Archives par mot-clé : Annam

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914)

Parution aux éditions de la Sorbonne. Présentation de l’éditeur.

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule Indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Source : Éditions de la Sorbonne

Johann Grémont : Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire [parution]

[ndlr] Signalement de la publication de la thèse remaniée de Johann Grémont. Présentation de l’éditeur.

Réf. : Johann Grémont, Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940, Paris : Maisonneuve et Larose nouvelle édition, coll. « Asie en perspective », 2018.

La collection Asie en perspective est dirigée par Eric Guerassimoff et Emmanuel Poisson.

Des manuels de géographie aux planisphères de l’École de la République, l’Indochine coloniale affiche sur des aplats rassurants une autorité dont les contours clairement définis s’appliquent de manière uniforme sur l’ensemble du territoire. En réalité l’affirmation de la France sur les confins du Tonkin à partir des années 1880 fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé.

Depuis la moitié du XIXe siècle, la région frontalière bordant le Céleste empire échappe à l’autorité nominale de la cour de Huế qui s’appuyait traditionnellement sur les gardiens traditionnels des marches issus des grands lignages autochtones pour garantir une stabilité mise à mal sous la pression des bandes chinoises. L’autorité des empereurs Nguyễn s’efface au profit de l’ordre colonial, nouveau garant de la paix et de la stabilité sur la frontière sino-vietnamienne.

Épaulés par leurs partisans, les officiers français, basés dans un chapelet de postes, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière. C’est cette histoire du maintien de l’ordre sur les confins de l’Empire par les autorités coloniales qui est l’objet de ce livre. Fruit d’une thèse de doctorat, il vise à restituer l’architecture destinée à préserver l’ordre public sur la frontière sino-vietnamienne, cerner le dynamisme des illégalismes transfrontaliers, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions, et étudier la manière dont les pouvoirs publics tentent d’apporter une réponse à cette criminalité bordant la région frontalière.

L’auteur : Enseignant de formation, Johann Grémont  a vécu et travaillé au Vietnam dans le cadre de la coopération décentralisée. Désormais attaché d’administration centrale, il poursuit ses recherches autour de la frontière et du maintien de l’ordre dans les colonies à la confluence de l’histoire culturelle et quantitative.

Source : Hémisphère éditions

Image « à la une » : Pirates chinois venus en parlementaires à Bao-Ha, tiré de Léon-Xavier Girod, Dix Ans de Haut-Tonkin, édité chez Alfred Mame & fils à Tours, 1899.

Nguyen Thi Hanh : Les questions frontalières sino-vietnamiennes et les impacts de la France sur ces questions

[ndlr] Le labex TransferS est heureux d’accueillir durant le mois de septembre Nguyen Thi Hanh, du Département d’histoire de la Hanoi National University of Education. Nguyen Thi Hanh donnera à l’ENS une série de conférences portant sur les questions frontalières sino-vietnamiennes et les impacts de la France sur ces questions.

  • Lundi 18 septembre, 17h-19h, ENS salle 235C

Histoire de la frontière terrestre sino-vietnamienne : héritage de l’époque coloniale française au Vietnam

  • Vendredi 22 septembre, 15h-17h, ENS salle Beckett

La question de la frontière dans le golfe du Tonkin

  • Jeudi 28 septembre, 17h-19h, ENS salle 235C

La Chine, l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) et les frontières maritimes du Vietnam

Les conférences se dérouleront en français.
Vous en trouverez le détail à la page suivante :

Ces conférences sont ouvertes à tous, l’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

S. E. Bùi Bằng Ðoàn

130723154600_0026 - Copie (3)S. E. Bùi Bằng Ðoàn, Ministre de la Justice. Originaire de la province de Hà-Ðông (Tonkin).

Issu d’ancêtres lauréats des anciens concours et grands mandarins : son père était Tuần-Vũ. Son grand-père, reçu Thủ-Khoa (1er lauréat des concours littéraires triennaux) sous le règne de Minh-Mạng, Tiến-sĩ sous le règne de Thiệu-Trị, était Tổng-Ðốc de Bắc-Ninh sous le règne de Tự-Ðức avec le grade de Thái-tử-Thiếu-bảo.

Reçu Cử-nhơn au concours triennal de 1906.

Entré à l’école des mandarins en 1907, en est sorti diplômé en 1911 avec le numéro 1.

Nommé Tri-huyện à Nam-Định.

A occupé successivement de 1913 à 1925 cinq postes de Tri-huyện et deux de Tri-phủ.

Án-sát (1926), Tuần-phủ p. i. de Cao-Bằng (1928).

Chargé en 1930 des fonctions de Président du Tribunal provincial à Bắc-Ninh, fonctions qui étaient confiées depuis le début de la réforme judiciaire au Tonkin (1917) à des magistrats français ou des administrateurs des Services civils.

Tuần-phủ de Cao-Bằng (1932), de Ninh-Bình (1933).

Ministre de la Justice à Huế depuis mai 1933.

Commandeur du Dragon d’Annam (1934).

Commandeur du Mérite Agricole (1936).

Commandeur du Million d’Éléphants (1939).

Grand Officier de l’Ordre royal du Cambodge (1942).

Officier de la Légion d’Honneur (1942).

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 21.

Suite biographique :

BuiBangDoan1889-1955Notice Wikipedia VN :

Bùi Bằng Đoàn (1889-1955)

A partir de novembre 1945, participe au gouvernement provisoire de la RDVN : membre du comité de recherche pour le redressement national puis dirige le Comité de contrôle du gouvernement

En janvier 1946, est élu député de l’Assemblée nationale pour la province de Hà Ðông et en novembre 1946 dirige le Comité permanent de l’Assemblée nationale.

Rejoint le maquis Việt Bắc en 1947-1948.

Décède à Hanoi le 13 avril 1955.

Marié à Trần Thị Đức, il est le père du journaliste Bùi Tín (dissident), de l’entrepreneur Bùi Nghĩa et de huit filles.

S. E. Ưng Đinh

SE_UngDinhS. E. Ưng Đinh, Tổng-Đốc en retraite (de la famille royale). Né en 1870 à Huế.

Cử-Nhân.

Entré dans le Mandarinat en 1900.

Actuellement Tổng-Đốc en retraite avec grade Hiệp-Tá-Đại-Học-Sĩ.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Officier du Dragon d’Annam.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 21.

S. E. Trương Như Ðinh

SE_TruongNhuDinhS. E. Trương-như-Ðinh, ministre de l’Économie rurale du Royaume d’Annam. Né en 1892 à Hiền-Lương (Thừa-Thiên, Annam), fils de feu S.E. Trương-như-Cương, Ancien Ministre, Président du Conseil de Cơ-Mật.

Reçu Cử-Nhơn (Concours triennal) en 1909.

Ayant subi avec d’excellentes notes aux 3 épreuves du concours Doctorat en 1910 et admis au concours gradué du Collège Quốc-Học (1910).

Nommé Thừa-Phái au Conseil de Cơ-Mật (1914).

Hành-Tấu au Ministère de l’Instruction Publique (1914).

Lãnh-Viên-Ngoại (1915).

Lãnh-Lang-Trung (1916).

Tri-Phủ de Ninh-Hòa (Nha-Trang) (1919).

Tri-Phủ de Tam-Kỳ (Quảng Nam) (1922).

Lang-Trung au Ministère de la Guerre (1924).

Nommé en outre, cumulativement Phó-Sứ au Hộ-Thành (Service de la Police de la Citadelle) (1926).

Trésorier Royal (1926).

Thị-Lang au Ministère de la Guerre et du Service de la Police de la Citadelle (1928).

Tham-Tri titulaire du Ministère des Finances (1933).

Tuần-Vũ de Phú-Yên (1936).

Ministre de l’Économie rurale (1942).

Mission à l’École coloniale en France (1911 à 1913).

Commandeur du Dragon d’Annam (1940).

Officier du Mérite agricole (1941).

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 20.

Gregg Huff: Vietnam’s 1944-1945 Famine – Explanations, Responsibility and Revolution

[ndlr] Séminaire de l’IAO.

Mercredi 08 juin 2016
Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

« Vietnam’s 1944-1945 Famine : Explanations, Responsibility and Revolution »

Gregg Huff, Pembroke College, University of Oxford, England

This paper provides the first quantitative analysis of Vietnam’s 1944-1945 great famine which claimed the lives of over a million people in Tonkin and North Annam and was instrumental in the August 1945 Viet Minh and communist revolution. Competing and hitherto unsatisfactory explanations have put the famine down to the weather, French or Japanese administrative failures, and US aerial bombardment. I show that famine, although made worse by wartime events, resulted from successive typhoons that struck coastal areas and was caused by a consequent food availability deficit. Econometric analysis reveals that differences in endowments and entitlements largely explain who died.

SeminaireIAO_2016_06_08

Source : IAO

Image « à la une » : photographie de Vo An Ninh, témoin de la famine en 1945 : Tận mắt xem 19 bức ảnh về nạn đói năm 1945 của cố nghệ sĩ Võ An Ninh (Giao Duc Viet Nam, 11/06/2012)

100 năm ngày khởi nghĩa vua Duy Tân (1916-2016)

[ndlr] Célébration cette année du centenaire de la révolte de l’Empereur Duy Tân en 1916. La revue d’histoire Tạp chí Xưa và Nay y consacre sa une ainsi que deux articles et une double page centrale illustrée. Présentation et sommaire ci-dessous.

