The Viet Nam Population and Housing Census – 2019

Le chiffre du jour. Merci à Patrick Gubry pour cet échange d’information sur le recensement vietnamien de 2019.

Source des images : Tong Dieu Tra Dan So

Pour télécharger les rapports en ligne (PDF) :

Illustration “à la une” : © 2019 GSO

Compte-rendu – Journée d’études : (Dé)construire les “archives coloniales”

Signalement du compte-rendu de deux parties de Vincent Bollenot sur cette problématique intéressante pour notre séminaire. Nous remercions cet auteur pour ce partage de connaissances.

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages.

  • Le jeudi, les journées d’études s’ouvrent sur une présentation-visite des ANOM animée par Isabelle Dion, Eve Roy et Delphine Auzepy. Suivent trois panels et deux tables-rondes répartis sur les deux journées.

Lien vers le compte-rendu (1) publié le 26/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/391

  • Ce second billet propose un compte-rendu de la deuxième journée, rythmée par deux panels et une table ronde.

Lien vers le compte-rendu (2) publié le 29/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/403

Illustration “à la une” : Archives nationales – Site de Pierrefitte (détails) / Wikipedia

Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?

La situation se tend de nouveau entre le Viêt-Nam (RSVN) et la Chine (RPC) sur la question de la Mer de Chine méridionale, Mer de l’Est pour les Vietnamiens. Malgré une relative faible mobilisation, des manifestations vietnamiennes s’organisent.

Alors que des exercices militaires chinois se déroulaient les 6 et 7 août dans la zone des Paracels (Hoang Sa) à proximité du Centre du Viêt-Nam et qu’une occupation des Spratleys (Truong Sa) par des navires chinois irrite les autorités vietnamiennes, une manifestation rassemblant une dizaine de personnes s’est déroulée le 6 août devant l’ambassade de Chine à Hanoi, la capitale du pays.

Cette micro-manifestation revêt une signification néanmoins importante comme le souligne l’intellectuel Nguyen Trong Thuy sur son blog1. Elle intervient dans un contexte particulièrement compliqué pour la dissidence vietnamienne régulièrement muselée et harcelée. D’autres, comme l’avocat dissident Lê Cong Dinh y voient un possible “feu vert” des autorités vietnamiennes pour signifier que les Vietnamiens pourraient répondre dans la rue à la politique de fait accompli chinoise. La question se pose. Cependant, la population vietnamienne semble encore peu mobilisée par la question et personne du côté de la dissidence n’attend de véritable feu vert. Dans son ensemble, cette dernière se méfie d’une manipulation de l’esprit patriotique par les autorités communistes suivie d’une répression, un scénario déjà subi lors des expériences précédentes2.

Cette nouvelle affaire en Mer de Chine méridionale fait suite à une longue série d’occupations arbitraires chinoises et de militarisation des îlots en dépit du droit maritime international. Depuis le début du mois de juillet, un récif corallien dénommé Tu Chinh (Vanguard Bank), situé dans la zone économique exclusive maritime du Viêt-Nam est convoité par la Chine. Cette présence chinoise dans une zone maritime relevant entièrement du Viêt-Nam, conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, a provoqué à plusieurs reprises la réaction de Hanoi. Selon le South China Morning Post, la situation très tendue aurait pu déboucher sur une confrontation :

“Les garde-côtes chinois et vietnamiens ont été impliqués dans une confrontation d’une semaine autour d’un récif en mer de Chine méridionale, risquant le plus important affrontement entre les deux pays depuis cinq ans”3.

Le 16 août, le ministère des Affaires étrangères vietnamien protestait contre le retour d ‘un navire de prospection chinois répondant au nom de Haiyang Dizhi 8 (HD8) dans les eaux vietnamiennes des Spratleys4. Le 22 août 2019, lors d’une conférence de presse, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lê Thi Thu Hang réaffirmait le point de vue du Viêt-Nam :

“Ces derniers jours, le groupe de navires de recherche Haiyang Dizhi 8 de la Chine est revenu et a continué ses actes de violation grave de la zone économique exclusive et du plateau continental du Vietnam, déterminés selon la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982”

“Avec une volonté de défendre ses droits et intérêts légitimes, de contribuer à la paix, à la stabilité et à la sécurité régionale et internationale, le Vietnam est toujours prêt à résoudre les désaccords par la voie pacifique, selon le droit international”5.

