Tự Điển Chữ Nôm Trích Dẫn [new digitized version]

[ndlr] Signalement d’un outil précieux pour la recherche sur le Nôm. Mise à jour de la version en ligne du dictionnaire Tự Điển Chữ Nôm Trích Dẫn, publié en 2009 par le Viện Việt Học aux États-Unis. Merci à M. Trần Trọng Dương (Viện Nghiên Cứu Hán Nôm) et John Phan pour le signalement.

TuDienChuNomTrichDan_uneSource : http://www.vietnamtudien.org/chunom-trichdan/

Journal of Social Issues in Southeast Asia – Vol. 31/1 (March 2016)

[ndlr] Parution du nouveau numéro de SOJOURN: Journal of Social Issues in Southeast Asia Vol. 31/1 (March 2016), 375 p. Un numéro très intéressant regroupant trois contributions sur le Cambodge, une sur le Myanmar, une sur le Timor oriental et deux sur le Viêt-Nam.

 

SJ31-1Articles :

The Demise of Cambodian Royalism and the Legacy of Sihanouk, by Astrid Norén-Nilsson

Mapping the Srok: The Mimeses of Land Titling in Cambodia, by Courtney Work, Alice Beban

Health Inequalities, Public Sector Involvement and Malaria Control in Cambodia, by Frédéric Bourdier

Painting as Cipher: Censorship of the Visual Arts in Post-1988 Myanmar, by Melissa Carlson

Painting Their Past: The Geração Foun, Street Art and Representing Notions of East Timorese-ness, by Catherine Arthur

Fighting the First Indochina War Again? Catholic Refugees in South Vietnam, 1954–59, by Phi Vân Nguyen

Caodaism in Times of War: Spirits of Struggle and Struggle of Spirits, by Jérémy Jammes

Source : SOJOURN

 

Décès du chanteur de rock vietnamien Trần Lập – 17/03/2016

[ndlr] Décès du chanteur vietnamien Trần Lập à l’âge de 42 ans des suites d’un cancer.

Des artistes et des internautes rendent hommage à Tran Lap, chanteur et musicien talentueux doté d’une forte personnalité, leader du groupe rock légende Bức tường (Le mur/ 1994 – 2006), qui est décédé le 17 mars après 4 mois de lutte contre le cancer.  (RDP de l’Ambassade de France au Viêt-Nam, 17 mars 2016).

Colloque – Vietnam, nouveau dragon asiatique ? Sénat, vendredi 26 mars 2016

[ndlr] Annonce d’un prochain colloque sur le Viêt-Nam consacré au développement économique et aux entreprises françaises. Information reprise de Cap Vietnam.

Vietnam, nouveau dragon asiatique ?

La France est le premier bailleur européen au Vietnam. Quelques 300 entreprises françaises y sont présentes et la France souhaite renforcer sa place de partenaire économique et commercial privilégié du Vietnam. Business France organise le 25 mars 2016 la présentation du marché vietnamien à Paris.

Le Savez-vous ? – L’économie vietnamienne a connu un important essor économique ces dernières années. Le PIB/habitant est estimé à 2030 USD en 2014. Cette forte croissance est due en grande partie à la “Politique du Renouveau” entreprises par le Gouvernement. Les IDE ont fortement progressé pour atteindre 21,6 Mds USD en 2013.

Vendredi 25 mars 2016

  • 8h00 – Accueil des participants
  • 9h00 à 13h00 – Colloque, Tables Rondes
  • à partir de 14h30 – Rendez-vous individuels

    Sénat – Palais du Luxembourg

Salle Clemenceau

Entrée au 15 rue de Vaugirard, Paris 6ème

(L’accès au Sénat est subordonné à l’inscription préalable au Colloque et à la présentation d’une pièce d’identité)

Métro: ligne 4 Odéon – Ligne 10 Mabillon
RER B Luxembourg
Bus 58, 63, 82, 84, 87
Parcs de stationnement: Place Saint Sulpice et Marché Saint Germain

Programme en ligne : http://export.businessfrance.fr/Galerie/Files/Agenda/Plaquette-Colloque-VIETNAM.pdf

Inscription en ligne : https://app.digitevent.net/fr/colloque-vietnam?version=client

 

L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits – Journée d’études – vendredi 18 mars 2016 – IrASIA

Journée d’études

Vendredi 18/03/2016

9h00 à 17h00

“L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits”

Aix-en-Provence, Site Schuman

Pôle Multimedia, Salle de colloque 2

Programme et affiche (PDF) :

Journée d’études IrAsia 18 mars 2016_Affiche

JE_L'AsieEtLaMer_IrAsia_18-03-2016

Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Viêt Nam

Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Je reprends dans ce billet final concernant le colloque de la Fondation Gabriel Péri du vendredi 11 mars 2016 quelques interrogations soulevées lors de l’échange général avec l’auditoire. La première concerne les enseignements de ce colloque. Nous avons rappelé en fin du troisième volet les manques qui auraient permis de mieux saisir la configuration générale de la situation politique et de ses éventuelles évolutions. En particulier tout ce qui concerne la connaissance profonde de la sociologie du PCV, une thématique que j’avais abordé dans un précédent billet. Le second point de cette réflexion se focalise sur les “actes de langage du pouvoir communiste vietnamien” ce que nous appelons chez nous “les mots du politique”. Dans une société démocratique comme la nôtre, l’importance de cette sous-discipline des sciences politiques n’est plus à démontrer. Dans le contexte d’un régime totalitaire puis autoritaire, il convient de suivre de près toutes ces questions de vocabulaire comme l’ont fait dans leurs interventions mes collègues Jean-Philippe Eglinger (sur le monde économique) et Benoît de Tréglodé (à partir des textes historiques). Les mots d’un pouvoir autoritaire sont d’autant plus importants à étudier qu’ils présentent souvent des lectures concurrentes et doubles, recèlent des ambitions cachées et fonctionnent comme des paravents mobiles permettant de désamorcer des crises.

