Bui Tin : « De la reddition de Saigon à l’exil en France et à la dissidence » par Charles Antoine de Nerciat [2000]

[ndlr] A l’occasion du décès du dissident Bui Tin, nous reproduisons ci-après l’article biographique de Charles Antoine de Nerciat, rédigé pour l’AFP en 2000. Notez que Bui Tin réfutait en 2013 avoir recueilli la reddition du gouvernement de Saigon mais était seulement présent en tant que journaliste, témoin historique, et néanmoins le plus haut gradé de l’armée populaire sur les lieux. Sur son rôle voir l’interview de Mặc Lâm sur RFA (30/04/2013).

PARIS – Le colonel Bui Tin, de l’armée de Hanoi, a assuré sa place dans l’histoire lorsqu’il a recueilli, le 30 avril 1975, la reddition de Saigon, mettant ainsi avec éclat un point final à quelque 30 années de guerre au Vietnam. A vrai dire, c’est un peu le hasard qui a mis ainsi, ce jour-là, à la vedette cet officier dont les galons ont été gagnés dans les grandes batailles livrées par les troupes communistes de Ho Chi Minh contre le corps expéditionnaire français, d’abord, puis contre les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens.

« Ca s’est déroulé accidentellement », a-t-il observé dans une interview à l’AFP. « Je n’y vois aucun mérite ». Bui Tin était bien l’officier du rang le plus élevé à pénétrer dans le palais présidentiel de Saigon –rebaptisée, depuis, Ho Chi Minh Ville –, mais, s’il était là, c’était non pas comme chef d’une unité mais comme correspondant de guerre du Quan Doi Nhan Dan, le journal de l’armée. Aussi, une fois la brève capitulation accomplie, s’est-il retiré dans un coin pour rédiger son article. Son papier terminé, il s’est enfin laissé aller à la détente. Il était, a-t-il raconté, « dans un état d’exaltation ». Cet état d’esprit ne devait pas durer longtemps.

Photo publiée dans le Viet Bao Online en 2012 dans un article de Bui Tin sur la chute de Saigon, le 30 avril 1975 © DR

 

« La désillusion à l’égard du régime de Hanoi est survenue pour moi immédiatement après avril 1975 », a déclaré Bui Tin. « On nous parlait de réconciliation nationale et de clémence des vainqueurs. Et voilà que militaires et fonctionnaires du régime vaincu étaient expédiés, par centaines de milliers, dans des camps de rééducation, soumis à une politique bizarre de travaux forcés, de sévices et de bourrage de crâne. » Le comportement de la police à l’égard des « boat people » devait, lui aussi, révolter Bui Tin qui accuse les forces de sécurité de s’être fait payer de substantiels pots-de-vin pour laisser ces réfugiés quitter clandestinement leur pays, souvent à bord de bateaux surchargés. « C’était rançonner les gens en or ou en dollars. Pour les envoyer à la mort », dit Bui Tin.

Maintenant âgé de 73 ans, l’officier à la tenue et au casque verts de jungle qui a reçu la reddition du dernier président sud-vietnamien, le général Duong Van Minh — le « Grand » Minh, ainsi surnommé du fait de sa taille inhabituelle pour un Vietnamien –, avait commencé sa carrière de combattant révolutionnaire dans les tous débuts de la guérilla contre les forces françaises. En 1954, il était à Dien Bien Phu lorsque l’armée communiste de Ho Chi Minh, devenue une force redoutable, remporta une victoire éclatante sur les troupes coloniales françaises, mettant fin à la domination de la France sur le Vietnam. Puis, ce furent les longues et dures années de combats contre les troupes américaines et sud-vietnamiennes. Bui Tin y a pris part, soit comme chef d’unités combattantes, soit comme correspondant de guerre.

Mais, en 1990, le voilà qui prend le chemin de l’exil, et s’installe à La Courneuve, près de Paris. Par une coïncidence, c’est aussi en France que vit, en exil également, le Grand Minh, et les deux adversaires de 1975, le Nord-Vietnamien vainqueur et sûr de lui et le général sudiste vaincu, sont entrés en contact l’un avec l’autre. Le Grand Minh, âgé de 84 ans et souffrant, s’est retiré de la vie publique.

Bui Tin, au contraire, multiplie pétitions et déclarations, devenant une des voix les plus écoutées de la dissidence vietnamienne. Il vient de publier en France un livre, « Vietnam, la Face cachée du Régime » – une mise à jour d’un premier ouvrage publié en anglais en 1992. Comme dans son livre, Bui Tin a fait part à l’AFP de son indignation face à ce qu’il qualifie de « corruption » et « d’arrogance » de la part des dirigeants du Vietnam. Il s’est élevé contre la mise à l’écart par les successeurs de Ho Chi Minh, décédé en 1969, du célèbre général Vo Nguyen Giap, le héros de Dien Bien Phu qui, au fil des années, a perdu tous ses postes et doit se contenter d’un rôle de figuration occasionnel dans les grandes manifestations du régime.

Bui Tin a aussi réitéré de précédentes critiques contre l’occupation, de 1979 à 1989, du Cambodge par le Vietnam. « Cela a été l’enlisement, coûteux sur le plan moral comme sur le plan matériel, source d’isolement international pour le Vietnam », a-t-il jugé. « Il fallait aller au Cambodge pour en chasser le régime criminel des Khmers Rouges, puis remettre ce pays entre les mains de l’ONU et des pays voisins de l’ASEAN ».

« Tout cela fait que nous avons perdu un quart de siècle. 25 ans après notre entrée dans Saigon, le Vietnam est un pays à la traîne par rapport à ses voisins, et un pays sans liberté. » 

Par Charles Antoine de Nerciat – AFP, le 11 Avril 2000.

Lu également sur le site archivé de Patrick Guenin

 

En complément, l’interview de Bui Tin accordée à RFA le 30 avril 2013 dans laquelle il revient sur son rôle de témoin lors de la reddition du gouvernement de la République du Viêt-Nam au Palais de l’Indépendance à Saigon (30 avril 1975).


 

Illustration « à la une » : photo de Bui Tin, journaliste au Nhân Dân © DR

360 jeunes bouddhistes déjouent la répression policière contre le Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse [Quê Me]

[ndlr] Article sur le Mouvement laïc Famille Bouddhique du Viêt-Nam (Gia Đình Phật tử Việt Nam), une organisation éducative non-reconnue par la RSVN. Fondé sur le modèle scout en 1943 et affilié à l’Eglise bouddhique unifiée du Viêt-Nam (interdite en 1980 par les autorités communistes), le mouvement compte 300.000 membres dans tout le pays. Sa devise est « Bi – Trí – Dũng » (Compassion, Sagesse, Courage).

PARIS, 12 août 2018 (VCHR & BIIB) – La police et les autorités locales de Hué ont harcelé, intimidé et intercepté les membres du Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse (MBJ, Gia Đình Phật từ Việt Nam) qui organisaient leur Camp d’été annuel à Huế. Cette nouvelle vague de répression contre le MBJ confirme les sérieux doutes qui existaient sur les droits des groupes religieux non-enregistrés, comme l’Église Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) et son organisation pour la jeunesse, le MBJ, d’avoir des activités religieuses sous l’empire de la Loi sur les Croyances et la Religion.

Comme on le craignait, depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur les Croyances et la Religion en janvier 2018, les groupes religieux non-enregistrés sont devenus de plus en plus vulnérables. La loi ne considère que les groupes qui se sont enregistrés et ont obtenu la reconnaissance de l’État. Elle n’offre aucun cadre légal pour les activités des groupes religieux non-reconnus. Elle reprend par ailleurs le vocabulaire vague du Code pénal pour criminaliser les activités religieuses arbitrairement perçues comme « sapant la sécurité nationale »« nuisant à l’éthique sociale »« divisant les personnes suivant des croyances et des religions différentes », etc.. Selon de nouveaux décrets administratifs, les groupes religieux qui ont des activités sans avoir obtenu le certificat d’enregistrement prévu par la loi sont passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 30 millions de dongs (1130€) et des cadres chargés des questions religieuses ont été déployés dans tout le pays pour contrôler et punir ceux qui « violent la réglementation sur la religion ou les croyances ».

Lire la suite : Quê Me

360 young Buddhists escape Police repression to attend Summer Camp in Hue

PARIS, 12 August 2018 (VCHR – IBIB) – Police and local authorities in Hue harassed, intimidated and intercepted members of the Buddhist Youth Movement (BYM – Gia Đình Phật tử Việt Nam) as they organized the movement’s annual Summer Camp in Huế. This new crackdown on the BYM raises serious concerns about the rights of non-registered groups such as the Unified Buddhist Church of Vietnam (UBCV) and its member, the BYM, to conduct religious activities under Vietnam’s new Law on Belief and Religion.

Read more : Que Me

Dù bị Công an ngăn cấm, hăm doạ, đàn áp, 360 trại sinh Dũng-Hiếu-Hạnh Gia Đình Phật tử Thừa Thiên – Huế đã về Đất Trại Long Quang — HT. Thích Chí Viên cùng hơn 40 Huynh trưởng và Đoàn sinh Gia Đình Phật tử Khánh Hoà bái kiến Đức Tăng Thống Thích Quảng Độ

PARIS, ngày 12 tháng 8 năm 2018 (PTTPGQT) — Văn phòng Viện Hoá Đạo vừa chuyển đến Phòng Thông tin Phật giáo Quốc tế bài tường thuật của Gia Đình Phật tử Vụ về Trại Dũng – Hiếu – Hạnh tại Tu viện Long Quang, Huế, cùng cuộc bái kiến Đức Tăng Thống Thích Quảng Độ của Hoà thượng Thích Chí Viên, Chánh Đại diện Giáo hội Phật giáo Việt Nam Thống nhất (GHPGVNTN) tỉnh Khánh Hoà và hơn 40 Huynh trưởng, Đoàn sinh Gia Đình Phật tử Việt Nam (GĐPTVN) tại Thanh Minh Thiền Viện, Saigon.

Doc thêm : Quê Me (reportage photographique complet)

Image « à la une » : © 2018 IBIB

Disparition du journaliste dissident Bùi Tín (1927-2018)

[ndlr] Le plus célèbre des dissidents vietnamiens, ancien journaliste et colonel de l’armée populaire du Viêt-Nam, réfugié en France depuis septembre 1990, est décédé le 11 août 2018 à Montreuil à l’âge de 91 ans. L’annonce a été faite par la BBC. Une voix importante pour la compréhension du Viêt-Nam contemporain s’est éteinte.

Ouest-France avec AFP, Vietnam. Mort en France d’un ex-colonel et dissident, Ouest-France, 12/08/2018.

  • Nhà báo Bùi Tín: ‘Hoa Xuyên Tuyết chính là khát vọng tự do’, BBC Vietnamese, 11/08/2018. Hoa xuyên tuyết là loài hoa ‘mỏng manh’, nhưng ‘mạnh mẽ’ và ‘kỳ diệu’, khiến người ta có thể tưởng tượng, liên hệ đến khát vọng, ước muốn tự do của dân tộc mình vươn lên khỏi mọi sự đàn áp, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín, người vừa qua đời hôm 11/8/2018 ở Pháp, hưởng thọ 91 tuổi, chia sẻ với BBC vài tháng trước khi ông mất từ Paris.
  • Nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín qua đời ở tuổi 91, VOA, 11/08/2018. Ông Bùi Tín, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến, cựu phó tổng biên tập báo Nhân Dân, chứng nhân của thời khắc lịch sử 30 tháng Tư, 1975 tại Dinh Độc Lập trong tư cách phóng viên chiến trường, vừa qua đời lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11 tháng Tám, tại bệnh viện André Grégoire, Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi. […]
  • Nhà báo Bùi Tín qua đời, RFA Vietnam, 11/08/2018. Nhà báo Bùi Tín, cựu Phó Tổng biên tập báo Nhân Dân, cơ quan ngôn luận của đảng Cộng Sản Việt Nam, vừa qua đời vào lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11/8 tại bệnh viện Andre Gregoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi.
  • “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, RFA Vietnam, 11/08/2018. “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, nhà báo Tường An, một người thân thiết với nhà báo Bùi Tín nói như vậy với chúng tôi vào rạng sáng ngày 11-8 từ Paris.
  • Nhà Báo Bùi Tín Từ Trần, Viet Bao Online, 11/08/2018. PARIS, Pháp quốc — Bản tin BBC cho biết nhà báo Bùi Tín đã qua đời lúc 1:25 sáng, giờ địa phương ngày 11/8 tại bệnh viện André Grégoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp, hưởng thọ 91 tuổi.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’analyse du journaliste Hoàng Long et au blog de Bùi Tín sur VOA

MàJ 12/08/2018

Kien Giang Farmer Who Participates in June 10 Demonstration Deadly Injured During Police Interrogation

[ndlr] La blogosphère vietnamienne s’interroge sur le décès d’un citoyen vietnamien à la suite d’un interrogatoire policier. Ce fermier de 35 ans avait participé à la manifestation du 10 juin 2018 à Hô Chi Minh-Ville.

Defend the Defenders, August 3, 2018

Hua Hoang Anh, a farmer in Vietnam’s southern province of Kien Giang, who participated in the mass demonstration on June 10, 2018, was found dead after having beeninterrogated by the local police, Defend the Defenders has learned.

According to local activists, Mr. Hoang Anh, 35, died in the afternoon of August 2 on the way from his private residence in Binh Loi Village, Minh Hoa commune, Chau Thanh district to a district hospital.

Citing his cousin, an activist said that four police officers came to his house to interrogate him about his activities. His wife went to make tea for them and when she returned she saw him collapsed with some injuries in his neck and belly. The police officers and she took him to a local hospital wherehe died, possibly due to losing too much blood.

Police in Kien Giang said he had committed suicide.

Mr. Anh has participated in many protests since 2014 on various issues, including China’s violations in Vietnam’s sovereignty in the South China Sea, the environmental disasters caused by the illegal discharge of industrial waste by Formosa in the central coast, and most recently, two bills on Special Economic Zones and Cyber Security.

Since September 2017, police in Kien Giang havesummoned Anh many times for interrogation about his participation in peaceful demonstrations, however, he has denied their requests, said Buddhist follower Huynh Tan Tuyen from Ba Ria-Vung Tau province, with whom they had conversions in recent months.

Mr. Tuyen said they met each other on June 10 while security forces in Ho Chi Minh tried to detain them. Anh helped Tuyen and othersto escape thepolice, both previously having been beaten and dragged into a police car.

The days after the demonstration, both Tuyen and Anh were summoned by police in their localities, Tuyen said.

After Anh died, local authorities reportedly forced his family to burry him the next day, sending large numbers of police officers and plainclothes agents to Mr. Anh’s private residence in Minh Hoa Commune to block other activists to come to share sympathy to his family and gain information about his death.

Anh has been the second activist found dead after being interrogated by police since 2017. On May 2, police in Vinh Long province detained local Hoa Hao Buddhist follower Nguyen Huu Tan on allegation of “conducting anti-state propaganda” and on the next day, police informed his family that he had committed suicide during interrogation by using a letter opener of an interrogation officer.

Police brutality is systemic in Vietnam, according to a report of Human Rights Watch while the Ministry of Public Security admitted that 226 suspects and inmates died in police stations and detention facilities across the nation between October 2010 and September 2014.

The situation has not improved even after Vietnam ratified the UN Convention against Torture in November 2014 as dozens of people continue to die mysteriosly in custody. Human rights defender Nguyen Ngoc Nhu Quynh, Mother Mushroom,was imprisoned last year partly because she documented 31 cases of mysterious deaths in police custody.

Meanwhile, the right to asssembly is enshrined in the country’s 2013 Constitution, however, the communist government does not welcome spontanous gatherings, and usesviolent measures to suppress those demonstrations considered to challenge the ruling communist party’s power.

Source : Defend the Defenders

Lire aussi :

Bruno Philip : Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge [Le Monde]

[ndlr] Dimanche 29 juillet 2018 : élections législatives au Cambodge. La démocratie verrouillée. Articles de Bruno Philip, envoyé spécial du Monde à Phnom Penh.

Cambodge : forte participation aux législatives, le parti au pouvoir revendique la victoire

La participation est de 82 %. Le premier ministre, Hun Sen, au pouvoir depuis trente-trois ans, a annoncé sur Facebook une « victoire écrasante ». Le nombre de bulletins blancs ou nuls sera à scruter.

Lire la suite : Le Monde, 29/07/2018.

Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge

Le principal parti d’opposition et la presse libre ont été interdits pour garantir une nouvelle victoire électorale du premier ministre.

Après trente-trois ans au pouvoir, le premier ministre cambodgien, Hun Sen, semble indéboulonnable. Ce qui ne l’empêche pas de serrer la vis de ses concitoyens : à l’approche des élections législatives du dimanche 29 juillet, le maître du pays a en effet pris toutes les précautions pour assurer la victoire de sa formation, le Parti du peuple cambodgien.

Fin 2017, il a fait dissoudre, par le biais d’un jugement de la Cour suprême, le plus grand parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), sous prétexte qu’un de ses chefs, Kem Sokha, était en train de préparer un « complot » contre le gouvernement avec l’aide des États-Unis. M. Kem est en prison depuis septembre 2017 et risque une très lourde peine de prison. Le cofondateur du PSNC, le franco-cambodgien Sam Rainsy, a dû se résoudre à l’exil en France.

Lire la suite : Le Monde, 28/07/2018.

Cambodge : fausse démocratie, vraie tyrannie

Le premier ministre à poigne et ancien Khmer rouge Hun Sen, devenu le meilleur « client » de Pékin dans la région, garde le champ libre pour les élections législatives du 29 juillet.

Lire la suite : Le Monde, 29/06/2018.

Voir aussi :

Illustration « à la une » : Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, lors d’un discours aux ouvriers d’une manufacture de textile, dans la province de Kandal, le 30 mai 2018 © Samrang Pring / Reuters

La révolution permanente, de l’âge de pierre à l’ère numérique [Le Monde / Idées]

[ndlr] Parution d’un numéro Hors Série de Le Monde / La Vie consacré aux révolutions analysées dans le temps long de l’histoire des hommes.

Les journalistes du « Monde » et de « La Vie », accompagnés des meilleurs spécialistes, retracent dans ce hors-série l’histoire des grands bouleversements politiques et les étapes d’un débat d’idées qui accompagne, depuis des siècles, la réflexion sociétale et politique indissociable des idéaux de liberté et de justice.

L’histoire ne se réduit pas à la chronique décourageante de la domination où l’on a le choix entre servir le pouvoir et s’y opposer sans espoir. » (Patrick Boucheron)

Lire la suite : Le Monde / Idées

Décryptage 5 : Retour sur les rebelles décapités de juin 1894

[ndlr] Suite de notre billet décryptage du 28 mars 2014 : « Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam« .

Il y a quatre ans, à l’occasion d’un billet « décryptage » nous avions mis en évidence l’origine de la reproduction en gravure d’une photo de pirates décapités en 1894 que de nombreux articles vietnamiens en ligne liaient à l’exécution des protagonistes de la révolte de Yên Bai en juin 1930. Malgré une certaine ressemblance, il ne s’agit pas des têtes des treize militants du VNQDÐ (Parti national du Viêt-Nam) guillotinés à l’aube du 17 juin 1930 à Yên Bái.

Olivier, un lecteur de Mémoires d’Indochine vient de contribuer à cette enquête photographique en nous livrant plusieurs éléments clés au sujet de deux photos présentées dans notre billet de mars 2014.

En effet, il possède dans sa collection personnelle l’original de la photographie qui a servi à illustrer un article de L’Illustration (N°2685 du samedi 11 août 1894) puis par la suite à l’édition de cartes postales.

Vendeur professionnel spécialisé dans les photos anciennes, il a récemment acquis auprès d’un brocanteur un lot de photographies prises pour la plupart en Chine et en Indochine entre 1860 et 1895. Selon lui, il s’agit sans doute d’archives appartenant à un ancien militaire français en poste en Asie.

Première photo décryptée :

N°1 Jean-Marie Le Priol (XIX-XX) ou Pierre Dieulefils (1862-1937), Indochine (Vietnam), Têtes de pirates décapités, Juin 1894, légende manuscrite sur le montage en haut « Juin 1894, Prisonniers pirates échappés des prisons d’Hanoï après avoir assassinés les sentinelles, repérés à 8 km de la ville barricadés dans une pagode », tirage albuminé, dimensions tirage 23,2 x 17,4 cm., du montage 31,3 x 24,2 cm.

Seconde photo décryptée :

Plus intéressant encore, ce lecteur nous rappelle l’origine de la seconde photographie, également présentée sur plusieurs sites vietnamiens comme étant celle des corps décapités des militants du VNQDÐ à Yên Bái. Et là, nouvelle surprise, puisque nous ne sommes plus en Indochine coloniale mais dans la Chine impériale comme l’indique sa légende.

N°2 William Saunders (1832-1892), Chine, exécution publique, vers 1865-70, inscription manuscrite à la mine sur le montage en français « Exécution – Hong-Kong », numéroté dans le négatif « 32 », tirage albuminé, dimensions photographie 27,3 x 19,2 cm., montage 31,2 x 24,2 cm.

Ces compléments d’information très utiles nous rappellent l’intérêt qu’il y a à revenir à la source d’une image véhiculée sur la toile et, ici, porteuse d’une erreur historique.

Les deux photographies sont en ligne sur la page Facebook de l’auteur (AuDiableVauvert, magasin en ligne sur Ebay) que nous tenons à remercier chaleureusement.

