Archives par mot-clé : 2 septembre 1945

David G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Marr_VietnamStateWarRevolutionDavid G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946), Berkeley, University of California Press, 2013, 721 p.

Dans son maître livre Vietnam 1945. A quest for Power (UCP, 1995), David Marr intitulait le dernier chapitre (8) ‘A State is born’. Le deuxième ouvrage qu’il nous propose aujourd’hui, peut être lu comme la suite. Le 2 septembre 1945, la fondation de l’État (Kiến Quốc) est proclamée en même temps que l’indépendance du Vietnam (Độc Lập). Entre la proclamation de la République démocratique du Vietnam et la tragédie meurtrière du 19 décembre 1946, qui anéantit l’espoir d’un modus vivendi franco-vietnamien, comment l’État assuma-t-il ses responsabilités ? Comment exerça-t-il son pouvoir, comment étendit-il son autorité sur un pays et une population en proie à la révolution c’est à dire à l’anarchie et au chaos ? Le Parti communiste indochinois joua–t-il un rôle déterminant dans la révolution d’août 1945 et dans l’exercice du pouvoir étatique, à l’intérieur et sur le front diplomatique ? (Question qui laisse entrevoir l’évolution post 1954). Ces interrogations tissent la trame du récit-analyse que David Marr développe dans ces 721 pages d’une admirable densité et d’un intérêt qui ne faiblit jamais.

Pour comprendre les difficultés auxquelles les dirigeants de la jeune république furent confrontés sans y avoir été préparés, il faut lire le chapitre 6 ‘Materials Dreams and Realities’ où l’auteur expose de façon claire et nuancée les attentes d’un peuple soumis depuis huit décennies à la domination étrangère :

« In times of revolution, hopes are aroused of great abundance, an end to fear about where the next meal will come from, the ability to enjoy the fruits of one’s labor, and membership in a much larger effort to create a new order of production, exchange and community welfare.  In Vietnam, material aspirations became linked with ideas of progress and modernity.  In this future life, farmers would obtain pumps, manual laborers become truck drivers, merchants offer a cornucopia of commodities at fair prices, engineers alter the physical landscape, and scientists contribute to world knowledge.

               However, revolution releases fury at those countrymen who are seen to have profited from the colonial system, who live in comfort while others starve. People subject to such accusations lose property, even their lives.  Or they may be allowed to show remorse, contribute resources to the revolution, learn the latest political slogans, and gain admission to a patriotic association.  Much depends on local circumstance. Meanwhile, everyone must face scarcities of food and other essentials, pay taxes, and accept that the country future is replete with uncertainties.  The government tries to increase output, manage some allocations, and ensure that the nascent army receives top resource priority.  Long after the events of a revolution, archive dossiers sometimes allow us to tune in on village property disputes, small scale commodity transactions, and neighborhood collection of taxes and donations » (p. 315).

Or les Vietnamiens nourrissaient leurs espoirs d’une vie meilleure dans un contexte économique, stratégique et politique extrêmement incertain et périlleux. À la fin de l’année 1944, le gouvernement général de l’Indochine prévoyait l’effondrement de l’économie pour l’année suivante, prévision confirmée par l’effroyable famine qui emporta des centaines de milliers, peut être 1 million, de vies dans le Tonkin et le Nord Annam (dans son livre 1945, David Marr est le premier qui a tenté de calculer sérieusement le nombre des victimes, p. 96-107). La complémentarité des ressources alimentaires du nord et du sud (le grenier à riz du Nam Bô) avait disparu avec la destruction quasi complète des communications et des transports ferroviaires et maritimes.

Dans le registre géopolitique internationale et asiatique en particulier, la fin de la Seconde guerre mondiale fut aussi le début du réaménagement de l’échiquier où les États Unis et l’Union soviétique s’affrontèrent pendant cinq décennies tandis que la fin des empires coloniaux occidentaux ne se déroulait pas pacifiquement. En attendant, le sort de la jeune république dépendit du partage décidée à Postdam sans consultation des peuples intéressés.

Au nord du 16ème parallèle, les troupes nationalistes chinoises chargées de désarmer les troupes japonaises, vécurent sur le pays pendant plusieurs mois ; s’étant emparé de la Banque de l’Indochine, elles privèrent l’État de ses ressources financières au moment où il en avait le plus besoin pour faire fonctionner l’appareil administratif, le système d’éducation et surtout mettre sur pieds une armée qui puisse préserver l’indépendance fraîchement acquise contre le retour offensif des Français, dès septembre 1945, dans le sud du pays.

