des dirigeants. Les liens familiaux, d’intérêts, la corruption, ont dévalorisé non seulement le pouvoir, mais encore des secteurs essentiels pour l’avenir du pays comme l’Éducation, la Recherche, entre autres.

Les limites et les déchirements internes du Parti communiste vietnamien se vérifient tragiquement dans l’attitude des dirigeants vis-à-vis de la Chine, voisin surpuissant qui prend une place grandissante dans le contrôle économique du pays, et qui annexe peu à peu des îles et des archipels du Pacifique appartenant au Vietnam. La politique du Parti est un facteur de rupture croissante entre les dirigeants et le peuple.

Source : Les Indes savantes

Autres volumes parus aux Indes savantes :
Anthropologie du Vietnam. Vol. 1 – L’espace mental du lien (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 2 – L’espace spirituel de la vie (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 3 – L’espace réflexif de l’homme (2011)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 4 – L’espace singulier du destin (2014)

L’Homme évolue ! [parution du n° 218]

[ndlr] Annonce des éditions de l’EHESS.

Depuis janvier 2016, la revue se voit dotée de deux rédactrices en chef, d’un comité de rédaction entièrement renouvelé et d’un conseil scientifique international. Le projet éditorial de la nouvelle équipe, fondé sur la collégialité, entend mettre en avant la singularité de L’Homme en tant que revue française d’anthropologie, en promouvant le dialogue avec les autres sciences sociales et l’ouverture au comparatisme.

Par sa périodicité trimestrielle, L’Homme privilégie la publication de Varia qui témoignent de l’actualité de la recherche et rendent compte de la diversité des courants, des thématiques, des approches, des méthodes et des techniques d’enquête, ainsi que des aires culturelles, tout en prêtant une attention particulière à la réflexion construite à partir de l’analyse fine des matériaux ethnographiques. La publication régulière de textes en anglais, ainsi qu’un partenariat avec la revue HAU : Journal of Ethnographic Theory, initiative inédite dans le paysage éditorial actuel, répondent à une exigence de dynamisation du débat en anthropologie.

LHomme218

Le premier numéro de la nouvelle rédaction amorce un dialogue entre les sciences sociales qui a vocation à s’intensifier, par-delà les traditions académiques. En ouverture, un hommage polyphonique est rendu au travail de Daniel Fabre, ethnologue récemment disparu. Les articles publiés proposent une ethnographie de la sorcellerie en Océanie, une réflexion sur les pratiques du comparatisme – notamment à l’Université de Cambridge –, ainsi que sur l’œuvre de Marilyn Strathern. Un débat est ensuite engagé sur l’anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant, suivi d’une note critique qu’un philosophe propose sur la question de l’universalisme dans l’anthropologie contemporaine.

Sommaire : L’Homme 218 (PDF)

Anthony Heathcote : Remember Forever – Relationships With the Living and the Dead in a Vietnamese Online Memorial Site [2015]

[ndlr] Résumé de la thèse de Anthony Heathcote (University of Adelaide, School of Social Sciences, 2015) sur un sujet inédit et passionnant : la mémorialisation en ligne dans le Viêt-Nam contemporain à travers l’étude des interactions des internautes sur un forum dédié aux personnes décédées. Cette recherche ethnographique se déplace à travers le temps, l’espace et les mondes virtuels pour examiner la relation entre les nouvelles technologies des médias et des pratiques commémoratives qui sont souvent culturellement et politiquement controversées” (Christina Schwenkel, VSG).

This thesis is concerned with online memorialisation in contemporary Vietnam. It argues that the experiences of Vietnamese who participate in the online memorial site Nghĩa Trang Online highlight the continuities as well as tensions which exist between online, offline and other world (the world of the dead) communications. At its starting point, this thesis situates Vietnamese online interactions within the cultural practice of ancestor worship in Vietnam, which is the dominant relationship Vietnamese have with the dead. It demonstrates that online interactions with the dead which may seem new and untraditional are profoundly embedded in ancestor worship, and that the practice of ancestor worship itself is one which has transformed, through political, technological, economic and cultural changes.

These examinations also feed into wider socio-political issues in Vietnam, including the online memorialisation of fetuses after an abortion, and the remembering of revolutionary martyrs (liệt sĩ) killed during the American/Vietnam War in contrast to the forgetting of soldiers in the ARVN (Army of the Republic of Vietnam/South Vietnamese Army). This thesis also argues that Nghĩa Trang Online engenders a community where Vietnamese can express their emotions relating to loss, continue a relationship with the deceased through comments and online offerings, and give and receive support with fellow members. Such emotional expression is often disenfranchised in Vietnamese society and so online memorialisation becomes a new vehicle for the enfranchisement of grief.

This thesis is based on twelve months’ fieldwork between 2012-2013 in Vietnam within the major cities of Ho Chi Minh City, Hanoi and Da Nang, through online and offline participant observation in the country’s largest online memorial, Nghĩa Trang Online (Cemetery Online). The site is also known as Nhớ Mãi (Remember Forever). Originating in 2008, the website currently has around 60,000 members who use the memorial to create online tombs for the dead, ‘light’ candles and ‘burn’ incense, create online offerings, and remember and communicate with the living and the dead. A number of members also meet in person and participate in death days, cemetery visits, birthdays, weddings, charity events and other social gatherings.

The Internet is burgeoning with spaces dedicated to remembering the dead through social networking sites, blogs, museums, archives, cemeteries and memorials. While there is an expanding body of research contributing to this field, the interactions between the online, offline and the other world in contemporary Vietnam have not been anthropologically researched. This work aims to fill this gap, focusing on the extraordinarily diverse intersection of remembrance, continuing relationships, community, emotion and online memorialisation in contemporary Vietnam.

Mots clés : Nghĩa Trang Online / Nhomai.vn / Anthropology / Ancestor Worship / Death / Ethnography / Vietnam / Online Memorial / Community / Continuing Bonds / Grief / Emotion / Forgetting / Abortion / Revolutionary Martyrs / ARVN / Reflexivity

Source : VSG et Adelaide Research & Scholarship

Image “à la une” : illustration de la page d’accès du site mémoriel Nho Mai © DR