Eugénie Mérieau : Pré-Inventaire des « Papiers Pridi Panomyong » à l’IAO, déposés par Judith Stowe

Le fonds déposé par Judith Stowe à l’Institut d’Asie orientale est pour les historiens une excellente porte d’entrée sur les périodes les plus intrigantes de l’histoire politique de la Thaïlande, et notamment sur les événements autour desquels de nombreuses zones d’ombre persistent encore.

Pridi Panomyong, homme d’Etat thaïlandais (1900-1983)

Le fonds se compose de dossiers de presse thaïe, câbles diplomatiques américains, documents judiciaires originaux, et mémoires personnels. Il s’articule autour de trois thèmes clé de l’histoire thaïlandaise : les relations internationales de la Thaïlande pendant la Seconde guerre mondiale, la vie de Pridi Panomyong, et le rôle du roi Bhumipol Adulyadej dans la politique thaïlandaise. Les documents rassemblés par Judith Stowe couvrent la période s’étendant du début des années 1940 à la fin des années 1980.

I : Judith Stowe

Judith Stowe, née au début des années 1930, est une ancienne diplomate britannique. Devenue journaliste pour la BBC, elle a dédié la majeure partie de sa vie à l’étude de l’Asie du Sud-Est et en particulier de la Thaïlande et du Vietnam. Sa contribution à l’étude de l’histoire thaïlandaise est souvent sous-estimée ; pourtant, son livre Siam becomes Thailand : a story of intrigue (( Judith Stowe, “Siam becomes Thailand : a Story of Intrigue”, Honolulu : University of Hawaii, 1991 )) est l’un des ouvrages les plus détaillés concernant la période 1932-1946 en Thaïlande, faite de révolutions, coups d’Etat militaires et contre-coups, et la mort inexpliquée d’un monarque.

Afin de conserver son indépendance et sa carrière de diplomate, Judith Stowe avait fait le choix de ne pas se marier  – elle fut envoyée en poste à Manille, Belgrade, Brasilia, Asunción, Saint-Domingue et Jakarta. La naissance d’un enfant mit fin à sa carrière de diplomate, et elle s’orienta vers le journalisme. Après avoir travaillé quelques temps pour la BBC, c’est en 1974, à l’âge de 40 ans, qu’elle devint la responsable de la section thaïlandaise à Londres, avant d’être transférée à la section vietnamienne.

Judy Stowe (1934-2007) © BBC

De ces deux passions, la Thaïlande et le Vietnam, elle s’était fait de nombreux ennemis, devenant persona non grata dans les deux pays. Elle s’était piquée d’ un grand intérêt pour deux de leurs réfugiés en France : Col Bui Tin, qui s’était établi en France en 1990, et Pridi Panomyong, établi en France en 1970. Au premier, elle conseilla de publier ses mémoires, qu’elle traduisit en anglais1. Ses rapports avec le second ne sont pas à ce jour connus – le journal de Judith Stowe n’évoque pas de rencontre avec Pridi – mais les documents du fonds, notamment l’inclusion de documents personnels ayant appartenu à Pridi lui-même, semblent indiquer sinon une certaine proximité du moins un lien.

Les sections sud-est asiatiques du BBC World Service, successeur du BBC Empire Service, avaient été créées dans le cadre de la Seconde guerre mondiale à des fins de propagande de guerre, puis réinvesties d’une mission de lutte anticommuniste en Asie du Sud-Est au tournant de la guerre froide. En Thaïlande, les informations en langue thaïe étaient diffusées sur les ondes à partir d’un émetteur situé à Nakhon Sawan, au nord du pays, après avoir longtemps été émises depuis Hong Kong (jusqu’à la rétrocession en 1997). Toute sa vie, Judith Stowe s’était battue pour le maintien de la section de langue thaïe  – mais c’est en vain qu’elle tenta d’en empêcher la fermeture en 2005 lors d’une restructuration du BBC World Service.

Elle s’est éteinte en 2007 sans savoir que la section thaïe de la BBC allait renaître sous version digitale en 2016, dotée d’un nouveau cahier des charges de lutte contre la dictature militaire, l’autoritarisme et la censure dans le pays. L’acte de naissance de la BBC-Thaï numérique fut la publication d’un article factuel mais détaillé de la biographie du roi Vajiralongkorn, monté sur le trône le 1er décembre 2016 suite au décès de son père le 13 novembre 2016. Cet article dissonait dans le paysage médiatique du royaume, au sein duquel la figure du monarque est entourée d’un lourd silence. Son partage sur Facebook causa l’arrestation et la condamnation exemplaires d’un activiste à une peine d’emprisonnement pour lèse-majesté et cybercrime.

II : Les papiers Pridi Panomyong

  1. Relations internationales durant la seconde guerre mondiale

Guerre franco-thaïe, 1940 – 1941

Durant la seconde guerre mondiale, la Thaïlande a tiré profit de la défaite française pour acquérir des provinces limitrophes au détriment du Cambodge et du Laos sous protectorat français. Cette « guerre » fait partie de la mythologie nationale thaïlandaise, la « victoire » étant commémorée par un grand monument au centre de Bangkok, le « Monument de la Victoire ». L’article photocopié versé au fonds est aujourd’hui disponible en ligne2.

Relations thaï-japonaises, 1940-1945

Les relations entre le Japon et la Thaïlande durant la seconde guerre mondiale sont l’un des domaines les plus complexes de l’histoire thaïlandaise. Le 12 décembre 1941, peu après Pearl Harbor, Luang Phibun Songkhram s’allie avec le Japon, et le 25 janvier 1942, déclare la guerre à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Néanmoins, la déclaration de guerre n’est pas remise par l’ambassadeur de Thaïlande aux Etats-Unis, et un mouvement de résistance, coordonné au sommet de l’Etat par Pridi Panomyong, le régent, s’organise.  Cette histoire est retracée dans un livre versé au fonds sous forme de photocopie3.

Tribunal de guerre, 1946

Le tribunal de guerre en 1946 fut mis en place sous la pression britannique pour juger le premier ministre Phibun Songkhram et les agents ayant collaboré avec les Japonais pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les Etats-Unis, quant à eux, étaient favorables à une reconnaissance de la Thaïlande dans le camp des Alliés. Phibun Songkhram fut envoyé en prison, mais finalement, la Cour Suprême invalida la loi sur les crimes de guerre pour inconstitutionnalité, et Phibun fut relâché. Les câbles diplomatiques versés au fonds offrent de précieux renseignements sur l’attitude américaine face à la mise en place de ce tribunal de guerre, dans le cadre de l’amorce de la Guerre Froide et sur fonds de rivalité américano-britannique.

  • Vie de Pridi Panomyong

Entretiens de Pridi, années 1950-1980

Au cours de sa vie, Pridi a exercé les fonctions de professeur de droit, parlementaire, ministre, premier ministre, régent. Surtout, il a été le cerveau et le leader de la révolution de 1932 qui mit fin à la monarchie absolue en Thaïlande. Il a été l’un des acteurs les plus importants de ce que Judith Stowe nommait les « intrigues » de la vie politique thaïlandaise post-1932. Dans un entretien célèbre, il déclarait « Lorsque j’avais le pouvoir, j’étais jeune et inexpérimenté. Lorsque j’ai eu de l’expérience, je n’avais plus le pouvoir ». Les entretiens rassemblés par Judith Stowe, en thaï et anglais, sont issus des différents journaux thaïs de l’époque : si certains ont déjà fait l’objet de publication sous forme de recueils4, ils n’en sont pas moins une très bonne ressource pour appréhender la personnalité de Pridi et lire l’histoire politique thaïlandaise à travers son expérience privilégiée.

Réflexions de Pridi sur sa vie, 1972

Pridi Panomyong a connu deux exils : un premier exil en Chine, de 1949 à 1970 et un second en France, de 1970 à sa mort, en 1983. En tout, il vécut près de quarante ans en exil. Suite à son coup d’Etat manqué en 1949 contre son ancien allié Phibun Songkhram, Pridi s’était enfui en Chine puis, à partir de 1970, installé en France. De cette « retraite », il produisit de nombreuses analyses sur sa vie et sur son action en tant qu’homme politique et juriste de la fin des années 1920 à sa mort. Tout comme son autobiographie publiée en France n’est toujours pas traduite en thaï5, le mémoire versé au fonds, rédigé depuis Nice en langue thaïe, est introuvable en Thaïlande.

Affaire de diffamation, 1977 – 1985

Pridi Panomyong a eu à cœur toute sa vie de se défendre d’accusations de républicanisme et surtout de régicide – il fut accusé d’avoir commandité le régicide de Rama VIII en 1946. En 1977, Rong Sayamanan publia un livre sur l’histoire constitutionnelle thaïlandaise6 incriminant directement Pridi dans l’affaire du régicide. Pridi a engagé des poursuites judiciaires contre Rong Sayamanan, et gagna le procès en diffamation, ce qui constituait pour lui la première reconnaissance officielle de son innocence dans l’affaire du régicide. Les comptes-rendus d’audience, versés au fonds, furent publiés dans un recueil paru en 19857 – avant de mourir, Pridi aurait demandé à ses filles de veiller à la publication de ce jugement, pour laver son honneur. Ce recueil n’étant pas disponible en France, la présence des documents originaux dans le fonds est d’une grande valeur : ils prouvent, si le doute était encore permis, que Pridi était bel et bien très attaché à l’institution monarchique.

  • Implication du Roi Bhumipol dans la politique thaïe

Seconde Guerre Mondiale, 1940 – 1945

Au cours de la Seconde guerre mondiale, la famille royale vit en Suisse. Son rôle est complètement invisibilisé par la lutte qui se joue en Thaïlande entre le gouvernement officiel pro-japonais de Phibun Songkhram et le gouvernement de l’ombre de Pridi Panomyong et du groupe de résistance Seri Thai. Néanmoins, les documents de Judith Stowe interpellent en ce qu’ils dévoilent un pan obscur du rôle de la famille royale thaïlandaise durant cette période, qui ne se résume pas à celle de spectateur passif, à travers les écrits des auteurs critiques Puey Ungpakorn et Pridi Panomyong.

Affaire de régicide, 1946 – 1955

En 1946, le roi Ananda Mahidol est retrouvé mort dans sa chambre. Son frère cadet Bhumipol est proclamé roi immédiatement, avant de retourner en Suisse. Pridi Panomyong est accusé du crime, et en 1951, après son exil définitif, trois personnes de son entourage sont condamnées à mort pour régicide. Bhumipol rentre alors en Thaïlande pour s’installer définitivement dans le royaume et assumer son rôle de roi. En 1955, les trois condamnés à mort sont exécutés. Les câbles diplomatiques rassemblés par Judith Stowe au sujet de l’affaire de régicide mettent en lumière le rôle joué par Bhumipol et les autres membres de la famille royale.

Démocratisation de la vie politique, 1970-1980

Dans les années 1970, le roi Bhumipol est érigé en « père de la démocratie thaïlandaise ». Il intervient de façon croissante dans la politique, notamment en 1973 lorsqu’il dissout l’assemblée, nomme discrétionnairement un premier ministre de son choix ainsi qu’une assemblée de près de 2500 membres pour amorcer une révision constitutionnelle. Les câbles diplomatiques du fonds révèlent une lecture américaine plutôt favorable aux interventions royales.

III : Intérêt du fonds

Si en soi de nombreuses pièces du fonds sont désormais accessibles virtuellement, qu’il s’agisse des archives du Bangkok Post, des câbles diplomatiques américains ou des articles universitaires, l’intérêt du fonds réside dans sa compilation des documents clé pour comprendre la politique thaïlandaise et notamment le rôle de la monarchie dans celle-ci, question au cœur des études thaïe, toutes disciplines confondues. Les archives sont bien conservées et directement utilisables à des fins de recherche.

L’implication du roi Bhumipol dans la politique thaïe est également au cœur des questions sur la politique thaïlandaise et l’un des enjeux majeurs du tournant historique révisionniste amorcé dans les années 2000. Les historiens de ce courant, notamment Somsak Jiemteerasakul – aujourd’hui réfugié politique en France – ont déjà publié un certain nombre de documents sur les thèmes abordés par Judith Stowe8. Dans tous les cas, sur ces trois thèmes des relations internationales durant la seconde guerre mondiale, des aspirations de Pridi et du rôle du roi Bhumipol dans la politique thaïlandaise, les archives thaïlandaise n’ont pas encore livré tous leurs secrets. En particulier, les archives relatives au régicide de 1946 ont été étonnamment très peu exploitées. La présence de ce fonds à l’IAO encouragera peut-être davantage de chercheurs, doctorants ou chercheurs confirmés, à s’intéresser à l’histoire thaïlandaise.


Aperçu des « Papiers Pridi »

1. Recueil de textes Document dactylographié, Traduction du thai Anglais 17 p.  Famille royale, 1940-1945 Abpasrapa Taewkul, Puey Ungpakorn, Pridi Panomyong,
2. Article Article de journal, photocopie Anglais 8 p. Guerre franco-thaïe, 1940 – 1941 George Paloczi-Horvath
3. Livre Photocopie Anglais 287 p. Relations thaï-japonaises 1940-1945 Bruce Reynolds
4. Livre Photocopie Thai 108 p. Mémoires de Pridi depuis Nice 1972 Pridi Panomyong
5. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 133 p.  Famille royale, 1942-1945 Office of Strategic Services et US Department of State
6. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 102 p. Famille royale, 1954 US Foreign Service
7. Recueil d’articles universitaires Photocopies Anglais 50 – 100 p. Famille royale, 1940-1945 Nicholas Tarling Charnvit Kasetsiri Benjamin Batson
8. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 -100 p.   Régicide, 1946 US Department of State
9. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 – 100 p.   Tribunal de guerre, 1946 US Department of State
10. Recueil de câbles diplomatiques Photocopies Anglais 50 p. Implication du roi dans la politique thaïe, 1970-1980 US Department of State
11. Extraits de jugements Livret photocopié Thaï 3*50 p. Compte-rendu d’audiences et pièces versées au dossier de l’affaire de diffamation de Pridi Panomyong contre Rong Syamananda, 1978 Ministère de la justice
12. Recueil de coupures d’articles Photocopies, originaux Thaï et anglais 30 p.   Entretiens avec Pridi Panomyong, années 1950 – 1980 Bangkok Post, autres

MàJ 01/07/2020.


Pour citer cet article : Eugénie Mérieau, « Pré-inventaire du fonds Pridi Panomyong à l’IAO, déposés par Judith Stowe », Mémoires d’Indochine, 29 juin 2020. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/36370


Notes

  1. Bui Tin, “Following Ho Chi Minh: memoirs of a North Vietnamese colonel”, Londres : Hurst, 1995 []
  2. George Paloczi-Horvath, “Thailand’s war with Vichy France”, History Today, 1995, 45#3, pp. 32-39 []
  3. Bruce Reynolds, Thailand and Japan’s Southern Advance, 1940–1945, New York : Palgrave, 1991 []
  4. Chris Baker et Pasuk Phongpaichit, Pridi by Pridi : selected writings on life, politics, and economy, Chiang Mai : Silkworm Books, 2000 []
  5. Pridi Panomyong, Ma vie mouvementée et mes 21 ans d’exil en Chine populaire, Paris: Varap, 1974 []
  6. รอง ศยามานน, ประวัติศาสตร์ไทยในระบอบรัฐธรรมนูญ, กรุงเทพฯ : ไทยวัฒนาพานิช, 2520 []
  7. ปรีดี พนมยงค์, ชำระประวัติศาสตร์, กรุงเทพฯ : ไทยวัฒนาพานิช, 2528 []
  8. สมศักดิ์ เจียมธีรสกุล, ประวัติศาสตร์ที่เพิ่งสร้าง, กรุงเทพฯ : 6 ตุลา, 2544 []

Đinh Trọng Hiếu & Emmanuel Poisson : Le bambou au Vietnam [parution le 18 juin 2020]

Avis de parution. Présentation de l’éditeur.

À la fois synthèse et remarquable mine de données, cet ouvrage croise des sources en démotique, chinois classique et vietnamien moderne, des matériaux iconographiques ainsi que des documents de terrain.

Le lecteur y découvrira des textes rarement cités, comme cette annotation admirative de Ji Han, voyageur chinois au début du IVe siècle dans le nord du Vietnam actuel : « On y taille le “bambou de la forêt de pierre” pour en faire des couteaux avec lesquels on peut trancher du cuir d’éléphant aussi facilement que des taros. »

Faits, gestes et savoirs sont illustrés par un corpus exceptionnel de 160 gravures sur bois ou planches lithographiques, abondamment commentées. Tirées d’ouvrages originaux (Technique du peuple annamite, Monographie dessinée de l’Indochine), elles couvrent la plupart des symboles et usages quotidiens du bambou.

Ces illustrations donnent vie à des faits, gestes techniques et savoir-faire passés et actuels. Ainsi, la « civilisation du végétal », mise en évidence jadis par le géographe Pierre Gourou, n’y apparaît pas en contradiction avec la modernité.

Đinh Trọng Hiếu, ancien chargé de recherche au CNRS, anthropologue et ethnobotaniste du Vietnam, a publié une trentaine d’articles. Ses recherches sont centrées sur les interactions entre les Vietnamiens et leur environnement.

​Emmanuel Poisson, professeur d’histoire à l’Université de Paris et membre de l’IFRAE, est spécialiste de l’histoire sociale et des techniques du Vietnam.

Source : Hémisphères éditions