Au sud du 16ème parallèle, les Britanniques ayant reçu la même mission que les Chinois, favorisèrent le retour des Français qui commencèrent la reconquête du Nam Bô dès octobre 1945, soustrayant le grenier à riz, vital pour la RDVN.

Sur le plan intérieur, le clivage politique entre nationalistes et communistes (une réplique de la rupture durable qui avait éclaté en Chine en 1927) resurgit après le 9 mars 1945. L’éviction du gouvernement colonial et la restauration du gouvernement monarchique avaient permis  à la mouvance politique nationaliste (Đại Việt, Quang Phục Hội, Dân Xã Hội) protégée par les Japonais, de ressurgir sur la scène publique, de s’exprimer et de se mouvoir sans entraves après sa « traversée du désert » dans la décennie 1930. La compétition entre groupes politiques et religieux étaient compliquée par les groupes ethniques des montagnes toujours jaloux de leur autonomie.

Par conséquent, le Parti communiste indochinois qui prit le pouvoir sous le couvert d’une organisation frontiste, Viet Nam Doc Lap Dong Minh Hoi (Ligue pour l’indépendance du Viet Nam) furent confronté à de nombreux facteurs potentiellement centrifuges qui lui imposaient une politique de large rassemblement. Action paradoxale en apparence puisqu’un parti communiste se présentait comme l’avant garde du prolétariat et prônait la lutte de classes, dans son essence, un parti communiste est une organisation exclusive et non inclusive.

En fait, la ligne politique définie par Ho Chi Minh en 1941, était conforme à la directive du Komintern issue du 7ème congrès de 1937 : pratiquer une politique antifasciste en Europe, anti-japonaise en Chine. Elle supposait la mise en veilleuse de la lutte des classes et de la révolution sociale. Le fait que le gouvernement de Vichy et de Tokyo avaient noué de relations de coopération, facilita l’adoption de la politique kominternienne. En revanche, l’union de toutes les forces indépendantistes ne manqua de soulever l’opposition au sein du PCI mais aussi celle des trotskystes bien implantés dans le Nam Bô (Cochinchine). Ce paradoxe, duplicité pour les adversaires, ne manqua pas d’obséder les interlocuteurs américains et les négociateurs français.

Marr invoque la faiblesse numérique du parti, 2 500 militants au maximum et les contradictions internes que la clandestinité, l‘absence de liaison entre les cellules du nord et celles du centre et du sud, les failles dans les communications entre le comité central et la base comme en témoigna l’échec de l’insurrection du Nam Ky (Cochinchine) en 1940. Le déphasage entre le nord et le sud se répercuta dans le conflit vite résorbé mais réel entre les « anciens et nouveaux Viet Minh » qui se traduisit par des frictions ou des heurts entre les Jeunesses d’Avant-garde et les Jeunesses de Salut national. L’auteur est conduit à contester le rôle dirigeant du PCI dans la révolution, il va jusqu’à nier que le parti ait programmé la prise du pouvoir ; le Parti a été entraîné par les événements plus qu’il ne les a orientés et maitrisés. En prenant le contre-pied d’une opinion établie, David Marr passe à l’extrême inverse, source de controverse.

Un parti qui vise l’hégémonie, même si ce n’est pas ouvertement, est forcément tenté par l’usage de la coercition et de la terreur, c’est l’accusation principale que les nationalistes et les trotskystes portèrent contre le Viet Minh. Si l’on se place dans cette perspective et que l’on adopte ces présupposés, la politique d’unité d’Ho Chi Minh, les avances que le Viêt Minh fit au Viêt Nam Quôc dân Dang et au Cach mang Dông minh Hôi, aux catholiques, aux caodaîstes et aux Hoa hao, n’étaient que manœuvres tactiques.

L’analyse de la période qui court de septembre 1945 à décembre 1946, nous conduit à ne pas nous contenter d’explications générales qui relèvent de la dénonciation du dessein expansionniste du communisme international. David Marr lui préfère une démarche empiriocriticiste, il a laissé de côté les idées reçues sur le communisme pour s’en tenir aux faits, « facts, facts, only facts ». Il a bénéficié d’un accès privilégié aux archives du ‘gouvernement de fait’, constitués des documents capturés par l’armée française lorsqu’elle reprit Hanoi, il y ajouta la presse vietnamienne de l’époque. Cette manne documentaire lui  permit de descendre jusqu’au niveau des villages et d’un peuple qui n’avait pas peur de s’exprimer. Toutes ces pages passent au crible la presse mais aussi les plaintes, pétitions, rapports d’enquêtes qui dénonçaient les arrestations arbitraires, les séquestrations des biens et des personnes, les exécutions sommaires autant que la corruption des nouveaux détenteurs de l’autorité. Elles nous mettent en présence d’ une véritable opinion publique. En même temps ces voix publiques témoignent d’un souffle patriotique, d’un esprit de sacrifice et d’une participation citoyenne. Les yeux d’un lecteur français voit défiler les moments exaltants et terrifiants de la révolution française.

Ni un seul appareil politique, le PCI dans ce cas, ni le seul appareil d’État d’ailleurs embryonnaire et fortement contesté parce que hérité de l’administration coloniale, et dont les communistes avaient saisi les postes-clés, là où ils eurent la possibilité, n’auraient pu tenir tête à l’armée française s’il n’ y avait pas eu la levée en masse de la population, ni le choix d’une majorité de rallier le Viet Minh (voir le chapitre 9 : Mobilizational patterns).

Je n’ai qu’un regret : David Marr à laissé de côté l’évolution socio-culturelle des années 1940-1945 qui fut celle de la maturation des esprits : progrès des connaissances modernes, redécouverte  et réappropriation du passé (en linguistique, en archéologie, en histoire et en littérature) en même temps que celle de la réflexion sur l’avenir de la nation. Ce mouvement dans la culture apparaît comme le prélude et la composante d’un soulèvement politique accompli dans une ferveur quasi unanime. Il éclaire également l’adhésion de l’intelligentsia moderniste à la révolution politique.

David Marr est visiblement convaincu que rien n’est préderminé ni fatal :

« I hope to convey the uncertainty and contingency as well as the coherency and momentum of revolutionary events in 1945-1946 » (p. 4).

C’est pourquoi David n’a pas seulement écrit un livre passionnant mais il nous donne aussi une belle leçon d’écriture de l’Histoire.

Pierre Brocheux

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions vivement.

* * *

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

La présentation de l’ouvrage

Defining moments of modern Vietnam (Review)

Defining moments of modern Vietnam [Book review of David Marr, Vietnam: State, War and Revolution]

Marr_VietnamStateWarRevolutionDavid G. Marr, Vietnam: State, War and Revolution (1945-1946), book review by Jeffrey Grey.

[…] The core of this book argues that the Democratic Republic of Vietnam was founded and survived against all odds through a large mobilisation of ordinary Vietnamese in an almost infinite range of capacities and roles. This popular support was wide-ranging, deep and genuine, but not universal. Nor was it uncontested, most obviously by the French as they sought to reapply the colonial structures swept aside by the war with Japan, but also in the south by the British force which arrived in late 1945 to replace the Japanese and by Nationalist Chinese forces operating in the north with the same broad agenda.

The book covers the creation of the early DRV state structure, the Viet Minh and the creation of a broad political framework to oppose French designs, albeit with a communist core. The extraordinary achievements were matched by repression and punishment of those deemed political opponents. In a lengthy chapter Marr offers a clear-eyed and unsentimental analysis of the arrests, deportations, detention without due process and executions used to ensure the revolutionary course. Much of this effort was aimed at members of the Vietnamese Nationalist Party, an obvious rival in the anti-colonialist struggle. Readers wanting a sense of what it was like to be on the losing side in this earlier contest, and of the journey that some made from resisting the French to resisting the communists, should look at the recent memoir by Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam Wars (2012). […]

Read more: The Sydney Morning Herald, 14/09/2013.

Tuyên ngôn độc lập nước Việt Nam Dân Chủ Cộng Hòa – Hà Nội 2/09/1945

Source : vietstamp.net

[ndlr] Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh, au nom du gouvernement provisoire, décrète l’indépendance du pays et proclame officiellement la fondation de la République Démocratique du Viêt Nam (RDVN).

Le texte de la proclamation originale en langue vietnamienne est présenté ci-dessous puis dans une version audio-visuelle sur You Tube suivie de la prestation de serment sur la place Ba Dinh.

 

Hỡi đồng bào cả nước,

« Tất cả mọi người đều sinh ra có quyền bình đẳng. Tạo hóa cho họ những quyền không ai có thể xâm phạm được; trong những quyền  ấy, có quyền được sống, quyền tự do và quyền mưu cầu hạnh phúc ».

Lời bất hủ ấy ở trong bản Tuyên ngôn độc lập năm 1776 của nước Mỹ. Suy rộng ra, câu ấy có ý nghĩa là: tất cả các dân tộc trên thế giới đều sinh ra bình đẳng; dân tộc nào cũng có quyền sống, quyền sung sướng và quyền tự do.

Bản tuyên ngôn nhân quyền và dân quyền của cách mạng Pháp năm 1791 cũng nói: « người ta sinh ra tự do và bình đẳng về quyền lợi, và phải luôn luôn được tự do và bình đẳng về quyền lợi ».

Đó là những lẽ phải không ai chối cãi được.

Thế mà hơn tám mươi năm nay, bọn thực dân Pháp lợi dụng lá cờ tự do, bình đẳng, bác ái, đến cướp đất nước ta, áp bức đồng bào ta. hành động của chúng trái hẳn với nhân đạo và chính nghĩa.

Về chính trị, chúng tuyệt đối không cho nhân dân ta một chút tự do dân chủ nào.

Chúng thi hành những luật pháp dã man. Chúng lập ba chế độ khác nhau ở trung, nam, bắc để ngăn cản việc thống nhất nước nhà của ta, để ngăn cản dân tộc ta đoàn kết.

Chúng lập ra nhà tù nhiều hơn trường học. Chúng thẳng tay chém giết những người yêu nước thương nòi của ta. Chúng tắm các cuộc khởi nghĩa của ta trong những bể máu.

Chúng ràng buộc dư luận, thi hành chính sách ngu dân.

Chúng dùng thuốc phiện, rượu cồn để làm cho nòi giống ta suy nhược.

Về kinh tế, chúng bóc lột dân ta đến tận xương tủy, khiến cho dân ta nghèo nàn, thiếu thốn, nước ta xơ xác, tiêu điều.

Chúng cướp không ruộng đất, hầm mỏ, nguyên liệu.

Chúng đặt ra hàng trăm thứ thuế vô lý, làm cho dân ta, nhất là dân cày và dân buôn, trở nên bần cùng.

Chúng không cho các nhà tư sản ta ngóc đầu lên. Chúng bóc lột công nhân ta một cách vô cùng tàn nhẫn.

Mùa thu năm 1940, phát-xít Nhật đến xâm lăng Đông – dương để mở thêm căn cứ đánh đồng minh, thì bọn thực dân Pháp quỳ gối đầu hàng, mở cửa nước ta rước Nhật. Từ đó dân ta chịu hai tầng xiềng xích: Pháp và Nhật. Từ đó dân ta càng cực khổ, nghèo nàn. kết quả là cuối năm ngoái sang đầu năm nay, từ Quảng trị đến Bắc kỳ hơn hai triệu đồng bào ta bị chết đói.

Ngày 9 tháng 3 năm nay, Nhật tước khí giới của quân đội Pháp. Bọn thực dân Pháp hoặc bỏ chạy hoặc đầu hàng. Thế là chẳng những chúng không « bảo hộ » được ta, trái lại, trong 5 năm, chúng dã man bán nước ta hai lần cho Nhật.

Trước ngày mồng 9 tháng 3, biết bao lần Việt minh đã kêu gọi người Pháp liên minh để chống Nhật. Bọn thực dân Pháp đã không đáp ứng, lại thẳng tay khủng bố Việt minh hơn nữa.

Thậm chí đến khi thua chạy, chúng còn nhẫn tâm giết nốt số đông tù chính trị ở Yên bái và Cao bằng.

Tuy vậy, đối với nước Pháp, đồng bào ta vẫn giữ một thái độ khoan hồng và nhân đạo. Sau cuộc biến động ngày mồng 9 tháng 3, Việt minh đã giúp cho nhiều người Pháp chạy qua biên thùy, lại cứu cho nhiều người Pháp ra khỏi nhà giam Nhật, và bảo vệ tính mạng và tài sản cho họ.

Sự thật là từ mùa thu năm 1940, nước ta đã thành thuộc địa của Nhật, chứ không phải thuộc địa của Pháp nữa. Khi Nhật hàng Đồng minh thì nhân dân cả nước ta đã nổi dậy giành chính quyền lập nên nước Việt Nam Dân chủ Cộng hòa.

Sự thật là dân ta đã lấy lại nước Việt Nam từ tay Nhật, chứ không phải từ tay Pháp.

Pháp chạy, Nhật hàng, vua Bảo Đại thoái vị. dân ta đã đánh đổ các xiềng xích thực dân gần một trăm năm nay để gây dựng nên nước Việt Nam độc lập. Dân ta lại đánh đổ chế độ quân chủ mấy mươi thế kỷ mà lập nên chế độ dân chủ cộng hòa.

Bởi thế cho nên, chúng tôi, lâm thời chính phủ của nước Việt Nam mới, đại biểu cho toàn dân Việt Nam, tuyên bố thoát ly hẳn quan hệ thực dân với Pháp, xóa bỏ hết những hiệp ước mà Pháp đã ký về nước Việt Nam, xóa bỏ tất cả mọi đặc quyền của Pháp trên đất nước Việt Nam.

Toàn dân Việt Nam, trên dưới một lòng, kiên quyết chống lại âm mưu của bọn thực dân Pháp.

Chúng tôi tin rằng các nước đồng minh đã công nhận những nguyên tắc dân tộc bình đẳng ở các hội nghị Tê-hê-răng và Cựu-kim-sơn, quyết không thể không công nhận quyền độc lập của dân Việt Nam.

Một dân tộc đã gan góc chống ách nô lệ của Pháp hơn tám mươi năm nay, một dân tộc đã gan góc đứng về phe đồng minh chống phát-xít mấy năm nay, dân tộc đó phải được tự do! dân tộc đó phải được độc lập!

Vì những lẽ trên, chúng tôi, Chính phủ lâm thời của nước Việt Nam Dân chủ Cộng hòa, trịnh trọng tuyên bố với thế giới rằng:

Nước Việt Nam có quyền hưởng tự do và độc lập, và sự thật đã thành một nước tự do, độc lập. Toàn thể dân tộc Việt Nam quyết đem tất cả tinh thần và lực lượng, tính mạng và của cải để giữ vững quyền tự do, độc lập ấy.

Source : Tuoi Tre Oline

* * *

Déclaration d’indépendance de la République démocratique du Viêt-Nam – Hanoi, 2 septembre 1945

Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh, au nom du gouvernement provisoire, décrète l’indépendance du pays et proclame officiellement la naissance de la République Démocratique du Viêt Nam (RDVN).

« Tous les hommes naissent égaux. Le Créateur nous a donné des droits inviolables, le droit de vivre, le droit d’être libres et le droit de réaliser notre bonheur. »

Cette parole immortelle est tirée de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis d’Amérique en 1776. Prise dans un sens plus large, cette phrase signifie : tous les peuples sur la terre sont nés égaux ; tous les peuples ont le droit de vivre, d’être heureux, d’être libres.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de la Révolution française de 1791 proclame également : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. »

Ce sont là des vérités indéniables.

Et pourtant, pendant plus de quatre-vingts années, les colonialistes français, abusant de drapeau de la liberté de l’égalité, de la fraternité, ont violé notre terre et opprimé nos compatriotes. Leurs actes vont directement à l’encontre des idéaux d’humanité et de justice.

Dans le domaine politique, ils nous ont privés de toutes les libertés.

Ils nous ont imposé les lois inhumaines. Ils ont constitué trois régimes politiques différents dans le Nord, le Centre et le Sud du Viet Nam pour détruire notre unité nationale et empêcher l’union de notre peuple.

Ils ont construit plus de prisons que d’écoles. Ils ont sévi sans merci contre nos patriotes. Ils ont noyé nos révolutions dans les fleuves de sang. Ils ont jugulé l’opinion publique et pratiqué une politique d’obscurantisme. Ils nous ont imposé l’usage de l’opium et de l’alcool pour affaiblir notre race.

Dans le domaine économique, ils nous ont exploités jusqu’à la moelle, ils ont réduit notre peuple à la plus noire misère et saccagé impitoyablement notre pays.

Ils ont spolié nos rizières, nos mines, nos forêts, nos matières premières. Ils ont détenu le privilège d’émission des billets de banque et le monopole du commerce extérieur.

Ils ont inventé des centaines d’impôts injustifiables, acculé nos compatriotes, surtout les paysans et les commerçants, à l’extrême pauvreté.

Ils ont empêché notre bourgeoisie nationale de prospérer. Ils ont exploité nos ouvriers de la manière la plus barbare.

En automne 1940, quand les fascistes japonais, en vue de combattre les Alliés, ont envahi l’Indochine pour organiser de nouvelles bases de guerre, les colonialistes français se sont rendus à genoux pour leur livrer leur pays.

Depuis, notre peuple, sous le double joug japonais et français, a été saigné littéralement. Le résultat a été terrifiant. Dans les derniers mois de l’année passée et le début de cette année, du Quang Tri au Nord Viet Nam, plus de deux millions de nos compatriotes sont morts de faim.

Le 9 mars dernier, les Japonais désarmèrent les troupes françaises. Les colonialistes français se sont enfuis ou se sont rendus. Ainsi, bien loin de nous « protéger » en l’espace de cinq ans, ils ont par deux fois vendu notre pays aux Japonais.

Avant le 9 mars, à plusieurs reprises, la Ligue Viet Minh a invité les Français à se joindre à elle pour lutter contre les Japonais. Les colonialistes français, au lieu de répondre à cet appel, ont sévi de plus belle contre les partisans du Viet Minh. Lors de leur débandade, ils sont allés jusqu’à assassiner un grand nombre de prisonniers politiques incarcérés à Yen Bay et à Cao Bang.

Malgré tout cela, nos compatriotes on continué à garder à l’égard des Français une attitude clémente et humaine. Après les événements du 9 mars, la Ligue Viet Minh a aidé de nombreux Français à passer la frontière, en a sauvé d’autres de prisons nippones et a protégé la vie et les biens de tous les Français.

En fait, depuis l’automne de 1940, notre pays a cessé d’être une colonie française pour devenir une possession nippone.

Après la reddition des Japonais, notre peuple tout entier s’est dressé pour reconquérir sa souveraineté nationale et a fondé la République démocratique du Viet Nam.

La vérité est que notre peuple a repris son indépendance des mains des Japonais et non de celles des Français.

Les Français s’enfuient, les Japonais se rendent, l’empereur Bao Dai abdique. Notre peuple a brisé toutes les chaînes qui ont pesé sur nous durant près d’un siècle, pour faire de notre Viet Nam un pays indépendant.

Notre peuple a, du même coup, renversé le régime monarchique établi depuis des dizaines de siècles, pour fonder la République démocratique.

Pour ces raisons, nous, membres du gouvernement provisoire, déclarons, au nom du peuple du Viet Nam tout entier, nous affranchir complètement de tout rapport colonial avec la France impérialiste, annuler tous les traités que la France a signés au sujet du Viet Nam, abolir tous les privilèges que les Français se sont arrogés sur notre territoire.

Tout le peuple du Viet Nam, animé d’une même volonté, est déterminé à lutter jusqu’au bout contre toute tentative d’agression de la part des colonialistes français.

Nous sommes convaincus que les Alliés qui ont reconnu les principes de l’égalité des peuples aux conférences de Téhéran et de San Francisco, ne peuvent pas ne pas reconnaître l’indépendance du Viet Nam.

Un peuple qui s’est obstinément opposé à la domination française pendant plus de quatre-vingts ans, un peuple qui, durant ces années, s’est résolument rangé du coté des Alliés pour lutter contre le fascisme, ce peuple a le droit d’être libre, ce peuple a le droit d’être indépendant.

Pour ces raisons, nous, membres du gouvernement provisoire de la République démocratique du Viet Nam, proclamons solennellement au monde entier :

Le Viet Nam a le droit d’être libre et indépendant et, en fait, est devenu un pays libre et indépendant. Tout le peuple du Viet Nam est décidé à mobiliser toutes ses forces spirituelles et matérielles, à sacrifier sa vie et ses biens pour garder son droit à la liberté et à l’indépendance.

Hanoi, le 2 septembre 1945.

Ho Chi Minh, président.

Référence :

Extrait de : Ruscio, Alain, Hô Chi Minh, Textes 1914 – 1969, Paris : L’Harmattan, 1990. 231 p.

Source : CVCE

Voir aussi : Digithèque MJP