Archives par mot-clé : actrices

Le sommeil d’or ដំណេកមាស – film de David Chou [2012]

[ndlr] Le jeune cinéaste franco-cambodgien (1983-) Davy Chou a réalisé en 2012 un documentaire de 100 mn sur le cinéma cambodgien avant 1975. Ce travail de mémoire intitulé Le Sommeil d’or / Golden Slumbers / ដំណេកមាស (Dâmnek Meas en khmer), retrace l’âge d’or d’un cinéma entre 1960 et 1975 et donne la parole à ses rares survivants. Récit d’une destruction culturelle et d’une tentative de résurrection étonnante.

Synopsis

Le Sommeil d’or raconte l’histoire inconnue de la naissance et de la destruction du cinéma cambodgien, du premier film réalisé en 1960 à l’arrivée des Khmers Rouges en 1975. En 15 ans, près de 400 films ont été produits et le cinéma cambodgien a vécu une ascension irrésistible. Mais de 1975 à 1979, les Khmers Rouges prennent le pouvoir. Le cinéma est interdit, les salles sont fermées et les bobines de films laissées à l’abandon. Comptant parmi les nombreux « ennemis du peuple », la plupart des cinéastes et des acteurs sont tués. Aujourd’hui, il ne reste plus de cette histoire qu’une poignée de films, quelques survivants et beaucoup de souvenirs. A travers le témoignage de ces survivants et l’exploration des anciens lieux de cinéma, Le Sommeil d’Or tente de faire revivre la mythologie de cette cinématographie engloutie.

Le réalisateur du film, Davy Chou, est un français d’origine cambodgienne. Il est le petit-fils d’un ancien producteur de cinéma cambodgien, Van Chann. Davy Chou a passé un an et demi au Cambodge afin de faire des recherches, de retrouver les survivants et de les faire témoigner, afin que cette histoire sorte d’un oubli tragique. Ce film est dédié à la mémoire de tous les cinéastes, acteurs, scénaristes, producteurs, musiciens et chanteurs ayant disparu pendant le régime Khmer Rouge. Le film a été tourné en mars 2010 (Vycky Films).

Source : Tous Coprod.

 * * *

Le sommeil d’or – L’hommage de Davy Chou au cinéma cambodgien

Entretien sur TV5 Monde

* * *

Les films fantômes du Cambodge par Loïc Barrière

Des 400 films cambodgiens réalisés entre 1960 et 1975 il ne reste quasiment plus rien. Dans Le Sommeil d’Or qui sort le 19 septembre, Davy Chou part à la recherche de ces films fantômes. Le pari de ce magnifique documentaire est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

Le cinéma fut un art florissant au Cambodge durant quinze ans, de 1960 à 1975. Près de quatre cents films tournés dans le seul pays au monde dirigé par un roi-cinéaste. Des salles de cinéma pleines à craquer. Des affiches chatoyantes présentant les stars de l’époque. Le cinéma était un art populaire, notamment à Phnom Penh qui comptait des salles qui n’avaient rien à envier aux salles parisiennes. Réalisateurs, producteurs, acteurs et chanteurs ont fait vibrer tout un peuple jusqu’à ce que la guerre accouche d’un monstre, les Khmers rouges, qui non seulement assassinèrent le tiers de la population mais détruisirent les films, les photos et les livres. Le Cambodge a ceci de particulier qu’il est aussi l’un des seuls pays au monde à être orphelin de son cinéma. Près de quarante ans après la prise de Phnom Penh, il ne reste quasiment plus rien de la production cambodgienne, si ce n’est quelques pellicules sauvées de l’autodafé et copiées sur des bandes vidéo de piètre qualité. C’est la mémoire de toute une génération que les Khmers rouges ont tenté d’effacer. Le pari de Davy Chou, dont le magnifique Sommeil d’or sort en salle le 19 septembre, c’est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

La caméra de Davy Chou explore le Cambodge d’aujourd’hui pour nous parler de cet hier tragique. Des jeunes s’amusent dans cette salle de jeu, ce café karoke, dans une apparente insouciance. Dans une grande pauvreté, les habitants d’un vaste squat en ruine apparaissent sur l’écran. Ils vivent dans ce qui fut le cinéma Hemakcheat qui pouvait accueillir un millier de spectateurs. Il ne reste plus rien de cette époque, que les murs lépreux.

Lire la suite : Médiapart, 11/09/2012.