Lý Tống, disparition de « l’Aigle Noir » (1945-2019)

La communauté vietnamienne exilée évoque la disparition de l’aviateur Lý Tống, alias Aigle Noir, son héros anticommuniste surnommé « le James Bond vietnamien ». Nous avions consacré quelques pages sur les actions de subversion de Ly Tong dans notre mémoire de maîtrise et nous l’avions rencontré à Montréal en 1999. Lire le parcours de ce personnage téméraire et haut en couleurs dans les articles ci-après.

Hoài Hương, « Lý Tống, ‘James Bond Việt Nam,’ qua đời ở tuổi 73 », VOA, 07/04/2019.

« Lý Tống, người hùng cướp máy bay để chống chủ nghĩa cộng sản, từ trần », RFA Vietnam, 08/09/2019.

Phụng Linh Gửi đến BBC từ Nam California, « Lý Tống, phi công Ó Đen của VNCH qua đời », Hai Ngoai Phiem Dam, 06/04/2019. Orange County Register có bài « Ly Tong is a hero, symbol, renegade », và còn nhiều bài khác nữa. Cũng không thiếu người cho Tống là kẻ ngông cuồng, nhưng điều ai cũng đồng ý là không mấy ai quyết lòng theo đuổi tưởng chống Cộng đến cùng như ông.

« Anh hung Ly Tong qua doi, » Thoi Bao The Vietnamese Newspaper, 07/04/2019.

« Lý Tống ! Anh Là Ai ? Một Thời Oanh Liệt », Tin Hôm Nay, 22/05/2012. Récapitulatif.

Ly Tong, South Vietnamese Legend Who Hijacked Planes to Fight Communism, Dies at 74

Ly Tong, a South Vietnamese Air Force veteran who dropped anti-Communist leaflets over Vietnam from hijacked planes long after the war’s end, playing out the fantasies of many defeated soldiers of the south, died on Saturday in San Diego. He was 74. His family said the cause of death was lung disease. A man who never accepted defeat, Mr. Ly Tong considered it his personal mission to take back his country from the Communists, who have ruled it since winning the Vietnam War in 1975.

“I have the duty to liberate my country!” he exclaimed in an interview more than 30 years later. “You cannot enjoy yourself when your whole country is in pain, in torture.”

Mr. Ly Tong became a hero to many Vietnamese refugees in 1992, when he hijacked a commercial airliner after takeoff from Bangkok, ordered the pilot to fly low over Ho Chi Minh City — known as Saigon, South Vietnam’s capital, before the Communist victory — and dumped thousands of leaflets calling for a popular uprising. He then strapped on a parachute and followed the leaflets down to certain capture. He was released six years later in an amnesty and returned to the United States, where he had become a citizen after the war.

In 2000, under the guise of taking flying lessons in Thailand, Mr. Ly Tong made a second trip over Ho Chi Minh City, sending down a new cascade of leaflets, which he had signed “Global Alliance for the Total Uprising Against Communists.” He was arrested on his return to Thailand and spent six years in prison for hijacking. He was not armed, and no one was hurt on either of his flights. “The only thing that matters is the Communists still control my country,” he shouted through a double screen of wire mesh during an interview at Bangkok’s central jail. “I’m a pilot. This is what I can do.” He timed his second flight to coincide with President Bill Clinton’s historic visit to Vietnam, the first by an American president since the end of the war. Soon after Mr. Ly Tong scattered his leaflets, Mr. Clinton was in Hanoi, the capital, where he delivered a very different message: “The history we leave behind is painful and hard. We must not forget it, but we must not be controlled by it.”

As the years passed and a new generation of Vietnamese-Americans accepted the unsentimental facts of history, the veterans’ fantasies of liberation became relics of that distant war. But at the end of his life, it became clear that the legend of Mr. Ly Tong — who proved time and again his loyalty to a country that no longer existed — still compelled devotion. As word spread that his health was failing, visitors converged on his hospital room in San Diego — as many as 200 people on one recent weekend.

Écouter la suite sur : YouTube

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam Faculty of Sociology, Bielefeld University – ERC

Annonce de recrutement de deux jeunes docteur.es
dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’ERC.

2 Phd-plus positions available in ERC-funded research project

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam

Faculty of Sociology, Bielefeld University

We are recruiting 2 Phd-plus positions for the European Research Council (ERC) funded project Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam led by Minh Nguyen, Professor of Social Anthropology. This is a 5-year research project (2019-2024) that comparatively examines the moral dynamics of welfare transformations in China and Vietnam through the case of migrant workers employed by global factories. The project will take into account how these dynamics play out both in policy processes and in the lives of the workers and their families, through comparative social policy analysis (1 post-doc researcher) and ethnography (2 PhD researchers).