100 năm ngày khởi nghĩa vua Duy Tân

Giữa năm 1916, chiến tranh thế giới thứ Nhất ngày càng trở nên khốc liệt. Ở Pháp, trận chiến giữa Pháp và Đức vẫn đang tiếp diễn, chưa phân thắng bại, tình hình thế giới lúc đó rất căng thẳng. Bấy giờ tại Việt Nam,vua Duy Tân (ở ngôi 1907-1916) đã được 16 tuổi; dù tuổi còn trẻ, nhưng nhà vua tỏ ra rất thông minh, thường làm thơ và câu đối chất chứa nghĩa khí, do đó, một số sĩ phu như Trần Cao Vân, Thái Phiên, Lê Ngung, Lê Dương…và một số nhà yêu nước ở Quảng Nam, Quảng Ngãi chú ý, muốn nhân thời cơ rất thuận lợi là Pháp đang bận rộn ở chính quốc để cùng nhà vua lên kế hoạch kháng Pháp, giành lại độc lập cho Việt Nam.

Xua&Nay_469_3-2016Xua&Nay_469_3-2016_mucluc

Voir aussi la page Facebook de la revue.

S.E. Tran Thanh Dat : nouveau Ministre de l’Education nationale

[ndlr] Reproduction de l’article biographique dédié au lettré Trần Thanh Đạt paru dans Indochine hebdomadaire illustré (1942).

Né le 18 décembre 1891 au village de Tiên-nôn, canton de Mâu-tài, huyên de Phu-vang, province de Thua-thiên, de feu Tran-Nha, Quang-lôc-tu-khanh, et de feue Mme Huynh-thi-Diêu, S. E. Tran-thanh-Dat a fait de brillantes études qui l’ont conduit successivement au diplôme de l’Enseignement franco-annamite, obtenu en 1908, à l’École de Droit et d’Administration de Hanoi, qu’il quitta en 1922, enfin à l’École des Hautes Études du Gouvernement annamite dont il fut premier lauréat à l’examen de sortie en 1925. Il fit une brillante carrière dans le mandarinat.

Inscrit au Têt 1942 pour le grade de 2-1, puis promu au même grade le 12 mai 1942, il prend depuis cette date le portefeuille de l’Éducation Nationale où il succède à S. E. Pham Quynh, que la confiance de S. M. l’Empereur appelle aux hautes charges de ministre de l’Intérieur.

TranThanhDat_1942

De 1933 à 1940, sept années durant, il a été le collaborateur immédiat de S. E. Pham Quynh, que ses fonctions de ministre directeur du Cabinet retenaient souvent au Palais Impérial et qui se reposait ainsi entièrement sur lui du soin de l’expédition des affaires courantes. Animé d’une grande passion pour les questions d’enseignement, auxquelles il se consacrait avec une haute compétence, une grande culture à la fois moderne et traditionnelle, une parfaite expérience administrative, maintes fois – contre l’intérêt même de sa carrière – il a décliné des postes de chef de province, voulant rester ainsi fidèle à ce qu’il considérait comme sa véritable vocation.

Source : Indochine hebdomadaire illustré, n° 92, Jeudi 4 juin 1942, [p. [XIV du cahier central illustré].

Philippe Le Failler : L’établissement d’une administration d’exception pour des territoires hors norme

[ndlr] Annonce du prochain séminaire de l’EFEO Paris.

Logo_EFEO

Philippe Le Failler (EFEO)

L’établissement d’une administration d’exception pour des territoires hors norme.

Le contrôle des montagnes de la frontière sino-vietnamienne à la fin du XIXe siècle

Lundi 15 février (11h-12h30)

Maison de l’Asie

(22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, salon du 1er étage)

Comment délimiter, cartographier et aborner une frontière sur un territoire fraîchement conquis dont on ignore la complexité du peuplement, la nature des rapports interethniques et les enjeux d’une gestion au quotidien des confins de l’empire ? Reprenant souvent à son compte les principes du gouvernement impérial vietnamien, oscillant entre délégation aux chefs locaux et administration directe, le pouvoir colonial français a établi une structuration du territoire économe en moyens et d’une certaine efficacité pendant plus d’un demi-siècle. Ce faisant, cette démarche pragmatique annonçait la fin des autonomies locales et pavait le chemin aboutissant à une intégration accélérée à l’état-nation vietnamien des espaces montagnards qui furent jadis autant de marges géographiques, humaines et politiques relevant d’un régime d’exception.

Séminaire EFEO Philippe Le Failler

Dernier ouvrage de cet auteur :

Le Failler, Philippe, La rivière Noire. L’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, Éditions du CNRS, Etudes Imasie-Pacifique, 2014.

Philippe Le Failler est membre statutaire de l’IrAsia et MCF à l’École française d’Extrême-Orient.