Eric T. Jennings : Vichy vu d’Asie – Résistance et collaboration en Indochine [EHESS]

[ndlr] Annonce d’une séance de séminaire consacrée à Vichy en Indochine avec Eric Jennings, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Toronto (Victoria College) et spécialiste de la colonisation française en Indochine, à Magadascar et en Afrique.

Eric T. Jennings
professeur d’histoire à l’université de Toronto,
professeur invité à l’EHESS


animera, au sein du séminaire “Douze fois Vichy” organisé par Marc Olivier Baruch, Julien Blanc et Emmanuel Saint-Fuscien, une séance intitulée :


Vichy vu d’Asie :

Résistance et collaboration en Indochine

 

le jeudi 7 avril, de 13h à 15h

au 105 bd Raspail, salle n° 5

* * *

Jennings_VichySousLesTropiquesÉtudes de Eric Jennings consacrées à cette thématique :

Eric Jennings, “L’œil de Vichy à Madagascar: Le règne de terreur d’un chef de district en Imerina,” Les Cahiers d’études africaines, 54:3 (211) (October 2013): 625-648.

Eric Jennings, co-editor, with Jacques Cantier, of a collective volume entitled L’Empire colonial sous Vichy, Paris: Odile Jacob, 2004.

CantierJennings_LEmpireColonialSousVichyEric Jennings, “Conservative Confluences, ‘Nativist’ Synergy: Re-inscribing Vichy’s National Revolution in Indochina”, French Historical Studies, special issue on “the New French Colonial History” 27:3 (Summer 2004): 601-635.

Eric Jennings, “Last Exit from Vichy France: The Martinique Escape Route and the Ambiguities of Emigration, 1940-41”, The Journal of Modern History, 74 (June 2002): 289-324.

Eric Jennings, Vichy in the Tropics: Pétain’s National Revolution in Madagascar, Guadeloupe and Indochina, 1940-1944, Stanford: Stanford University Press, 2001.
– French translation by Eric Jennings: Vichy sous les Tropiques: La Révolution nationale à Madagascar, en Guadeloupe, en Indochine, 1940-1944 (Paris: Grasset, 2004).

Image “à la une” : un des deux timbres Sports et Jeunesse (Y&T Indochine n° 284/285) émis le 10 juillet 1944. Timbre témoignant du culte de la force et de l’embrigadement des jeunes indochinois dans la Jeunesse d’Empire de Maurice Ducoroy pendant la période Decoux (1940-1945).

S.E. Tran Thanh Dat : nouveau Ministre de l’Education nationale

[ndlr] Reproduction de l’article biographique dédié au lettré Trần Thanh Đạt paru dans Indochine hebdomadaire illustré (1942).

Né le 18 décembre 1891 au village de Tiên-nôn, canton de Mâu-tài, huyên de Phu-vang, province de Thua-thiên, de feu Tran-Nha, Quang-lôc-tu-khanh, et de feue Mme Huynh-thi-Diêu, S. E. Tran-thanh-Dat a fait de brillantes études qui l’ont conduit successivement au diplôme de l’Enseignement franco-annamite, obtenu en 1908, à l’École de Droit et d’Administration de Hanoi, qu’il quitta en 1922, enfin à l’École des Hautes Études du Gouvernement annamite dont il fut premier lauréat à l’examen de sortie en 1925. Il fit une brillante carrière dans le mandarinat.

Inscrit au Têt 1942 pour le grade de 2-1, puis promu au même grade le 12 mai 1942, il prend depuis cette date le portefeuille de l’Éducation Nationale où il succède à S. E. Pham Quynh, que la confiance de S. M. l’Empereur appelle aux hautes charges de ministre de l’Intérieur.

TranThanhDat_1942

De 1933 à 1940, sept années durant, il a été le collaborateur immédiat de S. E. Pham Quynh, que ses fonctions de ministre directeur du Cabinet retenaient souvent au Palais Impérial et qui se reposait ainsi entièrement sur lui du soin de l’expédition des affaires courantes. Animé d’une grande passion pour les questions d’enseignement, auxquelles il se consacrait avec une haute compétence, une grande culture à la fois moderne et traditionnelle, une parfaite expérience administrative, maintes fois – contre l’intérêt même de sa carrière – il a décliné des postes de chef de province, voulant rester ainsi fidèle à ce qu’il considérait comme sa véritable vocation.

Source : Indochine hebdomadaire illustré, n° 92, Jeudi 4 juin 1942, [p. [XIV du cahier central illustré].

Sept minutes de vérité : l’intervention du député Trương Trọng Nghĩa

[ndlr] Intervention remarquée de l’avocat Trương Trọng Nghĩa, député de l’Assemblée nationale de la RSVN en séance le 1er avril 2016. Extraits.

“Tại sao hiện nay các cán bộ dù đương chức hay về hưu cũng đều tim cách lo cho con cái định cư tại nước ngoài? ”

“Không phải vì nghèo, vì tiền mà vì cảm thấy không vui, không an toàn về pháp lý, các quyền tự do dân chủ không bảo đảm đầy đủ và lo sợ ở đất nước bị lệ thuộc, điều này ai cũng thấy, cũng biết”

“Thứ năm, lấy lợi ích quốc gia dân tộc, lợi ích của người dân là mục tiêu cao nhất, nghĩa là phải xác định cho đúng ta, bạn, thù. 

Ta là đồng bào 54 dân tộc Việt Nam đang sống ở Việt Nam và hải ngoại, ta là nhân dân ta. Bạn là những ai ủng hộ một nước Việt Nam độc lập, chủ quyền, giàu mạnh, dân chủ, công bằng, văn minh. 

Còn thù là thế lực thù địch, đó là những thế lực cản trở đổi mới, cản trở phát triển, xâm hại lợi ích quốc gia, dân tộc, lợi ích của nhân dân, làm cho nước ta suy yếu, lệ thuộc nước ngoài, chia rẽ khối đại đoàn kết toàn dân, phá hoại an toàn, an ninh của đất nước. 

Ngoài những thế lực thù địch ấy thì còn lại là ta và là bạn của ta cho dù có sự khác biệt về phương pháp, về quan điểm và về nhận thức.”

“Nỏ thần chớ để sa tay giặc – Mất cả đất liền cả biển sâu”

“Người dân Việt Nam sẽ tự hào không chỉ vì là một dân tộc anh hùng mà còn là một dân tộc biết cách trở thành văn minh và thịnh vượng.”

Source : Dan Lam Bao, 03/04/2016.

Natasha Pairaudeau : French Indians in Indochina, 1858–1954 [parution)

[ndlr] Parution d’un ouvrage de Natasha Pairaudeau sur un sujet peu étudié.

Pairaudeau_MobileCitizens_IndiansFirst in-depth study of the Indian presence in French Indochina.
•    Provides a lively account of complexity and conflicts over citizenship within the French empire.
•    Offers a new perspective on the rise of inter-Asian migration from the late nineteenth century.

When France laid claim to the territories which became French Indochina, its beleaguered trading posts on the east coast of India gained a new purpose, sending Indians to help secure and administer its newest possessions and to assist in their commercial expansion. The migrants were among those peoples of France’s overseas empire who gained the rights of French citizens following the French Revolution. This volume explores the consequences of their arrival in Indochina just as France was testing a new approach to its colonised peoples, an approach less enamoured with the idea of colonial citizenship and more racially ordered.

This book offers an analysis of the fate of Republican ideals as they travelled between different parts of the French Empire and raised contentious issues of citizenship which engaged Indians, French authorities, and Vietnamese reformers in debate. It considers too the distinctive French colonial social order that was shaped in the process. A lively story, it is at the same time an important addition to scholarship on the French empire, on colonial society in Vietnam specifically, and on migration to Southeast Asia.

Natasha Pairaudeau is a Research Associate at the Centre for History and Economics, University of Cambridge, and a Bye Fellow of Murray Edwards College. She worked for many years conducting research in Vietnam’s uplands as a social development consultant before undertaking a PhD in history at the University of London (SOAS). Her broad research interests include migration and its role in spurring social and political change, sub-imperial systems, inter-ethnic relations, and the dynamics of citizenship, race and status in colonial systems. Her focus is on modern South and Southeast Asia. In addition to her long-standing interest in Indochina’s Indian migrant communities, her research projects include a study of transnational family life in British Burma and French Indochina, a history of migrant Indian milkmen, and a project tracing the lives of Burmese royal exiles in French Indochina.

Source : NIAS Press

Réf. : Pairaudeau, Natasha, Mobile Citizens French Indians in Indochina 1858-1954, Copenhagen : Nias Press, 2016, 352 p. ISBN : 978877694159 8

Image “à la une” : Saigon, procession lors de la fête des Chettys (CPA).

Imre Kertész (1929-2016)

[ndlr] Signalement d’articles sur la disparition de l’écrivain hongrois, prix Nobel de littérature en 2002. Retour sur le destin d’un écrivain qui traversa deux totalitarismes, de la destruction nazie en Allemagne à la paralysie communiste en Hongrie, menant à une reconnaissance internationale tardive. Un homme de “culture européenne” qui découvrit la littérature derrière le rideau de fer et appréciait La nausée de Sartre ou L’étranger de Camus. Un travail d’une grande acuité sur l’identité et la mémoire.

Kertesz_EtreSansDestin« Je suis donc mort une fois pour pouvoir continuer à vivre – et c’est peut-être là ma véritable histoire ».

« Ce que je voulais décrire, c’est comment, dans un univers concentrationnaire, un adolescent pouvait être méthodiquement spolié de sa personnalité naissante. C’est l’état dans lequel vous vous trouvez lorsqu’on vous a confisqué jusqu’à l’idée même de votre histoire. Un état où il est interdit de se confronter à soi-même. Tout le défi du roman consistait à inventer une langue qui lie ces notions et indique une existence verrouillée. »

« Si l’Holocauste a créé une culture – ce qui est incontestablement le cas -, le but de celle-ci peut être seulement que la réalité irréparable enfante spirituellement la réparation, c’est-à-dire la catharsis. Ce désir a inspiré tout ce que j’ai jamais réalisé.»

«Quand je pense à un roman, je pense toujours à Auschwitz. Même quand je parle de quelque chose de tout à fait différent, je parle d’Auschwitz. Je suis un médium pour l’esprit d’Auschwitz. Auschwitz parle à travers moi. Tout le reste me semble stupide à côté de ça.»

Sabine Audrerie, « Le sujet d’Imre Kertész, c’était la liberté », La Croix, 31/01/2016. Entretien avec son éditeur suédois, Svante Weyler : Son sujet, au-delà des deux grands thèmes que sont l’Holocauste et le communisme, c’était la liberté. Nombre de lecteurs sont entrés dans son travail par « Être sans destin », persuadés qu’ils savaient ce qu’était l’Holocauste, et réalisant après que non.

Bruno Corty, Mort de l’écrivain hongrois Imre Kertész, Nobel de littérature, Le Figaro, 31/01/2016. […] Imre Kertész publie son premier roman, Être sans destin , dans l’indifférence générale, en 1975. Il a alors 46 ans. Il a mis dix ans à l’écrire. C’est un récit sans pathos, distancié, sur ses mois de déportation. Une grande œuvre bouleversante et provocante. […]

Gille Heuré, Imre Kertész, écrivain irréductible, Télérama, 31/03/2016. […] Etre dépossédé de son destin, de son identité, procède des immuables processus des régimes totalitaires. Le problème est ensuite de savoir comment on recouvre son identité et à quel prix. […]

Guy Konopnicki, Mort de Imre Kertész, le dernier juif de Budapest, Marianne, 31/03/2016. […] Imre Kertesh était le dernier témoin de cet espace qui n’a pas fini de hanter la littérature mondiale.

Christine Marcandier, Imre Kertész (1929-2016) : «Je vais continuer à vivre ainsi ma vie invivable», Diacritik, 31/01/2016. […] Le narrateur d’Être sans destin a quinze ans, comme Kertész déporté, il est l’observateur comme étranger à lui-même et au monde de ce qu’il vit. Le récit, descriptif, quasi dépourvu de dialogue, contraint le lecteur à adopter cette même distance. […] Pourtant, comme le rappelle l’écrivain dans Dossier K., il ne faut pas confondre sa vie et son œuvre : si l’homme est né en 1929, l’écrivain est lui né en 1961, quand il commence à écrire Être sans destin. […]

Florence Noiville, L’écrivain hongrois Imre Kertész, Prix Nobel de littérature, est mort, Le Monde, 31/01/2016. […] Un homme libre. Imperméable à toute sorte de pose, sociale ou littéraire : voilà ce qu’aura été Imre Kertész toute sa vie. A travers ses livres traduits tous chez Actes sud, dont Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas (1995), Liquidation (2004), Le Refus (2002) ; Journal de galère (2010), Le Chercheur de traces (2003)… – l’écrivain se présentait comme quelqu’un qui, « du nazisme au stalinisme, aura accumulé suffisamment de savoir intime sur la dictature » pour la traduire en une expérience créatrice.  […]

Thomas Regnier, Imre Kertész, le juste, est mort, L’Obs, 31/03/2016. […] L’écriture de l’Holocauste comme «lutte»: tout Kertész est dans cette formule. Lutte, parce qu’aux prises avec la page blanche on se réapproprie la littérature, qu’Auschwitz n’a pas anéantie mais qu’il a «mise en suspens». Lutte, parce qu’en évoquant l’Holocauste, entre réalité et fiction, on restitue son universalité à l’événement. […]

Œuvres traduites en français :

  • Kertész, Imre, Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas, Arles, Actes Sud, 1995. Trad. de “Kaddis a meg nem született gyermekért” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Être sans destin : roman, Arles, Actes Sud, 1997. Trad. de “Sorstalanság” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Un autre : chronique d’une métamorphose, Arles, Actes Sud, 1999. Trad. de “Valaki más. A változás kronikája” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le refus, Arles, Actes Sud, 2002. Trad. de “A kudarc” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le chercheur de traces, Arles, Actes Sud, 2003. Trad. de “A nyomkereső” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Liquidation, Arles, Actes Sud, Babel, 2004. Trad. de “Felszámolás” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le drapeau anglais suivi de Le chercheur de traces et de Procès-verbal, Arles, Actes Sud, 2005. Trad. de “Az angol lobogó”, de “A nyomkeresõ” et de “Jegyző̈könyv” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Roman policier, Arles, Actes Sud, 2006. Trad. de “Detektívtörténet” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Dossier K., Arles, Actes Sud, 2008. Trad. de Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, L’Holocauste comme culture : discours et essais, Arles, Actes Sud, 2009. Trad. de Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Journal de galère, Arles, Actes Sud, 2010. Trad. de “Gályanapló” par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
Image “à la une” : About Imre Kertész, Kaddish.

