John Prados : La guerre du Viêt Nam – CR de lecture par Pierre Brocheux

John Prados, La guerre du Viêt Nam, Paris, Perrin, 2011, 833 p., index,cartes, photos.


Aux États Unis, la Vietnam War est le sujet de milliers (probablement plus) d’ouvrages : livres, articles, films, BD, jeux vidéos. En France, les publications sont, pour ainsi dire, inexistantes, les éditions Perrin ont donc pris l’heureuse initiative de faire traduire et d’éditer ce livre récent (il est sorti en 2009 aux Presses universitaires du Kansas). Le récit–analyse de Prados se situe dans un champ historiographique où, depuis plusieurs décennies, s’affrontent les “orthodoxes” selon lesquels la guerre ne pouvait pas être gagnée, et les “révisionnistes” qui affirment le contraire et parfois plus : ainsi Walt Rostow, conseiller du président L-B Johnson, pour qui la guerre avait été gagnée parce qu’elle avait préservé les autre pays asiatiques de l’emprise du communisme.

L’auteur revient à  la guerre franco-vietnamienne d’Indochine – là où les États-Unis avaient mis le doigt dans l’engrenage – mais il ne conduit pas son exposé de façon classique et linéaire, c’est ainsi que son premier chapitre démarre en avril 1971 où il fait le récit de la manifestation des vétérans américains contre la guerre portée au sud du Laos par l’offensive sud vietnamienne. Pour ne pas réécrire une énième histoire de la guerre,  il poursuit en « scannant » des thèmes qui ont été déjà étudiés : les présidents américains qui se sont succédés après F-D Roosevelt face à la question indochinoise  et notamment L-B Johnson et sa décision « d’escalade » dans l’intervention américaine, le tournant de 1968 (l’offensive du nouvel an), la politique de Richard Nixon et son conseiller H. Kissinger, les contradictions internes de la République vietnamienne et de son armée (et nouveauté : les débats sur la tactique et la stratégie au sein de l’état-major nord vietnamien). L’auteur y ajoute un volet personnel en donnant une place non négligeable au mouvement anti-guerre aux États Unis, mais dans la nébuleuse de la mouvance anti-guerre, il s’attache plus spécifiquement à l’organisation Vietnam Veterans against the War / VVAW dont il fit lui même partie. Ses critiques n’ont pas manqué de relever l’insertion dans le récit de son expérience personnelle qu’ils taxent de subjectif et de partial tandis que l’auteur lui donne le statut et la justification de témoignage engagé.

John Prados cherche à démontrer que la guerre ne pouvait pas être gagnée par les Américains pour deux raisons principales : l’exagération de l’importance stratégique du Vietnam dans la guerre froide et en regard de ce fait, l’État sud vietnamien était très faible. En dépit des moyens financiers et militaires mis en œuvre pour le nation building, les gouvernants américains aveuglés par leur anticommunisme voulurent ignorer que les adversaires étaient porteurs reconnus de l’idéologie nationale unitaire. Ce qu’ils prenaient pour la nation building n’était qu’un State building sur des fondations fragiles pour ne pas dire inexistantes.

Pour ce retour à  une histoire globale de la guerre par une démarche originale et par des chemins de traverse, John Prados possédait un acquis de connaissances et de réflexions sur la guerre du Vietnam. Il s’y intéressa dès 1960 et en 1983, il publia son premier ouvrage sur  L’opération Vautour, intervention envisagée au moment du siège de Dien Bien Phu. Il poursuivit par de nombreux autres livres (par exemple les opérations clandestines de la CIA) et articles construits non seulement par le  dépouillement d’archives mais aussi par de nombreuses enquêtes .

Cependant, l’atout qui semble déterminant est l’accès aux archives du National Security Council dont il  eut la charge du classement et de la conservation. Le temps qui passa ouvrit les vannes d’une documentation de première main : le plein effet des évènements produits après-coup, la déclassification, la loi sur les libertés de la recherche documentaire, la rédaction des mémoires-justifications, la libération des voix des participant et  des témoins ont été un grand profit pour l’auteur. Sans compter ce que le présent suggère à l’historien, en l’occurrence l’intervention armée américaine en Irak.

C’est également après coup que l’insertion dans le récit de l’expérience anti-guerre de l’auteur apparait pertinente parce qu’elle rend compte de l’importance accordée par les gouvernants américains à l’opinion de leurs concitoyens : elle dévoile une véritable guerre (on est tenté de la qualifier de guerre civile ) à travers la multiplicité des moyens (parfois sans scrupules : infiltrations, usages de faux, mises en scène provocatrices, passages à tabac) mis en œuvre par le FBI et  la police des États, la magistrature, pour contrer voire supprimer la contestation. Toutefois les efforts déployés n’ont pu empêcher le scandale du Watergate.

En tant que démonstration selon laquelle les États Unis ne pouvait gagner la guerre  et en dépit de la masse documentaire très riche et bien brassée, le livre peut ne pas emporter la conviction des lecteurs, néanmoins il est un très bon livre, bien traduit, parfaitement lisible. J’ajoute que la Notice bibliographique de 21 pages (787-808) et les notes de références souvent explicites en font un bon guide de recherche pour qui veut aller plus loin dans la connaissance du sujet.

Pierre Brocheux

Norodom Sihanouk, la clef politique de l’émergence des Khmers rouges

[ndlr] Le documentaire de Gilles Cayatte réalisé en 2008 intitulé “Les 9 vies de Norodom Sihanouk” retrace le parcours politique du roi du Cambodge à travers un portrait sans concession. Ce documentaire permet de mieux comprendre les causes politiques qui ont permis l’émergence des Khmers rouges. A voir sur la chaîne You Tube de Gabriel Valmont.

Avec les commentaires de :
Jacques Bekaert, David Chandler, Alain Daniel, Princesse Buppha Devi (fille de Sihanouk), Kek Galabru, John Gunther Dean, Julio Jeldres, Suon Kaset, Jean Lacouture, François Ponchaud, Sam Rainsy, Chak Sarik, Norodom Sihanouk, Son Soubert, Saumura Tioulong…

* * *

Documentaire
Durée : 52′
Auteur-réalisateur : Gilles Cayatte
Production : France 5 / Alegria / INA
Année : 2008

Lundi 23 février 2009 à 20.35 (première diffusion sur France 5)

Alors que le 17 février s’ouvre au Cambodge le procès tant attendu de Douch, ex-responsable du centre de torture S-21 poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, ce documentaire retrace la vie de Norodom Sihanouk, qui a épousé la destinée du Cambodge.

Roi, demi-dieu, père de l’indépendance, simple citoyen devenu prince, chef d’Etat, Premier ministre, exilé, prisonnier… au cours de sa très longue vie politique, Norodom Sihanouk a endossé tous ces costumes. Au total, neuf vies que Gilles Cayatte a choisi de raconter, qui correspondent à autant d’époques, de ruptures, de choix, de stratégies, subis ou adoptés par Sihanouk et qui ont écrit l’histoire de son pays. Cet homme est aujourd’hui le dernier survivant d’une époque, celle de la fin du colonialisme. Il a traversé toutes les épreuves, tous les courants.

Un parcours fait d’ombre et de lumière

Pour raconter ce parcours hors du commun, fait d’ombre et de lumière, le réalisateur a recueilli de nombreux témoignages de proches, de conseillers, de journalistes. Il donne à nouveau la parole à Norodom Sihanouk à travers de multiples extraits d’interviews. Parmi les archives utilisées apparaissent pour la première fois des archives cambodgiennes longtemps conservées à Phnom Penh. Le film montre comment il n’a jamais abandonné et combien il a toujours été adoré par le peuple cambodgien. En pleine guerre d’Indochine, ce « roi d’opérette », sous la tutelle des Français, négocie l’indépendance du Cambodge sans qu’une goutte de sang ne soit versée.

Pour préserver et construire son pays, il joue sur les tensions et les luttes de pouvoir. Selon les époques, les circonstances, il s’appuie sur la Chine, l’Amérique, la France, la Russie. Mais, renversé en mars 1970 par le général pro-américain Lon Nol, il n’est plus maître du jeu. Il s’allie alors aux ennemis communistes d’hier. De 1975 à 1979, l’horreur khmère rouge planifiée par Pol Pot fait environ 1 million et demi de victimes et ne l’épargne pas. Prisonnier puis exilé, il doit attendre la libération du Cambodge par le Vietnam, puis la fin de l’occupation vietnamienne, douze ans plus tard, pour rentrer dans un pays enfin en paix.

Valentine Ponsy (France 5).

L’année 1972 vue « d’en bas » – Traces et mémoires de neuf mois de bombardements sur Hanoi

Table-ronde organisée et animée par Olivier Tessier (EFEO) – 08 nov. 2012 – 18h00 – Auditorium de L’Espace à Hanoi

Participants : Mme Huyen Mermet (Dao Thanh Huyen) et M. Dang Duc Tue, jour­na­lis­tes et co-auteurs de « Dien Bien Phu vu d’enface » (Paris, Nouveau Monde éditions, 2010).

L’ate­lier por­tera sur la vie des habi­tants de Hanoi et du Nord Vietnam (RDVN) pen­dant la guerre du Vietnam. Ce tra­vail est le fruit d’une enquête de terrain réalisée sur près de 100 témoins ayant vécu les 12 jours et nuits de bom­bar­de­ments aériens à Hanoi en 1972.

Traduction simultanée
Entrée libre

* * *

Vivre et mourir à Hanoi en 1972

Exposition organisée et coordonnée par Olivier Tessier (EFEO) – 11 oct./09 nov. 2012 – Hall d’exposition de L’Espace

La vie quotidienne à Hanoi sous les bombes en 1972.

L’Exposition vous présente aussi chronologiquement l’enchaînement des phases de bombardements (cibles stratégiques, forces aériennes engagées, destructions et victimes civiles et militaires) ainsi que le processus des négociations parallèles.

Vernissage :
11.10 – 18h00
Exposition :
11.10>09.11

Entrée libre

Pour voir le programme, double clic sur l’image ci-dessous.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 4

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 4 – vendredi 19 octobre 2012

« Expériences de guerres en Indochine »

(1945-1993)

 

Cette séance sera consacrée aux multiples expériences de guerre en Indochine : guerre urbaine, jungle, guérilla, mobilisation, corps en situation, comportements et psychologie des combattants. A l’appui de deux exemples très différents, la guerre du Viêt-Nam vue du Nord et du Sud, vue de la jungle ou de la ville, sera questionnée.

 

Extraits de textes à discuter :

  • LE CAO DAI, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien 1965-1973 , Hanoi, Editions The Gioi, 2006, ch. III (pp. 75-123) [+ dos de couverture]. Traduction de Nguyen Thi Nga avec la participation de Pierre Darruillat.
  • NHA CA, Les canons tonnent la nuit, Arles, Editions Philippe Picquier, 1997, pp. 13-22, 103-111, 129-150 [+ dos de couverture]. Roman traduit du vietnamien par Liêu Truong.

 

* * *

Exposés oraux :

 

Pour aller plus loin dans la réflexion :

  • Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe- XXIe siècles), Paris, Editions du Seuil, Les livres du nouveau monde, 2008.
  • Capdevilla, Luc & al., Hommes et femmes dans la France en guerre (1914-1945), Paris, Editions Payot & Rivages, 2003. (de Luc Capdevilla, François Rouquet, Fabrice Virgili et Danièle Voldman).

Mort de l’ancien roi du Cambodge Norodom Sihanouk – RFI

© AP

Par RFI – Norodom Sihanouk est décédé lundi 15 octobre 2012 [1] à Pékin à l’âge de 89 ans. La nouvelle a été délivrée par l’agence Chine-Nouvelle, qui n’a pas donné plus de précision. L’ancien souverain venait régulièrement en Chine pour y recevoir des soins. dans un communiqué, Pékin déplore le décès d’un «grand ami». Sihanouk, dont le règne avait été l’un des plus longs d’Asie, est considéré comme l’un des pères fondateurs de la Francophonie et du Mouvement des non-alignés.

C’est un monument de l’histoire du XXe siècle qui vient de s’éteindre. « Sihanouk est le Cambodge », considère tout bonnement son biographe officiel Julio Jeldres. Cinéaste, journaliste, compositeur, poète, demi-dieu pour les siens, Norodom Sihanouk était en fait et surtout un animal politique, le souverain qui aura perdu et retrouvé son trône à deux reprises. Un personnage déroutant et ambigu.

Pour l’Agence France-Presse, « pendant plus de 50 ans, le petit homme au caractère souvent déconcertant et à la voix haut perchée, grand amateur de champagne et de foie gras, (…) s’est déployé inlassablement sur la scène diplomatique internationale en dépit d’une carrière à éclipses ».

Né le 31 octobre 1922 à Phnom-Penh, il n’a pas 20 ans lorsque la France coloniale, en 1941, le choisit pour succéder à son grand-père. Il obtient sa couronne de roi avec l’aval du gouverneur général d’Indochine, l’amiral Jean Decoux.

Dans les années 1950, après la brève incursion japonaise dans les affaires indochinoises puis le retour des Français, le jeune monarque goûte à la gestion politique à proprement parler, en véritable chef de gouvernement. Il se lance alors dans la première œuvre de sa vie : la « croisade royale pour l’Indépendance », qui porte enfin ses fruits en 1953, sans violence.

Libérateur de son peuple, Norodom Sihanouk consacre alors le reste de sa vie à la politique. En 1955, il cède sa couronne à son père mais garde le pouvoir, et peaufine sa stratégie de neutralité entre les deux blocs. Il est en première ligne entre 1955 et 1956, au côté de l’Egyptien Nasser, du Yougoslave Tito, de l’Indonésien Soekarno et de l’Indien Nehru, pour lancer le Mouvement des pays non-alignés. Il dirige son pays sans opposition jusqu’en 1969, sur la base d’un vaste rassemblement royaliste et socialiste.

Les années 1960 constituent une période d’alliances plus affirmées. Le monarque se rapproche d’abord du bloc de l’URSS, puis de la Chine à la fin de la décennie. Le général de Gaulle est reçu à Phnom-Penh en 1966. C’est également au début des années 1960, au côté des colonies africaines fraîchement libérées (la Tunisie de Habib Bourguiba, le Niger de Hamani Diori et le Sénégal de Léopold Sédar Senghor) que le Cambodgien milite pour que la communauté linguistique francophone, auquel il attache une grande importance, se dote d’institutions intergouvernementales durables.

La suite de l’histoire de Norodom Sihanouk est digne d’un roman, tandis que le pays s’enfonce dans l’instabilité. Le roi perd son trône en 1970, s’installe en Chine, récupère le titre de chef d’Etat en 1975 au côté des Khmers rouges (dans une alliance improbable avec Pol Pot), avant de démissionner un an plus tard, d’être placé en résidence surveillée par ses alliés, puis de fuir en Corée du Nord à leur chute.

Dix ans plus tard, après plusieurs années d’activisme international, il revient au pays en héros, fort d’avoir obtenu la signature des accords de paix de Paris en 1991. Il reprend sa place en 1993. Et en 2004, Norodom Sihanouk abdique une dernière fois, en faveur de son fils Sihamoni, invoquant son âge et des raisons de santé.

Pendant les onze dernières années de son règne, il aura vu grandir, impuissant, l’influence du Premier ministre Hun Sen et de son fils Norodom Ranariddh, président de l’Assemblée nationale. Après son retrait, il continuera de donner de ses nouvelles et publie ses observations sur la vie publique par internet. Parfois avec humour, comme le pointe notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde. Ainsi Norodom Sihanouk déclarait, en 2005 sur internet, «se porter de mieux en mieux», tout en présentant «ses plus humbles excuses à toutes les personnes qui souhaitent sa mort». Ses proches faisaient alors l’objet de vives attaques de la part du Premier ministre Hun Sen.

En 2009, après six mariages, une nombreuse progéniture (dont une partie décimée par les Khmers rouges) Norodom Sihanouk écrit : « cette trop longue longévité me pèse comme un poids insupportable ».

Source : RFI (Radio France Internationale)

A lire dans les archives de RFI : « Sihanouk : l’histoire du roi qui abdiqua deux fois »

  • Lire son portrait sur TV5 Monde : “Norodom Sihanouk : père de l’indépendance cambodgienne… et de la francophonie”

[1] France Info annonce le décès dans une nouvelle publiée le dimanche 14 octobre à 23:53.

* * *

Le Cambodge en deuil après la mort de N. Sihanouk (Euronews 15-10-2012)

UQÀM 2012 – La guerre d’Indochine 1945-1956 : un outil multidisciplinaire

[ndlr] Le nouvel outil multidisciplinaire sur la Guerre d’Indochine mis en place par l’UQÀM vient de voir le jour. Il propose dès à présent l’accès à l’intégralité du dictionnaire historique de Christopher E. Goscha (NIAS, 2011), un instrument de travail indispensable sur ce sujet. D’autres développements de ce nouveau site sont à prévoir dans les semaines qui viennent. A consulter donc sans modération. Texte de la page d’accueil du site ci-après.

Bienvenue sur le site destiné à la Guerre d’Indochine de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Ce projet met à disposition de nombreux outils fiables afin que les spécialistes, les enseignants, les étudiants ainsi que le grand public puissent mieux comprendre la complexité de ce conflit. Il a bénéficié du financement du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada ainsi que du soutien institutionnel de l’UQÀM, de son département d’histoire et de la collaboration du Professeur David Marr de l’Australian National University. Bien que Christopher Goscha soit le responsable du projet, Phi-Vân Nguyen, avec l’assistance de Simon Abdela, en est l’auteur principal. Tous nos remerciements vont également vers Jean-François Tremblay, Nathalie Lavoie et René Lê Minh Cuong du Service de l’audiovisuel de l’UQÀM.

Dans la mesure où ce projet demeure en chantier, plusieurs parties du site, notamment la chronologie et la bibliographie, ne sont pas encore complétées. Cependant, puisque la publication en ligne permet une mise à jour facile et régulière des informations, nous avons décidé de dévoiler au public notre projet en l’état actuel, dans l’espoir qu’il puisse déjà être utile aux lecteurs. Bien sûr, nous recevons très volontiers toute suggestion ou correction qui nous permettra d’améliorer notre travail. Veuillez contacter Christopher Goscha (site internet) à l’adresse goscha.christopher@uqam.ca.

Lien du Dictionnaire (cliquez sur l’image).

Ha Mai Viet : Steel and Blood – South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia [2] – two book reviews

Ha Mai Viet, Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia, Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 2008, 459 p.

Book Review by LtCol Raymond A. Stewart, USMC (Ret).

 

Colonel Ha Mai Viet provides his meticulously researched, impressively written and well-presented book about South Vietnam tanks in “Steel and Blood.” The author details the combat history of the Army of the Republic of Vietnam (ARVN) Armor (AF) from “Ferocious Battles, 1963-68” through “Vietnamization, 1969-74” to the final days of the Republic in 1975—“The Capture of South Vietnam.” His is a riveting account of tank battle after tank battle, pitting the ARVNAF’s M41 and M48 tanks against the NVA enemy’s T54, T59, T34 and PT76 tanks.

Somewhat of a surprise to a Marine Corps Vietnam tanker—and possible Army armor as well—and for certain to those who declared that Vietnam was not “tank country” are the numbers and types of armored vehicles employed by both sides and the importance the VC/NVA enemy and ARVN alike placed on the use of armored vehicles in general and tanks specifically. Just one example: By 1975, the NVA had an estimated 600 T54s in or on the border of South Vietnam supplied by large, well-concealed fuel lines with sophisticated pumping and fueling stations that ran through Laos and Cambodia hundreds of kilometers from Haiphong in the north.

In battle after battle, from the Plain of Reeds through the three-front General Offensive and battles for the Central High­lands to the final assault on Saigon itself, Col Ha Mai Viet provides the reader with the often heart-wrenchingly candid and unwashed details of bloody victories and even more horrific defeats. He does not embellish the value of the ARVNAF in its successful fights nor does he minimize the faults of senior leaderships’ failed decisions contributing to catastrophic defeats. The author keeps to the rapid movement of armor and the battles in which tanks participate by extracting related details and placing them in “Notes.” There are 80 pages of notes, which add an impressive dimension of understanding of ARVNAF leadership, or lack of it.

In the second half of the book, the “Mil­itary History” segment, Col Ha Mai Viet’s attention to detail and in-depth research provide the reader the historical background of the ARVN in general terms and, more specifically, trace the establishment, growth and deployment of the armored forces (ARVNAF).

While certainly not the “grabber” that one finds in page after page of Part I, Part II is of significant value in understanding the development, structure, employment, logistics and administration of ARVNAF in terms of equipment. The author provides interesting information on the back­ground and training of the armored personnel and quite candid comments on the ARVNAF leadership.

To follow the battles, I found the paucity of maps—there are just two small-detail maps—made the reading (and enjoyment) of the book somewhat difficult. Also, com­mand structure, order of battle, and table of organization and equipment diagrams would have greatly helped in better understanding of the material.

Col. Ha Mai Viet states unequivocally that South Vietnam could have defeated the VC/NVA on the battlefield had the Uni­ted States made good on its agreement to support the South after the withdrawal of American ground forces.

This thoroughly researched book, a 10-year effort, relies on both personal knowledge and interviews of hundreds of former ARVN as well as VC/NVA soldiers and officers of all ranks and military occupational specialties. To obtain a more balanced view—and with an armored slant—of the war that took more than 58,000 American lives, this book is a highly recommended read.

Source : Leatherneck, magazine of the Marines, Marine Corps Association.

Présentation de l’ouvrage sur U.S. Naval Institute.

* * *

Book Review by Jay Veith.

Of the several thousand tomes published about the Vietnam War, only a few English-language viewpoints written by our Vietnamese allies grace the bookshelves. The South Vietnamese perspective, constrained by cultural and linguistic barriers, is unfortunately marginalized in the war’s literature for Americans. Due to these barriers, U.S. historians, even if interested in South Vietnamese motivations and actions, are left with little except military adviser reports, obscure embassy cables, or shallow news articles. Thus reduced to bit players, the South Vietnamese have become caricatures; either cowardly incompetents or corrupt warlords, with an occasional brave soul or hard-fighting unit briefly mentioned. A more balanced and deeper picture of America’s wartime partner has long been needed.

Former armor Colonel Ha Mai Viet has offered precisely that, a penetrating insight into the battlefield contributions of the South Vietnamese tank officers who fought alongside their American friends. His book details the contributions of a small but influential element of the ARVN, its armor/cavalry forces. Unknown to most, by war’s end the armor branch had grown considerably from its French roots. In 1975, Brigadier General Tran Quang Khoi’s 3rd Armored Cavalry Brigade, the III Corps organic tank unit, was undoubtedly the most powerful brigade-size element in the ARVN. Reflecting a rare combined arms outlook, Khoi built a formidable combat out-fit from previously independent armor, artillery, engineer, and ranger units. His merged brigade was still defending outside of Saigon when the final surrender came.

Viet spent ten years traveling the globe, tracking down and interviewing many of his former comrades-in-arms. He portrays the heroic deeds of his fellow soldiers while unflinchingly condemning South Vietnamese leadership errors. Covering two main topics, Combat and Military History, Viet outlines twenty-three separate battles from the ARVN side. The bulk of the Combat section covers the Tet Offensive, Lam Son 719, the Easter Offensive, and the bloody retreat in 1975 from the Central Highlands. He also provides rich details on unknown battles such as the terrible clash at Dambe in Cambodia in 1971. The Military History part provides unique facts on the formation and growth of the ARVN armor/cavalry branch from 1954 to 1975, including unit commanders, weapons, and organizational structure.

Brilliantly translated, no future work on Vietnam battles will be complete without reviewing this publication. Colonel Viet has provided a tremendous amount of fresh information, almost all of it oral history. That is the strength and weakness of the book. Like all interviews, the ones in this book only provide the participant’s side. For example, the account by Colonel Nguyen Van Dong concerning the Central Highlands retreat, while new and highly informative, perpetuates the myth that Brigadier General Pham Duy Tat, the II Corps Ranger Commander, was responsible for the convoy on Route 7B. Tat, when presented with Dong’s remarks, categorically denied the accusations, a point of view absent from Viet’s book. This is not to cast fault, as Viet was only interested in the stories of his armor colleagues. Yet without access to That’s perspective, the unsuspecting historian would perpetuate the story. Unfortunately, as General Cao Van Vien once told the reviewer, the war remains much like the movie “Rashomon”: the truth is subjective to the individual. Colonel Viet nevertheless deserves enormous credit for his industrious research and fine account. His is a major and much needed addition to the history of the Vietnam War.

Copyright © 2009 Society for Military History
Project MUSE® – View Citation
Réf. :

  • Jay Veith. “Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia (review).” The Journal of Military History 73.3 (2009): 1020-1021. Project MUSE. Web. 27 Dec. 2011. <http://muse.jhu.edu/>.
  •  Veith, J.(2009). Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia (review). The Journal of Military History 73(3), 1020-1021. Society for Military History.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search