Black Market Business: Selling sex in Nothern Vietnam, 1920-1945 – CR de lecture par Louise Arnoux-Maillet

L’ouvrage de Christina Elizabeth Firpo paru en 2020, Black Market Business : Selling Sex in Northern Vietnam, 1920-1945 s’inscrit dans des recherches récentes sur les travailleuses du sexe durant la période coloniale. Christina Firpo est une enseignante-chercheuse sur l’Asie du sud-est à San Luis Obispo en Californie. Parmi ses autres travaux on trouve The Uprooted. Race, Children, and Imperialism in French Indochina, 1890-1980 (2017) centré sur les métis. Quant à Black Market Business, il traite du Vietnam du Nord (Tonkin) dans l’entre-deux-guerres et le début de la Seconde guerre mondiale, dans un contexte de renforcement d’un marché illégal notamment tourné vers le commerce du sexe.

L’ouvrage décrit un pays en situation coloniale dans lequel le système colonial tente d’imposer une institutionnalisation du travail du sexe, en vain. Le marché noir serait une lentille de choix pour étudier comment une population déjà marginalisée est affectée par toutes les tensions qui traversent cette région à cette période. L’étude s’inscrit à la fois dans les Gender studies et les Subaltern studies en écrivant sur les femmes pauvres, essentiellement issues du monde rural, peu étudiées en histoire, entre autres à cause du problème des sources. Celles dont l’autrice dispose majoritairement permettent une étude centrée sur le travail du sexe des femmes dans un cadre hétérosexuel. Par ailleurs, de cette historiographie renouvelée, émerge un débat sur les termes utilisés pour désigner ces femmes. Christina Firpo choisit “travailleuses du sexe” et non “prostituées” : cela participe d’une construction d’outils sémantiques qui s’éloignent d’un vocabulaire qui dénote d’un fort jugement moral. Ainsi, l’objectif de cet ouvrage est de démontrer dans quelle mesure les travailleuses du sexe sont au croisement de questions politiques, économiques et bien-sûr sociales. Le difficile travail sur les sources fait émerger des mémoires oubliées et des individus qui n’apparaissent que de façon fragmentaire dans des rapports de santé et/ou de police, dans des journaux et dans des procès.

Géographie poreuse

Le premier chapitre, “Géographie du vice”, souligne la nécessité d’adopter une approche géographique complexe de l’Indochine et de ses spécificités. Il s’agit en fait de quatre géographies :

  • physique – pour les routes et les espaces où se cacher pour les trafiquants ;
  • politique – pour une utilisation avantageuse des espaces de droit ou désorganisés ;
  • économique – concernant les migrations selon les lieux de besoin et d’opportunités ;
  • urbaine – pour son étude d’une croissance rapide et ses conséquences sur les travailleuses du sexe et leur clientèle.

Cette “géographie du vice” décrit la constitution du marché noir, des enlèvements des jeunes filles et femmes dans les campagnes, à leur transport, à leur vente et/ou assignement à une auberge, à une maquerelle. Elle décline plusieurs espaces : le paysage de Tonkin, le delta du Fleuve rouge, Hanoi, les banlieues de Hanoi, Hai Phong, les trafics maritimes, les bases militaires et les villes-frontières.

Le Viêt Nam est juridiquement fragmenté par le Traité Patenôtre/Huê de 1884 faisant du Tonkin et de l’Annam des protectorats français. Ensuite, l’ordonnance royale de 1888 cède Hanoi, Hai Phong et Tourane à la France comme concessions et donc également des territoires concernés par l’extension de la juridiction française, cette dernière s’appliquant aussi aux bases militaires. Le développement des infrastructures de transport facilite les migrations d’une main d’œuvre importante des campagnes vers les villes, cela accroît sensiblement le nombre de travailleuses du sexe et leur clientèle. 

Cet ouvrage tend à démontrer que le travail du sexe apparaît comme catalyseur des différents contextes du Vietnam colonial. Ainsi, l’étude du Delta de Fleuve rouge souligne la pauvreté, la surpopulation (terres fertiles, avancées médicales et technologiques importantes) et la vulnérabilité des campagnes face aux catastrophes naturelles. En 1936, le Delta concentre plus de 30% de la population d’Indochine. Le système colonial, notamment une certaine politique des terres, conduit à un appauvrissement général des paysans, une généralisation du métayage et des dettes, ayant pour conséquences la servitude et/ou la prostitution des femmes et filles.

Les migrations prennent de l’ampleur, qu’elles soient temporaires ou permanentes : les fluctuations de l’industrie du sexe sont intimement liées aux fluctuations  des récoltes et à la demande de main d’œuvre à Hai Phong et à Hanoi en pleine croissance urbaine et industrielle. L’étude complexe de cette “géographie” repose sur la porosité des limites entre différents espaces : municipalités et banlieues, bases militaires et alentours hors de la juridiction française, et enfin la position singulière des villes-frontières  comme plaque tournante de toutes sortes de trafics comme l’ont montré les travaux d’Eric Tagliacozzo pour les zones-frontières de l’empire britannique.

Santé publique entre policiers et médecins militaires

De cet essor du marché noir résulte une préoccupation majeure pour les autorités. En effet, en 1934 le général français Gaston Billotte affirme : “L’ennemi le plus redoutable en Indochine n’est pas le Chinois, ni l’Allemand, ni le rebelle [anticolonial], ce sont les maladies vénériennes” (p. 59). Ainsi, Christina Firpo consacre à ce fléau une grande partie de son ouvrage à cause de l’aspect très problématique de ces pathologies, par leur vaste et rapide propagation. Les antibiotiques contre la syphilis et la gonorrhée ne se développent qu’au milieu des années 1940, le préservatif n’est en outre pas populaire et il y a un véritable manque de sensibilisation aux maladies vénériennes. Peu de médecins arrivent à déterminer les symptômes et les maladies associées.

Dès le XIXe siècle, le gouvernement colonial impose la législation métropolitaine pour les travailleuses du sexe mais il n’a pas les moyens légaux de réguler les auberges non-enregistrées ou encore de forcer ces femmes à des examens gynécologiques. Paradoxalement, plus il y a des tentatives de régulation de cette industrie et plus les infections se propagent. Les allers-retours entre la métropole et la colonie font des militaires et des travailleurs une source de propagation majeure. Le 3 février 1921, le résident supérieur au Tonkin adopte une loi métropolitaine uniforme pour le travail du sexe concernant les concessions françaises, excluant de fait les territoires  restés sous juridiction vietnamienne depuis le Traité Patenôtre (1884) (p. 63). Les restrictions de 1921 poussent davantage les travailleuses du sexe à se tourner vers l’industrie du sexe clandestin, elle-même intrinsèquement dérégulée et propice à la transmission de maladies. Cette loi comporte en elle-même des failles comme un manque de définition claire des actes constituant le travail du sexe et donc des problèmes de surveillance et d’intervention. Les maladies vénériennes ont une dimension politique d’un point de vue juridique mais également dans le fait que les médecins coloniaux tentent de discréditer les médecins traditionnels, mais les populations continuent de s’y référer. Les mesures sont essentiellement prophylactiques et concernent la multiplication des dispensaires pour les populations indigènes. Ces derniers sont critiqués pour leurs mauvaises conditions d’hygiène et leurs conditions de vie (maladies, abus physiques et émotionnels, aspect carcéral), tel celui d’Hanoi.

Si tout le monde peut transmettre ces maladies, ce sont les femmes qui sont visées par les arrestations – en tant que travailleuses du sexe, ou liées à l’économie du divertissement ou encore comme me tây c’est-à-dire épouses et/ou concubines des soldats. Il n’est pas envisagé que ces femmes puissent contracter ces maladies à cause de leur mari.

De plus en plus d’acteurs de la santé publique voient les mesures de régulation comme un double échec : de surveillance et de prémunition des épidémies. Un débat entre les “régulationnistes” et les abolitionnistes s’engage, autrement dit entre les policiers et docteurs militaires contre les fonctionnaires de la santé publique et médecins des dispensaires. Enfin, de vastes organismes sont créés pour rénover les dispensaires, développer des traitements efficaces (1938), former les femmes dans les dispensaires pour une réorientation professionnelle et surtout les sensibiliser aux maladies. Cette sensibilisation est également mise en place auprès des militaires. C’est donc une surveillance de la transmission de ces maladies plutôt que sur le travail du sexe lui-même comme auparavant.

Sociologie des jeunes populations exploitées

Dans le cadre de son approche géographique du marché noir, Christina Firpo souligne entre autres l’omniprésence des arrangements dans le cadre d’une servitude pour dettes en Asie du sud-est. Ils concernent une population avec peu de moyens et dépourvue d’endroit où loger. En effet, le début du XXe siècle est marqué par un vaste mouvement de migrations volontaires ou forcées d’hommes, de femmes et d’enfants souvent vendus ou s’engageant dans les plantations, les usines, en tant que domestiques et surtout dans l’industrie du sexe illégale où la servitude pour dettes est généralisée. L’important est de savoir à quel point ces femmes sont au courant de toutes les modalités et conséquences de ce système. Son problème majeur réside dans une durée allongée du contrat par ajout d’intérêts aux emprunts ou par dévaluation des revenus de l’employée, donc sa mutation en exploitation. Dès les années 1920, le gouvernement colonial met en place des mesures contre ce système, sans particulièrement viser les travailleuses du sexe, et tente en parallèle de contrôler ces vastes mouvements migratoires. Ce dernier échoue notamment à cause du statut contraignant du protectorat pour poursuivre les trafiquants sur plusieurs territoires.

Au sein de cette population vulnérable, Christina Firpo insiste sur les plus jeunes. La multiplication du nombre d’enfants et d’adolescents dans les villes en recherche de travail alarme de plus en plus le gouvernement colonial qui cherche à régler leur problème de pauvreté. Leur méconnaissance du fonctionnement du crime organisé et leur désespoir font d’eux des proies faciles, notamment pour le travail du sexe – contraint ou choisi. Le marché du sexe pour les mineurs est davantage marqué par le secret donc très difficile à démanteler, en plus de l’absence de lieux centralisés. Ceux dans la confidence sont les garçons des auberges, les vendeurs itinérants et les tireurs de pousse-pousse, agissant comme intermédiaires entre les travailleuses du sexe et les clients. Ces dernières ont souvent entre 10 et 17 ans. L’industrie du sexe adolescent est une des conséquences d’une pauvreté du monde rural accentuée par les changements économiques radicaux entrepris par le gouvernement colonial. Ces enfants sont souvent des enfants de familles pauvres adoptés par d’autres familles puis expulsés ou vendus lorsqu’ils sont devenus des fardeaux.

Il y a également de nombreux enfants chinois en lien avec une clientèle chinoise solide, ou encore des enfants métisses marginalisés au sein de la société mais sexualisé par l’exotisme de leur physique. Les enfants sont aussi souvent enlevés par des me min et acheminés dans l’industrie du sexe ou alors embauchés comme domestiques et forcés à vendre du sexe au sein des maisons. Les me min sont des femmes d’environ 40-50 ans suscitant une peur panique parmi les populations puisqu’elles sillonnent les campagnes pour trouver des enfants et jeunes femmes à kidnapper en les droguant pour ensuite les vendre. Pour cela, elles sont en lien avec les auberges clandestines ayant pour façade les dance halls et les a dao singing houses, et signent parfois des contrats de servitude pour dettes à l’insu des personnes enlevées. Afin de défendre les enfants et adolescents, la brigade des mœurs cherchent à étendre ses prérogatives et à démanteler les organisations mais c’est peu efficace.

Etudes de cas : A dao singers et taxi dancers

Enfin, Christina Firpo met en valeur deux figures centrales de femmes ayant un rapport plus ou moins important avec le travail du sexe : les a dao singers et les taxi dancers.

La figure des a dao singers est décrite dans un contexte de grand changement de leur image : de chanteuses traditionnelles aux travailleuses du sexe. En effet, ces lieux sont souvent des vitrines pour le travail du sexe. Ils sont très concentrés géographiquement, soit en zones périurbaines et hors de contrôle des autorités coloniales, soit dans les limites municipales comme à Hanoi dans la célèbre rue Khâm Thiên. Malgré les efforts des autorités, ces lieux du travail du sexe se maintiennent relativement bien pour trois raisons : la performance artistique est avancée face aux accusations des autorités ; le mouvement de refuge dans la culture traditionnelle suscite une forte demande ; les autorités disposent d’outils légaux limités même si elles tentent d’étendre leur contrôle par des décrets de planification urbaine et en forçant les chanteuses à des examens.

Outre les a dao singers, c’est la figure des taxi dancers qui est explicitée. Loin de la tradition, elle s’inscrit dans la vaste émergence des bals dansant, dans le style occidental, au milieu des années 1930. Les dance halls témoignent de la division urbain/rural comme échappatoire temporaire à la pauvreté et aux normes sociales régissant les rapports entre les sexes, ainsi qu’une image de la sophistication urbaine et de la modernité. La majorité des taxi dancers sont des paysannes pauvres ayant migré vers les villes. Les réactions à l’encontre des dance halls sont vives : les journalistes dénoncent leur aspect sombres, le capitalisme, le matérialisme, l’occidentalisation et le culte de la modernité ; le gouvernement colonial quant à lui s’inquiète des risques de maladies vénériennes chez les militaires constituant une grande partie de la clientèle. La composition de la clientèle est par ailleurs régulièrement évoquée pour en souligner la grande diversité – dans l’idée que cette étude complexe concentre des intérêts et des problématiques multiples. Finalement, Christina Firpo propose une comparaison intéressante entre les a dao singing houses et les dance halls : le premier lieu témoigne d’une volonté d’épouser la culture traditionnelle vietnamienne tandis que le second illustre nettement une forme d’occidentalisation.

***

L’ouvrage Black Market Business de Christina Firpo constitue bien une sociohistoire riche de la situation coloniale de l’entre-deux-guerres et du début de la Seconde guerre mondiale au Vietnam. Outre son travail sur les contextes politiques et économiques, elle propose un éclairage singulier sur les mémoires oubliées et notamment celles des femmes pauvres. S’appuyant sur de nombreuses sources (pp. 235-248), cet ouvrage rappelle les interrogations traversant le Le goût de l’archive d’Arlette Farge (1989), par des types de sources communs et surtout marqués par le défi que constitue leur approche.

Réf. : Firpo, Christina Elizabeth, Black Market Business. Selling sex in Northern Vietnam, 1920-1945, Ithaca & London, Cornell University Press, coll. “Studies of the Weatherhead East Asian Institute, Columbia University”, 2020. Notes (p. 195-234), bibliographie (p. 235-248) et index (p. 249-255).

Louise Arnoux-Maillet, promotion ASIOC 2021-2022.

Louise Arnoux-Maillet est étudiante en première année en Histoire à l’ENS de Lyon.

Viêt Nam, un passé à recomposer – Mercredi 6 avril 2022 – ENS de Lyon

Un événement à ne pas manquer.

Juliette GALLI (ENS de Lyon) et François GUILLEMOT (IAO) présentent :

Projection et débat

Viêt Nam, un passé à recomposer

Mercredi 6 avril 2022, 18h00-20h00
Théâtre Kantor, ENS de Lyon

18h - 18h30 : entrée du public et
                              présentation de la soirée et des
                              intervenant-es 18h30 - 18h50 : projection
                              du film "Bach Hong" (2019)
                              d'Elsa Duhamel 18h50 - 19h40 : projection
                              du film "Viêt Nam, un passé à
                              recomposer" (2021) de Juliette Galli
                              19h40 - 20h00 : temps d'échange avec le
                              public.

La mémoire et l’histoire font du Viêt Nam un terrain d’observation particulièrement complexe. Traversé par la révolution indépendantiste, les guerres (civile et internationale) et les exils, le pays a retrouvé la paix au prix d’un sacrifice humain profondément inscrit dans l’histoire mondiale. Le séminaire Mémoires d’Indochine dispensé à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) s’est attaché depuis dix ans à élaborer une histoire d’en bas, à l’aune du vécu des populations locales. Pour clore cette recherche collective, cette projection/débat propose deux trajectoires d’exils vietnamiens en France. Celui d’une femme, Jeanne Dang, restituée par les images animées allégoriques de Bach-Hông, et celui d’un homme, l’Oncle Liêm puis de son fils, interviewés, par Juliette Galli. Ces deux récits interrogent tout à la fois passé et le présent, les brûlures de l’histoire et les souvenirs personnels.

Programme 

  • 18h00 – 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es
  • 18h30 – 18h50 : projection du film « Bach-Hông » (2019) de Elsa Duhamel
  • 18h50 – 19h40 : projection du film « Viêt Nam, un passé à recomposer » (2021) de Juliette Galli
  • 19h40 – 20h00 : temps d’échange avec le public

Liens

Brice Fossard : Les Élites indochinoises et les secrets de l’Occident

Parution de la thèse remaniée de l’historien Brice Fossard. Présentation de l’éditeur.

Cet ouvrage analyse le processus de diffusion des sports et du scoutisme en Indochine et explique les raisons de leur succès auprès de certaines fractions des populations colonisées. En effet, ces associations culturelles, d’abord réservées aux coloniaux avant la Grande Guerre, sont rapidement investies par les nouvelles élites indochinoises entre 1914 et la fin des années 1920. L’ouvrage présente ces nouvelles élites, politiques, économiques et culturelles qui élaborent des stratégies très différentes pour transformer leur société et modifier le rapport de force colonial grâce à l’irruption d’un nouvel acteur dans le champ politique, la jeunesse. L’administration coloniale tente alors d’encadrer ces activités au moment où la présence de la France est la plus contestée. Mais, des tentatives de développement autonome, en dehors de la tutelle coloniale, commencent à apparaitre dès 1925 dans le paysage sportif avant de gagner les troupes scoutes. 

L’enjeu historique de cette étude est de comprendre comment ces loisirs ont contribué à former une partie de la jeunesse autochtone, majoritairement urbaine et lettrée en français, et d’envisager le rôle de ces mouvements et activités dans la formation d’un nationalisme vietnamien moderne.

Brice Fossard est Membre associé au CRHIM (Lausanne) et membre de la Société Française d’Histoire du Sport.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/les-elites-indochinoises-et-les-secrets-de-loccident/

Pierre-Emmanuel Bachelet : Bateaux-pigeons et quartiers japonais – présentation de l’ouvrage – 24 mars 2022

A ne pas manquer !

La Section des Études vietnamiennes de l’UFR LCAO de l’Université Paris Cité est heureuse de recevoir Pierre-Emmanuel Bachelet, à l’occasion de la publication de son livre Bateaux-pigeons et quartiers japonais : Une microhistoire régionale des relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (fin xvie-début xviiie siècle), aux Éditions Maisonneuve & Larose / Hémisphères Éditions, dans la collection “Asie en perspective”, co-dirigée par Emmanuel Poisson et Eric Guerassimoff.

Résumé de l’ouvrage

A partir du milieu du XVIe siècle, la piraterie sino-japonaise ferme les portes du marché chinois aux marchands japonais. Ces derniers se tournent alors de plus en plus vers le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Cette proximité entre Japon et Đại Việt en fait des partenaires privilégiés. Leurs relations jouent un rôle majeur dans le renforcement politique des Etats en présence et conduit à l’émergence, dans les ports vietnamiens, de communautés japonaises occupant une fonction centrale d’intermédiation entre Européens et autorités vietnamiennes.

Cet ouvrage explicite les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et analyse les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite. A partir d’une analyse minutieuse des mouvements en mer de Chine, il restitue une connexion régionale de grande importance, au cœur de la première mondialisation des échanges.

Il présentera son travail et les coulisses de l’écriture de son livre le jeudi 24 mars 2022, de 17h à 18h30 en ligne, via ZOOM.

Séminaire d’actualité scientifique ouvert à toutes et tous. Pour vous inscrire et recevoir le lien Zoom, merci d’adresser un simple mail à marie.gibert@u-paris.fr.

Source : https://u-paris.fr/lcao/seminaire-dactualite-de-la-recherche-en-etudes-vietnamiennes/

François Joyaux : Nouvelle histoire de l’Indochine française

Avis de parution. Présenté comme LE livre définitif sur l’histoire de l’Indochine française, l’historien François Joyaux propose une synthèse géopolitique de cet angle de l’Asie. Présentation de l’éditeur.

​L’histoire de l’Indochine française est bien connue : elle commence avec la conquête, dès 1858, de la Cochinchine, puis du Cambodge, du Tonkin, de l’Annam et enfin du Laos ; voit apparaître des mouvements indépendantistes et se dessiner des figures emblématiques, tel Ho Chi Minh au Vietnam ; et se termine par les accords de Genève qui mettent un terme à la guerre en 1954.

Mais le présent ouvrage aborde ce pan de notre passé sous un angle résolument novateur. Adoptant une démarche géopolitique, il révèle que cette partie de l’Extrême-Orient a avant tout été la scène d’un conflit permanent pendant près d’un siècle entre la France colonisatrice et la Chine suzeraine – que cette dernière ait été impériale, républicaine ou communiste. En outre, progressivement, d’autres grandes puissances ont elles aussi développé leurs ambitions politiques et économiques dans cette zone du continent asiatique : l’Angleterre, l’URSS, puis le Japon et les États-Unis. Cette analyse des relations internationales n’exclut cependant en rien l’étude des facteurs internes du conflit, et l’auteur revient notamment sur l’influence prépondérante des Missions catholiques, de la Marine, des Républicains et, surtout, des francs-maçons dans le processus expansionniste.

D’une plume maîtrisée et efficace, François Joyaux nous propose donc une synthèse globale et totalement neuve sur près de cent ans d’histoire coloniale, des premières implantations en Asie jusqu’à la disparition définitive de l’Indochine française après la défaite de Dien Bien Phu. Un livre indispensable.

François Joyaux, professeur des Universités, spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Extrême-Orient, a enseigné à l’Institut national des langues et civilisations orientales, à Sciences Po et à la Sorbonne. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur l’Indochine, la Chine et les relations internationales en Asie. Il a publié chez Perrin, en 2019, une biographie consacrée à Nam Phuong, la dernière impératrice du Vietnam.

Source : https://www.lisez.com/livre-grand-format/nouvelle-histoire-de-lindochine-francaise/9782262088019

Les retours du passé : les souvenirs qu’ils n’auraient pas dû avoir – France Culture

La Série Documentaire (LSD) sur France Culture propose un retour sur les derniers témoins et survivants de l’univers concentrationnaire nazi. Présentation.

Comment penser la place du passé et la marque du XXème siècle dans nos sociétés européennes ?

À l’heure où le passé est parfois  convoqué à des fins politiques, nous sommes ​allés enregistrer sur les traces de l’Histoire principalement en Europe Centrale, dans l’épicentre des destructions de la seconde guerre et de l’extermination de masse des juifs. Sur les lieux, plusieurs générations décrivent leur confrontation souvent douloureuse mais toujours nécessaire avec le passé.

À Varsovie dans les ruines du ghetto, à Vienne dans la mémoire d’un des derniers témoins, sur le sol d’Auschwitz-Birkenau parsemé de fleurs, en Hongrie avec l’écrivain Peter Nadas et les souvenirs qu’il “n’aurait pas dû avoir”, le passé fait retour et prend mille et un visages.

Souvenirs, hantises, quête de traces, reconstitutions et fictions composent le terreau varié et complexe d’un nouveau travail de mémoire. Comme le constate Georges Didi Huberman, de “ce multiple en éclats, il peut naître aussi quelque chose, pour peu qu’une voix s’élève, qu’une écriture prenne le relais”.

Une série documentaire de Christine Lecerf, réalisée par Franck Lilin.

Épisode 1 : Exercices de Mémoire

Que se passera-t-il quand les derniers témoins ne seront plus là ? Quand ils ne pourront plus dire : j’y étais ? Pour nous qui venons après, ils se souviennent….

Épisode 2 : Mémoire des lieux

De quoi se souviennent les lieux ? Des centaines de corps gisent sous les maisons de Varsovie. Des milliers d’os parsèment les champs de Birkenau.

Épisode 3 : Mémoires en héritage

Comment vivre avec un passé que nous n’avons pas vécu et qui pourtant nous hante ? Occulter, endurer ou travailler les souvenirs, quel que soit le chemin…

Épisode 4 : Ecrire l’histoire

Comment écrire l’histoire? Écrivains et historiens traversent la même expérience. La forme est essentielle. Trouver les mots, le ton juste, le bon geste.

Source : https://www.franceculture.fr/emissions/serie/les-retours-du-passe

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search