The two PhD researchers will each conduct an ethnographic study of migrant factory workers’ welfare, one in China and one in Vietnam. Upon successful completion of the PhD, there is possibility to be employed as post-doc researchers until the end of the project (hence PhD-plus).

Applicants should have research proposals that suit the objectives and approaches of the project. These are available at the project’s website, which is still under construction but carries essential information: http://www.uni-bielefeld.de/soz/welfarestruggles/index.html.

Application deadline: May 2nd.

The appointment will start as soon as possible.  For more information on requirements, salary and benefits, and how to apply, please see the job advertisement

Here is a link to all the project’s job advertisements on H-Net: https://www.h-net.org/jobs/job_display.php?id=58466

Please direct inquiries to minh.nguyen@uni-bielefeld.de; applications should be sent to sekretariat.nguyen@uni-bielefeld.de

Ethnologues en situations coloniales – Les Carnets de Bérose 11

L’ouvrage Ethnologues en situations coloniales, coordonné par Christine Laurière et André Mary vient de paraître. Il est en libre accès en cliquant sur l’image ci-dessous.

Deux textes concernent l’Indochine :

  • Laurent Dartigues, « Paul Mus et l’expérience de la guerre. La pensée d’un orientaliste sur la violence de la situation coloniale »
  • Yves Goudineau, « Conscience métisse et ethnographie minoritaire. Georges Condominas face à la désintégration coloniale et à la guerre du Vietnam »

Guillaume Zeller : Les cages de la Kempeitaï – Les Français sous la terreur japonaise. Indochine, mars-août 1945

Parution d’un ouvrage sur le sort relativement méconnu des Français après le coup de force japonais du 9 mars 1945 en Indochine. Présentation de l’éditeur.

9 mars 1945. Les Japonais s’emparent de l’Indochine française alors que l’issue de la guerre du Pacifique en faveur des Alliés ne fait plus le moindre doute. Après ce coup de force, ponctué de nombreux massacres, des milliers de Français, civils ou militaires, sont déportés dans des camps, incarcérés dans des prisons ou assignés à résidence.

Ces hommes et ces femmes connaissent des conditions de détention effrayantes dans les cachots et bagnes qui jalonnent la péninsule du nord du Tonkin jusqu’au sud de la Cochinchine. Sous la surveillance de la Kempeitaï, surnommée la « Gestapo japonaise », ils participent à des travaux harassants, souffrent de la faim et de la soif, subissent coups et tortures quand ils ne sont pas entassés dans des cages à tigres fétides d’où ils ne voient jamais le jour.

On estime que plus de 3 000 Européens sont morts pendant cette période. Les rescapés, dont les grands-parents de l’auteur, ont toujours été convaincus de ne devoir la vie qu’aux explosions nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki. Ces Français du bout du monde demeurent pourtant oubliés, écrasés entre la libération de la métropole et la guerre d’Indochine qui s’annonce, quand ils ne sont pas soupçonnés de complaisance envers le régime de Vichy. Plus de 70 ans après, il est temps que cette tragédie occupe sa juste place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller est journaliste. Il a été directeur de la rédaction d’i-Téléet de Direct 8. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine. Aux éditions Tallandier, il a déjà publié Oran, 5 juillet 1962. Un massacre oublié (2012) et La Baraque des prêtresDachau, 1938-1945 (2015).

Source : Tallandier

Lê Huu Khoa : « Champs de discussion » en vietnamien – 2016

Avec son aimable autorisation, nous publions les résumés des 20 ouvrages/argumentations publiés en vietnamien en accès libre sur Google Drive. Professeur d’anthropologie et de sociologie de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, Lê Huu Khoa dirige le Master Asie Pacifique de cette université. A travers ces textes, il propose une réflexion engagée sur le présent et le devenir du Viêt-Nam. Les résumés sont publiés en quatre billets selon l’ordre chronologique (2016-2017-2018 et 2019) et sont accompagnés du lien vers l’ouvrage en vietnamien .

VÙNG KHẢ LUẬN
Lê Hữu Khóa

NHÂN LUẬN (L’argumentation humaine) 
Paris, Anthropol-Asie, 2016, 174 p.

A partir des investigations de terrain sur la société vietnamienne actuelle où les dégradations de trois éducations de base : éducation familiale, éducation scolaire et éducation sociale vont de pair avec les trois crises : économique, politique et institutionnelle, l’ouvrage propose de revenir dans un premier temps sur le sens humain dans la culture vietnamienne et trois de ses doctrines de base : Bouddhisme, Confucianisme et Taoïsme, en perdition dans la transmission intergénérationnelle. L’objectif direct de l’ouvrage cherche à examiner la crise de confiance profonde entre le régime totalitaire du parti unique gérée par le PCV-Parti Communiste Vietnamien et le peuple vietnamien où les mouvements sociaux de la société civile sont actuellement violemment réprimés.

De la recherche empirique à l’analyse sociétale, l’ouvrage tente aussi de saisir l’émergence des mouvements sociaux non seulement pour la démocratisation du pays mais également dans l’engagement de nombreux groupes sociaux pour les Droits de l’Homme, en s’appropriant les expériences des pays occidentaux sans oublier les mouvements sociaux actuels de même nature en Chine. Chemin faisant, l’ouvrage entre profondément dans la problématique de perte totale de confiance du peuple vietnamien envers le PCV actuellement complètement dépendant du PCC-Parti Communiste Chinois, où cette dépendance menace d’ores et déjà l’indépendance nationale et son intégrité territoriale avec les agressions chinoises permanentes sur la frontière terrestre et surtout sur les îles vietnamiennes. Et, dans le déroulement du scénario d’une occupation chinoise sur le Vietnam, au sillage d’une colonisation chinoise du type tibétaine, les mouvements sociaux pour la démocratie et pour les Droits de l’Homme sont à l’heure actuelle fortement renforcés par d’autres nouveaux mouvements contre l’injustice sociale venant de la dictature du PCV et de la corruption de ses dirigeants qui déplacent déjà leurs fortunes corrompues à l’étranger, notamment vers les Etats-Unis.

De la sociologie empirique enracinée sur la réalité du terrain à la sociocritique sur les institutions étatiques avec leurs administrations qui s’enfoncent jour après jour dans des graves crises sociales, l’ouvrage s’avance vers d’autres enquêtes nouvelles sur les modes de répressions variant entre des attentats aux assassinats de la police vietnamienne dirigée par le PCV, avec tout un mécanisme de propagande fondé sur ses mensonges, ses tricheries, ses manipulations de l’information sur la scène internationale en cachant un grand nombre de : prisonniers de conscience, victimes des nouvelles méthodes et pratiques de la torture, inédite dans les recensements habituelles des ONGs en lutte pour les de Droits de l’Homme.

★ ★ ★

DUYÊN LUẬN (L’argumentation relationnelle)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 117 p.

Plusieurs enquêtes de terrain ont été réalisées, sur la construction complexe du lien dans la société vietnamienne actuelle, des relations familiales et amicales aux rapports professionnels et quotidiens face à la crise de confiance envers des institutions publiques et le système éducatif actuel où la violence sociale envahit en renversant l’apprentissage des valeurs ancestrales et la transmission des éthiques communautaires déterminantes dans la croyance collective à travers l’histoire du Vietnam. L’ouvrage est constitué d’abord autour d’une notion clé de la culture vietnamienne : duyên où la chance de rencontre avec autrui comme l’union des conditions favorables qui réorientent l’existence vers des suites positives, déterminant ainsi la compréhension des deux autres notions centrales dans cette culture : phận (le sort) et kiếp (le karma).

L’analyse qui conditionne l’architecture de l’ouvrage se fixe sur une typologie large du lien familial au lien amical, en s’avançant peu à peu vers le lien effectif qui se complexifie entre les relations sentimentales, amoureuses et intimes qui perdurent dans la promesse jusqu’à l’engagement personnel et interpersonnel où le lien se vit comme valeur, exige un prix plutôt insondable, voire le sacrifice pour que la chance de rencontre se vit paradoxalement à la fois comme faveur et dette. De la sociologie de la culture vietnamienne à la sociologie du lien qui peut transformer une rencontre éphémère en lien durable, les Vietnamiens vénèrent la faveur comme chance de la vie en positivant en même temps la dette comme une autre chance de rencontre, réservée uniquement aux êtres éthiques chanceux.

L’ouvrage se structure réellement sur les adages, les dictons, les maximes, les proverbes, sans oublier les chants populaires omniprésents dans cette culture, par exemples : công cha, nghĩa mẹ, ơn thầy (œuvre du père, sacrifice de la mère, faveur du maître) ; không thầy học bạn (sans maître on apprend avec ses amis) … Ici, un ami, voir un inconnu peut parfaitement être maître quand il  change positivement la construction d’un karma, d’où la condition qu’un lien exige le partage absolu : đồng cam cộng khổ (partager les épreuves, partager les vicissitudes), đồng hội đồng thuyền (dans le même festin au succès, dans la même barque à l’échec) ; hạt muối cắn làm đôi (partager en cassant le grain de sel en deux).

