Archives par mot-clé : Afrase

L’Asie du Sud-Est en voyage – La Lettre de l’AFRASE n° 96

Parution du n° 96 de La Lettre de l’AFRASE (Association Française pour la Recherche sur l’Asie du Sud-Est. Accès aux adhérents sur le site de l’AFRASE. Sommaire ci-dessous.

ÉDITO
DOSSIER “L’ASIE DU SUD-EST EN VOYAGE”
L’Asie du Sud-Est en voyage
Une géographie du tourisme en Malaisie
Entre global et local, le quartier routard de Phạm Ngũ Lão (Việt Nam)
La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » (Province du Yunnan, République populaire de Chine) : Le tourisme comme enjeu des relations interethniques
Revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé (Birmanie)
ENTRETIEN
Avec Catherine Scheer et Christina Wu, mené par Amandine Dabat
REGARD DE CHERCHEUR
Initiations et élections lycéennes à l’école SMA 6 de Yogyakarta à Java, Indonésie
VIE DE LA RECHERCHE
Résultats préliminaires du recensement du Viêt-Nam du 1er avril 2019 : une réflexion sur l’effectif de la population de Hanoi et Hô Chi Minh Ville
Phạm Đoan Trang, la conscience d’un nouveau journalisme politique
au Viêt-Nam
RETOUR DE TERRAIN
« Un ami veut te parler » : micro politique des relations d’emprise
dans le centre du Myanmar. (Ou comment se faire avoir)
IN MEMORIAM
Po Dharma Quang (1945-2019)
VIE DE L’AFRASE
Rapport moral présenté à l’Assemblée générale du 27 novembre 2018
Rapport financier 19 janvier 2018-27 novembre 2018
Rencontres de l’AFRASE, 24 janvier 2020
COMPTES RENDUS
OUVRAGES
THÈSES

AFRASE : Appel à communication – Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Appel à communication de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) pour ses prochaines rencontres de Janvier 2020.

Appel à communication

Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est Rencontres de l’Afrase, 24 janvier 2020, Salons de l’EFEO, Paris

Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, la famille – au sens de groupe de parenté – demeure le premier espace de sociabilité et la principale ressource d’entraide des personnes. Parfois tentaculaires, les réseaux de parents participent voire encadrent les hiérarchies sociales, la structuration des territoires et les systèmes économiques. La famille sud-est asiatique dépasse en effet les limites de la filiation et de l’alliance réelles en reconnaissant de nombreuses formes de parenté symbolique. Le modèle individualiste libéral progresse en Asie du Sud-Est et tend à souligner les contraintes que l’adhésion à cette collectivité peut faire peser sur les personnes. Cependant la famille conserve une valeur positive, espace privilégié de l’affection, de la confiance et de la protection. Les individus peuvent s’y accomplir en se revendiquant de son identité et en s’impliquant dans sa perpétuation. Les limites à la liberté individuelle induites par les logiques d’appartenances sont ainsi compensées par les opportunités sociales permises par la logique d’entraide dans la collectivité. Les évolutions parfois brutales et l’instabilité politique de certaines des sociétés d’Asie du Sud-Est ont d’ailleurs tendance à renforcer le recours aux logiques familiales en tant qu’elles seraient des instruments de résilience des communautés. Contraintes à la séparation du fait des nombreux types de migrations pratiquées par les sociétés sud-est asiatiques, les familles se sont parfois construites en tant qu’entités transnationales : elles témoignent aujourd’hui de l’existence de multiples relations entre les identités régionales et internationales.

Les chercheurs ont démontré la nécessité de comprendre les structures familiales pour envisager d’étudier les sociétés sud-est asiatiques. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de ne pas distinguer sphères publiques et privées mais de considérer un même espace social hiérarchisé par les relations de parenté et de parentalité. Ils ont cherché à recueillir les récits généalogiques ou les biographies familiales. Ce faisant, ils se sont confrontés aux stratégies d’évitement mis en place par leurs informateurs. Car si la référence au milieu familial est permanente, la description de ce milieu fait parfois l’objet d’un tabou. Nombre d’individus souhaitent en effet conserver cachées leurs histoires de famille. Certains ignorent, volontairement ou involontairement, d’autres dissimulent ces récits. Tous mettent en évidence les ruptures dans la chaîne de transmission généalogique et valorisent alors la mémoire familiale comme une donnée majeure de leur identité.

L’objet des Rencontres de l’Afrase 2020 est donc de considérer comment les individus expriment leurs relations à leurs parents et au groupe qui les réunit, quelle que soit la nature de la famille ainsi considérée : famille réelle, famille étendue, famille reconstruite ou famille imaginée. Nous nous intéressons à la manière dont on parle de la notion de famille, comment on raconte l’histoire de sa parenté et comment on construit son récit biographique par rapport au groupe en Asie du Sud-Est. On s’interroge alors sur les logiques de conservation, de transmission, de dévoilement ou bien de dissimulation du savoir familial et de ses ressources ainsi qu’aux usages que les descendants font de celles-ci.

Les supports de ces récits et leur mode de transmission sont multiples : on s’intéresse en particulier aux conditions de la transmission du savoir généalogique à travers l’oralité, mais également à la production de textes manuscrits, typographiés, imprimés, de dessins ou d’œuvres d’art, comme à la production de témoignages photographiques et filmés voire de documentaires qui peuvent mettre en lumière le patrimoine familial. L’emploi généralisé des médias et réseaux sociaux dans les sociétés asiatiques nous intéressent particulièrement. Nous souhaitons notamment aborder la nature transnationale des familles sud-est asiatiques à travers les thèmes de la reconstitution des groupes de parents, de la communication et des échanges à échelle internationale. On s’intéresse enfin à l’expression de l’absence, de la perte ou de la rupture avec la famille dans le récit biographique et à leurs conséquences dans la représentation de la collectivité.  

L’Afrase propose à tous de participer à ces Rencontres. Cette participation peut prendre la forme d’une communication, d’une exposition commentée, d’une représentation ou d’un visionnage. L’Afrase invite tous ceux qui souhaitent participer à se signaler avant le 15/12/2020 à :

marie.aberdam@hotmail.fr

Quelques références indicatives

  • Collectif, La fabrique de l’hérédité en politique, Critique internationale, 2016/4, n°73, 192 p.
  • Collectif, Parenté, alliance et filiation, Péninsule, 2011/1, n°62, 218 p.
  • Collectif, Auto-biographie, ethno-biographie, L’Homme, 2010, n°195-196, 583 p.
  • Anglè, Valérie, Justine Romolacci, (dir.), Paysages biographiques du migrant asiatique, Moussons n°26, 2015/2, 178 p.
  • Berman, Laine, Speaking through the Silence, Narratives, Social Conventions and Power in Java, New York, Oxford University Press, 1998, 256 p. 
  • Condominas, Georges, « Aînés, anciens et ancêtres en Asie du Sud-Est, entretien avec Georges Condominas », Communication, 1983, n°37, pp. 55-67.

Illustration “à la une” : famille vietnamienne dans les années cinquante, source : Gia đình Việt ngày ấy – bây giờ © Afamily

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – 27/11/2018

Argumentaire et programme ci-dessous.

Rencontres AFRASE 2018
L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

L’Asie-Pacifique constitue aujourd’hui le second bassin touristique du monde. Accueillant moins d’1 % des flux touristiques internationaux en 1950, il en reçoit près d’un cinquième depuis les années 2000. En dépit du poids de la Chine dans cet ensemble régional, l’Asie du Sud-Est y joue un rôle de plus en plus affirmé et son secteur touristique s’est montré suffisamment résilient pour surmonter rapidement un ensemble de revers survenus au tournant du XXIe siècle : la crise financière de la fin des années 1990, la recrudescence du terrorisme dans la région, l’épidémie de SRAS en 2003 et le tsunami qui a touché les côtes de l’Océan Indien l’année suivante. Loin de se limiter aux ruines et paysages magnifiés de longue date par le regard orientaliste – Angkor, Borobudur, baie de Ha Long – ou aux hauts lieux du tourisme balnéaire – Phuket, Bali, les espaces touristiques de l’Asie du Sud-Est s’étendent désormais du cœur des métropoles – Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok – aux marges des États – chaînes montagneuses indochinoises, Papouasie-Nouvelle-Guinée –, reflétant l’insertion poussée de la région dans la mondialisation.

Le tourisme est une réalité sociale plus difficile à définir qu’il n’y paraît. Les statistiques produites par les organisations internationales ont tendance à le dissoudre dans un ensemble plus large de mobilités, en se fondant sur le seul critère de la durée : sont considérés comme touristiques les déplacements d’une durée supérieure à une journée et inférieurs à un an. Depuis la fin des années 1990, des travaux de sciences sociales, notamment ceux des géographes réunis dans l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourisme » (MIT), se sont attachés à dégager les caractéristiques permettant d’isoler le tourisme des autres types de mobilités. Les mobilités touristiques se fondent sur un déplacement choisi et effectué pour lui-même, dans le but de rompre avec l’espace et les temporalités du quotidien, une démarche qui peut être qualifiée de « recréation ». Ainsi défini, le tourisme apparaît à la fois comme une forme de mobilité productrice d’espaces spécifiques, et comme un prisme révélant le regard que les sociétés portent sur les paysages proches ou lointains.

Les journées 2018 de l’AFRASE proposent d’interroger les particularités de l’inscription et de la pratique des mobilités touristiques dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, et, en retour, ce que le tourisme dit de ces sociétés et de leurs transformations.

Programme

13h30 : Accueil des participants et du public

14h10 : Introduction par Rémi Desmoulière (INALCO/Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CESSMA) : “Les groupes ethniques marginaux face aux tourisme : confrontations et (re)constructions identitaires”

14h30 : Evelyne Gauché, Université de Tours, CITERES, « Paysage et aménagement en Chine : la mise en tourisme des villages shui du Guizhou »

15h00 : Sarah Coulouma, Aix-Marseille Université, IrAsia, « La fabrique de la “dernière tribu primitive de Chine” : enjeux idéologiques, économiques et sociaux de la mise en tourisme d’un village wa (province du Yunnan) »

15h30 : Martin Michalon, EHESS, CASE, « Le tourisme comme enjeu des relations interethniques : revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé »

16h : Pause

“Les échelles du développement touristique en Asie du Sud-Est”

16h30 : Emmanuelle Peyvel, Université de Bretagne Occidentale, Institut de géoarchitecture, « Au-delà de l’enclave : le quartier routard de Pham Ngu Lao (Saigon), entre global et local »

17h : Clotide Luquiau, Université de Cergy-Pontoise, CASE, « Une géographie du tourisme en Malaisie »

17h30 : discussion et conclusion

17h45 : Présentation d’ouvrages ; Eugénie Mérieau et la Thaïlande
Idées reçues sur la Thaïlande. Paris, Le cavalier Bleu, 2018
Les Thaïlandais : lignes de vie d’un peuple. Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018

18h15 : Assemblée Générale de l’AFRASE
19h15 : Pot dînatoire

Merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com.


L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – Rencontres 2018 de l’AFRASE – mardi 27/11/2018

Vous trouverez ci-joint le programme et l’affiche des Rencontres 2018 de l’Afrase qui auront lieu le mardi 27 novembre 2018 à partir de 13h30 à la Maison de l’Asie (22 av. du Président Wilson, 75016 Paris). Cette année, la thématique explorée est :

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

Cinq intervenants – Evelyne Gauché, Sarah Coulouma, Martin Michalon, Clotilde Luquiau et Emmanuelle Peyvel – participeront à ces rencontres organisées par Rémi Desmoulière, membre du bureau de l’Afrase.

Les communications seront suivies par la présentation par leur auteur, Eugénie Mérieau,  de deux ouvrages sur la Thaïlande qui viennent de paraître. L’AG de l’association se tiendra à partir de 18h15 et la journée se conclura par un pot dînatoire. 

Afin de faciliter la logistique, merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com. A très bientôt !

Programme détaillé sur le site de l’AFRASE et sur Mémoires d’Indochine

Rencontres de l’AFRASE – Cycles paroles de créateurs, CERLOM : Cinémas d’Asie du Sud-Est, 19 janvier 2018 à l’INALCO

[ndlr] Annonce du programme des Rencontres de l’AFRASE, l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est.

Ces dernières années, le cinéma d’Asie du Sud-Est a plusieurs fois été mis en avant par les récompenses décernées à des films issus de la région, dont l’un des plus visibles fut « Oncle Boonmee » d’Apichatpong Weerasethakul, Palme d’or du Festival de Cannes 2010. Les écrans européens accueillent régulièrement des oeuvres de réalisateurs et réalisatrices sud-est asiatiques ou originaires de la région, tels que Garin Nugroho, Davy Chou, Phan Dang Di, Brillante Mendoza, ou Nguyen Hoang Diep. Mais l’histoire du cinéma d’Asie du Sud-Est est plus ancienne que cette seule émergence d’un cinéma d’auteur primé sur les festivals internationaux. C’est à cette production cinématographique dans toute sa diversité que sont consacrées les prochaines Rencontres de l’Afrase. Dans quels répertoires – traditionnels ou non – puisent les réalisateurs sud-est asiatiques pour construire leurs récits ? Y a-t-il une manière sud-est asiatique de raconter des histoires par l’image ? Quelles sont les conditions de production spécifiques des cinémas d’Asie du Sud-Est ? Comment les publics se constituent et se transforment-ils ? La censure peut-elle être contournée ? Faces aux contraintes climatiques, institutionnelles, financières, comment un patrimoine des cinémas d’Asie du Sud-Est peut-il être construit et conservé ? Ces questions seront abordées à travers la projection de deux films et une table ronde rassemblant, conformément à la tradition des Rencontres de l’Afrase, chercheurs et acteurs engagés, ceux qui étudient le cinéma en Asie du Sud-Est et ceux qui le font.

Au programme :

  • Projection du film Garuda Power (2014), en présence de son réalisateur, Bastian Meiresonne. Ce documentaire passionnant est le fruit de plusieurs années de recherches. Il retrace l’histoire du cinéma populaire indonésien depuis le début des années 1930 jusqu’à aujourd’hui.
  • Projection du film Les larmes du tigre noir (2002)  de Wisit Sasanatieng. Pastiche amoureux des anciens western thailandais et film remarqué au festival de Cannes 2012.
  • Table ronde qui réunira : Alyosha Herrera (historienne du cinéma thaïlandais), Claire Lajoumard (productrice, Acrobates Films), Bastian Meiresonne (réalisateur, programmateur), Jérôme Samuel (Inalco)

Les rencontres sont organisées par Paul Sorrentino (Afrase) et Theeraphong Inthano (Inalco et Cerlom).

L’entrée est libre mais l’inscription est fortement recommandée. Nous écrire à afrasebureau@gmail.com


Horaires 

  • 12:00 Assemblée générale de l’Afrase
  • 13:00 Pot convivial (ne pouvant prévoir la quantité exacte de nourriture, pour ceux qui restent pour la suite de la journée, nous recommandons de prévoir votre en-cas !)
  • 13:30 – 15:30  Introduction des Rencontres et projection du documentaire : Garuda Power (77′) en présence du réalisateur, Bastian Meiresonne.
  • 15:30 Table ronde
  • 17:30 Projection du film Les Larmes du tigre (110′)

Source : AFRASE

Rappel : Rencontres de l’AFRASE – 27/11/2015

2015 Rencontres de l’Association pour la Recherche Française sur l’Asie du Sud-Est « Genre et sexualités en Asie du Sud-Est ».

Les Rencontres de l’AFRASE réunissent périodiquement des chercheurs en sciences humaines et des acteurs impliqués dans les sociétés du Sud-Est asiatique pour échanger connaissances et expériences sur différents sujets.

 

VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 :13h30 – 18h00

EHESS 105, boulevard Raspail

Amphi. François Furet

Métro : Saint-Placide/ Notre-Dame des Champs Entrée libre.

Réserver avant le 24 novembre à afrasebureau@gmail.com

14h – 15h45 : Projection & discussions autour de 2 documentaires, en présence de Justine Meignan :

  • Walang ilaw sa bahay, 40’ de Justine Meignan sur les femmes migrantes philippines et leurs enfants.
  • Red over the rainbow, 28’ de Vincent Baumont sur la LGBT Pride d’Hanoi.

16h-18h Table-ronde

  • Cynthia Embido Benejo (ISS, Rotterdam)
  • François Guillemot (Institut d’Asie Orientale, Lyon)
  • Laurence Husson (IrAsia, Aix-Marseille)
  • Estelle Miramond (Univ. Paris 7 / CASE)

Autour de deux documentaires et d’une table-ronde composée de chercheur.se.s, cette rencontre permettra d’échanger sur les questions de genre et de sexualité qui traversent les pays d’Asie du Sud-Est. Les migrations féminines, les rôles de femmes dans la guerre, les revendications LGBT ou la problématique de la traite seront abordés à rebours des stéréotypes qui circulent sur ces thématiques.

Lien : AFRASE

RedOverTheRainbow_VimeoCliquer sur l’image pour accéder au film de Vincent Baumont sur Vimeo

« Genre et sexualités en Asie du Sud-Est » – Rencontres de l’AFRASE 2015

2015 Rencontres de l’Association pour la Recherche Française sur l’Asie du Sud-Est « Genre et sexualités en Asie du Sud-Est ».

Les Rencontres de l’AFRASE réunissent périodiquement des chercheurs en sciences humaines et des acteurs impliqués dans les sociétés du Sud-Est asiatique pour échanger connaissances et expériences sur différents sujets.

 

VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 :13h30 – 18h00

EHESS 105, boulevard Raspail

Amphi. François Furet

Métro : Saint-Placide/ Notre-Dame des Champs Entrée libre.

Réserver avant le 24 novembre à afrasebureau@gmail.com

14h – 15h45 : Projection & discussions autour de 2 documentaires, en présence de Justine Meignan :

  • Walang ilaw sa bahay, 40’ de Justine Meignan sur les femmes migrantes philippines et leurs enfants.
  • Red over the rainbow, 28’ de Vincent Baumont sur la LGBT Pride d’Hanoi.

16h-18h Table-ronde

  • Cynthia Embido Benejo (ISS, Rotterdam)
  • François Guillemot (Institut d’Asie Orientale, Lyon)
  • Laurence Husson (IrAsia, Aix-Marseille)
  • Estelle Miramond (Univ. Paris 7 / CASE)

Autour de deux documentaires et d’une table-ronde composée de chercheur.se.s, cette rencontre permettra d’échanger sur les questions de genre et de sexualité qui traversent les pays d’Asie du Sud-Est. Les migrations féminines, les rôles de femmes dans la guerre, les revendications LGBT ou la problématique de la traite seront abordés à rebours des stéréotypes qui circulent sur ces thématiques.

Lien : AFRASE

RedOverTheRainbow_VimeoCliquer sur l’image pour accéder au film de Vincent Baumont sur Vimeo