Chevauchement de revendications dans la mer de Chine méridionale : la zone économique exclusive du Vietnam en bleu, la ligne rouge à neuf tirets de la Chine en rouge. © The Maritime Executive

Cependant, la réponse de Hanoi aux intrusions chinoises sur sa zone exclusive en Mer de l’Est a peu d’impact face à une Chine campée sur ses positions consistant à dire que la Mer de Chine, suivant la trajectoire des 9 points, soit quasiment dans sa totalité, lui appartient historiquement. Pour preuve, selon l’agence Reuters, le 24 août, le navire de prospection chinois dénoncé par Hanoi se rapprochait dangereusement de la zone exclusive vietnamienne au risque d’engendrer un accrochage6.

Le chercheur Ryan Martinson (Naval War College) retraçait dans un tweet du 26 août 2019 les mouvements du navire chinois Haiyang Dizhi 8 à moins de 200 km des côtes vietnamiennes et 102 km de l’île de Phu Quy (signalée Long Hai sur la carte) :

Les observateurs constatent que face à Pékin, jouant plus sur la coercition vis-à-vis de ses voisins que sur la conciliation, la réponse internationale reste faible. Un véritable conflit en mer de Chine méridionale semble d’ailleurs improbable et chacun de penser qu’en fin de compte Pékin ne lâchera pas prise7.

De leur côté, des membres de la société civile vietnamienne ont diffusé un “Appel contre l’invasion chinoise” le 16 août. Celui-ci a été signé par 17 organisations et plus de 700 personnes à titre individuel.8. Il révèle une véritable inquiétude chez les intellectuels de ce pays.

Du côté du Politburo vietnamien, la “question chinoise” ne manquera pas de s’imposer de façon accrue lors de la préparation du prochain congrès de janvier 2021. Les enjeux économiques et géostratégiques soulevés par la puissance chinoise impacteront le choix de la prochaine direction de l’Etat-Parti.

A l’étranger, les appels vietnamiens à manifester du 22 au 25 août, ont été entendus surtout aux Etats-Unis notamment à Washington où une centaine de personnes ont protesté devant l’ambassade de Chine9. D’autres mobilisations éparses devant des consulats chinois ont montré que les anciens blogueurs expulsés du Viêt-Nam, Diêu Cày (Nguyên Van Hai) à Los Angeles ou Me Nam (Nguyên Ngoc Nhu Quynh) à Houston, étaient toujours actifs. Pour l’heure, si les manifestations ne sont pas massives, la vigilance des Vietnamiens à l’intérieur comme à l’extérieur du pays reste intacte.

FG, 26/08/2019, MàJ 28/08/2019.

Notes

  1. Cf. Cuộc tập kích ngoạn mục vào Đại sứ quán Trung Cộng, Nguyen Trong Thuy’s Blog, 06/08/2019 []
  2. Voir l’analyse de Cao Nguyên, Căng thẳng Bãi Tư Chính: Lòng yêu nước của người dân bị lợi dụng và phản bội, RFA Vietnamese, 26/07/2019 []
  3. Liu Zhen, “China and Vietnam in stand-off over Chinese survey ship mission to disputed reef in South China Sea,” South China Morning Post, 12/08/2019 []
  4. Voir le communiqué officiel reproduit sur le Journal des Femmes : Yêu cầu Trung Quốc rút toàn bộ nhóm tàu tái diễn hành vi xâm phạm chủ quyền Việt Nam, Phu Nu Online, 16/08/2019 []
  5. Cf. VNA, Le Vietnam demande à la Chine de retirer tous ses navires de la zone économique exclusive du Vietnam, Vietnam +, 22/08/2019 []
  6. Cf. Khanh Vu, Chinese ship inches closer to Vietnam coastline amid South China Sea tensions, Reuters, 24/08/2019 []
  7. Voir l’article de Trinh Le, The Vanguard Bank standoff shows China remains undeterred, The Interpreter, 16/08/2019 []
  8. Cf. le décompte de la revue en ligne Dien Dan – Forum, mise à jour du 25/08/2019 []
  9. Pour un aperçu général des manifestations, voir : Người Việt nhiều nơi biểu tình chống Tàu cộng xâm lược và Việt cộng hèn với giặc ác với dân, Dân Làm Báo, 26/08/2019 []

Publication of Journal of Vietnamese Studies 14(3)

Nouveau numéro de JVS.

The Journal of Vietnamese Studies is pleased to announce the publication of Volume 14, Issue 3. Please use the table of contents below to access the research essays, multimedia reviews, and book reviews in this issue. The cover features a photograph by Sarah D. Huang.

Table of contents

Hong Kong : 3 mois de révolte [presse]

Depuis début juin 2019, la population de Hong Kong est mobilisée contre les projets de Pékin et pour sa survie démocratique. Rappel des principaux faits dans la presse française.

  • La révolte en quelques dates

Margaux Lannuzel avec AFP, “Hong Kong : trois dates pour comprendre l’escalade de la crise”, Europe 1, 19 août 2019. La crise entre l’archipel et la Chine continentale dont il dépend dure désormais depuis plus de deux mois. De part et d’autre, le ton s’est durci ces dernières semaines. 

Camille Caldini et Louis San, “L’article à lire pour comprendre la crise qui secoue Hong Kong depuis deux mois”, France Info, 16/08/2019. Né d’une opposition à un projet de loi spécifique, le mouvement de protestation contre la mainmise chinoise à Hong Kong ne faiblit pas et a élargi ses revendications, malgré l’ombre menaçante de Pékin.

Mathieu Dejean, “Comprendre la crise à Hong Kong en cinq moments-clés”, Les Inrockuptibles, 14/08/2019. Alors que des tanks de la police militaire chinoise affluent à proximité de Hong Kong, après deux mois d’une mobilisation inédite, faisons le point sur cette crise.

En vidéo : La résistance de Hongkong vue sur la longue durée

  • La manifestation populaire du dimanche 18 août 2019

Aabla Jounaïdi, “Hong Kong: une manifestation géante et sans violence”, RFI, 19/08/2019. Immense succès pour la manifestation pro-démocratie à Hong Kong du dimanche 18 août. D’après les organisateurs, 1,7 million de personnes auraient afflué dans et autour du parc Victoria malgré une pluie torrentielle. Mais surtout, le caractère pacifique de l’évènement aura été assuré.

Cyrille Pluyette, “À Hongkong, la mobilisation face à Pékin ne faiblit pas”, Le Figaro, 18/08/2019. Des centaines de milliers de manifestants ont encore défilé dans les rues ce dimanche, sans violence.

Le Monde avec AFP, “A Hongkong, nouvelle journée de manifestations malgré les menaces de Pékin”, Le Monde, 18/08/2019. Plusieurs dizaines de milliers de Hongkongais se sont rassemblés dimanche pour réaffirmer leur soutien à cette mobilisation prodémocratique sans précédent, en dépit des violences et des menaces d’intervention de Pékin.

Rosa Brostra, “A Hongkong, marée humaine contre vent et armée”, Libération, 18/08/2019. Environ 1,7 million de manifestants se sont rassemblés dans les rues de Hongkong, malgré les menaces d’intervention militaire de Pékin, le 18 août.

Vidéo. 20 Minutes avec AFP, “Hong Kong: La plus grande manifestation pro-démocratie depuis des semaines”, 20 Minutes, 18/08/2019. Après les manifestations violentes de cette semaine, les leaders du mouvement prodémocrate avaient à cœur de montrer le calme et la détermination de leurs soutiens.

“Un « autre Tiananmen » à Hongkong nuirait à un accord commercial, selon Trump”, Le Monde, 19/08/2019. Le président des Etats-Unis a de nouveau exprimé son souhait que la crise dans le territoire trouve une issue pacifique.

  • La stratégie de Pékin et de l’exécutif hongkongais

AFP, “Hong Kong: les options de Pékin pour régler la crise”, Le Point, 03/09/2019. Voilà bientôt trois mois que des manifestations monstres et des affrontements violents secouent la ville chinoise semi-autonome de Hong Kong (sud). […] Comment ramener le calme ? La question est un casse-tête pour Pékin, qui n’a en théorie pas le droit d’intervenir directement dans l’ex-colonie britannique.

