Social Sciences in and about Cambodia. The Human Sciences Encounters in Phnom Penh conferences 2008-2017

[ndlr] Mise en ligne d’un document rassemblant les résumés des 82 conférences qui ont été organisées par les Human Sciences Encounters in Phnom Penh (HSEPP) entre 2008 et 2017, complété en annexe d’une version khmère.

Auteur.es : Pascale Hancart Petitet, Um Vutha et Steven Prigent

Accès au document sur la plateforme de l’UQAC :

Cliquez sur l’image pour accéder au document (PDF)

François Fourquet : Penser la longue durée – Contribution à une histoire de la mondialisation

[ndlr] Parution d’un ouvrage posthume de François Fourquet qui revisite le phénomène de la mondialisation. Présentation de l’éditeur.

Depuis les années 1980, le phénomène de la mondialisation a été tellement commenté qu’il semble impossible qu’une vision nouvelle puisse se faire jour. C’est pourtant ce défi que François Fourquet a brillamment relevé dans cet ouvrage posthume, présentant les outils d’analyse des étapes de l’unification du monde. Empruntant aussi bien aux économistes et aux philosophes qu’aux historiens ou aux psychanalystes, il y révèle une pensée originale permettant de remettre en perspective le moment actuel de la mondialisation par rapport à l’évolution du monde sur la longue durée.

À la suite des thèses de Fernand Braudel sur l’économie monde, François Fourquet analyse l’évolution de l’« écomonde ». Il se démarque ainsi radicalement des économistes qui voient le monde comme une agrégation de nations : s’inspirant de Marcel Mauss, il le considère comme un phénomène social total, dont les nations ne sont que des parties, échouant souvent à maîtriser des flux qui les traversent. Fourquet montre enfin que si les hommes « accumulent la richesse et la puissance pour eux-mêmes ou pour leur nation, c’est le monde qui s’enrichit et devient puissant, dense, unifié et mondialisé. L’humanité semble poursuivre un but commun à travers ses divisions et ses guerres : son unification, la mondialisation du monde ». D’où sa conclusion optimiste sur l’unification du monde, avec le triomphe possible de la « religion de la démocratie et des droits de l’homme ». Outre la préface de Christian Chavagneux, qui montre l’importance de la « méthode Fourquet », cet essai est utilement complété par un article de l’auteur, « Le rapport international est toujours dominant », adressé à l’économiste Robert Boyer, et par la réponse de celui-ci : un échange illustrant superbement la passion du dialogue avec ses pairs qui animait François Fourquet.

François Fourquet (1940-2016), économiste, a été enseignant-chercheur à l’université Paris-8 de 1994 à 2009 et codirecteur du LED (Laboratoire d’économie dionysien). Il est notamment l’auteur de Les Comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du Plan (Recherches, 1980) et de Richesse et puissance. Une généalogie de la valeur, XVIe-XVIIIe siècles (La Découverte, 1989, 2002).

Source : La Découverte

 

Inauguration à Paris d’une stèle en hommage aux victimes des Khmers rouges

[ndlr] Communiqué de la FIDH (Fédération internationale des Droits de l’homme) concernant l’édification de la stèle commémorative à Paris dédiée aux victimes du régime des Khmers rouges.

Ce mardi 17 avril 2018, la Ville de Paris inaugurera le premier lieu de mémoire en Europe en hommage aux victimes du régime des Khmers rouges, en partenariat avec la FIDH, le Haut Conseil des Asiatiques de France et de l’association des Victimes du Génocide des Khmers rouges.

Date et lieu :

Mardi 17 avril 2018 à 09h15

Parc de Choisy (Paris 13e)

« Après la condamnation des dirigeants Khmers rouges pour crimes contre l’humanité par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, l’inauguration du mémorial en l’honneur des victimes de ces crimes à Paris représente une mesure de réparation longtemps attendue, notamment par la diaspora cambodgienne en France. Le devoir de justice accompagné du devoir de mémoire apportent une contribution indispensable à la garantie de non-répétition de tels crimes qui heurtent la conscience de l’humanité. »

Patrick Baudouin, Président d’honneur de la FIDH et avocat de parties civiles dans le dossier 002 devant les CETC.

Lire la suite : FIDH

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : © FIDH DR

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena – 27-28 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une importante  journée d’étude à l’UQAM (Montréal).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena

27-28 avril 2018

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Présentation de la journée d’étude :

Depuis la Seconde guerre mondiale, le monde a connu des conflits marqués par la guérilla, les guerres irrégulières et les « insurgencies ». Les gouvernements occidentaux confrontés à ces mouvements eurent toutes les peines à les arrêter. Les expériences nationales des guerres de décolonisation ont certes fait l’objet d’études, mais rares sont celles qui comparent la désintégration des empires occidentaux et qui s’interrogent sur la manière dont ces expériences coloniales peuvent nous aider à mieux comprendre les conflits qui secouent encore le monde aujourd’hui – en Syrie, Iraq et Afghanistan. Ce projet de collaboration avec l’Université d’Exeter – intitulé Comprendre les insurrections : Résonances du passé colonial – réunit des chercheurs européens et nord-américains à travers huit ateliers incluant le nôtre: « Les insurrections coloniales comme des phénomènes transnationaux. »

Cet évènement réunira une douzaine de spécialistes autour du thème des connexions transnationales qui ont pu exister entre les mouvements anticolonialistes d’un côté et les puissances impériales de l’autre. Quels liens, au juste, existaient entre ces mouvements anticolonialistes qui se battaient pourtant souvent très loin les uns des autres ? Comment ces mouvements insurrectionnels et contre-insurrectionnels ont-ils pu gagner des soutiens aux niveaux régional et international ? Quels furent les idées, les expériences, les savoirs et les matériaux qui circulaient entre les groupes ? Et comment l’opinion mondiale et les nouvelles organisations internationales ont-elles compris et interagi avec la décolonisation ?

Jusqu’à récemment, la plupart des chercheurs ont étudié les guerres de décolonisation dans un cadre national. Notre projet les resitue comme un phénomène interconnecté et global, tant pour les colonisés que pour les colonisateurs. Leurs dirigeants ont construit des réseaux de collaboration et des moyens d’échanges intellectuels, politiques, militaires et économiques. Les communistes vietnamiens luttant contre la France entre 1945 et 1954, par exemple, ont importé des modèles révolutionnaires de la Chine communiste avant de les exporter ailleurs. Les Français, Britanniques et Américains, de leur côté, ont échangé leurs propres modèles de « counter-insurgency » lors des guerres de décolonisation. La décolonisation s’est aussi mondialisée: les nationalistes algériens du Front de libération nationale (FLN) ont mené par exemple une bataille fascinante contre les Français à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour bien saisir les dimensions de ce processus transnational, nous avons fait appel à des historiens de la décolonisation (Afrique, Proche-Orient, Asie), des politologues, des juristes et même à l’un des responsables des archives de l’ONU. Cela nous permettra d’aborder pour la première fois le rôle de la mondialisation dans la décolonisation et son héritage pour les conflits d’aujourd’hui. Cette forme de combat transnational est d’autant plus présente aujourd’hui grâce au développement des technologies et des communications permettant aux insurgés comme Isis d’influencer l’opinion mondiale.

Programme ci-dessous :

Biterrois : l’indignation, un sentiment qui mène la vie d’André Menras

[ndlr] A l’occasion de la projection du nouveau film documentaire d’André Menras sur les plongeurs vietnamiens en Mer de Chine, rappelons ce portrait en ligne, publié par Emmanuelle Boillot du Midi Libre début janvier 2018.

André Menras a toujours la même énergie, celles de l’indignation et de l’humanité qui l’habitent depuis plus de 70 ans. Il est allé à la rencontre de pêcheurs vietnamiens menacés par la Chine.

Enfant du Faubourg, aujourd’hui Sauviannais, André Menras a toujours la même énergie, celles de l’indignation et de l’humanité qui l’habitent depuis plus de 70 ans. « La bête a vieilli mais les gènes n’ont pas changé », dit-il en souriant malicieusement.

Joueur de rugby, aimant faire la fête avec les copains et parfaitement ignorant de la chose politique, il s’est trouvé projeté, à 21 ans, dans un monde d’horreur, de violence et d’injustice. « Après avoir fait l’école normale à Montpellier, je suis parti enseigner le français en coopération à Da Nang dans le centre du Vietnam, puis à Saïgon. C’était en 1968, la guerre faisait rage et cela a été un véritable choc. On croisait des corps dépecés, sur les bords des chemins, que les gens qui passaient n’osaient pas reconnaître, par peur. C’était insupportable. »

[…]

Il a filmé Les Chevaliers des sables jaunes en vivant avec eux, sur leur bateau, pendant 25 jours, un quotidien épuisant, toujours aux aguets des navires chinois. Mais pour une bonne pêche qui a rapporté à chacun des 15 Vietnamiens 700 €, soit trois fois le salaire moyen.

« Eux, ils cueillent le poisson, c’est leur gagne-pain. Ils descendent en respirant un air vicié envoyé par un compresseur. Il faut une prise de conscience internationale. La Chine peut sortir tous ses navires de guerre, elle n’empêchera pas les pêcheurs d’aller dans cette zone ancestrale. »

Lire la suite : Midi Libre

Interview de 2014 en vietnamien dans laquelle André Menras revient sur sa trajectoire des années de guerre à la Mer de Chine :

Image « à la une » : André Menras en compagnie des pêcheurs et plongeurs en Mer de Chine © DR

Việt Nam : Thêm ba nhà hoạt động lãnh án tù [RFI]

[ndlr] Jeudi 12 avril 2018 : trois dissidents jugés pour subversion à Ha Tinh et Nghe An.

Hôm nay 12/04/2018 có thêm ba nhà hoạt động tại Việt Nam lãnh án tù tại ba phiên xử khác nhau, trong bối cảnh chính quyền gia tăng trấn áp. Tuần trước, bảy thành viên Hội Anh Em Dân Chủ cũng đã bị tuyên các bản án tù giam nặng nề.

Tại Hà Tĩnh, bà Trần Thị Xuân, thành viên Hội Anh Em Dân Chủ, bị kết án 9 năm tù giam và 5 năm quản chế, với cáo buộc « hoạt động nhằm lật đổ chính quyền » theo điều 79 Luật Hình sự. Gia đình không được thông cáo về phiên xử và đã bà ra tòa mà không có luật sư bào chữa.

Trong một phiên tòa khác chỉ kéo dài hai tiếng đồng hồ ở Nghệ An, ông Nguyễn Viết Dũng bị 7 năm tù giam và 5 năm quản chế, theo điều 88 Luật Hình sự về tội danh « tuyên truyền chống Nhà nước ». Ông Dũng, người thành lập đảng Cộng Hòa, đã bị bắt giam từ tháng 9/2017.

Nguyễn Viết Dũng từng tham gia những cuộc biểu tình phản đối nhà máy thép Formosa xả chất thải độc hại, gây ra thảm họa cá chết hàng loạt ở vùng duyên hải miền Trung. Ông cũng kêu gọi đa đảng, tự do báo chí và cho các tổ chức xã hội dân sự được hoạt động.

Phiên tòa thứ ba diễn ra tại Hà Nội. Ông Vũ Văn Hùng, nguyên là giáo viên và là thành viên Hội Anh Em Dân Chủ, bị tuyên án một năm tù giam, với cáo buộc « cố ý gây thương tích ». Ông bị bắt hồi tháng Giêng trên đường đi đến gặp các giáo viên khác. Trước đó, ông từng tham gia các cuộc biểu tình chống Trung Quốc.

Hãng tin Pháp AFP dẫn tuyên bố của Human Rights Watch tố cáo ý định của Hà Nội nhằm triệt hạ mạng lưới các nhà ly khai. Amnesty International cho biết có ít nhất 97 tù nhân lương tâm tại Việt Nam.

Source : RFI, 12/04/2018.

Les condamnés du jeudi 12 avril 2018 : photo du haut Vu Van Hung, photos du bas Nguyen Viet Dung et Tran Thi Xuan © DR

Autres sources :

Image « à la une » : Mme Tran Thi Xuan du groupe Fraternité pour la Démocratie jugée à Ha Tinh le jeudi 12 avril 2018 © DR

Vietnam: Activists on trial as crackdown on peaceful activism continues

[ndlr] Appel d’Amnesty International pour la libération de deux activistes jugés le 12 avril 2018. La répression continue.

Ahead of the separate trials on April 12 of two activists, Nguyễn Viết Dũng and Vũ Văn Hùng, in Viet Nam, James Gomez, Amnesty International’s Regional Director for Southeast Asia and the Pacific, said:

“Nguyễn Viết Dũng is a brave young activist in a country where human rights are under attack. This man has already served time in prison for his peaceful activism once before. To ensure there is no repeat of this injustice, the authorities of Nghệ An province must immediately drop all charges against Dũng and release him immediately.

“Vũ Văn Hùng is a prisoner of conscience who has been held in pre-trial detention on trumped-up, politically motivated charges for several months. He has done nothing but peacefully defend human rights and should never have been detained in the first place.

“After throwing a record number of human rights defenders in jail last year, the Vietnamese authorities have made another deeply troubling statement of intent by bringing these two activists before the courts. It sends a clear signal that there is to be no let-up.”

Lire la suite : Amnesty International

Image « à la une » : Nguyen Viet Dung jugé par le tribunal populaire de la province de Nghe An © DR

Philippe Papin : Les fraternités [parution]

[ndlr] Notre collègue et ami Philippe Papin propose un roman mémoriel de l’Indochine au Vietnam. Présentation de l’éditeur.

Un vieil homme s’en retourne au Vietnam, son pays natal, afin de comprendre les drames de son histoire familiale et personnelle.

Ni autochtone, ni colonial, c’est lui, Do Thai de son nom de guerre, le Juif français persécuté qui a rallié le communisme avant d’achever sa course en paria du Parti.

Source : Les Belles Lettres

L’image du jour : Phát hành bộ tem đặc biệt kỷ niệm 45 năm quan hệ Việt Nam – Pháp

[ndlr] Dans le cadre du Partenariat stratégique franco-vietnamien…

Theo phóng viên TTXVN tại Pháp, đúng vào ngày kỷ niệm 45 năm Việt Nam và Pháp thiết lập quan hệ ngoại giao (12/4/1973 – 12/4/2018), Đại sứ quán Việt Nam tại Pháp phối hợp với cơ quan Bưu chính Pháp (La Poste) chính thức phát hành bộ tem mới gồm 2 mẫu tem về quan hệ giữa hai nước.

Source : Tin Tuc, 12/04/2018.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge