Archives par mot-clé : 17 avril 1975

La chute de Phnom Penh – Le récit d’André Pasquier, délégué du CICR

[ndlr] A l’occasion du souvenir de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975, un témoignage clé sur la chaîne HDSTE (L’Humanitaire dans tous ses Etats) : le « séisme humanitaire » du 17 avril raconté par André Pasquier.

En 1975, en pleine guerre froide, le Cambodge n’est pas qu’un simple conflit annexe de la guerre du Vietnam. Une guerre civile ravage le pays depuis déjà 5 années. La nouvelle république du Cambodge, soutenue par les Etats-Unis fait face à la révolte communiste des Khmers rouges. Alors que Phnom Penh est sur le point de tomber, les Etats Unis décident d’évacuer la ville, emportant avec eux tous les étrangers qui le désiraient. Fraîchement arrivé au Cambodge, André Pasquier, chef de délégation du CICR a pour volonté d’instaurer un dialogue avec les parties engagées dans le conflit.

Le 17 avril 1975, Phnom Penh, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers rouges. Dans le chaos de ces journées, André Pasquier, chef de la délégation du Comité Internationale de la Croix-Rouge, tente, en vain, avec une poignée de collègues de négocier un espace humanitaire, la protection des hôpitaux et des populations civiles.

Dans les années qui suivront, de 1975 à 1979, 1,7 million de Cambodgiens périront sous le régime Khmer rouge.

Voir aussi : Archives audiovisuelles du CICR

Les maux du Cambodge dans le rétroviseur de Rithy Panh – par Frédéric Burnand, Genève

[ndlr] Il y a 40 ans, les Khmers rouges entraient dans Pnom Penh. Entretien avec le cinéaste Rithy Panh. A lire en ligne.

Il y a 40 ans, les jeunes maquisards communistes de Pol Pot instaurent leur régime de terreur et de mort par la prise de Phnom Penh. Cinéaste de la mémoire cambodgienne, Rithy Panh revient sur cette tragédie et son dernier film présenté en première mondiale à Genève le mois dernier.

RithyPanhmars2014
Rithy Panh © 2015 Frédéric Burnand/Swissinfo

Lire l’entretien : Swissinfo, 16/05/2015.

 

17 avril 1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir au Cambodge

Flag_DemocraticKampuchea.svg[ndlr] Rappel d’une des dates les plus sombres de l’histoire du Cambodge contemporain : 17 avril 1975, les Khmers rouges victorieux après cinq ans de guerre civile investissent Phnom Penh et vident la ville de ses habitants. Ceux que les Khmers rouges nomment « les 17 avril », « le peuple nouveau », urbanisé, intellectuel et commerçant, vont disparaître lors d’une brutale épuration politique et sociale qui doit façonner le Kampuchéa Démocratique de Pol Pot.

 


1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir… par Monde-contemporain

Le 17 avril 1975, après cinq ans de guerre civile, les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge. C’est la fin du gouvernement pro-américain du maréchal Lon Nol. Les Khmers rouges menés par Pol Pot s’emparent du pouvoir et instaurent un régime répressif qui provoquera des centaines de milliers de morts. L’évacuation des villes, la collectivisation et les travaux forcés, les exécutions de masses conduisent à un véritable génocide du peuple cambodgien.

Commentaire & réalisation : Jakob Schlüpmann  –  © 2010

Source : Aleph99.info

Ma mère dans l’enfer des camps khmers rouges – par Prosith Kong

[ndlr] A l’occasion du 17 avril, Mémoires d’Indochine s’intéresse au court témoignage de Prosith Kong qui retrace l’expérience vécue de sa mère sous le régime des Khmers rouges.

17 avril 1975, à Battambang, province natale de ma mère.

Celle-ci avait 19 ans lorsqu’elle et sa famille ont rencontré les Khmers rouges pour la première fois. Vêtus de noir, ils étaient souriants mais armés. Ils venaient de prendre le pouvoir au Cambodge et tenaient des propos de paix réconfortants. C’est en partie ainsi qu’ils ont réussi à vider la capitale et les autres grandes villes de leurs habitants pour les amener vers les campagnes et les forêts. Ma mère se souvient très bien de ce premier contact :

« Ils disaient que la paix était revenue et que le roi (Norodom Sihanouk) aussi allait revenir. »

La foule était pleine de joie, croyant accueillir ses « libérateurs ».

Lire la suite : Bondy Blog. Paru le 18 février 2011

A Khmer Rouge soldier waves his pistol and orders store owners to abandon their shops in Phnom Penh, Cambodia, on April 17, 1975 as the capital fell to the communist forces.  A large portion of the city's population was reportedly forced to evacuate.  Photo from West German television film.  (AP Photo/Christoph Froehder)
17 avril 1975, un soldat khmer rouge ordonne aux commerçants de quitter la ville © 1975 AP Photo/Christoph Froehder. Source : http://www.nbcnews.com

Prosith Kong est auteur sur Bondy Blog, il a publié un entretien dans la revue trimestrielle Ravages (N°5, 7-2011), un numéro spécial sur le racisme intitulé « Sale race ».

  • Supplice chinois — Par Prosith Kong Etre Français d’origine asiatique aujourd’hui, c’est souffrir d’un racisme constant, ouvert, rigolard, dépourvu de mauvaise conscience. Récit.

Le 17 avril 1975 par François Ponchaud

[ndlr] Le 17 avril 1975, les Khmers rouges investissent Phnom Penh et vident la ville en une journée. Témoin de cet événement historique qui se révèlera tragique pour les Cambodgiens, le père François Ponchaud raconte.

Phnom Penh, Jour Zéro


Le 17 avril 1975 par François Ponchaud par erenlai