Archives par mot-clé : ANOM

Archives : Direction des travailleurs indochinois (1939-1957) [CAOM]

[ndlr] Sur indication de Pierre Daum : « Les archives des Travailleurs indochinois enfin accessibles ! ».

 

Direction des travailleurs indochinois (1939-1957)

Origine Ministère des Colonies – Direction des travailleurs indochinois
Cote de référence FR ANOM 4302 COL
Référence Internet ark:/61561/nq611aur
Description matérielle 139 articles, 13 m. l.
Langue des unités documentaires français
Langue des unités documentaires quôc-ngu
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d’outre-mer

29, chemin du moulin de Testa, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

Ce fonds concerne l’organisation et le fonctionnement de la direction des travailleurs indochinois du ministère des Colonies. Il comprend également quelques dossiers produits par le service de la Main-d’œuvre indigène, nord-africaine et coloniale qui l’a précédé. Une partie des dossiers intéresse la création, l’organisation et la dissolution du service, à travers les textes réglementaires, les notes de service et la nombreuse correspondance concernant notamment le personnel européen et indochinois.

Ce fonds concerne au premier chef les travailleurs indochinois : le recrutement et l’immatriculation en Indochine, le convoiement (vers et depuis la base principale de Marseille), la répartition dans les différentes compagnies, la mise à disposition des entreprises privées après l’armistice, la gestion des salaires et du pécule, le suivi sanitaire, l’assistance morale et de manière plus générale les conditions de vie au sein des unités. Parmi les documents particulièrement remarquables de cet ensemble, on peut souligner l’intérêt des registres de gestion du pécule. Ils se présentent sous la forme de listes nominatives classées par numéro de matricule (et donc par zone géographique d’origine des travailleurs).

On y trouve également des informations liées aux dates d’arrivée, de rapatriement et de levée de réquisition des travailleurs. Les dossiers se rapportant aux comptes-employeurs renseignent sur le stationnement des unités, les salaires et primes, à travers les contrats de travail et de nombreux rapports mensuels. Les notes des commandants de légion ainsi que les comptes rendus de mission des inspecteurs, souvent accompagnés de tableaux nominatifs, donnent des précisions sur le quotidien des travailleurs et sur leurs conditions de travail. La surveillance étroite dont les ouvriers faisaient l’objet a donné lieu à la rédaction de rapports, notes, correspondances, comptes rendus de visites. Ces documents traduisent leur engagement politique, qu’ils soient déserteurs, résistants ou militants au sein de groupements syndicaux ou de partis politiques. Les familles des travailleurs sont quant à elles évoquées dans les dossiers d’aide sociale (demandes d’allocations, demandes de travailleurs mariés à des françaises).

Le fonds de la direction des travailleurs indochinois est essentiel pour la compréhension de la gestion de la main-d’œuvre indochinoise par l’administration coloniale durant la seconde guerre mondiale. Il doit cependant être complété par les dossiers produits par d’autres services du ministère des Colonies conservés aux ANOM (voir sources complémentaires).

Lire la suite : ANOM

Cách mạng tháng Tám – La Révolution d’Août (tract de propagande)

[ndlr] A l’occasion du 70e anniversaire de La Révolution d’Août, événement historique fondateur de l’État-nation communiste mais encore discuté aujourd’hui dans les milieux intellectuels, Mémoires d’Indochine présente cette fresque commémorative, véritable « storytelling » du processus révolutionnaire menant à l’indépendance proclamée le 2 septembre 1945 par Ho Chi Minh. Le document d’origine (déniché aux ANOM) est un tract de propagande édité à la fin de l’année 1945 ou en 1946 en RDVN peut-être lors du premier anniversaire de la révolution (mais nous n’en avons pas la certitude).

CachMangThangTam_0

CachMangThangTam_9

La dernière phrase indique :

« Après l’avoir regardé, veuillez bien transmettre ce tract à d’autres »

Cliquer sur les images pour les agrandir

Source : © Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Photographies : FG.

Viet Anh Cao : Documents en caractères sino-vietnamiens aux ANOM

[ndlr] Signalement d’une étude en ligne de Cao Viet Anh sur les documents en Nom aux ANOM.

