Archives par mot-clé : 1973

Accords de Paris, tournant décisif de la lutte anti-américaine [Vietnam +]

Le chef de la délégation du Vietnam auprès de l’Unesco, l’ambassadeur Duong Van Quang.
(Source: AVI)

[ndlr] A l’occasion du 40e anniversaire de l’Accord de Paris, le 27 janvier 1973, retour sur le rôle important du « front diplomatique » dévéloppé par Hanoi pendant la guerre du Viêt-Nam.

La signature des Accords de Paris a constitué un tournant décisif qui a ouvert le chemin aux événements suivants, en réunissant toutes les conditions en matière stratégique, politique, diplomatique et militaire en faveur du soulèvement et de l’offensive générale de 1975.

Des propos tenus par le chef de la délégation du Vietnam auprès de l’Unesco, ambassadeur Duong Van Quang, lors d’une interview récemment accordée au correspondant de l’Agence vietnamienne d’Information (AVI) à l’occasion du 40e anniversaire de ces accords historiques, le 27 janvier 1973, qui ont permis de mettre un terme à l’intervention militaire américaine au Vietnam.

Selon le diplomate, qui a été chercheur en relations internationales et directeur de l’Académie diplomatique du Vietnam, ces accords «ont montré la pertinence de la décision stratégique prise par le Vietnam consistant à progresser étape par étape pour enfin aboutir à une victoire totale sur l’ensemble des trois fronts : politique, diplomatique et militaire».

Le Vietnam devrait suivre strictement le principe dit «vừa đánh vừa đàm», c’est-à-dire se battre tout en négociant, car il ne pouvait vaincre les Etats-Unis d’un seul coup, a-t-il poursuivi. «Nous devions trouver la meilleure façon de combattre et de l’emporter», a-t-il expliqué, ajoutant qu’à l’époque : «Le fait que le Vietnam ait su transformer la diplomatie en front était une vraie innovation».

«La diplomatie vietnamienne a montré son rôle actif et contribué fortement à mettre fin à la guerre d’une manière plus favorable».

«Le Vietnam a réussi à mener une campagne pour encourager le soutien des pays du camp socialiste dans sa lutte contre l’agression américaine. L’injustice de la guerre américaine a fait que le Vietnam est parvenu à bâtir un front populaire mondial contre les impérialistes américains. Une autre innovation de la diplomatie vietnamienne, où le rôle de la diplomatie populaire s’est fait valoir», a estimé M. Quang, affirmant que le facteur déterminant de la victoire de 1975 était la politique d’indépendance, de souveraineté menée par le Vietnam au cours de sa lutte pour la libération.

Il a souligné que sous le prisme du Vietnam, Paris constituait un lieu favorable aux négociations. La ville disposait à l’époque d’une communauté vietnamienne dont nombre aidaient avec enthousiasme les délégations de la République démocratique du Vietnam et du Front national de libération du Vietnam.

Le Parti communiste français a apporté des aides considérables, surtout dans le regroupement des forces politiques et des peuples soutenant la lutte vietnamienne. Il était, de surcroît, la passerelle entre la France et le Vietnam, puisqu’à cette époque, les deux pays n’avaient pas encore établi leurs relations diplomatiques.

Dans le même temps, le Vietnam a profité du rôle des médias, si influent à Paris, pour informer le monde de sa cause lorsque la guerre au Vietnam occupait une part importante des actualités internationales, particulièrement durant la dernière phase des négociations de Paris.

L’ambassadeur Duong Van Quang a également rappelé la signification très importante des Accords de Paris, qui règlementaient la politique, les forces politiques, l’élection générale et la formation des administrations au Sud du Vietnam, préalables à la victoire finale de 1975. – AVI (Agence Vietnamienne d’Information – 9 janvier 2013).

Source : Vietnam +, 09/01/2013.

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013)

[ndlr] Interview de Hoang Duc Nha, neveu du Président Nguyen Van Thieu, à la fois secrétaire et attaché de presse du Président de la Seconde République du Viêt-Nam. L’entretien a été réalisé les 25 et 26 janvier 2013 par SBTN pour l’émission « Les questions vietnamiennes » (Những Vấn Đề Việt Nam). Hoang Duc Nha discute avec le journaliste Pham Tran des dessous diplomatiques et politiques menant à l’Accord de Paris de janvier 1973. Il évoque notamment les importantes dissensions entre Washington et Saigon et les conséquences de l’Accord de Paris pour la Seconde République du Viêt-Nam (Sud).

 

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 1
25/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 2
25/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 3
26/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Phỏng vấn ông Bùi Diễm – cựu đại sứ VNCH nhân dịp kỷ niệm 40 năm ký Hiệp định Paris 1973

[ndlr] Le site Dan Lam Bao a mis en ligne l’interview en trois volets de Bui Diem, l’ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis, consacré aux Accords de Paris de janvier 1973. L’entretien a été réalisé à Washington DC par SBTN (Saigon Broadcasting Television Network) les 27 et 28 janvier 2013. Dans l’entretien ci-dessous, Bui Diem revient sur son expérience personnelle notamment auprès de Henry Kissinger lors des négociations menant à l’Accord de Paris. Il évoque la stratégie politico-militaire communiste en 1972, la négociation de fait entre Le Duc Tho et Kissinger imposée par Washington et expose avec clarté le dilemme qui se pose alors à la Seconde République du Viêt-Nam (Sud) qui n’a plus guère le choix que de signer.

 

* 1ère partie *

* 2e partie *

* 3e partie *

L’Accord de Paris sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam – Paul Isoart

[ndlr] A l’occasion des 40 ans de la signature des Accords de Paris le 27 janvier 1973, nous proposons au lecteur cette analyse fouillée de Paul Isoart (1931-) parue dans l’Annuaire français de droit international, édité en 1973.

Le Professeur Paul Isoart revient en détail sur le processus qui mena à cet accord historique en y décelant les ambiguïtés, les non-dits, les différentes visions qu’elles soient américaines, du FNL Sud Viêt-Nam, de la RDVN (Hanoi) ou de la RVN (Saigon).

Le 27 janvier 1973 était signé, à Paris, par les ministres des affaires étrangères des États-Unis et de trois gouvernements vietnamiens « l’accord sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam ». Ainsi prenait fin officiellement, – s’il faut croire le Président Richard Nixon, « la guerre la plus longue et la plus difficile qu’ait connue l’Amérique », guerre subie par celle-ci « non pour des avantages égoïstes, mais pour aider les autres à résister à l’agression » (1) . Cette affirmation, solennellement proclamée lors de la cérémonie d’investiture du Président au début de son second mandat, n’est que partiellement exacte.

Issue d’un long processus d’intoxication (2) , elle risque de perpétuer dans la péninsule indochinoise une ère d’affrontements armés qu’il est souhaitable, pour tous, de voir définitivement cesser. Si par « intérêts égoïstes », le Président des États-Unis entend faire référence à des intérêts essentiellement matériels il est vrai que l’engagement américain n’a pas eu pour objet de les protéger car, du moins en 1954, ils étaient insignifiants. Peut-on cependant nier que le conflit du Vietnam résulte d’une volonté systématique d’imposer la loi des États-Unis au nom d’un leadership politique hérité de l’histoire ? La lecture des documents publiés, en 1971, par le « New York Times » sous le titre « The Pentagon Papers » est, à cet égard, riche d’enseignements et de révélations. Ce dossier de l’ « histoire secrète » d’une guerre est composé d’éléments extraits d’un rapport de 7 000 pages rédigé de 1967 à 1969 par des spécialistes américains à la demande de M. MacNamara, alors secrétaire d’Etat à la Défense (3).

Lire la suite : Persée  et PDF en ligne

Réf. : Isoart Paul. L’Accord de Paris sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam. In: Annuaire français de droit international, volume 18, 1972. pp. 101-121.

* * *

  • Voir aussi la Une du Journal du Dimanche du 28 janvier 1973 : leJDD

28 janvier 1973: La paix au Vietnam signée à Paris

Ancienne puissance coloniale en Indochine devenue Vietnam, la France, où Ho Chi Minh a fait ses études [sic], accueille les parties belligérantes au conflit afin de parapher les accords de paix d’une guerre qui dure depuis dix ans. Les accords de Paris, signés par le Nord-Vietnam et les Etats-Unis entérinent le cessez-le-feu et le retrait des troupes américains dans un délai de 60 jours. En échange, Hanoi s’engage à libérer tous les prisonniers. Les négociateurs en chef sont Lê Duc Tho pour le Vietnam et Henry Kissinger pour la première puissance militaire du monde mise à mal par les combattants vietcong. La guerre entre le Nord et le Sud Vietnam ne s’achèvera qu’en 1975.

  • L’analyse de l’historien Alain Ruscio dans l’Humanité en ligne :

Alain Ruscio, « Il y a quarante ans: les accords 
de Paris sur le Vietnam« , L’Humanité, 25/01/2013.