Sommet Corée de Nord – États-Unis : Pyongyang espère connaître l’embellie économie d’Hanoï (Video France 24)

A l’occasion du IIe Sommet Etats-Unis / Corée du Nord, le modèle capitaliste vietnamien sous la direction d’un Etat-Parti communiste est mis en avant.

Corée du Nord: pour un transfuge du régime, “Donald Trump fait une lourde erreur”, L’Express, 27/02/2019. Ex-diplomate de Pyongyang, Thae Yong-ho décrit les coulisses du régime. Ayant fait défection en 2016, il craint pour sa vie. Propos recueillis par Clément Daniez, envoyé spécial à Séoul.

Les combattants oubliés de la Corée du Nord au Vietnam

L’engagement des deux Corées pendant la guerre du Viêt-Nam, un rappel historique succinct par l’AFP le 22 février 2019.

Non loin de Hanoï, quatorze pierres tombales rendent hommage aux soldats nord-coréens tombés lors de la guerre du Vietnam contre les “impérialistes” américains. Un gardien tente d’entretenir le souvenir de cette contribution peu connue de Pyongyang à son allié communiste.

Aujourd’hui le Vietnam, Etat communiste ayant embrassé le capitalisme, apparaît comme une terre de compromis, au point d’avoir été choisi par le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour leur deuxième sommet dans quelques jours.

Mais le fait que la Corée du Nord avait soutenu le Nord communiste lors de la guerre du Vietnam, envoyant des soldats de l’armée de l’air en renfort, reste un aspect peu connu de l’histoire vietnamo-coréenne.

Lire la suite : Orange, 22/02/2019.

Contre ses citoyens, le Vietnam tisse sa Toile

Un article d’Arnaud Vaulerin qui fait le point sur la dégradation des droits d’expression des citoyens vietnamiens et la répression contre toute forme de dissidence politique, paru dans Libération le 25 février 2019. Accès en ligne.

Depuis deux ans, la répression de Hanoi contre les voix dissidentes sur Internet s’est accentuée. Une tendance qui risque de se confirmer en 2019 avec l’entrée en vigueur d’une loi qui verrouille l’activité sur les réseaux sociaux, prisés par la population.

Les uns sont convoqués et questionnés. Les autres sont arrêtés. Les derniers sont condamnés. Quand ils ne sont pas portés disparus. Ils sont blogueur, ouvrier, militant, journaliste, étudiant, vétéran de guerre, chauffeur, parfois même simple internaute ou utilisateur de Facebook… et tous sont dans le viseur des autorités vietnamiennes. Le Parti communiste n’a jamais molli dans le harcèlement à l’encontre des voix dissidentes et critiques, mais ces deux dernières années, la répression s’est intensifiée. Selon le réseau des droits de l’homme du Vietnam basé en Californie, le régime de Hanoi détient plus de 200 prisonniers politiques dans ses geôles.

Lire la suite : Libération, 25/02/2019.