Vietnam Atelier 3 FGP© DdM
Intervenants du troisième atelier : M. Vu Minh Giang, Michel Maso (animateur), Philippe Delalande et Benoît de Tréglodé © 2016 DdM

Révolutions en devenir

Le colloque, très ouvert, a permis d’aborder en un temps record de très nombreux sujets (malgré les manques déjà soulignés). Il faut remercier la Fondation Gabriel Péri d’avoir convaincu les officiels de la RSVN de se prêter à cet exercice de transparence et de débat. Le cadre du Sénat pour une telle manifestation aurait été à mon sens plus restrictif  (on ne parle pas des questions qui fâchent pour des raisons diplomatiques). Quelles sont les attentes à l’issue de ce colloque ? L’évolution du Viêt-Nam apparaît-elle plus clairement ? Si l’échange a été franc et courtois, de nombreux points liés à la situation sociale et économique n’ont pas été abordés : rôle de la société civile au sein de ce système, droit de manifester, droit de grève et gestion des conflits sociaux, syndicalisme… Certes, les questions de dissidence et des prisonniers de conscience, celles de la centaine d’intellectuels signataires de nombreuses propositions de réformes (appel à un Second Ðổi Mới) n’ont pas été soulevées, mais on le voit bien la RSVN est tourmentée par des révolutions pacifiques en devenir1.

BacHoCCRD
Séance d’accusations publiques (“lutter en accusant”) pendant la réforme agraire radicale (1953-57) : une page sombre de l’histoire du communisme vietnamien © DR

La première d’entre elles est une révolution économique. Comme l’a parfaitement démontré Jean-Philippe Eglinger, il s’agit d’un “changement de modèle et de mentalité”. De son côté Hugues Tertrais a résumé en une phrase le poids du secteur public : “le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance”. Cette réforme des institutions économiques ne peut se faire qu’avec les fameux “groupes d’intérêts” (nhóm lợi ích) (politico-économiques) qui se partagent les richesses du pays et qui se livrent une guerre secrète dont la presse mentionne les remous lors des grandes affaires de corruption. La seconde révolution est plus profonde encore mais elle est nécessaire, c’est une révolution politique. Elle est quelque part déjà engagée et vivement souhaitée par une composante du PCV à la fois patriotique et consciente des enjeux complexes de la mondialisation. Elle implique une réforme des institutions politiques (thể chế) en se basant sur les principes de la séparation des pouvoirs et du multipartisme. Mais comment faire la transition d’un régime appliquant le “centralisme démocratique” (tập trung dân chủ) en une démocratie parlementaire pluraliste ? Des clés existent. Lors de la discussion de la refonte de la constitution en 2013, de nombreux intellectuels vietnamiens, économistes, sociologues, historiens, politistes ou même artistes ont proposé des solutions2. Des tables rondes télévisées (au moins une que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt) ont évoqué ces débats. Il reste une impulsion à donner au niveau du Comité central du PCV pour engager cette grande transformation. Mais le processus de “sortie du communisme idéologique” demande du courage et nécessite une vision. Il peut être graduel mais aussi rapide, selon la conjoncture. Cela dépend beaucoup de la réelle capacité du Parti à décider, ordonner et insuffler le changement. Quel est le poids de la Sécurité publique (Công An) et de l’Armée populaire. Ces deux piliers du régime sont-ils prêts à autoriser ces deux types de révolutions ? Quels sont les freins ? La Chine aura-t-elle son mot à dire dans ce processus ? L’exemple birman, pays que l’on disait adossé à la Chine et dont le poids de l’armée constituait une réalité quotidienne, laisse songeur. Je n’ai pas de réponses à ces questions et n’engagerait aucun pronostic. Mais le risque d’une révolution sociale, avec son lot d’exactions violentes à l’image des événements antichinois de l’été 2014, suivie d’une sévère reprise en main par l’Armée et la Police, n’est pas à écarté. Le Viêt-Nam a parfaitement bien réussi sa révolution diplomatique (même si celle-ci présente des faiblesses aujourd’hui en termes d’alliances ou de non-alliances), il est tout a fait en mesure de mener les autres révolutions pacifiques (je souligne) qui lui permettra de se maintenir comme une puissance régionale moderne et riche de son potentiel transnational. Je reviendrai sur cette “évolution pacifique” souhaitable dans le dernier paragraphe de ce billet.

L’autocritique : pour qui, pourquoi et jusqu’où ?

Le colloque du 11 mars 2016 a posé sans ambages la question du marxisme. Si l’on s’intéresse sérieusement à cette pensée à la fois politique, sociologique et économique, les questions de langages me paraissent importantes. Derrière les mots se présentent des concepts, des configurations politiques, des représentations sociales qui ne sont pas neutres et dont les implications sur le long terme sont majeures surtout dans le cadre des sociétés communistes ou post-communistes. Toutes les doctrines systémiques en particulier le totalitarisme ont développé des novlangues qui méritent d’être décryptées avec attention3. Le colloque a mis en avant quelques expressions clés comme Ðổi Mới (Renouveau), “dân chủ” (démocratie), “tư duy” (pensée) et d’autres formules usitées par le pouvoir “chủ nghĩa giáo điều” (dogmatisme), “chủ quan duy ý chí” (volontarisme subjectif, considéré comme une maladie) mais le vocabulaire politique a été en réalité peu décrypté faute de temps. Or, celui-ci comprend des éléments de langage propre au marxisme version asiatique. Le cas du communisme vietnamien ne fait pas exception à la règle. Il possède son propre discours, ses sources d’inspirations, ses modèles de référence.

ChuyenAnC30
“Procès pédagogique” de l’affaire C30 en RDVN en 1958. Tran Minh Chau responsable du réseau d’espionnage du Dai Viêt à la barre des accusés © DR

Depuis la création du parti en 1930, les actes de langage ont certes évolué mais il reste des permanences que je voudrais souligner ici. Après la révolution d’Août, l’expression politique vietnamienne s’est diversifiée donnant lieu dans la presse de l’époque (1945-1946) à des joutes entre nationalistes du VNQDÐ (Front QDÐ) et le Viêt-Minh. A titre d’exemple, l’expression « Tân dân chủ », démocratie nouvelle, inventée par Mao Tsé-toung en 1940 (dans son analyse de la Chine de l’époque), fut discutée dans les colonnes de la presse Viêt-Minh. Lors du colloque, j’ai soulevé, assez maladroitement je dois le dire (c’est-à-dire peut-être pas de façon assez explicite) et faute de temps quelques exemples de langage qui à mon sens relève de la persistance du langage totalitaire d’inspiration soviétique ou chinoise. Ces mots qui ont un sens et des répercutions politiques et sociales permettent de mieux répondre à la question qui fut posée sur le maintien du PCV au pouvoir. « Socialisme scientifique » ? Apparemment non, tant le système économique a du puiser dans le capitalisme pour se refaire, mais « autocritique », « tự phê bình », peut-être. Celle-ci est renouvelée et permanente au sein de l’appareil communiste. Elle s’adresse autant aux membres du parti qu’à ses adversaires déclarés. Elle fit des ravages, frisant l’absurdité, lors de l’opération H122 décrétée au sein du Viêt-Minh en 1948 pour débusquer l’ennemi intérieur4. Elle fut largement utilisée pour « purifier » l’appareil politique. Il faut relire les écrits d’écrivains ou de dissidents vietnamiens (Bùi Ngọc Tấn, Bùi Tín, Tô Hải, Vũ Thư Hiên…) ou ceux d’anciens prisonniers des camps de rééducation (LM Nguyễn Hữu Lễ, P. V. Trân…) pour saisir l’importance de ce phénomène.

Le processus est simple à comprendre. Si l’autocritique est réalisée et répond aux exigences attendues (aux canons édictés par le Parti à une époque donnée) la face est préservée et l’accusé peut entrevoir sa survie, espérer maintenir son intégrité politique voire physique. Cela permet d’obtenir le consensus par soumission et de rallier l’opinion dominante à l’intérieur du parti. Toutes les grandes affaires des années 1950 et 1960 visaient à recadrer les brebis rebelles susceptibles de faire dissidence. La discipline du Parti avant tout. Si l’on refuse de se prêter à cet exercice d’amende honorable, on s’attire immanquablement les foudres de l’appareil sécuritaire. Notre intégrité n’est plus préservée, elle est menacée. L’expulsion, la relégation voire l’élimination sont alors ordonnés. On vit, comme aujourd’hui de nombreux dissidents avec une épée de Damoclès sur la tête. Jamais tranquilles, ni eux ni leur famille (surtout si la filiation est liée à l’ancien régime de Saigon). Si l’on reconnaît ses fautes, ses torts et que l’on s’excuse prudemment d’avoir franchi le fil rouge, tout rentre sans l’ordre. La sécurité du Parti est préservée, l’honneur est sauf, le système peut continuer sa marche. Toutes les grandes affaires politiques internes du communisme vietnamien ont fonctionné sur ce modèle5.

TraiCaiTao_QuyenTruong
“Sardines” par Quyen Truong © DR

Il en va de même pour l’adversaire politique avec un degré de violence accru. Après la chute de Saigon, le 30 avril 1975, le Sud est passé sous administration politico-militaire pendant un an avant la réunification officielle (2 juillet 1976). Il s’agissait pour le nouveau pouvoir d’appliquer la purge, en termes léninistes, du corps social. Environ un million de citoyens sud-vietnamiens passèrent par la rééducation politique. Il fallait courber l’échine et se repentir. Les autocritiques écrites et réécrites tombèrent par dizaines de milliers. Cette politique tant vantée par le Premier ministre Phạm Văn Ðồng et l’intellectuel Nguyễn Khắc Viện (celui qui croyait aux vertus du confucianisme) avait et a toujours ses avantages et ses inconvénients. Avantages : reconnaître ses fautes c’est être à moitié pardonné. Passer dans le bon camp et devenir apôtre du nouveau régime c’est obtenir de l’avancement. Refuser ce processus de persuasion imposée c’est mettre sa vie en péril, voir ses rations de nourriture diminuer, être frappé par les hommes de main du régime ou rentrer dans le cercle de la mort lente. Inconvénient de cette politique : elle laisse des traces considérables dans le fonctionnement social.

Avec le système de l’autocritique, forme de censure extrême, toutes les dérives du Parti sont possibles puisqu’elles pourront être pardonnées (souvenons-nous du « Xin lỗi » [pardon] du Premier ministre en octobre 2012 devant les instances du Parti). L’autocritique absout le Parti des responsabilités qui lui incombent. Cette disposition mentale, réitéré dans « les procès pédagogiques » contre les dissidents est paradoxalement assez proche du repentir catholique et des méthodes inquisitoriales de cette religion. On peut y voir une forme de souplesse puisque le jeu est de formuler des excuses publiques et des aveux6 mais aussi une forme insidieuse de paralysie mentale. Cela maintient les esprits dans une sclérose permanente et dans un mutisme maladif. Relisons la nouvelle de Tạ Duy Anh sur ce sujet7. Le “vieux dresseur” expose la situation dans son testament :

“A mes chers humains,

“Demain je serai traduit en justice pour avoir sauvé un membre de notre espèce qui allait devenir un animal, contre sa volonté. Sa maladie est simple. Mentir est devenu un réflexe chez lui. Réaction biologique normale, sa gorge s’est enflée. C’est conforme au diction populaire ‘mentir t’enfle la gorge et le cou’. Le peuple a toujours été clairvoyant quels que soient les temps. Mon remède a été tout aussi simple : il faut effacer ses réflexes désastreux à n’importe quel prix. Car sinon, il y aurait des hommes qui hommes qui vivraient tout un demi-siècle sans avoir vécu sincèrement quelques jours. J’appellerais ceci Maladie Nationale. Elle est héréditaire. Elle peut engendrer des monstres”8.

Les communistes vietnamiens croient beaucoup au pouvoir de persuasion que chez nous nous appellerions action psychologique. Vous n’êtes pas d’accord avec nous : nous allons vous mettre d’accord. Nous allons vous expliquer (par mille raisonnements tortueux) que nous avons raison. Donc pour faire bref, l’autocritique est un fait politique et social très important à mesurer avec soin dans le cadre de l’État-Parti vietnamien.

L’ennemi du peuple réifié et l’évolution pacifique redoutée

La seconde expression de vocabulaire que j’ai soumis au colloque et en particulier aux cadres des études théoriques du PCV est la formulation de l’ennemi intérieur/extérieur selon la terminologie marxiste habituelle : « phản cách mạng » (contre-révolutionnaire), « phản động » (réactionnaire), « thế lực thù địch » (forces hostiles [de la révolution], « phần tử xấu  » (éléments mauvais [du corps social]) ou “ngụy” (fantoche) comme l’a mentionnée une auditrice dans la salle. Alors que la fin de la guerre a sonné il y a quarante ans, que le Ðổi Mới fête ces trente ans, ce vocabulaire n’a malheureusement pas disparu des analyses politiques du Parti sur le corps social vietnamien. C’est à mon avis une permanence du marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV. Seule, une révolution langagière promue au sommet de l’État permettrait de bannir se type de vocabulaire.

TuTuongMacLê
Le marxisme-léninisme, idéologie importée et référence absolue du PCV © DR

Enfin, le troisième acte de langage, tout aussi important concerne l’expression « diễn biến hòa bình » empruntée directement au vocabulaire chinois (和平演變). Apparue (ou plutôt réactivée car l’expression est plus ancienne) au Viêt-Nam au début des années 90, elle vise à condamner l’évolution interne du parti dans une direction différente de celle qui est édictée et imposée par le Poliburo sous l’effet des influences pro-démocratiques extérieures9. Elle fonctionne donc comme un avertissement au sein de l’appareil politique et militaire. Les cadres, soldats et policiers de l’État-Parti ne doivent en aucun cas se permettre d’ « auto-évoluer » (tự diễn biến) ou  s’auto-transformer (tự chuyển hóa) en agent politique de l’Occident démocratique, c’est-à-dire dépasser la ligne rouge. Cette dernière est d’ailleurs invisible jusqu’au début des premières persuasions de la Sécurité publique qui vous soumet fortement tout l’intérêt qu’il y aurait pour vous et votre famille à rentrer dans l’ordre de “l’État de droit socialiste”. L’appareil judiciaire dispose de lois pénales spécifiquement dédiées au dépassement de la ligne rouge (articles 79, 88 et 258 du code pénal). Accepter l’évolution pacifique et sortir de la réification de “l’ennemi du peuple” (sous ses multiples apparences au cours de l’histoire) serait un grand pas en avant.

TuTuongPBChau-PCTrinh
La pensée politique réformée : les patriotes Phan Boi Chau et Phan Chau Trinh © DR

J’avais publiquement avancé l’idée, lors d’un précédent colloque en novembre 2012 à Lyon à la Chambre de commerce et d’industrie, que “l’évolution pacifique” était hautement souhaitable pour le Viêt-Nam, qu’il ne fallait pas la redouter mais l’accompagner. Cela me paraissait une bonne chose pour sortir d’un système marxiste-léniniste stérile et inventer un autre système de type démocratique, national progressiste (si l’objectif est la fabrication d’une nouvelle idéologie). J’ai souvent dis à mes amis vietnamiens, membres du PCV, sur le ton de la boutade que la transformation du Viêt-Nam autoritaire vers le pluralisme et le multipartisme n’était pas très compliquée à organiser d’autant plus qu’ils ont toutes les clés du pouvoir en main. Se séparer des symboles Mác-Lê qui amusent bien du monde n’était pas difficile et augmenterait le prestige de ceux qui s’engageraient dans cette transformation historique. Le Viêt-Nam ne disposaient-ils pas dans son histoire assez de héros nationaux (Deux Sœurs Trưng, Tran Hưng Ðạo, Nguyễn Trãi, Phan Bội Châu, Phan Châu Trinh, Ðạm Phương…) pour refonder son système idéologique et ne plus faire appel aux héros d’importation ? Pour le coup celui-ci aurait sa propre originalité (độc đáo), unifierait le récit national, réconcilierait les parties et serait moins ridicule aux yeux du monde.

Lors du colloque, mes questions sur le langage du pouvoir sont restées sans réponses et je le regrette. Il était peut-être difficile d’y répondre en deux minutes. Le PCV est-il encore un parti marxiste ? Sur le plan du vocabulaire, la réponse est affirmative comme l’a démontré le PowerPoint de M. Vũ Minh Giang. Ces formes langagières outrancières pour qualifier l’évolution politique du pays, pour stigmatiser une partie même des citoyens de ce pays, font partie de ce qu’il reste du marxisme-léninisme au Viêt-Nam. Un outil d’exercice du pouvoir, de justification et de répression.

TuTuongHaiBaTrung
L’imaginaire national réinventé : les deux Soeurs Trung, héroïnes nationales du Viêt-Nam © DR

★ ★ ★

Pourquoi ces questions de vocabulaire qui pourraient être anodines sont-elles si importantes ? Parce qu’à notre avis la persistance de ce vocabulaire, illustrant les passages les plus sombres du marxisme-léninisme et plongeant ses racines dans le totalitarisme est une entrave au processus de réconciliation nationale. Comment peut-on dire à la fois « Venez à nous, rallier notre expérience nationale-communiste » et « Faites bien attention à ce que vous allez dire » ? Est-ce une simple réminiscence du « vừa bàn vừa đánh » (on discute et on frappe tout à la fois) appliqué pendant la guerre de réunification ou est-ce ancré plus profondément dans la technique de gouvernement du PCV ? Au fil du temps le « bandit capitaliste » a pris la forme du « contre-révolutionnaire », et aujourd’hui du « réactionnaire », de “l’élément nocif”. Mais, rétorquent souvent les dissidents, qui sont aujourd’hui les véritables « réactionnaires » ? Certes pas nous, hommes et femmes d’ouverture, de bonne volonté et de progrès, non corrompus. Il y a donc de la part du pouvoir vietnamien actuel une étape à franchir, un climat à abolir, un changement de mentalité à effectuer. L’originalité de la politique vietnamienne dépendra beaucoup de cette transformation. Le discours un peu surfait sur la rupture et la continuité (car c’est une question de dosage, il y a de fait à la fois rupture et continuité avec le Ðổi Mới) prendra tout son sens. Ces questionnements sur le marxisme deviendront obsolètes au bénéfice d’une seule cause : celle d’une nation vietnamienne réconciliée avec elle-même (c’est-à-dire sa population transnationale) et tournée vers un avenir résolument moderne.

La question qui se pose et qui attend des réponses est celle de la pertinence du maintien de l’outil marxiste quarante ans après la guerre et la réunification du pays. Car si le marxisme était juste un outil pratique, une boîte à outils, selon l’intervention du professeur Vũ Minh Giang, il fut aussi un formidable outil de contrôle social et de répression. C’est tout ce qu’il reste du marxisme-léninisme vietnamien à l’heure actuelle, un décor de théâtre, une logorrhée justificative, un outil de censure et d’autocensure, un moyen d’exercice de la peur. La question qui se pose est donc celle du maintien ou de l’abandon de cette chape de plomb, de ce cadre idéologique inutilement répressif qui fige les intelligences et les savoirs, qui encourage la corruption et qui freine de fait le développement du pays.

Le chercheur Benoît de Tréglodé a eu raison de souligner que la jeune génération des membres du PCV (trentenaires et quadragénaires) se trouve dans un état d’esprit bien différent que celles générations de la guerre et que l’immense majorité aspire à un changement politique d’envergure. Les clefs de ce changement sont actuellement dans les mains du PCV mais aussi dans celles des organisations de la société civile émergente et du peuple tout entier.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Image “à la une” : statue de l’empereur Quang Trung à cheval devant le marché Nguyen Tri Phuong à HCM-Ville © 2014 FG

Retour aux CR du colloque :

Notes

  1. L’appel à un “second Renouveau” avait déjà été lancé à l’approche du XIe congrès de 2011, voir Laurent Gédéon et François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311 []
  2. Voir sur ce carnet : Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive []
  3. Je renvoie au travail du philosophe allemand Viktor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, Bibliothèque des idées, 1996 ; Laurence Aubry et Béatrice Turpin (dir.), Viktor Klemperer, repenser le langage totalitaire, Paris CNRS éditions, 2012 []
  4. Voir sur ce sujet l’excellent article en ligne de Christopher Goscha, Intelligence in a Time of Decolonization: The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50), Intelligence and National Security, Vol. 22, No.1, February 2007, pp. 100-138. Voir en particulier le passage “Enemy deception: The case of ‘H122’ and the intelligence failure”, pp. 125-128 []
  5. Sur les “procès pédagogiques” voir François Guillemot, « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302 []
  6. Cas du procès de l’avocat Lê Công Ðịnh, dissident, mais aussi cas au plus haut niveau de l’État-Parti, voir le repentir du Président Hồ Chí Minh pendant la réforme agraire []
  7. “Une épidémie diabolique”, in Terre des éphémères, Arles, Philippe Picquier, 1994, pp. 51-64 []
  8. Ta Duy Anh, “Une épidémie diabolique”, op. cit., pp. 63-64. Hanoi, 1990 []
  9. Voir François Guillemot, « Viêt-Nam. Résistances, révolutions, réunifications », in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, Paris, Choiseul, 2011, pp. 340-366, en particulier p. 363 []

Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 3

Suite et fin de notre compte-rendu de colloque suivi d’un billet critique complémentaire, objet d’un billet à part.

ColloqueVN_FGP_Atelier3
Intervenants du troisième atelier : M. Hugues Tertrais, M. Vu Minh Giang, M. Michel Maso (animateur), M. Philippe Delalande et M. Benoît de Tréglodé © 2016 FG

Troisième atelier : le marxisme-léninisme vietnamien questionné

Le troisième atelier intitulé « Le PCV, un parti encore marxiste ? » se déroula à partir de 14h30 devant un auditoire plutôt clairsemé à cause de la pause repas assez courte, le public revenant progressivement. Michel Maso introduisit le sujet avec cette grande question idéologique et la problématique de la sinisation du marxisme. Le marxisme et l’Asie, le sujet avait d’ailleurs dans d’autres temps fait l’objet d’une publication universitaire très intéressante 1. Le sujet qui peut prêter à sourire, ce que souligna Michel Maso avec une dose d’humour, n’était en rien anodin pour l’auditoire de la Fondation Gabriel Péri dans l’attente, dirons-nous, d’une certaine clarification. Notons que les horaires devant être respectés, chaque intervenant eu droit à quinze minutes de communication.

Michel Maso FGP © DdM
Michel Maso s’interroge : “Le parti communiste vietnamien est-il encore marxiste ?” © 2016 DdM

La séance débuta avec l’intervention d’Hugues Tertrais, fin observateur de l’évolution de l’Asie du Sud-Est et professeur émérite de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il organisa sa communication autour de trois points : la notion de transition, le statut du capitalisme au Viêt-Nam et le marxisme en Asie. En introduction, il rappela quelques spécificités vietnamiennes : « le socialisme scientifique », le rôle de l’État et sa qualification à travers les différentes constitutions du pays (1946, 1959, 1980, 1992, 2001…).

J’en profite, dans une parenthèse un peu longue, pour développer ce point à partir des textes sources2. En 1946, la première constitution de la RDVN stipule en son article 1 : « Le Viêt-Nam est une République démocratique. Tous les pouvoirs appartiennent au peuple sans distinction de race, de sexe, de fortune, de classe, de religion » ; en 1959, la constitution révisée de la RDVN stipule en son article 2 : « La République démocratique du Vietnam, fondée et consolidée à la suite des victoires remportées par le peuple vietnamien au cours de la glorieuse Révolution d’Août et de la Résistance héroïque, est un État de démocratie populaire » ; en 1980, la nouvelle constitution du Viêt-Nam réunifié sous l’appellation de RSVN stipule en son article 2 : « La République socialiste du Viêt-Nam est un État de dictature prolétarienne. […] » ; enfin en 1992, la constitution de la RSVN est révisée puis amendée par deux fois en 2001 et 2013. Son article 2 stipule : «  L’État de la RSVN est un État du peuple, par le peuple, pour le peuple. […] ». Cette dernière expression en vietnamien (của dân, do dân và vì dân) devrait nous faire réfléchir3.

Lincoln_WDC_May2014
Lincoln Memorial, Washington DC © 2014 FG

Créée par Lincoln en 1863, elle figure dans le Préambule de la Constitution de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1967 : Tin tưởng rằng lòng ái quốc, chí quật cường, truyền thống đấu tranh của dân tộc bảo đảm tương lai huy hoàng của đất nước. Ý thức rằng sau bao năm ngoại thuộc, kế đến lãnh thổ qua phân, độc tài và chiến tranh, dân tộc Việt Nam phải lãnh lấy sứ mạng lịch sử, tiếp nối ý chí tự cường, đồng thời đón nhận những tư tưởng tiến bộ để thiết lập một chánh thể Cộng Hòa của dân, do dân và vì dân, nhằm mục đích đoàn kết dân tộc, thống nhất lãnh thổ, bảo đảm Độc Lập Tự Do Dân Chủ trong công bằng, bác ái cho các thế hệ hiện tại và mai sau. D’où mon questionnement : la constitution de 1946 est plus proche de la constitution de 1967 de la défunte république (si l’on en extrait les aspects purement liés à la Guerre froide). Autrement dit, qu’est-ce qui légitimait une telle confrontation entre Vietnamiens et qui en porte aujourd’hui l’écrasante responsabilité ?

Hugues Tertrais © DdM
M. Hugues Tertrais, historien, agrégé, spécialiste de l’Asie du Sud-Est auteur de nombreux ouvrages de référence © 2016 DdM

Comment appréhender la transition vietnamienne : une sortie du communisme, le passage d’une économie socialiste planifiée à une économie de marché capitaliste ? Transition vers quoi, vers quel type de société (socialiste, capitaliste) ? Pour apporter une réponse à ce questionnement, Hugues Tertrais poussa son raisonnement : quel est le statut du capitalisme au Viêt-Nam ? Il rappela que, dans la culture communiste vietnamienne, il s’agissait d’un « gros mot », citant à l’appui Hồ Chí Minh au congrès de Tours en 1920 : « les bandits du capital ». Deuxième illustration rapide avec l’avènement du Ðổi Mới en 1986 annonçant la fin de l’économie subventionnée. Hugues Tertrais a eu raison de nous remettre en tête le climat de l’époque. Le Ðổi Mới, selon lui, fut d’une dureté sociale incomparable engendrant un chômage de masse et deux types de phénomènes : une croissance très forte doublée d’inégalités également très fortes. Le passage à « l’économie de marché à orientation socialiste » fut douloureux mais il fonctionne. En s’appuyant sur un rapport de la World Bank de 2013, Hugues Tertrais propose un bilan provisoire du Renouveau : le Viêt-Nam reste positionné dans la tranche inférieure des pays à revenus intermédiaires ; l’aggravation des inégalités est très nette notamment en ce qui concerne les ethnies minoritaires ; le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance (scandale Vinashin, etc.). Les critiques sont d’ailleurs très vives sur le statut du secteur des grandes entreprises déficitaires, sorte de « cancer » de l’économie vietnamienne aux dires de quelques experts (Cf. par exemple les analyses de l’économiste Lê Ðăng Doanh mais Hugues Tertrais n’avança aucun nom). Quelle est la tendance actuelle en 2015 ? La RSVN poursuit son intégration régionale au sein de l’ASEAN, l’accord TPP est en marche, exposant désormais l’économie vietnamienne comme jamais auparavant (danger ou non ?). Selon Hugues Tertrais, cette exposition, si elle présente quelques risques, paraît moins importante que le Ðổi Mới de 1986. Le dernier point rapidement évoqué faute de temps concerne le marxisme et l’Asie. Citant un texte d’octobre 1962 de l’intellectuel communiste Nguyễn Khắc Viện intitulé Confucianisme et marxisme, Hugues Tertrais donna du crédit à la problématique d’un communisme fortement ancré dans une tradition confucéenne à l’instar de la Chine et peut-être source de sa pérennité. Cette question importante réactive la problématique plus générale du « despotisme oriental »4 qui connut son heure de gloire et fit grand débat dans les années soixante pour tenter d’expliquer l’implantation durable du modèle communiste en Asie. Notons que d’autres chercheurs comme le sociologue Nguyễn Ðức Nhuận ou l’historien Nguyễn Thế Anh se sont interrogés sur la pertinence de ces questions5.

Delalande_VietnamDragonEnPuissanceLa parole fut ensuite donnée à Philippe Delalande, expert et conseiller économique et grand défenseur des modèles de réussite économique asiatiques, chinois et vietnamien. Il se livra à un exercice intéressant en revenant aux fondamentaux du marxisme et en mobilisant Marx, Engels ou Lénine. On partit ainsi dans un grand voyage dans le temps à travers le matérialisme historique, le prélèvement de la plus-value, l’accumulation du capital, la baisse tendancielle du taux de profit jusqu’à la question de l’effondrement de l’État… L’idée du communisme étant d’accélérer cette chute de l’État en regroupant tous les prolétaires dans un parti d’avant-garde. Objectif : élimination du capitalisme. La nouvelle force révolutionnaire doit aboutir à la fin de la lutte des classes permettant ainsi l’accès à cette période transition entre capitalisme et communisme qu’incarne la dictature du prolétariat. L’extinction de l’État doit mener le peuple au communisme, stade suprême marquant la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme. Après cette leçon amusante qui me replongea quelques moments en classe de première, M. Delalande put conclure : la révolution accomplie sonne la fin du marxisme. Mais tout ceci ne présenterait pas d’intérêt sans l’impulsion donnée par Lénine en 1924 lorsqu’à travers la NEP (Nouvelle politique économique), il n’avait décidé de réintroduire le marché (capitaliste) pour sortir la jeune URSS du marasme économique. La NEP est supprimée par Staline l’année suivante après la mort du grand Lénine. Il faudra attendre l’avènement de Deng Xiaoping en Chine et ses “quatre modernisations” de 1978 pour que le communisme asiatique s’ouvre au capitalisme. L’initiative privée est promue, même fortement recommandée, le droit au profit est restauré et les investissements étrangers convoités. Ce changement intervint quelques années plus tard au Viêt-Nam malgré les premières interrogations de Nguyen Van Linh en 1982 lors du Ve congrès. C’est le VIe congrès du Doi Moi (changer pour du neuf) qui réintroduit une dose de capitalisme dans l’économie. Comme à Cuba ou en Corée du Nord M. Delalande a parfaitement raison de faire remarquer que le capitalisme a été réintroduit pour sauver le régime.

Hérodote157_EnjeuxGéopolitiquesViêtNam
Le numéro spécial de la revue Hérodote consacré au Viêt-Nam sous la direction de Benoît de Tréglodé © DR

On observe en 2002 en Chine un renouvellement théorique avec les « trois représentativités » qui se fixent les objectifs suivants : développer les forces productives ; assurer la représentation du peuple dans toutes ses composantes ; innover avec la culture progressiste. Production, Peuple et Culture forment les trois piliers de la nouvelle doxa chinoise. Le matérialisme historique est révoqué (complétons : La lutte des classes est jetée aux oubliettes de l’histoire). Le Viêt-Nam poursuit sa transformation sur ce modèle hybride au Congrès de 2011, les statuts du PCV sont modifiés pour intégrer les acteurs capitalistes au sein du Parti. On peut désormais être communiste et capitaliste à la fois (je dirais que c’est même une des conditions de l’avancement interne). Trois justifications sont convoquées par M. Delalande pour expliquer le maintien au pouvoir du parti unique : la stabilité du pays (différence notoire avec les autres pays d’Asie du Sud-Est) ; l’unité politique et territoriale ; la continuité politique sans alternance permettant ainsi d’appliquer des politiques économiques au long cours (et donc une certaine cohérence). Bon gré mal gré, le Front de la Patrie fait office de représentation nationale. Bien sûr, selon l’auteur, ce modèle présente des « contreparties gênantes » à savoir la répression des dissidents et la censure. Pour M. Delalande, il s’agit en quelque sorte d’un moindre mal puisque les avantages seraient plus forts que les inconvénients, répondant ainsi à une question posée dans l’auditoire par un membre d’Amnesty International lors du débat. Pour conclure, Philippe Delalande souleva cette question sur laquelle tout un débat pourrait continuer : « Le Parti unique au XXIe siècle est-il encore une forme d’organisation qui peut durer ? », selon lui cette disposition est encore possible notamment en Asie confucéenne. Nous ajouterons que des contre-exemples existent notamment avec Taiwan, le Japon, le Cambodge, la Thaïlande, l’Indonésie ou le Myanmar…

Benoît de Tréglodé © FG
Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain © 2016 FG

Après cette grande leçon de marxisme asiatique, le chercheur Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain, proposa de répondre à la question posée en analysant les différences de discours dans la production théorique du PCV. Interroger le discours permet de mieux saisir l’adaptation constante de ce discours à la conjoncture nationale, régionale ou internationale. En citant l’exemple du Parti en 1948, Benoît de Tréglodé rappela qu’il n’y avait pas de références à un marxisme unitaire au sein du Kominform. Le PCV mit du temps à être accepté par l’URSS comme une authentique formation communiste (L’URSS voyait une forme de Titisme dans le Hochiminisme). Pour appuyer sa démonstration, le chercheur convoqua trois textes théoriques vietnamiens et un texte théorique chinois qui fut une des sources d’inspiration de la formation des cadres de la RDVN dans les années cinquante. Il s’agit de 1937 de Liu Shaoqi (Liou Chao-Chi) intitulé « Pour être un bon communiste ». Selon ce chercheur, trois textes vietnamiens composent le premier corpus théorique du parti communiste : Les thèses sur la révolution culturelle au Viêt-Nam (1943) ; La résistance vaincra de Trường Chinh (1946) ; Marxisme et culture vietnamienne (1948). L’apport principal de Liu Shaoqi dans cette sinisation du marxisme est la transformation du marxisme en un idéalisme moral (et moralisateur pourrions nous ajouter).

A partir des années 40, l’idéologie est centrée sur l’éthique. Interrogeant ainsi les termes « morale ou vertu révolutionnaire » (đạo đức cách mạng), le chercheur observe au Viêt-Nam comme en Chine une construction éthique du marxisme, une moralisation du prolétariat ou du peuple. Le chercheur raconta qu’à travers ses échanges avec des camarades vietnamiens il avait pu observer la permanence de ce discours très porté sur la morale, l’éthique, l’éducation politique, la pensée Hồ Chí Minh et la défense des intérêts nationaux. Nous reviendrons plus loin dans nos réflexions succinctes sur le vocabulaire politique vietnamien sur la notion « d’autocritique » qui nous semble elle aussi empreinte d’une certaine éthique. Bien entendu, il faudrait confronter ces actes de langage avec la réalité crue de la vie d’aujourd’hui ou la morale révolutionnaire est sérieusement bafouée selon l’avis des autorités communistes elles-mêmes.

Vu Minh Giang © DdM
M. Vu Minh Giang, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV : le PCV est bien un parti marxiste © 2016 DdM

La dernière intervention de ce marathon idéologique fut présentée par M. Vũ Minh Giang. Ce chercheur prit ses précautions en nous avertissant qu’il n’aborderait pas dans son intervention les questions purement théoriques. Il nous offrit un survol de cette histoire vietnamienne si spéciale (đặc biệt) si particulière, « peu ordinaire » (không bình thường). Trois points clés ont rythmé sa démonstration sur PowerPoint (voir plus bas) :

  1. Le marxisme a accompagné le destin national vietnamien (parvenu au Viêt-Nam grâce à Hồ Chí Minh, le marxisme est avant tout et essentiellement une arme théorique et idéologique de libération nationale) ;
  2. Le PCV a mis en œuvre le marxisme dans la direction de la révolution vietnamienne (Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930 / Révolution d’Août, 1945 / Victoire de Ðiện Biên Phủ, 1954 / Construction du socialisme en RDVN, 1954-1975 / Extension du socialisme dans le pays réunifé, 1976-1986 / Politique de Renouveau, depuis 1986) ;
  3. La nature marxiste du PCV n’a pas changé (selon les 5 critères suivants : le PCV possède un socle idéologique et un système théorique propres basé sur le marxisme, la pensée Hồ Chí Minh et le patriotisme ; le principe du centralisme démocratique dans l’organisation et les activités du parti est appliqué ; le PCV détient le rôle d’avant-garde de la classe ouvrière, de l’alliance des ouvriers, paysans, intellectuels et du peuple tout entier ; des relations à la fois permanentes et d’entraide avec les partis frères dans le cadre de l’internationale communiste sont maintenues tout comme la promotion de la paix et du progrès social).

Son allocution se limita à glorifier les vertus de l’idéologie marxiste-léniniste dans le combat pour l’indépendance et à préciser que cette doctrine était avant tout une boîte à outils bien pratique pour la prise du pouvoir et son maintien sur l’ensemble du pays. Le chercheur insista d’ailleurs sur la nécessité de préserver ce pouvoir (quyền lực) dans les mains du PCV. Plus qu’un outil théorique, le marxisme-léninisme à la vietnamienne avait donc servi d’outil pour la libération nationale, le contrôle de la population et pour l’élimination en règle des opposants.

N’ayant pas eu beaucoup de temps pour aller au fond des choses, M. Vũ Minh Giang après avoir fait la démonstration que son parti était bien marxiste présenta un slide/repentir sur quelques grands sacrifices à retenir de l’histoire contemporaine du pays (les Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930-1931 / la réforme agraire radicale, 1954-1955 / l’économie subventionnée bureaucratique / l’application prématurée du modèle socialiste du Nord à tout le pays à partir de 1975 / le volontarisme dans la gestion économique6.

“Marxisme et révolution vietnamienne”, diapositives de la communication de M. Vũ Minh Giang (extraits) © FG

L’atelier devait se terminer ainsi sur une parole d’adhésion à l’orthodoxie officielle (rappelée également en 5 points dans la dernière diapositive).

Un débat général s’ensuivit au cours duquel on revint sur les relations entre morale et corruption, un auditeur rappelant que les moralistes et les corrupteurs étaient en réalité les mêmes. Notons que cette assertion un peu réductrice fut contestée par M. Vũ Minh Giang, gardien de l’honneur du parti rétorquant que « cette accusation ne reposait sur aucun fondement ». Quant au débat au sein du Parti, Benoît de Tréglodé rappela cet épisode peu connu de 1947-48 où l’aile gauchiste du Parti fut éradiquée. Une seule question fut posée sur les enjeux écologiques par la sénatrice Hélène Luc à propos de la salinisation des sols et donc des rizières du delta du Mékong, un processus inquiétant.

Nguyen Duc Nhuan
Commentaire du sociologue Nguyen Duc Nhuan sur la communication de M. Vu Minh Giang © 2016 FG

A notre avis, la réponse à la question du marxisme pouvait se résumer en un mot : pragmatisme. Adaptation permanente à la conjoncture et aux aléas de l’histoire. Mais je pense aussi que cette réponse n’est pas totalement suffisante car l’on oublie de prendre en compte la construction d’un appareil de sécurité très efficace (sur le modèle de la RDA et de la Chine) dans la répression permanente des opposants potentiels comme je l’évoquerai plus loin dans un prochain billet7. Je suis, par ailleurs étonné, que certaines questions n’aient trouvé preneur ou n’aient été posées sur la formation du cadre communiste (qu’est-ce le quotidien d’un cadre du parti ?), le nombre d’adhérents du parti, la sociologie du PCV, sa répartition géographique, le maillage de l’appareil communiste et les formes de représentations para-communistes au sein de la société civile. Le PCV est-il contesté, par qui et comment ? Comment répond-il aux critiques internes ? Quid des luttes des ouvrières ? Ces aspects descriptifs mais concrets, que des études de cas pouvaient illustrer, auraient pu être présentés rapidement en introduction de colloque car sans ces données, il paraît difficile d’entrevoir l’avenir d’une organisation qui rassemble environ 4 millions d’adhérents sur plus de 95 millions d’habitants8.

Conclusion : vers un « Renouveau total », Ðổi Mới toàn diện ?

La conclusion fut portée avec enthousiasme par M. Phạm Xuân Sơn. Dans un discours lyrique appelant à soutenir des deux bras le processus de transformation du Viêt-Nam communiste, M. Sơn nous rappela tous les bénéfices de ses trente années de Ðổi Mới et que la route était désormais tracée pour un Renouveau total, un Ðổi Mới sur tous les plans. M. Son souligna les aspects très positifs du colloque, la franchise des échanges, l’ouverture d’esprit et le respect des idées parfois contradictoires ou carrément opposées. Parti dans une envolée du type « tous derrière nous », il fut néanmoins stoppé par une série d’applaudissements précoces, ce qui n’était guère fair play de la part d’une partie de l’auditoire. Il est vrai qu’avec M. Sơn, on repart avec le sentiment que tout est possible et que les Vietnamiens, à la recherche de solutions, sont prêts à envisager de grands changements pour leur pays.

Pham Xuan Son & Alain Obadia
Discours de clôture du colloque de M. Pham Xuan Son et de M. Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri © 2016 FG

Enfin, Michel Maso puis Alain Obadia clôturèrent cette intense « journée de travail » qui devrait, selon eux, en appeler d’autres. Espérons-le.

François Guillemot, MàJ 19/03/2016.

Image « à la une » : Dam Sen Park © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Lire la suite : Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Notes

  1. Schram, Stuart R. et Carrère d’Encausse, Hélène (dir.), Le marxisme et l’Asie, 1853-1964, Paris, Armand Colin, Collection U, Série Idées politiques, 1965. A cette référence, nous ajouterons le survol déjà ancien de Francis Doré, Les régimes politiques en Asie, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Thémis, 1973 []
  2. Cf. Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Éditions The Gioi, 1995 []
  3. Ce concept de « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » a été créé à l’origine par le président américain Abraham Lincoln lors du fameux discours de Gettysburg du 19 novembre 1863 et figure aussi dans le dernier alinéa de l’Article 2 de la Constitution de la Quatrième République française de 1946 ! []
  4. Karl A. Wittfogel, Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, New Haven, Connecticut, Yale University Press. En français : Le Despotisme oriental. Étude comparative du pouvoir total, Paris, Éditions de Minuit, coll. Arguments, 1964 et nouvelle édition en 1977 avec une traduction de Micheline Pouteau []
  5. Cf. Nguyễn Thế Anh, Le Viêt-Nam entre confucianisme et modernité, texte en ligne sur le site Tin Paris, page consultée le 15 mars 2016 []
  6. Notons l’ambiguïté de cette dernière mention []
  7. Sur ce sujet, écouter en ligne le dernier rapport sur les brutalités policières publié par Trinh Nguyễn sur le site Loa : Police Brutality: Abuse and Repeat, 7 mars 2016 []
  8. Pour des illustrations concrètes, nous renverrons le lecteur au livre de Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, coll. Des hommes et des pays, 2010 []

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search