Archives par mot-clé : Amnesty International

Viêt-Nam : les prisonniers d’opinion torturés dans les prisons [Amnesty International]

[ndlr] Le nouveau rapport d’Amnesty International publié le 12 juillet 2016 sur les conditions de détentions des prisonniers d’opinion en République socialiste du Viêt-Nam. Accablant.

Dans le rapport « Des prisons à l’intérieur des prisons : la torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Viêt-Nam », nous avons documenté les pratiques de disparition forcée, mise à l’isolement et torture contre les prisonniers d’opinion, dans ce pays considéré comme l’un des plus fermé au monde.

DES PRISONNIERS TORTURÉS POUR LEUR SOUTIRER DES AVEUX

Dar a passé 5 ans derrière les barreaux. Les 10 premiers mois de sa détention, ils les a passés à l’isolement dans une minuscule cellule, dans l’obscurité la plus complète et dans un silence total. Pendant les deux premiers mois, on est venu le chercher chaque jour pour l’interroger et le rouer de coups.

Les autorités lui ont infligé des décharges électriques, lui ont fait passer le long de sa jambe un morceau de papier enflammé, lui brûlant la peau. Ils l’ont contraint à supporter des positions inconfortables et douloureuses pendant huit heures d’affilée. Il a également été frappé à coups de bâton, de tube en caoutchouc, de poing et de pied.

Un jour, des policiers l’ont pendu par les bras au plafond pendant un quart d’heure et l’ont frappé. Plusieurs fois, des policiers, ivres semble-t-il, ont fait irruption dans sa cellule au beau milieu de la nuit pour le rouer de nouveau de coups.

Dar était emprisonné en raison de son appartenance ethnique.

De nombreux anciens prisonniers interrogés par Amnesty International ont indiqué que la torture et les mauvais traitements avaient été particulièrement violents durant leur détention provisoire, car les autorités voulaient leur arracher des « aveux ».

Lire la suite : Amnesty International, 12/07/2016.

Téléchargez le rapport (PDF) ci-dessous :

Des prisons à l’intérieur des prisons

Les cas présentés dans ce rapport illustrent le fossé qui existe au Viêt-Nam entre les promesses faites en public de mettre un terme à la torture et aux autres mauvais traitements et la réalité telle que la vivent les prisonniers d’opinion incarcérés dans les centres de détention et les prisons du pays.
Index AI : ASA 41/4187/2016
Date de publication : 12 juillet 2016

Viet Nam: Arrest of human rights lawyer highlights spurious commitment to human rights

[ndlr] Nguyễn Văn Đài (1969-), activiste bien connu, est de nouveau emprisonné. Son arrestation le 16 décembre 2015 pour « propagande anti-étatique » a soulevé les protestations de l’ensemble des organisations de défense des Droits de l’homme et de l’Union européenne. Communiqué d’Amnesty International ci-après.

Authorities in Viet Nam must immediately and unconditionally release human rights lawyer Nguyễn Văn Đài, who has been detained on charges of “spreading propaganda against the state” shortly after the EU-Viet Nam Human Rights dialogue was held in the capital Ha Noi, Amnesty International said today.

According to a statement by the Ministry of Public Security, Nguyễn Văn Đài was taken into police custody on Wednesday and charged under Article 88 of the Penal Code, which has frequently been used to imprison peaceful activists and human rights defenders. A search warrant was issued for his house in Ha Noi. The arrest comes a month before the once every five years National Congress of the Communist Party of Viet Nam which is often preceded by a crackdown on dissent.

“Nguyễn Văn Đài is a brave and passionate activist who has been raising awareness domestically and internationally about human rights violations in a country that tolerates no dissent. His arrest highlights Viet Nam’s spurious commitment to human rights. He must be immediately and unconditionally released,” said Champa Patel, Amnesty International Director for Southeast Asia and the Pacific.