Se trouvant aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM, France), parmi les documents de l’Indochine à l’époque coloniale, les documents en caractères sino-vietnamiens ont un rôle important dans leur ensemble. Cependant, ceux-ci sont restés une source encore peu explorée. Cet article a pour but de présenter le résultat d’un début de recherches fondées sur cette source spécifique. Concrètement, il comprend trois parties principales : la présentation systématique de cette documentation, les actes royaux (littéralement « document rouges ») sous les règnes des rois Nguyễn, et un point de vue sur les villageois des environs de Hà Nội pendant la période coloniale, à travers ces textes en caractères sino-vietnamiens.

Cao Viet Anh est un chercheuse confirmée de l’Institut d’études sino-vietnamiennes. Ses études comme ses traductions sont basées sur les textes en caractères sino-vietnamiens et chinois. Auparavant, des projet de littérature avaient constitué son inspiration première. S’intéressant à l’histoire socio-économique du Việt Nam par les recherches du professeur Nguyễn Thế Anh (France) et du chercheur Đặng Phong (Việt Nam), elle s’y est consacrée depuis 2007.

 

Illustration en une : page manuscrite en Nom du roman Kim Van Kieu.

Chloé-Mélie Mazzani : Phan Châu Trinh, la république imaginée

[ndlr] Soutenance de mémoire de M2 en histoire contemporaine.

Logo_ENS

* * *

Phan Châu Trinh,
la République imaginée

PhanChauTrinh

Mémoire soutenu le 24 Juin 2014
Par Chloé-Mélie Mazzani

Mémoire de Master 2 d’Histoire contemporaine
2013/2014

Directeur de mémoire : M. François Guillemot, de l’Institut d’Asie Orientale.

Introduction (extraits). Le nom de Phan Châu Trinh est encore aujourd’hui gravé dans les mémoires vietnamiennes comme étant celui d’un des pères du nationalisme, tenant une place d’honneur au sein du panthéon national. On se souvient de lui pour avoir été un penseur réformiste qui, toute sa vie durant, a prêché la non violence et la modernité. Ce que les livres d’histoire retiennent peut être moins, c’est que Phan Châu Trinh, à la différence de son contemporain Phan Bội Châu, était avant tout favorable à la collaboration franco-annamite et que pour lui, l’indépendance du Viêt-Nam n’était envisageable que sur le long terme, une fois que le peuple vietnamien aurait suffisamment évolué.

Né en 1872 dans la province de Quảng Nam, connue pour être une pépinière de penseurs progressistes, Phan Châu Trinh adhère rapidement aux idées modernes véhiculées par les écrits de penseurs chinois comme Liang Qichao (1873-1929) et Kang Youwei (1858-1927). La présence coloniale française en Indochine mais aussi les incroyables bouleversements que connaît le Japon de l’ère Meiji convainquent le jeune homme de la nécessité d’engager le peuple vietnamien sur la voie de la modernité en rénovant la vieille tradition confucéenne et en s’inspirant des nouveautés techniques et intellectuelles venues d’Occident.

Tout au long de sa vie, Phan Châu Trinh n’a de cesse de dénoncer les injustices commises en Indochine par le système colonial et les mandarins de la Cour de Hué, ce qui lui vaut de se créer de nombreux ennemis et de n’éviter le bagne à perpétuité qu’au prix d’un exil de près de quinze ans en France. Durant son long séjour en Métropole, Phan s’intéresse de très près à la culture politique française : séduit par les principes de la République, il déclare que le Viêt-Nam libre sera une démocratie ou ne sera pas. Malgré cette fascination pour le modèle républicain, il continue à confronter les dirigeants de la Troisième République à l’attitude indigne de ses représentants en Indochine. Persuadé que la civilisation vietnamienne est en plein déclin et que seuls l’éducation du peuple et l’éveil patriotique pourront améliorer la situation du pays, Phan Châu Trinh incite les jeunes Vietnamiens à venir en France s’inspirer des pratiques métropolitaines.

À Paris, Phan se trouve au coeur d’un réseau mettant en lien des activistes politiques annamites de renom, tels Nguyễn Ái Quốc ou Nguyễn An Ninh, des étudiants vietnamiens et plusieurs membres de la haute administration française. Pendant des années Phan Châu Trinh s’efforce de faire connaître la cause annamite aux Métropolitains, convaincu de la nécessité que les Français civilisés de la métropole rappellent aux Français dévoyés de la colonie l’exigence de justice et d’humanité de la République. En d’autres termes, Phan Châu Trinh croit en la mission civilisatrice de la France. Il considère d’ailleurs cette dernière comme un moyen de transfert des qualités techniques et intellectuelles modernes vers le Viêt-Nam, qui pourra, en se modernisant et en atteignant un degré de civilisation proche de celui des Français, obtenir l’indépendance sans risquer de sombrer aussitôt sous la coupe d’une autre puissance étrangère. C’est ainsi qu’il imagine l’avènement de la République vietnamienne.

En étudiant les conditions dans lesquelles s’est formée sa pensée, nous pouvons envisager le transfert des exigences modernistes à la population vietnamienne, qui à son tour va se prendre à imaginer un avenir meilleur. Nous pourrions dès lors considérer que, plus que les difficultés du quotidien, c’est l’espoir d’un futur meilleur qui a motivé l’engagement politique puis révolutionnaire des Annamites. L’action pour le changement a lieu à partir du moment où la situation n’est plus seulement vécue mais est aussi pensée : c’est le décalage entre ce qu’on pense être et ce qui pourrait être qui déclenche la mobilisation. Phan Châu Trinh participe à la diffusion dans la société vietnamienne des années 1920 des notions de justice, de démocratie et de fierté patriotique, et de là, à la constitution d’une première forme de nationalisme indochinois. Si sa mort causée par la tuberculose en 1926 l’empêche de mener à bien son projet de réforme et de collaboration, le rassemblement auquel Phan Châu Trinh contribue s’avère une étape décisive sur le chemin de la mobilisation nationaliste, même si celle-ci s’éloignera des idéaux tracés par le penseur moderniste pour prendre finalement la forme de la révolution communiste et antifrançaise.

Le théâtre français en Indochine – Marseille, Alcazar, 15-17 octobre 2013 [colloque]

Colloque international

Marseille Porte de l’Extrême-Orient

Le théâtre français en Indochine

BMVR Alcazar, Marseille

Salle de conférence 15, 16 et 17 octobre 2013
9h – 18h
Entrée libre
ThéâtreFrançaisIndochine
Organisé par deux laboratoires d’Aix-Marseille Université, le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM) et l’Institut de Recherches sur l’Asie (IrAsia), avec le soutien de la Mission Culture d’AMU, ce colloque international qui interroge les liens entre théâtre et colonialisme (répertoire français joué en Indochine, censure, héritage du théâtre français sur la création contemporaine vietnamienne) s’accompagne d’une table ronde avec le Théâtre du Monte-Charge jumelé avec le théâtre National Tuong de Hanoi, de l’exposition d’une somptueuse collection de costumes de scène créés par la styliste vietnamienne de renom international Minh Hanh, et d’instruments de musique vietnamiens traditionnels, enfin de la projection d’une exposition virtuelle de documents d’archives (Archives Nationales d’Outre-Mer / Archives Nationales du Vietnam (Centre n°1, Hanoi)) portés pour la première fois à la connaissance du public.
  • Inauguration de l’exposition de costumes et d’instruments de musique traditionnels vietnamiens par le Président de l’université d’Aix-Marseille Yvon Berland, le mardi 15 octobre à 14h15
  • suivie d’une table ronde avec le Théâtre du Monte-Charge, en présence des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile : 15h-16h30.
  • Projection de l’exposition virtuelle « Le théâtre français en Indochine » (Archives Nationales d’Outre-Mer /Archives Nationales du Vietnam) : le mercredi 16 octobre à 18h.

Télécharger l’affiche et le programme (recto+verso) :

Vietnam – A0_Affiche_congres_2013_DEF

Vietnam_Colloque_Programme_recto

Vietnam_Colloque_Programme_verso

Source : Marseille-Provence 2013