Projection : Retour sur une illusion – film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov

[nldr] Projection du film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov sur le Cambodge des Khmers rouges.

logoFestivalFDHRencontrer un couple ayant survécu au terrible régime des Khmers rouges et filmer leur témoignage. Telle est l’expérience incroyable qu’ont vécu six lycéens suisses, sous l’impulsion des réalisateurs Hazanov et Recupero. Conduisant le spectateur de Bruxelles à Paris puis à Phnom Penh, ce film documentaire donne à voir le témoignage poignant de Ong Thong Hoeung et de son épouse Bounnie sur leur descente aux enfers dans les camps de rééducation khmers rouges. Il est également le reflet de la relation singulière qui se créé entre ces témoins et les six jeunes personnes qui recueillent leur histoire.

RetourSurUneIllusionOng Thong Hoeung et Bounnie © DR

Programmation

  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 09h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 18h00
  • FIFDH PARIS 2016 / ven 08 avril / 15h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 13 avril / 20h00

Source : Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris

Lucie Labbé : « Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne » [thèse]

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse en anthropologie sociale sur le Cambodge.

« Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne »

Lucie Labbé

Soutenance de thèse de doctorat de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) en ethnologie – anthropologie sociale sous la direction de Mme Bénédicte Brac de la Perrière

mercredi 6 avril 2016 à Paris

 

Résumé de la thèse :

Cette thèse a pour objet la danse de cour cambodgienne qu’elle aborde non seulement en tant que production sociale mais aussi dans ses aspects esthétiques et techniques. D’origine rituelle et palatine, cette forme de danse également nommée « danse classique khmère » est aujourd’hui enseignée dans un contexte étatique institutionnel. Depuis quelques décennies, la danse de cour est aussi enseignée et pratiquée dans les cadres touristique et humanitaire au sein de groupes de danse constitués, le plus souvent, de jeunes gens issus de milieux défavorisés. Des tournées internationales de troupes professionnelles et des associations créées par des Cambodgiens de la diaspora ont également contribué à l’exporter hors du Cambodge.

Partant de ces observations, les conditions dans lesquelles le « savoir dansé » est aujourd’hui incarné hors de la cour sont examinées afin de mettre en évidence le rôle actuel de la danse et des danseuses. Il s’est avéré que, dans les différents contextes où elle existe, la danse de cour n’apparaissait pas seulement comme un symbole visible de l’identité cambodgienne. En effet, une efficacité rituelle lui est toujours reconnue dans certains cadres, en particulier celui du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Là, l’apprentissage est particulièrement rigoureux et rythmé par des cérémonies qui actualisent le lien entre les générations passées et présentes de maîtresses et d’élèves.

Les danseuses, forgées par la danse à la fois dans leur corps et dans leur esprit, incarnent des modèles de femmes khmères dans un cadre ethnico-national où la royauté demeure un référent social. Certaines  revendiquent par ailleurs un nouveau statut d’artiste en développant une expression personnelle dans la continuité mais aussi, pour quelques-unes, dans une forme de rupture avec les référents monarchiques et étatiques.

Le jury sera composé de :

  • M. Michel ANTELME, professeur, INALCO
  • Mme Bénédicte BRAC DE LA PERRIÈRE, directrice de recherche, CNRS
  • M. Jean-Paul COLLEYN, directeur d’études, CNRS / EHESS
  • M. Michael HOUSEMAN, directeur d’études, CNRS / EPHE
  • Mme Dana RAPPOPORT, chargée de recherche, CNRS / EHESS
  • Mme Ashley THOMPSON, maître de conférence, SOAS (Royaume Uni)

 

Informations pratiques :

La soutenance aura lieu le mercredi 6 avril 2016 à 14h au

Centre Asie du Sud-Est (CASE)

Bâtiment Le France, salle 638 (6ème étage)

190 avenue de France, 75013 Paris

Accès : Métro ligne 6 (station : Quai de la gare) ou bus 89 (arrêt : Bibliothèque François Mitterrand).

Image “à la une” : danse classique khmère dans Reamker, danse avec les dieux, documentaire de Stéphane Lebon, 1993, 58’.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search