“The timing of Đài’s arrest is worrying and may indicate the start of a crackdown on government critics similar to those which have preceded previous party congresses. Rather than locking up its critics, Viet Nam should be looking on the party congress as an opportunity to reform and to move the country towards a genuine commitment to human rights.”

Nguyễn Văn Đài is a well-known human rights lawyer and former prisoner of conscience. He founded the dissident Committee for Human Rights in Viet Nam in 2006 – now called the Vietnam Human Rights Centre – and was one of the original signatories to an online petition on Freedom and Democracy for Viet Nam which garnered the support of thousands.

Between 2007 and 2011, Nguyễn Văn Đài served four years in prison on charges of “conducting propaganda against the state”. In April 2013, he founded the Brotherhood for Democracy, and he now faces imprisonment for a second time for his commitment to human rights. If convicted for “spreading propaganda against the state”, Nguyễn Văn Đài faces between three and 20 years in prison. Since his arrest this morning, activists inside Viet Nam have been describing Đài as Viet Nam’s Pu Zhiqiang.

The arrest comes 10 days after Đài and three colleagues were brutally assaulted by 20 men in plain clothes after they had delivered a small workshop on human rights. The attack is the latest in a series of physical assaults on human rights defenders in Viet Nam over the past 18 months which have been highlighted by the UN, among others.

“The Vietnamese authorities must also take immediate steps to end intimidation, harassment and other forms of attacks against human rights defenders, and establish an independent and impartial body to investigate and bring suspected perpetrators to justice,” said Champa Patel.

Background

Amnesty International and others have repeatedly called for Article 88 to be repealed or amended to conform with international human rights law and standards, which Viet Nam is obliged to uphold as a signatory to the International Covenant on Civil and Political Rights.

Vietnamese authorities have stated that several laws relating to human rights are under preparation for approval by the National Assembly in 2016. They include the draft Amended Law on the Press, the draft Law on Association, the draft Law on Demonstrations and the draft Law on Access to Information.

Source : Amnesty International

Pour en savoir plus :

  • L’État vietnamien s’acharne contre le journalisme-citoyen, Reporters sans Frontières, 10/12/2015 : Une semaine après avoir été passé à tabac, le journaliste-citoyen Nguyen Van Dai a été arrêté pour “propagande contre l’état”. Reporters sans frontières (RSF) dénonce cette nouvelle arrestation arbitraire et exhorte les autorités à mettre un terme au harcèlement des journalistes-citoyens vietnamiens.

Image « à la une » : Nguyen Van Dai, page Facebook.

Viêt-Nam : Nguyen Tien Trung, blogueur engagé emprisonné pour ses idées [Amnesty International]

[ndlr] A l’occasion de la Journée mondiale des Droits de l’homme, rappel sur le sort de Nguyen Tien Trung détenu au Viêt-Nam depuis juillet 2009. Amnesty International lance une pétition pour soutenir la libération de cet ancien étudiant de l’INSA à Rennes (2002 à 2007) aujourd’hui en prison dans son pays.

 

Blogueur, Nguyen Tien Trung militait pacifiquement pour la démocratie © AI
Blogueur, Nguyen Tien Trung militait pacifiquement pour la démocratie © AI

Blogueur, Trung militait pacifiquement pour la démocratie et publiait régulièrement des opinions critiques des autorités vietnamiennes quand il a été arrêté et condamné à la prison. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion.

Né en 1983 au Viêt-Nam, Trung est parti pour la France pour faire ses études à l’Institut national des sciences appliquées de Rennes. Loin de chez lui, il s’initie aussi à l’action politique et commence à s’engager en faveur de la démocratie au Viêt-Nam (pays à parti unique où l’expression démocratique est très restreinte). En 2006, il envoie des lettres ouvertes aux autorités de son pays pour dénoncer l’absence de démocratie, les violations des droits humains et les abus de pouvoir. Il critique également le système éducatif qui met l’accent sur l’idéologie politique. L’absence de réponse le pousse à adresser ces lettres au site vietnamien de la BBC.

Cette même année, il fonde avec des amis l’Assemblée des jeunes Vietnamiens pour la démocratie [Tập Hợp Thanh Niên Dân Chủ], un groupe qui incite les jeunes Vietnamiens – dans leur pays ou à l’étranger – à appeler à des réformes politique et à l’instauration de la démocratie. Un an plus tard, son diplôme en poche, il retourne au Viêt-Nam. En mars 2008, il est appelé à faire son service militaire : en raison de ses convictions politiques, il refuse de prêter serment à l’armée et d’engager sa loyauté envers le parti communiste. Il est renvoyé de l’armée le 6 juillet 2009.

Dès le lendemain, il est arrêté chez ses parents à Ho-Chi- Minh-Ville avant d’être placé au secret. Un mois plus tard, une chaîne de télévision gouvernementale diffuse une vidéo dans laquelle il reconnaît avoir fait de la propagande contre l’État. Le 20 janvier 2010, il est jugé avec trois autres personnes pour « tentative de renversement du gouvernement du peuple». En vertu de l’article 79 du Code pénal, il est condamné à sept ans de prison puis trois ans de résidence surveillée.

Lors de son procès, Trung a reconnu avoir appelé à la démocratie mais il a nié avoir cherché à renverser le gouvernement. Trung n’a pas fait appel du jugement.

Ses co-accusés sont condamnés à des peines de cinq à 16 ans de prison. Deux d’entre eux ont été libérés depuis.


Marc Lévy défend le jeune blogueur Nguyen Tien… par Amnesty_France

Un climat ultra répressif

L’arrestation de Nguyen Tien Trung s’est produite dans le cadre d’une vague de répression contre des blogueurs et dissidents politiques vietnamiens en 2009.

Le gouvernement vietnamien ne tolère aucune critique. Les organisations indépendantes, syndicats, ONG et partis politiques ne sont pas autorisés et les médias sont contrôlés par l’État. Malgré ces restrictions, l’utilisation de blogs pour débattre des questions considérées comme sensibles a énormément augmenté.

Les autorités s’appuient sur des dispositions, formulées en termes vagues, liées à la sécurité nationale du Code pénal pour museler les détracteurs du gouvernement. Des dizaines de dissidents ont été condamnés et mis en prison au terme de procès bafouant les normes internationales d’équité. Des dizaines d’autres sont en détention provisoire : blogueurs, hommes d’affaires, militants syndicaux, avocats, chefs religieux, militants sociaux et environnementaux…

Le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a même appelé en 2012 le gouvernement du Viêt-Nam à prendre des mesures pour remédier à cette situation. Il a également appelé à la libération de Trung et de ses co-accusés.

Exprimez-vous car nul autre ne peut le faire en notre nom. Agissez maintenant ou jamais. Nguyen Tien Trung.

 

Source : Amnesty International, 04/12/2013.

* * *

Témoignage de Nam, le frère de Trung

Rencontre Amnesty à Paris 13e le 11 décembre 2013 :

« Vietnam et Libertés » (voir l’affiche) – salle C 100 (UFR Communication)

Le Laos doit garantir le retour d’un dirigeant de la société civile victime de disparition [AI]

Logo_AmnestyInternationalLe gouvernement du Laos doit prendre immédiatement des mesures pour garantir le retour sain et sauf de Sombath Somphone, un dirigeant de la société civile qui a très probablement été victime d’une disparition forcée et qui se trouverait entre les mains des autorités, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public jeudi 13 juin 2013.

Ce document, intitulé Caught on Camera, étudie en détail le cas de Sombath Somphone, enlevé il y a six mois, le 15 décembre 2012 dans la soirée, en présence de membres des services de sécurité.

« D’après les preuves dont nous disposons, la conclusion la plus plausible est que Sombath Somphone a été victime d’une disparition forcée, imputable à des agents de l’État, a déclaré Rupert Abbott, chercheur d’Amnesty International sur le Cambodge, le Laos et le Viêt-Nam.

