Trần Thiện Đạo (1933-2017)

[ndlr] Annonce du décès de Trần Thiện Đạo le 25 novembre 2017 à Villejuif à l’âge de 85 ans.

Né au Viêt-Nam en 1933, il résidait et enseignait en France (et en Angleterre) depuis 1950. A la fois traducteur méticuleux des philosophes existentialistes (Camus, Sartre…) et critique littéraire, il a publié une dizaine d’ouvrages à Saigon avant 1975. Ses traductions ont été régulièrement éditées dans la revue Văn entre 1964 et 1975. Dans les années 1990-2000 a continué à rédiger des articles sur la littérature et la philosophie notamment pour la revue intellectuelle Hợp Lưu (Fountain Valley, Californie). Il était connu sur sa vision « rigoriste » de la traduction qui doit savoir intégrer les forces et les faiblesses du style des auteurs.

FG

Quelques-unes de ses traductions :

  • Cậu Hoàng Con (Le petit prince) của Antoine de Saint-Exupéry
  • Giao Cảm (Noces) của Albert Camus
  • Bề Trái Và Bề Mặt (L’envers et l’endroit) của Albert Camus
  • Sa Ðọa (La chute) của Albert Camus
  • Kín Cửa (Huis Clos) của Jean-Paul Sartre
  • Phấn Ðấu Cho Một Nền Tiểu Thuyết Mới (Pour un nouveau roman) của Alain Robbe-Grillet
  • Im Lặng Của Biển Cả (Le silence de la mer) của Vercors
  • Zadig của Voltaire
  • Ao Quỷ (La mare au diable) của George Sand

Pour en savoir plus :

Page hommage de la revue Dien Dan – Forum

Bảo Bình, Dịch giả kì cựu Trần Thiện Đạo qua đời, Thể thao & Văn hóa, 28/11/2017.

Nguyễn Quỳnh Trang, Dịch giả Trần Thiện Đạo: Phải tôn trọng văn phong của tác giả, Tuoi Tre, 09/01/2007 (theo Thể thao & Văn hóa).

Lire l’interview accordée à Thụy Khuê en 2000 : Nói chuyện với dịch giả Trần Thiện Ðạo

Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

[ndlr] Annonce officielle.

Le colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Continuer la lecture de Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

[ndlr] Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition de Jean Maïs à l’âge de 82 ans. Père au sein de la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP), il est resté jusqu’à son dernier souffle un infatigable chroniqueur du Viêt-Nam contemporain dans la revue en ligne Églises d’Asie. Ses chroniques qui mériteraient d’être éditées forment un corpus de connaissances incomparables sur l’état et l’évolution de la société vietnamienne. Jean Maïs avait le Viêt-Nam en lui, riche de son expérience heureuse puis tragique (il fut incarcéré pendant neuf mois en camp de rééducation en 1975). Un grand spécialiste de ce pays s’en est allé, en silence, avec sa modestie légendaire.

FG

Reproduction ci-après d’un extrait biographique publié sur Églises d’Asie :

Missionnaire au Vietnam, ad vitam

Né le 14 janvier 1935 à Château-Salins (Moselle), Jean Paul Félix ressent très tôt qu’il est appelé à devenir prêtre. Admis au Séminaire des Missions Etrangères en 1954, ordonné prêtre le 21 décembre 1961, il poursuit des études en lettres classiques à l’université de la Sorbonne avant de partir pour la mission de Nha Trang, au Vietnam, le 1er septembre 1966.

A son arrivée au Vietnam, le P. Maïs étudie la langue vietnamienne à Ham Tân, dans la province de Binh Tuy, pendant deux ans. Par la suite, il enseigne le français à l’Université catholique de Dalat et la philosophie en classe terminale de l’école d’Adran, jusqu’en 1975. Il contribue alors à la formation de nombreux responsables pastoraux actuels.

Arrêté par les autorités communistes alors qu’il circulait en moto, le P. Maïs est retenu en rééducation dans la forêt de Rung La et dans la prison de Ba Ria, d’avril 1975 à janvier 1976. Considérablement amaigri à sa libération, il est expulsé du pays quelques mois plus tard, le 28 mai 1976.

Au service de l’Eglise catholique du Vietnam

De retour en France, il envisage pendant un temps de repartir en mission, au Japon cette fois-ci. En accord avec le Conseil Central des MEP, le P. Maïs renonce à ce projet, s’installe à Paris et consacre son temps aux réfugiés vietnamiens et à l’information concernant la situation ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Au service des réfugiés vietnamiens et de leurs familles, il fournit à ceux-ci une assistance aussi précieuse que diverse : aide pédagogique, accompagnement administratif, participation à des campagnes de plaidoyer et de sensibilisation, …

Discret et cultivé, il apporte sa collaboration à la revue Echange France-Asie et à l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris, Eglises d’Asie. Sa maîtrise de la langue vietnamienne, la fiabilité de ses informations et la pertinence de ses analyses en font un observateur attentif de l’actualité ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Une arche du « pont commencé » par les missionnaires MEP depuis 360 ans

Son nom vietnamien, Ngô Thành Mai, témoigne de ses aptitudes littéraires et de son goût pour les jeux de mots. Honorant ses origines et son pays de mission, il se choisit Ngô pour nom de famille, un patronyme particulièrement fréquent au Vietnam, qui signifie « maïs » (dans le nord du pays). Son prénom, Mai, le radical de son nom français, rappelle ses racines tandis que Thành, le nom supplémentaire, se traduit par « c’est-à-dire ». « Maïs, ce qui signifie Maïs » est la traduction littérale de son nom vietnamien. Il publie d’ailleurs, en 1977, un mémoire à l’Inalco intitulé Morphologie et structuration générale des référents personnels en vietnamien.

D’une grande humilité, il offre le témoignage d’une vie donnée fidèlement à la foi, au service de l’Eglise catholique du Vietnam. Travailleur infatigable, sa dernière dépêche, consacrée au prochain abandon de la politique du couple à deux enfants, a été publiée fin octobre 2017, quelques jours avant son admission à l’hôpital.

A lire dans : In Memoriam : décès du P. Jean Maïs, membre de la Société des Missions Étrangères de Paris, Rédacteur à Églises d’Asie

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956 [Exposition au SHD]

[ndlr] Annonce de la nouvelle exposition du Service historique de la Défense (Vincennes) sur l’Indochine coloniale.

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956

Du 13 novembre 2017 au 10 février 2018

A peine un siècle, c’est le temps écoulé entre les premières opérations de la conquête, et le retrait des dernières forces françaises du Sud-Vietnam. Entre ces deux dates la France installe, puis perd sa domination sur les territoires des républiques actuelles du Vietnam, du Cambodge et du Laos.  La Marine française joua dans cette aventure un rôle important, d’abord parce qu’elle fut le principal artisan de la conquête et du gouvernement des premières implantations ; ensuite parce que le ministère de la Marine fut également longtemps celui des Colonies. L’Indochine parue à ce point son domaine réservé qu’on parla longtemps de « l’Indochine des amiraux ».

Le Service historique de la Défense et l’institut de recherche IrAsia se proposent d’évoquer le rapport très particulier entre la Marine et la « perle de l’empire » à travers une présentation d’archives, d’images et d’objets conservés dans les collections et fonds d’archives du SHD.

Entrée gratuite.

Des visites guidées seront proposées.

Commissaires d’exposition : Cyril Canet (SHD/CHA, Vincennes), Quoc-Thanh Nguyen (IRASIA)

Partenaire : IrAsia

L’unité mixte de recherche IrAsia est née le 1er janvier 2012 de la fusion de l’IRSEA, « Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique », avec l’équipe LEO2T, « Littératures d’Extrême-Orient, Textes et Traduction ». L’unité regroupe des chercheurs du CNRS et des enseignants-chercheurs de l’université d’Aix-Marseille (AMU) au sein de la Maison Asie-Pacifique (MAP) installée sur le campus Saint-Charles de Marseille.

Service historique de la Défense – Château de Vincennes – Avenue de Paris – 94306 Vincennes Cedex. Métro Château de Vincennes

Pavillon du roi, 1er étage, salles d’exposition.

  • Lundi 13h00-17h00
  • Mardi au jeudi 9h00-17h00
  • Vendredi 9h00-16h00
  • Samedi 9h30-15h00
  • Fermeture les dimanches et les jours fériés

Source : SHD

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » – 24/11/2017

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire de recherche porté par l’ENS à Paris.

Le labex TransferS est heureux de vous annoncer l’ouverture d’un nouveau séminaire à l’École normale supérieure

« France-Vietnam : un portail entre les cultures », organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF)

La première séance se tiendra vendredi 24 novembre, de 17h à 19h, en salle Weil (ENS, 45 rue d’Ulm)

Périodiques Francophones d’Outre-Mer XXe-XXIesiècle : cas du Vietnam

par Franck Laurent et François Vignale, Université du Maine

L’objectif du projet PERFROM est de constituer un réseau de chercheurs travaillant, selon des approches diverses, sur la presse périodique en langue française hors d’Europe, des années 1830 jusqu’à nos jours. Le Vietnam constitue un terrain intéressant parce qu’en raison de la richesse et de la variété de sa production imprimée, il offre la possibilité de confronter sur un laps de temps court (1920-1940) l’ensemble des formes et des contenus propres à la presse périodique en situation coloniale.

Suivi par « Étude sur la revue Indochine hebdomadaire Illustrée« , présentée par Lê Ngoc Phu (étudiant à l’EPHE).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Le séminaire se tiendra un vendredi par mois. L’ensemble du programme sera prochainement disponible.

Source : TransferS

Dernières nouvelles du Viêt-Nam [presse]

[ndlr] Quelques articles à lire sur l’évolution de cette nation : liberté d’expression, maux sociaux et géopolitique.

AFP / Europe 1, « Vietnam : une chanteuse interpellée pour un slogan injurieux contre Trump« , Europe 1, 12/11/2017. L’artiste vietnamienne Mai Khoi a été interpellée après avoir brandit une pancarte injuriant Trump lors de son passage à Hanoï.

Bruno Philipp, « Face à la Chine, le repli de Trump inquiète le Vietnam« , Le Monde, 10/11/2017. Le retrait des États-Unis du Partenariat trans-Pacifique, zone de libre-échange contournant la Chine, est une très mauvaise nouvelle pour Hanoï.

David Hutt, « Down and out in Vietnam« , Asia Times, 04/11/2017. Depression, suicide and alcoholism are all on the rise as urbanization, job competition and failed expectations take a collective toll on the nation’s mental health

Kenneth Szabo, « Vietnam’s Skewed Sense of Social Justice« , Modern Diplomacy, 12/09/2017.

Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie« , Le Monde, 21/07/2017. Après des manifestations contre l’inaction du régime dans un scandale écologique, les arrestations se multiplient.

Vincent Degenon, « Vietnam : la répression des blogueurs s’intensifie« , News Bénin Web TV, 25/07/2017.

[autres nouvelles à suivre sur RFI ]

Image « à la une » : A Vietnamese woman weeps as she waits for news about a family member who went missing during a bridge collapse © AFP/ Stringer

Pham Xuan Thach : Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain – 01/12/2017

[ndlr] Annonce de la Section des Études vietnamiennes de Paris.

Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) est très heureuse de recevoir Pham Xuan ThachProfesseur à l’Université Nationale de Hanoi pour une intervention intitulée :

Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain

Comment écrire librement la guerre lorsque la guerre et l’écriture elles-mêmes sont des actes hautement idéologiques ? Pham Xuan Thach analysera deux figures de la littérature vietnamienne contemporaine : Bao Ninh dont l’unique roman, Le Chagrin de la guerre, demeure un des textes majeurs des années 1986-1991, et Nguyen Binh Phuong dont la création domine la scène littéraire depuis 1991. Quelles empreintes le réalisme socialiste a-t’il laissé dans l’œuvre de Bao Ninh ? Comment a-t-il dû combattre cette doctrine dominante pour forger son propre discours sur la guerre ? De quelle manière Nguyen Binh Phuong, quant à lui, a-t-il pu se libérer du cadre idéologique dont il est issu ? Plus généralement, dans quelle mesure la littérature vietnamienne a-t-elle pris congé des héritages du réalisme socialiste durant ces trois dernières décennies ?

Il interviendra le vendredi 1er décembre 2017, de 16h à 17h30dans l’amphi 4 de l’Inalco (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris).

Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous.

Soyez les bienvenus !

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 7

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Expériences métisses

Séance 7 : mercredi 15 novembre 2017– salle D4.024

Cette dernière séance du séminaire est consacrée à la question des métis en Indochine sous la colonisation française puis pendant la guerre du Viêt-Nam. En compagnie de Nastassia Sersté nous évoquerons les destins d’enfants métis à travers plusieurs œuvres, roman ou récits autobiographiques. Nous nous positionnerons ainsi du côté de celles et ceux qui furent marginalisés ou discriminés du fait de leur double appartenance culturelle ou sociale.

La seconde partie du séminaire, dédiée aux exposés oraux, reviendra sur la question du déroulement de la guerre du Viêt-Nam à travers l’expérience sud-coréenne et l’analyse du long documentaire de Ken Burns et de Lynn Novick qui a fait débat.

Nastassia Sersté est historienne, reçue à l’agrégation d’histoire en 2015. Elle a fait ses études en Belgique à l’Université catholique de Louvain. En 2016, elle a commencé son doctorat à l’Université de Rouen (France) dans le cadre du projet international et interdisciplinaire ChiBOW (Children Born of War – Past, Present and Future) soutenu par l’Union Européenne au sein du programme Marie Curie Horizon2020. Sa recherche porte sur les Enfants de la Guerre du Vietnam (1955-1975) accueillis en France, en particulier l’expérience de vie des enfants métis nés de père soldat étranger et de mère locale vietnamienne. Ainsi, son étude touche principalement aux domaines de l’histoire diplomatique, l’histoire internationale, l’histoire culturelle, l’histoire sociale et de moindre mesure l’histoire militaire. Sa méthodologie combine travail archivistique et Histoire orale.

★ ★ ★

Exposés oraux


  • Hwang Sok-Yong, L’ombre des armes, Paris, Éditions Zulma, 2003.

Exposé de Julia Fournier

Présentation de l’éditeur : Zulma

En pleine guerre du Viêt Nam, Ahn Yeong-kyu, jeune caporal de l’armée coréenne, est affecté à Da Nang, au département d’enquête des forces alliées. Il est chargé de la surveillance du marché noir, qui fait rage…


  • Documentaire The Vietnam War de Ken Burns & Lynn Novick, PBS en association avec ARTE France, 2017.

Exposé de Manon Barret

Site de l’éditeur dédié au film : PBS

Présentation du film documentaire à Columbia University : The Vietnam War: A Film by Ken Burns and Lynn Novick


★ ★ ★

Sources mobilisées :

Duyên Anh, La colline de Fanta, Paris, Pierre Belfond, 1989, ouvrage réédité par Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1995 (Traduit du vietnamien par Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault) et adapté au cinéma par Rachid Bouchared, Poussières de vie (1994), bande-annonce ci-dessous.

Kim Lefèvre, Métisse Blanche, Paris, B. Barrault, 1989, L’Aube poche, 1989, réédité chez Phébus, 2008.

Kien Nguyen, The Unwanted: A Memoir of Childhood, Boston, Little, Brown & Company, 2002. Ouvrage traduit en français sous le titre La nuit nous a surpris (Denoël, 2001).

 

Image « à la une » : photos de Kim Lefèvre et de Kien Nguyen enfants en couverture de leur récit autobiographique © DR

« The Killing Fields of Dr. Haing S. Ngor », film documentaire d’Arthur Dong [2015]

[ndlr] Le Centre Bophana à Phnom Penh diffusera le samedi 11 novembre 2017 le film documentaire consacré au Dr. Haing S. Ngor (1940-1996).

Samedi 11 novembre à 17h : Ciné Samedi

The Killing Fields of Dr. Haing S. Ngor

វាលពិឃាត វេជ្ជ. ហ៊ាំង ង៉ោ

 

Réalisé par Arthur Dong, 87min, 2015, version khmère.

Le film décrit la vie, le temps et l’assassinat du docteur Haing S. Ngor, acteur et humanitaire. Survivant du génocide Khmer rouge, il a réussi à s’échapper aux États-Unis où il a obtenu un Oscar pour son rôle dans La déchirure de Roland Joffé.

Entrée libre

Source : Bophana. Centre de ressources audiovisuelles

Image « à la une » : Haing S. Ngor dans le rôle de Dith Pran dans le film La Déchirure (1984) © DR

George J. Veith & Merle Pribbenow : The Return to War: North Vietnamese Decision-Making, 1973-1975

[ndlr] Parution en ligne d’une étude de George J. Veith et Merle Pribbenow sur la reprise de la guerre après les Accords de Paris de 1973.

Edited and Annotated by George J. Veith
Translations by Merle L. Pribbenow

November 2017

In support of the Cold War International History Project’s efforts to facilitate the release of historical materials from governments on all sides of the Cold War, we have compiled 80 primary source documents dealing with North Vietnam’s decision-making from the signing of the Paris Peace Accords in January 1973 until the end of the war, April 1975. The documents are appended to this Working Paper and accessible on DigitalArchive.org.

Much of this declassified information formed the basis for the book, Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975. This array of cables, memoranda, and directives provides a fascinating glimpse inside Hanoi’s choice in 1973 to return to war—despite having just signed the Paris Peace Accords. The files deliver insights into how the Politburo of the Vietnamese Workers’ Party, and its major command in the southern half of South Vietnam known as COSVN, viewed the situation after the accords. These documents clarify, to some extent, Hanoi’s decision to resume armed conflict in the south. They further outline Hanoi’s preparations in 1974 for launching a new offensive and the goals the Politburo wished to achieve, as well as the detailed military planning aimed at defeating South Vietnam. In the 1975 time-frame, the documents provide unique insights into how Hanoi’s military commanders managed the campaign that led to the rapid collapse of South Vietnam.

While this collection is voluminous, the author of and translator for this Working Paper did not include every document released by the editors of the volumes cited in the bibliography. We reviewed each document in various Vietnamese Communist publications, but only chose to translate those directly related to the fall of South Vietnam or those which provided information of broader and significant historical interest. Thus, many documents from the volumes of the Van Kien Dang series (a massive collection of nearly 40,000 pages of mostly internal Vietnamese Communist Party documents) were not translated and included in this Working Paper simply because they dealt with mundane party or economic affairs.

Although this set of documents cannot be considered definitive, it does provide one of the most detailed views of Vietnamese Communist decision-making ever unveiled for a specific period. However, the materials included in this study are almost exclusively documentary, as we chose not to incorporate information from the numerous memoirs, battle studies, or unit histories. We did, though, feature some secondary materials from the 1973 time-frame solely to help illuminate the thin documentary record on the Politburo’s decision to resume armed conflict in the South. While these other sources do generally agree on the Politburo’s review and approval process to resume the war, we suspect that the decision was not as smooth or unanimous as the Party portrays, especially after achieving a spectacular military victory in 1975.

Lire la suite : Wilson Center

Ou cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder au PDF en ligne :

George J. Veith is the author of three books on the Vietnam War, including Code Name Bright Light: The Untold Story of U.S. POW Rescue Efforts during the Vietnam War (1998) and Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975 (2013).

Merle Pribbenow is a former CIA officer who served in Vietnam from April 1970 to April 1975, and is the translator of Volume 2 of the history of the People’s Army of Vietnam, which was published by the University of Kansas Press as Victory in Vietnam: The Official History of the People’s Army of Vietnam, 1954-1975 (2002).

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge