Archives par mot-clé : Accords de Paris

George J. Veith & Merle Pribbenow : The Return to War: North Vietnamese Decision-Making, 1973-1975

[ndlr] Parution en ligne d’une étude de George J. Veith et Merle Pribbenow sur la reprise de la guerre après les Accords de Paris de 1973.

Edited and Annotated by George J. Veith
Translations by Merle L. Pribbenow

November 2017

In support of the Cold War International History Project’s efforts to facilitate the release of historical materials from governments on all sides of the Cold War, we have compiled 80 primary source documents dealing with North Vietnam’s decision-making from the signing of the Paris Peace Accords in January 1973 until the end of the war, April 1975. The documents are appended to this Working Paper and accessible on DigitalArchive.org.

Much of this declassified information formed the basis for the book, Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975. This array of cables, memoranda, and directives provides a fascinating glimpse inside Hanoi’s choice in 1973 to return to war—despite having just signed the Paris Peace Accords. The files deliver insights into how the Politburo of the Vietnamese Workers’ Party, and its major command in the southern half of South Vietnam known as COSVN, viewed the situation after the accords. These documents clarify, to some extent, Hanoi’s decision to resume armed conflict in the south. They further outline Hanoi’s preparations in 1974 for launching a new offensive and the goals the Politburo wished to achieve, as well as the detailed military planning aimed at defeating South Vietnam. In the 1975 time-frame, the documents provide unique insights into how Hanoi’s military commanders managed the campaign that led to the rapid collapse of South Vietnam.

While this collection is voluminous, the author of and translator for this Working Paper did not include every document released by the editors of the volumes cited in the bibliography. We reviewed each document in various Vietnamese Communist publications, but only chose to translate those directly related to the fall of South Vietnam or those which provided information of broader and significant historical interest. Thus, many documents from the volumes of the Van Kien Dang series (a massive collection of nearly 40,000 pages of mostly internal Vietnamese Communist Party documents) were not translated and included in this Working Paper simply because they dealt with mundane party or economic affairs.

Although this set of documents cannot be considered definitive, it does provide one of the most detailed views of Vietnamese Communist decision-making ever unveiled for a specific period. However, the materials included in this study are almost exclusively documentary, as we chose not to incorporate information from the numerous memoirs, battle studies, or unit histories. We did, though, feature some secondary materials from the 1973 time-frame solely to help illuminate the thin documentary record on the Politburo’s decision to resume armed conflict in the South. While these other sources do generally agree on the Politburo’s review and approval process to resume the war, we suspect that the decision was not as smooth or unanimous as the Party portrays, especially after achieving a spectacular military victory in 1975.

Lire la suite : Wilson Center

Ou cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder au PDF en ligne :

George J. Veith is the author of three books on the Vietnam War, including Code Name Bright Light: The Untold Story of U.S. POW Rescue Efforts during the Vietnam War (1998) and Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975 (2013).

Merle Pribbenow is a former CIA officer who served in Vietnam from April 1970 to April 1975, and is the translator of Volume 2 of the history of the People’s Army of Vietnam, which was published by the University of Kansas Press as Victory in Vietnam: The Official History of the People’s Army of Vietnam, 1954-1975 (2002).

Les Accords de Paris, quarante ans plus tard – un film de Rina Sherman

AccordsdeParis40ansplustardDVDVigna[ndlr] Présentation de la réalisatrice.

LES ACCORDS DE PARIS

Quarante ans plus tard

Un film de Rina Sherman

HD, 74 min, 2014

Production : ACA LTFA – Distribution : Label K

Au mois de mars dernier, pendant une dizaine de jours, à Choisy le Roi, j’ai filmé Mme Nguyễn thị Bình, accompagné M. Trịnh Ngọc Thái, l’ancien ambassadeur du Vietnam à Paris, et de délégations françaises, italiennes et vietnamiennes lors des commémorations du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, organisée par la ville de Choisy-le-Roi dans la cadre de l’année croisée France-Vietnam.

En présence d’élus de Choisy-le-Roi, de grands témoins, d’historiens, de diplomates, de chauffeurs et d’amis français et vietnamiens, au travers retrouvailles émouvants avec amis et camarades, récits de grands témoins, précisions données par des chercheurs et des diplomates, j’ai filmé l’histoire au jour le jour des acteurs de ces célébrations mémorielles originales, tantôt caméra à l’épaule, tantôt caméra fixe, telle un stylo qui trace un trait dans le sillage de la grande et la petite histoire.

L’idée de ce film est de mettre en avant la dimension humaine des célébrations. L’attachement des uns à cette histoire qui est la leurs, la découverte des autres de cette héritage inconnu jusqu’à lors, mais aussi d’offrir une trace de ce moment particulier avec les différentes générations qui se sont retrouvées pour se souvenir du Vietnam, des luttes locales et internationales pour la liberté et la souveraineté de son peuple.

Lorsque le service Vie internationale de la Mairie de Choisy-le-Roi m’a demandé de réaliser un film sur cette célébration du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, je n’ai pas hésité un instant, même s’il nous restait que quelques jours pour préparer le tournage.

De suite, j’avais pressentie la grande et la petite histoire dans les événements à venir, esquissés avec une précision maintes fois répétée : Il va falloir suivre ; les choses risquent d’évoluer au fil du temps. Il a fallu donc préparer, pour une équipe réduite de deux personnes, plusieurs configurations de matériel de tournage : sur pied avec son séparé, à l’épaule avec son sur bras déporté monté, à l’épaule sans son séparé, avec l’idée de filmer sur le vif les grands et les petits moments de ces journées commémoratives.

Source : Rina Sherman

Les catholiques vietnamiens et la question de la paix au Sud-Vietnam : histoire d’un militantisme (1965-75) – conférence de Claire Tran Thi Lien

Séminaire général
animé par Andrée Feillard et Rémy Madinier


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations


Jeudi 04 avril 2013 :

Claire TRÂN THI LIÊN, Université Paris Diderot – Paris 7

Les catholiques vietnamiens et la question de la paix au SudVietnam : histoire d’un militantisme (1965-75)

Au coeur de la guerre du Vietnam et alors même que s’engageaient des négociations entre les États-Unis et le Nord-Vietnam, un groupe de catholiques du Sud-Vietnam s’est engagé dans une réflexion sur une nécessaire réconciliation avec le Nord dans la perspective de la fin d’un conflit fratricide. Tandis que l’historiographie présente le plus souvent la minorité catholique comme un bloc homogène composé d’anticommunistes fervents, prêts à défendre le Sud-Vietnam contre le danger communiste à tout prix, notre présentation s’intéresse à ce groupe de militants.

Engagés dans le Phong trào công giáo xây dựng hòa bình (Mouvement des Catholiques pour l’édification de la paix), ils ont défendu leurs idées dans nombre de journaux et revues entre 1965 et 1975 et ce dans un contexte marqué par une interaction forte entre le calendrier militaire et politique (l’escalade de la guerre, l’offensive du Têt et le début des négociations de Paris) et le calendrier religieux (le Concile Vatican II et les déclarations du Pape Paul VI pour la paix au Vietnam). La position de la hiérarchie et le rôle majeur de l’archevêque de Saigon, Mgr Paul Nguyễn Văn Bình lors de la chute de Saigon en avril 1975 seront évoqués. En dépit du décalage entre les aspirations à la réconciliation de ces militants et la « realpolitik » de l’État communiste victorieux, l’Église vietnamienne, par le maintien du dialogue avec l’État, a pu préserver ses liens avec Rome même dans les périodes les plus difficiles. Elle se distingue sur ce point de l’Église catholique de la Chine communiste voisine.

 Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Page de TRAN THI LIEN Claire

Communiqué de Mgr Paul Nguyen Van Binh contre la corruption paru dans Dung Day n°62, 27-10-1974.
Communiqué de Mgr Paul Nguyen Van Binh contre la corruption paru dans Dung Day n°62, 27-10-1974.
© collection FG / Mémoires d’Indochine

Accords de Paris, tournant décisif de la lutte anti-américaine [Vietnam +]

Le chef de la délégation du Vietnam auprès de l’Unesco, l’ambassadeur Duong Van Quang.
(Source: AVI)

[ndlr] A l’occasion du 40e anniversaire de l’Accord de Paris, le 27 janvier 1973, retour sur le rôle important du « front diplomatique » dévéloppé par Hanoi pendant la guerre du Viêt-Nam.

La signature des Accords de Paris a constitué un tournant décisif qui a ouvert le chemin aux événements suivants, en réunissant toutes les conditions en matière stratégique, politique, diplomatique et militaire en faveur du soulèvement et de l’offensive générale de 1975.

Des propos tenus par le chef de la délégation du Vietnam auprès de l’Unesco, ambassadeur Duong Van Quang, lors d’une interview récemment accordée au correspondant de l’Agence vietnamienne d’Information (AVI) à l’occasion du 40e anniversaire de ces accords historiques, le 27 janvier 1973, qui ont permis de mettre un terme à l’intervention militaire américaine au Vietnam.

Selon le diplomate, qui a été chercheur en relations internationales et directeur de l’Académie diplomatique du Vietnam, ces accords «ont montré la pertinence de la décision stratégique prise par le Vietnam consistant à progresser étape par étape pour enfin aboutir à une victoire totale sur l’ensemble des trois fronts : politique, diplomatique et militaire».

Le Vietnam devrait suivre strictement le principe dit «vừa đánh vừa đàm», c’est-à-dire se battre tout en négociant, car il ne pouvait vaincre les Etats-Unis d’un seul coup, a-t-il poursuivi. «Nous devions trouver la meilleure façon de combattre et de l’emporter», a-t-il expliqué, ajoutant qu’à l’époque : «Le fait que le Vietnam ait su transformer la diplomatie en front était une vraie innovation».

«La diplomatie vietnamienne a montré son rôle actif et contribué fortement à mettre fin à la guerre d’une manière plus favorable».

«Le Vietnam a réussi à mener une campagne pour encourager le soutien des pays du camp socialiste dans sa lutte contre l’agression américaine. L’injustice de la guerre américaine a fait que le Vietnam est parvenu à bâtir un front populaire mondial contre les impérialistes américains. Une autre innovation de la diplomatie vietnamienne, où le rôle de la diplomatie populaire s’est fait valoir», a estimé M. Quang, affirmant que le facteur déterminant de la victoire de 1975 était la politique d’indépendance, de souveraineté menée par le Vietnam au cours de sa lutte pour la libération.

Il a souligné que sous le prisme du Vietnam, Paris constituait un lieu favorable aux négociations. La ville disposait à l’époque d’une communauté vietnamienne dont nombre aidaient avec enthousiasme les délégations de la République démocratique du Vietnam et du Front national de libération du Vietnam.

Le Parti communiste français a apporté des aides considérables, surtout dans le regroupement des forces politiques et des peuples soutenant la lutte vietnamienne. Il était, de surcroît, la passerelle entre la France et le Vietnam, puisqu’à cette époque, les deux pays n’avaient pas encore établi leurs relations diplomatiques.

Dans le même temps, le Vietnam a profité du rôle des médias, si influent à Paris, pour informer le monde de sa cause lorsque la guerre au Vietnam occupait une part importante des actualités internationales, particulièrement durant la dernière phase des négociations de Paris.

L’ambassadeur Duong Van Quang a également rappelé la signification très importante des Accords de Paris, qui règlementaient la politique, les forces politiques, l’élection générale et la formation des administrations au Sud du Vietnam, préalables à la victoire finale de 1975. – AVI (Agence Vietnamienne d’Information – 9 janvier 2013).

Source : Vietnam +, 09/01/2013.

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013)

[ndlr] Interview de Hoang Duc Nha, neveu du Président Nguyen Van Thieu, à la fois secrétaire et attaché de presse du Président de la Seconde République du Viêt-Nam. L’entretien a été réalisé les 25 et 26 janvier 2013 par SBTN pour l’émission « Les questions vietnamiennes » (Những Vấn Đề Việt Nam). Hoang Duc Nha discute avec le journaliste Pham Tran des dessous diplomatiques et politiques menant à l’Accord de Paris de janvier 1973. Il évoque notamment les importantes dissensions entre Washington et Saigon et les conséquences de l’Accord de Paris pour la Seconde République du Viêt-Nam (Sud).

 

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 1
25/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 2
25/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 3
26/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Phỏng vấn ông Bùi Diễm – cựu đại sứ VNCH nhân dịp kỷ niệm 40 năm ký Hiệp định Paris 1973

[ndlr] Le site Dan Lam Bao a mis en ligne l’interview en trois volets de Bui Diem, l’ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis, consacré aux Accords de Paris de janvier 1973. L’entretien a été réalisé à Washington DC par SBTN (Saigon Broadcasting Television Network) les 27 et 28 janvier 2013. Dans l’entretien ci-dessous, Bui Diem revient sur son expérience personnelle notamment auprès de Henry Kissinger lors des négociations menant à l’Accord de Paris. Il évoque la stratégie politico-militaire communiste en 1972, la négociation de fait entre Le Duc Tho et Kissinger imposée par Washington et expose avec clarté le dilemme qui se pose alors à la Seconde République du Viêt-Nam (Sud) qui n’a plus guère le choix que de signer.

 

* 1ère partie *

* 2e partie *

* 3e partie *

Henry Kissinger: L’Accord de Paris [Les années orageuses, 1982, extraits]

[ndlr] Le 27 janvier 1973 était signé l’Accord de Paris. On a retenu de cet accord l’image triomphante de Henry Kissinger et de Le Duc Tho, tous les deux satisfaits d’une avancée dans leurs stratégies d’alors. Pour les Etats-Unis, l’accord permettait ce « retrait dans l’honneur » tant attendu et promis électoralement. Pour Hanoi, l’accord signifiait que tout pouvait désormais être mis en œuvre pour conquérir cette République du Sud jamais acceptée, cet autre Viêt-Nam politiquement si différent.

Dans ses mémoires publiés en 1982 soit dix ans après les offensives de 1972 et sept ans après la chute de Saigon, Kissinger rappelait les certitudes américaines sur le devenir de cette guerre et, dans un aveu assumé, savait que les efforts financiers ne seraient plus mis en œuvre pour tenter de consolider la République sudiste à laquelle Kissinger ne croyait déjà plus. Dans le second extrait qui suit, il s’interroge sur l’extraordinaire volonté des Nord-Vietnamiens dans leur objectif de parvenir à réunifier le pays au prix d’un immense sacrifice humain et d’un total mépris des contingences extérieures. Une des clés, selon lui, de la dynamique victorieuse engagée par le Nord pour regagner le Sud perdu en 1954.

* * *

L’Accord de Paris

 L’Accord de Paris, malgré toutes ses ambiguïtés, reflétait l’équilibre des forces au Vietnam à l’issue des batailles qui avaient marqué le paroxysme de la guerre en 1972. Comme tout règlement de paix, celui-ci dépendait du maintien de cet équilibre. Nous n’avions aucune illusion sur les objectifs à long terme de Hanoi ni sur sa volonté de dominer toute l’Indochine. Lors de la phase finale des négociations, en novembre et décembre 1972, j’en avais averti Nixon avec insistance. Mais j’étais également persuadé que notre peuple ne supporterait pas la prolongation de la guerre assez longtemps pour que cela fît une différence sur le plan militaire. En août 1972, le président du Sud-Vietnam, Nguyen Van Thieu, m’avait fait savoir qu’à son avis, si la guerre se poursuivait, le Nord-Vietnam serait plus faible en décembre 1973 qu’en mars 1972 [date du départ de l’offensive de Pâques] – mince avantage par rapport à notre situation d’alors. Et d’autre part, tous nos experts prédisaient que le Congrès nouvellement élu réduirait les crédits militaires à partir de janvier 1973 en portant la hache, pour commencer, sur les fonds supplémentaires que nous avions réclamés pour pouvoir faire face financièrement à l’offensive de printemps lancée par Hanoi en 1972.

* * *

Les Vietnamiens avaient supporté pendant des siècles la domination chinoise sans perdre leur identité culturelle ; c’est déjà là un exploit presque inouï. Ils avaient traversé la période de l’occupation française sans cesser de penser qu’ils seraient les héritiers de l’empire français en Indochine. Faute des qualités humaines de leurs voisins laotiens et de la grâce des Cambodgiens, ils cherchaient à s’imposer non par la séduction mais par l’obstination. Entièrement concentrés sur eux-mêmes, ils en étaient venus à oublier les lois naturelles et à négliger le calcul des probabilités auquel obéit habituellement la puissance. Et comme il y avait toujours plus de Vietnamiens que d’étrangers prêts à mourir pour leur patrie, leur nationalisme allait se révéler fatal à leurs envahisseurs comme à leurs voisins.

Plus que de la passion, les Nord-Vietnamiens avaient une invincible confiance en eux-mêmes et un mépris pour tout ce qui était étranger. Ce dédain leur avait permis de manipuler les autres peuples – même leurs partisans étrangers – avec un sentiment glacé de supériorité, et de faire de leur capitale, par le seul effet de leur volonté, le centre des préoccupations internationales pendant plus de dix ans. Ce que nous tenions pour une duplicité insolente n’était que l’effet d’une autre définition de la vérité ; tout ce qui servait les desseins de Hanoi avait rang de nécessité historique. Comme un chirurgien armé d’un scalpel, le gouvernement de Hanoi disséquait la psyché de l’Amérique et sondait nos faiblesses, notre sentiment de culpabilité nationale, notre quête de certitudes, notre idéalisme et même le sens des valeurs de ses sympathisants, qu’il dupait tout comme il dupait ses adversaires, imperturbablement. Pour notre malheur ; nous nous trouvions en travers de la route qui menait ces dirigeants à leurs objectifs obsessionnels.

Notre cauchemar indochinois était pourtant terminé. Les voisins de Hanoi n’étaient pas aussi bien lotis. La proximité les condamnait à une terreur permanente. Autant nous étions soulagés de voir la guerre finie, autant ils étaient épouvantés à l’idée de perdre leur liberté si la paix signifiait pour nous le retrait total. Après avoir exulté, Washington se laissa gagner per l’inquiétude de ceux qui dépendaient de nous – et d’autant plus qu’ils étaient plus proches des frontières de cette implacable nation qui conduisait ses agressions en se faisant passer pour une victime.

Extrait de Henry Kissinger, Les années orageuses [tome 1 : 1973-74], Paris, Fayard, 1982, chapitre 2: « Voyage à Hanoi », pp. 22-24.

L’Accord de Paris sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam – Paul Isoart

[ndlr] A l’occasion des 40 ans de la signature des Accords de Paris le 27 janvier 1973, nous proposons au lecteur cette analyse fouillée de Paul Isoart (1931-) parue dans l’Annuaire français de droit international, édité en 1973.

Le Professeur Paul Isoart revient en détail sur le processus qui mena à cet accord historique en y décelant les ambiguïtés, les non-dits, les différentes visions qu’elles soient américaines, du FNL Sud Viêt-Nam, de la RDVN (Hanoi) ou de la RVN (Saigon).

Le 27 janvier 1973 était signé, à Paris, par les ministres des affaires étrangères des États-Unis et de trois gouvernements vietnamiens « l’accord sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam ». Ainsi prenait fin officiellement, – s’il faut croire le Président Richard Nixon, « la guerre la plus longue et la plus difficile qu’ait connue l’Amérique », guerre subie par celle-ci « non pour des avantages égoïstes, mais pour aider les autres à résister à l’agression » (1) . Cette affirmation, solennellement proclamée lors de la cérémonie d’investiture du Président au début de son second mandat, n’est que partiellement exacte.

Issue d’un long processus d’intoxication (2) , elle risque de perpétuer dans la péninsule indochinoise une ère d’affrontements armés qu’il est souhaitable, pour tous, de voir définitivement cesser. Si par « intérêts égoïstes », le Président des États-Unis entend faire référence à des intérêts essentiellement matériels il est vrai que l’engagement américain n’a pas eu pour objet de les protéger car, du moins en 1954, ils étaient insignifiants. Peut-on cependant nier que le conflit du Vietnam résulte d’une volonté systématique d’imposer la loi des États-Unis au nom d’un leadership politique hérité de l’histoire ? La lecture des documents publiés, en 1971, par le « New York Times » sous le titre « The Pentagon Papers » est, à cet égard, riche d’enseignements et de révélations. Ce dossier de l’ « histoire secrète » d’une guerre est composé d’éléments extraits d’un rapport de 7 000 pages rédigé de 1967 à 1969 par des spécialistes américains à la demande de M. MacNamara, alors secrétaire d’Etat à la Défense (3).

Lire la suite : Persée  et PDF en ligne

Réf. : Isoart Paul. L’Accord de Paris sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam. In: Annuaire français de droit international, volume 18, 1972. pp. 101-121.

* * *

  • Voir aussi la Une du Journal du Dimanche du 28 janvier 1973 : leJDD

28 janvier 1973: La paix au Vietnam signée à Paris

Ancienne puissance coloniale en Indochine devenue Vietnam, la France, où Ho Chi Minh a fait ses études [sic], accueille les parties belligérantes au conflit afin de parapher les accords de paix d’une guerre qui dure depuis dix ans. Les accords de Paris, signés par le Nord-Vietnam et les Etats-Unis entérinent le cessez-le-feu et le retrait des troupes américains dans un délai de 60 jours. En échange, Hanoi s’engage à libérer tous les prisonniers. Les négociateurs en chef sont Lê Duc Tho pour le Vietnam et Henry Kissinger pour la première puissance militaire du monde mise à mal par les combattants vietcong. La guerre entre le Nord et le Sud Vietnam ne s’achèvera qu’en 1975.

  • L’analyse de l’historien Alain Ruscio dans l’Humanité en ligne :

Alain Ruscio, « Il y a quarante ans: les accords 
de Paris sur le Vietnam« , L’Humanité, 25/01/2013.

Nord Viêt-Nam – décembre 1972 : quelle victoire et pour qui ?

La campagne de bombardement du Nord Viêt-Nam (principalement à Hanoi et Haiphong) au mois de décembre 1972, affublée de cette dénomination cynique de « bombardements de Noël », fit, selon les estimations occidentales, plus d’un millier de victimes civiles et 1600 selon Hanoi. Dans un article du 28/12/2012, le site vietnamien de la BBC pose cette question toujours sujette à discussion : « Hanoi a abattu combien de B-52 ? » (Hà Nội bắn rơi bao nhiêu B-52?). En effet, la question n’est pas réglée entre les différentes versions avancées par la presse en RSVN et aux Etats-Unis. Si ce détail est important pour la vérité historique, il l’est peut être moins que les conséquences de cette opération militaire qui incita fortement les deux parties, pour des raisons différentes, à retourner à la table des négociations à Paris pour tenter de mettre un terme à la guerre.

Le très officiel site du PCV diffusait en 2004 ses propres chiffres et selon lui, du 18 au 30 décembre 1972, 81 avions américains dont 34 B52 avaient été abattus pendant ces douze jours d’enfer [1]. Cette campagne intitulée du côté de la RDVN le « Dien Bien Phu aérien », en souvenir de la cuisante défaite française du 7 mai 1954, est présentée comme une victoire incontestable qui « a contribué à obliger les impérialistes américains à signer les Accords de Paris de janvier 1973 et à se retirer du Sud Viêt-Nam ». Alors que le chiffre de 34 B52 était habituellement admis et répété sur les médias communistes vietnamiens, le 19 décembre 2010, le site de l’Armée populaire publiait une évaluation à la baisse affirmant que le Nord Viêt-Nam « avait abattu en douze jours et nuits (du 18 au 29 décembre 1972), 23 B52 et fait prisonnier de nombreux aviateurs américains » [2]. La polémique n’est donc pas tant sur les chiffres que sur l’interprétation et l’exploitation à faire de cette action militaire américaine. Dans les deux cas, il s’agit d’une « victoire politique et militaire ».

Dans un article (sans commentaires) illustré de panneaux commémoratifs et « pédagogiques » paru le 28 novembre 2012 dans le journal Dât Viêt, les chiffres de 4025 victimes tuées et de 3327 blessés étaient avancés avec un nombre record de 100.000 tonnes de bombes versées sur le Nord Viêt-Nam à ce moment là. Un second panneau rappelait que 5480 maisons, 24 écoles et 5 hôpitaux et de nombreux autres lieux clés de la ville (pagodes, théâtres…) avaient été totalement détruits par les bombardements (voir ci-dessous) [3]. Autant dire que la pression venue du ciel était très forte si l’on considère ces chiffres avec sérieux. A la suite de l’importante Offensive de Pâques (Chiến dịch Xuân hè 1972) contre la République du Viêt-Nam au Sud du 17e Parallèle, les forces de l’Armée populaire de la RDVN étaient très affaiblies. Elles avaient entre le 30 mars et le 22 octobre 1972 essuyé d’énormes pertes en hommes et en matériel et l’Etat-major nordiste avait notamment sous-estimé la capacité du Sud à résister et à reprendre l’initiative sur son territoire grâce à l’intervention massive de l’aviation américaine.

Du côté américain, l’opération militaire intitulée « Linebacker II » fut déclenchée en décembre et dura 11 jours et non douze (the 11- Day War). Elle fait suite à une première « Linebacker I » déclenchée à partir de mai 1972 pour tester la défense aérienne nord-vietnamienne et répondre à l’Offensive de Pâques menée par la RDVN contre le Sud. Selon la BBC, l’opération de décembre coûta la vie à huit aviateurs américains, tués ou blessés en vol, mais 25 disparurent, 33 furent faits prisonniers et 26 furent récupérés et sauvés. Au total, 15 B52 furent abattus. Sur 741 vols raids aériens, 729 furent accomplis et 12 raids abandonnés [4]. Aucune raison n’est donnée sur ces abandons. De même que pour la RDVN, cette campagne est présentée par les Etats-Unis comme une victoire militaire qui força les dirigeants du Nord Viêt-Nam à retourner à la table des négociations alors dans l’impasse. Le 8 janvier 1973, les deux parties se retrouvèrent effectivement à Paris pour poursuivre les discussions engagées sur la fin de la guerre alors même que les relations entre Henry Kissinger et le gouvernement de Saigon étaient très tendues. La République du Viêt-Nam (Sud) redoutait à juste titre que le retour hâtif des forces américaines sans réelle contrepartie pour le Nord ne précipitât l’invasion programmée du Sud par Hanoi.

Les deux parties nord-vietnamiennes et américaines, « victorieuses », se mirent d’accord pour sceller le sort de Saigon le seul vrai perdant des Accords de Paris de janvier 1973. Hanoi pouvait maintenir et renforcer secrètement son soutien à son bras politique et armé au Sud (GRP et FNL-Sud Viêt-Nam), les soldats américains pouvaient se retirer « dans l’honneur » et au bénéfice de la « vietnamisation », la République du Viêt-Nam était censée survivre dans un rapport de force désormais inégal. Le 30 avril 1975, les chars nord-vietnamiens entraient dans Saigon après trente années d’acharnement politique et militaire, d’offensives sanglantes et de campagnes meurtrières, de combats fratricides, dans le but de réunifier le Viêt-Nam sous l’égide du seul vainqueur totalitaire pour une « victoire totale » (toàn thắng) qui se voulait totalisante et définitive.

François Guillemot, 29/12/2012. D’après les deux articles de la BBC.

Notes

[1] Thượng tá Trần Việt Anh, Trận Điện Biên Phủ trên không, 14/10/2004 (Viện Lịch sử quân sự Việt Nam biên soạn). Article rédigé par l’Institut d’Histoire militaire du Viêt-Nam.

[2] Đỗ Sâm, Hà Nội 12 ngày đêm « Điện Biên Phủ trên không », QĐND – Chủ Nhật, 19/12/2010.

[3] « Điện Biên Phủ trên không: Phục dựng hình ảnh B-52, SAM-2, MiG-21 », Báo Đất Việt, 28/11/2012.

[4] « North Vietnam, 1972: The Christmas bombing of Hanoi », BBC Magazine, 24/12/2012. (voir extrait et lien ci-dessous)

 

* * *

North Vietnam, 1972: The Christmas bombing of Hanoi

The biggest ever bombing campaign by US B-52 aircraft took place over Christmas 40 years ago, when the US dropped 20,000 tonnes of explosives on North Vietnam. More than 1,000 Vietnamese died, but the assault may have helped bring about the peace deal signed a month later.

Operation Linebacker II was President Richard Nixon’s attempt to hasten the end of the Vietnam War, as the growing strength of the Viet Cong caused heavy casualties among US ground troops.

The capture and torture of downed airmen in the north, regularly paraded on television, was also an embarrassment for Washington. Nixon was under pressure to bring the troops home.

At the same time, long-running negotiations in Paris between the warring parties had broken down.

The relationship between American negotiator Henry Kissinger and the government in the south was strained, while Le Duc Tho – representing the northern Communist government – was refusing to budge on the issue of prisoner releases. So the Americans decided to take decisive action.

Read more / Lire la suite : BBC Magazine, 24/12.2012.

Ecouter le témoignage de Ha Mi : Vietnam Christmas Bombing, 26/12/2012.

1972, année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain

[ndlr] On notera l’orientation du titre de l’article qui laisse à penser que la guerre du Viêt Nam ne fut qu’une guerre de résistance contre une invasion étrangère effaçant la dimension guerre civile pourtant indissociable du conflit entre les deux Viêt Nam (RDVN communiste sous la direction du Parti des Travailleurs du Vietnam contre République du Viêt Nam, seconde république, alors dirigée par le président Nguyen Van Thieu). Il est vrai que les bombardements aériens de 1972 furent perpétrés par les B52 américains de sinistre réputation.

Une table ronde intitulée « L’année 1972 vue d’en Haut : année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain » a eu lieu le 11 octobre au Centre culturel français de Hanoi.

Table ronde « L’année 1972 vue d’en Haut : année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain », le 11 octobre à Hanoi. © 2012 Le Courrier du Vietnam

Elle a été organisée et animée par Olivier Tessier, de l’École française d’Extrême- Orient (EFEO), avec la participation de deux historiens, le Docteur Nguyên Xuân Nang, directeur du Musée d’histoire militaire, et le Docteur Pierre Journoud, chargé de recherches à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM – ministère de la Défense) et chercheur associé à l’UMR-CNRS IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

L’objectif était de poser un regard croisé sur les temps forts qui ont marqué l’année 1972, année cruciale pour le dénouement du conflit vietnamo-américain dont l’épilogue fut la signature des Accords de Paris le 27 janvier 1973.

Pierre Journoud a présenté au public le contexte de la guerre, des négociations, des relations franco-vietnamiennes, et plus particulièrement du bombardement de la Délégation générale de France à Hanoi.

Nguyên Xuân Nang, pour sa part, a retracé la lutte, les résultats et la signification du «Diên Biên Phu aérien».

Exposition « Vivre et mourir à Hanoi en 1972 ». © 2012 Le Courrier du Vietnam

Exposition sur le «Diên Biên Phu aérien»

Cette table ronde était accompagnée d’une exposition intitulée «Vivre et mourir à Hanoi en 1972». Contribution à la recherche sur l’histoire contemporaine du Vietnam, l’exposition a été créée à l’initiative de l’École française d’Extrême-Orient et de l’ambassade de France au Vietnam, à l’occasion du 40e anniversaire du bombardement de la Délégation générale de France, le 11 octobre 1972.

De la reprise des bombardements sur le nord-Vietnam au printemps 1972 jusqu’à son épilogue, la signature des Accords de Paris le 27 janvier 1973, cette exposition a retracé avec des documents d’époque et des témoignages la vie quotidienne dans la capitale ainsi que le sort tragique des populations soumises à l’escalade des opérations aériennes.

Les archives iconographiques, audiovisuelles et écrites proviennent de différents fonds documentaires conservés au Vietnam, dont ceux de l’Agence Vietnamienne d’Information (AVI), du Musée de l’aviation militaire et du Studio national du documentaire, ainsi qu’en France avec l’Institut national de l’audiovisuel, l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense et le Centre des archives diplomatiques de la Courneuve, outre des sources privées mises à disposition par leurs propriétaires, notamment Jean-Marc Gravier, Alain Wasmes, Nicolas Cornet et Chu Chi Thành.

Des extraits de récits de témoins habitant à Hanoi au moment des faits complètent ce tableau d’ensemble.

Texte et photos : Hà Minh/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam, 12/10/2012

Même article sur Vietnam +, 11/10/2012