« Il appartient au gouvernement du Laos d’exiger publiquement qu’il soit libéré immédiatement et sans conditions et qu’il puisse rejoindre sa famille sain et sauf.

« Les autorités laotiennes doivent aussi mettre sur pied une nouvelle commission indépendante et la charger d’enquêter sur cette affaire, de veiller à ce que Sombath Somphone revienne sain et sauf auprès des siens et de faire juger, au cours de procès équitables, les personnes présumées responsables de sa disparition forcée.

Aux termes du droit international, on parle de disparition forcée lorsqu’une personne est arrêtée et détenue par des représentants de l’État ou leurs agents et que ceux-ci refusent de reconnaître la détention ou de révéler où se trouve la personne en question, ou ce qu’il lui est arrivé.

La disparition de Sombath Somphone a été enregistrée par une caméra de vidéosurveillance. Lorsque les séquences ont été montrées à la famille, celle-ci a pu les filmer à partir de l’écran.

L’enregistrement montre que Sombath Somphone a été arrêté à un poste de police à Vientiane, la capitale. Quelqu’un est parti au volant de sa voiture après qu’il en est sorti pour parler avec un policier. Trois hommes, dont Sombath Somphone, sont montés dans une camionnette munie d’un gyrophare, qui a suivi une moto dont le passager semblait tirer des coups de feu en l’air.

« Il est très préoccupant de constater que Sombath Somphone a été enlevé alors qu’il se trouvait devant un poste de police au centre de la capitale, et que la police n’a rien fait pour s’y opposer.

« Les propos de la police, selon lesquels la situation est normale, est absurde compte tenu des faits, notamment des coups de feu qui auraient été tirés sur les lieux. »

L’apparente implication des autorités laotiennes dans la disparition est étayée par le fait que la police n’a mené aucune enquête sérieuse sur l’affaire, qu’elle tenterait ainsi d’étouffer.

Les autorités ont rejeté les offres d’assistance venues de l’extérieur, notamment pour analyser les images originales du système de vidéosurveillance.

« Le gouvernement du Laos doit maintenant faire en sorte que Sombath Somphone retourne sain et sauf auprès de sa famille. Tant que ce ne sera pas le cas, les critiques autour de sa disparition ne faibliront pas », a ajouté Rupert Abbott.

Peu de temps avant sa disparition, Sombath Somphone avait réalisé une étude dans tout le pays pour tenter de mesurer le bonheur à travers le Laos. Il avait également participé à la préparation du plus grand événement de la société civile jamais organisé dans son pays, le Forum des peuples Asie-Europe (AEPF), qui s’est tenu en octobre 2012.

Les participants au Forum ont été harcelés et des agents de sécurité ont saisi des exemplaires du document contenant les conclusions de l’étude de Sombath Somphone sur la vision du peuple laotien.

Peu après, le 7 décembre 2012, le gouvernement du Laos a expulsé du pays une femme qui travaillait dans le domaine du développement international, après qu’elle eut mis l’accent sur le peu de place réservé au débat dans le pays, et sur les conséquences de cet état de fait pour ceux qui s’expriment.

« La disparition forcée de Sombath Somphone semble être un maillon dans une chaîne d’événements destinée à réprimer la société civile et à restreindre la liberté d’expression au Laos, a dit Abbott.

« La communauté internationale devrait profiter de toute occasion qui se présente pour exiger des autorités laotiennes qu’elles respectent les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. »

Complément d’information
. Laos: Caught on Camera – The Enforced Disappearance of Sombath Somphone, rapport d’Amnesty International, 13 juin 2013.
. Rapport 2013 d’Amnesty International – Laos.
. On est sans nouvelles d’un Laotien enlevé, action urgente d’Amnesty International, 18 janvier 2013.

PRE01/280/2013
13 juin 2013