Agnès Gaudu, “Hong Kong : le temps du jugement est proche selon la presse officielle chinoise”, Courrier International, 02/09/2019. Au premier jour de la rentrée scolaire et universitaire, et après un week-end d’affrontements, Hong Kong entame deux jours de grève générale des cours. Pendant ce temps, la pression exercée par Pékin monte encore d’un cran – la presse officielle chinoise passe aux menaces et aux insultes. [accès réservé aux abonnés]

Le Monde et AFP, “Crise à Hong kong : Pékin a utilisé Twitter et Facebook contre les manifestants”, Le Monde, 20/08/2019. Le gouvernement chinois a créé de nombreux comptes pour discréditer et diviser le camp prodémocratie. L’impact de cette propagande reste difficile à évaluer.

L. C., “Hong Kong: Quelle est la stratégie de Pékin face aux manifestations?”, 20 Minutes, 16/08/2019. La Chine, qui a massé ses troupes à la frontière de Hong Kong, a menacé jeudi de ne pas rester « les bras croisés » si la contestation pro démocratie devait dégénérer.

Le Figaro avec AFP, “Hongkong: la cheffe de l’exécutif espère un «retour au calme»”, Le Figaro, 20/08/2019. La cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam a espéré ce mardi que l’absence de violences en marge de la grande manifestation prodémocratie de dimanche augurait d’un «retour au calme» dans l’ex-colonie britannique, tout en refusant d’accéder aux demandes des protestataires.

MàJ 03/09/2019.

Image “à la une” : © Reuters, juin 2019.

Thomas Cooper : Bombing Missions of the Vietnam War

Mis en ligne en 2017, ce récit visuel, basé sur des sources américaines déclassifiées en 2016, donne une vision précise des bombardements pendant la guerre du Viêt-Nam entre 1965 et 1973.

Bombing Missions of the Vietnam War

A visual record of the largest aerial bombardment in history

Between 1965 and 1975, the United States and its allies dropped more than 7.5 million tons of bombs on Vietnam, Laos, and Cambodia—double the amount dropped on Europe and Asia during World War II. Pound for pound, it remains the largest aerial bombardment in human history.

The bombardment of North Vietnam and its neighbors began shortly after the Gulf of Tonkin incident in August 1964, and continued until the last American was airlifted out of Saigon over a decade later. All told, the U.S. Air Force, Navy, and Marine Corps together conducted at least 2.8 millioncombat missions against ground targets, while the air forces of South Vietnam, Laos, Australia, and South Korea added an additional 360,000 missions to the tally.

In late 2016, the United States Department of Defense publicly released records of almost every bombing and ground-attack mission flown during the Vietnam War. (Ground-attack missions are strikes against ground targets using using rockets, missiles, cannons, and other non-bomb ordnance.) The data, meticulously digitized from the aircrews’ original after-action reports, allows us to visually reconstruct the air campaign, shedding new light on its sheer scale, intensity, and complexity. […]

Thomas Cooper is a cartographer and product engineer on the Story Maps team; a displaced Oregonian; a forager of cultural sustenance; a fair-weather motorcyclist; and a onetime expert on Kyrgyz supermarkets.

Accès au récit visuel : https://storymaps.esri.com/stories/2017/vietnam-bombing/index.html

Nguyen Ngoc Chau : Viêt Nam. L’Histoire Politique des Deux Guerres 1858-1954 et 1945-1975 [parution]

Nguyen Ngoc Chau, ingénieur, propose un récit historique rappelant les faits politiques majeurs du Viêt-Nam au XXe siècle. Présentation de l’éditeur.

Beaucoup de livres ont été écrits sur la guerre pour l’indépendance et la guerre entre nationalistes et communistes au Việt Nam durant le siècle dernier.

Mais sait-on que le prince Cảnh, celui qui devait succéder à l’empereur Gia Long, à son retour de France avec l’évêque d’Adran Pierre Pigneau de Béhaine en 1789, refusa de se prosterner devant l’autel de ses ancêtres et se convertit en cachette au catholicisme ?

Que Napoléon III accepta d’abord de restituer les trois provinces orientales pour lesquelles Phan Thanh Giản était venu négocier le rachat à Paris le 10 septembre 1863, et que la mission Aubaret signa, le 15 juillet 1864 à Huế, un traité sur cette rétrocession ?

Que Ngô Đình Diệm n’était pas seul en lice pour le poste de Premier ministre de l’État du Việt Nam après les accords de Genève en 1954 ?

Pour l’auteur, ce livre a l’intérêt de permettre de mieux comprendre que le présent et le futur d’un pays ne se construisent pas sans douleurs ni larmes.

Source : Nombre7 éditions