Exposition virtuelle « Les travailleurs indochinois » – du 10 au 18 Avril 2021

A explorer en ligne cette semaine.

Exposition virtuelle et témoignages associés du 10 au 18 Avril 2021.

Une exposition de Dzu LÊ LIÊU (Enseignante en audiovisuel au Lycée des Arènes de Toulouse et réalisatrice de Les Hommes des 3 Ky – Hulot Prod., CERRAVHIS, Médiathèque des Trois Mondes, 1996). Liêm-Khê LUGUERN (Enseignante au collège de Gaillac (Tarn) et docteur en histoire, thèse sous la direction de Gérard Noiriel, Les «travailleurs indochinois» – Étude socio-historique d’une immigration coloniale, 1939-1945). Laure TEULIÈRES (Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, rattachée au laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136) et codirectice de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire).

Pour participer à l’effort de guerre en métropole, la France est allée chercher dans l’Empire colonial des soldats et de la main-d’œuvre pour remplacer les hommes partis au front. Si le souvenir des bataillons d’Afrique n’a pas encore disparu, la présence des Indochinois en France est souvent méconnue.

De son nom complet « Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945) », cette exposition remarquable relève d’un projet culturel et pédagogique ambitieux : contribuer à transmettre au grand public le parcours de ces migrants, à travers histoires familiales et destins personnels. Exposition originale de 13 panneaux constituée en 2016 par Dzu Lê Liêu, Liêm-Khê Luguern, Laure Teulières, François Vuong Triêu et la Mission égalité diversité de la ville de Toulouse, dont une sélection vous est présentée par Made in Asia.

Pour en savoir plus :

Made in Asia : https://www.madeinasia.fr/session/exposition-les-travailleurs-indochinois/

Illustration « à la une » : Salut aux couleurs de la République Démocratique du Viêt-Nam naissante dans un camp de « travailleurs indochinois » vers 1948 © Collection LK Luguern

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) : Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est – 9 avril 2021

Dernière séance du séminaire de l’IrAsia.

Gilles de Gantès (IrAsia) et Aurore Candier (CASE, Irasec) :

Différents récits sur la modernité en Asie du Sud-Est.

  • Gilles de Gantès : Approcher une modernité asiatique avec des sources coloniales.
  • Aurore Candier : Les transformations des conceptions politiques en Birmanie au XIXème siècle.

Vendredi 09 avril 2021 à 14h en visioconférence.

Inscription et lien de connexion : louise.bertaux-pichard@univ-amu.fr

Pierre Petit : Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques – 15 avril 2021

A ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire « Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est » aura lieu ce jeudi 15 avril, de 14h à 17h.

Nous aurons le plaisir d’accueillir l’anthropologue Pierre Petit (Université libre de Bruxelles), pour un exposé intitulé :

Pour une anthropologie historique des hautes terres de l’Asie du Sud-Est socialiste : Méthodes, contextes et éthiques.

De 16h à 17h, nous continuerons notre atelier de travail de textes classiques avec une discussion d’un ensemble de textes (auteurs : Y. Goudineau, C. Archaimbault, F. Engelmann) autour de l’anthropologue Charles Archaimbault, présentés par Wu Yue.

La lecture des textes autour de C. Archaimbault est fortement conseillée pour cette séance. Ils sont disponibles à cette adresse: https://www.persee.fr/issue/asean_0859-9009_2001_num_8_1

Pour assister au séminaire, merci de contacter l’un des organisateurs ou de vous inscrire sur https://listsem.ehess.fr/

Bien cordialement

Vanina Bouté, Yves Goudineau et Catherine Scheer

Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales : CR de lecture de Vincent Leclair

Nelcya Delanoë et Caroline Grillot, Casablanca-Hanoï, une porte dérobée sur des histoires postcoloniales, Paris, L’Harmattan, 2020. Compte-rendu de lecture de Vincent Leclair.

Douze années. Douze années d’enquête sont concentrées dans ce petit livre original et haletant signé Nelcya Delanoë et Caroline Grillot. Une plongée dans les méandres de vies composées-décomposées-recomposées au gré de la dislocation puis du réagencement de ce qui fut l’Empire français et la colonisation.

Les deux autrices, Nelcya Delanoë (Poussières d’empires, Paris, PUF, 2002), historienne de la génération de 1968 qui arpente le monde depuis son enfance et l’ethnologue Caroline Grillot (Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite, ou re-socialisées : les “fiancées” vietnamiennes en Chine, Paris, IRASEC, 2010), chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale et spécialiste de l’antimonde et de l’apiculture Chinois, livrent dans ces 150 pages les fruits polymorphes d’un long travail composé de tours, de retours et de détours entre le Maroc, le Vietnam et la France, autant de circulations qui donnent à voir les complexes entrelacs existentiels de la génération des enfants de soldats marocains du Corps expéditionnaire français d’Extrême Orient (1945-56) qui désertèrent pour rallier le Viêt Minh.

L’ouvrage est original car polyphonique et buissonnant, ce que souligne la préface de François Guillemot, spécialiste de l’histoire du Viêt Nam. L’écriture à quatre mains relate le parcours de Dung, l’héroïne, femme vietnamienne née de la rencontre d’un soldat marocain du Corps Expéditionnaire Français en Extrême Orient (troupes envoyées en Indochine de 1946 à 1954) puis rallié au Viet Minh. Rappelons qu’environ un quart des troupes du CEFEO était composé de soldats algériens, tunisiens et marocains.

Lire la suite : https://clio-cr.clionautes.org/casablanca-hanoi-une-porte-derobee-sur-des-histoires-postcoloniales.html