Archives par mot-clé : amitié

Insolite : Un médecin rend les os de son bras à un ex-soldat amputé… quarante ans après !

Le médecin américain Sam Axelrad (drote) tenant les os du bras amputé de l'ex-soldat vietcong Nguyen Quang Hung (gauche), chez ce dernier à An Khe, dans la province de Gia Lai, le 1er juillet 2013 © AFP
Le médecin américain Sam Axelrad (drote) tenant les os du bras amputé de l’ex-soldat vietcong Nguyen Quang Hung (gauche), chez ce dernier à An Khe, dans la province de Gia Lai © AFP

[ndlr] Cette nouvelle insolite a fait le tour de la blogosphère jusqu’au Viêt-Nam bien entendu.

Un médecin américain a rendu lundi à un ancien soldat de la guérilla communiste Vietcong les os de son bras amputé pendant la guerre du Vietnam et conservé précieusement pendant près de quarante ans.

Le bras, dont il ne reste que les os attachés ensemble après l’opération chirurgicale en 1966, a été remis à Nguyen Quang Hung chez lui à An Khe, dans la province de Gia Lai des Hauts-Plateaux du centre du Vietnam.

« J’étais le gardien de ce bras », a déclaré par téléphone Sam Axelrad, qui s’est dit « incroyablement heureux » d’avoir pu enfin rendre ce macabre souvenir de guerre à son propriétaire légitime.

Hung, ancien soldat vietcong, était arrivé moribond dans la base du médecin américain en 1966, après avoir été touché par balle et avoir contracté la gangrène.

« Quand j’ai amputé son bras, nos médecins l’ont pris, ont enlevé la chair, et l’ont réassemblé parfaitement avec des fils, et ils me l’ont donné », a expliqué le médecin.

« Quand j’ai quitté le pays six mois plus tard, je n’ai pas voulu jeter le bras, je l’ai mis dans ma malle et je l’ai emporté chez moi. Et toutes ces années, il est resté dans ma maison ».

Des décennies plus tard, Axelrad est retourné au Vietnam, a découvert que Hung était toujours vivant et finalement pu lui rendre son bien après quelques obstacles logistiques et des mois de discussions avec le consulat vietnamien aux États-Unis et les autorités américaines des transports.

« Il s’est avéré que vous ne pouvez prendre des os dans votre valise », a noté le médecin qui a donc tout simplement mis le bras dans ses bagages en soute.

Hung, 74 ans, père de sept enfants, s’est réjoui de ces retrouvailles un peu particulières. « Ces os sont la preuve de ma contribution à la guerre. Je vais les garder dans ma maison, dans une vitrine », a-t-il déclaré, espérant qu’ils pourraient l’aider à être reconnu comme invalide de guerre, un statut et une pension qui lui ont été refusés après la perte de ses dossiers militaires.

La remise de ce bras est « tout à fait uniquement dans l’histoire de l’échange des restes humains de la guerre du Vietnam », a commenté de son côté Ron Ward, de la JPAC, unité américaine chargée des soldats disparus au combat au Vietnam.

Source : Le Dauphiné, 01/07/2013 (AFP).

Sam Axelrad et Nguyen Quang Hung en 1967 © AP
Sam Axelrad et Nguyen Quang Hung en 1967 © AP

Autres sources :

AFP, Un Américain rend l’os de son bras amputé à un ex-soldat vietcong, Libération, 01/07/2013.

Mike Ives, Dr. Sam Axelrad, Former U.S. Military Physician, Returns To Vietnam To Give Back Arm To Soldier, Huffington Post, 01/07/2013.

Anh Ngọc, Bác sĩ Mỹ trả xương cho bộ đội Việt Nam sau 47 năm, tintonghop.info, 02/07/2013.

Anh Ngọc, Bác sĩ Mỹ trả xương cho bộ đội Việt Nam sau 47 năm, VN Express, 02/07/2013.

Trần Hiếu – Quỳnh Hoa, Bác sĩ Mỹ trả xương tay cho người lính Việt Nam, Thanh Nien Online, 02/07/2013.

SamAxelrad_NguyenQuangHung3
Les deux hommes le 1er juillet 2013 © AP

 

Vietnam : Fermez les yeux, juste pour voir – Philippe Papin

LsCuHuyHaVu[ndlr] A l’heure ou le célèbre avocat Cu Huy Ha Vu entame une grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements dont il fait l’objet en prison (voir lien en fin de billet), nous invitons les lecteurs de Mémoires d’Indochine à relire ce texte de notre collègue et ami Philippe Papin.

Bouleversé par cet enfermement qui frappe un ami de longue date, Philippe Papin revient sur le parcours étonnant et courageux de Cu Huy Ha Vu. Précisons que nous partageons cette démarche dénuée d’arrière-pensées politiques et signe d’une belle amitié.

Le texte, publié initialement sur WebAsies en 2011, est reproduit ici avec l’aimable autorisation de son auteur.

 

VIETNAM : FERMEZ LES YEUX, JUSTE POUR VOIR

Publié le 31 juillet 2011

Texte Philippe Papin* / Photographie VNA/AFP

Fermez les yeux, et imaginez qu’un de vos meilleurs amis est en prison. Innocent, il a été condamné à sept ans de réclusion qui seront suivis de trois ans de résidence surveillée.

Réalisez, à l’aune de votre vie, ce que représente une décennie. Songez à sa famille et à ses proches. Enfin, les yeux toujours fermés, posez-vous cette question : me tairais-je sur son sort, quand je ne peux faire rien d’autre que parler ?

Cet ami, c’est, pour moi, l’avocat Cu Huy Ha Vu. Son cas n’a rien de théorique : arrêté en novembre 2010, condamné en avril 2011, à l’issue d’une parodie de procès dans la capitale vietnamienne Hanoi, il est en train de croupir dans l’isolement et l’abandon.

Je connais Ha Vu depuis 1991. Il faisait partie de ces jeunes Vietnamiens – il avait alors 35 ans – fabuleusement doués pour tout, ouverts, généreux, aimant la discussion et qui ne marchandaient ni leur affection ni leur humour. Je me souviens de nos escapades à la campagne, quand, avec d’autres, nous allions en petit groupe visiter telle ou telle pagode célèbre, tel village ancien, tel site réputé, et qu’en tous lieux le plaisir d’explorer, aussi grand fût-il, ne valait jamais celui, finalement plus intense, d’être ensemble. Autour d’un pique-nique improvisé, nous étions parfois graves mais, plus souvent, les plaisanteries fusaient. Nous refaisions le monde ; nous étions des amis, tout simplement. Dans cette joyeuse petite troupe, Ha Vu est celui qui – avec un autre, véritable frère, lequel se reconnaîtra quand il lira ces lignes – m’a fait découvrir son pays, et il l’a fait avec la simplicité discrète qui est l’apanage des grands.

Il n’a pas été le seul, je l’ai dit ; j’ai connu au Vietnam, et connais encore, des dizaines de personnes qui possèdent sa culture et son élégance, sa gentillesse et son esprit. Ils sont par ailleurs des centaines, des milliers, à avoir fait le sel du pays qui s’ouvrait au début des années 1990. Mais il se trouve qu’aujourd’hui c’est Ha Vu qui est en prison : c’est donc lui qui, dans ma mémoire – j’ose dire : dans mon cœur – cristallise cette belle génération du Vietnam nouveau.

Belle génération et belle famille : Ha Vu, fils d’un poète qui était un proche du Président Hô Chi Minh, est aussi neveu par sa mère de Xuân Diêu, lequel est au Vietnam ce que nous est Baudelaire. Francophone par tradition familiale et formation universitaire, titulaire d’un doctorat de droit passé à la Sorbonne, ce parfait connaisseur de l’histoire de son pays, et surtout de sa littérature dont il parlait sans cesse, s’adosse à deux solides pans de culture, qui du reste sont moins éloignés l’un de l’autre qu’on ne le croie.

Ha Vu, en tant qu’avocat, s’est résolument placé du côté des faibles, des expulsés et des laissés pour compte dans un pays sous monopole politique du parti unique communiste. En 2005, il taquine sévèrement les cadres du comité populaire de Hué, pris du vertige de la spéculation immobilière qui, pour être rentable, se fait sur le dos des gens ordinaires. Deux ans plus tard, voulant lutter de l’intérieur, il présente sa candidature à la députation : il est aussitôt évincé par une « consultation préalable de la population » qui, pour lui comme pour les autres, permet de faire le tri. Les choses se gâtent à partir de 2007. C’est l’année où les premiers frimas, poussés par l’obédience à Pékin et l’affairisme d’Etat, annoncent la glaciation politique où nous sommes depuis deux ans. Le temps se rafraîchit, donc, mais Ha Vu n’est pas couvert. Champion des causes perdues, il vole au secours des paysans expulsés, des catholiques en colère et, surtout, s’attaque au dossier tabou des mines de bauxite concédées par le gouvernement vietnamien à la Chine ; il râle, il peste, ose entamer une procédure judiciaire contre Nguyên Tân Dung, riche et puissant Premier ministre. C’est le pas de trop. Défendre les gueux, passe encore ; mais contester le voisin et s’en prendre à l’élite se paie au prix fort. L’histoire se termine : fausse affaire de mœurs, détention provisoire, changement du chef d’inculpation et, dans la foulée, un procès pour « propagande contre la République socialiste du Vietnam » qui le jette dans l’ergastule pour sept ans.

Devrais-je me taire ? Je ne le crois pas. Il n’est pas digne de baisser la tête devant une tête qu’on coupe. Une précision toutefois : je ne mets dans ma démarche nul pathos inutile, nulle sentimentalité molle, encore moins d’arrière-pensées politiques car j’ai la chance de n’avoir aucune opinion sur le régime vietnamien, dont l’évolution ne me regarde pas ; je n’y mets pas non plus de faits, de rappels sur la situation des droits de l’homme et de la liberté d’expression, pas davantage de témoignages sur ce qu’on dit ou pense dans la population. Ce texte n’est pas un texte de combat. Il saute les preuves et les idées pour aller directement à l’endroit où la politique et le cynisme d’État – qu’il n’est question de refuser à personne – débouchent sur un visage, un seul, mais qui m’est familier et qu’on me dérobe. C’est en ce visage que s’incarne, au moment où j’écris, un peu ému en vérité, la cohorte entière des prisonniers de conscience. On peut bien tordre la chaîne des arguments, pour moi elle aboutit toujours, au bout du bout, à l’individu et à son irréductibilité. C’est de Ha Vu dont il est question ici, et seulement de lui. Il occupe toute la place. Vous n’avez pas lu d’engagement théorique, ni entendu des cris d’orfraie : accroché au dernier maillon, celui où pend l’ami qui pourrait être le vôtre, je lui présente, sertie dans la tristesse, l’expression de ma fidélité indéfectible et publique.

Démuni pour agir, je le suis moins pour parler. Puisses-tu m’entendre, mon vieux Ha Vu, et te dire que nous sommes plus d’un à penser à toi, et à y penser fort.

* Historien. École Pratique des Hautes Études. Université de la Sorbonne.

* * *

Bức ảnh hiếm hoi của TS Cù Huy Hà Vũ trong trại giam © 2013 RFA
Bức ảnh hiếm hoi của TS Cù Huy Hà Vũ trong trại giam © 2013 RFA