Archives par mot-clé : 19 décembre 1946

Hà Nội mùa đông năm 1946 – Film de Đặng Nhật Minh [1996]

Né en 1938 à Hue, Dang Nhat Minh, qui a débuté sa carrière en 1965 comme documentariste, a réalisé de nombreuses fictions qui font constamment référence à l’histoire mouvementée du Viêtnam. Tourné en 1984, « Tro ve » (Le retour) évoque le destin d’un ancien boat people revenant à Saïgon pour le compte d’une société étrangère et découvrant les aspects négatifs de la nouvelle économie libérale. Après « Thuong nho dong que » (Nostalgie de la campagne, 1995), primé à Nantes et à Rotterdam, il signe l’année suivante « Ha Noi: Mua dong nam 1946 » (Hanoi-Hiver 1946) qui évoque avec finesse la figure de Ho Chi Minh ainsi que la guerre d’indépendance contre les Français. Ecrivain, journaliste, Dang est également secrétaire général de la « Vietnam Cinema Association ».

Source : Trigon Film

Les mémoires cinématographiques (Hồi ký điện ảnh) du réalisateur peuvent être lues sur le site Viet Studies


 

Hồ Chí Minh : Appel à la résistance nationale – Lời kêu gọi toàn quốc kháng chiến [20 décembre 1946]

[ndlr] Le 19 décembre 1946 et les jours suivants la bataille fait rage à Hanoi. La résistance antifrançaise de la Garde Nationale (Vệ Quốc Quân) et des Forces d’Autodéfense (Tự vệ) de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) est déclenchée sous le mot d’ordre « La patrie avant tout » (Tổ quốc trên hết). La jeune république dirigée par Ho Chi Minh entre dans une période de guerre et de grande incertitude.

En tant que Président de la RDVN, Ho Chi Minh lance un appel à la résistance nationale lors de ces journées décisives. La date de cet appel fut communément divulguée dans les écrits officiels édités en langues étrangères par le régime comme étant le 20 décembre. Le document d’archives de cet appel présenté en 2010 par les Archives Nationales du Viêt-Nam (Centre n°III) indique celle du 19 décembre. Celle-ci semble avoir été rajoutée par Ho Chi Minh lui-même qui date et signe le document après y avoir apporté de menues corrections. [1]

[1] Voir « Tài liệu về Hà Nội lần đầu công bố », VN Express, 18/8/2010.

* * *

Compatriotes dans tout le pays,

Par amour de la paix, nous avons fait des concessions. Mais plus nous en faisons, plus les colonialistes français en profitent pour empiéter sur nos droits. Leur intention évidente est de reconquérir à tout prix notre pays.

Non ! Plutôt tout sacrifier que perdre notre pays, que retomber dans l’esclavage !

Compatriotes ! Debout !

Que tous les Vietnamiens, hommes et femmes, jeunes et vieux, sans distinction de religion, de parti, de nationalité, se dressent, pour combattre les colonialistes français, pour sauver la patrie ! Entrez dans la lutte avec tous les moyens dont vous disposez. Que celui qui a un fusil se serve de son fusil, que celui qui a une épée se serve de son épée. Et si l’on n’a pas d’épée, qu’on prenne des pioches et des bâtons ! Que chacun mette toutes ses forces à combattre le colonialisme pour sauver la patrie !

Combattants de l’armée régulière, des formations d’autodéfense, des milices populaires !

L’heure est venue de nous lever ! Nous devons sacrifier jusqu’à la dernière goutte de notre sang pour défendre le pays.

Dussions-nous subir les plus dures privations et les pires souffrances, soyons prêts à tous les sacrifices.

Nous vaincrons !

Vive le Viêt Nam indépendant et unifié !

Vive la résistance victorieuse !

Ho Chi Minh, 20/12/1946.

Source : Ho Chi Minh, Ecrits (1920-1969), Hanoi, Editions en Langues Etrangères, 1971, pp. 66-67.

Lời kêu gọi Toàn quốc Kháng chiến của Chủ tịch Hồ Chí Minh ngày 19/12/1946.
Ảnh: Trung tâm Lưu trữ Quốc gia III

* * *

Hỡi đồng bào toàn quốc!

Chúng ta muốn hoà bình, chúng ta đã nhân nhượng. Nhưng chúng ta càng nhân nhượng, thực dân Pháp càng lấn tới, vì chúng quyết tâm cướp nước ta lần nữa!

Không! Chúng ta thà hy sinh tất cả, chứ nhất định không chịu mất nước, nhất định không chịu làm nô lệ.

Hỡi đồng bào!

Chúng ta phải đứng lên!

Bất kỳ đàn ông, đàn bà, bất kỳ người già, người trẻ, không chia tôn giáo, đảng phái, dân tộc. Hễ là người Việt Nam thì phải đứng lên đánh thực dân Pháp để cứu Tổ quốc. Ai có súng dùng súng. Ai có gươm dùng gươm, không có gươm thì dùng cuốc, thuổng, gậy gộc. Ai cũng phải ra sức chống thực dân Pháp cứu nước.

Hỡi anh em binh sĩ, tự vệ, dân quân!

Giờ cứu nước đã đến. Ta phải hy sinh đến giọt máu cuối cùng, để giữ gìn đất nước.

Dù phải gian lao kháng chiến, nhưng với một lòng kiên quyết hy sinh, thắng lợi nhất định về dân tộc ta!

Việt Nam độc lập và thống nhất muôn năm!

Kháng chiến thắng lợi muôn năm!

* * *

Pour écouter l’appel

Archives : « Victimes européennes de l’attaque du 19 décembre et jours suivants »

[ndlr] Le 7 janvier 1947, les services de la Police et de la Sûreté fédérales dressaient un premier bilan des journées des 19 et 20 décembre 1946 lorsque la ville de Hanoi s’embrase sous les feux de la reconquête militaire française et de la résistance Viêt-Minh. Le document d’archives reproduit intégralement ci-après souligne les difficultés rencontrées pour obtenir une évaluation chiffrée et précise des pertes civiles. Si une première évaluation est tentée pour les victimes européennes, elle semble beaucoup plus difficile à établir pour les Eurasiens et les Vietnamiens naturalisés français. En outre, aucune information n’est donnée sur les Vietnamiens attentistes ou hostiles au Viêt-Minh en cette fin d’année 1946. Or on sait que certains d’entre eux, francophiles, n’ont plus donné signe de vie après le 19 décembre comme le professeur Duong Quang Ham ou d’autres, plutôt francophobes, comme Nguyen Trieu Luat l’intellectuel nationaliste proche du VNQDD ou encore Truong Tu Anh, le chef du parti nationaliste Dai Viêt. L’évacuation de la ville ordonnée par les miliciens du Viêt-Minh (Tu Vê) s’est déroulée dans la nuit du 19 au 20 décembre dans un climat de guerre civile et dans le chaos de l’offensive militaire française.

A noter que le document d’archives comprend des descriptions d’exécutions sommaires qui peuvent choquer le lecteur. Source du document : ANOM (Conspol. Terrorisme Viêt-Minh).

* * *

 Commissariat de France pour le Tonkin et le Nord-Annam

Sûreté Fédérale Tonkin

AM/jo/8

N° 99

Hanoi, le 7 janvier 1947

Le chef de la Police et de la Sûreté fédérales

à Monsieur le Commissaire de la République pour le Tonkin et le Nord-Annam – Hanoi ;

Monsieur le Directeur de de la Police et de la Sûreté fédérales en Indochine – Saigon

 

Objet : Victimes européennes de l’attaque du 19 décembre et jours suivants.

 

1° / – Considérations sur les difficultés d’un dénombrement.

Les pertes civiles ne sont pas encore dénombrées, et il faut envisager un délai d’attente avant d’avoir une idée approximative de leur importance. Les raisons de cette incertitude sont les suivantes :

  • a) Difficultés rencontrées dans le ramassage et l’identification des personnes assassinées :
    • difficiles à localiser, certaines ayant été tuées hors de leur domicile (dépendances de la Défense nationale, pagode Gialong, etc…).
    • mutilées et méconnaissables dans certains cas.
    • prospection des quartiers « libérés » rendue très difficile les premiers jours, en raison du tir meurtrier des Annamites restés dans les maisons ou sur le toits après le passage de l’échelon de feu.
  • b) Le mouvement de la population française pendant la phase violente du combat porte sur un nombre considérable de personnes, et il ne faut pas songer opérer un recensement de maison à maison. Le recensement des refuges est relativement aisé, mais l’hébergement « à l’amiable » non déclaré est un obstacle sérieux au calcul exact.
  • c) Le dénombrement des Eurasiens n’a jamais été fait avec certitude, et certaines rues de la périphérie [p. 2 du document] ont été débloquées après 4 jours de combats, vides de leur population. Celui des Annamites, naturalisés français, est encore plus incertain, et seule la découverte d’archives municipales auxquelles nous n’avons pas eu accès depuis le 9 mars 1945 pourrait permettre de commencer le travail. Il resterait à déterminer le mouvement des intéressés depuis 18 mois, qui ne manquerait pas d’altérer fortement le chiffre de base.

[sous-titre manuscrit ajouté : Les otages]

  • d) Les informations dont nous disposons sur l’enlèvement des otages sont très fragmentaires. Eu égard à l’obscurité et aux erreurs d’appréciation de la nuit du 19, elles ne donnent aucune indication utile. Celles que nous recueillons péniblement à l’arrière des « lignes » se recoupent mal et sont sujettes à caution. Elles portent sur « 300 Européens ou Eurasiens » dans la province de Hadong. (Bien que la liste des disparus soit nettement inférieure, le chiffre paraît plausible).
  • e) Le chef du 5ème secteur (1) et les les chefs d’îlots ont disparu, ainsi que la majeure partie de la population française. Une partie des intéressés, vivant presque à l’annamite et n’ayant pratiquement pas de rapports avec la population blanche, a peut-être réussi à s’échapper et à se caser en ville. Le dénombrement sera long. Les services s’y emploient activement dans la mesure où la pauvreté en personnel et en moyens le permet.

(1) Rues Halais, Ricquier, Route de Huê,… Rues Charron, Chanceaulme, Duvigneau, Lê Loi, René Daurelle, Jauréguiberry prolongée…

2°/ – Les chiffres

Les chiffres établis par la Sûreté fédérale sont les suivants :

  • a) Morts civils : 54.

Mis à part les 46 ressortissants français inhumés après été formellement identifiés, je demande que l’on use avec circonspection de la liste nominative des morts.

  • b) Blessés civils : 15.

Hospitalisé[s] à Lanessan.

  • Disparus : 212.

Liste en annexe [mention barrée]. Ce chiffre représente une estimation basse pour les raisons exposées plus haut. Des appels répétés sont faits par radio pour collecter des informations utiles.

[p. 3]

3°/ – Date des massacres.

La date des massacres connus est la nuit du 19 au 20 décembre. La plupart des morts retrouvés ont été assassinés entre 20h30 et le petit jour. Période cruciale de 20h30 à 1h. ou 2h. du matin, – pendant laquelle des cris de terreur et de souffrance ont été entendus dans les quartiers où habitaient les Européens.

Le massacre et le kidnapping se sont prolongés pendant les 48 heures suivantes dans les quartiers non dégagés.  Exemple : les Inspecteurs de Sûreté Gesbert et Peretra ont été kidnappés (ou tués) après deux jours de résistance, ayant épuisé leurs munitions.

4°/ – Tortures.

Les hurlements et les cris d’agonie entendus pendant la nuit du 19 au 20 décembre ne laissent aucun doute sur la frénésie hystérique des assassins et sur les raffinements de cruauté qui précédèrent la mise à mort. La découverte des cadavres eût d’ailleurs suffit à nous éclairer : voici quelques cas constatés, dont certains sont mis en relief par les annexes photographiques du rapport n° [pas de numérotation] du [s.d.] de la Sûreté Fédérale pour le Tonkin et le Nord-Annam.

Extrait du même rapport p. 12 :

« Des atrocités ont été commises. En voici quelques cas [:] rue Lambert, le cadavre de M. Thébert portait une entaille à la joue, faite après sa mort pour faciliter l’extraction des dents en or. C’était un vieux commerçant bien connu à Hanoi, infirme d’une main et qui avait vendu depuis peu de temps son fonds de commerce à des Annamites en vue de se reposer en France.

« Bd Gialong, près de la pagode qui servait de siège aux Tu Vê de ce quartier, ont été retrouvé les cadavres de M. Mounard, vieux retraité militaire, et de ses enfants. Ce vieillard inoffensif avait été ligoté et étranglé avant d’être poignardé.

« Les premiers Français qui ont pu pénétrer dans la cour du Ministère de la Défense nationale de Vo Nguyen Giap ont assisté à ce spectacle navrant : au pied du mur où elles avaient été fusillées, trois Françaises, dont deux blondes et l’autre aux cheveux grisonnants, étalées sur le dos, baignant dans leur sang. Leur linge intime avait été enlevé. La serviette hygiénique de l’une d’entre elles, entièrement maculée, lui pendait à la cuisse. Leurs visages étaient violacés, leurs traits tordus et contractés par la souffrance.

[p. 4] « A côté se trouvait le cadavre d’une femme annamite, la servante de l’une de ses deux Françaises.

« A quelques mètres de là, s’étalait le cadavre d’un vieillard français à barbe blanche. Le nez était entaillé et la poitrine profondément trouée. La gorge portait également une entaille sans que le sang ait coulé.

« Un Eurasien M. Lavau, ancien fonctionnaire de la Police, démissionnaire depuis plusieurs années, capturé dans la soirée du 19 décembre et consigné à la Sûreté vietnamienne, en a été extrait dans le courant de la nuit et poignardé. Sa femme annamite a été blessée alors qu’elle portait un nouveau-né dans ses bras. Sa maison a été incendiée. »

[Signé :] A. Moret

Destinataires :

–        Commissariat de la République Hanoi – D.A.P.A.

–        Commissariat de la République Hanoi – Bureau de l’information.

–        Direction Sûreté Fédérale Saigon (3 ex.)

–        Archives (3 ex.)

 

Liste des disparus civils

Noms et prénoms

adresse

nombre de personnes

[??]ng Jean 20 Alex. de Rhodes 1
Mme Aroquiom 17, rue Reinach 1
[??]reteau 39, Carreau 1
Mme Baldo et sa fille Albine 35, rue Reinach 2
Barrely 115, route Mandarine 1
Bousquet et famille 16, Duvigneau 7
Bouquet et famille 4, Duvigneau 9
Bodin Andrée 39, Dông-Khanh 1
Brehaye Marguerite 9, rue Jacquin 1
Byron Valebadassore Près Abattoir 1
Berniger [s.l.] 1
Chabot & Mme 32, Dông-Khanh 2
Chalumeau et famille (T.P.) 41, Reinach 5
Chapereau & Mme (T.P.) 9, Lê-Loi 2
Cellier (Sûreté) 14, Alex. de Rhodes 1
Coissandeau (B.G.I.) 168 quai Guillemoto 5
Collanday (Sûreté) 11, Luro 9
Collegia (Sûreté) 11, Dieulefils 1
Mme Cornaglia et sa fille 39, Reinach 2
Me Claudet et 3 enfants IDEO, Yên-Phu 4
Debesson et famille 41 ter Bd Gia-Long 2
D’Auvigny et famille (Sûreté) 61, Gia-Long 4
Delagarde et famille 52, voie 206 5
Drouet et famille Armand Rousseau 3
Dubis (Intendance) Maison incendiée derrière la Shell 1
Mme Doornbos et 2 enfants 142-bis, rue Duvillier 3
Ferrand Félix et famille (Sûreté) 43, Reinach 5
Fondeur 10, Alex. de Rhodes 1
Fourret Roger Rue de Beylié 1
Guiaunantoni et 3 enfants 41, Gia-Long 4
Gesbert Maurice (Sûreté) 14, Sœur Antoine 1
Mme Gras et son neveu 86, Lê-Loi 2
Guyot et famille (Trésor) 13, Duvigneau 3
Guyon de Chemilly Rue des Voiles 1
Gobert et famille 10, voie 2014 7
Husiau et famille IDEO, Yên-Phu 5
Henry Marcel IDEO, Yên-Phu 1
Mme Hecquet et 3  enfants 51, Duvigneau 4
Mme Joseph 35, Carreau 1
Mme Jacquemart 34, Dông-Khanh 1
Lacollonge (fille) 39, Dông-Khanh 1
Labensky et famille 48, Doudart de Lagrée 5
Laplace 10, Sœur Antoine 1
Lausent (G.I.) 87, Lê-Loi 1
Laboudet 62, Amiral Sénes 1
Melle Legrand 45 ter Gia-Long 1
Lomet Henri 20, Alex. de Rhodes 1
Louzier et famille 39, Carreau 3
Mittard 48, Doudart de Lagrée 1
Mas (Enregistrement) Bd Gambetta 1
Melle Medrano Rue Duvillier 1
Morche et famille 92, Bd Gia-Long 3
Niedsensky IDEO, Yên-Phu 1
Mme Veuve Olivier et 3 enfants 51, Duvigneau 4
Mme Olivier (Poste) et fille 41-ter, Gia-Long 2
Famille Petit (Sûreté) 11, Duvigneau 3
Mme Picquemal 33, Gia-Long 1
Potopapas [?] et 2 enfants 86, Lê-Loi 3
Peretra Vasco (Sûreté) 12, Sœur Antoine 1
Mme Bipot [Ripot ?] 2 filles 1 bébé 14, Chanceaulme 4
Riquebourg et famille 79, Armand Rousseau 3
Ronfaut et famille 45, Reinach 3
Raymond David (Greffier) Charron 1
Revue Jean-Louis 9, Grand Bouddha 1
Sanceau et famille (B.G.I.) 41, Gia-Long 6
Mme Sigoney et sa fille 30, Sœur Antoine 2
Simonjean Léonard et famille 8, Hérel de Bressis 6
Simonjean Félix 8, Hérel de Bressis 1
Sivet et famille (G.I.) 15, Reinach 3
Thibaut et famille Route de Huê 8
Thibaut et famille Contrôleur des marchés 6
Théodores (mère et deux filles) 8, René Daurelle 3
Vouillon et famille Village de Ngoc-Hà 4
Mme Verger et 3  enfants 50, voie 206 4
Wolf Henri et famille 4, rue Jacquin 6
R.P. Léon Paliard Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Paul Uzureau Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Daniel Bouis Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Antoine Carret Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. André Courtois Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Pierre Gastine Séminaire de Saint Sulpice 1
Sœur Marie Gonzague Séminaire de Saint Sulpice 1
215 (total)