★ ★ ★

KIẾP LUẬN (L’argumentation karmique)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 102 p.

La notion kiếp (le karma) détermine, selon la croyance collective à la vietnamienne, en amont le déroulement d’une existence et se vit comme une fixation sur l’impossibilité de changer son sort dans le temps comme dans l’espace des relations sociales, où la prédestination personnelle conditionne chaque circulation sociale de l’individu. L’ouvrage se construit en revanche sur la contradiction éducative dans cette culture qui valorise paradoxalement l’obéissance de l’autorité parentale comme con cải cha mẹ trăm đường con hư (l’enfant qui contredit ses parents sera certainement l’enfant raté) qui a son contraire cha mẹ sinh con, trời sinh tính (les parents font naître l’enfant mais c’est le ciel qui lui donne le caractère) afin de valoriser ouvertement con hơn cha là nhà có phúc (l’enfant qui dépasse le père est la chance de la famille).

L’individualité contre l’autorité parentale permet également d’examiner les divers rapports de force entre l’éducation familiale, l’éducation scolaire et l’éducation sociale où la logique événementielle des interactions sociales renverse la logique chronologique du déroulement linéaire des parcours sociaux de l’individu. Le choix des parcours de l’individu dans sa combinaison des trajets dans le système éducatif, des correspondances dans la recherche des qualifications et des diplômes qui conditionnent les arrêts dans la promotion sociale ainsi que les terminus dans le bilan d’une vie ; ici l’individualité sociale raconte ses enjeux face à la mobilité sociale ainsi que ses jeux face à ses calculs d’ascension sociale à travers la construction de sa personnalité.

L’ouvrage approfondit aussi l’opposition entre mệnh trời (la volonté du ciel) comme l’autorité absolue et la volonté individuelle ý chí (la volonté personnelle) dans l’éducation vietnamienne. Ici, la sociologie des individualités s’oppose à la sociologie de la reproduction sociale -ou céleste- afin d’arriver directement à la contradiction ouverte entre số phận (le sort karmique prédéfini) et enchaînement des forces personnelle dans un jeu sémantique d’une langue vietnamienne monosyllabique : ý nguyện (idée de rêver) –ý định (idée de fixer) –ý muốn (idée de vouloir) –ý đồ (idée de calculer) –ý lực (idée de forcer).

★ ★ ★

NGHỆ LUẬN (L’argumentation artistique)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 124 p.

L’ouvrage propose d’examiner le lien syllabique à travers le triple lien artistique, professionnel et social de l’individu : nghề (le métier), nghệ (l’art), nghiệp (le karma) en analysant le parcours de la chanteuse Thái Hiền, où l’investigation vérifie la fusion parfaite de ces trois problématiques personnelles et terminologiques. De l’environnement éducatif familial à la construction des investissements personnels, l’individu reste bénéficiaire du succès parental mais aussi victime de l’échec de son groupe familial ; du milieu social d’origine à la relation professionnelle, l’individu profite des avantages matériels et symboliques de son réseau d’affinité mais perd en même temps ses libres circulations sociales, essentielles dans la construction de la maturité de la personne.

L’ouvrage s’avance dans l’espace artistique et professionnel en découvrant l’espace social réduit de l’individu et son espace intime où sa liberté personnelle est souvent sacrifiée par la triple exigence de son métier, de son art et de son existence propre. Ainsi, chaque fois l’individu perd un proche (mère, père, frère aîné…) décisif pour sa carrière, cet individu voit réellement la décomposition de sa propre vie, et au-delà de la perte des proches, il perd peu à peu l’ensemble des réseaux d’affinité, de proximité, de solidarité, d’entraide… souvent déterminant pour la résistance, voire la survie de l’individu.

© Lê Huu Khoa

[à suivre]

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Université Paris Diderot, 28 mars 2019

L’Université Paris Diderot accueillera Marie de Rugy ce jeudi 28 mars 2019 pour une présentation de son ouvrage Aux confins des empires, Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, 312 p.

Marie de Rugy présentera son travail et les coulisses de l’écriture de son livre le jeudi 28 mars 2019, de 17h à 18h30, dans la salle 165 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot. Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous. Affiche ci-dessous.

Présentation éditeur :

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Page institutionnelle de Marie de Rugy (en post-doctorat à l’Université de Cambridge).

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire « Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est », coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration « à la une » : Sourire khmer par Sera © Dargaud

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge