1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », « La marche de la Jeunesse ».

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

« Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain »… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;

Projection rencontre : Finding Phong [19 juin 2018]

[ndlr] Projection d’un film de la réalisatrice Tran Phuong Thao.

Projection le mardi 19 juin à 20h00 au Luxy à Ivry-sur-Seine

La projection sera suivie d’une rencontre avec Loan Rocher (massothérapeute, psychothérapeute, transgenre), Tran Hai Hac (responsable du ciné-club vietnamien Yda), Nguyen Dac Minh (responsable de la section Sông Viet de l’UGVF), Nam Trân, responsable du MCFV, Nicole Trampoglieri (Présidente du Comité Choisy 94 de l’AAFV).

Finding Phong

De Phuong Thao Tran et Swann Dubus Mallet – Vietnam – 2018 – 1h32 – vo

Phong a grandi dans une petite ville perdue au centre du Vietnam. Depuis son plus jeune âge, elle s’est toujours considérée, souvent avec souffrance, comme une fille prise au piège d’un corps de garçon. Portrait touchant et plein d’humanité, Finding Phong est le récit délicat, sans fard ni fausse pudeur, d’une métamorphose, d’un changement de vie.

 

Lire aussi :

Jacques Mandelbaum, « Finding Phong » : face aux troubles du changement de sexe, Le Monde, 14/02/2018.

Nous étions ennemis [Présence protestante]

[ndlr] Une belle émission, en replay sur France TV pendant 6 jours. Présentation.

Cambodge, années 1970. L’arrivée au pouvoir de Pol Pot et des khmers rouges plonge le pays dans une terrible guerre civile, causant des millions de victimes. Les partisans du nouveau régime se livrent à un combat sans merci, pour écraser l’opposition. Deux hommes que tout opposait à l’époque reviennent aujourd’hui sur cette sanglante histoire.

Lien : https://www.france.tv/france-2/presence-protestante/527431-nous-etions-ennemis.html

Viêt-Nam, une journée de manifestation sans échos

[ndlr] Alors que de nouvelles manifestations à la fois contre le projet de loi sur les trois zones économiques spéciales (ajourné) et contre la loi sur la cybersécurité (adopté), se déroulent dans le pays, un problème de réseau internet a été mis en avant par les autorités vietnamiennes.

Selon ces dernières, la rupture d’un cable sous-marin empêche ou ralentit fortement l’utilisation d’internet en direction de l’international. Personne n’est vraiment dupe sur cette rupture soudaine le 16 juin, un jour avant cette journée de manifestation, comme le souligne le quotidien Nguoi Viet en Californie dont l’envoyé spécial se trouve à Saigon. En 2017, le cable dit AAG, long de plus de 20.000 km reliant le Viêt-Nam à l’Asie du Sud-Est et aux États-Unis a subi 4 ou 5 fois (selon les sources) des ruptures de cet ordre.

Les images qui nous parviennent des différentes paroisses de la province de Ha Tinh démontrent que la mobilisation ne faiblit pas. Partout ailleurs, les forces de sécurité, déployées en nombre, en uniformes ou en civils, ont empêché les manifestants de défiler. De nouvelles stratégies de mobilisation sont étudiées par les protestataires.

FG, MàJ 19/06/2018.

Voir :

Sur les manifestations du dimanche 17 juin 2018, voir la page dédiée sur le site de la BBC, programme en vietnamien :

Vidéos de la grande manifestation dans la paroisse Van Hanh, province de Ha Tinh.

Une pensée pour Bùi Văn Minh (1960-2018)

[ndlr] Notre ami Bùi Văn Minh nous a quitté la semaine dernière le 1er juin à l’âge de 58 ans. Je l’ai connu il y a trente ans alors qu’il était arrivé en France dans la vague des réfugiés boat people. Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et d’Aérotechnique, il était devenu ingénieur chez Renault. Travailleur acharné, il a reçu la médaille d’honneur du travail Argent en 2015, délivrée par la Préfecture du Val-de-Marne. Habité par le Viêt-Nam, Minh a été un des responsables du Comité culturel, organisateur du spectacle du nouvel an lunaire, au sein de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP). Ses funérailles se sont déroulées ce matin vendredi 15 juin 2018 au Crématorium d’Arcueil. Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches. Le sourire d’un jeune homme courageux, on pense à toi.

 

Merci à Hoàng pour la photo ©DR

FG

Vietnam : sur les réseaux sociaux, des images de manifestations violentes contre des Chinois [Le Monde]

[ndlr] Le journal Le Monde et d’autres médias français reviennent sur la situation préoccupante du Viêt-Nam. Résumé vidéographique des manifestations des 9 et 10 juin dernier.

Des centaines de manifestants ont défilé dans plusieurs villes du Vietnam, samedi 9 et dimanche 10 juin. A Hanoï, la capitale, la police a arrêté plus d’une douzaine de protestataires, dimanche. Toutes ces personnes protestaient contre un projet de loi créant des zones économiques spéciales pour les investissements étrangers afin de relancer l’économie dans trois provinces du pays. Dans ces endroits, les contraintes fiscales et administratives seraient moindres que dans le reste du Vietnam. Et selon les manifestants, les premiers bénéficiaires de ces zones ne seront pas les Vietnamiens mais plutôt les investisseurs chinois. Au printemps 2014, déjà, des manifestations contre la Chine s’étaient déroulées au Vietnam dans un contexte de tensions entre les deux pays au sujet des revendications chinoises sur la presque totalité de la mer de Chine méridionale. Le gouvernement vietnamien a décider de reporter le vote de ce projet de loi. Quelques jours plus tard, il a toutefois adopté une loi restreignant les libertés sur les réseaux sociaux et interdisant les appels aux rassemblements publics. (Source : YouTube)

Lire aussi sur la nouvelle loi contrôlant internet :

Benjamin Stora : « L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires »

[ndlr] Entretien intéressant avec Benjamin Stora dans La Marseillaise.

A l’occasion de la retraite universitaire de Benjamin Stora, le Mucem a accueilli cette semaine un colloque international rendant hommage à ses travaux. Mais la venue de cet historien spécialiste de la guerre d’Algérie a déclenché certaines indignations sélectives qui démontrent encore la nécessité de la construction d’un « récit commun ». Dans le but d’établir la vérité des faits et apaiser les mémoires.

Beaucoup de grands historiens on été engagés. Marc Bloch, contre le nazisme, Pierre Vidal-Naquet, Albert Soboul, François Furet ou encore Michelet qui était pour la Révolution française. Me faire le reproche d’être un historien engagé, c’est du coup aussi leur reprocher d’avoir été engagés pour la République, la résistance. L’engagement est une tradition française. A croire que ces gens-là ne connaissent pas l’histoire culturelle française. Il y avait d’ailleurs également des historiens engagés à droite ou l’extrême-droite comme Taine. Il y a un grand historien français engagé à droite, Raoul Girardet, qui était pour l’Algérie française. Il a produit des récits très intéressants sur l’histoire coloniale. Je ne vais pas les nier. Je les regarde même si je ne suis pas d’accord avec lui. L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires. Maintenant, la grande question consiste à approcher au plus près l’aspect scientifique avec les archives, les preuves, la cohérence du récit, donner la parole à tous les points de vue, les confronter… C’est cela le travail de l’historien.

[…]

Lire la suite : La Marseillaise, 02/06/2018.

Nguyen Nhu Kim : Ma guerre du Viêt Nam de 40 ans [parution 2017]

[ndlr] Annonce d’une nouvelle parution à caractère autobiographique que nous ajourons à la bibliographie du séminaire Mémoires d’Indochine.

Sous la plume d’une mère de famille, Nguyen Nhu Kim retrace 40 ans (1941-1981) de guerre puis d’exils d’une famille vietnamienne. Son récit débute avec la fondation du Viêt-Minh en 1941 et se termine par l’exil en 1981. L’auteur, dans ce récit à valeur de témoignage, replace les Vietnamiens au cœur des bouleversements du XXe siècle. C’est une nécessité qu’il annonce dans sa préface :

[…] je dois écrire ! Ecrire pour le million de victimes oubliées de la grande famine au Nord Viêt-Nam en 1945. Ecrire pour le quart de million de gens comme moi qui ont été chassés deux fois de leur pays en 1954 et « après 1975 ». Ecrire pour la vingtaine de millions de « perdants » habitant la République du Viêt-Nam en 1975 car les perdants n’ont pas le droit à la parole. Mais – ô ironie – y-a-t-il des gagnants vietnamiens au cours de notre guerre ? Peut-on parler de « vainqueurs des Etats-Unis » quand on reconnaît une perte d’un million de combattants contre environ 60.000 dans l’armée américaine ? Ecrire pour dénoncer l’absurdité d’une guerre aussi déséquilibrée. Ecrire pour le demi-million de disparus en Mer de Chine vers les années 1978-1980.

Ainsi, l’auteur entend briser le quasi-monologue occidental sur la guerre et souhaite pousser d’autres auteurs vietnamiens à sortir de leur « ghetto culturel » pour faire entendre une autre voix sur les déchirures internes. Espérons qu’il soit entendu.

FG

Vietnam passes cybersecurity law despite privacy concerns [Associated Press]

[ndlr] Alors que le gouvernement vietnamien est confronté aux protestations de la rue, il durcit une fois de plus sa loi sur l’utilisation d’internet, loi dite de la « Cyber-sécurité ».

HANOI, Vietnam (AP) — Vietnamese legislators on Tuesday passed a contentious cybersecurity law, which critics say will hurt the economy and further restrict freedom of expression.

The law requires service providers such as Google and Facebook to store user data in Vietnam, open offices in the country and remove offending contents within 24 hours at the request of the Ministry of Information and Communications and the specialized cybersecurity task-force under the Ministry of Public Security.

Addressing the Communist Party-dominated assembly before the vote, chairman of the Committee on Defense and Security Vo Trong Viet said the law is “extremely necessary to defend the interests of the people and national security”.

Viet said the law doesn’t contradict Vietnam’s commitments to multinational trade treaties such as the World Trade Organization and the Trans-Pacific Partnership, but he said there are exceptions on national security grounds.

He said requiring foreign companies to set up data centers in Vietnam may increase their operational costs, but it was necessary for the country’s cybersecurity and will facilitate the companies’ operations and user activities.

“When there are acts of violation of cybersecurity, the coordination in handling the violations will be more effective and more viable,” Viet said, without elaborating.

An estimated 70 percent of Vietnam’s 93 million people are online and some 53 million people have Facebook accounts.

Lire la suite : AP, 12/06/2018.

Voir aussi :

Viêt-Nam, Binh Thuân : après le réveil, la colère du peuple ?

[ndlr] La grande manifestation nationale du dimanche 10 juin 2018 s’est poursuivie le 11 juin dans un climat de violence dans la province de Binh Thuan. En particulier, à Phan Ri une explosion de colère a fait battre en retraite les forces de sécurité (CRS locaux) chargées  de la répression. Le siège de la Sécurité publique de la province de Binh Thuan a été incendié. Images et documentaires de VOA.

    Giáo sư Tạ Văn Tài: Biểu tình là ‘dấu hiệu cho nhà cầm quyền phải tỉnh ngộ

    Dân Bình Thuận cảnh báo ‘lại biểu tình’ nếu bị ‘truy bắt’

    Biểu tình ở Bình Thuận, chính quyền vỡ trận

    Biểu tình trên cả nước
    Image « à la une » © 2018 VOA

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge