Archives par mot-clé : Annam

Goscha: Vietnam or Indochina – CR de lecture de Aranone Zarkan Al Farekh

Goscha_VietnamOrIndochinaAvant l’arrivée des Français, le peuple viet était déjà linguistiquement homogène et contrôlait un territoire allant du Delta du fleuve Rouge jusqu’à la vallée du Mékong. En 1834, l’empereur Minh Mang déclara un protectorat sur le Cambodge, les frontières territoriales débordant ainsi les frontières linguistiques. Cet espace était maintenu sous l’autorité de l’empereur grâce à une bureaucratie efficace composée de fonctionnaires viet et de subalternes locaux parlant la langue viet. Si l’empereur abandonna Phnom Penh en 1841, le Cambodge lui reste tributaire jusqu’en 1863, date à laquelle les Français y établissent leur propre protectorat.

L’appellation Viet-Nam (越南) n’apparaît qu’au début du XIXe, en 1838 l’empereur choisit Dai-Nam (大南) parce que l’empire s’agrandissait au sud, c’est ce terme qui prévaut jusqu’aux années 1940 chez les fonctionnaires impériaux. Dans le Traité de Saïgon, en 1862, les Français optèrent pour Annam (安南) terme chinois signifiant « le sud pacifié ». Ils divisent ensuite l’empire vietnamien en trois régions : au nord le Tonkin (Bac ky), au centre l’Annam (un terme vague qui aurait aussi pu désigner l’ensemble du territoire, désormais Trung ky) et au sud la Cochinchine (dénomination dont l’origine est mal connue, Nam ky). En 1863 le protectorat s’étend au Cambodge et au Laos : nous sommes en présence des cinq régions qui se fondent dans l’Indochine française.

En octobre 1887, les Français créent l’Union indochinoise, une première impulsion allant dans le sens d’un territoire unifié. L’ouvrage de Christopher E. Goscha s’interroge sur le tracé des frontières en fonction – voire contre – les géographies ethniques et culturelles. Cette question est peu traitée par l’historiographie centrée sur les luttes politiques entre conservateurs et communistes, elle délaisse la question de la construction identitaire qui s’est faite à travers la contestation sémantique dans et par rapport à un espace avant et après la révolution de 1945.

Nommer un espace c’est le rattacher à un passé déterminé et déterminant, il s’agissait de savoir si l’Indochine était l’héritière de l’Empire d’Annam ou si les Annamites étaient indochinois. L’auteur se pose la question de savoir quels ont été les échecs et quels ont été les aboutissements de la contestation des concepts spaciaux.

Autrement dit, il s’agit de comprendre dans quelle mesure les Français ont réussi à créer l’Indochine en tant qu’entité et territoriale et identitaire, et géographique et mentale. Se poser la question de l’identité c’est nécessairement s’attarder sur les représentations des individus, sur leur perception de l’Indochine, et ce d’autant plus que le débat s’est appuyé sur l’arrière-plan mémoriel associé aux termes qui ont successivement désigné la péninsule indochinoise, et plus particulièrement le Vietnam.

Les bornes chronologiques choisies par l’auteur comme cadre à sa réflexion s’expliquent simplement, en effet, octobre 1887 correspond (nous l’avons dit plus haut) à la date de création de l’Union inodchinoise, et mai 1954 à l’ouverture de la Conférence de Genève qui devait mettre fin à la guerre d’Indochine. Il faut cependant comprendre que les transitions ne sont jamais radicales, que les dates charnières, même à l’intérieur des parties, ne sont que des repères et que toutes les évolutions se superposent et se chevauchent, Jacques Léonard parle d’ailleurs de “transitions coulissantes”.

Le plan du livre (qui est en deux parties) a été remodelé afin de mieux mettre en avant les principales problématiques. La ligne directrice a bien entendu été conservée, seule la première partie – très longue – est redécoupée.

Avant d’entrer dans le propos il semble nécessaire de faire une mise au point sémantique (présente dans l’ouvrage). Les conventions actuelles préfèrent l’emploi de « Vietnam » à celui de « Annam » parce qu’il rend compte du véritable sentiment des nationalistes, « Annam » est perçu comme péjoratif notamment à cause de l’emploi français « Annamite », il renvoie de fait à la période coloniale ainsi qu’au nom chinois 安南 (le sud pacifié) évoquant la soumission humiliante au Géant voisin.

Dans un premier temps nous maintiendrons l’emploi d’Annam afin de faire ressortir les fissures du discours nationaliste derrière lequel les concepts de « Viet-nam » et d’ « Indo-Chine » commençaient à contester l’hégémonie d’ « Annam ».

À partir de 1930 s’effectue un glissement vers l’emploi du terme « Vietnam » qui prenait de l’ampleur parmi l’élite nationaliste, communiste ou non. Il est à préciser qu’à l’époque il n’y a pas de contradiction entre le nationalisme et le communisme. Conservateurs et communistes sont nationalistes par opposition à “colonialiste”, en d’autres termes, ils demandent l’indépendance.

* * *

Indochine, relief, carte de 1947
Indochine, relief, carte de 1947

1887-1920s L’Indochine en gestation

À partir de 1887 les Français tentent de créer un espace unifié géographiquement. Ils rêvent l’Indochine comme un seul pays. Quelles ont été les politiques françaises ?

  • Centralisation

Il s’agit dans un premier temps de doter l’Indochine d’un centre dynamique afin de faciliter le contrôle. L’Union indochinoise de 1887 (communément appelée Indochine française) a été créée afin de convaincre les élites annamites de s’investir dans la modernisation de l’Indochine. Pour l’heure, elles sont relativement convaincues que l’avenir est à construire avec les Français, et jusque dans les années 1930, une partie de l’élite annamite n’envisage la modernisation et l’Indochine que dans le cadre d’une collaboration avec les Français.

Ce processus est progressif, puisque ce n’est qu’en 1911 que le gouverneur général de l’Indochine devient administrateur du territoire, il prend dès lors en charge les relations diplomatiques, les services civils, la défense et le budget entre autres. Le gouverneur est en possession de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouvernement. Parallèlement, les cours royales du Vietnam, du Cambodge et du Laos sont mises à l’écart.

  • Création d’une élite

Dès le début les Annamites sont associés aux Français, ils profitent évidemment de faveurs. Leur statut privilégié leur rappelle un passé impérial glorieux. Ils ne se considèrent pas pour autant comme Indochinois, la distinction entre les Annamites et les autres peuples est non seulement faite par peuple annamite mais de même par les colons français.

La création de l’élite passe par l’éducation, en effet, la France commence à former ses propres fonctionnaires : en 1911, Albert Sarraut, alors gouverneur, créé l’Université indochinoise à Hanoï. Albert Sarraut est un fervent défenseur de l’Indochine unifiée, il a pour objectif de créer une nouvelle culture indochinoise loin de l’influence confucéenne chinoise. Un projet incarné par les cartes figurant un territoire homogène et continu, il fait afficher des cartes dans tous les bâtiments de l’administration indochinoise. La France, peu à peu, remplace le système des examens à la chinoise par un système éducatif français.

L’administration française développe par ailleurs une propagande qui passe par les journaux et les petits romans “de gare” louant comme d’une seule voix, la grandeur de l’Indochine moderne, comme si la modernité ne pouvait être acquise que grâce à l’Union Indochinoise.

Dans une certaine mesure le projet des Français eut quelques aboutissements puisque la proximité spatiale accrue et l’éducation ont engendré des générations de jeunes Annamites qui, dès les années 1930, se considèrent avant tout comme Indochinois. Cependant, ces aboutissements restent limités dans la mesure où les Français ont différencié l’éducation de ce qu’ils considéraient comme l’élite (les Annamites) et les autres, soit les minorités ; Cambodgiens et Laotiens n’ont bénéficié que de “Pagodes réformées”, écoles traditionnelles dont le modèle a été repris et amélioré par les Français mais qui limitait les rencontres et les mélanges entre minorités et Annamites.

  • Repenser l’espace

Les Français tentent de donner vie à l’Indochine en promouvant des projets publics, en investissant dans l’industrie (caoutchouc) et la communication. Enfin il améliorent la bureaucratie, autrement dit celle-ci est étendue à l’ensemble du territoire où sont créés des relais à l’autorité française. Il s’agit de faire surgir une unité territoriale à travers les infrastructures, qui doit par la suite engendrer unité mentale et culturelle. Le principal obstacle à l’unité est le favoritisme affiché envers les Annamites qui, en réalité, sont les acteurs de cette unité d’apprence : ils obtiennent des postes d’administrateurs même au Cambodge et au Laos où il forment dès lors une caste de fonctionnaires. Le Français et l’Annamite sont les deux seules langues écrites. Les quelques élites cambodgiennes et laotiennes voit dans l’administration française une prolongation de l’expansion annamite.

Les réalisations françaises sont nombreuses : des voies maritimes sont ouvertes entre Saïgon, Hong-Kong, Canton, Bangkok, Singapour et Marseille (notamment pour exporter la gomme). Sur terre, des routes sont ouvertes (la route 13 qui descend le long de la vallée du Mékong achevée dans le milieu des années 1930), des voies ferrées parcourent une partie de l’Indochine (en 1921, Sarraut imagine le Trans-Indochinois terminé en 1936) et enfin le télégraphe. Ces infrastructures créent un nouveau rapport au temps et à l’espace, au proche et au lointain. Ce sont les réalisations d’hommes politiques qui repensent l’espace en termes indochinois (essentiellement dans le but de mettre en valeur des routes commerciales). Ces infrastructures ont donc soutenu, si ce n’est la colonisation, en tout l’émigration des Annamites vers le Cambodge et le Laos. Certains Annamites se considéraient eux-mêmes comme des colons au point que le rédacteur du journal La Patrie Annamite (Pham Le Bong) soutenait qu’une colonisation du Laos par les Annamites était nécessaire pour désengorger le Tonkin et l’Annam du Nord. Les Annamites ont même rédigé des pétitions pour demander l’abrogation de la loi soumettant les responsables annamites aux autorités laotiennes. Les Annamites s’approprient le territoire.

Un journaliste (Pham Quynh) rédacteur de la revue Nam Phong et chroniqueur régulier pour le quotidien France-Indochine voyage dans les années 1920 à travers l’Indochine et remarque une rupture culturelle à partir de la “frontière” laotienne (il est à remarquer que l’emploi du terme “frontière” est significatif puisqu’il indique l’absence d’espace mental indochinois). Pour lui, l’appellation « Indo-Chine » reflète le paysage culturel, d’un côté sous influence indienne (Bouddhisme Theravada), de l’autre sous influence chinoise (孔子). Il voit aussi une continuité entre le Dai Nam et l’Indochine (selon lui, les moyens français avaient ouvert la voie à la colonisation).

On peut déjà remarquer d’où viendront les tensions futures, soit de la contradiction entre la création d’un territoire et la favorisation d’une ethnie, dans une certaine mesure les Français font apparaître des “colons indigènes”, des colonisateurs à l’intérieur même du territoire colonisé. En effet, les Annamites qui voyageaient au Cambodge et Laos employaient l’expression « cultures indigènes » pour parler des cultures locales.

 

1920s – 1945 Nationalisme annamite ou nationalisme indochinois ?

Trois visions différentes : Conservateurs, communistes et jeunes nationalistes.

  • Les conservateurs entre l’Annam et l’Indochine

Dans les années 1930, Pham Le Bong, journaliste conservateur, parle de l’Indochine comme d’une “nécessité vitale” pour les Annamites. Les jeunes nationalistes éduqués dans les écoles coloniales sont loin de l’influence confucéenne, pour eux l’unité et l’unification de la Cochinchine, de l’Annam et du Tonkin sont nécessaires parce que leur division n’est que le fait des Français. Ils ne font pas mention du Laos et du Cambodge, mais apparaissent divisés entre un rêve indochinois inculqué par les Français et le souvenir d’un Empire Annamite unifié.

Les conservateurs Annamites (les communistes aussi de manière différente) amalgamaient le plus souvent l’Empire d’Annam et l’Indochine. Christopher Goscha émet l’hypothèse qu’il y aurait peut-être une volonté des Annamites de ressusciter la notion pré-coloniale de Nam Tien ou Dai Nam (soit le sud en expansion) et de la calquer sur le concept d’Indochine pour justifier leur prépondérance. Ainsi, les Annamites n’imaginaient l’entité indochinoise qu’en termes franco-annamites, négligeant la place des « minorités » cambodgiennes ou laotiennes.

L’idée d’une fédération apparaît dès 1919 (Albert Sarraut) face à un gouvernement annamite (Phan Boi Chau et Cuong De, deux nationalistes luttant pour la mise en place d’un Etat indépendant) qui se forme au sud de la Chine. Il était donc dans l’intérêt des Français de trouver une alternative politique à l’Union indochinoise.

Le fondateur du Parti constitutionnaliste, Bui Quang Chieu (1872-1945), se fonde sur les idées de Sarraut, notamment en ce qui concerne l’autonomie des Annamites, la décentralisation du pouvoir vers les autorités locales et la liberté d’action. C’est le premier indice d’un nationalisme annamite allant dans le sens indochinois, mais aussi cela met en exergue le degré d’intellectualisation, par les Annamites, des valeurs et idées françaises.

En 1931 les nationalistes annamites ont pour programme de développer économiquement l’Ouest, soit les plantations et mines du Laos et du Cambodge en tant que partie intégrante du territoire.

Du point de vue laotien, le Prince Phetsarath (1890-1959) déclare en 1931 qu’il faut réguler l’immigration annamite pour éviter de créer un Etat dans l’Etat, et reproche aux nationalistes de ne parler qu’en termes annamites. Malgré tout, selon lui l’Indochine n’existe pas, il invite à plutôt parler d’une domination annamite soutenue par les colons français. Le fait que le Prince ait critiqué les propos annamites a choqué les élites nationalistes car aucun prince laotien n’avait osé parler ainsi au XIXe siècle. On assiste donc à une résurgence de réflexes liés à l’Empire d’Annam. Les élites cambodgiennes reconnaissent, de même, que l’Indochine existe administrativement mais nient sa pertinence historique, géographique et ethnique. Ces rejets font partie de l’émergence d’identités nationales au Cambodge et au Laos dans années 1930 ; elles donnent lieu aux révoltes de 1930 et 1931 contre la domination annamite en Indochine. Les Français prennent conscience qu’ils sont le ciment de l’Indochine, sans eux les nationalismes entreraient rapidement en conflit.

  • Les révolutionnaires annamites entre Indochine et Vietnam

Certains révolutionnaires pensent déjà en termes de révolution indochinoise dès 1920. Ils imaginent le futur État indochinois post-révolutionnaire sur le modèle soviétique soit multiethnique ; les révolutionnaires entendent sacrifier les identités historiques au profit d’une conception moderne de l’État-Union. Cette conception était celle mise en avant par le Parti communiste indochinois (PCI) répondant aux exigences du Komintern. Cependant, l’idée ne fait pas unanimité, par exemple, Hô Chi Minh (1890-1969) s’y oppose parce que selon lui l’Indochine était un terme vague pouvant englober le Siam et la Birmanie.

Dans les années 1920 s’effectue un tournant sémantique, en effet, « Viêt Nam » est de plus en plus utilisé depuis la fin de la Première Guerre mondiale par les nationalistes pour rendre l’idée d’une identité nationale éternelle plus forte que l’Indochine et l’Annam. Il est d’autant plus employé que depuis 1930 l’appellation « Annam » est considérée par beaucoup comme problématique puisque renvoyant à la soumission à la Chine et à la France. “Viêt Nam” incarnerait une contre-identité et évoquerait l’unification du Nord et du Sud (le VNQDD, le Parti nationaliste Vietnamien tout comme Phan Boi Chau soutenait la dénomination Viêt Nam”). En dépit de son succès auprès des élites, le terme Viêt Nam” est resté méconnu de la population globale de 1930 à 1945. La frontière entre « pro-Vietnam » et « anti-Indochine » ou « nationaliste » et « communiste » est poreuse.

Les révolutionnaires doivent faire face à une contradiction interne, tiraillés entre les tendances internationaliste (Indochine) et nationaliste (Viêt Nam). C. Goscha montre que révolutionnaires et conservateurs auraient été en proie aux influences extérieures. Le choix décisif entre Viêt Nam (attachement ethnique à la partie Est de la péninsule) et Indochine (correspondant aux aspirations à la fois françaises et soviétiques) s’est posé aux nationalistes (communistes et conservateurs) en 1945 après le coup de force des Japonais.

C. Goscha remarque que les infrastructures majeures ont été réalisées tardivement, en d’autres termes, l’unité spatiale n’a pas eu le temps d’imprégner les représentations. C. Goscha y voit une des raisons de l’échec de l’Indochine. Nous pouvons distinguer d’autres raisons liées au disparités linguistiques et éducationnelles, aux divergences des conceptions de l’Indochine (tantôt prolongement de l’Empire Annam, tantôt structure imposée dont l’effet sous-jacent a été la colonisation de nouvelles terres) et enfin les écarts dans les structures mentales, à l’Ouest déterminées par un mode de pensée politico-culturel bouddhiste pour qui le pouvoir ne s’exprime pas nécessairement dans l’action politique ; à l’Est déterminées par un mode de pensée confucéen en lien avec l’éducation et la carrière bureaucratique.

  • Le flottement territorial de 1940 à 1945

Entre 1940 et 1945, l’Indochine subit des influences divergentes : URSS, France, Japon. Les nationalistes se retrouvent confronté à un choix.

Les représentants vietnamiens de la Chambre du Tonkin (chambre consultative indigène du Tonkin) demande la constitution d’une Fédération indochinoise de cinq pays et pour chacun des pays un Sénat formé d’un nombre égal de représentants indochinois et français. En tant que Fédération autonome, l’Indochine aurait sa propre armée. Mais peu de Khmers, de Laotiens ou de minorités ethniques sont intéressés par les administrations indochinoises. La réalité est plus nuancée quant à la volonté des Vietnamiens de concrétiser l’Indochine ; en effet, les codes civils distinguaient encore dans les années 1930 les nationalités cambodgiennes, laotiennes ou annamites. Ces années sont caractérisées par un flottement idéologique et administratif. Finalement, C. Goscha décrit l’Indochine comme un amalgame géo-juridique entre colonie, protectorat et territoire militaire, son existence relèverait davantage de l’ordre du texte écrit que de la réalité culturelle et identitaire.

Avec l’avènement de la politique de Vichy en Indochine, les Français tentent de raviver les nationalismes (propagande) ; Vichy décide de mettre en avant les particularités des ethnies dans le but de les détourner de l’influence japonaise. Le renforcement des identités nationales autour de notions pré-coloniales des empires Khmer, Lao et Viet doit – paradoxalement – beaucoup aux Français qui endiguent ainsi une éventuelle identité indochinoise englobante.

À partir de 1942, les Français commencent à employer l’appellation “Viêt Nam” afin de conserver le soutien politique des élites, leur principal soutien en Indochine. La France joue donc un double jeu, en réaffirmant d’une part ses alliances avec l’élite vietnamienne, et en portant une attention nouvelle aux minorités d’autre part. Mais malgré les efforts français pour éviter le délitement de l’Indochine, en 1945, l’Indochine ne correspond déjà plus aux cartes puisque les trois régions du Tonkin, de l’Annam et de la Cochinchine redeviennent le Viêt Nam.

Ce n’est que le 12 Juin 1945 (trois mois après la prise de contrôle du territoire par les Japonais) que l’empereur Bao Dai annonce officiellement le nom du pays : Viêt Nam. Ho Chi Minh remplace la dénomination des régions « ky » par « bo », il s’agit de redéfinir un espace et par là même de se l’approprier. Le 2 septembre 1945, peu après la capitulation japonaise, Ho Chi Minh  annonce la création de la République démocratique du Vietnam, suivie de peu par la dissolution du Parti constitutionnaliste.

Si la création de la République démocratique du Vietnam semble sonner le glas de l’Indochine, il faut tout de même préciser que dans les rangs communistes, certains sont restés attachés à l’idée d’Indochine, et que de ce point de vue elle possèdait une certaine réalité ; l’Indochine avait indubitablement une pertinence historique pour les Vietnamiens, qui, à long terme, entendaient remplacer les Français dans leurs rôles protecteur et  fédérateur. Et c’est probablement après la dissolution de l’Indochine que celle-ci va le plus exister.

 

L’Indochine se retourne contre les Français

Au lendemain de la guerre, les Français tentent en vain de réintégrer les gouvernements élus à la suite des indépendances (le Japon a encouragé le Cambodge et le Laos à déclarer leur indépendance en Mars et Avril 1945) au sein d’une structure fédérale indochinoise. Les Français sont déçus de la facilité avec laquelle les trois Etats ont émergé. L’apparition de frontières contraignantes incarne la dissolution de l’Indochine, il est significatif de constater qu’à partir de 1945, les Vietnamiens ne peuvent plus ni circuler, ni s’installer librement dans le reste de l’Indochine. Les frontières internes de l’Indochine commencent à devenir des frontières nationales. Laotiens et Cambodgiens demandent un contrôle local de l’immigration et de la sécurité pour enrayer la “vietnamisation” de leur territoire. Après la Seconde Guerre mondiale, les Français changent de tactique et jouent la carte des minorités contre le nationalisme vietnamien qui leur échappe, représentant désormais une menace pour l’hégémonie française.

A partir de 1951, le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (PTV) adopte le modèle indochinois, en parallèle des principales lignes politiques nationales, modèle qui continue de guider les activités révolutionnaires des communistes vietnamiens. Le PVT ordonne, par exemple, d’aider les gouvernements révolutionnaires laotien et cambodgien dans leur « lutte pour l’indépendance » et pour la « libération de l’Indochine ». Tout se passe comme si était née une pensée politique hybride entre deux espaces, entre nationalisme (indépendance) et internationalisme (fédéralisme). Les communistes ont compris que l’indépendance des uns dépendait de celle des autres, et travaillent à la formation d’un front contre la tutelle française. Les communistes vietnamiens se tournent vers le Lao Issara (le Lao libre, un mouvement nationaliste non communiste mais antifrançais d’après 1945) et le Khmer Issarak (le mouvement nationaliste khmer antifrançais d’après 1945). En ce sens, en 1951 le PTV crée une « Alliance militaire des peuples ». C’est finalement contre les Français que s’édifie activement une Indochine.

Le victoire des communistes chinois en 1949 permet l’arrivée d’une aide militaire conséquente au Nord – élément non négligeable dans la lutte contre la France – qui donne aux communistes vietnamiens les moyens de mettre en place leur stratégie indochinoise, et de consolider leur contrôle de l’Indochine. Le chef des armées et Ministre de la défense, le Général Vo Nguyen Giap, pense ses plans en termes indochinois, il préfigure la redéfinition du territoire indochinois, entièrement envisagé en termes militaires et stratégiques.

L’espace est par conséquent réinvesti, notamment les axes de communications tracés et réalisés par les Français ; l’armée vietnamienne adjoint à ces axes des pistes et des lignes de communication (un service postal efficace, la “Route Indochinoise” qui longe le Vietnam, passe au sud Laos, puis au Nord-est du Cambodge, la “Piste Ho Chi Minh”).

Certaines régions, comme la frontière thaïlandaise à l’Ouest, deviennent des “Fronts” constitués en véritables zones militaires et administratives. Le plus remarquable est probablement l’édification d’une contre-bureaucratie (caractérisée par des levées d’impôts) et d’une contre-économie indochinoises soutenues par un commerce illégal et une agriculture réservée à l’effort de guerre.

L’apparition d’une économie régionale au service de politiques militaires à l’échelle de l’Indochine est une réalité indéniable, l’historien attentif doit cependant garder à l’esprit que les instances de commandement étaient essentiellement composées d’officiers vietnamiens, et que cette coordination régionale n’était qu’embryonnaire ; en effet, en 1950 il n’y avait pas de synchronisation entre les actions militaires au Laos et au Cambodge. De fait, les résistances laotienne et cambodgienne ont vu leurs politiques subordonnées aux intérêts stratégiques vietnamiens du PVT, tandis que les gouvernements de Vientiane et Phnom Penh se voyaient subordonnés aux Français.

Quatre acteurs de la “coalition” qui pensent tous en termes indochinois, et prévoient la création d’une Fédération Indochinoise :

– Le Général Vo Nguyen Giap.

– Le Général Hoang Sam, Commandant en chef des Fronts unis laotiens entre 1950 et 1951.

Nguyen Tai, un Vietnamien formé en Thaïlande.

Nguyen Thanh Son, dirigeant des Affaires externes du Nam Bo, chef du Front cambodgien, membre du Parti communiste indochinois, en contact radio direct avec le PVT et le ministère de la défense au Nord-ouest du Vietnam.

La stratégie du Général Giap est avant tout une stratégie spatiale (faire apparaître un champ de bataille indochinois), mais est aussi un processus de construction d’un Etat puisque le Viet Minh lève des taxes, maintient une bureaucratie et prend en charge l’éducation du peuple : dès 1952, il fait dispatcher des équipes pour améliorer le niveau de vie et l’alphabétisation.

Malgré leur programme, les révolutionnaires vietnamiens n’ont jamais contrôlé le territoire comme les Français. D’ailleurs, comme les Français avant eux, ils se sont retrouvés face à la difficulté de former des cadres latotiens et cambodgiens, la majorité de leurs alliés cambodgiens, par exemple, étaient des Khmer Krom (Khmer vivant au Vietnam). Ce sont avant tout les communautés de l’immigration vietnamienne de la période coloniale au Laos et Cambodge qui ont permis de mettre en place une administration indochinoise et un espace militaire commun.

En 1954, lors de la Conférence de Genève, les révolutionnaires vietnamiens défendent encore l’idée d’une Indochine fédérale, et pour cause, ils contrôlent 43% du territoire cambodgien. Ils invoquent aussi leur coopération avec le Laos et le Cambodge.

* * *

Dans l’esprit des communistes se maintient une existence conceptuelle et spatiale à la fois du Vietnam et de l’Indochine. L’Indochine, en tant que projet politique a bénéficié de plusieurs soutiens, d’abord le colonialisme français de la fin du XIXème siècle, puis l’internationalisme communiste des années 1920, et enfin, entre 1945 et 1954 l’Indochine a été mise sous perfusion à travers la mise en place d’un large champ de bataille commun. L’Indochine n’a peut-être existé que dans les esprits vietnamiens et français, pour les uns elle incarnait un passé impérial perdu, pour les autres une terre de ressources à moderniser dont le contrôle était facilité par une ethnie. Les Français, en s’appuyant sur une minorité, ont probablement saboté une possible unité indochinoise, en effet, les avantages des Annamites (jusque dans les années 1940) ont exacerbé les nationalismes laotiens et cambodgiens ; ces derniers alimentés par le gouvernement français après 1940. Au fur et à mesure que les nationalismes progressaient (qu’ils soient communistes ou non) l’Indochine se révélait en tant que territoire occupé (et pour certains doublement). Paradoxalement, la définition des espaces nationaux s’est faite à la fois dans et contre l’espace indochinois.

Aranone Zarkan Al Farekh, promotion ASIOC 2012-2013.

Réf. : Christopher E. Goscha, Vietnam or Indochina? Contesting concepts of space in Vietnamese nationalism, 1887 – 1954, Copenhagen : NIAS Publishing, 1995, 154 p.

Aranone Zarkan Al Farekh a fréquenté la classe préparatoire du Lycée Fénelon entre 2009 et 2012 avant d’intégrer l’ENS de Lyon où elle prépare actuellement un Master 1 d’Études chinoises. Son mémoire porte sur l’implication des réseaux soufis dans la révolte du Nord-Ouest (Gansu, Ningxia et Shaanxi) de 1862 à 1873.

Pour en savoir plus :

Trinh Van Thao : La résistance du Cần Vương revisitée (2)

 

La Résistance du Cần Vương revisitée [2]

Figures de Lettrés dans le récit historique du Can Vuong.

Un portrait de groupe

*

 Trinh Van Thao

 

Relire Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989) de Charles Fourniau vingt ans après. En hommage à mes vieux vietnamisants disparus : Charles Fourniau (IRSEA-CNRS) et Philippe Langlet (Paris 7).

La scène vietnamienne au début du Can Vuong

BanDoCanVuongToute histoire, même une histoire sans fin, comporte toujours un commencement et celle du Can Vuong ne fait pas exception. Elle s’inscrit dans la logique des événements qui laissaient peu de doute sur l’intention de  la France, ou du moins de ses représentants auprès de la Cour de Huê, de s’emparer de l’ensemble du territoire vietnamien une fois que la pacification du Sud paraît acquise.

A partir de 1883, le parti de la résistance a tendance à l’emporter surtout après la mort de Tu Duc. Il est dominé par deux frères ennemis qui sont appelés à remplir la fonction de co-Régents après la mort de Tu Duc, le politique (Nguyen Van Tuong) et le militaire (Tôn Thât Thuyêt). A ce tandem improbable, Charles Founiau adjoint un troisième personnage plus discret, le maréchal  Hoang Kê Viêm, allié par mariage à la famille royale, et qui avait commandé les troupes vietnamiennes contre les Français au Tonkin. Le portrait psychologique et politique du féal est un modèle du genre :

« Par orgueil de classe, par goût confucéen de l’ordre, il ne pouvait accepter de se compromettre avec un soulèvement et qui pis est, aller vivre au milieu des forêts de la Haute Région. Par mépris des Français il crut que l’on pouvait composer avec eux en attendant l’occasion de les chasser. Il représente donc avec quelques autres mandarins, proches le plus souvent de la vieille Reine-Mère Tu Du, un parti, qui, tout en s’efforçant de garder une réalité nationale, accepte de traiter avec les Français (…) » (p.75).

Ce n’est pas un hasard s’il ne se rangea pas en Juillet 1885 aux côtés de Tôn Thât Thuyêt et qu’il fit allégeance à Dông Khanh l’été 1886. Au trio de la génération de la défaite succède durant l’inter-règne sanglant des révolutions de palais l’émergence d’une alliance d’intérêt entre un « roturier souple et habile » (Tuong) et « le militaire aristocrate, brutal et fidèle » (Thuyet) (p.27). La suite des événements ne tardera pas de mettre en lumière le fossé entre le jeu personnel de Tuong et de Thuyet, et la pratique du double jeu de l’ancienne classe dirigeante.

Après la proclamation de Ham Nghi, l’enjeu se déplace du terrain du politique à celui de la lutte armée. Préparée de longue date, l’offensive royale menée avec l’énergie du désespoir par Tôn Thât Thuyêt qui liait désormais son sort à l’issue de la résistance armée « parvint certes à mettre le roi de la dynastie régnante à la tête de la lutte nationale six siècles après le général Tran Hung Dao » mais non de bouter l’envahisseur hors de Huê encore moins de préserver la Cité Interdite des scènes de pillage auxquelles se sont livrées les troupes françaises ! Contraint au repli stratégique, le Cortège devait rejoindre la province de Thanh Hoa, terre ancestrale et plaque tournante stratégique d’où le Cân Vuong pouvait relier le Tonkin et le Sud, communiquer avec l’extérieur jusqu’à la frontière chinoise et soutenir, à la manière de Le Loi et Nguyen Trai, une longue guerre de résistance victorieuse face aux Minh (XVe siècle).

 

La « drôle de guerre » du Sud de l’Annam

Tôn Thất Thuyết (1839-1913) © Tamhoc.com
Tôn Thất Thuyết (1839-1913)
© Tamhoc.com

Selon Charles Fourniau, la campagne du Cân Vuong dans cette région-tampon entre le protectorat d’Annam et la colonie cochinchinoise ressemble à « une étrange comédie » (…) à double ou triple niveau, (et) se joua, jusqu’au moment où tout bouscula dans l’horreur d’une répression que les autorités françaises n’osèrent pas regarder en face » (p.61).

Entre les manœuvres dilatoires et gesticulations destinées à masquer le désarroi et l’expectative des agents de l’Etat traditionnel face au Cân Vuong et l’engagement total dans la guerre patriotique, il est difficile, en l’absence de témoignages fiables et l’indigence de sources locales, de démonter l’imbroglio mettant aux prises un représentant local du Cân Vuong (Hô Bui Dang ou Bui Dang) et un Dinh Dien Su (chargé des affaires agricoles) de Huê nommé Tra Quy Binh [1].

Les choses deviennent sérieuses et les enjeux autrement plus graves lorsque les autorités de Saïgon sollicitées par le Résident Général Paul Bert font irruption dans le protectorat d’Annam en débarquant dans les provinces côtières de Khanh Thuan et participent activement aux opérations guerrières en passant par-dessus la tête de Huê. Au fur et à mesure, la guerre – la « sale guerre » avec massacres sans discrimination des civils et destructions massives des villages, terreurs et représailles, – se déplace du Sud vers les provinces du Nord comme Phu Yên, Binh Dinh (terroir familial des Tây Son) puis se rapproche du foyer du radicalisme Cân Vuong solidement implanté dans les provinces septentrionales d’Annam (entre Quang Binh et Nghê An). Au théâtre d’ombres de Binh Khanh succède le vrai visage de la Pacification avec la mise au point d’une nouvelle tactique – érigée en stratégie polico-militaire à l’usage des futures campagnes de répression – visant à « vietnamiser la guerre » en utilisant les supplétifs venant du Sud et commandés par le Phu Tran Ba Lôc, un homme sorti du rang, catholique converti, ambitieux et sanguinaire. Promu officier dans la Milice indigène, il s’est montré digne de ses maîtres dans l’éradication impitoyable et collective des villages soupçonnés de connivence active et passive avec l’ennemi. Utilisant la même méthode expéditive sous le couvert de la nouvelle légitimité (celle de Dông Khanh), Nguyen Thân renouvela l’exploit en écrasant dans le sang peu de temps après les forces du Cân Vuong implantées à Binh Dinh et Phu Yên.

Artefacts de la résistance armée Can Vuong. Musée du Nghe Tinh © Btxvnt.org
Artefacts de la résistance armée Can Vuong. Musée du Nghe Tinh © Btxvnt.org

En dépit des difficultés signalées dans l’identification des acteurs vietnamiens impliqués dans les incidents locaux, l’Annam-Tonkin l’emporte de loin sur l’historiographie post-révolutionnaire vietnamienne dans l’analyse et l’interprétation des faits intervenus au cours de cet épisode :

  • Au-delà des ratages circonstanciés du Cân Vuong à Binh Thuan et Khanh Hoà (absence de chefs charismatiques, ralliement mou et opportuniste des mandarins, le comportement équivoque et pusillanime du prince Tuy Ly…), Charles Fourniau reconnaît la réalité du massacre de quelques quarante mille catholiques pris en otages par les chefs Cân Vuong et met en garde contre toute généralisation abusive face à la complexité du problème posés par des convertis au christianisme, exécuteurs de basse besogne certes mais aussi victimes de la corruption et de la discrimination mandarinale, de leur situation sociale et de la « complicité obligée » avec l’occupant. Tout cela en fait « une minorité vigoureuse mais coupée de la nation ».
  • L’expédition Aymonnier-Delorme et Phu Lôc à Binh Khanh suivie de la campagne de Phu Yên, Binh Dinh dévoile, au-delà du rôle actif des ralliés indigènes dans la répression, les contradictions propres du camp adverse à savoir son incapacité de rassembler derrière ses bannières les chrétiens [2], les minorités Chàm, voire les anciens partisans du Tây Son (la défection de Bui Giang a été fatale à Mai Xuan Thuong). Aussi en enfermant à leur tour l’ensemble des ralliés sous l’appellation vertueuse et confucéenne de « Nguy (fantoche) », les auteurs vietnamiens, à l’instar de Tran Van Giau, se rendent-ils incapables de distinguer les motivations et actions des composantes disparates du front de ralliés : les « confucéens » (Luong) des catholiques (Giao), les Kinh (Viêt) des Chàm qu’Aymonnier (officier de la marine converti à l’ethnologie) essaya avec succès de détourner du Cân Vuong et d’en mesurer leur terrible efficacité dans le succès de la pacification.
  • Son attention à la souffrance de la population vietnamienne dont « la comptabilité échappe à l’hisoire » (p.74) conduit l’auteur à analyser en finesse et à « comprendre les sentiments contradictoires qui agitent la population » (p.74), son « l’hostilité  évidente vis-à-vis de l’envahisseur, le respect et l’admiration pour les grands Lettrés qui ont pris la tête du mouvement de résistance (…) » exprimés dans les chants populaires. Mais Charles Fourniau ne se contente pas de faire de la guerre matière d’épopée pour le besoin de glorification de l’Etat quand il écrit :

« Mais en même temps, on voit percer, dans d’autres chants, le désir de ne pas être plongé dans la guerre, puis la lassitude devant tant de malheurs » (id.) des paysans  de Nghê Tinh enrôlés de force par Lê Ninh. L’éthique historienne fleurit là où l’on pouvait s’attendre au pire déferlement des passions partisanes.

 

La Bataille de Ba Dinh (Décembre 1886 – Janvier 1887)

Fortification de Ba Dinh © Đoàn thị Hồng Điệp
Fortification de Ba Dinh © Đoàn thị Hồng Điệp

Pour ne pas reproduire les gesticulations tragi-comiques du Sud d’Annam, la résistance Cân Vuong a besoin de s’installer durablement en un lieu névralgique où elle puisse reprendre contact avec la Chine ou, à défaut, ses troupes régulières ou dissidentes implantées dans le Tonkin, et les pays voisins de l’ensemble indochinois et organiser la lutte à l’échelle nationale.

L’ « art vietnamien de la guerre » est d’essence géopolitique. Les souvenirs historiques pèsent toujours dans l’imaginaire du peuple et de ses chefs : le soulèvement victorieux de Lê Loi (XVe s.) contre les Minh à Lam Son, la résistance de Nguyen Hoang contre les Trinh (XVIIe s.). Les descendants du Seigneur dissident et fondateur de la dynastie des Nguyen se souviennent toujours de la prophétie de Dao Duy Tu lui conseillant de s’abriter derrière les murailles de Dong Hoi pour résister à leurs impétueux cousins Trinh.

Ce n’est pas par hasard qu’en décembre 1886 et janvier 1887, la lutte se concentra à Ba Dinh à mi-chemin entre les villes de Thanh Hoa et Ninh Binh. Elle oppose pour la première fois dans l’histoire du Cân Vuong près de trois mille hommes solidement retranchés derrière des fortifications formées autour des trois villages (d’où son nom) et commandés par un chef paysan Dinh Công Trang tandis qu’à l’extérieur des forces placées sous le Dê Dôc Trân Xuân Soan devaient coordonner leur action avec celles de l’intérieur.

Pour l’avoir ignoré, les premiers assauts français avec des petits effectifs et dirigés par des officiers inexpérimentés échouent avec fortes pertes en hommes et en matériel. Il fallait recourir aux opérations d’un siège classique avec l’intervention de l’artillerie et le concours des cinq mille catholiques mis à la disposition du Capitaine (et futur Maréchal de France) Joffre commandant le génie. Ba Dinh fut soumis à un bombardement incessant et meurtrier avant de subir l’assaut final de plus de trois mille hommes. Privée du soutien escompté de Trân Xuân Soan, la forteresse fut rasée et les villages effacés de la carte, le Lanh Binh Dinh Công Trang fut tué par l’ennemi, son adjoint Pham Banh éliminé [3], nombre de chefs Cân Vuong se sont donnés la mort, d’autres comme Tông Duy Tân, Cao Diên… se fondirent dans l’anonymat pour reprendre la lutte plus tard. Encore une fois, le Cân Vuong paie chèrement le prix de la mésentente ou du manque de coordination au sein du commandement.

 

PiratesBaDinh1887

La Bataille du Delta du Fleuve Rouge (1883-1885)

Si Ba Dinh fut perçu par le Mouvement national vietnamien comme le point culminant de la lutte contre l’occupation française (p. 78), la bataille du Delta pour le contrôle de la vaste plaine du Fleuve Rouge présente un autre enjeu dans la conquête symbolique, politique, économique d’une des régions les plus peuplées de l’Annam-Tonkin, par ailleurs presque entièrement contrôlée par le Cân Vuong.

Dès l’été 1883, le Tonkin entre à son tour dans sa phase active de la résistance sur le fond d’une unité nationale retrouvée malgré la persistance des sentiments ambivalents des populations fidèles au souvenir des dynasties passées (Lê, Mac) face à la monarchie des Nguyen. Le patriotisme local entretenu par les lettrés concentrés autour de l’ancienne capitale Hà Nôi dont l’allégeance à la nouvelle dynastie n’est pas totalement acquise et la misère sociale dans une campagne surpeuplée et affamée alimentent la guerre plus paysanne que loyaliste comme ce fut le cas dans le Centre.

Pour le Cân Vuong, la Bataille du Delta constitue un test décisif dans le contrôle de la région la plus peuplée du royaume. Elle intervient au moment où la France amorce une politique de « coopération » apparente avec Huê avec en contrepartie la mainmise totale de la colonie sur l’administration du Tonkin. C’est aussi l’heure de la relève avec du côté français l’arrivée d’un Résident Général prestigieux (Paul Bert) doté de pleins pouvoirs et l’intronisation en Annam du roi Dông Khanh qui inaugure la série des « rois-fantoche » privés de souveraineté réelle et dépourvus de charisme et entourés des Régents acquis à la cause de l’occupant. Pour l’auteur, on a brisé l’Etat traditionnel vietnamien pour n’en laisser qu’une apparence de pouvoir.

Nguyễn Thiện Thuật (1844-1926)
Nguyễn Thiện Thuật (1844-1926)

Alors que le Cortège Royal et le roi légitime (Ham Nghi) continuent la lutte, le Cân Vuong lance un double mouvement sur les deux rives du Fleuve Rouge en prenant Ha Noi et sa périphérie en tenailles. A l’est du delta c’est un chef militaire Nguyên Thiên Thuât (Tan Thuât) qui a sous son obédience tous les chefs qui agissaient dans les provinces de Bac Ninh, Hai Duong et Hung Yên  avec le maquis de Bai Sây [4]. Quant au Hoàng Giap (Docteur du second degré des concours de Palais) Nguyen Quang Bich, il commande, dès avant le déclenchement du Cân Vuong, à l’ouest du Delta en qualité de « Coordinateur des Armées du Bac Ky » avec sous ses ordres directs le Bô Chanh (vice gouverneur) Nguyen Van Giap chargé de l’action militaire. Il apparaît évident que le mouvement qui soulève le Tonkin en 1885 est bien de caractère politique et national même si l’appel du Cân Vuong n’avait pas fait naître la résistance au Tonkin, il « a (néanmoins) contribué à la structurer par la participation désormais très large des Lettrés (…) » (p.85).

Quoi qu’il en soit, la guerre du Delta porte toutes les marques du Cân Vuong en combinant une formidable capacité de mobilisation des masses paysannes, de coordination de nombreuses unités combattantes, de fusion entre les lettrés et le reste de la population. En contrepartie, il souffre là comme ailleurs d’un armement souvent archaïque, d’un encadrement quantitativement et qualitativement insuffisant et surtout d’un commandement trop dispersé, des liaisons souvent déficientes entre les groupes coupés les uns des autres. A cela s’ajoute un rassemblement toujours problématique entre Kinh et minoritaires, Luong et Giao [5]… Par ailleurs, si la plaine de Bai Sây se prêtait bien à la guérilla et à la guerre de mouvement, elle ne pouvait résister longtemps à l’encerclement d’un corps expéditionnaire fort de plusieurs milliers hommes dotés de l’artillerie et efficacement secondé par les supplétifs placés sous la responsabilité du Chargé de la Pacification (Tiêu Phu Su) Hoang Cao Khai et ses lieutenants moins mauvais qu’on le pense (Cao Xuân Duc, Nguyen Huu Vinh, Dao Trong Ky…).

La défection des Pavillons Noirs du chef chinois Luu Vinh Phuc repliés en Chine modifia le rapport des forces et poussa les forces françaises à en découdre avec le Cân Vuong au terme d’une longue préparation logistique destinée à encercler l’adversaire.

La guerre du Tonkin (image d'Epinal, 1884).
La guerre du Tonkin (image d’Epinal, 1884).

Malgré des brillantes victoires remportées à Than Mai, Tuân Quan, Tiêu Dông, Nghia Lô…, celui-ci finit par succomber sous le nombre et l’armement de l’ennemi :

« Courcy et Warnet avaient multiplié les routes à travers le Delta qui n’en avait guère jusqu’alors. Leur résultat économique fut souvent désastreux, leur solidité fut médiocre. Néanmoins, les déplacements des forces d’occupation en étaient facilités, au détriment des forces de résistance. Enfin les Français utilisaient de plus en plus des auxiliaires vietnamiens dont la pénétration dans le pays pouvait être plus profonde (…) » (p.92).

A la stratégie « du poisson dans l’eau » pratiquée par le Cân Vuong, la parade française oppose la « politique de races » du Colonel Pennequin ouvrant des larges brèches en direction des minorités catholiques et ethniques (Thai, Hmong et Muong)… bien avant l’invention du concept « tache d’huile » théorisée par le général Galliéni. L’échec de Bai Sây soldé par l’exil en Chine de Tan Thuat et la mort prématurée de Nguyen Quang Bich marque le commencement d’ une période de reflux et d’incertitude du Cân Vuong au Tonkin et annonce le retour à Hung Linh (Thanh Hoa) où les anciens de Ba Dinh (Tông Duy Tân, Câm Ba Thuoc et Cao Dien) reprirent les combats d’arrière garde.

[à suivre]
  • Trinh Van Thao : La résistance du Cần Vương revisitée [3]

Notes

[1] Si Tra Quy Binh est identifié plus tard comme un sympathisant du Cân Vuong proche de Nguyen Thông (voir mon livre précité), le nommé Ho Bui Dang ( ?) ou Bui Dang est introuvable dans les archives vietanmiennes. Il en est de même d’un certain Bui Giang (pourquoi le changement de Dz en Gi ?) un chef Cân Vuong rallié au Phu Lôc (ou Tran Ba Lôc) avec ses 500 hommes et qui a participé activement à la capture et l’exécution du chef du Cân Vuong à Binh Dinh Phu Yen (Mai Xuân Thuong).

[2] Dinh Công Trang à Ba Dinh, Phan Dinh Phung à Huong Son s’en souviendront plus tard.

[3] Il s’est pendu à Huê après s’être rendu aux vainqueurs pour délivrer sa mère prise en otage.

[4] Selon Tran Van Giau et alii, op.cit., il sera appuyé durant la campagne de 1885-1886 par les actions de Ta Hiên, La Xuân Uy… et de Dèo Van Tri un chef de minorité Thai qui s’est révélé comme un redoutable chef de guerre avant son ralliement aux Français.

[5] Ainsi la tactique de Pennequin visant à obtenir la reddition de Deo Van Tri a été fatale au Cân Vuong. Il en est de même de la trahison de Truong Quang Ngoc dans la capture du roi Ham Nghi.

Nguyễn Đình Đầu : Người Việt Nam không chia rẽ – Les Vietnamiens ne sont pas divisés

nha-nghien-cuu-nguyen-dinh-dau[ndlr] Entretien rare avec le chercheur Nguyen Dinh Dau, originaire de Hanoi, aujourd’hui âgé de 93 ans. Avant de débuter l’entretien, le commentateur rappelle brièvement le parcours personnel de Nguyen Dinh Dau avant 1975 au sein de la résistance anticoloniale, de la révolution de 1945 puis aux côtés de la « Troisième force » pendant la guerre du Viêt-Nam.

Filmé dans son appartement d’Ho Chi Minh-Ville, le vieil homme se remémore la chute de Saigon en évoquant le rôle clé de Duong Van Minh le 30 avril 1975. Il rend ensuite hommage au général Tran Van Tra en insistant sur le caractère « national et uni » des Vietnamiens. Il entend ainsi mettre l’accent sur l’importance de la réconciliation nationale, raison qui le poussa à rester au Viêt-Nam après la réunification. L’entretien se concentre peu après sur la question sensible des îles Spratleys et Paracels à travers les cartes. Cela lui permet de réaffirmer la souveraineté ancienne du Viêt-Nam sur ces îlots contestés. Depuis des décennies, Nguyen Dinh Dau a rassemblé pour ses recherches un fonds cartographique exceptionnel de plus de 3000 cartes.

* * *

S.M. Bảo Đại : Le dragon d’Annam – Mémoires du dernier empereur du Viêt-Nam, extraits [1980]

S.M. Bao Dai, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, 382 p. (présentation du dos de couverture)

Cloîtré dans l’enceinte de la Cité interdite pendant les neuf premières années de sa vie, le futur empereur Bao-Daï reçoit la formation rigide d’un prince asiatique que le destin a désigné pour le trône. Les préceptes de Confucius, le rituel des cérémonies dont il sera le Pontife suprême constituent ses seules études, accomplies dans la méditation et l’isolement d’un palais oriental.

Il passe les neuf années suivantes dans le Paris de « l’après guerre », découvre l’Occident, dévore notre littérature classique et contemporaine, suit les cours de Sciences Po, se passionne pour le sport.

A moins de vingt ans il monte sur le trône d’Annam. Il est le « Fils du Ciel », à la fois dieu et homme, père et mère d’un peuple fin, spirituel, travailleur, héritier d’une très vieille civilisation qui, dans le respect de la tradition, anime une société remarquablement organisée autour de la famille, du village et de l’empereur. Il choisit alors pour nom de règne : Bao-Daï, « le protecteur de la grandeur ».

L’indépendance et l’unité du Vietnam conditionnent cette grandeur. L’empereur Bao-Daï va en poursuivre la réalisation…

En ce XXe siècle finissant, alors que tout le monde angoissé attend de la confrontation entre l’Orient et l’Occident l’enfantement d’une ère nouvelle. S.M. Bao-Daï porte en lui au plus haut degré l’empreinte de cette rencontre. Le même drame se joue à travers son expérience exceptionnelle, comme dans les déchirements et l’holocauste d’un peuple auquel il n’a cessé de porter l’affection d’un père, partageant ses misères et son exil. Un drame dont la scène risque de s’étendre au monde tout entier.

Après 25 ans de silence et de réflexion, aujourd’hui, S.M. Bao-Daï a décidé de parler.

* * *

Le site Belle Indochine a mis en ligne les extraits qui suivent :

[présentation de Belle Indochine] Livre introuvable aujourd’hui, La Dragon d’Annam a été publié en 1989. C’est un éclairage intéressant sur la vie et surtout la personnalité de Bao Dai. Son enfance dans la solitude du Palais, ses études en France où il découvre notamment le sport, la mort de son père (l’Empereur Khai Dinh), le poids des responsabilités alors qu’il n’est pas encore adulte.

On y découvre surtout son regard critique sur les français, qui l’empêchent de gouverner comme il le souhaiterait. Il ne désire qu’une chose, finalement, c’est le départ de la France et l’indépendance de son pays. Les Japonais lui en donneront l’occasion, qu’il n’hésitera pas à saisir.

C’est enfin l’histoire rocambolesque de l’abdication, en réponse au « Comité Populaire de Hanoi ». Il ne sait pas qui ils sont, mais il va quand même leur apporter sur un plateau son soutien ! Il faut lire ces pages étonnantes…

Quelques dates :

– né le 22 octobre 1913, décédé le 31 juillet 1997,

– intronisé le 8 janvier 1926, à l’âge de 12 ans,

– retour dans son pays en septembre 1932,

– épouse en 1934 Nam Phuong,

– 11 mars 1945, donne lecture d’un acte d’indépendance du Tonkin et de l’Annam ; Le 14 avril, il annonce l’annexion de la Cochinchine. C’est la réunification du Vietnam.

 

* * *

Extraits

[les passages en italique sont de Belle Indochine]

Éducation

« Tous les jours mon précepteur, un mandarin lettré venait m’enseigner, à travers les entretiens de Confucius, les devoirs et charges du Prince. Pendant 4 ans, j’ai ainsi vécu seul, prenant mes repas seul, au rythme d’un programme immuable ou chaque journée était identique à la précédente.

Une à deux fois par mois, j’étais autorisé à assister à repas que prenait mon père [l’empereur Khai Dinh]. Plus rarement, alors qu’il se rendait à la Résidence Supérieure, il m’emmenait avec lui. J’avais le loisir de m’amuser avec les enfants du Résident Pasquier, qui parlaient couramment  la langue vietnamienne.

Pendant cette période, je n’ai jamais eu de jouet. »

« D’ailleurs, contempler la nature, ainsi que je le faisais tous les jours, c’est jouer avec l’univers tout entier. Comme mes études, mes jeux étaient graves, emprunts de respects pour l’ordre établi.

Parfois, à l’occasion d’anniversaires, je pouvais me rendre au palais des reines, situé de l’autre coté que celui de l’empereur, et bordé d’un mur aveugle. Chaque épouse royale y disposait d’un appartement royal. L’impératrice douairière y occupait la 1ère place. Dans ces occasions, j’allais la saluer suivant un cérémonial très strict, ne lui parlant qu’à genoux, alors qu’elle se tenait quasiment invisible derrière un rideau de fin bambous. Le palais des femmes comptait encore quelques eunuques, et de nombreuses servantes, chaque épouse royale disposant d’un nombre de domestique proportionnel au rang qui lui était attribué. Ces servantes me préparaient de somptueuses collations qui faisaient diversions dans la nourriture assez spartiate que l’on me servait tous les jours. […]

Certes, ce régime d’où tous les exercices physiques étaient proscrits, n’était guère sain pour un jeune enfant. Il explique d’ailleurs à lui seul la mortalité précoce d’un grand nombre de princes. Mon grand père est mort à 25 ans, son frère à 14 ans. A 9 ans, je pesais à peine plus de 20 kilos. »

Intronisation

« Un soir de novembre 1925, M. Charles m’attend à la sortie des cours.

Mon cher Vinh, j’ai une nouvelle bien triste à vous annoncer. L’empereur Khai Dinh est mort avant hier  [25 novembre 1925]. Vous allez partir pour assurer la succession de votre père. […]

J’avais 12 ans.

« Nous arrivons à Hué à la fin du mois de décembre. Mon caractère s’est affermi mais je suis préoccupé par la succession. Avant de mourir, mon père a exprimé sa volonté de me voir poursuivre mes études en Europe. Les autorités française consultés par la cours de hué ont donné leur accord. Le Conseil d’État ou secret a donc nommé un régent qui exercera le pouvoir jusqu’à mon retour. […]

Quelques jours après que furent prises ces dispositions, le 8 janvier 1926, à la date fixée par les astrologues comme la plus favorable ont lieu mon couronnement.

La veille, je me suis rendu dans le palais de Can Chanh, pour y recevoir les ornements royaux. On m’a revêtu de la propre tenue de l’Empereur Gia Long, fondateur de notre dynastie. Cette tenue est précieusement conservée comme une relique et ne sert que pour les cérémonies de couronnement. Tunique jaune, décorée de broderie d’or, avec les bottes assortis, chaussures en forme de cothurnes à semelle épaisse dont la pointe se relève, puis la coiffure, sorte de tiare à fonds de crin, ornée de broderie et de pierres précieuses.

L’un des 4 membres du Comat m’a alors remis la plaque d’or, « ordre royal », qui est accroché au coté droit de la tunique, un très haut mandarin m’a présenté, de la part de la Cour, le Livre d’Or, ouvert au commencement de chaque règne, sur lequel sera inscrit le nom que je porterai dorénavant : Bao Dai, qui signifie « le protecteur de la grandeur ». »

Retour en Annam

Quelques années plus tard, en 1932, Bao Dai rentre dans son pays. Il se pose alors la question de son rôle :

« Quels seront mes prérogatives ?

Après la mort de Khai Dinh en 1926, une convention a été passée avec la France, à la suite de laquelle le conseil se plaça sous la présidence du Résident Supérieur, à qui nous rendons compte et présentons nos propositions ».

Les décisions sont prises par le Résident Supérieur et son cabinet, en particulier pour tout ce qui concerne le budget.

– personne ne m’a jamais parlé de cette convention. Si j’avais été mis au courant, je ne l’aurai jamais acceptée.

– Sire, elle a été signée par le Conseil de Régence. Pratiquement, elle a transféré au Résident Supérieur les dernières attributions du Gouvernement Impérial aux plans politiques et judiciaires. Pour le Tonkin, c’est la Résident Supérieur du Tonkin qui exerce désormais les prérogatives de vice roi. »

Voyage organisé au Tonkin

Il a alors 19 ans. Un voyage est organisé peu après son retour au Tonkin, pour faire visiter à l’Empereur une région qu’il n’a jamais vue. Des réceptions sont organisées à Hanoi. Visite des mines de Hon Gai. 

« Pour moi, ce sont les français qui me font découvrir mon pays et, au cours de ce voyage, je fais un peu figure de vassal de la France. […]  Ce voyage m’a incontestablement révélé une nouvelle dimension de mon pays. Les possibilités industrielles du Tonkin devraient faciliter son accession au rang des nations modernes. [..] Je n’en reviens pas moins assez déçu de ce séjour. En effet, j’ai encore mieux ressenti à Hanoi, où j’ai étais reçu en invité alors que j’étais chez moi,  combien est infime le rôle qu’on attend de moi. Tout ce qui concerne, en fait, la vie quotidienne, l’avenir de mon pays et de mon peuple m’est interdit. Je ne suis plus qu’un personnage de théâtre qui apparaît de temps en temps sur la scène mais qui ne mène pas le jeu. »

Tentative de réformes

« Le 10 septembre 1932, je fis publier une ordonnance dans laquelle je déclarais ma volonté de gouverner avec le concours du peuple, sous la forme d’une monarchie constitutionnelle, et de réformer tout ce qui avait besoin de l’être : le corps mandarinal, l’enseignement et la justice.

Cette déclaration obtint un très grand succès dans la population, notamment dans la jeunesse vietnamienne qui attendait un changement. […]

L’avenir se présentait sous d’heureux auspices. Je savais qu’il ne fallait rien brusquer si je ne voulais pas subir le sort de certains de mes prédécesseurs. […]

C’était mal connaître l’administration française, ce que l’on appelait « les services civils ». Appuyés par les milieux nationalistes, ils opposèrent aussitôt une sourde résistance à toutes tentatives de réformes. Pourtant celles-ci étaient indispensables. Il faut savoir qu’à cette époque, si un Annamite était admis à égalité de titres dans les cadres de l’Administration, comme les français, il était loin de percevoir le même traitement. Ainsi, un gouverneur de grande province […] gagnait moins qu’un simple agent de police européen engagé à Hanoi. Dans ces conditions, il était inévitable que pour tenir leur rang et ne pas perdre la face,  certains mandarins fussent pousser à abuser de leur situation auprès du peuple. […] Elles avaient aussi une autre conséquence, non moins grave : elles provoquaient le découragement des meilleurs éléments […].

Une lutte pied à pied s’engagea pour tenter de reprendre quelque unes des décisions qui avaient pratiquement vidé le traité de protectorat de son contenu. L’administration fut la plus forte, et toute tentative fut paralysée. »

Au bout de quelques mois, les deux proches collaborateurs engagés par Bao Dai présentèrent leur démission, faute de pouvoir de réformer quoique ce soit.

Déception confirmée

« Vous m’avez dit que mon père était revenu très déçu de son voyage en France de 1922. Maintenant, au bout de 18 mois de présence ici, j’éprouve la même déception. De  ses conversations à Paris, mon père avait espéré obtenir le retour au régime réel du protectorat. Moi, j’ai cru pouvoir réaliser des réformes qui auraient abouti au même résultat. Tout a été vain. J’en arrive à penser que les nationalistes ont raison.[..] Malraux disait: « il est difficile de concevoir qu’un annamite courageux soit autre chose qu’un révolutionnaire ».

La 2ème guerre mondiale

« Contrairement à ce qu’on a pu croire, la défaite de la France en juin 1940 n’a pas provoqué au Vietnam un relâchement des liens qui existaient entre les deux pays. En réalité, le peuple vietnamien éprouvait une grande compassion à l’égard des malheurs qui frappaient la nation protectrice et la population n’a peut être jamais été aussi proche de la Communauté française qu’à cette époque là. Ainsi, lorsqu’il fut fait appel à elle, répondit elle avec générosité à toutes les collectes organisées par le Secours National. Sans doute y avait il dans cette attitude du peuple vietnamien l’espoir que plus tard la France, en retour, accomplirait un geste en faveur du Vietnam et de son indépendance. »

Coup de force des Japonais

L’ambassadeur du Japon en Indochine s’entretient, le 9 mars 1945, avec l’Empereur :

« Le Japon a été contraint de prendre les affaires en main en Indochine en raison des activités subversives de la résistance française. Celle ci recevait des armes et avait l’intention de gêner les mouvements de notre armée ». L’ambassadeur précise « Nous voulons redonner l’Asie aux Asiatiques ».

Puis l’ambassadeur ajoute :  » Je suis chargé de remettre à votre majesté l’indépendance du Vietnam ». […]

« Puis je donc laisser passer la proposition qui nous est offerte ? L’indépendance, c’est le rêve de tous les vietnamiens ! » En toute connaissance de cause, je prends ma décision : il faut savoir saisir l’occasion tout en essayant de réduire au minimum les exigences et les ingérences ».

 L’indépendance est donc proclamée le 12 mars 1945.

A l’issue du cessez le feu des Japonais :

« Je suis moi même profondément ému. L’œuvre que mes ancêtres n’avaient pas pu faire aboutir, je l’ai conduite à son terme. Le Vietnam est réunifié et indépendant ». Les souffrances endurées par mon peuple n’ont pas été vaines. »

Il écrit à de Gaulle :

« Vous avez trop souffert pendant 4 ans pour ne pas comprendre que le peuple vietnamiens qui a 20 siècles d’histoire et un passé souvent glorieux ne veut plus, ne peut plus supporter aucune domination, ni aucune administration étrangère. »

Abdication  

« Devant la volonté  unanime du peuple vietnamien prêt à tous les sacrifices pour sauvegarder l’indépendance nationale, nous prions respectueusement votre majesté de bien vouloir accomplir un geste historique en remettant ses pouvoirs ». Signé : le comité de patriotes représentant tous les partis et toutes les couches de la population.

Ils veulent une révolution, je vais la faire mais sans verser le sang, par une évolution politique. Si l’on tient compte de l’histoire des peuples, il n’y a qu’une seule solution : mon départ. »

Ceux qui l’ont rédigé sont des patriotes qui veulent comme moi l’indépendance et l’unité du Vietnam. Il ne aucune idée de qui se cache derrière les signataires. « Ils ont des contacts, des moyens, des armes ; je n’ai rien ».

Bao Dai est d’accord pour abdiquer. Mais à qui renvoyer la réponse ? Qui est ce fameux « comité de patriotes » ? Les conseillers se renseignent, mais reviennent bredouille.

« Alors je lance un message dans le vide, comme une bouteille à la mer. Par télégraphe, je m’adresse au « Comité des patriotes » à Hanoi.

« Répondant à votre appel, je suis prêt à m’effacer. A cette heure décisive de l’histoire  nationale, l’union signifie la vie, et la division la mort. Je suis prêt à tous les sacrifices pour que cette union puisse se réaliser et demande aux chefs de votre Comité de venir le plus tôt possible à Hué pour le transfert des pouvoirs ».

« Leur incontestable succès n’est il pas le signe qu’ils ont reçu mandat du ciel ? »

« Indépendance pour la patrie, Bonheur pour le peuple. Pour ces 8 mots et pendant 80 ans, tant de nos frères et de nos sœurs ont sacrifié leur vie dans la jungle, les forêts et les prisons que, comparer aux sacrifices de ces milliers de héros et d’héroïnes, mon abdication n’est qu’une très petite chose. »

« Enfin libre ! »

« Maintenant, il fait que le peuple se serre les coudes autour d’une équipe apparemment plus capable que moi de réaliser l’indépendance. »

Quelques heures après, suite  à la déclaration d’indépendance du Vietminh, il déclare :

« Cette proclamation comporte un réquisitoire contre le colonialisme française dont la violence me surprend… »

 Le 31 juillet 1997, le dernier Empereur du Vietnam meurt à Paris. Il est enterré au cimetière de Passy. Il faudra néanmoins attendre le 20 mai 2006, soit presque 10 ans, pour que le dernier Empereur ait droit à un monument funéraire au lieu d’une simple plaque de béton…

Source : Belle Indochine