Archives par mot-clé : AFIMA

S. E. Phan Văn Đại

SE_PhanVanDaiS. E. Phan Văn Đại, Tổng Đốc en retraite. Né en 1880 à Đông Thái (Hà Tĩnh, Annam).

Appartient à la famille de S. E. le Võ Hiển Hoàng Trọng Phu, vénérable conseiller de l’Empire d’Annam.

Élevé de l’École de Hậu Bổ (1898-1899), de l’École Coloniale à Paris (1900-1904).

Rédacteur du journal officiel « Đông văn Nhật Báo » en 1904.

Nommé Tri-Huyện en 1906, Tuần Phủ en 1932 et Tổng Đốc en 1936, il prit sa retraite après 31 ans de services.

Il s’occupe actuellement d’œuvres sociales. Il est membre de l’Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites, de l’Amicale des Mandarins du Tonkin et Président du Conseil des Notables de Thái Hà Ấp.

Commandeur du Dragon d’Annam.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 15.

S. E. Bùi Thiện Cơ

SE_BuiThienCoS. E. Bùi Thiện Cơ, Tổng-Đốc à Hải Dương. Né à Hanoi en 1889. Fils de feu S. E. Bùi Khánh Diễn, ancien conseiller à la Cour d’Appel de Hanoi, frère de S. E. Bùi Thiện Căn, Tổng-Đốc à la retraite, oncle de Maître Bùi Tường Chiểu, docteur en droit, Avocat à la Cour d’Appel de Hanoi, de M. Bùi Tường Viên, ingénieur céramiste, et de M. Bùi Tường Hách, Contrôleur des Eaux et Forêts, beau-père de M. Vũ Uyển Văn, tri-phủ de Quảng Oai (Sơn Tây).

Admis à l’école des Hậu-Bổ à titre de Âm-Sinh et a suivi les cours de l’École coloniale de Paris.

En dehors de ces activités principales, il s’occupe encore des œuvres sociales.

A construit l’École des filles « Géhin » [?] au siège du Phủ de Xuân Trường (Nam Định), des écoles, des infirmeries et des maternités à Bình Lục, Duy-Tiên et Nam-sang (Hà Nam).

Est membre de l’Assistance Sociale du Tonkin, de la Commission sanitaire, de l’Association pour la Protection de la femme et des enfants annamites, de l’Association bouddhique et de la Ligue maritime aéronautique et coloniale de Paris, du Conseil d’Administration de l’AFIMA.

Officier du Dragon d’Annam.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 14.

 

S. E. Nguyễn Văn Bân

SE_NguyenVanBanS. E. Nguyễn Văn Bân, Tổng-Đốc en retraite. Né en 1868, à Hữu Bằng (Sơn Tây, Tonkin). Mandarin d’une haute culture confucéenne, Docteur de l’enseignement traditionnel ; débuta en 1902 comme Đốc-Học pour terminer sa carrière comme Tổng Đốc de 1ère classe en 1929.

Depuis 1935, Président de l’Association Bouddhique de Sơn Tây. Depuis 1937, membre de la Société littéraire de l’Association pour la Formation intellectuelle et morale des Annamites [AFIMA].

A écrit la monographie des provinces de Tuyên Quang et de Vĩnh Yên et un Précis de morale.

Officier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 2.

Phạm Quỳnh : Franc-Maçon francophile et nationaliste

[ndlr] Figure emblématique de l’élite vietnamienne sous la colonisation, Pham Quynh tenta une synthèse du meilleur de la France et du Viêt Nam. Cette prise de position politique inconfortable face au colonialisme brutal et au nouveau radicalisme vietnamien lui coûta la vie en 1945.

Né en 1892, bientôt orphelin, ses études le mènent à l’école des interprètes de Hanoï, dont il sort premier de sa promotion en 1908. Culturellement Pham Quynh est un métis, formé par le système occidental, il se donne une solide culture vietnamienne et chinoise. A la veille de 1914, il fait la découverte du journalisme aux côtés de son aîné Nguyen Van Vinh, directeur de la revue moderniste Dong Duong Tap Chi. En 1917, avec l’appui de Louis Marty, il crée la revue Nam Phong pour vulgariser en vietnamien les éléments fondamentaux de la culture occidentale. Parallèlement, il rédige des articles en français pour le journal France Indochine et devient chargé de cours, en 1924, à l’université de Hanoï. En 1925, Pham Quynh se fait initier. Jusqu’alors les loges indochinoises ont été réticentes à accueillir des autochtones, mais à cette date la loge « Confucius 111 » du DH vient d’être fondée à Hanoï avec des Annamites. (Ainsi pour devenir Franc-Maçon Ho Chi Minh a profité de son séjour à Paris pour se faire initier au GODF). Le Gouverneur Varenne, lui-même Franc-Maçon, se déclarant favorable à cette orientation, Pham Quynh  adhère à la loge puis à « La Fraternité du Tonkin », il sera un temps Franc-Maçon. Presque en même temps il s’inscrit à la Ligue des Droits de l’Homme. En 1932 sept des officiers de la loge DH sont Vietnamiens, l’année suivante le Vénérable est Pham Huy Luc, son ami, directeur de revue et homme politique.

Les préoccupations, que Pham Quynh exprime en loge, portent sur les sentiments anti-français qui se développent et le choc de la révolution chinoise, sur le fait qu’un modéré comme lui devienne suspect. Il se fait l’avocat de la rédaction d’une Constitution pour le pays et devient, dans le Vietnam Nord, le symbole du réformisme. Il attire l’attention sur le phénomène socio-politique qui se développe : des Vietnamiens de retour de France (étudiants, ouvriers, soldats) et de l’école française donnent des idées d’émancipation. En 1932, le jeune Empereur Bao Daï, de retour de ses études en France, fait appel à lui. Il devient, de 1932 à 1945, tour à tour : Ministre de l’Instruction Publique, Ministre de l’Intérieur et Premier Ministre. En tant que principal personnage du gouvernement impérial et son idéologue, il défend la monarchie, l’indépendance et le dialogue avec la France. Il dénonce les dangers de l’acculturation et voit la renaissance vietnamienne grâce à une culture nationale rénovée.

Le 11 mars 1945 il paraphe, avec Bao Daï, l’Indépendance du Vietnam puis, trop lié à l’ancien système, il laisse sa place à Tran Trong Kim, ancien de l’école des interprètes, enseignant et lui aussi un temps Franc-Maçon. Le 23 août 1945 Pham Quynh est arrêté et sa famille apprendra des semaines plus tard sa mort sans que les circonstances de son assassinat soient élucidées. Il avait écrit de lui-même : « Je suis un homme de transition. Sincère ami de la France, on me reproche de cacher sous ma francophilie de façade un nationalisme exacerbé. Patriote Vietnamien, on m’accuse de trahir ma patrie en pactisant avec le conquérant

Extrait de : Georges Odo, La franc-maçonnerie dans les colonies, 1738-1960, Paris, Editions maçonniques de France, Encyclopédie maçonnique, coll. Histoire, 2001.

Source : Franc-Maçonnerie / Francs-Maçons célèbres

* * *

Phạm Quỳnh (ca. 1894-1945) was a scholar, critic and translator.

He was born in Hanoi and died in Huế. One of the defining figures of Vietnamese literature, a towering model for later generations of scholars and writers, he helped to modernize the language, encouraged the writing of short stories and novels, and the anthologizing of folk poetry. He was the editor of the hugely influential journal Nam Phong, which lasted for 210 issues from 1917 until 1932.

He wrote about ca dao in 1922: « Even though our oral literature has not been recorded in any book, I will insist that it is a very rich one, richer, perhaps, than any other country. Although it is not without its crudeness, this oral literature is also profoundly resonant; one can say that the wisdom, morals, and aesthetics of our common folks are all contained within these idioms. » Warning Vietnamese writers against composing in French, he wrote: « In borrowing someone’s language, you are also borrowing his ideas, literary techniques–even his emotions and customs. » After centuries of writing in Chinese, the Vietnamese had produced no Li Po, he pointed out, and writing in French, it is unlikely that they will ever produce a Victor Hugo or a Anatole France. After reading a story in French, Phạm Quỳnh suggested, as an exercise, to try retelling it to one’s wife in Vietnamese.

He translated tirelessly, from Maupassant, Pierre Loti, and Alfred de Vigny, among many others, wrote travel pieces, scholarly articles and books about everyone from Voltaire, Jean Jacques Rousseau, Descartes, to Confucius. His principle books include Văn minh luận, Ba tháng ở Paris, Văn học nước Pháp, Chính trị nước Pháp, Khảo về tiểu thuyết, Lịch sử thế giới, Lịch sử và học thuyết Voltaire, Phật giáo đại quan, Cái quan niệm của người quân tử trong Đạo Khổng and the five-volume Thượng Chi Văn tập.

He was also active politically, advocating gradual Vietnamese independence within the French union. From 1932 onward, he worked with emperor Bảo Đại, a weak figure tolerated by the French. Phạm Quỳnh’s compromised stance towards the French, his lack of militancy, is revealed in this famous saying: « As long as [Nguyễn Du’s epic poem] Kim Van Kieu remains, our language remains, our nation remains. » On August 23, 1945, he was captured by the Việt Minh, along with Ngô Đình Khôi (brother of Ngô Đình Diệm, future president of South Vietnam) and his son. All three were killed on September 6, 1945. Phạm Quỳnh’s body was only found 11 years later, in Hắc Thú [Black Beast] forest, near Huế.

On the centenary of his death, the publisher An Tiêm (Paris) released a collection of his writing, Kỷ niệm 100 năm ngày sinh Phạm Quỳnh (1892~1992), edited by Phạm Thị Hoàn.

Linh Dinh started this entry.

Source : Viet Nam Literature Project