FG, 27/07/2018

Au cœur de la guerre du Việt Nam : herbicides, napalm et bulldozers contre les montagnes d’A Lưới

[ndlr] Signalement d’un article en ligne et des travaux d’Amélie Robert, géographe, enseignante et chercheure associée de l’UMR 7324 CITERES (CNRS, Université de Tours).

Résumé : Situées dans la partie occidentale de la province de Thừa Thiên Huế (Centre-Việt Nam), les montagnes d’A Lưới ont été lourdement affectées par la guerre du Việt Nam (1961-1975). Zone refuge pour les Việt Cộng, traversées par la piste Hồ Chí Minh – axe stratégique pour ces derniers –, elles subissent de nombreux épandages d’herbicides et bombardements, y compris au napalm, avec une intensité plus grande que dans les autres unités paysagères. Ces pratiques sont perpétrées par les troupes américano-sud-vietnamiennes qui mènent une véritable guerre contre l’environnement de l’ennemi. Mais celui-ci est aussi à l’origine de perturbations. Il recourt notamment aux bulldozers pour la construction des nombreuses voies de la piste Hồ Chí Minh. La comparaison des cartes d’occupation des sols de circa 1954 et 1975, dressées le long de transects, révèle les dynamiques paysagères survenues pendant la guerre. Certains sylvosystèmes de la région montagneuse d’A Lưới régressent, surtout dans la vallée principale. Mais d’autres progressent, conséquences indirectes de la guerre. En raison des combats, les montagnards, ethnies minoritaires, modifient leurs pratiques puis désertent la région, favorisant ainsi la reconquête forestière sur les terres délaissées. Pour les Kinh, ethnie majoritaire, la guerre est l’occasion de se familiariser avec la région montagneuse, jusque-là délaissée.

Pour en savoir plus, voir la thèse de l’auteure (2011) :

  • Amélie Robert, « Dynamiques paysagères et guerre dans la province de Thua Thiên Huê (Viêt Nam Central), 1954-2007 – Entre défoliation, déforestation et reconquêtes végétales » (thèse téléchargeable sur Tel-Archives).

Publications et communications d’Amélie Robert sur le portail Hal-SHS

Angie Ngoc Tran : Workers say no to Vietnam’s ‘Special Exploitation Zones’

[ndlr] A lire sur New Mandala. Analyse détaillée de Angie Ngoc Tran sur le projet controversé de trois nouvelles zones économiques spéciales au Viêt-Nam

On Sunday, 10 June 2018, thousands of people took to the streets in major Vietnamese cities—Nha Trang, Binh Thuan, Hanoi, and Ho Chi Minh City, among others. Academics, independent journalists, and overseas Vietnamese signed petitions to join in their protest against the Draft Law on the 99-year lease of the three Special Administrative and Economic coastal zones in Vietnam. Workers, too, went on strike in two industrial zones in Long An and Tien Giang provinces. These collective actions led to a concession from the government: it would delay the National Assembly’s ratification of the Draft Law to its next meeting.

Why now, given that the idea of these three special economic zones was “old news”, having been announced in May 2017? It turns out that lack of transparency about the details of the Draft Law—made available only before a vote in the June 2018 session of the National Assembly—had triggered these massive protests.

Lire la suite : New Mandala, 18/07/2018.

Illustration à la une :  © Nguyen Peng

Test-score manipulation scandal hits Vietnam’s national high school exam [Tuoi Tre News]

[ndlr] Fraude aux examens d’entrée à l’université, à lire sur le portail en anglais du quotidien Tuoi Tre. Article de Tuan Son. Merci à Quynh Le Tran (BBC World Service, London) pour le signalement de cet article.

An education official was found to have digitally adjusted the scores of 330 exam papers

Vietnam’s most important national exam for high school students has been marred by an unprecedented scandal after the scores on 330 test papers were found to have been digitally tampered with by an education official.

Results of the National High School Examination, held every year around June, are used to determine whether a student qualifies for graduation from high school and acts as a placement test for college and university entrance.

This year, nearly one million candidates took part in the three-day exam from June 25 to 27, where they sat for tests in math, literature, foreign languages, physics, chemistry, biology, history, geography, and civics.

When exam results became available for online lookup on Wednesday last week, suspicions were raised surrounding the unusually high scores achieved by many test-takers in Ha Giang, Vietnam’s northernmost province.

Lire la suite : Tuoi Tre News, 18/07/2018.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge