Archives par mot-clé : Agent Orange

Vietnam : l’agent orange scruté in situ

[ndlr] Signalement d’une mission de terrain sur la guerre chimique pendant la guerre du Viêt-Nam et l’utilisation massive des pesticides aujourd’hui. Cette enquête soulevant de question sanitaires, historiques et sociales encore très sensibles est menée par Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, et Pierre Journoud, historien, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier.

Quarante-trois ans après la fin de la plus importante guerre chimique du XXe siècle, une mission de terrain inédite s’apprête à enquêter sur l’impact sanitaire de l’herbicide, qui a contaminé entre 2 et 5 millions de personnes. Mais aussi sur les pesticides encore utilisés.

Le projet n’a pas d’équivalent : une équipe scientifique pluridisciplinaire va enquêter en Asie du Sud-Est sur les conséquences de l’épandage de l’agent orange, défoliant employé par les États-Unis durant la guerre du Vietnam, et sur les effets aujourd’hui des pesticides utilisés par l’agriculture dans la région. Le dossier de cette mission d’expertise sera déposé ce jeudi pour validation à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, où sont basés la grande majorité des scientifiques, praticiens et professeurs investis dans cette recherche clinique. Après le verdict historique rendu en août dans l’affaire du jardinier américain Dewayne Johnson contre le géant de l’agrochimie Monsanto (jadis producteur de l’agent orange et aujourd’hui du glyphosate), les résultats de l’enquête sont très attendus.

Lire la suite : Libération, 24/10/2018. (Arnaud Vaulerin)

Dien Luong : 55 Years After Agent Orange Was Used In Vietnam, One Of Its Creators Is Thriving Here

[ndlr] Une enquête à lire sur le Huffington Post.

 

55 Years After Agent Orange Was Used In Vietnam, One Of Its Creators Is Thriving Here

Monsanto is expanding in a country it once helped destroy.

HO CHI MINH CITY, Vietnam ― Fifty-five years ago this month, the U.S. Army began spraying millions of gallons of the toxic defoliant known as Agent Orange over large swaths of southern Vietnam. Today, however, instead of resentment and isolation from the U.S., the country is awash with Americanophilia.

Ho Chi Minh City, once the capital of the U.S.-backed regime under the name of Saigon, is now teeming with McDonald’s and Starbucks businesses. The present economic hub of Vietnam also boasts an increase in Apple stores, which see their clientele anxiously waiting for the debut of the latest iPhones and are often considered by many here as an emblem of chic Americanization. And with a large portion of the population of more than 90 million born after 1975 (the year the war ended), the masses tend to look forward to the future rather than dwell on the bitter past with the Americans.

But this Americanization and what it ushers in, including the expansion of companies like biotech giant Monsanto, risks burying the history of Agent Orange that is alleged to have resulted in the deaths and injuries of hundreds of thousands of Vietnamese.

Lire la suite : Huffington Post, 30/08/2016.

 

Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim, eds.: Looking Back on the Vietnam War – Twenty-First Century Perspectives

[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dans lequel les perspectives vietnamiennes sont prépondérantes. Présentation de l’éditeur.

LookingBackOnTheVietnamWarMore than forty years have passed since the official end of the Vietnam War, yet the war’s legacies endure. Its history and iconography still provide fodder for film and fiction, communities of war refugees have spawned a wide Vietnamese diaspora, and the United States military remains embroiled in unwinnable wars with eerie echoes of Vietnam.

Looking Back on the Vietnam War brings together scholars from a broad variety of disciplines, who offer fresh insights on the war’s psychological, economic, artistic, political, and environmental impacts. Each essay examines a different facet of the war, from its representation in Marvel comic books to the experiences of Vietnamese soldiers exposed to Agent Orange. By putting these pieces together, the contributors assemble an expansive yet nuanced composite portrait of the war and its global legacies.

Though they come from diverse scholarly backgrounds, ranging from anthropology to film studies, the contributors are united in their commitment to original research. Whether exploring rare archives or engaging in extensive interviews, they voice perspectives that have been excluded from standard historical accounts. Looking Back on the Vietnam War thus embarks on an interdisciplinary and international investigation to discover what we remember about the war, how we remember it, and why.

Contributors

Brenda Boyle, Jeehyun Lim, Yen Le Espiritu, Quan Tue Tran, Viet Thanh Nguyen, Lan Duong, Vinh Nguyen, Robert Mason, Leonie Jones, Heonik Kwon, Diane Niblack Fox, Cathy Schlund-Vials

Table Of Contents

Chronology

Note on the Text

Introduction: Looking Back at the Vietnam War / Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim

  • Chapter 1: Vietnamese Refugees and Internet Memorials: When Does War End and Who Gets to Decide? / Yên Lê Espiritu
  • Chapter 2: Broken, but Not Forsaken: Disabled South Vietnamese Veterans in Vietnam and the Vietnamese Diaspora / Quan Tue Tran
  • Chapter 3: What Is Vietnamese American Literature? / Viet Thanh Nguyen
  • Chapter 4: Viet Nam and the Diaspora: Absence, Presence, and the Archive / Lan Duong
  • Chapter 5: Liberal Humanitarianism and Post–Cold War Cultural Politics: The Case of Le Ly Hayslip / Jeehyun Lim
  • Chapter 6: Ann Hui’s Boat People: Documenting Vietnamese Refugees in Hong Kong / Vinh Nguyen
  • Chapter 7: “The Deep Black Hole”: Vietnam in the Memories of Australian Veterans and Refugees / Robert Mason and Leonie Jones
  • Chapter 8: Missing Bodies and Homecoming Spirits / Heonik Kwon
  • Chapter 9: Agent Orange: Toxic Chemical, Narrative of Suffering, Metaphor for War / Diane Niblack Fox
  • Chapter 10: Re-Seeing Cambodia and Recollecting The ’Nam: A Vertiginous Critique of the Military Sublime / Cathy J. Schlund-Vials
  • Chapter 11: Naturalizing War: The Stories We Tell about the Vietnam War / Brenda M. Boyle

Appendix A: Archives

Appendix B: Publications since 2000

Notes on Contributors

Index

Source : Rutgers University Press

Guerre du Vietnam: l’agent orange, un héritage empoisonné [photos]

[ndlr] Au delà des commémorations du 30 avril 1975, reportage photographique de Damir Sagolj sur les conséquences effroyables de l’Agent orange. Attention certaines photos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs.

30 avril 2015 : 40e anniversaire de la fin du de la guerre du Vietnam. Pendant dix ans (1961-1971), les Etats-Unis ont déversé sur les campagnes de ce pays 80 millions de litres d’agent orange, un herbicide extrêmement toxique contenant près de 400 kilos de dioxine, produit par les entreprises Monsanto et Dow Chemical.

Dans-province-Quang-Binh-au-centre-Vietnam_0
Do Duc Diu a aménagé à côté de sa maison un cimetière pour pouvoir se recueillir sur les tombes de ses enfants. Mais il aura attendu 1994 et la naissance de sa dernière fille, handicapée comme ses deux sœurs, pour qu’il connaisse ​les réels dangers de l’agent orange. Auparavant, sa femme et lui consultaient de nombreux chefs spirituels, car ils croyaient en une malédiction. © Reuters/Damir Sagolj

Lire la suite : FranceTVinfo (Géopolis – Laurent Filippi, 28/04/2015). Directement sur le site de Damir Sagolj

Voir aussi :

Thi-Hien Tran et Pierric Le Neveu: Vietnam – 40 ans après la victoire contre les Américains – Impressions de voyage

ReportageVietNam2014[ndlr] Voici un reportage à vif de Tran Thi Hien sur son pays natal. Celle qui « a fermé les yeux pendant des années » par affection pour les siens et sa terre offre un tableau saisissant du Viêt-Nam communiste tout en expliquant ce qui a motivé son nouvel engagement pour une évolution politique pacifique. A lire sur Mediapart.

Embarquement à Roissy, ce 21 août 2014, pour un voyage de quatre semaines au Vietnam. Atterrissage à Ho Chi Minh-Ville et correspondance vers Da Nang où nous attendent mes anciens camarades d’études en Pologne pour quelques jours de partage de souvenirs et d’excursions… Puis nous avons continué notre route vers le Nord, parcourant 2 500 kilomètres en train via Hue, Dong Hoi, Thanh Hoa, Ninh Binh, Ha Noi, Ha Giang, Dong Van, Hai Phong, et Ha Long, en profitant de séjours d’un à trois jours à chacune de ces étapes.

Pierric a rédigé fin septembre un compte-rendu de voyage lié à nos actions en faveur des victimes de l’Agent Orange à Thanh Hoa qu’il a publié sur le site du FaAOD — www.faaod.fr — et sur les pages des réseaux sociaux qu’il abonde. Je tenais, de mon côté, à partager un ressenti un peu différent, tant avec mes amis « proches » du Vietnam qu’avec tous ceux qui envisagent d’aller un jour visiter mon pays natal.

Je voudrais leur dire que malgré le bonheur de fouler la terre de mes ancêtres, j’ai souffert de constater un sentiment d’injustice affectant de plus en plus profondément tous ceux que nous avons rencontrés. Je comprends que la politique du pays est subie et souvent sujette à caution, qu’elle ne semble plus être en phase avec les aspirations du peuple, qu’elle reste floue, et que, malgré l’émergence d’une classe moyenne, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Le Vietnam est gouverné par un parti unique. Les médias dépendent de l’État, l’éducation nationale et les programmes scolaires sont définis par le gouvernement ; les représentants de l’état, la police et l’armée, sont omniprésents dans la vie de tous les jours de chaque citoyen qui peut être amené à rendre compte de ses actes à tout moment.

J’ai ressenti, plus particulièrement cette année, un mécontentement généralisé à tous les niveaux de la société. C’est le cas, pour commencer, des anciens combattants qui ont risqué leur vie contre l’armée américaine, qui n’en sont pas toujours revenus indemnes et qui n’oublient pas le sacrifice de leurs camarades, les victimes civiles, la destruction de leur environnement et la perte de leurs maigres biens. Quarante ans après la fin de la guerre, ils ne reconnaissent, ni les visions de l’oncle Ho, ni l’engagement et les promesses du parti qui les a façonnés. Comme s’ils pensaient : « tout ça pour ça »…

Les jeunes voudraient plus de liberté ; les intellectuels (écrivains, avocats, professeurs d’université…) réclament de pouvoir exercer sans contrainte leur métier ; les ouvriers aspirent à davantage de justice sociale face aux patrons qui les exploitent ; les paysans rêvent d’une vie moins pénible et de ne pas courir le risque de se voir confisquer leurs terres pour des grands travaux ou des complexes immobiliers qui ne les concernent pas…

La vie des citoyens vietnamiens est de fait complètement « encadrée » dans une société rongée par la corruption.

Lire la suite sur Mediapart, 24/11/2014.

Article complet en PDF.

Post-Vietnam military herbicide exposures in UC-123 Agent Orange spray aircraft

[ndlr] La question de la toxicité sur le long terme de l’Agent orange est de nouveau d’actualité avec la publication d’une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Environmental Research. Résumé (article en accès réservé).

AgentOrange

Graphical abstract

During the Vietnam War, approximately 20 million gallons of herbicides, including ~10.5 million gallons of dioxin-contaminated Agent Orange, were sprayed by about 34 UC-123 aircraft subsequently used by the United States Air Force Reserves (~1971-1982) without decontamination. After many years without monitoring, tests revealed the presence of dioxin. All but three aircraft were smelted in 2009. Current Air Force and Department of Veterans Affairs policies stipulate that « dried residues » of chemical herbicides and dioxin in the post-Vietnam war use of the aircraft had not lead to meaningful exposures to flight crew and maintenance personnel, who are thus ineligible for Agent Orange-related benefits or medical examinations and treatment. We used three complementary approaches for modeling potential exposures to dioxin in these aircraft, based on the sparse monitoring data available, and found the body-burden for dermal-oral exposure for flight crew and maintainers exceeded existing guidelines. The surface wipe samples taken by the Air Force exceeded Army screening level guidelines. Two models show that the surface residues led to airborne contamination and dioxin dust adsorption. Thus inhalation, ingestion and skin absorption in aircrew and maintainers were likely to have occurred during post-Vietnam use of the aircraft. Current Air Force and Department of Veterans Affairs policies are not consistent with the available industrial hygiene measurements or with widely accepted models for semivolatile organic compounds like dioxin.

  • Ref. : Peter A. Lurker, Fred Berman, Richard W. Clapp, Jeanne Mager Stellman, « Post-Vietnam military herbicide exposures in UC-123 Agent Orange spray aircraft », Environmental Research, Volume 130, April 2014, Pages 34–42.

Source : Science Direct

Pour en soir plus :

Hadès, la mécanique orange [documentaire 2012]

[ndlr] Message de Richard Pottier.

NguyenThiVon_AgentOrange
Nguyen Thi Von, originaire de la province de Ninh Binh, partie en 1965 sur le front de guerre à l’âge de 16 ans. Engagée pour construire les premières portions de la Piste Ho Chi Minh.

L’Institut d’ethnologie de Strasbourg est fier de vous recommander cet excellent reportage sur les ravages de l’agent orange au Vietnam réalisé en 2012 (tournage en 2011), dont l’un des deux réalisateurs, Caroline Delerue, est actuellement étudiante de l’Université de Strasbourg (Licence d’ethnologie, enseignement à distance).

Hadès, la mécanique orange
(reportage sur les ravages de l’agent orange au Vietnam)

Film 26 mn de Caroline Delerue et Maël Lê-Hurand

Sélection aux Festivals:

  • Traces de vie, Clermont-Ferrand 2012
  • Film Nature et de l’environnement, Mûrs-Érigné 2012

Synopsis

Entre 1961 et 1971, l’armée américaine a procédé à des épandages massifs de défoliants sur le Vietnam, essentiellement de l’« agent orange » qui contenait de la dioxine, un produit chimique particulièrement toxique. Plus de 40 ans après, les conséquences sont toujours terribles pour la population et l’environnement.

Le Viêt-Nam est aujourd’hui un pays en plein boom économique. Au-delà des paysages idylliques et des motos qui envahissent les villes, il y a l’envers du décor et le passé qui ressurgit. Ce film nous plonge dans l’univers de ces victimes, l’exclusion sociale qui en découle et la situation du handicap dans le pays.

Portrait d’une génération qui n’a pas connu la guerre mais qui en subit encore les conséquences. (enquête et tournage effectués en 2011).

Réalisation / Image : Caroline Delerue et Maël Lê-Hurand
Montage : Mauro Bellanova
Post-production : Caroline Delerue
Son / Photo : Fabien Jouanique

Année de production : 2012

Durée : 26 mn