les irréductibles “amis du Viêt-Nam Libre” – Lyon, 20 octobre 2019

Pour protester à la fois contre la politique du régime communiste vietnamien (RSVN) et à l’expansionnisme de Pékin (RPC) en mer de Chine méridionale, des Vietnamiens exilés se retrouvent presque toutes les fins de semaine sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris. Résilients à tout, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, ils se font le relais de la protestation interne complètement étouffée au Viêt-Nam.

Cette semaine, les organisateurs de ces happenings politiques, sorte d’agit-prop anti-communiste, sont descendus sur Lyon en mobilisant une poignée de Vietnamiens de l’agglomération.

Dans l’Appel à cette manifestation du dimanche 20 octobre 2019, organisée par “Les amis du Viêt-Nam Libre”, l’expansionnisme de la “Chine rouge” contre le Viêt-Nam était souligné. Quatre dates clés rappelaient la politique de fait accompli chinoise menant à la perte de territoire sur la frontière nord et dans la partie de la “Mer de l’Est” sous souveraineté vietnamienne :

1974 : les îles Paracels,

1979 : la porte de Nam Quan, les chutes de Ban Gioc, les zones frontalières du Nord du Viêt-Nam après la guerre éclair sino-vietnamienne en 1979,

1988 : les îles Spratleys,

2019 : les récifs de corail Vanguard Bank.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019 place Bellecour à Lyon1.
Copie d’écran du reportage d’Albert Goulain © DR

La perte de ses territoires terrestres et maritimes a soulevé beaucoup d’émois au Viêt-Nam tout comme dans la communauté exilée depuis les premières manifestations massives anti-chinoises en 2011 et celles plus violentes de 20142. Face à ces protestations de rue à caractère insurrectionnel (voir les grandes manifestations de 2014 et 2018), le pouvoir politique vietnamien a mobilisé l’ensemble des forces de sécurité, policière et militaire, pour étouffer dans l’œuf la voix des blogueurs, activistes sociaux et intellectuels critiques. Cette répression régulière et accrue ces dernières années a eu pour effet d’amoindrir considérablement les mouvements de protestations dans le pays. Les dissidents les plus influents ont été expulsés du pays ou croupissent dans les camps de prisonniers. Et de fait, aujourd’hui la réaction à l’affaire de Vanguard Bank reste modique dans le pays comme à l’extérieur dans l’espace transnational vietnamien3.

A Lyon, les manifestants, près d’une quarantaine, vilipendèrent la faiblesse de la réaction du gouvernement vietnamien face à ces actes belliqueux de Pékin tout en condamnant le régime autoritaire pour sa répression continue des “patriotes”.

Au delà de cette inquiétude légitime relayée par nombre d’intellectuels depuis l’intérieur du pays, les “irréductibles” d’aujourd’hui lièrent cette protestation anti-chinoise aux problématiques écologiques qui traversent la société vietnamienne dans son ensemble :

En même temps, les communistes vietnamiens ont laissé entrer sans visa des Chinois au Viêt-Nam pour y construire des usines polluant l’environnement sur terre et en mer. Parallèlement avec cette lâcheté devant l’ennemi, ces mêmes forces brutales ont utilisé la Loi Cyber-Sécurité [entrée en vigueur en janvier 2019] pour exercer des oppressions, emprisonnements contre les activistes pacifistes qui ont milité pour la Démocratie, la Liberté sur les trois zones (Nord-Centre-Sud) de la Patrie, la protection de l’environnement ! [référence au projet des trois Zones économiques spéciales concédées à Pékin pour une durée de 99 ans]4

Extrait du tract du 20/10/2019, parties en français et en anglais.

Si le caractère folklorique de ce happening politique peut faire sourire ou étonné (notamment par les références à l’ancienne République du Viêt-Nam conquise en 1975 par les forces communistes), il n’en reste pas moins que le message vise avant tout les compatriotes à l’intérieur du pays, premières victimes de la politique gouvernementale et de la corruption :

A l’étranger, nous, les Vietnamiens en exil à cause de la catastrophe communiste, n’oublions jamais nos compatriotes au pays. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toujours notre Peuple qui est en train de faire face au pouvoir oppressif dans des difficiles conditions voire dangereuses pour la vie.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019.

D’aucun verront dans ces paroles, une amertume accumulée pendant des décennies suite à la chute de Saigon le 30 avril 1975 vécue comme une “catastrophe” pour l’ensemble du pays, d’autres, que ce message possède une portée plus historique, liant le drame vietnamien du XXe siècle (guerre d’indépendance, guerre civile, boat people, disparition de toute possibilité de pouvoir démocratique) à l’avènement d’un pouvoir autoritaire sans partage désormais pieds et poings liés avec Pékin5.

Autour d’une quarantaine de manifestants, le happening dura près de deux heures entre l’installation des panneaux, de la sono et des drapeaux du Viêt-Nam libre (le drapeau jaune au trois bandes rouges), français ou américain. Débutant par une cérémonie en hommage à l’ancienne République du Viêt-Nam (1955-1975), au son de son hymne national, une minute de silence fut observée pour les “combattants sacrifiés pour la juste cause”. Entre discours offensifs et chansons de lutte, une série de slogans contre l’expansionnisme chinois ou contre le pouvoir communiste vietnamien résonnèrent avec emphase sur la place Bellecour. Chacun pouvait noter la grande détermination des quatre femmes au micro, relayées par l’ensemble de l’assemblée.

Aperçu de la tribune de la manifestation du dimanche 20 octobre 2019 à Lyon.

Un grand panneau explicatif en français destiné aux passants exposait les raisons de cette mobilisation (Qui sommes nous ? ; Que voulons nous ?…). Dans le public, deux jeunes françaises spectatrices, familières du drapeau du Viêt-Nam socialiste, s’interrogeaient sur la signification du drapeau jaune à trois bandes rouges, emblème de la communauté vietnamienne réfugiée avant de souhaiter bonne chance aux participants. Des touristes américains, en provenance du Minnesota, s’intéressèrent à la manifestation. Une femme me glissa à l’oreille un “sorry” pour l’effroyable guerre du Viêt-Nam qui résonnait encore dans son esprit. Un français d’un certain âge, frappé par la présence des drapeaux jaunes, applaudit à la résilience de Saigon. D’autres passants étaient intrigués par la juxtaposition d’une manifestation vietnamienne et d’une manifestation libanaise (de l’autre côté de la statue de Louis XIV) le même jour sur une place Bellecour transformée en étendard coloré de la contestation.

Dans l’assemblée, on put remarquer la présence de M. Duong Van Loi, réfugié, ancien prisonnier évadé des camps de rééducation vietnamien, défilant malgré son grand âge6. En fin de happening, les organisateurs MM. Nguyen Anh Tai et Dang Mau Vinh remercièrent les manifestants et les invitèrent à un moment de convivialité autour d’un verre et de quelques mets vietnamien. Si à l’avenir la communauté vietnamienne de Lyon répond présent, ils seront prêts à initier une nouvelle protestation de ce type pour mobiliser les consciences et ceci jusqu’à “la chute du régime”.

Près de quarante cinq ans après la chute de Saigon, les “irréductibles” n’ont donc pas encore dit leur dernier mot.

FG, 20/10/2019.

Notes

  1. Sur les agressions de pêcheurs vietnamiens, voir la chronologie établie par André Menras : “Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)” []
  2. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes”, 17/05/2014 []
  3. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?” []
  4. Sur ce dernier point, voir le dossier de la BBC, programme en vietnamien []
  5. Voir nos analyses : “L’urgence démocratique – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne”, 27/05/2014 et “Viêt-Nam : le casse-tête chinois”, 29/06/2014 []
  6. Sur le site de France Terre d’Asile, témoignage en ligne de Duong Van Loi sur la condition des prisonniers : “La bouillabaisse” et auteur de L’ hélicoptère de la liberté: de la Porte du Ciel (Cong Troi) à la Porte de Chine. Aventure vécue d’un prisonnier politique échappé du camp de la mort, Paris, Les éditions La Bruyère, 1990 []