Archives par mot-clé : acteurs

[Appel à communications] Le théâtre français en Indochine. Héritage et transmission

Le colloque international Théâtre français en Indochine. Héritage et transmission aborde, pour la première fois, la question du théâtre dans les sociétés indochinoises à l’époque coloniale.

Appel à communications
Colloque international

Le théâtre français en Indochine. Héritage et transmission

15-17 octobre 2013, Marseille
Aix-Marseille Université

ID_30136_building_1910.jpg
Source : Virtual Saigon

Co-organisé par le CIELAM (Centre Interdisciplinaire d’Etude des Littératures d’Aix-Marseille, EA 4235) et par l’IrAsia (Institut de Recherches Asiatiques, UMR 7306, AMU-CNRS), le colloque est accueilli à Marseille par la Bibliothèque de rayonnement régional Alcazar. Le colloque est labellisé événement de Marseille Provence capitale européenne de la culture en 2013 (MP 2013). Il s’inscrit également dans le cadre des années croisées France-Vietnam et représente l’événement phare de la Semaine du Vietnam à Marseille à laquelle sont associés d’autres secteurs disciplinaires d’Aix-Marseille Université, notamment la médecine.

La partie scientifique du colloque est accompagnée d’une exposition virtuelle de documents d’archives en collaboration avec les Archives Nationales d’Outre-Mer, une exposition sur l’art théâtral (costumes de scène et instruments de musique), ainsi que de représentations théâtrales de « Cercles ce sable » (joué à Hanoi et au Festival d’Avignon) par la troupe franco-vietnamienne du Théâtre du Monte-Charge jumelée avec le Théâtre National tuông de Hanoi.

En arrivant en Indochine au XIXe siècle, les Français découvrent une riche tradition théâtrale composée essentiellement de chants et de danses. Leur présence, pendant environ un siècle, permet aux Indochinois de faire connaissance avec le théâtre occidental, ce qui donne naissance à une nouvelle forme théâtrale baptisée « théâtre parlé », en langues indochinoises et parfois en français. De l’autre côté, le théâtre est considéré par le gouvernement colonial comme un remède efficace contre l’ennui qui guettait les coloniaux, avant d’être un symbole du rayonnement culturel de la France. On se soucie donc très tôt de l’organisation des saisons théâtrales en créant des commissions théâtrales et en construisant des théâtres municipaux inaugurés à Saigon en 1900, à Hanoi en 1911 et à Haiphong en 1912.

Le colloque se propose d’interroger le « théâtre français en Indochine » dans son contexte social et historique, ce qui permet d’ouvrir des perspectives nouvelles grâce aux regards croisés et aux approches interdisciplinaires. D’un côté, à travers un état des lieux du répertoire français joué en Indochine, qui n’a jamais été mené jusqu’ici, il s’agit d’interroger la politique culturelle française pendant la colonisation : quel théâtre a été représenté ? quel(s) modèle(s) dramatique(s) exportés ? avec quelle influence sur la création indochinoise ? De l’autre, grâce notamment aux sources d’archives inexploitées, on peut renouveler nos connaissances sur l’histoire du théâtre parlé en Indochine : dans quels milieux le théâtre occidental est-il introduit et pratiqué ? quels sont les thèmes et les sujets privilégiés ? quelles langues utilisées ? quelles formes théâtrales adoptées ? quelles interactions avec le théâtre traditionnel dit « chanté » ? En somme, il s’agit d’explorer la façon dont le théâtre en Indochine traduit le fait colonial, ainsi que les échanges culturels, littéraires, théâtraux et artistiques qui ont pu avoir lieu dans ce contexte particulier. Les chercheurs en littérature, mais aussi les historiens, les sociologues et les anthropologues sont invités à interroger les quatre axes suivants :

  • 1/ Le répertoire des pièces françaises jouées pendant la colonisation avec une attention sur le rôle de la traduction, de la presse dans la diffusion, ainsi que la réception dans les pays indochinois (Vietnam actuel, Laos et Cambodge).
  • 2/ Le théâtre, la politique culturelle et la censure.
  • 3/ Le théâtre comme art de la scène : les troupes, les conditions de mise en scène et le public.
  • 4/ L’influence du théâtre classique et moderne français sur l’écriture du théâtre en langues indochinoises, vietnamienne en particulier, pendant et après la colonisation.

Le français est la langue de travail du colloque et de l’ouvrage collectif qui en sera issu.

Le colloque se veut être l’occasion de rencontres et d’échanges pour les chercheurs français et étrangers qui s’intéressent au sujet dans l’objectif de poursuivre le travail. Des enseignants-chercheurs vietnamiens travaillent déjà sur la prospection des sources d’archives publiques et privées afin d’élaborer des outils de recherche qui seront mis à disposition de la communauté scientifique. Des échanges sur les autres pays d’Asie et d’autres anciennes colonies permettent d’espérer, dans l’avenir, d’approfondir dans une perspective comparative le questionnement sur cette forme de modernité et les échanges culturels entre les pays et les populations.

Les propositions (maximum 500 mots avec vos coordonnées) sont à envoyer AVANT le 31 juillet 2013 aux adresses : corinne.flicker@univ-amu.fr et nguyenpngoc@yahoo.fr

Comité d’organisation :

Corinne Flicker, Maître de conférences en Litterature francaise, Université d’Aix-Marseille, CIELAM.
Nguyen Phuong Ngoc, Maître de conférences en Langue, litterature et civilisation vietnamiennes, Universite d’Aix-Marseille, IRASIA.

Le sommeil d’or ដំណេកមាស – film de David Chou [2012]

[ndlr] Le jeune cinéaste franco-cambodgien (1983-) Davy Chou a réalisé en 2012 un documentaire de 100 mn sur le cinéma cambodgien avant 1975. Ce travail de mémoire intitulé Le Sommeil d’or / Golden Slumbers / ដំណេកមាស (Dâmnek Meas en khmer), retrace l’âge d’or d’un cinéma entre 1960 et 1975 et donne la parole à ses rares survivants. Récit d’une destruction culturelle et d’une tentative de résurrection étonnante.

Synopsis

Le Sommeil d’or raconte l’histoire inconnue de la naissance et de la destruction du cinéma cambodgien, du premier film réalisé en 1960 à l’arrivée des Khmers Rouges en 1975. En 15 ans, près de 400 films ont été produits et le cinéma cambodgien a vécu une ascension irrésistible. Mais de 1975 à 1979, les Khmers Rouges prennent le pouvoir. Le cinéma est interdit, les salles sont fermées et les bobines de films laissées à l’abandon. Comptant parmi les nombreux « ennemis du peuple », la plupart des cinéastes et des acteurs sont tués. Aujourd’hui, il ne reste plus de cette histoire qu’une poignée de films, quelques survivants et beaucoup de souvenirs. A travers le témoignage de ces survivants et l’exploration des anciens lieux de cinéma, Le Sommeil d’Or tente de faire revivre la mythologie de cette cinématographie engloutie.

Le réalisateur du film, Davy Chou, est un français d’origine cambodgienne. Il est le petit-fils d’un ancien producteur de cinéma cambodgien, Van Chann. Davy Chou a passé un an et demi au Cambodge afin de faire des recherches, de retrouver les survivants et de les faire témoigner, afin que cette histoire sorte d’un oubli tragique. Ce film est dédié à la mémoire de tous les cinéastes, acteurs, scénaristes, producteurs, musiciens et chanteurs ayant disparu pendant le régime Khmer Rouge. Le film a été tourné en mars 2010 (Vycky Films).

Source : Tous Coprod.

 * * *

Le sommeil d’or – L’hommage de Davy Chou au cinéma cambodgien

Entretien sur TV5 Monde

* * *

Les films fantômes du Cambodge par Loïc Barrière

Des 400 films cambodgiens réalisés entre 1960 et 1975 il ne reste quasiment plus rien. Dans Le Sommeil d’Or qui sort le 19 septembre, Davy Chou part à la recherche de ces films fantômes. Le pari de ce magnifique documentaire est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

Le cinéma fut un art florissant au Cambodge durant quinze ans, de 1960 à 1975. Près de quatre cents films tournés dans le seul pays au monde dirigé par un roi-cinéaste. Des salles de cinéma pleines à craquer. Des affiches chatoyantes présentant les stars de l’époque. Le cinéma était un art populaire, notamment à Phnom Penh qui comptait des salles qui n’avaient rien à envier aux salles parisiennes. Réalisateurs, producteurs, acteurs et chanteurs ont fait vibrer tout un peuple jusqu’à ce que la guerre accouche d’un monstre, les Khmers rouges, qui non seulement assassinèrent le tiers de la population mais détruisirent les films, les photos et les livres. Le Cambodge a ceci de particulier qu’il est aussi l’un des seuls pays au monde à être orphelin de son cinéma. Près de quarante ans après la prise de Phnom Penh, il ne reste quasiment plus rien de la production cambodgienne, si ce n’est quelques pellicules sauvées de l’autodafé et copiées sur des bandes vidéo de piètre qualité. C’est la mémoire de toute une génération que les Khmers rouges ont tenté d’effacer. Le pari de Davy Chou, dont le magnifique Sommeil d’or sort en salle le 19 septembre, c’est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

La caméra de Davy Chou explore le Cambodge d’aujourd’hui pour nous parler de cet hier tragique. Des jeunes s’amusent dans cette salle de jeu, ce café karoke, dans une apparente insouciance. Dans une grande pauvreté, les habitants d’un vaste squat en ruine apparaissent sur l’écran. Ils vivent dans ce qui fut le cinéma Hemakcheat qui pouvait accueillir un millier de spectateurs. Il ne reste plus rien de cette époque, que les murs lépreux.

Lire la suite : Médiapart, 11/09/2012.